RSS
RSS



 

Partagez|

[Tous] Devant le gymnase.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Travail : Essayeur de matelas.
Messages : 851
Okane (お金) : 1002094
Points. : 10
Date de naissance : 19/11/2011
Age : 5
Je fais partie du Staff.
Maître du Jeu
MessageSujet: [Tous] Devant le gymnase. Sam 20 Déc - 22:39
Les extérieurs sont de toute beauté par rapport à d'habitude. Adieu la morosité de la nuit, les arbres ont revêtu leur plus bel atout.


Soigneusement déposées sur les troncs, des guirlandes de lumières en forme de roses illuminent la cour qui rayonne de splendeur à ce moment là. Les bancs ont été surmontés de quelques bouquets, toujours de roses, pour souligner notre thème. Si la dame est exigeante, il vous suffit de piocher une petite fleur, pour la lui offrir.


Plus loin, dans l'intimité d'un cerisier se tient une petite chandelle, pour permettre aux couples qui ont plus d'affinités, de se retrouver discrètement, pour échanger quelques mots doux.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pensionnat-miyusaki.net
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Chambre cinquante et un.
Classe : Troisième sport niveau D.
Spécialisation. : Boxe.
Situation amoureuse : Mmh. C'est compliqué...

Travail : Barman dans une boîte de nuit. (A menti sur son âge pour ce job.)
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 267
Points. : 5
Date de naissance : 15/07/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Fiche de présentation. ☃️ Fiche de liens., ☃️ Fiche de rps.
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Dim 21 Déc - 15:30
Costume:
 

Je ne sais pas pourquoi j'étais là. Les mains dans les poches de mon costard noir, avec des chaussures très peu confortables, et un masque qui me démangeait, autant vous dire que je trouvais ce bal d'une inutilité totale. Quelle idée de faire ça pour Noël. Basé sur le romantisme en plus. Plus nyan nyan tu crèves en fait. J'aimais pas cette ambiance, en plus il y avait beaucoup de monde, et ça m'saoulait encore plus. Au final, je me suis assit sur un banc, où on avait disposé des roses. Débile. J'ai sortit mon paquet d'indus mentholées (ouais, pour les soirée, j'fais un effort), et j'en ai prit une que j'ai allumé. J'ai tiré quelques lattes dessus, en regardant le ciel, les bras sur le dossier du banc, étendus. La clope était retenue par mes lèvres qui la pinçaient. Autant dire que je profitais de cette soirée à ma manière. Je regrettai tout de même de ne pas pouvoir m'allonger sur le banc. La soirée s'annonçait longue, heureusement que j'étais à l'internat, et que je pouvais rentrer quand je voulais. Mais Juliet m'avait lancé un défi, et il fallait que je le relève. J'sais même pas pourquoi. Bref, quoi qu'il en soit, parmi toutes ces roses masquées, je devais trouver laquelle était mienne.

J'ai lancé tomber mon mégot à mes pieds. Autant jouer le jeu, plutôt que de se faire chier toute la soirée sur un banc, à la limite, j'irai jeter un coup d'oeil à l'intérieur. Au pire, j'avais entendu dire qu'il y avait un buffet. Cool. Ça permettrait de changer un peu de la bouffe de la cantine, qui était, autant le dire, dégueulasse... J'ai laissé mes mains trouver de la chaleur dans les poches de mon pantalon, et je me suis levé, tout en me tenant droit, comme si je rentrais sur un ring de boxe. Depuis quelques temps, j'avais des douleurs aux poumons. Je pense qu'il fallait vraiment que je me calme sur la clope, mais je ne pouvais pas m'en empêcher, j'étais dépendant de cette merde. Le silence n'était pas de rigueur pour ce soir, puisque tout le monde s'agitait, afin de pouvoir entrer dans le gymnase. Je voyais des Juliet partout. Je n'étais pas comme Nowaki. Je n'avais pas grandit avec elle, et je n'étais pas non plus son jumeau. Alors autant dire que pour deviner qui elle était, il me faudrait un putain de coup de chance. Non pas que je ne lui portais aucune attention, loin de là, mais c'est parce que je suis nul aux devinettes. Arf. Quelle horreur. Autant dire que quand elle m'avait lancé ce défi, je ne l'avais écouté qu'à moitié hein. Sinon j'aurai pas accepté. Non, je mens. J'sais pas pourquoi, j'serai capable de tout pour Juliet. En fait, elle était la seule personne qui pourrait prétendre à pouvoir me mener par le bout du nez. Mais elle était trop gentille pour le faire. Elle tentait de me rendre heureux quoi. C'était mignon. J'pense qu'elle croyait vraiment que j'apprécierai de participer à cette petite fête. Il est vrai que la plupart des adolescents apprécient quand leur lycée organise un truc du style. Mais j'suis pas une personne normale, et participer à ça, bah, ça m'fait juste chier hein ! Mais j'lui en tenais pas rigueur à Juliet. C'était drôle de devoir la trouver au final. Et mon regard se portait un peu sur toutes les demoiselles qui étaient ici, afin de trouver ce sourire qui était mon rayon de soleil. D'ailleurs, j'me demandais si elle allait réussir à traîner Nowaki par ici, un peu comme elle avait pu le faire avec moi en fait. Juliet elle avait un peu de supers pouvoirs en fait. Un peu comme sa mère qui nous virait, Nowaki et moi, pour qu'on aille faire un tour. Soit disant que les enfants trouvent plus de plaisir à être dehors que dedans. Ouais, enfin, la dernière fois qu'on a été au parc, on est tombés sur un troupeau de fans hystériques à en crever, et qui ont aussi failli nous faire crever soit dit en passant...

L'ambiance ici était plutôt bon enfant. Des groupes se formaient, tout en taisant l'identité de ceux dissimulés derrière leur masque, pour une présence bien plus fantomatique et énigmatique. Les femmes adorait ça, l'illustre inconnu. Celui qui sait manier les mots, et auquel on donne un charme immense. C'était la chance pour certains, tandis que pour d'autre, ce n'était qu'une soirée comme les autres. Parfois la nature est sympa hein.

Personnellement, j'étais seul, et je ne m'en portais pas plus mal. Je n'avais aucune maîtrise des mots, et mon charme ne passait nulle part, puisque j'en étais totalement démuni. Combien de fois ma mère avait-elle pu me le répéter ? Je l'ignorai totalement, et à dire vrai, j'm'en fichai. J'étais comme ça, et puis c'est tout.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~


   
I made a mistake. I fell in love.
I fight against my demons. I fight to don't love anyone. I lost a fight, and with, I lost my soul. She left me, and she broke my heart. I can't make sense anymore. Now, I'm dead.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Dim 21 Déc - 18:38
Coiffure:
 
Robe:
 
Masque:
 

La nuit prenait lentement le dessus sur le jour, grignotant le soleil pour laisser place à la parure de diamants infinis brillants dans le ciel de velours noir. De sa fenêtre, Juliet avait apprécié la vue du soleil couchant teintant de rosé et de pourpre l'univers un court instant. Puis, lorsque l'obscurité avait prit le dessus, elle s'en était détourné pour retourner à ses préparatifs. Ce soir avait lieu le bal annuel en l'occasion des fêtes de fin d'année. Ce soir, la fête allait battre son plein dans l'enceinte du pensionnat. Ce soir était le grand soir. Toute émoustillée, elle ne cessait de tourner, danser, sauter dans tous les sens sur le fond sonore qui sortait de sa chaîne stéréo. Il était clair que les événements de ce genre n'étaient pas courant et que la demoiselle voulait en profiter tout son saoul. Après tout, si en dehors du théâtre, une activité la passionnait, c'était bien la danse ! Laisser aller son corps au rythme de la mélodie et/ou de son cavalier n'était que pur bonheur. Et elle espérait bien pouvoir danser toute la nuit.

La jeune fille avait attendue patiemment que son jumeau est fini dans la salle de bain pour qu'elle puisse l'avoir ensuite à son entière disposition. Maintenant, elle tenait un siège jusqu'à ce qu'elle est finie de s'apprêter ! Pas qu'elle prenne trois heures, juste que pour une fois, elle allait faire attention à son apparence et ne voulait donc pas qu'on la dérange. Elle n'était pas des plus habiles et ne voulait pas finir avec la brosse du mascara dans l’œil ! En même temps, qui le voudrait ? Ainsi, une fois sa douche finie, elle prit soin de sécher ses cheveux avant de leur donner du volume et de les coiffer en une sorte de queue de cheval des plus élégantes. Puis, elle enfila sa tenue -qui était des plus simples, mais après tout, ce n'était qu'une adolescente, et les tenues légères lui allaient bien mieux- se composant d'une robe bustier cintrée rose pale presque blanche à fleurs noires similaires à de petits soleils et d'escarpins noirs aux talons moyens. Elle ne voulait pas être trop grande et la taille que lui donnait ces talons avoisinait le mètre soixante-quinze, ce qui était amplement suffisant. A cela s'ajoutait une très fine chaîne en argent autour de son cou où pendait un petit cristal et, à son poignet, une simple gourmette du même métal. Son maquillage quand à lui se composait uniquement d'un trait d’œil-liner noir ainsi que de mascara allongeant ses longs cils envoûtant et renforçant son regard de biche. Une teinte s'approchant de la couleur des fleurs de cerisier s'étalait habilement sur ses jolies lèvres. Et pour couronner le tout, l'adolescente plaça son loup sur son minois, le dissimulant ainsi aux regards des autres.

Un sourire vint étirer ses lèvres devant le résultat qui était bien mieux que ce qu'elle avait pu imaginer, et c'est donc joyeusement qu'elle descendit les marches. Son père l'attendait, prêt pour l'emmener à destination. Son frère, quant à lui, était déjà parti à pied. Ils auraient aimé y aller ensemble, mais le règlement était bien clair la dessus, et ils devaient arriver seul. Il était peu probable qu'on le remarque dans la foule mais bon... Ils avaient tenu à respecter le principe. Ainsi, l'occidentale attrapa au porte manteau son châle blanc en laine -seul rempart contre le froid sur ses petites épaules tandis que ses jambes nues devraient braver le vent- et monta dans la voiture où elle fut rapidement conduite jusqu'à l'établissement. Arrivée, la splendeur des lieux parés de fleurs et autres décorations délicates en tout genre l’émerveillèrent tant qu'elle en oublia la température et ne se pressa pas de rentrer se réchauffer, préférant goûter un peu plus longtemps à ce délice visuel en ralentissant la cadence. Souriant de ce sourire dont seul elle avait le secret, elle se dit que cette soirée serait des plus mémorables. Si la jeune fille était sure que son jumeau viendrait, elle espérait avoir capté l'attention de Minoru avec son défi débile. Quoique... Arriverait-il vraiment à la reconnaître avant la fin de la soirée ? Pari amusant.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Dim 21 Déc - 21:05
Costume:
 

Loup:
 

Ignorant les regards emplis de curiosité des passants qui se posaient sur lui, le jeune japonais, un loup argenté sur le visage,  avançait dans les rues sombres de la capitale du soleil levant, la brise hivernale venant écarter les pans de son manteau, dévoilant le costume qu’il portait en dessous. Qu’est-ce qu’un jeune homme de son âge faisait-il dehors à cette heure et dans cette tenue ?

La réponse a cette question était très simple : ce soir était le jour du bal de fin d’année organisé par le Pensionnat Miyusaki, et une tenue extrêmement correcte y était exigée, ce qui expliquait la chemise d’un rouge foncé et la cravate a peine plus sombre sous la veste de costume qu’il portait. Si ça n’avait tenu qu’à lui, le jeune musicien serait resté dans sa chambre, avec ses deux précieuses amies : Solitude et Musique. Mais une nouvelle fois, sa jumelle lui avait demandé de l’accompagner. Et une nouvelle fois, il n’avait pas si dire non. Nowaki contempla quelques instant le ciel nocturne dans lequel on devinait plus qu’on ne voyait les étoiles, sans pour autant s’arrêter de marcher. Il était certes parti avant Juliet-presque dès qu’il était sorti de la salle de bain- mais respectant la règle qui avait été précisé sur la missive qui leur avait été envoyée par l’équipe d’éduction, les élèves devaient venir seuls, celle-ci était partie après lui, en voiture. Ils n’avaient pas réussit à se cacher leurs costumes pour des raisons évidentes, c’était d’autant plus vrai que la jeune anglais avait aidé James à trancher sur le choix de la chemise qu’il allait porter, le quatrième année ne se sentant pas concerné le moins du monde par ce qui allait suivre.


Un léger soupire s’échappa de ses lèvres sous la forme d’un léger nuage de brume blanche tandis qu’il passait le portail, regrettant d’avoir du laisser son précieux IPod chez eux, étant ainsi forcé de pianoter non pas sur son écran comme il en avait l’habitude, mais dans le vide.
Il soupira de nouveau, vérifiant que son masque était bien placé sur son visage. Sa sœur devait déjà être arrivée. De ce qu’il avait vu en longeant les grand boulevard de Tokyo, il n’y avait pas beaucoup de circulation ce soir, ou du moins, pas autant qu’il y’en avait parfois, si bien que leur père, embauché comme chauffeur pour la soirée,  avait déjà du finir son service.


Nowaki s’avança dans l’enceinte de l’établissement, passant une main dans sa chevelure de jais pour en chasser les quelques flocons que le vent y avait semé, une pensé pour son cousin Minoru qui avait lui aussi été forcé à venir à cette fête par la même personne que lui, sous prétexte d’un défi, ou quelque chose comme ça. Enfin peu importe, Juliet réussissait généralement a faire faire à son frère et à son cousin ce qu’elle voulait.

Alors qu’il était presque arrivé, il laissa son regard d’obsidienne s’égarer légèrement sur les alentours, et du avouer que c’était bien réussi. On s’était vraiment donné du mal pour qu’ils s’amusent. « Nous sommes de cette étoffe sur laquelle naissent les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil. » avait dit William Shakespeare, des siècles auparavant, et ce soir, Nowaki se demandait pourquoi ne pouvaient-ils être l’étoffe sur laquelle vivent les rêves…


Ses deux iris sombre se posèrent sur une silhouette, et l’un de ses rares sourire illumina son visage. Elle avait beau porté un loup, il la connaissait trop bien pour que-même en ignorant sa tenue de ce soir-, il devine qui elle était. Ils avaient passé trop de temps ensemble pour qu’il ne reconnaisse pas la couleur de ses cheveux, et cette manière de se coiffer. Ils avaient passé trop de temps ensemble pour qu’il ne reconnaisse pas sa silhouette et les traits de son visage. Ils avaient passé trop de temps ensemble pour qu’il ne reconnaisse pas son sourire.

Le musicien s’approcha d’elle, droite comme toujours, mais moins raide. Le sourire qui avait éclairé son visages quelques secondes auparavant persistant encore légèrement. Il s’inclina devant la demoiselle à la robe bustier légèrement rosé et au loup blanc, avant de se redresser la main légèrement tendue ver elle, ses prunelles nuit rivées dans celles kakis de sa jumelle.

« Mademoiselle, m’accorderiez vous cette danse ? »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Mer 24 Déc - 14:54


Devant le gymnase

-Le fait que je reste une mystérieuse inconnue ne vous satisfait pas ?

Dyllan lui fit un sourire en coin :

-Je n'aime pas rester ignorant.

L'anglais expliqua tout en saisissant de nouveau la main de l'inconnue, un geste très doux pour lui laisser le choix de refuser la proposition :

-Il paraît que les jardins sont magnifiques...Pourquoi ne pas finir cette soirée en admirant les extérieurs ?

Il traversa le gymnase servant de salle des fêtes, sans même observer les autres élèves qui continuaient leur danse enflammée. Le londonien sortit du bâtiment et se dirigea vers les jardins décorés pour la soirée. Des lumières sublimes, des plantes splendides, un paysage fantastique et romantique où les couples appréciaient se retrouver pour se dire des mots d'amour. Mais pour le cas, Dyllan comptait faire la cours autre part que près d'un buffet !

-C'est beau n'est-ce-pas ?

Dit-il en admirant la nature impressionnante qui s'offrait à lui dans un décor des plus beaux.
Le génie se permit de s'asseoir sur un banc en bois entre des arbres embellis de guirlandes lumineuses accrochés aux branches, en face d'une marée recouverte de nénuphars où les libellules s'amusaient à venir boire quelques gouttes d'eau perlant sur la végétation humide, et en dessous d'un ciel de nuit dans lequel les étincelles des étoiles s'imposaient dans la pénombre comme des diamants par millier. Le ciel et les lumières des décorations se reflétaient dans l'eau, mais surtout dans les regardes des deux individus. 

Dyllan ne se rendait pas compte que son regard était désormais brillant. Ses yeux étaient, d'après lui, sans aucune originalité. Le prétentieux n'aimait pas leur couleur "banale", pas d'iris albinos comme des rubis, vairon comme la rareté, bleue comme l'océan, brune comme l'Ambre, ou vert comme la pierre de Jade, non, le jeune homme avait un regard brun simple. D'après lui en tout cas.

Mais là...Son regard était rempli de vie et d'admiration. Comme si ses yeux s'enivrait de la beauté des lieux...et de sa partenaire...

code par wordstorm

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Ven 26 Déc - 0:09
Le fait que le jeune homme dise qu'il n'aimait pas rester ignorant ne surprit pas Scarlet. Il devait avoir l'habitude de tout connaitre, de tout comprendre. Le fait de ne pas savoir qui elle était sans aucun doute assez perturbant pour un garçon comme lui.

Son nouvel "ami" attrapa sa main avec douceur comme pour lui montrer qu'elle avait le choix de le suivre, ce qu'elle fit. Après tout, ce n'était pas tous les jours qu'un charmant garçon avec qui on s'entendait bien se montrer si courtois. Comme n'importe quelle fille sencé, elle ne pouvait que fondre devant ce charme évident. Cependant elle ne le montra pas.

Une fois en dehors du gymnase, elle observa les décorations extérieures, ce qu'elle n'avait pas pris le temps de faire en arrivant. Il lui fallut même quelques secondes pour répondre à la question de son interlocuteur.

"Oui, c'est splendide." murmura l'adolescente, les yeux brillants comme ceux d'un enfant le jour de Noël.

Il y avait de la lumière partout ! Comme si, durant la nuit, les étoiles étaient descendu sur terre pour se suspendre aux arbres. Il y avait également des guirlandes rouges, bleues, violettes. Des paillettes dorées et argentées ornées les branches, et àchaque brises, les poussières s'envolèrent tel des papillons.

Les deux jeunes gens s'assirent sur un banc prés d'une mare. Ce décor féerique renvoyé Scarlet en enfance.



"On se croirait dans une boule à Neige." dit-elle à voix basse, comme si elle ne s'était pas vraiment adressé au garçon.

La fascination qu'elle avait depuis toute petite pour les boules à Neige n'avait pas disparu. Plus qu'un objet, il faisait office de souvenir. Ces petites boules fragiles que l'on trouvé dans les marchés de Noël constituer l'un de ces rares souvenirs heureux avec toute sa famille. Non pas que maintenant elle soit triste. Mais sa mère n'était plus dans les nouveaux souvenirs.

"Noël a toujours été ma fête préférée. Pas que pour les cadeaux. Même si je ne vais pas cacher que j'adore recevoir des cadeaux." dit-elle en souriant. "Mais surtout parce que ça réunit tout le monde. On partage, on rigole. On oublie temporairement nos problèmes."

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Ven 26 Déc - 0:39


Devant le gymnase

-Noël a toujours été ma fête préférée. Pas que pour les cadeaux. Même si je ne vais pas cacher que j'adore recevoir des cadeaux. Dit-elle en souriant. Mais surtout parce que ça réunit tout le monde. On partage, on rigole. On oublie temporairement nos problèmes.


L'anglais la regarda et lui fit un immense sourire involontairement charmeur.


-C'est le genre de fête qui réunit les coeurs pour offrir de la chaleur d'un hiver glacé.


Dyllan tourna légèrement son visage pour se remettre à admirer le paysage.


-Durant les fêtes, mes parents organisaient des bals. Je sais que Noël signifie les retrouvailles de tout les membres d'une famille. Mais pour ma part, je ne connais que l'aspect bourgeois des cérémonies. Parfois je recevais des cadeaux de personne que je ne connaissais même pas, mais ceux-ci voulaient juste s'afficher devant mon père pour obtenir des augmentations précoces ou des titres d'employé du mois. Je n'ai jamais passé un Noël qu'avec mes parents ; près d'un sapin qui ne mesurait pas plusieurs mètres, que j'aurais décoré moi-même sans les servantes ; avec des cadeaux modestes qui m'aurait fait plus plaisir que des présents qui coûtent une fortune, offertes par des mains qui me sont étrangères. 


Il soupira :


-Mais ce n'est pas grave. J'aimais beaucoup ces fêtes entre gens de la haute, ça m'apprenait à quoi se résumerait ma vie.


Dyllan resta silencieux un moment puis lança avec un ton presque...envieux.


-J'imagine que vous devez être heureuse le jour de Noël. Grâce à votre famille. Et non à vos richesses.


C'est vrai ça Dyllan ! Monsieur ne savait pas vraiment la relation qu'avait l'inconnue avec ses tuteurs, mais elle n'avait pas l'air de s'en plaindre en tout cas. Peut-être était-ce comme avec Walker ? Ou bien la famille était plus proche ? Ou dissoute ? Tant de doute...

code par wordstorm

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Ven 26 Déc - 12:08
Suite à la révélation du garçon sur sa manière de célébrer cette fête pourtant si magique aux yeux de la plupart de la population mondiale, Scarlett fut tellement outré qu'elle se leva spontanément du banc, fit face à son cavalier et croisa ses bras sur sa poitrine d'un air maussade.

"Vous plaisanter ! Ok, je veux bien qu'ils vous pousse à être hypocrite pour gagner plus d'argent mais Noël s'est sacré !" s'exclama l'adolescente, scandalisé par ce qu'elle venait d'entendre.

Le pauvre garçon n'avait donc jamais connu une vie normale ne serait-ce qu'un jour dans l'année ? Certes, Scarlet ne voyait pas souvent son père mais le jour de Noël, il avait toujours été présent pour sa fille et son fils. Jamais un étranger ne s'était trouvé à leur table le soir du réveillon. Et tant mieux parce qu'on pouvait être sûr que la jeune fille l'aurait raccompagné avec un coup de pied aux fesses.

"Oui, je suis heureuse à Noël parce que je suis entouré de mon père et mon frère. Si un des deux n'était pas là, ça ne serait pas la même chose." confie-elle.

Elle serassit sur le banc, un peu plus calme.
Cela faisait plusieurs années que sa mère n'était plus convier au dîner de Noël. Lors de leur divorce, Monsieur Thorne avait tout de même souhaiter que les fêtes importantes ce fasse en famille, pour le bien de ses enfants, mais lors du repas de ses treize ans Scarlett n'avait pas supporté sa mère qui faisait tout pour créer des conflits. Elle lui avait donc "demandé" plus ou moins gentiment de partir. Depuis, elle n'avait plus pointé son nez durant les fêtes familiales et cela convenait parfaitement à la jeune fille.

"Parfois, je retourne même à Phoenix voir mes grands-parents." dit-elle.

Elle avait beau ne pas apprécié sa mère, elle aimer beaucoup ses grands-parents maternels. C'était des gens simples et aimants qui aurait décroché toutes les étoiles de la galaxie pour leur Scarlett et leur Kai adoré. Du coté de son père c'était la même chose. Elle avait de la chance d'avoir des grands-parents en or. Ils vivaient peut-être loin d'eau mais elle s'en sentait proche.

"Quand je vais à Phoenix pour Noël, on décor le sapin ensemble, et à chaque fois, il me passe cette grosse étoile doré pour que je la mette tout en haut." dit-elle d'un ton rêveur.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Ven 26 Déc - 15:44


Devant le gymnase


Face au récit du prétentieux, la demoiselle se leva pour se positionner devant lui en croisant les bras, c'était à la limite d'une comédie avec son air de mère en colère qui gronde un plus petit pour avoir fait une bêtise. La scène était surréaliste mais elle démontrait bien le caractère de la jeune femme, celle-ci n'était pas du genre à se laisser faire, c'était un moral d'acier qui lui donner sa force. 

Une répartie digne de ce nom et pour le coup, c'était le genre de personne pour laquelle on ne doutait pas de ses menaces, elle ne reculerait pas et n'hésiterait pas à mettre quelques coups pour se faire respecter. C'était attirant ces femmes qui ne se laissent pas faire, qui sont contre le cliché ou les règles absurdes, qui suivent leur instinct et peu importe ce qu'on en pense. Elles vaincront qui conque ose se mettre en travers de leur chemin.

-Vous plaisanter ! Ok, je veux bien qu'ils vous pousse à être hypocrite pour gagner plus d'argent mais Noël s'est sacré !

La réaction de Dyllan fut assez originale, au lieu d'être choqué, étonné, surpris, et bien l'anglais lâcha un petit rire. Oui, ce genre de ricanement innocent accompagné d'un sourire amusé tout adorable. Comme les enfants fassent à quelque chose de peu ordinaire.

-Parfois, je retourne même à Phoenix voir mes grands-parents.

Ah...Une information intéressante à noter...Il semblerait que l'inconnue commençait à prendre confiance avec son cavalier, celle-ci donnait des précisions sur sa vie personnelle avant l'heure, et cela agrandissait d'autant plus le sourire du partenaire de danse.

Mais le plus important étant ce qu'elle avait dit précédemment :

-Oui, je suis heureuse à Noël parce que je suis entouré de mon père et mon frère. Si un des deux n'était pas là, ça ne serait pas la même chose.

Son père, son frère, ses grands-parents, mais pas un signe de sa mère dans les paroles de la demoiselle masquée. Pourquoi ? Peut-être qu'elle était morte et c'était la raison pour laquelle sa descendance ne souhaitait pas évoquer ce décès. Ou alors elles se détestaient au point que la fille ne voulait plus en parler à moins de lui lancer toute sa haine...

La curiosité poussait le londonien à demander :

-Et votre mère ? Elle n'est pas présente le jour de Noël ?


ABSENCE:
 


code par wordstorm

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Dim 28 Déc - 15:56
Juliet s'apprêtait à partir à tout instant, ne sachant ce que pourrait répondre le jeune homme en face d'elle. Si elle voulait encore danser avec lui, elle lui laissait cependant son libre arbitre. Après tout, vu le nombre de personnes qui les regardaient, il ne devrait pas avoir de soucis à se faire pour trouver quelqu'un d'autre ! Surtout que finalement, il n'était pas du tout timide et pouvait donc bien aller vers n'importe laquelle d'entre elles pour lui proposer une danse. Mais l'espoir faisait vivre. Et même s'il en choisissait une autre, elle serait heureuse d'avoir pu être sa partenaire, et d'avoir passé une bonne soirée. Souriant à son allusion à sa pseudo timidité, il lui fit remarquer qu'il n'y avait qu'elle qui avait prétendu une telle chose. Ce qui n'était en soi pas faux, bien qu'il est lui aussi joué le jeu. Puis il enchaîna sur le fait qu'elle n'arriverait pas à suivre la cadence, ou quelque chose du style, mais la demoiselle le prit comme un défi. Son clin d’œil joueur ne fit qu'accentuer cette impression, et c'est avec le sourire qu'elle se décida de relever le challenge. 

"Nous verrons qui capitulera en premier dans ce cas !"


Comme si cette simple plaisanterie lui avait redonner toute son énergie, la jeune fille se sentait de nouveau prête à swinguer toute la nuit. La main de son partenaire serra de nouveau la sienne, comme une sorte d'approbation. Si elle le pensait populaire depuis qu'elle avait dansé avec lui, maintenant, c'était chose certaine vu l'anecdote sur la feu veste de costume qu'il portait. 

"Je promets de ne pas te dépouiller d'avantage. Je ne sais pas comment tu as pu les ensorceler à ce point pour qu'elles dérobent ta veste, mais je préfère largement profiter de tes talents de danseur plutôt que de finir comme une voleuse." lui répondit-elle en riant doucement.

La musique avait démarré depuis quelques secondes déjà, laissant deviner le morceau, et bien que la plupart se soient mis à danser en solo, eux comptaient bien continuer leur duo, en effectuant une danse basée en grande partie sur l'improvisation. Se laissant guider sans rechigner, l'occidentale commença à se faire entraîner dans la danse. Comme demandé, elle se mit d'abord en tête de le suivre, tournant quand il tournait, avançant quand il avançait. Puis, se rendant compte qu'ainsi ils ne seraient jamais vraiment en phase, la demoiselle se mit a essayer de prévoir ses mouvements. Au départ, ce ne fut pas très glorieux, et on pu dire qu'elle se mit à rire en dansant tellement elle s'était ratée à des moments. Mais ensuite... Ce fut un vrai plaisir, et ils réussirent à se synchroniser en grande partie. Les pas devenaient fluides, les passes réussissaient toutes et leurs jeux de jambes n'avaient rien à envier aux autres. En quelques danses, ils avaient réussi à établir une certaine complicité, ce qui n'était pas donné à tout le monde. Et dans un certain sens, elle en était plutôt fière. 

La mélodie s'acheva comme les deux autres avant elle et laissa place à... La merveilleuse chanson de Psy. Pas que cette musique la rebutait, non ! Cependant... Danser la dessus s'avérait compliqué, voir légèrement loufoque. Et bien que Juliet aurait été capable de relever le pari si on l'y avait poussé, elle préféra passer son tour ce coup ci. Elle eu cependant le temps d'admirer un instant la dextérité d'un danseur au masque assez particulier car rappelant le super-héro batman, ce qui la fit sourire d'avantage. Au moins, il y en avait qui avaient à la fois la classe et les tripes de se défouler, quelle que soit la musique sur le dance floor. Et rien que pour cela, elle était un peu admirative. Après tout, n'aimait-elle pas les hommes qui pouvaient faire de toute situation quelque chose d'amusant ou de sensationnel ? C'était rare, mais elle voulait croire que ça existait. Après, rien ne disait que celui-ci en était un exemple concret. La jeune fille sourit donc à son cavalier, bien décidée à le suivre.

"La tête la première dedans ?" se mit-elle à rire malgré elle. "Et bien le pauvre a du prendre une sacrée douche ! Et oui, je veux bien faire un petit tour dehors puisque la compagnie m'est agréable." -sans jeux de mots pervers, bien sur...-

Se dirigeant à l’extérieur à sa suite, elle eut le plaisir de revoir la magie des décorations mises en place. C'était assez étrange de se faire guider par un homme, elle qui avait toujours l'habitude de les entraîner où qu'elle aille. C'était sympathique. Pour une fois, elle pouvait jouer à la demoiselle calme. Le froid était toujours aussi rude, mais elle le sentait moins. Peut être avait-elle besoin d'un peu de fraîcheur pour que la chaleur due à l'effort redescende légèrement. Marchant un peu en silence, la jeune fille finie par prendre place sur un banc non loin, pour étendre quelque secondes ses jambes et relâcher ses muscles. Des fleurs avaient été joliment déposées sur celui-ci, décoration éphémère mais romantique. La nuit était à son apogée, mais l'éclairage ambiant des guirlandes et bougies permettaient d'y voir assez clair. Il n'y avait presque personne, si bien que le calme avait lentement reprit le dessus, comme s'ils étaient seuls au monde. 

"Je suis assez curieuse de savoir comment tu t'es fait dérobée une partie de ton costume. A défaut de pouvoir savoir qui tu es, une partie de ma curiosité sera ainsi satisfaite."


Se tournant de nouveau vers lui, elle lui sourit chaleureusement, se demandant ce qui avait bien pu lui arriver pour qu'il se retrouve ainsi dépouillé. Ses yeux se perdirent sur sa silhouette, et plus elle le regardait, plus il lui rappelait quelqu'un. A croire que cette sensation devenait de plus en plus présente avec une bonne partie des personnes qu'elle rencontrait. Et pourtant, en cette soirée, elle n'aurait absolument pas pu mettre la main sur le nom de Jota, le beau garçon qu'elle avait rencontré au marché et qui par la suite, avait fini dans sa classe.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Chambre cinquante et un.
Classe : Troisième sport niveau D.
Spécialisation. : Boxe.
Situation amoureuse : Mmh. C'est compliqué...

Travail : Barman dans une boîte de nuit. (A menti sur son âge pour ce job.)
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 267
Points. : 5
Date de naissance : 15/07/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Fiche de présentation. ☃️ Fiche de liens., ☃️ Fiche de rps.
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Dim 28 Déc - 20:17
Je n'avais pas bougé de mon banc depuis le début de la soirée. Certains me qualifieraient comme étant pathétique, surtout ceux qui rentraient et sortaient sans arrêt. J'voyais leur regard se poser sur moi, qui ne faisait que changer de position, et enchaîner clope sur clope. J'en avais marre, je m'ennuyais, et j'avais presque fini mon paquet. Mais pourquoi j'rentrai pas en fait ? Le dortoir n'était qu'à quelques mètres. C'était seulement parce que j'tenais à reconnaître Juliet, et c'est pour ça que je restai là, encore et encore, scrutant derrière mon masque de voleur, les gens qui venaient et qui partaient. Je tenais à reconnaître cette silhouette bordel ! Ah. Ah. J'ai porté la main à mon cœur, alors que je commençais à ne plus pouvoir respirer. J'ai senti que je me mettais à saigner du nez. Merde alors. Ma tête m'a défoncé une nouvelle fois, comme pendant que je m'entraînai avec Enzo. On peut m'expliquer c'que c'est qu'ce bordel ?! J'en peux plus quand ça m'arrive, j'ai l'impression que je vais crever tellement ça m'fait mal. J'dois enlever mon masque. J'suis obligé, j'fais une hémorragie nasale là-dessous, en plus, j'ai l'impression qu'il entre dans mon visage, dans le but de me blesser encore plus. Je sens l'élastique étreindre mon crâne comme le lierre accule le mur. J'ai tout fait voler. Désolé Juliet, mais là, je ne peux juste plus.

J'ai fébrilement passé mes mains dans mes poches, dans l'espoir de trouver un mouchoir, sans succès. En plus, je ne pouvais me lever, j'avais trop peur de m'écrouler. Il ne fallait pas que je tombe dans les pommes ce soir. J'connais bien ces cons du bahut, ils iraient prévenir mes cousins, et ça gâcherait tout leur bal. J'me suis relevé plusieurs fois pendant mes combats d'boxe, c'pas un mal de tête qui m'achèvera. En attendant, c'que j'étais en train de ruiner, c'était mon costume, puisque je n'arrêtait pas de m'essuyer le sang qui coulait à l'aide de ma manche. Pas très propre me direz-vous, mais je n'ai d'autres choix. J'ai penché la tête en avant, tandis qu'une main s'accrochait désespérément à mes cheveux. Je serrai les dents, si fort que j'en suis presque venu à penser que ma mâchoire allait finir par exploser. J'pense pas que j'ai pleuré, même si je sais qu'une larme a fini par s'échapper de mon œil droit. Au bout de quelques minutes, ça a fini par passer. Enfin. J'ai prit une lourde inspiration, avant de m'allonger sur le banc, explosé par ce qu'il venait de m'arriver. J'pense pas que ce soit vraiment normal, mais tant pis, c'pas bien grave, ça finira par passer. C'comme un rhume ou une grippe. Quelques médocs et hop, au lit, comme ça, j'suis tranquille.

J'ai regardé, dubitatif la manche noire qui était tâché de sang à présent. J'sais pas comment j'arriverai à ravoir cette veste, franchement. Ma mère, à chaque fois que je rentrai, elle me disait d'enlever mes vêtements quand je me battais, parce que le sang, ça partait pas à chaque fois, et qu'elle devait souvent jeter mes vêtements puisqu'ils étaient irrécupérables. J'ai passé un bras sous ma tête, histoire d'avoir un dossier, et j'ai sorti une clope que j'ai porté à mes lèvres. Je l'ai allumé, en regardant le ciel. Voilà que le pouilleux enlève son déguisement de prince, pour retomber dans le quotidien qu'est le sien.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~


   
I made a mistake. I fell in love.
I fight against my demons. I fight to don't love anyone. I lost a fight, and with, I lost my soul. She left me, and she broke my heart. I can't make sense anymore. Now, I'm dead.by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Dim 28 Déc - 21:36
Alors que je commençais à m’éloigner de la piste, je marquai un temps d’arrêt et me retournai pour vérifier que ma partenaire masquée est prise la décision ferme ou non de me suivre. Elle aurait pu esquisser un pas avant de se rétracter et de préférer continuer à danser. J’étais de bonne humeur et je ne faisais pas grande affaire du ridicule et de l’humour, mais pour part, ce soir, c’était encore un peu trop me demander que de m’adonner à la fièvre du Gangnam Style. Mais alors que je m’étais retourné vers la piste, je le vis, fidèle à lui-même, paré à faire un show qui serait à la mesure de son excentricité, je n’en doutais pas. Un sourire affectueux et amusé naquit sur mes lèvres tandis que je l’observai un instant de loin. Seiichi m’avait manqué pendant ces deux années, sans doute était-ce maintenant que je le retrouvais que je m’en rendais vraiment compte. Je serais bien rester pour admirer le spectacle cependant, le risque qu’il me reconnaisse était trop grand, il valait mieux jouer la carte de la prudence. De toute façon, je pouvais déjà voir certains élèves avoir le réflexe de sortir les téléphones portables pour filmer la scène qui se préparait. Nul doute que j’aurais l’occasion de voir cette vidéo prochainement. Seiichi lui-même s’empresserait de me la montrer.


« Ne t’en fais pas pour lui, lui répondis-je souriant à propos du garçon tombé dans le punch. Quelque chose me dit qu’il a l’habitude de ce genre de situation et qu’il ne doit pas avoir tardé à s’en être remis ! »

Je me détournais définitivement de la piste de danse pour marcher en direction de la sortie. A peine avais-je mis un pied dehors que je sentis l’air glacé de cette nuit de décembre cinglé mon visage. Mon corps lui fut protégé de la morsure du froid par la foule d’élèves qui se croisaient en cet endroit. Un grand nombre était sorti il y a peu, fuyant également la piste de danse, puis entendant la rumeur d’une ambiance en pleine explosion à l’intérieur, ils rebroussaient chemin. Ainsi s’effectuait un chassé-croisé au niveau de la porte d’entrée du gymnase. Je regardai autour de moi cherchant le visage de ma partenaire afin de m’assurer qu’elle parvenait me suivre au milieu de tout ce monde. Elle était encore là juste à côté, je pris alors sa main dans la mienne, entrelaçant nos doigts, regardant droit devant moi pour être certain que nous ne soyons pas séparer. J’agissais souvent de la sorte naturellement, sans prendre garde aux conséquences. Parfois, je savais me servir de ses petits gestes pour combler le coeur des gens, parfois, ils m’échappaient et j’agissait sans arrière pensée. Jordan me l’avait reproché un certain nombre de fois. A ce souvenir, dès que nous fûmes sortis de cette marée humaine et que nous disposions d’un peu plus d’espace, je relâchai sa main.

Nous nous éloignâmes un peu du gymnase tous les deux, en silence, nous enfonçant dans les allées et jardins. Je marchai devant et elle me suivait quelques pas derrière moi. Du regard, j’admirai toutes les décorations qui ornaient les alentours du gymnase auxquelles je n’avais pas vraiment eu le temps de prêter attention en arrivant. Il faisait alors trop froid pour que je m’y attarde. A présent, il ne faisait assurément pas plus chaud, au contraire, de surcroît je n’avais plus ma veste, mais prendre l’air était mon idée, il fallait que j’assume ma bêtise. Par ailleurs, un peu d’air frais après m’être autant dépenser et un peu de calme aussi, n’était pas pour me déplaire. J’entends alors les pas de la fille qui m’accompagnait bifurquer légèrement. Je me retournai pour la voir s’asseoir sur un banc. Je m’arrêtai, levant les yeux au ciel pour admirer la nuit étoilée, un instant. L’air qui sortait de ma bouche formait une légère fumée blanchâtre. Mes mains dans les poches de mon pantalon pour les protéger du froid, je revenais alors vers ma partenaire pour m’asseoir à côté d’elle sur le banc.

« Je ne sais pas comme vous faites ! m’exclamai-je en marchant vers elle. J’admire la dextérité des femmes à être perché sur des talons pendant des heures ! »

Je m’assis sur le banc et ajoutai :

« Et non, je ne m’y essaierai pas ! plaisantai-je. Ma soeur a déjà essayé de m’en faire chausser, mais je ne me laisse pas piéger aussi facilement ! »

Je sortis alors une main de ma poche pour venir poser mes doigts sur le dos de l’une des siennes, afin de vérifier qu’elle ne soit pas congelée.

« Tu n’as pas froid ? » m’enquis-je de lui demander gentiment.

Malheureusement, si sa réponse était positive, je ne disposais plus guère de veste à déposer sur ses épaules pour tenter de la réchauffer. D’ailleurs, ma malicieuse partenaire de soir aborda justement le sujet de ma veste mais avant de lui répondre, je relevais un détail que je me fis également un malin plaisir de souligner :

« Il est vrai que vous les occidentaux, vous êtes quelque peu défavorisés en matière d’anonymat. Vous n’êtes pas les plus difficiles à reconnaître… »

Si j’avais une petite idée de l’identité de la personne à qui je pouvais avoir à faire ? Peut-être bien que oui, mais je n’en dirais plus car je m’exposerai alors également à lui révéler mon identité du fait que je puisse la connaître un minimum et que j’ai déjà eu l’occasion de l’observer à plusieurs reprises, comme en classe par exemple. Un masque ne dissimule qu’un visage, un détail sur ce qui fait l’identité des gens, surtout pour quelqu’un comme moi qui prend grand soin à observer et à analyser ceux qui m’entourent.

« Pour en revenir à ma veste, il se trouve que tu es la troisième fille que j’emmène dehors pour l’embrasser ce soir et que j’ai donc dû faire don de ma veste à l’une d’entre elle dont la robe ravissante laissait à la fois ses épaules et son dos dénudés. »

J’avais prononcé ses mots avec sérieux, plongeant mon regard dans le sien comme si je me préparai effectivement à l’embrasser. Puis, je souris et rit brièvement. Je laissai ainsi comprendre que je plaisantai, probablement, mais je ne lui en dis pas plus non plus. Puisqu’elle était curieuse de ma personne, cela m’amusait d’entretenir sa curiosité. Du bruit nous parvint alors en direction du gymnase que nous nous pouvions apercevoir en partie depuis notre banc. Je tournai la tête dans cette direction.

« Il y a l’air d'y avoir de l’ambiance là-bas ! »

Je me relevai alors.

« Bien ! Retournons-y ! » m’adressai-je à elle avec mon sourire habituel, si frais, presque innocent.

Sans lui demander son avis, toujours un soupçon malicieux pour le coup, je me dirigeai vers le gymnase. En arrivant à proximité, j’attendis qu’elle arrive à ma hauteur. Depuis l’intérieur, on pouvait entendre la musique de la Chenille. Une Chenille qui ne tarda d’ailleurs pas à faire sa sortie du gymnase avec en tête comme j’aurais pu le parier, inévitablement, Seiichi !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Mar 30 Déc - 8:20
On pourra dire ce qu’on voudra, mais n’empêche que les trois quarts des élèves présents dans la salle du gymnase ce sont peu à peu greffer à la Chenille à la tête de laquelle j’étais ! D’accord, certains n’ont pas toujours eu vraiment le choix et une fois qu’il y a un c*n qui vous attrape par le bras et un autre pour poser ses deux mains sur vos hanches où vous épaules en vous ballotant et poussant, soutenu par plusieurs dizaines d’autres élèves derrière lui, vous avez plus vraiment le choix que de devoir rentrer dans la danse. Moi, je trouve que c’est ça qui est marrant ! Je crois que ce soir, j’allais devenir l’idole du DJ qui avait joué gros en passant de telles musiques qui sont souvent juge de paix : ou ça passe, ou ça casse ! Et là, ça passe ! Grâce à qui ? A Shuchiiii !

Bref, je n’étais pas peu fier à la tête de ma chenille géante qui chantait à tue-tête. Un calvaire pour les oreilles ! Mais de tous, j’étais peut-être celui qui chantait le plus faux ! Je m’en fichais totalement ! J’étais super heureux ! Pour ma première soirée dans cette école, je m’éclatai comme un petit fou et pour couronner le tout, j’avais les mains de la fille la plus charmante de toute la soirée, posés sur mes hanches acceptant de me suivre dans la folie de la Chenille. Elle était vraiment parfaite. Je pourrais bien finir par tomber amoureux de mon petit macaron pistache-chocolat blanc !

Mais l’heure n’était point au batifolage et à l’amour ! L’heure était à la Shuchi Party ! D’ailleurs, je trouve qu’on ne devrait pas appelé ça une Chenille mais une Shuchi ! Et puisqu’il y avait bien mieux à faire que de roucouler, que la Chenille au sein du gymnase semblait à son apogée sans être rassasiée pour autant, je me sentis investi de la mission de nous enquérir à la tête de mon cortège chantant des tous ceux qui avaient cru pouvoir fuir en allant dehors !

Et c’est partie ! On chante, on danse, et la Chenille sort par la porte pour défiler devant le gymnase ! Allez ! Hop hop hop ! On les attrape par-ci, par-là, tous les timides qui n’osent pas danser ! On les fait rentrer dans la danse. Aucune dispense ne sera acceptée ! C’est qu’il y en a du monde dehors ! Nous passions à côté d’un gros dur qui tirait la tronche -même sous son masque c’était pas difficile à devenir. Un élève de D pas très recommandable à en juger par sa dégaine, dans l’ambiance, je n’y prêtais pas attention et arrivé à sa hauteur, je l’attrapai par derrière en posant mes mains sur ses épaules et les secouant en rythme avec le reste de la Chenille. En principe, malgré mes muscles de sportifs - et Mon petit macaron pourra vous le confirmer - vu le morceau, je n’aurais dû pouvoir le pousser vers l’avant, sauf que là, j’avais une centaine de personnes qui « poussait » derrière moi alors le gros dur, il eut beau freiner des quatre fers, pas moyen pour lui de résister. On a dû passer à côté de ses potes parce qu’il y a deux gars qui ont eu l’air de bien se fendre la poire en nous voyant. Le molosse s’est alors dégager vivement de ma prise, il a attrapé ses côtés :

« Il y a pas de raison que vous ne vous amusiez pas non plus, les gars ! » grinça-t-il entre ses dents.

Et hop ! Trois de plus dans la chenille ! Ils s’étaient glissés juste derrière Kaze pour le moment, le fameux molosse tapota l’épaule de celui-ci - oui, je vous raconte ce que je n’ai pas pu voir, mais c’est pas grave - comme pour lui signifier que peut-être bien ils se connaissaient et que peut-être bien il le reconnaissait… Ou peut-être pas ! De toute façon, là, ils étaient tous dans le même bateau ! - même si c’est une chenille …-.

Et nous nous continuons encore et encore, car oui, c’est un remix et la Chenille n’en finit pas ! Elle n’a pas fini de prendre tous les voyageurs ! Oh ! Tiens d’ailleurs ! Un nouveau quai de gare ! Je fais de grands gestes de la main :

« Youhou Dobby ! »

Nous arrivions vers le gnome de maison de ma chambre. Toujours accompagné de sa donzelle, le coquin ! Dommage mais comme le dit de la Chenille elle-même :

« Eh ! Vous les amoureux ! Remuez-vous un peu ! C’est pas le moment de roucouler! »

Hop là ! Je fis signe à Dobby de nous rejoindre ! Et s’il ne comptait pas le faire et s’enfuir, il peut compter sur une main pour l’attraper, histoire de dire « Il y a pas de raisons pour que tu y échappes ! ». Dobbi se retrouva alors dans la Chenille, juste derrière Kaze et la brute épaisse que nous avions récupérer un peu plus tôt.

« J’espère que tu m’accorderas la prochaine danse mon p’tit farfadet ! » se moqua le molosse au creux de son oreille.



Et une fois de plus, je raconte ce que je ne peux pas savoir mais si vous êtes pas content, arrêtez-vous donc à la station du bureau des réclamations. Ah bah non ! Il y en a pas ! La jolie brune, elle fut prise en sandwich entre les deux potes du gros dur qui finalement trouvaient le délire amusant eux aussi !

« Poses tes deux pieds en canards ! C’est la Chenille qui redémarre ! »

La boucle continuait son périple, je me dirigea partout où je voyais des gens. Puis alors que je pensais me diriger dans telle direction, je sentis une influence exercée en toute logique par Mon Petit Macaron juste derrière moi mais qui trouvait peut-être bien son origine encore un peu plus loin, derrière elle, qui fait que nous avons bifurqué un tout petit peu plus tôt que prévu pour revenir dans la direction de l’entrée du gymnase. En même temps, la Chenille était devenue tellement grande que sa trajectoire finale à la queue était bien différente de celle de la tête. Limite vue du ciel, on aurait pu croire un serpent bourré qui ne savait plus où il habitait !


Bref, bref, bref ! Tout ça pour dire que, une fois ce petit tour effectuer, et le plus d’élèves possibles embarquer dans la Chenille, voici celle-ci de retour dans le gymnase pour un ultime tour en spirale afin que pour terminer je me retrouve pile au milieu de la piste de danse et … MADISON !

« C’est reparti ! s’exclama le DJ dans son micro. Tout Miyusaki est sur la piste de danse ! C’est partie pour une chorégraphie de Madison ! Tous ensemble ! »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Mar 30 Déc - 19:08
Alors que le jeune homme évoqua sa mère, l'adolescente resta de marbre. Elle ne tenait pas à montrer ses faiblesses devant le premier inconnu qu'elle rencontrer. Déjà qu'elle ne pas montrer ses faiblesses à sa propre famille. C'était une fille très orgueilleuse qui voulait toujours se montrer plus forte qu'elle ne l'était. Elle préférer faire comme si ce n'était pas grave, comme si elle n'était pas blessée. Une fois, elle joue avec son frère au skateboard et pour l'impressionner elle avait fait "la descente de la mort" comme ont l'appeler dans son quartier. Seulement elle était allé trop vite et s'était écorché les jambes et les bras. Même si des larmes roulaient le long de ses joues sans qu'elle puise les contrôle elle était resté calme et avait voulu remonter sur son skate pour recommencer sans tomber.

"Oh, eh bien, ma mère et moi avons des caractères très different. On ne s'entend pas du tout. Mon père et elle sont divorcés et mon grand frère a aussi du mal à la supporter, du coup elle n'est pas invité." dit-elle sur un ton faussement léger.

Au début, elle ressentait de la peine pour sa mère. Elle était rejetée par son mari, par son fils. Scarlet se sentait obligé de rester en contact avec elle mais elle ne l'avait pas supporté longtemps et elle était maintenant la personne de la famille qui lui parler le moins. Ses grands-parents disaient que ce conflit s'arrangerait, mais c'était tout bonnement impossible. Même si elles étaient très différentes, les deux femmes avaient tout de même en commun un caractère particulièrement fort. Elles étaient terriblement têtues et n'avoueront jamais leur tord.

"Mais de toute manière c'est mieux lorsqu'elle n'est pas là. Donc je ne vais pas m'en plaindre. Et puis, mon frère ramène parfois ses conquêtes pour Noël, c'est assez sympa." dit-elle.


Enfin...il les ramenait à condition que l'obstiné Scarlet accepte de le partager pour Noël, car même si elle ne montrer que rarement ses sentiments, elle ne cacher pas sa jalousie et son besoin de protection envers sa famille.


Soudain, un garçon bien étrange s'approcha en faisant la chenille avec d'autre personnes. Dans sa tête, Scarlet se demander si elle avait le temps de fuir avant de se faire repérer. Mais trop tard, elle se fit attraper dans ce tourbillon de bonne humeur. Le garçon qui était responsable de cela sembler connaitre son cavalier. Alors comme ça le mystérieux inconnu s'appeler Dobby ?! Drôle de prénom.

"Nous ne sommes pas amoureux."
dit-elle entre ses dents.

Malgré tout, cette situation était amusante et elle entra dans le jeu. À quoi bon s'opposer. C'était la fête et même s'ils avaient tous l'air ridicule ce n'était pas bien grave. De toute manière, elle ne connaissait personne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Mer 31 Déc - 10:13
Esther sortit dehors. Pourquoi avait-elle mit une jupe avec un collant blanc ?
Il faisait froid et elle s'ennuyais à mourir. Celle-ci avait déjà enlever son masque.
Elle avançait ses mains sur ses hanches. Esther décida de s'asseoir sur un banc déjà occupé,
et puis si le mec avait quelque chose à dire elle lui répondrait :

"Mais tu sais mon grand ! Je me met où je veux si t'es pas content va te faire !"


Esther s'assit regardant devant elle. L'adolescente critiquais les robes et les masques.
L'une était trop courte et la couleur n'allait pas avec son teint, une autre trop longue et 
aucune parfaite. Soudain elle remarqua que son col écolier au bord de dentelles blanches 
(décidément  elle aimait la dentelle) alors Esther remit son col avec ses beau doigts.

Elle avait toujours son gobelet dans la main ! Vide...
Comme elle...Presque seule...Vide...

"Qu'est ce que je fais maintenant ?
J'attends qu'un garçon vienne me demander de partir danser avec lui..."
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Ven 2 Jan - 18:15


Devant le gymnase

-Youhou Dobby !

Dyllan lança un regard à droite, puis à gauche, personne. Ce geste lui était donc adressé ? Sérieusement ? L'anglais répliqua avec un air plutôt sérieux pour la situation, vexé que l'on salisse le nom du "génie" ainsi

-Je ne me nomme pas Dobby.

Mais pas le temps d'en rajouter ! 

Le londonien fût agripper puis emporter dans la chenille. Pauuuvre Dyllan, lui qui détestait ce genre de manie vulgaire d'après lui, celui-ci préférait un bal conventionnel avec des règles et des manières, pas des danses improvisés avec des inconnus saouls ou dans l'ivresse de la joie, c'était parfaitement ridicule pour le génie qui voulait gardé son titre de noble chevalier.

Tant pis.

Il fallait bien s'intégrer non ? Alors Dyllan se laissa faire et prit partie dans la chenille sans discuter.

-J’espère que tu m’accorderas la prochaine danse mon p’tit farfadet ! 

Dyllan lança un regard en coin à la personne qui avait oser dire ça. 

P'tit
P'tit
P'tit

Il avait prononcé le mot qu'haïssait l'anglais dont l'unique défaut et complexe d'après lui était : Sa taille. Bon 1 m 70 ce n'est pas non plus un nain, mais tout de même !

Le londonien lui lança un regard qui mélangé plusieurs sentiments, déjà la colère avec sa teinte sombre et mauvaise, tandis que l'expression majeur était un air hautain. Dyllan le regardait comme un misérable insecte, ce genre de moustique insignifiant qui nous saoule en faisant un bruit désagréable près de notre oreille.

Malgré tout, la phrase qui avait le plus attirer son attention venait de la belle inconnue, sa partenaire de danse avait lancé en entrant dans la chenille :

-Nous ne sommes pas amoureux.

...C'est vrai que la situation ne permettait pas de dire qu'ils étaient en couple, mais Dyllan se retrouva étrangement refroidi. Comme si le petit espoir dans son cœur, de voir le doux visage de la demoiselle masquée, et ne la conquérir en lui faisant la cours en espérant recevoir un baiser innocent en échange : s'était brisé en milles éclats. 

Dommage. 

Dyllan ne comptait pas partir dans une déprime totale pour une déception amoureuse...non...Un échec. Le génie considérait cette aventure comme un loingtain souvenir, il fallait l'oublier.
C'est alors que lors d'un virage, le prétentieux remarqua une opportunité pour se défaire de la chenille. Il la saisit sans réfléchir, sortant d'un coup de la file de danse en une sorte de petit saut sur le côté en laissant la chenille se reformait après la perte de ce membre.

-Yeah !

Lâcha l'anglais en s'en allant tranquillement, fier de son esquive.

C'est alors qu'en marchant, le cavalier retira enfin son masque : Sa soirée se terminait.

Mais alors qu'il rangea l'oeuvre de son artiste vénitien favori sans la poche de sa veste, celui-ci remarqua une fille seule sur un banc. La pauvre, en plus avec ses grands yeux, on ne pouvait pas douter de ses origines occidentales. C'était peut-être une nouvelle comme lui. C'est pour cela que, dans une logique inévitable, Dyllan se sentait plus en confiance. Le londonien s'avança et, pour une fois, le gentleman avait plus des envies ...d'amitié.

Oui c'est étrange devant une superbe silhouette de vouloir faire ami ami, mais le génie commençait à en avoir marre de se faire recaler avec ses beaux discours. Autant partir sur une relation de confiance sans réfléchir à ses mots et faire des techniques de séduction connus de tous.

C'est alors que la garçon s'approcha d'elle, les mains dans les poches, en lançant tout simplement :

-Bonsoir. Avec son fort accent anglais

code par wordstorm

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Sam 3 Jan - 15:07
La soirée était fraîche. Une légère bise glacée se faisait sentir, faisant voler une mèche de cheveux qui vint chatouiller le visage de la belle occidentale. Celle-ci la repoussa de la main et vint la placer derrière son oreille. Assise, elle pouvait enfin soufflée, depuis ce début de soirée assez mouvementé. D'abord son frère qui l'invitait à danser -contre toute attente-, et ensuite, le reste de la soirée à danser comme une folle dans les bras d'un inconnu, qui semblait aussi bon danseur que gentil et attentionné, voir drôle. Autant vous dire qu’elle ne s'était pas ennuyée une seconde ! D'ailleurs, ce dernier était à ses cotés, assis sur le banc, prenant un bol d'air frais avant de retourner s’amuser. Si elle fut assez surprise qu'il la complimente sur son "courage" à porter ou danser avec des talons, elle le fut encore plus quand il évoqua sa sœur. Premier indice sur sa personne. Mais ce n'est pas vraiment cela qu'elle retint, à vrai dire, elle fut plus amusée par la vision de ce dernier en talon. Et aussi, parce qu'elle aussi serait surement capable de vouloir en faire porter à Nowaki pour un quelconque objectif ! Pauvre frère ? Mais non. Disons plutôt qu'il avait l’habitude de ce genre de folie de sa part.

"Non, je n'ai pas froid, merci."

Sa surprise fut grande quand il évoqua le fait qu'elle était plus facilement reconnaissable. Mais oui, quelle courge ! La demoiselle n'avait pas pensée une seconde que parmi tous ces japonais, elle ne serait pas bien difficile à démasquer ! Certes, le masque cachait en grande partie ses traits, mais aucune orientale n'avait ses cheveux... Ni sa peau blanche, légèrement rosée ! Et ses yeux vert ! Il fallait qu'elle apprenne à réfléchir d'avantage ! Dire qu'elle était en A. Enfin, n'empêche, son cousin, malgré tous ces indices, n'avait pas réussi à la retrouver. Alors au fond, peut être qu'il n'était pas si aisé de la reconnaître ? 

"A t'écouter, on pourrait presque croire que tu me connais et m'a reconnu !"


Peut être était-ce pour cela qu'il lui disait quelque chose ! Ou peut être était-ce juste son imagination qui lui jouait des tours... Qu'importe, de toute façon, ils n'avaient pas le droit de se donner des "indices" sur leur personne. Ou alors, pas volontairement. Ainsi, alors qu'elle était pensive et avait "baissé sa garde" -bien que cette dernière ne voit jamais personne comme un danger ou autre-, le jeune homme répondit à sa question avec un sérieux et un naturel déconcertant. Tiens donc, serait-il un dom juan ? Ouvrant d'abord de grands yeux devant cette possibilité, elle finit par se mettre à rire avec lui, quand celui-ci commença. Alors c'était une blague ? Ou peut être avait-il surement vu qu'elle ne se laisserait pas avoir comme ça ? A vrai dire, elle n'en savait rien, et cela rendait l'inconnu encore plus mystérieux qu'il ne l'était déjà. Ba, qu'importe après tout ? Il n'avait rien fait, elle croirait donc à une plaisanterie de sa part. Son sourire s'épanouie de nouveau sur ses lèvres, comme s'il ne s'était rien passé, et c'est avec plaisir qu'elle accueilli l'idée de retourner s'amuser à l'intérieur. Pas que désormais, elle commençait à se refroidir dangereusement mais...

"Allons-y !"


Si elle lui avait répondu, son cavalier ne l'avait en rien entendu, puisque ce dernier ne l'avait pas attendu, prenant les devants. Et à vrai dire, ça ne la dérangeait pas. Mais on pouvait dire qu'elle était prise de cours. Alors c'est ce que ressentait Nowaki et Minoru à chaque fois qu'elle ne leur laissait pas le choix ? Amusant ! Se dépêchant, l'adolescente fini par arriver à sa hauteur au moment où la chenille faisait son entrée à l’extérieur. Une chenille au Japon ! Si Juliet ne s'y attendait pas, elle n'en était pour le moins pas plus contente ! Finalement, les japonais n'étaient pas si coincés, ils savaient s'amuser. La chenille était dirigée par le même type qui faisait son show tout à l'heure, et il semblait tout autant à fond. Celle ci fit un peu toute la cour, mais au moment d'arriver à leur hauteur, bifurqua vers l'entrée de la salle. Ah non ! Elle aussi voulait faire partie de cette "danse" ! Reprenant les devants, la jeune fille attrapa la main de son partenaire et l'amena sans lui laisser le choix vers la fin de la chenille où ils prirent place. Au passage, elle pu apercevoir son frère, capturé à l'intérieur et elle ne pu s'empêcher de rigoler à cette vision. Personne n'y avait échappé, ils ne feraient pas exception. Pile au moment où ils finirent leur tour, la musique s'arrêta, et c'est dans une ambiance de folie que débuta la madison ! Prête à se déhancher une fois de plus sur la piste, elle se laissa entraîner par la musique.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Ven 9 Jan - 18:11
Event terminé, sujet déplacé dans le gymnase.

Le sujet restera ouvert jusqu'à ce qu'il soit terminé, ou qu'il n'obtienne plus de réponses.

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase. Mar 13 Jan - 14:04
Comme le sujet n'obtient plus de réponses, je l'archive.


Bon jeu !


Pocahontas.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Tous] Devant le gymnase.
Revenir en haut Aller en bas

[Tous] Devant le gymnase.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Tous] Devant le gymnase.
» Joyeux noel à tous!
» René Civil devant le tribunal criminel
» TITIDE A PERDU 3 DENTS DE DEVANT ; KONSTITISYON1987 LA KADIK
» "Tous ensemble seuls 2 - Demain c'est aujourd'hui" (Everybody's alone 2 - Tomorrow is now)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Events.-