RSS
RSS



 

Partagez|

Donner l'occasion à quelqu'un de vous découvrir, c'est risquer que ce dernier veuille vous côtoyer. [Enzo Carswell - Brooke R. Stown]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Donner l'occasion à quelqu'un de vous découvrir, c'est risquer que ce dernier veuille vous côtoyer. [Enzo Carswell - Brooke R. Stown] Mar 30 Déc - 19:58

Le temps était gris, le vent, froid. L’hiver s’installait progressivement sur la grande ville si dynamique qu’était Tokyo. Doucement, les bâtiments que j’avais pris l’habitude de voir s’ornaient de nouvelles ombres ; l’atmosphère muait avec les mois qui passaient, et mes pensées aussi.

Paradoxalement, nous avions été accueillis, mes parents et moi, par une superbe après-saison, lors de notre arrivée au pays du Soleil Levant. Le soleil brillait, avait déversé toute sa chaleur sur les îles nippones et dans les airs embaumait un parfum persistant d’été. La météo était idyllique à mon arrivée, et moi j’avais quelque peu brouillé du noir. Hormis les effluves iodées qui se dégageaient de l’océan non loin de là et me rappelaient les douces odeurs qui avaient bercées ma jeunesse, tout me semblait étranger dans ce pays qui, à vrai dire, l’était. Je n’avais jamais mis les pieds au Japon, pas plus que je ne m’étais intéressée à sa culture avant que ne me soit annoncé notre déménagement.

Bref, mes premiers instants ici, malgré la météo clémente sous lesquels ils s’étaient passés, avaient été difficiles. Néanmoins, mes tendances nostalgiques s’épuisaient, au profit de ma curiosité. Oui, une fois les premières impressions, les premiers chocs passés, je découvrais avec plus d’intérêt  les us et coutumes nippones. Et pourtant, c’était à cet instant-là que le temps avait décidé de se gâter ! Difficile donc pour moi de mettre le nez dehors pour découvrir les multiples temples et paysages aux extérieurs de Tokyo !

Une brise souffla le long de la rue, faisant virevolter les petits papiers déposés tantôt sur le goudron, et s’infiltra entre mon trench et mon écharpe en laine, saisissant la seule infime parcelle de peau découverte de ma nuque. Fuck ! Bravais-je le temps déplorable afin de pallier à mes envies de découvertes ? Pas le moins du monde ! Il n’en tiendrait qu’à moi, je n’aurais pas mis un orteil dehors ! Néanmoins, une force surpuissante à la mienne m’avait incitée aujourd’hui à abandonner l’idée fort agréable d’une journée sur le canapé.  Victime d’une prophétie de Dieu ? Pire que ça !
Je contemplais le bâtiment face à moi, à savoir le lieu de prédilection de la boxe. Ce que je fichais, plantée là ? Je gelais. Non plus sérieusement, je consultais les horaires d’ouverture du centre et constatais non sans joie qu’il était actuellement ouvert.


Je me précipitai donc à l’intérieur, ravie de pouvoir me réchauffer un peu. Ce que je faisais là ? C’est vrai que je n’avais toujours pas répondu à la question…Alors voilà, je partais en quête de renseignements ! Non pas pour une éventuelle inscription dans le club, non. Niveau violence sportive, le hockey pouvait être parfois bien suffisant !  En réalité, mon adorable et charmant professeur de sport nous avait chargés, il y a quelques jours de cela, d’un travail monstre. En d’autres termes, il avait pour chacun de nous défini un sport, différent du nôtre forcément, exigeant  de nous que nous apprenions diverses techniques de différents sports, afin de « nous enrichir et de nous inciter à être plus inventifs dans notre gestuelle ».

Réjouissance, en somme. D’autant plus que je doutais d’une quelconque association entre la boxe et le hockey… Un uppercut n’était guère le bienvenu sur une patinoire… Bon. Je me frottai les mains, mon cahier de note où était accroché un stylo sous le bras. Par où allais-je commencer ?
Les professionnels que j’aurais pu interroger étaient actuellement occupés. Un membre du club alors ? Un coup d’œil du côté des vestiaires et le silence qui régnait m’apprit que nulle vie humaine ne s’y trouvait non plus.

Heum… Que suis-je censée faire ? Poursuivre ma route ? Je n’avais guère le choix, non ? Je marchais donc juste à une porte battante, surmontée d’une sorte d’hublot.
Je me relevai donc sur la pointe des pieds, et tâchai de regarder à travers la vitre. La salle d’entraînement donc. Les bruits des coups sur les gros matelas parvenaient jusqu’à moi, étouffés.
Bon, qu’allais-je faire ? Commencer par ramasser mon stylo, qui venait de s’échapper des spirales du cahier et avait fini sa fuite sur le sol. J’aviserai après.
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Donner l'occasion à quelqu'un de vous découvrir, c'est risquer que ce dernier veuille vous côtoyer. [Enzo Carswell - Brooke R. Stown] Mar 30 Déc - 21:56
Après s'être endormis pendant le cours d'histoire, Enzo jugea préférable de se bouger le popotin et de faire un peu de sport pour ne pas risquer de comater alors qu'il tenterai de faire ses devoirs après cette longue journée. C'est pour cela, que le jeune homme affronta le froid pour atteindre le gymnase. L'air si glacial semblait l'avoir transpercé tel des épées trempé dans du feu. Il enfouit son visage dans son écharpe et ouvrit avec difficulté la porte de la salle de sport. Une fois refermer, il pouvait sentir son corps se réchauffer. Il se dirigea vers les vestiaires et se changea même si sur le coup, il avait bien trop froid pour enlever ses vêtements. Il prit ses protections, rangea son sac de sport dans un des casiers et entra dans la pièce principal pour commencer ses échauffements.


Tout en faisant des tours de salles -talons/fesses genoux/ventre- il commençait à s'éveiller. C'était d'ailleurs étrange car en temps normal il n'avait pas besoin de faire du sport pour avoir la pêche. Au contraire, il prenait même des médicaments pour se calmer. Mais il avait mal dormi et n'avait pas manger ce matin ce qui faisait que son énergie n'était pas à son maximum ce qui était assez reposant pour une fois mais ça ne durerai pas.


Aprés dix bonnes minutes d'échauffement le garçon se prépara pour monter sur le ring. Son premier adversaire était un dénommé Kentin Lewis. Il avait deux ans de plus que lui et ressemblait au garçon qui passer beaucoup trop de temps dans les salles de musculation. Sa peau était bleutée à cause de ses veines bien trop apparente sous son épiderme. La première penser d'Enzo était "Pourquoi ?" Pourquoi vouloir ressembler à ça ? C'était tellement laid d'être trop musclé. Une fille pouvait-elle vraiment le regarder et se dire :
"Oh, en dirai qu'il va exploser, c'est trop beau !" .
Le jeune homme en douter.
Il s'avança donc vers lui et commença sa bataille. 


******************************


Quelques minutes plus tard, le beau sportif s'était retrouver le dos contre le sol à regarder les étoiles qui tournées autour de sa tête. Il s'essuya la bouche d'un revers de main pour y chasser le goût du sang et se remit à l'attaque. Son adversaire était sans doute l'un des meilleurs qu'il avait combattu. Il était fort, mais ne manquer pas de rapidité non plus. Hélas, quelque coup plus tard, Enzo perdu son duel.


Il n'arrêta pas pour autant. Au lieu de faire une pause et d'aller boire, il attendit un autre adversaire. C'est ainsi qu'il se trouva en fasse du grand mais mince Tokkie Yoshikazu. Il avait son âge mais n'était pas particulièrement douer. Tout le monde penser qu'il faisait boxe seulement pour faire plaisir à son père mais qu'en faite, son rêve le plus secret -ou pas secret vu que tout le monde s'en doutés- s'était de faire de la couture.


Comme il s'en était douter, le combat fut rapide et il ne prit pas beaucoup de coups contrairement à sa première joute. Il salua son adversaire et sortit du ring, content d'avoir retrouvé son plein d'énergie même si cela lui avait coûté une entaille à la lèvre.


Il tourna la tête et vit une chevelure blonde apparaitre derrière la vitre. Suivait-elle les combat depuis longtemps ? Avec un petit sourire au lèvre il alla se changer en espérant que l'inconnu soit toujours là lorsqu'il allait sortir. Il se revêtit rapidement pour ne pas être toucher par le froid. Une fois sortit, la tignasse d'or avait disparu a son grand déplaisir. Il se dirigea néanmoins vers la porte -car c'était un peu la seule sortie, et vit la jeune fille qui était pencher vers le sol. C'était elle cachée parce qu'elle avait était vu en train d'observer les jeunes athlète s'entrainer ? Il l'a regarda avec étonnement et se pencha vers elle.


"Tout va comme tu veux ?" chuchota-il avec un petit sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Donner l'occasion à quelqu'un de vous découvrir, c'est risquer que ce dernier veuille vous côtoyer. [Enzo Carswell - Brooke R. Stown] Mer 11 Fév - 14:57
Stylo ! Petit, petit, petit... Où te caches-tu ? Stylo ?
J'étais à présent accroupie, les genoux au contact du sol, la fraicheur de la faïence transperçant mon jean.   Je me trouvais toujours dans le recoin le plus sombre du couloir, vers l'encadrement des grandes portes battantes menant d'après mes coups d'oeil précédents à la salle d'entrainement, tâtonnant du bout des doigts le carrelage glacé et les quelques saletés qui s'y étaient déposées, à la recherche de mon stylo fugitif. 
Et il pouvait être fier de sa fuite, celui-là ! Non parce que voilà une bonne minute que j'effleurais des tas de poussières, sans parvenir à le distinguer dans la pénombre. A moins... qu'il se soit réfugié sous ce meuble juste-là, calé contre le mur perpendiculaire à la porte ?
N'excluant pas cette hypothèse qui était, à vrai dire tout à fait possible, je jetai un coup d'oeil concis sur le dessus du meuble - après tout, s'il n'était pas par terre, peut-être avait-il atterri ailleurs avant de tomber au sol ? - et découvrais une photo typique de club, réunissant tous ses membres, élèves et entraineurs en tenue de combat.
Bon, il fallait se rendre à l'évidence : j'allais devoir me mettre à plat ventre dans l'espoir de récupérer ce fichu stylo ! Je m'exécutais donc, peu consciencieuse du sort de mes vêtements et des mèches blondes qui s'éparpillèrent alors sur le sol froid, plutôt concentrée à distinguer la silhouette de mon fuyard... Et je le vis enfin, ce brigand ! Bien enfoui sous les profondeurs abyssales du meuble, évidemment.
Sans grande conviction, je m'employai ainsi à glisser mes doigts, quand un grincement parvint à mes oreilles. Les portes s'ouvraient. Ne pas bouger, ne pas bouger. Qui sait, peut-être que je passerai inaperçue, bien que la larve que je faisais était difficilement dissimulable...
Et les mots qui me furent susurrer me prouvèrent bien mes craintes. Alors, je me redressai sur mes genoux rapidement et dans mon élan me cognai la tête contre l'une des portes du meuble qui s'ouvrit sous la pression. Bon...
Si tout allait comme je voulais ? Comment dire... 
" Oui. " dis-je, tout en regardant farouchement le nouvel arrivant. Il ne s'agissait pas là d'un entraineur ; l'homme auquel je faisais maintenant face, puisque je m'étais relevée complètement, était jeune et avait peut-être même mon âge.
Ne le quittant pas des yeux, histoire de pouvoir me venger d'une quelconque raillerie s'il s'avisait d'en faire une, je refermai d'un coup la porte du meuble. Et maintenant ? Le bel inconnu allait-il se décider à poursuivre sa route, ou non ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Donner l'occasion à quelqu'un de vous découvrir, c'est risquer que ce dernier veuille vous côtoyer. [Enzo Carswell - Brooke R. Stown] Dim 22 Mar - 11:52
L'un des membres du Rp étant supprimé, j'archive le sujet.

Bon jeu.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Donner l'occasion à quelqu'un de vous découvrir, c'est risquer que ce dernier veuille vous côtoyer. [Enzo Carswell - Brooke R. Stown]
Revenir en haut Aller en bas

Donner l'occasion à quelqu'un de vous découvrir, c'est risquer que ce dernier veuille vous côtoyer. [Enzo Carswell - Brooke R. Stown]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Aimez vous lire ?
» Ahh ! L'Amour... (si vous êtes une femme, retournez immédiatement d'où vous venez) TERMINE
» " Si vous nagez dans le bonheur, soyez prudent, restez là où vous avez pied " [PV Utsuroi Ori]
» Vous n’avez aucun contrôle sur les choses mais vous avez le moyen de contrôler la façon de réagir à ce qu’il vous arrive. Tout n’est que perception [Illusion Ephémère]
» Vous seriez immergé sans vêtement dans mon caisson et vous seriez fortement drogué • ft Sam Kayero

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Abandonnés.-