RSS
RSS



 

Partagez|

Les rouages du temps n'atteignent pas les choses les plus précieuses. [Junpei Ogawa/ Miyuki Merci / Hayato Kazeyama.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Messages : 18
Okane (お金) : 41
Points. : 0
Date de naissance : 15/11/1992
Age : 24
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation, liens, rps.)
Je suis un honnête citoyen.
Junpei Ogawa
MessageSujet: Les rouages du temps n'atteignent pas les choses les plus précieuses. [Junpei Ogawa/ Miyuki Merci / Hayato Kazeyama.] Ven 27 Fév - 18:52
Quatre ans. Chaque année, je pensais toujours à Hayato. Mon cœur semblait ne jamais guérir de notre séparation. Je me rappelle encore de ses adieux déchirants lorsqu'il est parti pour Tokyo. Pourtant, on m'avait toujours répété de ne jamais regardé en arrière. Vivre dans le présent était le véritable secret du bonheur. Je ne pouvais m'y résoudre, ma vie se trouvait à Himeji, auprès des deux personnes les plus chères à mes yeux. Dire que c'était moi-même qui avait tenté tant bien que mal de rompre les liens. Être désagréable en voyant Miyuki, essayé de ne jamais répondre à Hayato. Mais chaque fois, je n'arrivais pas à l'être jusqu'au bout. Il ne fallait pas qu'ils soient entraînés dans cette histoire, maintenant qu'ils avaient capté que j'avais tenté de m'enfuir une fois, ils ne me lâchaient plus, m'attendant de pied ferme chez moi, alors que je tentais de mon mieux de protéger Akira. Un soupir las passa la barrière de mes lèvres alors que je me dirigeais vers la crèche de mon gosse. Evidemment, elle était publique. Je ne pouvais pas me permettre de lui payer un établissement privé. Déjà que j'avais du mal à boucler les fins de mois, malgré mes deux boulots. Je n'en pouvais plus.

Je suis arrivé devant, avant d'entrer, arborant mon plus sourire, alors que mes yeux suivaient tous les gamins qui arrivaient pour voir qui était là.

« Otôsan ! » a crié mon bout de chou en me sautant dessus, alors que je m'abaissais pour le prendre dans mes bras.

Les surveillantes m'ont salué d'un hochement de la tête, et je leur ai répondu, en leur lançant un « Otskare sama ! » (Bon travail)

J'ai ensuite posé Akira au sol, tout en le tenant par la main. Nous n'avions pas beaucoup de temps à passer ensemble. Dans deux trois heures, j'allais prendre mon travail d'hôte au club pas loin. Le seul qui m'ait proposé de laisser Akira dormir sur place le temps de mon travail. Je n'ai pas cherché plus loin. J'ai accepté ce poste. Ce n'était pas une vie pour un enfant de se retrouver réveillé au beau milieu de la nuit pour rentrer. Je m'en voulais de lui faire vivre une telle vie, aussi, quand il m'a demandé d'aller au parc de jeu pour jouer avec les enfants, je n'ai pas pu refusé. Il était bien couvert, donc, il ne risquait pas d'attraper froid, ça, c'était certain.

Nous sommes donc arrivés là-bas, il était vraiment heureux, et par conséquent, je l'étais moi aussi. Il a vite rejoint le toboggan, où il a rencontré une petite fille avec laquelle il a longtemps joué. Pour ma part, j'ai été m'asseoir sur un banc, extrêmement froid, et, les mains dans les poches, je l'ai observé jouer. Il était vraiment mignon. J'ai été distrait deux minutes par mon téléphone qui sonnait, affichant le prénom de Miyuki, et voilà que j'entendais les pleurs de mon mini-moi. J'ai levé un sourcil, rangeant immédiatement mon portable, pour aller à la rencontre de mon gosse, avant de le voir tenir sa joue, face à un adulte visiblement en colère. Ne me dites pas qu'il l'a frappé ?!

Je suis arrivé, moi aussi furieux, avant de tourner Akira face à moi, et de lui enlevé sa main. Non, mais je rêve, il l'a vraiment frappé ! Je me suis relevé, faisant passer mon bonhomme derrière moi.

« Non mais pour qui vous vous prenez ?! »
« Il a fait tomber ma famille. »
« Mais c'est pas lui... susurra l'enfant derrière l'homme. »
« Et alors ?! »
« C'est impardonnable. Il a reçu une très mauvaise éducation, et à suivre l'exemple de son frère... m'a-t-il lancé en me détaillant dédaigneusement. »
« Vous croyez que c'est pardonnable de frapper mon gosse ? »
« Votre fils ?! »
« Oui. »
« Normal qu'il ait reçu une mauvaise éducation. De toute façon, il n'était pas désiré je suis sûr. Tu m'entends mon garçon ? Ton papa ne voulait pas de toi, tu n'es qu'une contrainte pour l... »

Je n'ai pas tenu, et je lui ai mit une patate dans le nez. Non mais je rêve, pour qui il se prend ?! Bien sûr que je le voulais mon gosse !!! Akira a pleuré de plus belle, tu m'étonnes.


« C'est vrai Chichi (Papa) ? »
« Bien sûr que non ! » 

Alors que j'allais me retourner, j'ai vu l'autre furie me foncer dessus, pour m'attraper par le col. On a commencé à se battre, Akira pleuré de tout son cœur. C'est vraiment pas ma journée.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~






Signature (c) ystananas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les rouages du temps n'atteignent pas les choses les plus précieuses. [Junpei Ogawa/ Miyuki Merci / Hayato Kazeyama.] Ven 27 Fév - 19:17
Ce matin, j'avais décidé d'être gentille, et j'avais préparé le petit dej' pour Hayato et moi. Mais enfin, quand c'est moi qui fait la cuisine, y'en a au moins pour trente personnes. Après, je mange comme dix, donc on s'en fou un peu. Puis, c'est bien les reste. Ça permet de pas faire à manger les autres fois. Une fois que je lui ai préparé à manger, j'ai été faire un footing. Je me levais toujours beaucoup plus tôt que lui. Donc, je mangeais avant de partir, et je mangeais en revenant, pour lui tenir compagnie. Bah quoi ? C'est triste de manger seul, n'est-ce pas ? Moi, je m'en fou, mais j'aime pas voir les autres le faire. Du coup, ce n'est pas de ma faute si je mange plus. C'est parce que je suis trop gentille de toute façon. Mais les gens, ils ne veulent pas le comprendre. Si il y avait bien un truc que je faisais, c'était être discrète le matin. Mais ne vous inquiétez pas, ça n'arrive que le matin hein. Pas le reste du temps. 

Quand Hayato s'est levé, comme d'habitude, je lui ai sauté au cou, pour l'embrasser sur la joue. Bah quoi ? C'est normal pour les français. Je lui disais toujours bonjour dans cette langue en plus. Je ne sais pas s'il l'appréciait, mais moi oui, donc bon. En même temps, c'était mes origines ! Il fallait bien que je pratique, et pas que avec mon père qui m'appelait quand même tous les jours pour savoir si Hayato ne m'avait pas violé. Paradoxalement, il ne voulait pas que je vive seule, mais tenait à ce que je vive donc avec le chanteur qu'étais devenu Hayato. Enfin bref, après le petit déj, j'ai été prendre ma douche, et je suis partie m'entraîner pour mes trois heures habituelles. Course, sprint, saut, tout ce genre de choses qui me permettaient de me muscler. Un jour, j'aimerai bien aller courir avec Haya. Ça lui fera du muscle au moins. Enfin, plus qu'il n'en a déjà. Je suis rentrée, explosée, avant de retirer mes vêtements. Je n'avais aucun complexe à me balader dans la demeure en sous vêtements alors qu'il était là. Après tout, ça fait bien longtemps qu'on se connaissait. Tellement que j'avais carrément arrêter de compter. Faut pas croire, je suis vraiment faignante. Du coup, j'ai été reprendre une douche. Je ne sais pas très bien quelle heure il était, mais je sais juste que c'était rare quand on était tous les deux ensemble à la maison avant vingt deux vingt trois heures. J'en ai donc profité pour le traîner dehors. J'avais envie d'aller boire un café, et, quant à faire, j'avais envie de voir Junpei.

« Attends, j'appelle Junpei. Si il ne veut pas venir, on ira le chercher par la peau du cul !! » me suis-je exclamé.

Apparemment, dans la rue, beaucoup de monde m'a entendu puisqu'ils m'ont regardé vraiment étonné que je tienne un tel discours.

« Quoi ? Vous avez un problème ? Je vais vous casser la gueule moi hein !! » m'exclamai-je de nouveau devant les regards des gens qui au final passaient leur chemin.

J'ai composé le numéro de Junpei, mais il ne décrochait pas. Quel gros connard celui-là. Puis, j'ai entendu des pleurs, et j'ai eu de la peine, alors j'ai tiré Hayato jusqu'à l'endroit du parc où on les entendait, et j'ai vu Junpei se battre.

« Aaaaaaaaaaaah ! C'est pour ça qu'il répondait pas ! Va l'aider ! » 

Pour ma part, j'ai été récupéré Akira dans mes bras, pour calmer son chagrin, je lui faisais des grimaces, et je l'ai un peu éloigné du lieu de la bagarre, gardant quand même un œil sur Junpei.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les rouages du temps n'atteignent pas les choses les plus précieuses. [Junpei Ogawa/ Miyuki Merci / Hayato Kazeyama.] Dim 22 Mar - 15:38
L'un des membres du Rp étant supprimé, j'archive le sujet.

Bon jeu.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les rouages du temps n'atteignent pas les choses les plus précieuses. [Junpei Ogawa/ Miyuki Merci / Hayato Kazeyama.]
Revenir en haut Aller en bas

Les rouages du temps n'atteignent pas les choses les plus précieuses. [Junpei Ogawa/ Miyuki Merci / Hayato Kazeyama.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Abandonnés.-