RSS
RSS



 

Partagez|

"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Sam 28 Fév - 19:32
Je ne sais plus combien de temps avait passé entre l'épisode du tir à l'arc, et aujourd'hui. La seule certitude que je connaissais était celle de la douleur de ma séparation avec Scarlet, bien que, chaque jour, je soi impassible, ou alors, j'arborai un grand sourire. Rien ne s'était arrangé avec Neechan, bien que j'avais fait tous les efforts possibles, elle s'obstinait à me faire la tête, ne voulant plus entendre parler de moi. J'avais souvent eu envie de reprendre contact avec Scarlet, mais je voulais prouver ma bonne foi à ma sœur. Lui montrer qu'elle était la personne la plus importante. J'avais puisé au fond de mon âme pour trouver le courage de ne plus jamais parler à Scarlet, alors que mon cœur se brisait toujours chaque jour. J'avais même fini par casser mon portable, pour être sûr de ne jamais être tenté. Et pourtant, je n'arrivais pas à renoncer totalement à elle, puisque mon cœur ne battait que pour penser à ma dulcinée. Il m'arrivait souvent de regretter chacun de mes gestes. Mais une chose était certaine, si je devais à nouveau la rencontrer, je le ferai. Les moments passés à ses côtés étaient sûrement les plus beaux. Ceux qui resteraient au fond de mon cœur à jamais.

Je passais mes journées dans mon lit, même lorsque j'avais cours, je ne faisais plus l'effort d'y aller. Je ne mangeais plus non plus. Lorsqu'elle rentrait de cours, avec son visage épuisé, Sakura passait me voir. Je savais qu'elle se faisait martyriser par Teppei, mais, avais-je réellement le droit de lui dire quelque chose ? Oui. Mais je ne voulais pas. Je ne voulais pas envenimer les choses entre Neechan et moi. Si elle apprenait que j'avais prit la défense de Sakura, elle m'en aurait encore plus voulu. Et pourtant, voir ce petit ange malade à mes côtés me transperçait le cœur de toute part. Elle avait contacté Ôkasan, et Ôtosan pour moi, et elle m'avait poussé à me rendre au test de courage, m'extirpant de mes draps. Je me souviens l'avoir insulté. Et elle, elle m'avait simplement sourit, gardant toujours cet air joyeux, alors que je savais qu'au fond d'elle, je la blessai. Avec mes mots, mon attitude, mon ignorance volontaire. Aucune plainte ne s'était échappé de ses lèvres, aucun soupir, aucune larme de ses yeux. Et moi, j'étais là, comme une larve, ne faisant même pas attention à ses sentiments, pour ceux d'une princesse qui me considérait comme mort, car j'avais eu le malheur de tomber amoureux, et de ne pas prendre sa défense à elle.

Sakura m'avait préparé mes vêtements, avant de me tirer du lit de toute ses forces, même si elle n'en avait pas. Elle m'avait poussé dans la salle de bain, et je me suis vu dans le miroir. Avec ma barbe de plusieurs jours, les dents sales, le visage affreux. Elle était rentrée juste après, avec la chaise du bureau, sur laquelle elle m'avait assit. Elle m'a rasé, avec une douceur incroyable. J'ai pleuré de nouveau. Elle m'a dit de ne pas le faire, parce que j'allais faire glisser la mousse de mes joues. J'avais ris.

« Désolé. »

Et voilà comment j'avais atterri devant cette forêt, le visage frais, vêtu d'un jean baggy, de rangers, d'un tee-shirt blanc surmonté d'une veste en cuire, et d'un keffieh noir. Et, pour tout souligner, elle m'avait fait enfiler un chapeau noir. C'était le moment du tirage au sort. J'ai glissé les mains dans mes poches, me mordant la lèvre inférieur. J'ai été tiré en dernier, avec pour partenaire... SCARLET ?!

Je me suis tourné avant de l'apercevoir. Elle m'avait paru plus belle que la dernière fois. Qu'allait-elle dire ? M'en voulait-elle de ne jamais l'avoir recontacté ? Que faisait-elle ici ? Notre destin était-il lié ? Notre histoire impossible n'était-elle qu'une illusion.

C'est comme si tout c'était fait au ralenti. Ce moment où nos regards se sont croisés. Je suis resté planté, comme un con, la regardant, sentant que seul mon cœur était coincé sur la touche accéléré. J'ai porté une main à ce dernier, et soufflant, pour essayer de faire passer cette sensation.

« Dernier groupe, en place. »

Je suis allé là où le type nous attendait, pour nous tendre un petit lampion avec une bougie à l'intérieur. J'avais pensé à prendre un briquet. Non, Sakura m'avait donné un briquet, et j'ai regardé Scarlet à mes côtés. Que pouvais-je bien lui dire... ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Sam 28 Fév - 20:59
Assise en tailleur sur son lit, Scarlet fixait son portable avec une telle férocité qu'il n'aurait pas été étonnant que ce petit objet tente de s'enfuir en courant.
Voilà des semaines qu'elle n'avait pas eu de nouvelle de Taichi !
Scarlet lui avait dit d'aller voir sa sœur. D'arranger les choses. Mais avait-elle eu conscience que pour cela il couperait définitivement les ponts avec elle ? Non, elle n'avait pas vu les choses comme ça. Elle aurait plutôt pensé que le soir même il l’appellerait et lui dirait :"Merci, grâce à toi tout c'est arranger ! À quand notre prochaine rencontre ?".
Mais non, rien. Pas de message. Pas d’appels.

Au début, elle non plus n'envoya rien. Après tout, toutes filles qui se respectent laisser aux garçons envoyer le premier message. Il ne l'avait pas fait. Scarlet avait donc finit par céder au bout d'une semaine et avait envoyé un "salut, tu vas mieux ?" elle avait même fait l'effort de mettre un smiley qui souriait alors que son visage face à son écran de portable rester anxieux. Il n'avait pas répondu. Elle avait ensuite attendu deux jours avant d'envoyer un point d’interrogation. Puis, quatre jours après elle avait décidé de l'appeler. Il n'avait pas décroché.
Quelques jours plus tard elle lui avait écrit "On peut parler ?" mais Taichi resta aussi causant qu'un mort. La jeune fille qui d’après elle s'était suffisamment humilié n'avait plus rien n'envoyer mais garder l'espoir d'une réponse.

"Si tu continues à faire cette grimace, tu vas finir par rester coincé comme ça !" lança une voix qu'elle ne connaissait que trop bien.

Pour toute réponse, elle attrapa le coussin qui était derrière elle et le jeta avec précision sur son frère.

"La ferme, Kai !" répondit une Scarlett agacé.

Son frère, qui avait l'habitude des humeurs de sa sœur, s’avança avec précaution, et quand il constata qu'il n'y avait pas de danger pour lui, il s'assit sur le lit en face de sa sœur.

"Que ce passe-t-il Scar ?"demanda-t-il plus sérieusement.

Chez les Thorne on ne montrer pas sa tristesse. Du moins, pas facilement. C'était cette sorte de fierté qui parfois les empêcher de communiquer et provoquer des conflits. Mais elle était bien trop fatiguée pour prétendre que ça aller.

"Rien. Je pensais juste qu'il m’appellerait mais non. Rien. Nada. Nisto. Ezer. Méishé..."commença Scarlet.

"Tu vas me le faire dans toutes les langues ?! Écoute Scar, si un garçon ne t'appelle pas ou ne répond pas c'est que soit A) Il est occupé B) Il n'est pas intéressé." déclara le garçon.

"Merci K. Je me sens beaucoup mieux maintenant !" dit ironiquement l'adolescente. "De toute façon je m'en fous ! Je suis occupé et pas intéressais non plus !" ajouta-t-elle d'une voix boudeuse en s'allongeant sur le ventre et cachant sa tête sur le deuxième coussin qui était sur son lit.

Elle sentit son frère se rapprocher, il posa une main sur son dos d'un geste de réconfort.

"Tu devrais essayer de lui parler pour savoir ce qui se passe." conseilla-t-il.

"Bravo, tu es un génie ! Je me demande pourquoi je n'y aie pas pensé plutôt." dit-elle en brandissant son téléphone portable sous le nez de Kai.

Elle se releva difficilement puis fixa son frère et souris doucement. Il n'était pas doué pour ce genre de conversation mais au moins il essaye de trouver une solution. C'était l'essentiel.

"Ne t'inquiète pas, je vais bien. Ce n'est rien. Je ne pensais juste que...que..." commença-t-elle sans être capable d'ajouter quoique se soit. Parler de lui faisait trop mal. Plus mal que cela aurait dû.

"Je peux faire quelque chose ?" demanda le beau garçon avec impuissance.

Scarlet sourit faiblement.

"Parfois un câlin ça aide..." dit-elle. Aussitôt son frère se rapprocha d'elle et la prit dans ses bras d'un geste protecteur. "...Et parfois pas."constata-t-elle au bout de quelques secondes.

Des jours étaient passé depuis que Scarlet c'était confier à son frère et elle avait décidé de passer à autre chose. Elle ne regarder plus son portable tous les minutes et était passé à autre chose. Bon. Ok. Elle était peut-être passé à autre chose mais au moins elle n'attendait plus rien de Taichi. Elle était en colère contre lui. Plus qu'elle ne l'aurait dû d'ailleurs.

Une fois devant la forêt, elle se réjouit que le pensionnat soit organiser un événement comme celui-là. À lui changerait les idées et elle pourra ne plus pensait à ce vilain beau garçon. Du moins c'est ce qu'elle avait pensé. Mais le destin sembla s'acharner sur la pauvre adolescente car lors de la création des groupes, Scarlet se trouva avec Taichi.

"C'est une blague ?"murmura-elle.

Non ça ne l'était pas. Elle aller passer sa soirée avec le garçon qu'elle pensait pouvoir éviter. Ironique n'est-ce pas ? Elle avait passé des semaines à vouloir des nouvelles de lui, et maintenant que c'était possible la seule chose qu'elle souhaite était le laisser en plan. Cependant, lorsque leur regard se croisa, toute résistance fut impossible. Elle passerait la soirée avec lui.

"Tant pis. Je vais faire l'indifférente. Il ne saura pas qu'il m'a blessé !" s'encouragea l'adolescente.

Ne dis rien. Ne dis rien. Ne dis rien. C'est à LUI de parler !
Mais une seconde à peine après avoir reçu le petit lampion, Scarlett brisa la promesse mentale qu'elle s'était faite.

"...Sinon ça t'arrive de répondre à ton téléphone ? Ou de donner de tes nouvelles ? La méthode du mort pour éviter quelqu'un ce n'est vraiment pas terrible, tu sais ! Si tu voulais pas me voir il suffisait de me le dire."Lâcha-t-elle impulsivement.

Elle n'attendit pas sa réponse et attrapa le lampion qu'il avait allumé puis avança sans se donner la peine de l'attendre ni de le regarder.
Oui, même blesser elle ne manquer pas de caractère.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Dim 1 Mar - 0:12
Cet instant où nos regards se sont croisés, où, sans un mot nous nous sommes observés, comme si l'on se découvrait à peine, comme si nous ne nous étions jamais vus avant. Un grand silence s'était fait en moi. Un agréable, mais en même temps, qui redoutait le moment qui allait suivre. Je voyais dans ses yeux, dans son regard. Cette tristesse, cette colère envers moi. Je l'avais blessé, bien plus que j'avais pu le penser. Je me suis senti assez mal à l'aise face à elle, ne savant pas réellement comment je devais réagir. Non, mais, attends... ça ne m'était jamais arrivé ça, avant... Je me suis senti tellement mal à l'aise que j'en suis même venu à penser que je devais peut-être fuir. Courir loin.

En même temps, je sentais que Scarlet était la femme de ma vie. La partie de moi qui me manquait. Ça peut vous paraître bizarre que moi, un jeune adolescent d'à peine dix sept printemps puisse parler de sa moitié avec tant d'aisance, comme si j'en savais autant qu'un homme qui pourrait avoir deux fois mon âge. Cependant, je doutais que l'amour ait besoin d'avoir un chiffre. J'ai toujours été nul en mathématiques, pourquoi vouloir toujours utiliser des valeurs numériques ? Tant que j'étais conscient de ce que tout représentait, pourquoi devais-je me plier au reste ? 

Le vent parcouru le temple, se perdant dans mes cheveux, et mon regard ne se détachait pas de la femme qui se trouvait si près de moi, mais si loin de mon cœur. Elle était inaccessible, son contact et sa chaleur n'étaient plus qu'un doux rêve. Un souvenir que l'on chérit au plus profond de soi. Quelque chose que l'on ne veut au grand jamais oublier. Une part de moi, de mon histoire. Que dis-je ? De notre histoire.

Ô, laisse moi t'approcher, te caresser, t'offrir ce que tu mérites, la douceur d'un amour à la senteur d'une rose. Laisse éclore le bourgeon de notre vie ensemble, pour qu'il puisse s'épanouir, et devenir une fleur à la grâce incomparable. Tu es ma muse, ma salvatrice, mon âme, mon double. Tu es tout ce que j'ai oublié d'être, celle qui me maintient loin de la torpeur de l'Enfer, auquel pourtant tu m'emmènes lorsque tu es loin de moi. Et si, tel Orphée je chante aujourd'hui ma douleur, si je n'ai pu m'empêcher de regarder en arrière, je ne te laisserai plus filer. Tu es le plus beau de moi. Le plus beau de ma vie. Ô Scarlet, je t'aime, si seulement mes pensées pouvaient atteindre ton cœur. Si elles pouvaient guérir tes blessures, adoucir ta rancoeur. Tu es au centre de mes maux, et de mes mots. Tu es la clé de mon existence, la douceur de ma folie.

Je peux encore dessiner ton visage, tes courbes, ton corps tant je n'ai cessé de t'observer, en secret, sans jamais que je n'arrive jusqu'à ton regard. Je te sentais chaque jour si loin. Je rêvais de t'appeler, de te serrer contre moi. 

Je suis fou Scarlet ! Oui ! Je suis fou ! Fou de toi, de ton odeur, de ton cœur. Je t'aime Scarlet, je te chéris, même si tu files comme l'eau entre mes doigts, laissant derrière toi la douceur d'une poussière d'or, d'un sentiment amer. Celui dont je ne cesse de me délecter depuis notre douloureuse séparation. 

Pourquoi dois-je subir le courroux d'une femme qui ne me donnera jamais la joie que j'attends ? D'une femme qui me tourne encore aujourd'hui, le dos, ne laissant derrière elle que malheur et désespoir ? Scarlet, tu es ma lumière, ma douceur. L'amour de ma vie. Jamais, Ô grand jamais je ne te trahirai. Je ne cesserai de t'aimer, d'avoir d'yeux pour toi. Je t'aime.

Et puis, on a été côte à côté, et on nous a donné le lampion qu'elle m'a littéralement arraché des mains, avant de partir en avant en me faisant des tonnes de réflexion. Désolé Scarlet, je suis désolé...

« J'ai cassé mon téléphone, désolé. » ai-je simplement articulé, la voix cassé par l'émotion.

Qu'est ce que je devais faire? J'ai attrapé Scarlet par le poignet, et je l'ai obligé à se retourner vers moi. Je l'ai regardé dans les yeux. Qu'est ce que je fais maintenant ? Je l'embrasse ? Je me la fou au cul, cette passion destructrice qui nous uni ?!

Sorti de nulle part, un fantôme hyper réaliste est apparu derrière Scarlet, me faisant d'abord une petite flippe, il a ensuite posé ses mains sur les épaules de ma camarade.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Dim 1 Mar - 0:54
Cassé son téléphone...cette option n'était même pas apparu dans l'esprit chamboulé de la jeune fille. Elle c'était imaginé divers scénarios. On l'avait kidnappé. Il avait perdu son sac dans lequel se trouver son téléphone. Sa sœur lui avait pris son portable. La CIA l'avait réquisitionné car il était en faite un espion très performant. Mais cassait son téléphone...

En entendant sa voix se briser, Scarlet avait presque envie de lâche la lanterne qui brulée moins que son coeur, et de se jeter dans les bras de Taichi pour lui dire que ce n'était pas grave, qu'elle le pardonner et qu'ils pourraient rattraper le temps qu'ils avaient perdu.
Mais une partie d'elle, plus orgueilleuse ne se laissa pas tomber si facilement pour les beaux yeux d'un garçon. L'amour rendait stupide et elle ne voulait être ni stupide ni amoureuse. Toutefois, le cœur a ses raisons...que la raison ignore, Gard à ce qu'il ne te consume à en mourir.
Non ! Non et non!
Elle repousserait l'idée d'être amoureuse le plus longtemps possible. Elle ne le connaissait pas assez bien ! Ce n'était pas possible. Et pourtant...

Elle était toujours énervée. En fait...était-ce vraiment de l'énervement ? Peut-être que sa tristesse de déguisé simplement en agacement.

"Eh donc, je suppose que le téléphone fixe tu connais pas !" s'exclama Scarlet.

L'adolescente cherchait surtout des prétextes pour lui en vouloir. Après tout, si son téléphone était cassé il n'avait pas pu savoir qu'elle avait cherché à le contact. Il ne l'avait donc pas sciemment ignoré.
Néanmoins il n'avait pas tenté non plus de la contacter. Alors elle avait le droit d'être en colère, non ?

"Pfff ! Tous ces sentiments sont si...agaçant !" songea Scar.

Elle continua d'avancer avec fureur lorsque le jeune homme attrapa son poignet. Son contact eut l'effet d'une délicieuse morsure sur sa peau. Comment quelque chose pouvait être aussi exquis et douloureux en même temps ?

Comme à chaque fois que les deux adolescents étaient si proches l'un de l'autre, Scarlett pouvait sentir l’atmosphère changer. Comme si une bulle venait les recouvrirez afin que rien ne puise les dérangés. Elle pouvait presque entendre un violon joué un air romantique. Mais la bulle éclata et le violoniste perdit son archet. Des mains qui n'appartenaient pas à Taichi venaient de se poser sur ses épaules. Effrayé, Scarlett qui n'avait pas lâcher la lanterne se retourna brusquement et frappa le "fantôme" avec la lumière, puis recula brusquement, et se prit les pieds dans des racines. Les fesses par terre elle regarda avec des yeux écarquillés l'homme déguiser qui lui avait fait peur. Le pauvre...elle l'avait agressé.

"Désolé..." dit-elle en faisant la moue, toujours assise par terre.

Comment avait-elle pu oublier le thème principal de cette soirée ?! Comment ? Facile. À cause de Taichi ! Il la rendait totalement stupide et voilà qu'elle disloquer.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Mer 4 Mar - 17:12
Scarlet était visiblement en colère. Il faut croire que je suis devin pour deviner ce genre de choses. Non, je plaisante. Comment puis-je être capable de le faire dans ce genre de situation ? J'ai haussé les épaules, alors qu'elle me parlait. Comment voulait-elle que j'utilise un téléphone fixe en internat ? Je ne savais même plus à quoi nous jouions tous les deux. Si elle était si énervée que ça, au final, c'était qu'elle m'appréciait ? Alors qu'est ce que j'attendais ? J'avais cette peur intime qu'après tout elle vienne à me remballer. Surtout si elle était énervée... J'avais tellement de choses à lui dire, mais je ne savais pas comment. Si j'avais beaucoup d'assurance le reste du temps, l'amour restait un sujet dans lequel j'étais maladroit, puisque je ne l'avais jamais approché que dans les livres. Mais ne serait-ce pas un peu impersonnelle de lui déclarer ma flamme sur le modèle de Shakespeare ou encore Rostand ? Quelle mascarade...

« Je n'ai pas accès au téléphone fixe. Je suis interne. Et je suis incapable de retenir un numéro de téléphone. »

Mon esprit s'embrouillait tout seul. Mon cœur abritait des sentiments qui m'étaient jusqu'alors, inconnus. J'avais l'impression de gâcher mon existence. Je voulais qu'elle soit mon guide sur le chemin de ma vie. Je voyais tout le bonheur que je voulais dans les yeux de cette jeune femme, et pourtant, je ne connaissait encore rien d'elle, si ce n'est les quelques aspects qu'elle m'avait ouvert. Je me sentais seul. Elle était si loin de moi. J'ignorai qui se cachait derrière ce nom. Pouvais-je alors prétendre à un amour en étant à ses côtés si je ne la connaissais pas ? Je n'en savais rien, et j'en souffrais. Mon incertitude rongeait mon âme, et l'arbre de la vie perdait sa vitalité lentement, arrachant chaque jour une feuille à mon cœur déjà assombrit.

Chaque malheureuse fois où je tentais de me rapprocher d'elle, quelque chose arrivait. Le destin nous jouait sans cesse de malheureux tours. Et si Roméo et Juliette ont subit son courroux, nous réussiront à le vaincre. J'étais déterminé à ne jamais renoncer à elle.


Devant rien. 

Au final, cette fois encore le sort s'acharnait tristement sur nous, puisque lorsque je me suis emparée de son poignet, pour la rapprocher de mon corps et de lui murmurer que je l'aimais, un fantôme est apparu, l'attrapant par derrière. Scarlet lui a mit un sacré coup de lampion dans la tronche, à se pauvre prof, et j'ai rattrapé le pauvre homme, avant qu'il ne tombe en arrière, sans avoir fait attention que dans sa précipitation, ma compagne s'était retrouvé cul contre sol. Oups.

« ça va ? » demandais-je au professeur.

Il acquiesça, avant de repartir pour effrayer d'autres couples. Je pense vraiment qu'ils étaient équipés pour ce genre d'incidents, puisque ça devait souvent leur arriver. J'ai ensuite été relevé Scarlet, avant de lui épousseter le dos, et je l'ai prise par la main, en récupérant le lampion. Je n'ai pas lâché la jeune femme. Il ne fallait pas qu'elle retombe dans la frayeur, alors je la protégerai.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Mer 4 Mar - 18:57
Taichi avait beau s'expliquer avec des arguments logiques, la jeune fille n'arrivait pas à calmer entièrement sa rancœur. D'un côté la voix apaisante du garçon lui donner envie de lui pardonner instantanément les semaines de tortures qu'il lui avait fait subir et d'un autre côté le fait qu'il trouve un raisonnement aussi simple l'agacé encore plus. Elle n'avait pas l'intention de se ramollir seulement parce qu'il lui plaisait beaucoup...beaucoup trop.

"Oui eh bien tu as sans doute des amis qui ont des téléphones ? Et trouver un numéro n'est pas si compliquer. Faut-il encore se donner la peine de le chercher." dit-elle avec toute la mauvaise foi qu'elle pouvait avoir pour ne pas sombrer dans l'indulgence.

Après l'épisode du fantôme, Taichi aida l'adolescente qui était tombé maladroitement au sol. Il la releva et épousseta son dos.

"Merci..."murmurât-elle vaguement.

Il la prit par la main et elle fut tenter de le repousser mais elle n'en eut pas le courage. Elle avait besoin de cette simple étreinte, savoir qu'après plusieurs semaines d'absence il était vraiment là, à coté d'elle.
La chaleur de sa main l’emmener loin de la réalité et elle se fit violence pour ne pas oublier qu'elle était au milieu d'une forêt en plein teste de courage.



Le chemin bifurqua, laissant les adolescents dans le doute.
Gauche ? Droite ?
 Alors que Taichi continuer d'avancer vers la droite en gardant précieusement la main de Scarlet, cette dernière décida de prendre le chemin de gauche. Elle entraina donc son allié avec elle sans lui demander son avis.
Esprit de contradiction ? Certainement.
Elle se trompait peut-être de chemin mais elle ne voulait pas que Taichi pense qu'elle le suivrait comme un petit toutou tout le long de la soirée. Elle voulait montrer qu'elle était capable de se débrouiller d'elle-même et faire des choix.

Au bout de quelques minutes silencieuses de marche, où seules la respiration des deux protagonistes résonnaient dans la nuit, les adolescents se retrouvèrent prés d'un canal. Pour passer, ils étaient obligés de traverser cette eau peu profonde. Cela n'aurait pas dérangé la jeune fille en temps normal, cependant dans l'eau se trouver des petites poupées ou plutôt des parties de poupées qui flotte.
Scarlet fit une grimace.
Cela lui rappelait une légende que son frère lui avait racontée lorsqu’elle était plus jeune.

Au Mexique un jeune homme ayant décidé de devenir ermite partit se réfugier dans une petite Ile oubliée de tous. Un jour le jeune homme aperçut un corp flottant près de la rivière non loin de sa cabane. Il ne put sauver la petite fille qui s'était noyé et cela le marqua profondément. Plus tard, il découvrit une poupée qui flottée au même endroit et se pressa d'aller la chercher. Pour le jeune homme, il ne faisait aucun doute que cette poupée avait appartenu à la fillette et elle l'avait envoyé comme un signe. Afin d'honorer l'esprit il l'accrocha à un arbre. Quelques années plus tard, l'ermite avait était retrouver noyé dans la rivière, entouré de poupées.
La fillette s'était-elle vengé qu'il n'ait pas pu la sauver ou voulait-elle un ami pour rester à ses côtés pour toujours ?
Tel était le mystère de l'ile des poupées.

L'adolescente lâcha la main du garçon et entra son premier pied dans l'eau froide. Tachant d'oublier les carcasses elle débuta une conversation.

"Alors, avec ta sœur ça va mieux ?" demanda-t-elle.

Tentait elle simplement de se rassurer parce que le décor qui l'entouré était particulièrement flippant ou cherchait-elle une excuse pour avoir la réponse d'une question qu'elle n'avait pas pu poser ?

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Mer 4 Mar - 19:41
J'ai senti un léger geste de recul de la part de Scarlet lorsque je l'ai prit par la main, bien qu'elle m'ait remercié. Cependant, elle n'a pas plus insisté que ça, alors je ne l'ai pas lâché. Si je m'étais fait jeter, je pense que j'aurai tout laissé tomber, me contentant de l'accompagner dans sa vie, comme un ami. Mais, je comprenais la rancoeur qu'elle éprouvait aujourd'hui encore. Elle ne pouvait pas savoir que je l'avais regardé silencieusement, dans les couloirs qui se croisaient, au réfectoire, ou encore dans la cour. Elle n'avait jamais quitté mon axe de vision, et j'avais toujours veillé sur elle, bien que je désirai l'aborder, je n'avais pu le faire, gardant en moi cet espoir que tout s'arrange. Mais l'amour n'en est point lorsqu'il n'est pas en proie aux difficultés que le cœur des protagonistes doit affronter. Et plus nous étions face à la douleur, et au espoirs vains, plus je m'entichais de la jeune femme qui était actuellement à mes côtés. Présentais-je les caractéristiques d'un homme attachait à la souffrance ? Définitivement. Je ne me complaisais pas dans la douleur d'une douleur mortelle. 

Nous ne pipions mot, restant simplement dans la main. Avions-nous réellement besoin de parler pour se savoir proche de l'autre ? Nous subissions cette atmosphère glauque et désagréable depuis le départ, et même si je ressentais un peu de tension, je n'avais pas peur pour autant. J'avais pour but de protéger Scarlet quoi qu'il arrive. De plus, je connaissais quand même la forêt, m'y étant souvent aventuré, dans le but de déposer une petite fleur sur cet autel. Il était certain que quelqu'un était mort ici, puisqu'il se tenait debout, au milieu de nulle part. Mais je n'avais jamais su qui. Pourtant, il m'avait toujours paru important de prier pour l'âme de cette personne, bien trop seule. J'avais toujours un pincement pour elle, et je restai des heures à lui parler. C'était peut-être la personne qui me connaissait le mieux, même si elle était morte. Cette forêt ne m'intimidait pas. Quand j'y entrai, généralement, je ne pouvais empêcher un petit « tadaima ! ». C'était comme si, à chaque fois, elle me soufflait « Okaïdi, Taichi-kun. » Je me sentais bien ici. Ce n'était pas parce qu'elle était tristement célèbre pour la mort de cet inconnu que je ne pouvais l'apprécier. J'avais confiance en elle, et rien ne nous arriverait, si ce n'est de grosses frayeurs, et d'amusants souvenirs. J'étais heureux d'être ici avec Scarlet. En quelque sorte, elle découvrait mon jardin secret, celui que même Neechan ignorait. En général, je venais me ressourcer ici. Personne ne pensait m'y trouver, et parfois, quand de pauvres personnes étaient au temple, et qu'elles entendaient un craquement, elles s'en allaient en courant, croyant apercevoir, parmi les arbres, l'ombre d'un fantôme.

Aussi, je connaissais parfaitement le chemin à prendre, et c'est machinalement que je me suis dirigé vers la droite lors de la séparation du sentier. Cependant, Scarlet ne l'entendait pas de cette oreille, et m'a tiré vers la gauche. Je me suis laissé faire. Je ne lui résistai pas. Et de toute façon, on pouvait bien rejoindre l'autel par la gauche également, bien que ce soit plus long, et qu'il faille traverser un petit ruisseau. Ruisseau qui avait évidemment été aménagé pour l'épreuve. J'ai souris. Pauvres poupées.

La main de Scarlet s'est resserrée sur la mienne, et j'ai pu voir qu'elle grimaçait. Alors, elle avait peur ? J'ai enlevé mes chaussures, et redressé mon pantalon, avant de la voir traverser comme ça. Elle m'a demandé comment c'était avec ma sœur, et j'ai vu une main s'approcher dangereusement du pied de Scarlet. Rapidement, je suis entré dans l'eau, laissant mes chaussures sur la rive, avec le lampion, et j'ai récupéré la jeune femme dans mes bras, l'un passé sous ses genoux, et l'autre dans son dos, alors que la prise sur laquelle se refermait les doigts était ma cheville. J'ai vu la tête du professeur, dépité de voir que je m'en fichais complètement, et il est reparti en riant, moi de même. J'ai fini la traversé, avant de déposer Scarlet sur l'autre rive.

« Pas du tout. Nous sommes devenus étrangers l'un pour l'autre. » ai-je simplement dit avec un sourire.

J'ai rebroussé chemin dans le ruisseau, pour aller récupérer toutes les affaires, tout en jetant des coups d'oeil derrière moi, pour surveiller que Scarlet allait bien. Je suis au final revenu, tout en main, et lui ait donné le lampion, avant de remettre mes chaussures.

« Et toi, raconte moi un peu qui tu es. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Mer 4 Mar - 21:22
Soudainement, Scarlet fut soulever dans les airs. Elle n'eut pas le temps d'avoir peur car elle reconnut bien rapidement le contacte chaud de Taichi. Il l'a porta avec une facilité déconcertante. Certes elle n'était pas bien grosse mais elle n'était pas non plus aussi légère qu'une plume.

Alors qu'elle était dans ses bras, toute la tension qu'elle avait pu ressentir au cours de ces dernières semaines et qui s'était intensifié pendant le parcours disparu. Elle se sentit subitement cotonneuse comme si toute son énergie s'était dissiper  dans nature, aspiré par de quelconque force obscure. Inconsciemment elle posa sa tête sur le torse de son valeureux sauveur. Dans ses bras elle se sentait totalement en sécurité.
 Elle avait beau tenter de prétendre qu'elle n'avait pas peur, son expression et ses gestes la trahissaient parfois. C'était dans doute pour cela que par deux fois son compagnon de route avait établi un contact physique avec elle. Sous ses allures de petite guerrière se cacher une fille comme les autres qui n'avaient pas peur de l'obscurité mais de ce qui s'y cacher.
Mais l'adolescente ne voulait pas se montrer faible et retint donc un soupir lorsque Taichi la lâcha pour la déposer de l'autre côté de la rive.

"Merci." répéta l'adolescente avec plus de reconnaissance cette fois.

Il retourna chercher les affaires qu'il avait laissé derrière eux et Scarlet se sentit brusquement inutile voire même encombrante. Pour l'instant elle n'avait fait que les ralentir. Elle afficha un visage serein, du moins elle s'efforça d'avoir l'air paisible et imperturbable. Ce n'était pas comme s'il y avait des décorations de tête coupées prés de là où elle se trouvait ! Ah...si. Le lampion en moins elle pouvait voir ses ornements vraiment réalistes. Cette fois elle ne fit pas de grimace et avança la tête haute, avec une fierté qu'elle avait surement déjà perdue lorsque ses fesses avaient touché le sol quelques instants plus tôt.
 La réponse de son interlocuteur la fit se retourner brusquement et elle faillit le heurté avec le lampion. Elle n'avait pas remarqué qu'ils étaient si proches ! Elle le pensait a quelques pas derrière. Mais ce n'était pas à cause cette brusque proximité qu'elle s'était ainsi retourné mais en raison des paroles du jeune homme. Éclairant son visage, l'adolescente vit ce fameux sourire qu'il affiche constamment. Maintenant la sportive n'était plus dupe. Elle savait que derrière ce visage à l'apparence calme des sentiments forts se cacher. Elle se mordit la lèvre comme à chaque fois que quelque chose la perturber puis se retourna et illumina le chemin pour continuer d'avancée. Elle ne fit pas de commentaire sur ses paroles qui l'avait troublé et se contenta de répondre à la requête de Taichi.

"Qui je suis ? Hum...une petite fille pourrie gâtée qui aime râler et être le centre de l'attention." dit-elle avec un petit sourire.

Elle se montrait plus aimable, peut-être parce qu’elle avait de la peine pour le garçon et ne voulait pas en rajouter. Eh puis, dans ses paroles il y avait du vrai. Elle n'était pas pourri gâté enfin pas vraiment par contre il était vrai qu'elle se plaignait et avait besoin d'attention.


"Je peux être parfois rude, trop impulsive et très jalouse." Commentât-elle.


Cette description n'était pas en sa faveur mais elle avait besoin que Taichi voie ses mauvais cotés avant de continuer leur bout de chemin ensemble. S'il les acceptait, alors elle pourrait montrer les meilleurs partis d'elle-même. Au moins, il était prévenu.

"Je vis avec mon père et mon grand frère mais je suis interne parce qu’ils travaillent tous les deux et ne sont pas souvent chez nous." Ajouta-t-elle.

Que pouvait-elle dire ? Sa vit semblait soudainement bien vide et inintéressante.
Manger, sortir avec des amis, manger, faire la fête, manger, faire du tir à l'arc, manger, regarder la télé, manger, embêter son frère, manger. Voilà ce qu'était le quotidien de Scarlet Luna Thorne.

"Et je crois que c'est à peu près tout..." dit-elle en constatant d'elle-même que cette réponse ne satisferait sans doute pas la curiosité de Taichi. "Et toi ? Que peux-tu me dire à part que tu dors sur des bancs et que tu lis du Shakespeare ?"

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Jeu 5 Mar - 15:32
La voix de Scarlet arrivait jusqu'à moi dans un doux murmure, venant me flatter l'oreille. J'écoutais cette douceur, en souriant. J'avais réussit à cerner son caractère. Un petit bout de femme avec une grande bouche. C'était une femme comme cela que je désirai.

Quand elle m'a demandé qui j'étais, je n'ai pas vraiment su quoi répondre. Au fond, je n'étais qu'un type sans grande importance, né d'une liaison illégitime, et un enfant non désiré. On ne me considérait seulement comme un boulet. Je n'étais qu'un enfant intéressée et inintéressant, et mon but dans la vie m'était toujours vicieusement masqué par un voile qui ne semblait jamais vouloir se dissiper.

« Taichi Tôgashi. Amoureux de Scarlet Thorne. » ai-je répondu machinalement.

En vérité, mon cœur battait la chamade, et ma gorge s'était noué. J'avais réellement prit mon courage à deux mains, pour me déclarer. J'ai discrètement déglutit, avant de l'attirer vers moi, en la tirant délicatement par le poignet. J'ai ensuite fait remonter cette main sur son visage, avant de poser mes lèvres sur les siennes.

Je me suis senti revivre à ce moment, et une nouvelle brise a traversé la forêt, parcourant avec douceur les mèches de nos cheveux. Ma main de libre est venue se glisser dans le creux des reins de la jeune femme, la maintenant avec fermeté, et en même temps délicatesse contre moi. Sa peau était aussi douce que ses lèvres.

Mon cœur valsait dans ma poitrine. S'emmêlant avec mon esprit, dans une confusion de sentiments délectables. Je n'avais pas envie de la quitter. Je pensais réellement que me trouver loin d'elle serait la pire des choses qui pourrait m'arriver. Mais nous étions tous deux interne, il était donc aisé de se voir. La séparation ne me faisait pas peur. Nous étions ensemble, et nous pourrions l'être tous les moments de notre vie, si elle acceptait de passer avec moi tous les plus beaux instants que nous pourrions vivre, elle et moi. J'étais amoureux, et rien ne pouvait me faire changer d'avis. L'extérieur ne me semblait que superficiel, nous étions deux, et rien ne pouvait ne nous atteindre. Nous étions les détenteurs de notre destin, de nos amour, de notre histoire.

La fraîcheur de ses lèvres avait envahie les miennes. Elles avaient un goût sucré, à l'image du parfum fruité de la jeune femme. Je me suis redressé, et je l'ai regardé. Que devais-je faire ? Mon esprit s'embrouillait, ne sachant plus calculer correctement la situation qui le dépassait, et qui en faisait de même avec moi. Je priais à mon corps de garder son calme, alors que je sentais mes genoux trembler. J'avais enfin déclaré ma flamme à la femme que j'aimais, mais comment allait-ce se passer maintenant ? Je l'ignorai.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Sam 7 Mar - 20:40
Des mots sortirent de la bouche de Taichi et la jeune fille se stoppa net. Venait-il vraiment de dire ce qu'il avait dit ou n'était-ce qu'une illusion qu'elle s'était faite ? Lui avait-il réellement déclaré son amour ?
 Non...ce n'était pas possible...ce n'était pas logique...et pourtant !

Lorsque le garçon l'attira par le poignet elle se laissa faire. Peut-être était-elle trop stupéfaite par cette soudaine déclaration pour pouvoir aligner des mots formant une phrase correcte. Elle qui n'était jamais à court de réplique voilà qu'elle s'était faite coupé le sifflait.

Plus proche, toujours plus proche. Les lèvres de Taichi se rapprochèrent doucement des siennes. Elle ne bougea pas. Avait-elle le temps de prendre une décision rationnelle avant de se laisser embrasser ? Trop tard. Les deux êtres étaient alors plus proches que jamais. Alors le garçon plaça une main dans son dos, l'adolescente perdit sa modération et vint placer ses mains autour du cou de Taichi, l'attirant toujours plus près d'elle. Une main sur sa nuque, une autre remonta doucement dans sa chevelure. Elle l'embrassa avec une fougue qui contrastait avec le début de leur baiser.
Quand elle se rendit compte qu'il serait temps de respirer, elle le relâcha et s’écarta doucement de lui.

Comment allait elle réagir ? Pire. Comment allait-il réagir ? Parce qu’elle se souvenait qu'a chaque moment où une émotion importante pouvait-être approuvée il affichait un masque d’indifférence.
Comme si de rien n'était.

 Elle n'était sans doute pas capable de supporter ça et c'était probablement ce qu'il allait faire. Alors, au lieu d'affiche rune expression troublée, elle lui souri et lui tourna le dos.
 Comme si de rien n'était.

"Bon ! Il faudrait peut-être qu'on avance un peu si on veut finir ce parcours, tu ne crois pas ?" dit-elle en levant les yeux vers les arbres dont les feuilles d'ordinaire d'un vert pétillant étaient pour une fois plus ternes.

Elle avança, sans vraiment regarder où elle marchait. Une fois de plus le beau Taichi l'avait tourmenté et elle ne savait pas comment réagir. Pensait-il ce qu'il avait dit ? Le souhaitait-elle ? Et pourquoi a chaque fois elle était obligé de se poser trois cents questions à cause de lui ?!
La jeune sportive se retourna brusquement et s'approcha du garçon avec la vitesse d'un félin. Fidèle à elle-même elle n'était pas capable de garder dans sa tête plus longtemps que cinq minutes ce qu'elle ressentait.

"Non mais vraiment ?! Pourquoi tu me dis ça comme ça d'un coup, la nuit en plein milieu d'une forêt alors que ca faisait des semaines que tu m'avais pas adressé la parole ? Comment peux-tu dire que tu...que tu..." dit-elle en assenant la poitrine du jeune homme de plusieurs petit coup de poing afin d'exposer son mécontentement.

Comme à chaque fois que Scarlet ne savait pas quoi ressentir, elle choisissait pour émotion la colère. Ainsi elle se sentait plus forte et moins naïve. C'est sans doute parce qu’elle avait si peur d'être triste qu'elle préférait choisir la colère. Elle maitriser tellement mieux cette brulure dans sa poitrine que des larmes sur ses joues.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Sam 14 Mar - 16:09
Le silence s'est fait, lorsque nous nous sommes décalés, et que nous nous sommes regardés. Ça n'a pas mit très longtemps, avant qu'elle ne me sourie, et me tourne le dos, en rajoutant qu'il était peut-être temps de finir ce parcours qui, me semblait, m'avait uni à elle. Je n'avais pas envie de le finir. Il représentait le début de notre histoire, et de notre union. J'avais osé, pour la première fois de ma vie, me déclarer, alors que mes jambes avaient si longtemps tremblé, et que mes lèvres avait si longtemps hésité... 

Elle a commencé à avancer, et je l'ai suivi en silence. J'eus envie de l'attraper délicatement par la main, pour que nous marchions côte à côte en riant, en discutant. Pour finir par rendre hommage à cette pauvre femme morte dans cette forêt. Cependant, de voir le fait que Scarlet ne m'adressait aucune attention, et semblait faire abstraction de ce qu'il s'était passé, me rendit réellement incertain de ce qu'elle ressentait réellement. Au fond, n'osait-elle pas me dire qu'elle ne voulait pas de moi ? N'osait-elle pas avouer qu'elle ne voulait de moi qu'en tant qu'ami ? Je l'entendais déjà murmuré son petit « désolée » pour me rejeter en douceur. Un soupir inaudible s'échappa de la barrière de mes lèvres alors que je pouvais sentir mon cœur se serrer douloureusement dans ma poitrine. Je n'écoutai plus ce qu'il se passait autour de moi, je ne prenais gare à ce qu'il m'entourait.

J'avais attendu dix sept longues années, avant de ressentir pour la première fois, ce que je ressentais à l'égard de Scarlet. Moi, Taichi, encore ignorant de l'amour, de sa douceur, de sa froideur, j'en découvrais peu à peu chaque aspects, aussi douloureux, ou agréables soient-ils, mon esprit était sans cesse bouleversé par de nouveaux sentiments que j'haïssai chaque jour davantage... Ce moment là, je pense fut le pire. Ces quelques minutes d'effroi, durant lesquels mon cœur s'était lentement déchiré, page par page, oubliant les heures passées auprès d'elle. Le silence de la haine, la douleur de l'attente, la peur de la fin.

Beaucoup trop de sentiments néfastes tournaient en boucle dans mon esprit, alors que j'attendais que le temps passe, priant même pour la première fois, que cette journée finisse vite... Et alors que j'allais lui demander de sortir avec moi, alors que mes poings se serraient, que ma mâchoire se contractaient, et que tous mes muscles tressaillaient, elle s'est retournée vers moi, et est arrivée à une vitesse agressive, avant de venir écraser ses poings sur mon torse, alors qu'elle me demandait pourquoi je faisais ça. Je n'ai pas su quoi répondre, je me suis surtout senti bien bête, mais j'ai juste souris, avant de lui murmurer un « désolé... », avant de refermer mes bras sur son corps frêle, et tremblant. Je me suis baissé, de façon à ce qu'elle puisse appuyer son visage sur mon épaule. Là, Scarlet... Pardonne l'égoïsme d'un homme un peu trop incertain, et surtout méfiant....
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Dim 22 Mar - 17:58
Dans les bras de Taichi, l'adolescente se sentait incroyablement protégée et en même temps terriblement démunie. Il était son protecteur mais pouvait aussi devenir celui qui la détruirait si elle ne faisait pas attention à elle.

Était-il sincère ou n'était-ce qu'un jeu d'acteur ? Scarlet ne savait pas qu'en pensait. Tout ce qu'elle voulait c'était ne pas être blessé. Or, elle se sentait irrévocablement attirée par ce tourbillon que ne lui présager rien de bon. Luttant contre l'envie de se laisser emporter, l'adolescente se détacha du garçon qui venait de se déclarer.
Même si elle n'en avait pas vraiment envie, elle resta méfiante. Et s'il se moquait d'elle ?

"Mais pourquoi ferait-il ça ?" pensa-t-elle

Ça n'avait pas de sens. Mais d'un côté il ne se connaissait pas depuis si longtemps, alors était-ce possible qu'il l'aime pour de vrai ? Et elle ? L'aimait-il ? Une guerre intérieure brouiller le peu de sagesse qu'avait pu un jour avoir Scarlett. Était-ce cela l'amour ? Non elle ne voulait pas y croire. Ça semblait bien trop affreux pour être ça. Ce mal de ventre lui donnait l'impression qu'une armée de papillon noir se battaient à l'intérieur d'elle. Ce n'avait rien de romantique et pourtant...

Ce n'était pas de l'amour mais de la peur. La peur d'aimer. La peur d'être dupé. D'être délaissé.
Elle regarda Taichi dans les yeux, ne sachant pas quoi faire elle lui tourna le dos et croisa ses bras sur sa poitrine. Elle avait besoin de lui faire confiance mais elle n'y arriver pas. Pas encore. Et cette atmosphère oppressante ne l'aider pas. Elle avait besoin d'une bonne nuit de sommeil pour faire le point sur ses émotions et prendre les décisions qui s'imposer.

"Je veux rentrer chez moi." dit-elle d'une voix plus brisée et las qu'elle ne l'aurait voulu.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Dim 29 Mar - 16:36
Je m'étais royalement fait jeter. Et elle m'acheva lorsqu'elle me demanda à rentrer chez elle. J'ai alors récupéré le lampion, glissé une main dans ma poche, et j'ai prit la tête du cortège. Je connaissais cette forêt par cœur, et si elle avait envie de rentrer, me laisser guider était la meilleure chose à faire. Je ne lui ai pas adressé la parole, me contentant d'avancer. Mais pas trop vite, pour qu'elle arrive tout de même à me suivre. Je tenais à venir rendre hommage sur cet autel. Et si aujourd'hui, la personne morte dans cette forêt pouvait avoir la chance d'en recevoir de nombreux, je ne voulais pas qu'elle m'oublier comme la chance l'avait fait.

Nous n'étions plus très loin de l'hôtel, et cinq minutes seulement suffirent à l'atteindre. En y arrivant, j'ai souris, et déposant mon petit lampion sur la petite bâtisse. J'ai frappé deux fois dans mes mains, avant de fermer les yeux, et de les porter devant mon visage, pour prier pour cette petite âme ignorée et mal-aimée. Repose en paix mon ami. 

Je fis ensuite volte-face, et je commençai à repartir, avant de me rendre compte que nous n'avions plus de source de lumière. Scarlet allait probablement avoir peur. Je jetai un coup d'oeil par dessus mon épaule, avant de m'approcher d'elle, quitte à me faire de nouveau rejeter, je préférai cela plutôt que de la laisser être effrayée par l'environnement qui nous entourait. J'ai doucement attrapé sa main, et sans demander son avis, j'ai recommencé à avancer, la tirant délicatement derrière moi, pour qu'elle me suive, sans se perdre, et qu'elle sente qu'il n'arriverait rien. Au fond, peut-être que j'aurai dû écouter Hanako ? J'aurai peut-être mieux fait de ne pas côtoyer Scarlet... Je n'aurai pas autant souffert. Si seulement notre histoire avait pu aboutir à quelque chose. Ce n'était plus le cas. Tout semblait terminé. Les portes de l'espoir s'étaient refermées sur un échec cuisant dont le goût amer me restait en bouche, tristement. Le silence entre nous me semblait pesant, mais je n'avais plus la force de me battre, pour le moment. J'avais mit toutes mes forces dans ce triste combat contre mes démons qui me hantaient pour m'interdire de me déclarer à Scarlet, dans un courage que j'avais puisé au fond de mon cœur.

Par rapport à l'allée, le chemin du retour m'a paru court, alors que nous n'avons échangé aucun mot. Nous étions les premiers à avoir fini le parcours, et nous aurons la chance d'obtenir un présent pour nous féliciter. Le seul que je voulais était l'amour de Scarlet. Je ne savais plus que faire. Je finis par lâcher sa main.
Les derniers concurrents ne tardèrent à arriver, et nous avons reçu notre lot. rien de bien grandiose, seulement un bouquet de roses chacun. C'est la saint valentin après tout.

Je jetai un dernier coup d'oeil à Scarlet, la regardant en silence, alors que mon coeur se serrait à sa vue. Je détestai ce sentiment que l'on appelait l'amour. Le bouquet en main, je suis rentré au dortoir, comme j'étais venu. Seul et triste.

[END.]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.] Dim 29 Mar - 17:12
Le Rp est archivé, et puisqu'il a été balisé, 10 Okanes pour chacun !

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.]
Revenir en haut Aller en bas

"Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» "Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles." [Scarlet Thorne/Taichi Tôgashi.] [TERMINE.]
» Une révélation qui peut changer tout un destin
» Mieux vaut ne pas songer au passé, rien ne le peut changer.
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Ardamis { Guerrier}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Terminés.-