RSS
RSS



 

Partagez|

Une journée de merde. [Hanako O. Tôgashi/ Sasuke Ujikiyo.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Une journée de merde. [Hanako O. Tôgashi/ Sasuke Ujikiyo.] Sam 7 Mar - 18:45
Ça devait faire une semaine. Une longue semaine que Taichi et moi ne nous adressions plus la parole, à cause de sa pouf. Je ne savais même pas pourquoi je réagissais comme ça, mais les faits étaient là, et je ne pouvais m'empêcher de lui en vouloir. J'avais en moi un lourd sentiment d'abandon, et j'avais besoin de me changer les idées depuis le début de cette querelle. Je m'étais couché le cœur lourd, pour laisser passer cette dernière journée, et pouvoir enfin me délecter du weekend. Je pense que j'allais sortir. C'est bien quand on sort.

Rêverie chimérique. Emportée dans un flot de pensées dérisoires, mon inconscient n'était plus distinct de mon conscient. Le silence me faisait frémir, je ne répondais plus de rien. La douleur s'emparait de mon cœur.

Je me réveillai en sursaut, de ce terrible cauchemar. J'eus l'impression qu'une partie de moi m'était arrachée, dans la douleur d'une maladie terrible. Je passais une main sur mon visage, assise sur mon lit, les jambes étendues. J'étais toute en sueur, alors que mon visage était fermé, et sec. Je laissais mes doigts se balader dans mes cheveux, pour les dégager de devant mes yeux. Ils étaient totalement emmêlés. J'ai soupiré, avant de récupérer mon téléphone sur la table de nuit. Il n'était que six heures du matin, mais je me voyais mal me rendormir après toute cette histoire. Je n'étais point fatiguée, bien au contraire. Sans bruit, je me suis levée pour me diriger dans la salle de bain, et aller me laver. J'étais toujours avec mon tee-shirt et ma petit culotte. Heureusement que l'autre fille dans ma chambre portait un nom américain. Cela voulait peut-être dire qu'elle était moins coincée que les autres Japonais. Enfin, j'étais comme ça avant, moi aussi. Enfermée dans mon monde de traditions, et d'interdits. Je me laverai les cheveux en rentrant, pour na pas réveiller ma camarade avec le sèche cheveux. J'ai soupirai de nouveau, en soulignant mon regard d'un trait de liner, et de mascara. Quelle journée de merde je sens, déjà, être levée à six heures du mat, un weekend, ce n'est pas ce que je préfère, et de voir qu'en plus, la journée semble être sombre. Je décidai de mettre un jean slim bleu foncé, une chemise noire, dont les pans étaient rentrés dans le pantalon, et une veste en cuir. Je suis sortie de la salle de bain, j'ai enfilé mon anorak beige, et je suis descendue.J'ai prit un petit dej en vitesse, et je me suis lavée les dents dans les toilettes du bas. J'avais toujours une brosse à dents, et une normale dans mon sac, pour les moments où j'avais des petits soucis. Après m'être lavé les dents, je me suis brossée les cheveux, et je suis sortie, pour récupérer mes bottines à talon noires, avec des lacets sur le dessus. Je les ai enfilées, j'ai récupéré un parapluie en plastique transparent, et je suis partie du lycée. Je marchais seule sous la bruine qui tombait légèrement, et le soleil qui ne s'était pas encore levé. J'ai eu une impression mélancolique en passant le portail, et en regardant le ciel. J'ai mit mes écouteurs, et j'ai marché dans Tokyo, sans porter grande attention à quoi que ce soit.

A huit heures, lorsque les rues de Tokyo connurent leur apogée avec les déplacements de tous les travailleurs, même un samedi, je me suis dirigée vers un café, où j'ai prit un capuccino. J'ai passé une grande partie de ma matinée dans cet endroit, en faisant défiler maintes et maintes fois mon fil d'actualité Facebook sur mon portable. J'ai aussi regardé mes mails. Par chance, des photographes m'avaient contactés pour des shootings. Je leur ais donc répondu. À midi, j'ai été mangé dans un petit restaurant de sushis. Toujours seule. J'avais besoin de l'être. Je me suis faite accoster par quelques mecs, et ils étaient franchement sympas. On a bien rigolé. Au final, ils m'ont accompagné faire quelques boutiques, avant de me laisser il y a un quart d'heure.

Il est bientôt dix neuf heures, et à présent, je traîne dans le parc, toujours avec mon parapluie au-dessus de ma tête. Je n'ai pas l'envie de rentrer pour le moment. Je me prête à la rêverie lorsqu'un miaulement désespéré attire mon attention... En haut d'un arbre. 
Je soupire. Décidément... J'enlève mes chaussures, pose mon sac sur mon épaule, et commence à grimper en haut de l'arbre.

« Ta gueule le chat ! J'arrive ! »

Et hop, je te tiens minou ! Il se trouvait à présent dans mes bras, frêle, et trempé par la pluie. Le pauvre. Je ne fis même pas attention au craquement de la branche sur laquelle je me trouvai. J'aurai du. Me voilà en chute libre depuis le haut de cet arbre. Quelle journée de merde.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
5 / 1005 / 100

Chambre : Cinquante-quatre
Classe : Troisième S
Spécialisation. : Volley-Ball
Situation amoureuse : En couple avec Sasuke Ujikiyo.

Messages : 62
Okane (お金) : 41
Points. : 6
Date de naissance : 06/06/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation , liens, rps. )
MessageSujet: Re: Une journée de merde. [Hanako O. Tôgashi/ Sasuke Ujikiyo.] Sam 7 Mar - 19:21
Ce fut le bip-bip incessant de mon réveil qui me tira de mon sommeil, et j'ai tapé dessus pour qu'enfin, il se taise, avant de me retourner dans mon lit, enfouissant mon visage dans mon oreiller. Bon sang, je n'avais pas envie de me lever. C'était samedi, donc techniquement, je pourrais dormir toute la journée... Si ce foutu réveil voulait bien arrêter de biper. J'ai rouvert les yeux, soupirant de dépit avant de me retourner vers la table de chevet, passant ma main dans mes cheveux tout en regardant l'heure... 8h. 8h, un samedi matin, c'est une blague, c'est ça ? Ouais, ça peut être que ça.

Je soupirai à nouveau tout en me disant que, de toute manière, je ferais mieux de me lever, je ne pourrais jamais me rendormir maintenant. Je me suis donc levé, remontant par la même occasion mon pantalon, faisant le moins de bruit possible, pour ne pas risquer de réveiller mon colocataire, et filai droit vers la salle de bains, m'enfermant dedans avant de m'adosser à la porte. J'étais vraiment fatigué. Je ne m'étais pas couché trop tard hier soir, mais pourtant, je n'étais pas parvenu à m'endormir. Sûrement à cause de l'angoisse d'être dans un lieu complètement nouveau, je ne voyais que ça. Lorsque je rouvris les yeux, je me rendis compte que je n'avais pas allumé la lumière, et quand cette dernière s'alluma, elle m'explosa littéralement les pupilles. Je jetais un coup d'œil à mon reflet, aucune cerne n'était visible, tant mieux, et j'entrepris de me brosser les dents. Je ne déjeunais pas le matin, mon estomac n'acceptant pas toujours de recevoir de la nourriture.
Si ma douche avait dû être rapide, elle fut en réalité tout le contraire, je flemmardais un long moment sous l'eau chaude avant de me décider enfin à sortir. Je n'avais rien de prévu aujourd'hui, je devrais peut-être aller flâner en ville ? Je me suis séché rapidement, avant de m'habiller, enfilant un pull noir, ainsi qu'un slim de la même couleur. J'essayais pendant quelques minutes de me coiffer, mais mes cheveux étant un peu trop rebelles, j'avais vite laissé tomber. C'était toujours pareil avec eux de toutes façons, c'était assez rare quand ils ne déclaraient pas la guerre.

Lorsque je ressortis, mon colocataire était déjà parti puisque son lit était vide et les rideaux ouverts. Une moue apparue sur mes lèvres. Ce n'était pas ce matin que j'aurais l'occasion de lui parler, dommage. Je fis mon lit, étant plutôt maniaque de l'ordre, puis mis ma veste en laine blanche et nouai une écharpe autour de mon cou. J'enfilai mes bottines, les laissant détachées avant de quitter le lycée. Il ne faisait pas très beau aujourd'hui, c'était dommage. J'aimais trop le soleil, j'avais presque besoin de lui pour carburer. Mais aujourd'hui, je devrais faire sans.
Les heures passaient plutôt rapidement, et j'en étais plutôt ravi. Cela m'empêchait de penser que j'étais seul aujourd'hui. La solitude ne me dérangeait pas vraiment, mais parfois, j'avais vraiment besoin d'être entouré, même si je n'avais pas connu cela depuis longtemps. Secrètement, j'espérais que ma scolarité se passerait un peu mieux ici, mais de toute façon, j'étais décidé à ne pas me laisser faire. Lorsque mon corps me fit comprendre qu'il était grand temps que je mange, je m'arrêtai dans un petit café tout à fait charmant, mais je n'y suis pas resté très longtemps. Et lorsque j'eus fini de manger, je retournai marcher dans la rue, regardant les gens passer. Je me surpris également à me demander où ils pouvaient bien aller, mais finalement, ça ne m'intéressait pas vraiment, alors je ne m'attardai pas sur cette pensée.

Vers dix-neuf heures, je me suis aventuré dans le parc, ignorant la pluie qui commençait à tomber, à l'abri sous mon parapluie, quand quelque chose attira mon attention. Je m'arrêtai un instant, contemplant la scène. Une jeune fille était montée dans un arbre pour aller chercher un chat qui vraisemblablement était coincé. Un léger sourire se peint sur mes lèvres, c'était courageux de sa part, peu de personnes ne l'auraient fait. Mais mes yeux, habituellement assez petits, s'écarquillèrent, et j'ouvris la bouche, mon souffle se bloquant dans ma gorge lorsque je la vis tomber. Merde. Mes jambes ont bougé toute seule, me forçant à courir vers cet arbre. J'ai lâché mon parapluie afin de pouvoir la rattraper, glissant sur l'herbe mouillée, me retrouvant rapidement par terre, mes bras fermés autour du corps de la jeune fille que je venais de rattraper in extremis. Je repris mon souffle difficilement. Je venais d'avoir la peur de ma vie. Je baissais alors les yeux vers elle, tentant de calmer les battements trop rapides de mon cœur.

- Tu vas bien ? Demandai-je, inquiet qu'elle se soit fait mal. 

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Spécialisation. : La hache.
Situation amoureuse : En couple avec Essva.

Travail : Vous battre. u.u
Messages : 253
Okane (お金) : 13492
Points. : 1
Date de naissance : 04/07/1997
Age : 20
Je fais partie du Staff.
Mokona
MessageSujet: Re: Une journée de merde. [Hanako O. Tôgashi/ Sasuke Ujikiyo.] Lun 6 Avr - 14:07
Rp n'ayant pas reçu de réponse depuis un moi, j'archive.


Vous pouvez faire ré-ouvrir ce rp à tout instant en envoyant un mp à un administrateur, avec le lien du rp.


Bon jeu.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une journée de merde. [Hanako O. Tôgashi/ Sasuke Ujikiyo.]
Revenir en haut Aller en bas

Une journée de merde. [Hanako O. Tôgashi/ Sasuke Ujikiyo.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Journée de merde [Dark]
» PAST | Journée de merde [PV : Damien]
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Abandonnés.-