RSS
RSS



 

Partagez|

[Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Mer 15 Avr - 8:50

« Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. »
With Gabrielle M. Atsumori.




Debout sur le dossier d’un banc, vêtu d’un débardeur clair sous une chemise noir, et d’un pantalon à poches de la même couleur, le jeun acrobate ouvrit les bras et respira avec plaisir l’air pollué au nuances iodées de la métropole japonaise.
Il était dehors. Hors des murs de ce pensionnat qui le retenait comme une prison. Car ses murs de bétons étaient bien aux yeux de Sora les barreaux d’une immense cage. Si pour la société il n’avait pas –encore- commit de méfait l’amenant à être incarcéré, le seul fait d’exister semblait être un crime au regard de ses géniteurs.


Et le jeune nippon était comme tous les autres, si il pouvait rester de marbre lorsque l’on parlait de sa famille, et savait garder la face, intérieurement, il n’en menait pas large. Comment cela aurait-il put être autrement, alors que les seules personnes qui auraient du le soutenir pour toujours, être à jamais là pour lui, ne voulaient pas même se rappeler de son existence ?
Et il savait qu’il en était de même pour nombre de ces semblables. Ceux que l’on qualifiait de « déchets ».  Pourquoi étaient ils si haït ? Pour n’avoir pas su conserver l’amour de leurs parents ? Ils n’étaient certes pas complètement innocent, mais ignoraient-ils combien il était dur de bien grandir lorsque l’on est livré à soit même et privé de guide ?



Une brusque bourrasque qui décoiffa les passants, et ébouriffa d’avantages les mèches sombres du grimpeur éparpilla ces mauvaises pensées, et le jeune Hajime ferma les yeux pour prendre une dernière profonde inspiration, se laissant habituer par la puissance du vent, et la laissant purifier son esprit avant de sauter tel un félin à bas de son perchoir, faisant sursauter une jeune femme. S’excusant d’un sourire, il fila avec son énergie habituelle vers le parc, savourant les rayons du soleil sur sa peau, aussi doux qu’une gorgée de miel. Il en avait rêvé de cette sortie. Le printemps annoncé sur les calendriers avait commencé en début de semaine à pointer son nez sous la forme de chaleur et d’une lumière qui irradiait de chaleur, et cela n’avait fait germer qu’une obsession dans l’esprit de l’acrobate : sortir.

Cependant, si quelques mois plus tôt, il se serait risqué dehors en pleine semaine, ce n’était à présent plus possible. Le vieux Hawashi, qui s’approchait de la retraite à mesure que la fin de l’année approchait, avait décidé qu’il punirait l’ensemble des élèves de D, et s’acharnait particulièrement sur lui depuis qu’il avait filé par la fenêtre grâce à l’aide de son… amie ? Ninja.  Comment allait-elle d’ailleurs ? Il n’avait pas eu de ses nouvelles depuis, bien qu’il doive avouer ne pas avoir vraiment cherché à en avoir.
Et si il n’avait laissé passer aucun de ses camarades, Sora avait le mauvais pressentiment qu’il serait encore plus sévère avec lui.  

Mais personne ne pouvait l’empêcher de sortir durant le week-end ! Et par chance, la personne responsable des sorti ce jour là n’était nulle autre que sa professeur de cirque. Il l’appréciait déjà beaucoup en temps normal, mais là, il l’avait béni.


Le jeune homme pénétra finalement dans le parc, et dès qu’il fut sur l’herbe, il ne pu retenir une montée d’adrénaline, explosant par un salto et une roue sous les regards surprit et admiratif des passants.
L’herbe et la terre meuble sous ses pieds offraient une impression différente du bitume sur lequel il évoluait le plus souvent. Différente, mais pas désagréable, et c’est en continuant son évolution souple et dynamique qu’il s’aventura dans le parc.

Il s’arrêta pour contempler un arbre, dont les branches couvertes de petites feuilles vert tendre s’élevaient vers le ciel. Un sourire ravit étira les lèvres de l’adolescent, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il était au pied de l’arbre.
Une série de mouvements souple et précis l’amena dans les plus hautes ramifications.  Il contempla avec une satisfaction béate le paysage vert du parc qui s’offrait à lui, et, s’adossant au tronc de l’arbre dont il ignorait le nom, il entreprit d’enlever ses chaussures et ses chaussettes, qu’il rangea dans ses souliers. Souliers qu’il accrocha par les lacets à la branche à sa droite, légèrement au dessus de lui.

Il s’accroupit, et ferma les yeux.
Vive les week-ends.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Jeu 16 Avr - 1:15
Gabrielle remuait doucement dans son lit, c'était ces deux jours de la semaine où elle n'était pas obligé de se lever à l'heure qu'elle voulait et ça elle adorait. Se lever tôt n'était pas ce qu'elle préférait. Dormir jusqu'à midi? Elle adorait ça, oui elle détestait se lever tôt. Pas qu'elle ait le réveil difficile, et encore ça reste à voir, mais se lever tôt n'était pas une chose qui était mentalement programmé dans son fort intérieur. Elle adorait le week-end en grande partie pour cette raison et aussi qu'il n'y ait pas cours même si elle n'échappait que très rarement au travail le week-end mais enfin pendant celui-ci elle n'avait pas envie de se plonger dans des choses tels que les maths, l'histoire ou la littérature. 
La brune allait surement sortir ou faire quelques choses du genre mais en tout cas rester dans sa chambre à apprendre que lors de sa naissance Napoléon premier savait déjà dire fusil. Apprendre ce genre de choses, qu'elles soit fausses ou vraies, c'était ce qu'elle faisait tous les jours alors quand elle pouvait y échapper un peu elle ne rechignait pas sur l'occasion. De toute façon ses parents ne pourrait rien lui dire, elle sortirait tellement vite qu'ils n'auraient de toutes façon pas le temps d'y mettre leur grain de sel et puis même si ils mettaient quoi que ce soit elle sortirait quand même.

La brune se leva finalement de son lit et s'étira longuement, décidément son lit était bien trop confortable pour être quitté si vite, comme un malpropre, alors qu'il est resté à nos côtés pendant toute une nuit nous protégeant du froid et des petites bestioles. Pauvre meuble. La jeune fille enfila un jean, une chemise et ses baskets puis refit son lit avant de quitter sa chambre, elle descendit doucement les marches qui mène de l'étage au salon. Elle ne faisait presque aucun bruit pour ne pas alerter les potentiels habitants de cette maison, c'est à dire ses parents. Enfin, il n'y avait que sa mère au salon alors elle pourrait facilement sortir.
Elle sortit avec pour excuse que travailler à la bibliothèque de la ville était bénéfique car il y avait tout les renseignements à sa disposition et puis qu'à la maison il y avait trop de bruit et tout le baratin habituel en fin de compte pour sortir de chez elle sans un sermon et des fois un refus de leur part. Ah qu'est-ce qu'elle aimerait pouvoir vivre seule parfois. Mais même s'ils étaient un peu collant par moment ils faisaient ça parce qu'ils voulaient la voir réussir et même si l'empêcher de sortir n'est pas une des meilleures solutions, des fois ça peut aider pour les études cette règle. Elle ne s'empêche pas pour autant d'inventer toutes sortes de choses pour passer outre cette "loi".

Gabrielle mit une écharpe autour de son cou pour prévenir n'importe qu'elle toux ou maladie et sortit de la maison en fourrant son portable dans la poche de son jean. Elle sortit des quartiers résidentielles tranquillement, appréciant les rayons du soleil de printemps sur son visage, sortir prendre l'air par un si bon temps est une chose que personne ne devrait louper mais bien sûr il y avait encore des gens comme Gabrielle qui était bloqué chez eux et regardait ce soleil depuis leur fenêtre. Ca ressemblait comme au conte Raiponce. 


-Même si là, la princesse à sortit une excuse tellement bidon que la mère qui l'a retenait prisonnière s'est dit que de toute façon autant laisser un peu d'espoir à la gamine pour qu'elle revienne plus vite. Pensa la brune en marchant tranquillement dans les rues de Tokyo.

Gabrielle leva la tête vers le ciel regardant les nuages passer au dessus des bâtiments, ces immenses masses blanche passant au dessus de ces immenses masses grise lançait un contraste sur la ville se rapprochant du contraste pureté et malsain. Les nuages sont la libertés qui passent outre les barreaux que représente les bâtiments de Tokyo mais les gens comme elle, ils étaient coincés dans tous ces bâtiments, emprisonnés dans ce que ces masses grise dictent et personne ne dit rien et font tout pour s'y fondre. Elle la première dans sa façon d'agir vis-à-vis du pensionnat. 
Cependant ses relations, elles, ne pourraient pas plaire à ces gardes immenses qui font en sorte que personne ne déraille de leur loi mais elle n'en avait pas grand chose à faire. Surtout que par pure esprit de contradiction elle serait prête, tant que ça ne la met pas en danger bien évidemment, à ne garder contact qu'avec des personnes qui à cause de ces barreaux sont considéré comme des déchets que l'on ne même plus dans les poubelles tant ils sont pires. Pourtant le contraire avait prouvé était pile au moment où la jeune fille avait fait la connaissance de l'espion, ou Sora, ce jeune homme, qui était considéré comme l'un de ces déchets, était tout sauf comme on voulait les décrire. Au moins grâce à cette rencontre elle s'était prouvé que ce qu'elle croyait à propos de ces personnes là n'était pas fausse, c'est tous des bonnes personnes au fond, sauf exception.  Ces pensées avait perdue entièrement la jeune fille ce qui lui valut de se prendre un piéton bien trop pressé, après s'être excusé auprès de la personne son regard se tourna vers un endroit qui lui donna le sourire. 

Le parc. C'était bête, elle n'y avait pas pensé plus tôt mais heureusement qu'elle l'avait trouvé quelques temps après être sortie comme ça elle pourrait en profiter autant qu'elle le voudrait. Elle remit son écharpe en place qui avait un peu glissé après sa collision et entra dans le grand espace vert toujours avec son sourire aux lèvres. 
Elle cherchait un endroit pour se poser tranquillement quand son attention fût attiré par une petite foule de personne qui était ébahi devant un acrobate qui marchait en faisant des figures normalement, comme l'on respire. Les sourcils de la brune se froncèrent, elle avait une impression de déjà-vu en voyant le visage du jeune homme. Elle le suivit et le vit monter sur un arbre un peu plus loin et maintenant qu'il arrêtait de bouger dans tous les sens elle arrivait à mieux distinguer le visage de ce dernier.
Elle sourit, quand on parle du loup il pointe le bout de son nez. 
Gabrielle s'approcha du pied de l'arbre pour être à peu près en dessous de la branche où était perché le jeune homme. 

-Hoy, l'espion! Dit la brune en faisant des gestes de mains pour monter que c'était elle qui parlait. Je te dérange? 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Jeu 16 Avr - 20:33

« Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. »
With Gabrielle M. Atsumori.




Quelques mètres sous les pieds du jeune homme, s’étendait un tapis vert émeraude plus moelleux que du velours, dont les brins frais brillaient doucement sous les rayons clairs, mais déjà chauds de l’astre du jour. Du haut de son perchoir, Sora avait l’impression de contempler un royaume dont il serait le roi. Etrange royaume, et étrange roi ! Mais à cette hauteur, perdu dans l’ivresse de joie et de paix qui l’emportait lorsqu’il se trouvait ainsi au dessus du vide, l’acrobate n’y portait aucune attention.
Il avait l’impression d’être immense, de surplomber son monde, et, en écartant les feuilles, il pensait pouvoir toucher le ciel…

Ce n’était qu’un leurre. Ce merveilleux jardin d’Eden n’était rien d’autre qu’un mirage. Une utopie illusoire, qui s’étendait autour du jeune homme comme les lambeau d’un rêve. Doux. Beaux. Attirant.
Factices.

Au bout de la prairie qui semblait pourtant infinie, se dressaient des tours de bétons et d’acier, tels les barreaux d’une immense cage. Ce parc n’était qu’une autre prison, plus vaste, plus belle, mais une prison cependant. Il avait quitté sa minuscule cellule, uniquement pour rejoindre une geôle plus large.

Un rictus amer, porteur également d’une pointe de tristesse étira le visage habituellement plutôt avenant du jeune homme. D’ordinaire, il aurait laissé échapper un rire sauvage et ironique. Moqueur. Sans destinataire particulier, juste pour cette société soit disant supérieur, qui pourtant n’évoluait qu’entre les barreaux de différentes cages.

Mais il n’en avait pas la force. Si il avait autant souhaité sortir du pensionnat Miyusaki où il vivait à présent, c’était parce qu’il avait besoin de respirer. De quitter toutes ces règles absurdes fait par d’autre, et aux profits de personnes qu’il n’était pas. Qu’il ne serait jamais.
Pourquoi bouger était-il interdit ? En quoi ses mouvements étaient-il gênant pour les autres ? Et si un jour, sa respiration devenait incommodante, ou si son cœur chantait trop, devrait il également les faires taire pour leur bon plaisir.
Il ne souhait qu’une chose, une bouffée d’oxygène. Mais si il avait pensé cette sortie capable de la lui apporter, Sora devait se rendre à l’évidence. Ce qu’il cherchait n’était pas ici.

« Hey, l’espion ! Je te dérange ? »

… Cette voix.
Le regard onyx du jeune homme descendit de l’horizon pour se poser sur la silhouette fine qui lui faisait signe d’en bas. Un sourire étira son visage, comme si le geste de la main de la jeune femme avait balayé sa tristesse, et en quelques mouvements souples, Sora se laissa tomber sur la branche la plus basse. Ses jambes pendant dans le vide d’un côté, il se laissa tomber de l’autre, de manière à ce que son visage tombe presque en face de celui de Gabrielle.

« Pas du tout Ninja-sama, répondit-il en faisant mine de soulever un chapeau imaginaire-comment d’ailleurs diable un chapeau aurait-il pu tenir plus d’une poignée de seconde sur sa tête- avant de se saisir sa main pour mimer un baisemain comme un parfait gentleman, un sourire angélique et démonique à la fois sur les lèvres.C’est un plaisir de vous revoir. »

Et c’était vrai. Il était heureux.
Elle était là, sa bouffée d’oxygène.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Dim 19 Avr - 1:19
La sensation de l'herbe et de la terre sous ses pieds donnait l'impression à Gabrielle de marcher sur quelque chose de doux et confortable, ce qui dans Tokyo était très rare car le béton n'était pas si confortable que ça. Cette étendue d'herbe tout autour d'elle et de ceux qui s'y trouve aussi était comme un ovni dans la ville, c'était un endroit luxuriant de beauté, avec des teintes plus que voyantes, surtout grâce au vert présent et parfaitement entretenue, cela donnait l'impression à l'endroit d'être dans une autre dimension. 
Une dimension qui à s'y méprendre pourrait paraître idyllique et faites que de plaisir et autres choses mais tout ceci n'était qu'une simple façade.  
Si l'on prenait chaque éléments de cet endroit un par un plutôt qu'un ensemble c'est vrai que cela ressemblerait au paradis mais si on le prend comme un tout on le prend également comme une continuité de la ville qui avec ses teintes grises et mornes ressemblait plus à une prison on pourrait considérer le parc comme un simple endroit plus beau que le reste de la prison et ce ne serait pas totalement faux.
Cependant s'il fallait se dire que cet endroit était qu'une simple continuité de cette grande bâtisse carcéral autant le prendre du bon côté et se ire que même si la société pourrissait de jour en jour au moins elle avait la décence d'offrir au personnes qu'elle enferme des lieux qui pouvaient en faire rêver plus d'un.
De plus la brune était dehors, et dieu sait que cela n'arrive pas souvent, alors elle voulait bien laisser cette prison la faire rêver le temps qu'elle était encore libre de pouvoir dans les lieux de celle-ci, alors elle souriait sans s'arrêter, pas un grand sourire mais un petit sourire qui signifiait son contentement pour le moment. 

Gabrielle se sentait tellement bien aujourd'hui que presque rien ne pourrait lui gâcher sa journée et pour cause celui ou celle qui viendrait lui gâcher cette journée elle lui ferait regretter. La brune avait beau être adorable et compatissante avec les autres lorsque certains venait juste pour lui gâcher ses journées elle pouvait être infâme.
Enfin elle ne l'avait été qu'une seule fois et la personne en question s'était vraiment acharnée ce jour-là alors elle ne savait pas si elle pourrait le refaire, être aussi malhonnête bien entendu.
Elle s'en rappelait à peu près de ce qu'elle avait fait pour se venger, de l'eau renversée sans faire exprès, un devoir à rendre complètement illisible, feuilles éparpillées dans toutes la classe... Bref, cette pauvre victime avait voulu pourrir la brune et elle l'avait payé des sournoiseries de la part de Gabrielle.
Maintenant quand elle y repensait la jeune fille s'en voulait un peu, sans doute qu'elle aurait pu réagir un peu moins méchamment mais cela prouve au moins qu'elle était humaine et que lorsque sa patiente est mise à bout elle ne restait pas impassible.
Avec le temps elle s'était tout de même adoucit et puis aussi c'était à l'époque où elle n'en avait rien à faire de rien, donc il y avait eu du chemin parcouru mais cela restait quand même une partie de la jeune fille, enfoui en elle même. 

Son regard était encore posé sur l'espion dans l'arbre et elle n e fût réveillé que lorsque le jeune homme se laissa tomber spectaculairement près du visage de la brune, la laissant regarder pendant seulement quelques secondes le regard onyx de ce dernier avant qu'il ne fasse un geste pour retirer un chapeau imaginaire et se saisir de la main de Gabrielle pour y faire un semblant de baisemain. Un sourire plutôt perturbant sur le visage. Un parfait gentleman on dirait. Un sourire respectueux s'afficha sur le visage de la brune.
Une fois le faux baisemain finit elle s'inclina de façon royale devant le jeune homme en tenant une robe imaginaire. 

-Le plaisir est partagé Sir L'espion. Dit elle avec le japonais le plus soutenue qu'elle connaisse. 

Après cette entrevue subite, elle lâcha un léger rire face à la situation, ils s'étaient tout les deux prit dans un jeu plutôt drôle et cela avait égayer encore un plus la journée de la brune.

-Heureusement que tu ne te caches pas aussi bien qu'un écureuil dans un arbre, sinon j'aurais du de nouveau te chercher. Elle prit un ton faussement modeste. Et bien que mes talents de ninja soit plus qu'excellent, retrouver un espion plus agile que sois-même est une chose très difficile. 


Elle ponctua la phrase par un sourire, bien évidemment que s'il s'était caché dans l'arbre, ses talents pittoresque de ninja l'aurait fait partir vers l'autre extrémité de Tokyo.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Sam 25 Avr - 10:30

« Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. »
With Gabrielle M. Atsumori.





Tout cela n’était qu’un jeu. Une mascarade. Une illusion. Une vaste pièce de théâtre, dont ils n’étaient rien d’autres que des pantins impuissant, secoués par des dieux en mal d’action. L’écrin vert émeraude du parc n’était rien d’autre qu’une partie de cette immense cage dans laquelle ils étaient enfermé depuis la naissance, la seule différence était que quelqu’un l’avait peinte en vert, comme si un prisonnier esquissait les lignes du ciel sur le mur de sa geôle. Un rêve douloureux, et inaccessible.

Et dans cette comédie, qu’en étaient-ils d’eux ? Au fond, ils ne se connaissaient pas vraiment, malgré cette étrange complicité qui les liait. Ils n’étaient que deux masques que le hasard avait poussé l’un en face de l’autre. Elle était un ninja, et il était un espion. Vaste blague. Tragédie cynique. Il n’était pas un espion, et elle n’était pas un ninja. Tous deux le savaient parfaitement, mais cela ne les empêchaient cependant pas de prétendre le contraire, et de continuer à jouer. D’empiler les masques. Du moins lui.
Il aurait presque pu en rire. Lui, un gentleman ? Quelque soit l’entité qui s’amusait au dessus de leurs tête, elle devait rire au larmes. Il était autant un gentleman qu’un Roi, et si il avait des airs de Robin des bois, Prince des voleurs, il n’en avait que l’extérieur. Il n’était pas un noble, ni un défenseur des faibles, ni un être avec une grande âme.
Il n’était qu’un simple jeune homme, qui essayait simplement de survivre.


Il sourit, essayant de chasser cette impression de son esprit. Lui qui se plaignait d’être dans une cage, il s’enfermait de lui même dans des pensées noires. Il ne devait plus y penser, et se concentrer uniquement sur la jeune femme en face de lui.
Au fond, peut importe si il mentait, tant qu’il était heureux.


« J’ai manqué de prudence, je ne pensais pas que tu serais là. Répondit Sora, toujours dans son rôle, la tête en bas, un sourire plus enfantin sur ses lèvres. Serais-tu encore en mission ? »

Il posa la dernière question d’un air conspirateur, venant murmurer à son oreille cette question dont il connaissait pourtant la réponse. Tout comme il était venu espionner les écureuils, elle était sans doute venue faire des shuriken avec de l’écorce.


Il hésita à lui tendre la main, et à lui proposer de le rejoindre sur son perchoir. De là où il avait laissé ses souliers, la vue était absolument magnifique, bien qu’elle ne soit pas vraiment au goût du jeune homme. Ce qu’il aurait voulu ? Il l’ignorait, puisqu’il aimait le relief, sans aimer être emprisonné. Quelque chose entre les deux sans doute.

L’acrobate se retint au dernier moment, ravalant les mots qu’il allait prononcer. Il l’avait déjà invité sur une fenêtre, si il continuait, elle allait finir par penser qu’il n’aimait que les endroit en hauteur, et dangereux en prime. Ce qui n’était pas complètement faux.

Mais personne n’aime faire tomber le masque.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Ven 1 Mai - 0:05
Si c'était un vulgaire jeu? Si c'était une simple pièce de théâtre immense avec des milliers d'acteurs? Si tous n'étaient que des pantins dirigés par le maître du déguisements? En effet ils l'étaient tous mais qu'est-ce que cela importait? Si tout le monde sur cette Terre devait porter un masque alors autant s'y faire et vivre avec.
Puis ces masques ont pouvait critiquer autant que l'on voulait mais chaque être humain à besoin d'au moins un masque pour réussir à survivre dans cette société.
Qui dans cet espace tout entier arriverait à se sentir bien s'il ne possédait pas ne serais-ce qu'un seul masque pour se protéger de toutes les attaques que ce monde inflige de manière naturelle.
Alors ces déguisements ne sont qu'une vaste mascarade, qui cache la vraie personnalité et le fond des personnes mais ils sont une défense redoutable pour affronter ce que les autres vous envois en pleine figure, parfois même sans scrupule. 
Et ces masques que l'on apprécie tant ne se laisse pas facilement influencer et ne tombe que très rarement, ils ne tombent qu'avec ceux qui nous blessent ou qui arrivent à les enlever délicatement. 
Quelle manière est la meilleure? Aucune idée, cela dépend peut-être des personnes.

Dans le cas de la brune, elle s'était toujours promis d'être le plus honnête avec elle-même et envers les autres aussi mais elle n'est pas une divergente de la vie, elle aussi portait bien évidemment des masques.
Elle les revêtaient en fonction de la situation, de ses besoins personnels ou des personnes avec qui elle était. 
Ce qu'elle était réellement, sans ses masques? La jeune fille ne saurait pas définir ce qu'elle est, c'est toujours difficile de se juger objectivement mais si elle devait donner une seule chose qu'elle ne montre que très rarement ce serait la colère.
Oui oui, c'est un peu dans les clichés de la fille sympa qui reste toujours calme mais on ne peut rien y faire, elle était comme ça. Elle pensait qu'une situation devait se gérer dans le calme alors elle se mettait en colère que très rarement.
En fin de compte peut-être que la brune était un cliché en elle même alors ce qu'elle cache n'est pas la colère mais son insipidité, c'était peut-être ça et elle se le cachait à elle-même sans s'en rendre compte.
Et avec tout ça sa promesse de rester honnête avec elle-même tombait complètement à terre et paraissait même risible. 
Mais que voulez-vous nous aimerions tous pouvoir tenir des promesses intenables.

Les yeux gris-vert de la brune dérivait sur tous les gens qui peuplait le parc puis sur Sora. 
En fait, tout le monde avait un point commun que ce soit pour des gens bien placés ou des gens considérés comme des déchets tous portait des masques.
Qui avait-il de différent entre elle, considérée comme l'élite du pensionnat et lui qui était considéré comme un moins que rien? 
Finalement n'était-il pas plus respectable de vivre comme on le voudrait plutôt que d'essayer de s'intégrer à une société malade et de se faire considérer comme sain, était-ce vraiment être meilleurs?
Elle n'en savait rien, elle ne savait plus rien à ce sujet. Elle a toujours pensée que les personnes qu'on considérait comme des déchets était juste des gens qui n'avait pas eu de chances mais maintenant... Et si c'était elle qui n'avait pas la chance de vivre comme elle le voulait et par ses propres moyens? C'était complètement flou. 

Gabrielle revint à la réalité grâce à la voix du jeune homme en face d'elle et d'un geste de main devant son visage, elle sourit à la phrase de l'espion. 
En effet il ne pouvait pas prédire qu'elle serait là.
Sa question qu'il avait presque susurré à l'oreille de la ninja lui dit encore agrandir son sourire qu'elle avait déjà laissé apparaître un peu plus tôt. 
Si elle était en mission? Bien sûr qu'elle l'était. Un ninja ne se promène jamais sans rien faire ou en tout cas le rôle du ninja dans lequel elle s'était glissé, il ne se baladait rien sans avoir quelque chose à accomplir.
Elle se racla la gorge de façon à bien montrer qu'elle allait prendre la parole. 

-Bien sûr que je suis en mission, pour que me prend-tu enfin? Je suis une ninja, enfin! Clama t-elle doucement près de l'espion. 

Elle s'avança vers l'arbre d'où il était descendu, se positionna en dessous et leva les yeux avant de voir un branche plutôt basse.

-J'essaye d'escalader les arbres..? Dit-elle peu sûr d'elle en fixant la branches.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Ven 1 Mai - 14:11

« Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. »
With Gabrielle M. Atsumori.





La tête à l’envers, ses cheveux sombres pendant naturellement vers le sol, dégageant sa nuque, ses iris charbon fixant le visage pâle aux traits occidentaux de la jeune femme qui se tenait devant lui. Ce ninja qu’il appréciait énormément, sans pour autant vraiment connaître. Et c’était vrai. Que savait-il de la jeune femme mis à part son nom, qu’elle étudiait dans le même lycée que lui et qu’elle était dans une section différentes de la sienne, et probablement la plus opposée, car il la supposait en A ? Rien.
Mais il ne se sentait pas plein d’une quelconque curiosité à son égard. Elle était elle. C’était simple, évident, mais suffisant. Bien que des centaines de question sans importance, et sans réel sens se bouscules dans sa tête en sa présence, il se sentait à l’aise, comme si ce n’était pas seulement la seconde fois qu’ils se retrouvaient ainsi face à face dans leurs rôle de ninja et d’espion, et qu’ils jouaient ainsi depuis bien plus longtemps.

Étrange ? Sans doute, mais l’acrobate n’avait pas envie d’y penser. Il était bien dans cette relation n peu mystérieuse et pas très claire, dans cet équilibre qui lui semblait pouvoir basculer à chaque pensé. Il avait l’impression d’avancer sur le fil d’une araignée, solide, mais fragile à la fois.


Son sourire s’élargit aux mots de la jeune femme. Ce sourire espiègle et amusé qui lui donnait un air de lutin facétieux et joueur, sans que la personne en face puisse trancher de si il s’agissait d’une bonne ou d’une mauvaise chose. Utilisant ses abdominaux, il se releva légèrement afin d’attraper la branche sur laquelle il était suspendue entre ses doigts, et après une acrobatie dont il avait le secret, il atterrit derrière Gabrielle.

Sora prit une seconde pour apprécier la caresse de l’herbe fraiche sur la plante de ses pieds, si différentes de l’écorce rêche sur lequel il évoluait un peu plus tôt. Cette sensation illustrait parfaitement la saison que les rayons de soleil porteur d’une nouvelle chaleur faisaient apparaître. Des odeurs de terre et de jeunes plantes émanaient du sol meuble, dans lequel le troisième année pouvait enfoncer ses orteils.


Ses iris s’arrêtèrent sur la silhouette fine de la ninja qui s’approchait de l’arbre, et son sourire d’ange démoniaque, ou de démon angélique, la nuance était très faible, s’agrandit.

En deux pas, il fut derrière elle, et posa ses mains sur ses hanches, brusquement mais avec délicatesse cependant, et la souleva au dessus de sa tête sans grande difficulté. Contrairement à ce que l’on pourrait penser de sa silhouette souple, Sora était fort, et entrainé par les innombrables acrobaties qu’il faisait en permanence et qui s’ajoutaient aux entrainement de cirque qu’il pratiquait au pensionnat, et qui se révélaient souvent éreintant, pour la simple et bonne raison qu’il existait un vaste nombre d’activité, et qu’elle nécessitait souvent des combinaisons de muscles différents, les forçant lorsqu’ils changeaient d’activité, à redécouvrir certaines parties de leurs corps, et de retrouver les joies des courbatures. Aucune once de graisse n’était perceptible sur son corps de sportif, qui transformait la moindre calorie en mouvement, bougeant en permanence ou presque, comme si il était monté sur piles. Ce qui expliquait entre autre qu’il avait facilement faim, et qu’il pouvait manger comme quatre sans jamais prendre un gramme de graisse.

Habitué à soulever son propre poids en permanence lorsqu’il faisait du trapèze ou de l’escalade, ses bras hissèrent donc avec facilité la jeune fille vers la branche la plus basse afin qu’elle puisse l’attraper avec facilité, son sourire malicieux sur les lèvres. Espérant qu’elle ne serait pas trop surprise, car si elle bougeait trop, ils risquaient de se retrouver tous deux dans l’herbe.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Sam 2 Mai - 10:22
Ce parc avait quelque chose en plus, Gabrielle ne saurait pas dire quoi mais être dans cet endroit apportait quelque chose en plus qu'un autre endroit et elle appréciait ce que ce parc avait de plus.
Chaque construction, en plus d'être endroit où des personnes se réunissent, avait quelque chose qui leur était propre et qui incite plusieurs personnes à revenir. 
C'est bizarre de remarquer que certains endroits attire plus de monde ou non et surtout qu'ils attirent parfois juste un certain type de personnes.
De ce fait il sera rare de voir des personnes dit ''malfamés'' dans une bibliothèque ou grand bâtiment public et des gens ''bien élevés'' dans des salles d'arcade ou autres endroits du même genre.
Ce qui provoque une nouvelle fois un écartement des personnes, que ce soit s'un côté ou de l'autre mais c'est peut-être aussi car on ne se sent pas à l'aise dans des endroits qui ne nous sont pas familiers et où se trouvent des personnes qui ne sont pas les gens qu'on voit habituellement, tout simplement?
On avait juste peur de la différence, on ne veut pas se confronter à des choses dont on ne connait rien, ça fait peur à tout le monde et on aura beau clamer le contraire le propre de l'homme est d'avoir peur de l'inconnu.
Certes certaines personnes chercheront plus à élucider ce qui leur est inconnu mais un moment où à un autre il n'osera pas avancer par peur.
Ce qui est paradoxale car la peur de l'inconnu continuera d'exercer sa pression tant que l'on affrontera pas l'inconnu.

Pourtant certains inconnus sont beaucoup moins dur à affronter que d'autres. 
En effet, Gabrielle n'avait jamais connu quelqu'un comme Sora avant donc c'était quand même une chose inconnu.
Mais elle avait fait ça tout naturellement parce que... Parce que c'était comme ça, on ne réfléchit pas à pourquoi on s'appelle par notre nom, on le fait c'est tout. 
Et c'était cette impression qui l'a faisait naturellement parler au jeune homme.
Oui, elle réagissait sans vraiment réfléchir à ce qu'elle devait dire, souvent elle doit choisir ses mots avec précaution et faire attention à ce qu'elle faisait pour ne pas envenimer certaines relation mais là c'était différent.
Elle agissait vraiment instinctivement, elle pense alors elle le dit aussitôt ce n'est pas plus compliqué mais tout en gardant tous les masques qu'elle a besoin pour avoir une marge de sécurité.
Enfin bon ça ne change pas vraiment grand chose, il y a des personnes comme ça avec qui ont se sent mieux que d'autres.
Même si ces personnes on ne les a rencontrées qu'il y a très peu de temps. C'est la deuxième fois qu'ils se voient? Et alors? Ca ne change rien, elle appréciait d'être là à parler avec l'espion en tant que Ninja.
Ca ne dérangeais personne alors tout va bien. 

Gabrielle continuait de regarder la branche de façon peu assurée, comment elle allait faire pour grimper? Non parce que bon ce n'était pas quelque chose pour laquelle la jeune fille avait une grande habitude de faire.
Elle s'était doucement avancé vers l'arbre quand l'espion tomba derrière la brune pour l'attraper par les hanches et la hisser, sans difficulté en plus, au niveau de la branche qu'elle regardait depuis tout à l'heure. 
Ca aurait pu être simple, mais vraiment très simple, si on avait pas compté sur la surprise de la jeune fille. Parce que oui se faire soulever comme ça d'un instant à l'autre n'était pas anodin donc machinalement la brune bascule une peu en arrière par peur.
Elle tente d'attraper la branche qu'elle était censé agripper pour éviter la chute mais son doigt effleure à peine la branche et elle bascule en arrière une bonne fois pour toute.

-Aaaah! Attention! Dit-elle comme pour prévenir l'espion.

Même si celui-ci avait dû se rendre compte dès le moment où elle avait basculer alors qu'elle tentait d'attraper la branche, elle le prévenait quand même, au cas où...
En un rien de temps ils se retrouvent tous les deux dans l'herbe, avec une certaine douleur pour Gabrielle mais cela devait être un peu plus pire pour l'espion car le ninja lui était tombé dessus. Elle se retire rapidement d'au dessus de lui. 

-C-Ca va? Je t'ai pas trop fait mal? Même si je t'ai un peu écrasé... Demande-t-elle un peu inquiète.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Sam 2 Mai - 18:14

« Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. »
With Gabrielle M. Atsumori.




Les feuilles vert-tendre de l’arbre filtraient les rayons printaniers porteur d’une douce chaleur et d’une vive lumière, qui s’abattaient depuis quelques jours sur la grande métropole de Tokyo, formant ainsi comme un écrin protecteur à l’ombre de l’arbre, donnant l’impression à Sora d’être pour une fois à l’abri du regard du ciel.


L’acrobate comptait surprendre la jeune ninja en la prenant ainsi par la taille, mais il ne s’attendait pas à cette réaction, et faillit même lâcher la jeune femme lorsqu’elle se laissa partir en arrière, réussissant de justesse à raffermir sa prise, et a la maintenir droite au dessus de sa tête…
C’était sans compter le cri de Gabrielle, qui le surprit à son tour, le faisant bouger alors qu’elle essayait de se saisir cette fameuse branche, l’empêchant ainsi de l’attraper, et lui faisant perdre l’équilibre, les renversant tous deux dans l’herbe.

Cette terre qu’il avait quelques instants auparavant trouvés meuble et fraiche, ne lui semblait plus aussi souple à présent qu’il la percutait, avec une violence décuplée par leurs poids combinés. Sora eu juste le temps et le réflexe de refermer ses bras sur le corps de la jeune femme afin d’éviter qu’elle ne soit blesser, avant que ses poumons ne se vidèrent sous l’effet du choc.

Il inspira douloureusement lorsqu’elle se redressa, et prit plusieurs profondes inspirations, détachant ses mains de la taille de Gabrielle pour les poser sur sa poitrine, comme pour vérifier qu’il respirait encore, ne pouvant oublier la douleur et la sensation de ne plus pouvoir respirer.
Sora se tourna finalement vers la jeune femme, un sourire faussement fâché, dans lequel il était cependant facile de discerner les nuances espiègles sur le visage.

« Tu voulais me tuer ! » L’accusa-t-il d’une voix exprimant une indignation théâtrale aux accents amusés.

Ses doigts arrachèrent deux poignées d’herbes, et il se jeta sur la jeune femme son sourire à la fois angélique et démoniaque sur le visage, ayant décidé pour sa puérile vengeance de lui faire un shampoing aux herbes, dont elle pourrait se venger à son tour cette fois. Faisait-il une fixette sur les cheveux bruns et légèrement bouclés de la Ninja ? Pas consciemment, mais il devait avouer que les nuances chocolats, les courbes et surtout la texture douce et soyeuse des mèches de la jeune femme le captivaient, et bien qu’il sache qu’il n’oserait jamais lui demander, il avait vraiment envie de continuer à jouer avec ses boucles brunes, rien que pour continuer à sentir le doux parfum qui s’en dégageait…


Une fois qu’ils eurent fini leur bataille d’herbes, le jeune homme fut prit d’un brusque fou-rire qui lui secoua tout le corps, le faisant à nouveau tomber dans l’étendue verte, mais plus doucement. Un rire libre et un peu fou. Qui donnait l’impression de voler avec le vent, et de s’amuser en résonant dans les feuilles de l’arbre au dessus d’eux. Un rire que rien ne pouvait arrêter.

Le jeune acrobate se calma finalement, mais le sourire qui avait éclairé son visage durant tout ce temps n’avait pas disparut, et il se redressa finalement et tendis la main vers la jeune femme afin de l’aider à se relever. Son rire qui semblait encore résonner en un murmure pétillant dans ses yeux.

Son regard obsidienne remonta le long du tronc de l’arbre, jusqu’à ses chaussures qui pendaient encore au sommet, avant de redescendre, et de finalement lâcher la main de Gabrielle qu’il tenait encore entre ses doigts. Fixant l’arbre quelques secondes pour essayer de reprendre contenance, avant de se tourner à nouveau vers elle.

« On monte ? »

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Dim 3 Mai - 16:15
La dernière chose qu'elle avait vu avant de littéralement s'étaler sur un sol appelé Sora ou l'espion? Cette maudite branche qui l'a narguée parce qu'elle n'avait pas était assez douée pour l'attraper, tout simplement. 
Est-ce qu'elle avait eu peur? Pas vraiment diront-nous plutôt qu'elle a était très surprise de voir la planète se renverser d'un seul coup. 
Elle avait surtout eu peur pour la personne qu'elle avait complètement écrasée sous son poids et qui avait pourtant prit le soin d'entourer ses bras autour de la jeune femme pour ne pas qu'elle soit blessée. 
Elle avait eu beau se retirer rapidement, enfin rapidement... Le temps qu'elle se dise que le sol était étrangement chaud et portait des vêtements il y avait au moins dix secondes qui s'était écoulées alors c'est plutôt le plus rapidement que son esprit pouvait réagir. 
Après qu'elle se soit retirée pour laisser ce pauvre espion respirer, il y eut un léger silence le temps qu'il reprenne sa respiration qui, d'ailleurs, lui semblait assez difficile à reprendre.
En même temps, en prenant le poids de la jeune fille, même si cette dernière n'avait pas une masse extrêmement élevée, lorsqu'on se prend un corps humain en plein sur les poumons y'avait en effet des chances d'avoir mal tout de même.
Enfin elle n'avait jamais testé mais elle imaginait que ça devait pas faire du bien, et puis si elle avait testé volontairement il y aurait comme un problème... 

La brune attendait à côté de l'espion le temps qu'il reprenne ses esprits, ou sa respiration ou même les deux.
Au moins, il respirait mais ce qu'elle le plus peur ce qu'elle lui ai cassé quelque chose, comme une côte. Ce qui fait un mal de chien.
Si elle s'en voulait? Disons que si elle n'avait pas gesticuler, ni crier l'herbe n'aurait pas servi comme seul moyen de se rattraper d'une chute. 
Il reprit donc sa respiration avant de relever et se tourna vers Gabrielle avec un air faussement en colère sur le visage. 
Intérieurement la brune fût soulager qu'il n'ai rien de trop grave puisqu'il pouvait faire semblant d'être en colère c'est que rien de trop grave n'a dû lui arriver, tout du moins c'est ce qu'elle pense.

-Tu voulais me tuer! Dit-il d'une manière très théâtrale. 

Gabrielle prit part au jeu de rôle, une nouvelle fois, que venait de lancer le jeune homme. Elle affiche tout d'abord une mine surprise puis un sourire méchant-même si il ne fallait pas être un expert pour voir que son sourire était tout sauf méchant- et s'apprêter à lui répondre sur ce même ton théâtrale quand l'espion se jeta sur elle avec de l'herbe à la main.
Il se mit à lui étaler tout les brin d'herbe vert dans les cheveux bruns de la jeune fille. 
Ah cette fois c'était sûr, elle ne pourrait pas le louper il ne pourra pas s'enfuir en courant, alors avec difficulté, parce que c'est pas si on était déjà entrain de lui enfoncer allègrement de l'herbe dans les cheveux mis quand même... Elle se saisit également d'une poignée d'herbe pour venir riposter à l'attaque de l'espion.
Elle lui faisait à lui aussi une petit retour à la nature en faisant que ses cheveux ne fasse plus qu'un avec l'herbe du parc.
Ses cheveux qui était d'ailleurs doux au niveau des racines et assez rêche sur les pointes et malgré le changement brusque de texture c'était assez agréable au touché.

-Ah! Je n'aurais jamais cru que tu devines mes intentions si vite! Dit-elle dans la foulée.

La petite bataille dura tout de même quelques minutes avant que les deux adolescents ne calme pour quelques secondes. 
Les cheveux de Gabrielle était dans un piteux état mais elle ne put s'empêcher de rire avec Sora lorsque ce dernier se mit à avoir un grand fou rire. 
Elle se calma un peu avant lui, parce qu'elle voulait respirer un peu d'air frais. Cependant son sourire était toujours et il n'avait aucune raison de partir. 
Elle ferma les yeux un peu pour profiter de la fraîcheur.

Elle rouvrit les yeux quand sentit que le jeune homme lui avait tendu la main pour qu'elle se relève, elle la saisit avec plaisir et s'aide de cette dernière pour se relever. C'est le but premier tout de même.

-Bien sûr. Mais cette fois évite les plans pour que je puisse te tuer trop vite. S'enquit-elle avec un grand sourire innocent. 

Elle s'avance vers l'arbre en question et fait signe de la main, avec toujours son sourire. 

-Les espions d'abord. 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Mer 6 Mai - 13:10

« Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. »
With Gabrielle M. Atsumori.




Était-ce une illusion ? Sora voulait croire que non, mais ce sentiment qui lui emplissait l’âme et le cœur était si doux et si puissant que l’acrobate était persuadé que ce n’était que le fruit de l’imagination de son esprit emplis de souffrances. Il n’avait jamais été rien d’autre qu’un raté. Un déchet. On le lui avait dit, et répété. Ses professeurs, ses anciens camarades lorsqu’il était encore dans une classe normale, et même ses parents, qui avaient finalement préféré commencer une nouvelle vie sans lui, utilisant le travail de son père comme fuite loin de Tokyo, comme si il n’avait jamais existé.
Pouvait-il espérer ressentir un jour cette impression de paix, de joie, de partage et d’harmonie ? Non, quelqu’un comme lui ne pouvait pas. Il n’était qu’un esprit malin sorti des enfers par le biais d’une malédiction quelconque. Il n’avait droit d’espérer rien d’autre que le fruit des noires entrailles de la terre.

Et pourtant, il avait à présent l’impression d’avoir un soleil éclatant et lumineux dans la poitrine. Un astre doré qui réussissait à lui seul a illuminé la totalité de la métropole japonaise.
Sora s’enivrait de cette chaleur et de cette lumière. Elle se rependait dans son corps, coulait dans ses veines, et si il avait pu, il aurait presque voulu pouvoir arrêter de respirer pour s’assurer que ce miracle ne sorte pas de lui.
C’était un sentiment trop précieux. Un instant trop rare, qu’on ne lui aurait jamais accordé normalement. Un éclat de joie qu’il avait volé à la vie, et dérobé au destin. Une lueur de chance, qui le sortait des ténèbres de son quotidien. Juste pour quelques instants. Une poignée de seconde seulement, juste le temps de profiter du temps qu’il pouvait passer avec elle. Avec sa bouffée d’oxygène.



Un sourire en coin, plein de cette malice qui le caractérisait tant, étira les lèvres du jeune homme aux paroles de la ninja. Il passa sa main dans ses cheveux encore plus ébouriffés qu’avant après cette bataille sans merci qu’ils avaient livré à grand coup d’herbe et de chatouille, dégageant de minces tiges vertes qui étaient restées coincées entre ses mèches sombre. Alors comme ça, elle voulait sa mort ? Cette idée était amusante, surtout lorsqu’elle prétendait vouloir utiliser un endroit en hauteur pour lui ôter la vie. Les endroits en hauteur qui étaient justement ceux où il se sentait le plus à l’aise.
Et puis même, mourir de là haut, ce serait une belle mort. Comme le comédien qui meurt sur la scène, lui mourrait sur sa scène.
Enfin, cela ne voulait en aucun cas dire qu’il souhaitait voir sa vie se terminer maintenant !


Sans s’éloigner du jeu de masque auquel les deux jeunes étudiants jouaient depuis leur rencontre, avec cette complicité malicieuse qui était devenue la leur, l’acrobate s’inclina une nouvelle fois devant Gabrielle, de cette manière à la fois moqueuse et respectueuse, qui faisait toute la nuance de leur jeu. Plaçant une main sur son cœur d’une manière très chevaleresque, qui rendait étrangement sur le roturier qu’il était. Il aurait presque pu écrire l’un de ces contes de fée, plein de bonheur et de héros dont les enfants sont friands. Noble roturier contre le pernicieux noble, qui aurait en réalité tuer le père de ce héros, qui apprendrait après avoir sauvé la princesse par bonté, qu’il peu l’épouser parce qu’il est en réalité prince.

Mais Sora ne croyait plus aux fables et aux contes. Les roturiers étaient, et resteraient des roturiers. Ils ne pouvaient rien, ou presque contre ceux qui possédaient le pouvoir. Ils n’épousaient pas de princesse, et puis de toute façon, même si cela était possible, ça n’arriverait pas, puisque personne ne leur demanderait leur aide.

« Vos désirs sont des ordres mademoiselle. » Déclara-t-il en dissimulant à peine son sourire.

Le troisième année se tourna ensuite vers l’arbre, et bondit souplement vers la branche que la jeune visait un peu plus tôt, s’y accrochant avec ses mains, avant de s’en servir comme axe pour finalement se poser en haut de la branche.
Posant l’une de ses jambes sur une branche un peu décalée, il se tourna vers le sol, et tendis sa main vers Gabrielle.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Sam 9 Mai - 21:34
Depuis combien de temps ne s'était-elle pas amusée comme ça? En faisant vraiment quelque chose qui paraissait enfantin face aux autres? Un bon bout de temps, oh oui.
Un sourire tellement joyeux était affiché sur son visage en ce moment c'était presque trop beau pour être vrai, si elle avait pu rester allonger dans l'herbe et s'amuser ainsi pendant toute sa vie, elle l'aurait fait.
Avant qu'elle ne se relève de cette bataille, elle avait profondément inspirée comme pour reprendre son souffle mais la réalité était tout autre. 
Elle avait inspiré si profondément pour pouvoir respirer l'air qui les avait fait survivre, elle et l'espion, pendant cet instant de bonheur.
Comme si elle voulait que cela se reproduise en respirant une nouvelle et dernière fois l'air qui leur avait servit et même si c'était vain, elle espérait vraiment.
Cependant nous le savons tous que ce genre de moment est unique et qu'il ne dure toujours qu'une poignée de seconde et ils sont tellement rare qu'ils en sont plus que délicieux.
Ces moments tout le monde voudraient les vivres chaque jour, au moins une seule fois dans chaque journée mais c'est déjà trop demandé.
Mais ce genre de moment presque magique, Gabrielle ne les avait plus vécue depuis un moment, pas qu'elle soit totalement malheureuse ou qu'elle une vie tellement difficile qu'elle ne puisse plus profiter de rien. 
Mais vu qu'elle ne faisait pas ce genre de chose, elle ne pouvait vraiment les vivre clairement et simplement.
Cherche-t-elle des sensations? Non, elle cherche des personnes avec qui elle se sentira bien et avec qui elle s'amusera comme elle aime s'amuser et non pas comme les autres veulent que tout le monde s'amuse.

Cela semblait amuser le jeune homme qui se trouvait avec elle. Avec lui elle se sentait bien, en effet il avait une complicité plus qu'étrange.
Tout deux avaient un rôle et ils ne connaissaient rien l'un de l'autre mais et alors? Tout deux semblait pouvoir respirer, on dirait qu'ils échappaient à quelque chose quand ils se retrouvaient tout les deux et peut-être que c'était vrai. 
Ils s'échappaient peut-être en fin de quelque chose qui leur pesait sur le coeur et cela ne leur faisait aucun mal. 
Alors qu'elle était levé près de l'arbre, cet espion même vint la saluer de manière tout aussi galante que tout à l'heure et il avait encore ce petite sourire qui... Le rendait unique? Peut-être elle ne savait pas, mais en tout cas il n'était pas comme les autres.
Il grimpa sur la branche, qui avait failli leur coûter la vie un peu plutôt, avec une extrême facilité presque déconcertante. 
En effet il était beaucoup plus adroit que la jeune fille, qui était sensé être ninja rappelons-le tout de même et donc qui se devait d'être discrète et agile, elle était tout l'inverse du rôle qu'elle jouait.
Oui oui, vous avez bien lu, complètement l'inverse.
Discrète? Elle essaye de de espionner sans bruit et elle y arrive? Ne cherchez pas plus loin ce n'est pas elle. Mais attention! Si elle veut vraiment suivre quelqu'un discrètement, sachez qu'elle ne sera qu'une ombre derrière. Seulement quand elle le veut bien sûr. 
Et agile? Vous avez la preuve tout à l'heure qu'elle ne l'était pas vraiment, vu comment elle s'est rétamé alors que l'espion la tenais fermement, si ça ce n'est pas du niveau. 

Sora lui tendit la main pour l'aider à monter dans l'arbre, cette fois au moins si elle devait se rétamer elle le tuerait pas en même temps, c'est un point positif. 
Il la hausse à la hauteur de la branche et elle y monte seule, un peu déstabilisé, elle vacille un peu avant de reprendre son équilibre en tenant fermement la main de l'espion pour éviter de tomber à cette hauteur.
Elle lâcha prudemment sa main pour s'accrocher au tronc, et respira un grand coup pour évacuer tout le stresse qu'elle venait d'accumuler en montant.
Elle lâcha le tronc et en s'appuyant une dernière fois sur l'épaule du jeune homme, elle lui sourit et se mit à grimper sur la branche un peu plus haut et faisant le plus attention possible.
Elle tournait la tête de gauche à droite avant d'apercevoir ce qui ressemblait à des chaussures, elle se doutait bien que c'était celle de l'espion alors se mit en route pour arriver à cette nouvelle destination. 

-Alors, on a u-, elle s'interrompit pour se stabiliser à nouveau, un peu de mal à monter? Ponctua-t-elle avec un petit rire. 

Si c'était du foutage de tête? Un peu oui, on dit souvent qu'elle aime provoquer gentiment les gens, c'était peut-être vrai?
Elle montait doucement mais surement les branches, elle s'arrêtait souvent pour se stabiliser et s'éviter une chute potentiellement dangereuse. 
En effet elle n'avait pas l'habitude de monter dans un arbre tout les jours. Si ça lui fait peur? Un peu...? 
Elle arrivait finalement à destination, un peu tremblante mais elle finit par reprendre son calme après plusieurs grande respiration.
Elle tournait la tête dans tous les sens. Elle avait effectivement perdu l'espion de vue. 
Oui oui, elle venait de perdre un homme dans les feuilles plutôt peu épaisse d'un arbre, fascinant hein?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Dim 10 Mai - 18:40

« Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. »
With Gabrielle M. Atsumori.




Le corps de Sora frémissait des centaines d’informations qui lui parvenaient en même temps. Etrange alchimie qui effleurait sa colonne vertébrale, remontant le long de son dos pour finalement exploser dans son corps, avec violence et douceur. Tous ses sens étaient en éveils. Ses iris charbon luisaient sous les rayons brulant du soleil, captant l’émeraude des feuilles qui l’entouraient, ainsi que le brun de l’arbre, et la silhouette de Gabrielle accrochée à sa main. Ses oreilles s’emplissaient du chant du vent, qui caressait les branches autour de lui, emportant ainsi la vague rumeur de la ville, et celle de la respiration du ninja. Ses mains et ses pieds sentaient l’écorce rugueuse et douce à la fois, qui formait autour d’eux comme un écrin, dont le feuillage était le velours, tandis que ses doigts serraient entre eux la main de la demoiselle. Enfin, à son nez montait une odeur de printemps, de verdure et de sève, à laquelle le parfum de la jeune femme.

Il la hissa vers lui sans grande difficulté, ayant certaines fois du hisser de la même façon des camarades en classe de cirque, bien qu’il ait le plus souvent le rôle du voltigeur en raison de son agilité, ils devaient savoir faire tout les rôles.
Lorsqu’il sentit les doigts de la jeune femme se resserrer autour des siens, il ne pu s’empêcher de l’imiter, et fut ainsi presque soulagé qu’elle lâche sa main. Craignant de pas vouloir le faire si elle attendait plus longtemps.

Il détourna son regard ombre, et le laissa courir quelques instant sur le paysage pseudo naturel dans ce milieu urbain qui s’offrait à lui. Gêné, il essaya de penser à autre chose en contemplant les grilles du parc, ainsi que les hautes tours qui s’élevaient en déchirant les cieux. Mais étonnement, cette vision ne le mettait plus en colère, et ne lui donnait plus cette affreuse impression d’être emprisonné et d’étouffer. Pour la première fois depuis très longtemps, il se sentait libre dans un lieu comme celui-ci. Et aussi dérangeant et plaisant que ce ne soit, il pensait en connaître la raison.
Comment pourrait-il étouffer, alors qu’il frôlait sa bouffée d’oxygène ?
Comment pourrait-il se sentir enfermé, alors qu’elle était là ?


C’était simple. Simpliste même, mais je jeune homme n’avait pas d’autre explication. « Parce que c’était lui. Parce que c’était moi. » Avait dit Montaigne dans ses Essais, au sujet de La Boétie. C’était la même chose.
Parce que c’était elle. Parce que c’était lui.


Ils continuèrent ainsi leur ascension, le jeune homme la laissant prendre les devants, afin qu’elle puisse évoluer à son rythme, l’aidant lorsqu’elle en avait besoin, et près à la rattraper, et à lui servir une seconde fois de matelas au besoin.

Son sourire malicieux, porteur d’une note moqueuse étira ses lèvres aux mots de la jeune femme. Bondissant de la branche où il attendait pour atterrir souplement accroupis sur la branche où elle s’appuyait, effleurant son dos pour la stabiliser, son sourire s’élargissant encore d’avantage sur son visage.

« Alors, on a un peu de mal à respirer ? » demanda-t-il sur le même ton moqueur, son éternel sourire ni tout à fait démoniaque, ni tout à fait angélique sur les lèvres.

La laissant continuer jusqu’à la branche où il était monté un peu plus tôt, Sora parti discrètement de l’autre côté de l’arbre, tout en continuant à surveiller attentivement l’ascension de la jeune femme. Avec sa discrétion et sa souplesse habituel, il se glissa jusque sur la branche juste au dessus d’elle où il avait justement accroché ses chaussures.
Les détachant, il remarqua le regard perdu de la jeune femme. Son sourire s’élargit, et il s’accroupit sur sa branche, ses chaussures dans ses mains.

« Vous cherchez quelqu’un mademoiselle la ninja ? »



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Dim 17 Mai - 0:08
Le vent soufflait un peu plus fort sur le parc et Tokyo, un vent fort et puissant et pourtant il était incroyablement doux et calme à la fois, provoquant un mélange hors normes.
Du haut de la branche où elle venait de monter, et avant qu'elle se mette à chercher l'espion elle regardait l'horizon, elle regardait les gens parler, marcher, rire. 
C'était rafraîchissant de voir autant de vie dans un seul endroit, et de savoir qu'on participaient à cette vie là, qu'on était peut-être que des pions mais des pions vivants et heureux ou triste.


Elle aussi elle vivait comme ça en ce moment, tristement? Non, jamais, jamais pendant ce moment elle pourrait dire qu'elle était malheureuse, elle était tout sauf malheureuse.

La brune se sentait bien en ce moment même, elle ne pensait plus à rien de vraiment négatif maintenant et tout ceci était provoqué par quoi...? 
Elle avait un peu peur de la réponse mais elle le savait au fond d'elle que c'était parce qu'elle passait ce temps, ce temps qu'elle appréciait tant, elle le passait avec lui. L'espion. Sora. 



C'est à ce moment là qu'elle s'est à le chercher du regard, elle l'avait perdu dans l'arbre et bizarrement elle voulait le retrouver assez vite, pour continuer à vivre pleinement ce moment.

Durant son ascension après avoir taquiner l'espion, ce dernier s'était mit à avancer plus vite, parce qu'il avait l'habitude, on est pas tous Gabrielle... Et il avait subitement effleuré le dos de la jeune femme pour la stabiliser. 
Ce contact qui se voulait bienveillant, ça l'avait surprise et elle avait un peu frémis.
Pourquoi ce geste si anodin l'avait-elle fait frémir? Elle ne savait pas vraiment mais peut-être simplement parce que c'était lui qui l'avait touché et pas quelqu'un d'autre. 
Elle ne savait plus. 
Son regard qui était perdue revint à la réalité et la brune se mit à secouer la tête avant d'entendre sa voix, elle a tourné la tête pour voir le visage du jeune homme avec son sourire unique.
Elle se mit à lui sourire en retour, au moins elle avait retrouvé l'espion perdu ou il avait retrouvé la ninja en évidence sur la branche d'un arbre.
Elle rit doucement à la phrase du jeune homme, oui elle cherchait quelqu'un mais elle n'avait vraiment envie de lui dire que c'était lui parce qu'elle avait encore envie de le voir. 


-Oui, je cherchais des écureuils, on m'a dit qu'ils traînaient dans les arbres... commença la brune, parce qu'il y en un qui se trouve être un espion, alors je reste sur mes gardes. 



Elle aimait bien les sarcasmes dans ce genre de moment, ça ne tend pas l'atmosphère et puis elle était quasiment sure que l'espion ne le prendra pas vraiment mal.

D'ailleurs elle avait fait pire que ça il y a quelques minutes, en lui coupant toute voie respiratoire ce qui en sois est assez grave tout de même...
Gabrielle continuait à fixer inconsciemment le jeune homme en face d'elle mais s'arrête soudainement de le faire lorsque des enfants vinrent jouer en dessous de l'arbre où ils se trouvaient. 
Ils riaient, criaient fort et faisaient une bataille avec l'herbe.
La brune regarda ces jeunes enfants d'abord attendris puis en les voyant se chamailler avec l'herbe elle fronça petit à petit les sourcils, cette scène dans l'herbe lui rappelait étrangement une scène vécu auparavant.
La jeune fille se racle la gorge comme pour oublier les enfants à l'instant et se tourne à nouveau vers l'espion. 


-Tu vas rester au dessus de moi où tu viens sur ma branche? 



Elle s'assit sur la branche en le regardant avec un sourire amical. 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Lun 18 Mai - 18:44

« Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. »
With Gabrielle M. Atsumori.




Les lacets noués entre eux, le jeune homme avait ainsi pu facilement passer l’étranger collier de soulier autour de son cou afin de libérer ses mains. C’était plus un réflexe qu’une nécessitée, cependant, cette habitude prise dans ses premières années d’acrobaties lui avait suffisamment de fois évité de se retrouver en béquille, ou pire, en fauteuil roulant, qu’elle lui était devenue instinctive. Avec un corps souple, dynamique et entrainé comme le sien, et le tapis d’herbe émeraude qui s’étendait en dessous, même à cette hauteur, il ne risquait pas grand chose de plus qu’une fracture quelconque.


Ses pieds nus prirent appui sur l’écorce rugueuse et solide, qui dégageait une douce odeur de sève, tandis qu’il se levait doucement, ne pouvant empêcher un sourire d’étirer ses lèvres, tandis qu’il sentait ses jambes légèrement trembler, au rythme du balancement de la branche dans le léger vent. Effleurant la silhouette de Gabrielle, avant de finalement se pencher vers le vide qui s’ouvrait a lui. Plongeant ses iris charbon dans ce gouffre d’une vingtaine de mètres, hypnotisé par ce souffle qu’il sentait sur sa peau.
Il se pencha encore, attiré comme par un aimant par l’ivresse et l’adrénaline qui envahirait son être en une fraction de seconde, si il se penchait encore un peu plus.

Le parfums frais et vert que le vent remontant entre les branches portait jusqu’à son visage l’attirait au moins autant, jusqu’à ce qu’une nuance plus subtile et plus douce, commune et unique, n’envahisse tout. Le vide qui s’ouvrait à ses pieds perdit toute attraction, tandis que son esprit s’emplissait de ce parfum qu’il ne connaissait que trop bien, ses iris sombre se dirigeant vers sa source, enveloppant la ninja qui s’était assise sur une branche légèrement sous lui. Enviant presque le vent qui pouvait jouer avec ses cheveux et effleurer impunément et malicieusement sa nuque.
Sentant ses joues rougir légèrement, l’acrobate préféra détourner le regard, affectant d’admirer le paysage. Paysage qu’il contemplait il y a eu avec plaisir et émerveillement, mais qui semblait à présent dénué du moindre intérêt, et comme si ses yeux avaient comprit avant que sa conscience ne l’accepte la raison pour laquelle son cœur battait plus vite dans ces moments.


La voie de la jeune femme atteignit ses oreilles, et le jeune acrobate ne pu s’empêcher de sourire de fleurir sur ses lèvres tandis qu’il se tournait à nouveau vers elle, ses pommettes ayant reprit une teinte parfaitement normale.


« Quel goujat resterait sur sa branche, alors qu’une jolie demoiselle est assise si près ? » Déclara-t-il sur ce ton théâtral qu’ils utilisaient depuis le début. S’amusant dans ce jeu, qui ne faisait que se moquer de cette réalité où ils se sentaient parfois oppressé. Empilant les masque, afin de changer en sourires et en rires ces larmes ou ces cris de rages qui menaçaient parfois de les étouffer.


Le plus naturellement du monde, le jeune homme sauta doucement dans le vide, fléchissant les jambes le plus possible, afin de créer le moins de vibrations possible dans la branche, afin de ne pas trop déstabiliser Gabrielle. Il ne voulait pas imaginer ce qui pourrait lui arriver si elle tombait d’ici.

S’approchant souplement, il se glissa à côté d’elle, s’asseyant sur l’écorce, son bras frôlant le sien provoquant un frisson qui remonta le long de sa colonne vertébrale.

Ses prunelles sombres contemplèrent elles aussi les enfants qui jouaient dans l’herbe, comme ils l’avaient fait plus tôt, plongeant le jeune homme dans ses pensées, faisant aussi tomber son masque, un murmure s’échappant de ses lèvres.

« Merci… »

Ce moment aurait une fin, il le savait. Les éclats de rire cèderaient place au silence, et l’espion qu’il semblait être à présent redeviendrait le vaurien qu’il avait toujours été.
Ce rêve était si beau, que Sora aurait souhaité qu’il ne se termine jamais.
Mais l’espoir et la volonté seraient inutiles, le réveil serait brutal.
Et dur.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Dim 24 Mai - 15:07
Le regard de la brune était perdu dans l'horizon de Tokyo, le vent qui devenait un peu plus fort venait faire voler ses cheveux au gré de son bon vouloir, cette caresse était tellement appréciable, rien ne bougeait ou s'agiter ici tout était calme, c'était ça la sérénité?
Le sourire de la jeune femme qui depuis le début de cette rencontre n'avait ou que des sourires taquins ou que des sourires amicaux mais cette fois-ci le sourire qui se dessina sur ses lèvres était ni l'un ni l'autre mais se fût un sourire doux et calme, elle se sentait si bien sur cette branche dans ce parc, elle voulait rester comme ça beaucoup plus de temps qu'il ne semblait se dessiner.
Le soleil descendait de plus en plus sur Tokyo marquant ainsi que l'après-midi était avancée et que la nuit allait tomber tout doucement sur la grande ville même si cette vue était des plus belles, elle n'avait pas tellement envie de la voir.
Pourquoi? Car ça mettrait fin à cette après-midi et elle ne voulait pas que tout cela s'arrête, cet instant elle l'aimait plus que tout.
Ses doigts s'entrelaçaient avec la branche de l'arbre, l'écorce de cette dernière aurait du faire en sorte qu'elle ne la serre pas trop fort et pourtant... Ses mains serrait de plus en plus fort cette écorce, elle prenait de grande inspiration, elle était partie loin dans ses pensées.
A tel point quel même lorsque le jeune homme s'était mis à parler elle n'avait pas entendu et de ce fait n'avait pas répondu.

Le poids en plus sur la branche ne la fit pas réagir plus que cela mais alors que l'espion s'asseyait à ses côtés suite à l'invitation de la brune.
Toujours avec ces mêmes enfants qui jouaient ensemble depuis tout à l'heure au pied de l'arbre, un silence reposant perdurait depuis qu'il s'était assis.
Elle aimait ce silence pour le moment car elle arrivait à rester dans ses pensées sans être interrompu et ses pensées elle les aimaient tellement.
Le vent que s'était calmée depuis quelques minutes avait repris ses petites brises plus ou moins violente et régulière et cette brise venait caresser la jeune femme et semblait-il que l'espion soit également touché par cette brise, les odeurs que dégageaient les deux jeunes gens se mêlaient au vent formant un odeur qu'on ne sentait pas toujours.
Pas mauvaise, agréable. 

"-Merci..."


Ce petit mot fît revenir à la réalité la jeune femme, ses yeux se rouvrirent doucement après l'entente de ce mot, rien ne l'avait fait sortir de ses pensées que ce soit le cri des enfant, le vent, le poids de l'espion qui était venue s'ajouter au sien sur la branche, les gens qui parlaient fort. Rien ne l'avait faites revenir.
Son étreinte sur la branche se desserrais doucement, ses mains devaient avoir récupérait la saleté qui était sur la branche et pourtant elle ne prit pas le temps des les enlever. 
L'entente de ce mot l'avait réveillait en effet, elle prit quelques secondes pour se réveiller de sa "torpeur". 
Pour cela l'avait-il réveillée en particulier? Elle n'en avait aucune idée mais bizarrement elle était heureuse d'entendre ça de sa part.
Même si elle était consciente maintenant son sourire doux ne s'en allait pas, plus encore il perdurait, perdurait beaucoup plus qu'elle ne le pensait elle-même.
Elle ne dit rien pendant un petit moment, c'était elle qui devrait sans doute le remercier, elle ne comprenait pas vraiment mais tant pis.
Cette fois-ci elle laissa son instinct parler et pas autres choses.

-Merci à toi. 


Rien de plus rien de moins, elle avait retiré son masque, si elle l'avait gardé alors que l'espion l'avait retiré juste devant elle, la brune n'aurait pas pu se reconnaître elle-même.
Et puis oui, c'était à elle de le remercier pour l'avoir rendu la charge de ses parents un peu moins lourde, elle aimait être avec lui.
C'est indéniable.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Dim 24 Mai - 21:59

« Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. »
With Gabrielle M. Atsumori.




C’était un instant volé, et c’était ce qui lui donnait toute sa saveur. Volé au temps. Volé à la réalité. Volé au destin, et à la vie elle même. Un moment qu’ils n’auraient pas du avoir, et qu’ils partageaient cependant. Arraché à force de jeux et de sourires, d’envies de liberté et d’éclats de rire.
Ils étaient jeunes. Ils étaient libres, au moins pour quelques instants.

Perché l’un à côté de l’autre, à une dizaine de mètre seulement de la Terre ferme, il n’avait pourtant plus aucun lien avec celle-ci, mis à part le regard vague qu’ils portaient sur les enfants en train de jouer dans l’herbe au pied de leur perchoir. Enfermé dans une bulle pure, légère et transparente, qui les protégeaient un peu du monde qui les entourait.

Enfermé certes, mais pour la première fois de sa courte existence sur cette planète, Sora ne se sentait pas prisonnier. Il se sentait… libre. Oui, c’était à la fois le mot et le paradoxe. Pour la première fois, ce n’était pas quelque chose de négatif, et une partie de l’esprit du jeune homme savait bien pour quelle raison. Elle était sa bouffée d’oxygène, les chaînes n’avaient plus lieu d’être en sa présence.

Son bras frôlant toujours celui de Gabrielle, il laissait ce léger frissonnement remonter vers sa colonne vertébrale, avant de se propager dans tout son corps. L’acrobate avait l’impression de recevoir un courant électrique en continu, et que le seul fait d’avoir un centimètre carré de peau en contact avec celle de la jeune fille lui suffisait pour recharger ses batteries.
Rechargé, mais d’une énergie différente de celle qui l’habitait d’ordinaire. Vive et indomptable, elle bouillonnait dans son sang, sans pour autant le faire bondir et bouger comme il ne pouvait s’en empêcher habituellement.
Puissante et indescriptible énergie.


Agacé par le poids mort de ses chaussures qui pendant de part et d’autre de son cou, le jeune homme enleva vitement l’étrange collier, entrepris adroitement de renfiler souliers, qui avaient finalement durant cette trop petite heure, servit à tout sauf au dessin auquel on les avait destiné.
En réalité, il n’avait pas vraiment eu envie de remettre ses chaussures, malgré le fait qu’elles lui sciaient le cou, mais le vent joueur avait porté une fois de trop une mèche brune, pleine du parfum de Gabrielle vers ses narines, et il n’avait eu d’autre choix pour ne pas plonger directement son nez derrière sa nuque, afin de pouvoir humer directement la source des fragrances qui dansaient vers lui, que de faire quelque chose d’absolument pas approprié à la situation, à savoir remettre ses chaussures.


Comme si ils avaient eux aussi comprit que cet instant irréel offert aux deux élèves prenait fin, les enfants avaient quitté l’abris de l’arbre pour se diriger vers un autre lieu du parc.

« On redescend ? » Demanda le jeune homme à sa compagne, en sautant agilement sur une branche plus basse, avant de lui tendre la main pour l’aider dans la descente.

Cette escalade fut plus longue, et sans doute plus laborieuse que la monté, mais qu’il semble être le contraire, la descente est toujours plus difficile que la monté.

Finalement, les deux adolescents arrivèrent sur le sol, et Sora adressa un franc sourire à la jeune femme. Les masques étaient certes tombés, mais il y avait toujours ces nuances malines et joueuses dans son expression. Il ouvrit la bouche afin de dire quelque chose, mais le vent fut plus rapide, et pour la seconde fois en peu de temps, le vent vint jouer avec leurs cheveux, emportant une nouvelle fois le parfum de Gabrielle vers l’acrobate.

Sans même réfléchir, et avec une vivacité due à l’entrainement, Sora attrapa les mains de l’occidentale afin de l’attirer vers lui, et posa vers douceur ses lèvres sur le creux de sa joue. Puis il s’éloigna tout aussi rapidement, s’immobilisant quelques seconde afin de graver le portrait de Gabrielle dans sa mémoire, la peur d’avoir en une seconde brisée à jamais cet étrange et indescriptible lien qu’ils avait créé.

Et il fit volte face, et parti en courant. Le goût de la peau de la jeune femme encore brulant sur les lèvres.


Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Lun 25 Mai - 14:17
En effet c'était la fin de ce moment, elle n'avait aucune idée de combien de temps ils étaient resté ensemble peut-être une heure, deux heures, trois heures mais elle avait l'impression que cela ne faisait que quelques minutes qu'ils avaient commencé cette conversation.
Elle ne saurait dire pourquoi mais elle était satisfaite d'avoir un moment comme celui-ci, elle en retirait une satisfaction énorme comme si elle eu à se battre pour l'avoir alors qu'aucune n'avait eu lieu pour qu'il puisse se parler.
Ce sentiment, elle ne l'avait toujours ressentit que pour des occasions spéciales et était-ce une occasion spéciale? Non mais alors qu'avait-il de spéciale en ce moment, elle comprit vite en effet que cette chose spéciale, c'était la personne à côté d'elle.
Combien de fois avait-elle rencontré des personnes qui lui fasse cet effet là? Oh, elle pourrait sans aucune once de doute dire qu'il en avait eu très très peu voir même pas du tout car cette sensation elle était forte beaucoup plus forte que beaucoup d'autres sentiments.
Maintenant qu'elle s'en était rendu compte un peu plus qu'il était quelqu'un de spécial maintenant dans sa vie, allait-elle pouvoir réagir normalement? Et d'ailleurs comment avaient-ils fait pour que la relation, qui partait de rien du tout, puisse en arriver là en si peu de temps? Elle n'en savait a vrai dire, rien du tout.
Elle voulu jeter un coup d'oeil au jeune homme à ses côtés mais ce dernier remettait ses chaussures et à cause de ses cheveux elle ne pouvait pas voir son visage mais elle scrutait chacun de ses mouvements. Pourquoi? Elle n'en savait rien.

Une fois qu'il eut finit ça, ce dernier l'invita à descendre de l'arbre même si elle était un peu réticente car elle ne voulait pas que cet instant s'arrête, elle accepta la main qu'il lui tendait pour la faire descendre avec un sourire.
Etant très peu douée pour l'escalade ou la descente, durant tout le long de cette dernière le jeune homme l'aida pour ne pas qu'elle tombe ou des choses du genre parce qu'il avait eu une démonstration de sa mal adresse un peu plus tôt.
La descente, bien que laborieuse, venait de se passer sans encombre et ils étaient tout les deux à terre sans aucune blessure. Un exploit?
Elle finit par pourvoir regarder Sora presque droit dans les yeux, cela faisait à peine quelques secondes qu'ils étaient tout le deux au sol et le vent soufflait encore un peu.

Tout s'était passé vite, pour une quelconque raison le jeune homme avait saisit rapidement et habilement les mains de Gabrielle et l'avait attiré vers lui.
A ce moment là, la brune avait était extrêmement surprise pour pouvoir espérer réagir et son esprit était devenu très vite confus et complètement fouillis.
Et cela n'a pas du tout arrangée les choses lorsque le jeune homme avait posé ses lèvres, douce? était-ce à ça qu'elle avait pensée?, sur la joue de la jeune femme.
Pourquoi? Comment? Surprise? Tout se bousculait dans son crâne et c'était peu dire, elle n'arrivait à réfléchir à rien du tout.
Il se retira tout aussi rapidement qu'il était venu, pendant quelques secondes ils se regardèrent, les paupières un peu plus ouverte que d'habitude Gabrielle était franchement surprise.
Elle ouvrit la bouche pour essayer de sortir ne serais-ce qu'une syllabe mais les mots se coinçaient dans sa gorge et même si elle avait pu en sortir c'était déjà trop tard.
Sora était déjà partie en courant dans la direction opposée à elle.
Elle fût silencieuse pendant quelques secondes avant que le rouge ne lui monte aux joues et qu'elle sa main sur sa joue avant de se frapper. Pour se faire revenir à elle. 
Elle prit bien quelques minutes à se rendre compte de ce qu'il s'était passé et lorsqu'elle réussit enfin à reprendre ses esprits, un sourire naturel se dessine sur ses lèvres.
Gabrielle était, sans s'en rendre compte, heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime] Lun 25 Mai - 14:48
Le Rp étant Terminé, je l'archive !
Et puisque le titre a été balisé, +10 Okanes chacun.

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime]
Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] « Le véritable art de l’espion consiste à se fondre dans le paysage, à ne faire qu’un avec les écureuils… ou pas. » [Gabrielle M. Atsumori / Sora Hajime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Terminé] Mochi-mochi ici ninja! [Sora Hajime/Gabrielle M. Atsumori]
» petit inventaire des techniques de Sora Shizen
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» [Validée]sora shizen, marine de son état, rêveur persévérant et fouteur de merde [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Terminés.-