RSS
RSS



 

Partagez|

"Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Mer 15 Avr - 15:04
"SCARLET LUNA THORNE !"

Oh oh...! Quand son père utilisé ses deux prénoms, l'adolescente savait qu'elle avait du souci à se faire. Pourtant, récemment elle n'avait pas fait de chose répréhensible. Du moins pas qu'elle s'en souvienne.

Elle sortit de sa chambre d'un pas lent et avança vers le salon, préparant sa moue de petite fille sage. Une fois dans la salle, voyant le regard outré de son père, elle laissa tomber son adorable masque de pureté et fronça les sourcils préparant sa défense. Son grand frère entra à ce moment-là dans la pièce.

"Ce n'est pas moi, c'est Kai !" déclara solennellement la jeune fille en pointant du doigt son frère.

Ce dernier leva les mains en l'air comme pour dire qu'il n'avait rien fait, puis prit appuie sur la porte comme pour bloquer le passage et observer la scène d'un œil amusé.

"Ah oui ? C'est donc ton frère qui est allait dan ton école et à jeter une carafe d'eau sur la tête d'un garçon ?!" lâcha Monsieur Thorne en colère.

"Ah ça !" se rappela Scarlet soudainement soulager. Elle s'assit lourdement sur le fauteuil en cuir blanc et prit un magazine et tourna les pages. "Mais je ne lui ai pas jeter la carafe dessus. Je l'ai juste arrosé arrosé avec l'eau qu'elle contenait." rectifia l'adolescente d'un air satisfait.

Son père, encore plus énervé par le comportement de sa fille, lui arracha la revue des mains, ignorant les plaintes que cette action engendra.

"Et tu trouves ça normal peut-être ? Ton école vient d'appeler, j’espère que tu es prête pour tes soirées de retenue."

Vraiment ? Le pensionnat avait vraiment appelé pour un truc aussi débile ? Il ne fallait pas exagérer, elle n'avait tout de même pas vandalisé l'école. Simplement donner une bonne leçon à un garçon pas assez respectueux.

"Le garçon que j'ai arrosé avait fait pleurer une petite de première année. C'était lâche de sa part. Je l'ai simplement défendu. Tu devrais plutôt me féliciter au lieu de râler." s'expliqua Scarlet.

Kai, le grand frère s'avança avec fierté et tapa dans la main de sa sœur.

"Bien joué sœurette !" dit-il, enjoué par la réaction de la sportive.

Leur père lui lança un regard noir, sous-entendu "ne l'encourage pas!".

"Ne recommence plus !" se contenta de dire Monsieur Thorne en jetant le magazine sur la table. Une fois partit de la pièce, la fratrie éclata de rire.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

C'est ainsi que deux jours plus tard, l'adolescente se trouver à flânait dans les couloirs en possession d'un gros formulaire d'au moins cinquante pages.

"Il n'y a plus de place en étude tu vas donc avoir un autre travail à faire. Tu dois questionner le plus d'élève possible pour un sondage." avait alors dit une surveillante.

Ce n'était pas si horrible que ça. Ainsi, Scarlet pouvait rencontrer des gens. Enfin...ça aurait été le cas si les vouloirs n'étaient pas déserts.

"Bon sang ! Ils sont passés où tous les élèves ?!" s'étonna la jeune fille.

Ne trouvant personne, elle décida d'aller dans l'aile Nord du pensionnat. C'était le coin des A, alors forcément il devait bien y avoir au moins un élève studieux.

Elle entra dans la salle commune et constata qu'elle avait eu raison. Un garçon a la chevelure noire comme un corbeau et à la peau pâle était assis à une table.

"Super !" dit-elle en prenant une chaise et s’essayant en face de lui. Elle laissa tomber lourdement le questionnaire sur la table et lui sourit. "Salut, toi ! Je m’appelle Scarlet et je vais te poser des questions pour un sondage que je suis obligé de faire."

Bon, elle aurait peut-être dû lui demander son avis mais elle s'il disait non elle n'était pas sur de trouver d'autre élève de sitôt. Elle ne lui laissa donc pas le choix.

"Première question, comment t'appelles-tu ?" dit-elle avec un grand sourire.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Mer 15 Avr - 16:52
La fenêtre à demi ouverte laissait pénétrer dans la salle de classe vide, une brise légère et rafraichissante, qui faisait lentement tourner les pages d’un livre qu’un élève étourdit avait oublié là.
Vide ? Pas exactement. Partiellement dissimulé dans l’ombre d’un rideau, un jeune homme se tenait là. Parfaitement immobile, seuls les doigts de sa main droite qui pianotaient silencieusement une mélodie, et ses yeux obsidienne qui caressaient les pages du livre qu’il avait sous les yeux.

Comme la plupart de ses camarades de classes en cette période, le jeune homme révisait. Les examens de fin d’année approchaient à grand pas, et pour ces membres de l’élite, aucune seconde ne devait être mise de côté pour ces précieux temps de préparation pour conserver leur rang de meilleurs élèves du pensionnat Miyusaki.
Mais contrairement à nombre de ses camarades, le jeune musicien n’avait pas rejoint la bibliothèque, qui devait battre ses records de présence en ces mois chargé, car elle garantissait non seulement le calme, mais aussi la présence de divers manuel, et d’une connexion internet, qui ravisait les A avide d’exercices supplémentaires comme les autres. C’était son intelligence qui lui avait permit d’entrer dans la meilleure classe de l’école, plus que son goût de l’étude. Et sans elle, et avec son caractère indifférent, entrer dans n’importe quel classe ne lui aurait posé aucun problème.
Seule sa sœur avait réussit à le motiver afin qu’il utilise ses capacité, afin qu’ils soient dans la même classe. Et maintenant qu’elle était repartie pour Londres, Nowaki aurait volontiers passé tous son temps aux côtés de son cousin qui venait tout juste de se réveiller du coma.
Cependant, ses parents avaient décidé de prendre l’entré du violoniste en A comme une base, et lui avait clairement signifié que si il n’était pas accepté dans cette classe l’année suivante, il n’aurait plus le droit de passer la quasi-totalité de son temps hors des horaires de lycée au chevet de son cousin. De plus, Minoru devait passer cette semaine une série de test, qui tombaient sur ses heures habituelles de visite, l’empêchant de voir le boxeur autant qu’il le souhaitait.
En bref, tout semblait s’être ligué contre lui pour qu’il révise, car il ne pouvait même pas se rendre en salle de musiques, puisqu’elles étaient en travaux pour la semaine à cause d’un problème d’isolation ou quelque chose du même acabit.
Tout, ou presque.

Cependant, ce n’était pas un presque que le pianiste avait souhaiter.

A peine avait-il tourné la page qu’il venait de terminer, qu’un énorme paquet de feuille s’écrasa sur son pupitre, à moins d’un centimètre de ses doigts.

Le jeune homme se redressa, et leva son regard onyx sur la jeune fille qui venait de s’asseoir sur la chaise de la table de devant, et qui tournait vers lui son visage souriant.

« Bonjour. » Déclara-il laconiquement à la longue phrase de la nouvelle venue, cherchant, derrière son masque de marbre n’exprimant rien d’autre que de la neutralité, ce que la demoiselle cherchait, avant de comprendre qu’elle ne lui laissait pas le choix.


Il étouffa un soupir en se faisant mentalement la réflexion qu’on lui demandait rarement son avis, et ferma le livre sur lequel il étudiait, avant de répondre.

« Shakespeare Aoki Nowaki. »

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Mer 15 Avr - 17:31
Le garçon qui se tenait en fasse d'elle ne semblait pas très enthousiaste, mais peu lui importer. Au moins il ne s'était pas enfui en courant. Ne perdant pas son sourire, la jeune fille inscrit le nom du garçon su le formulaire.

"Parfait ! Alors le premier testé s'intitule "ce que vos gestes racontent de vous". Tu auras le choix entre plusieurs réponses et il te suffira de me dire celle qui te conviens le mieux le plus honnêtement possible. Suite à sa je pourrais établir un profil." expliqua l'adolescente

Elle tourna la page et ait les questions, notant les réponses au fur et à mesure.

"1.Pour appuyer ce que je dis j'ai plutôt tendance à :

 a. Regarder franchement mon interlocuteur
 b.parler plus fort
c. parler avec les mains
2.Quand je suis en colère :

a. je voudrais taper du poing sur la table mais n'ose pas.
b. n'en montre rien même si je bous intérieurement
c. je fais de grand geste et pète volontier un câble.

3.L'animal auquel je m'identifie le plus :

a. chien
b. chat
c. oiseau.

4.En marchant en ville :

a. je marche d'un bon pas mais prends le temps de contempler le paysage
b. presser d'arriver je ne suis pas toujours à l'aise et bouscule parfois des gens
c. je marche d'un pas rapide et profite parfois pour téléphoner.

5.Quand je suis agacé, en réunion :

a.Discrètement je pousse un profond soupire
b. je tambourine les doigts sur la table
c. je sors prendre l'air avant d'exploser.

6.L'élément qui m'attire le plus :

a. L'eau
b. le feu
c. l'air

7. Quand je lis un livre :

a. j'en prend le plus grand soin
b. j'essaie d'en prendre soin mais parfois il m'échappe des mains
c. je casse parfois la reliure ou plis des coins de page."


La jeune fille en profita pour faire le teste sur elle-même et voir ce que donner les résultats


Ses gestes disent que Scarlet est plutôt chaleureuse et extravertie. Les gestes de Scarlet sont de ceux que l'on remarque ! Il faut dire qu'il arrive souvent à Scarlet de parler avec ses mains, ou du moins d'être plutôt du genre volubile et extravertie ! Très tournée vers les autres, la nature dynamique, solaire et flamboyante de Scarlet transparaît dans ses grands gestes expressifs qui en disent autant, sinon plus que ses mots. Ils montrent un être plein de vie, à la chaleur communicative même si cette gestuelle pourrait s'avérer parfois un peu plus brutale. Gare à ses colères !


"Wow ! Plutôt pas mal ce teste." pensa l'adolescente.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Mer 15 Avr - 20:10
Le jeune japonais retint un nouveau soupir lorsque la jeune fille reprit, et laissa retomber un instant ses paupières devant ses prunelles d’obsidienne, alors que le vent soulevait le rideau à quelque mètres de lui.
Quel était l’intérêt de ce genre de quizz ?

De ce que le musicien en savait, certains adoraient ce genre de formulaire, censé révéler la personne qu’ils étaient. Et Nowaki se souvenait vaguement d’une jeune fille dans la même classe que lui à Londres qui venait chaque jour en classe avec un quizz différent, et le faisait faire à toute les personnes qu’elle trouvait.
Pour lui, c’était purement et simplement inutile.

N’était il pas censé savoir qui il était, et même si il l’ignorait, le jeune homme ne pouvait croire qu’un questionnaire n’ayant qu’un choix très restreint de réponse puisse exprimer correctement toutes les nuances qui faisaient la richesse de chaque être.

Il rouvrit les yeux, essayant de ne pas s’arrêter sur le « premier » qu’avait prononcé la jeune occidentale qui lui faisait face. Il n’avait jamais demandé à réviser, mais quittes a choisir, le jeune violoniste aurait à ce moment précis largement préférer se replonger dans le livre d’histoire littéraire du onzième siècle qu’il lisait.
Mais il n’avait pas le choix.

Essayant de ne pas s’arrêter sur l’absurdité des question qui n’avait d’égal que celle des réponses proposées, le quatrième année entreprit de répondre le plus vite qu’il le pouvait aux question de la jeune femme.

« 1-A. » Commença-t-il, utilisant les lettres des réponses plutôt que de les répéter. Moins il y avait de mots, plus il y avait de silence, et mieux c’était.


Il faillit hausser un sourcil, et déformer imperceptiblement son masque de glace à la deuxième question. Lorsqu’il était en colère ? Nowaki n’était jamais en colère, ou presque, et cette exception ne venait que confirmer la règle, éliminant donc la c d’office. Il faillit poser une question, sur une spécificité vis à vis de ce cas de figure, mais décida que de toute façon, pour ce genre de test, il pouvait tout aussi bien répondre au hasard.

« 2-B. » Trancha-t-il finalement.

La question suivante le fit hésiter d’avantage. Si il ne s’identifiait aucunement au chien, il hésitait entre le chat silencieux, mais souple, qualité qu’i était loin de posséder, et l’oiseau mélomane, mais bruyant.

« 3-C. » Continua-t-il après un léger silence.

Les deux questions suivantes furent plus faciles, puisqu’elles concernaient quelque chose de facilement observable, même par soi-même. Nowaki ne bousculait jamais les gens, ne plus, il ne téléphonait que très rarement, encore moins en marchant.

« 4-A. Déclara-t-il, reprenant immédiatement, en faisant glisser ses mains qui s’agitaient justement sur le plateau de son pupitre sur ses genoux, 5-B. »


Pour ceux qui le connaissaient, et pour lui même, la réponse à la question six était évidente. Nowaki ne s’intéressait qu’à un seul élément, il ne pouvait être que…

« 6-C. »

Lorsqu’il comprit que la septième question était la dernière, il adressa une prière muette au ciel, et répondit sans réfléchir et avec franchise.

« 7-A. »

Le musicien se laissa aller contre le dossier de son siège tandis que la brune faisait les résultat, parfaitement indifférent à ce que disait la jeune fille.
Que maudit soient les démons, et les tests de ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Mer 15 Avr - 21:03
"Alors, pour le résultat, ça dit que tu es quelqu'un de calme et posé." elle leva le nez de sa feuille et observa le garçon."Ça m'a l'air d'être vrai." puis elle lut plus en détaillé ce que révélait ce texte.

"Les gestes de Nowaki sont plutôt précis et délicats. Il faut dire que Nowaki prête une grande attention, aussi bien à son entourage qu'aux objets qui l'entourent. Plutôt en harmonie avec lui-même, les gestes de Nowaki dévoilent quelqu'un de réfléchi, plutôt tranquille, voire sereine, et bien en phase avec le monde et les gens qui l'abordent. "

"À part pour la dernière partie, le reste semble plutôt réaliste. Pas trop mal comme teste. Même si je vois pas trop à quoi ça peut leur servir de faire ce genre de test."

Elle regarda dans la liste des tests et en trouva un qui pouvait être amusant. Par contre, le jeune homme qui se trouver en fasse d'elle aller certainement moins apprécier.

"Comment-faut-il vous aimer ? Alors :
1.Est-ce que j'attends d'une femme qu'elle soit romantique ?
a.Oui
b. Un peu mais pas trop
c. Non
2. Est-il important que ma copine plaise à mes potes.
a.Oui
b. Un peu mais pas obligatoire
c. Non, pas du tout.
3.Ma copina à utilisé toute ses économies pour me faire un cadeaux:
a.ca me gene mais j'apprécie son geste
b.ca me met hyper mal à l'aise
c.je trouve ça adorable
4.Pour moi l'amour, ca passe avant tout sur le plan:
a.sentimental
b.physique
c.relationnel
5.Combien de temps dure une relation ideal selon vous:
a.quelques semaines
b.quelques mois
c.pas de limite
6.Pour mon anniversaire, où est-ce que je préfère que ma copine m’emmène:
a.Restot tête à tête
b.Fête surprise
c.en boite
7. Si ma copine me dit "je t'aime" je répond:
a.Euh, merci c'est gentil
b.moi aussi
c.je t'adore"


Même si selon elle ce teste n'avait aucun but, elle trouver le trouver plutôt marrant. Et puis, Nowaki pouvait toujours s'estimé heureux, elle ne lui avait pas fait faire "Pour qui étes vous irrésistible ?"

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Jeu 16 Avr - 20:04
Le jeune musicien retint avec peine un haussement de sourcils ironique et désabusé qui l’aurait rendu un peu plus humain en entendant l’analyse de la jeune fille. « Calme et posé » ? Vraiment ? Nowaki était certes détaché du monde, mais il n’en était pas coupé pour autant. Et ces termes étaient les plus couramment utilisés pour le désigner, même sans test.

La jeune fille devait s’en être rendue compte, mais comme elle lui avait expliqué, elle n’avait pas le choix. C’était une punition, ou quelque chose du genre. L’établissement était-il a ce point à cours d’idée pour donner aux élèves punis des sondages sans queues ni têtes à réaliser ?
Et lui ? Qu’avait-il fait pour devoir subir un tel interrogatoire ? Il n’avait jamais été un fauteur de trouble, et ses résultats étaient plus que corrects !


Cependant, lorsque la jeune femme annonça le titre du deuxième questionnaire, il ne pu réprimer une grimace agacée et fatiguée qui modifia durant quelques secondes le masque de glace qui était sculpté à même son visage. Il devait vraiment être maudit pour que le sort s’acharne ainsi sur lui !


De plus, le jeune nippon faillit tomber de sa chaise en entendant une nouvelle fois la série de questions réponses qui se présentait à lui, cherchant un petit d « peu importe » qu’il pourrait-utiliser.
Malheureusement, il n’y en avait pas.

« 1-B » Commença-t-il en soupirant.

Ce questionnaire allait être encore plus long, et moins intéressant que le précédent. Si connaître son propre caractère pouvait avoir une utilité, savoir comme s’aimer n’en avait aucune en soit ! Les personnes fessant ce genre de questionnaires devaient être à court d’idée lorsqu’elle avait choisit le sujet, a moins qu’il ne s’agisse d’une simple erreur informatique. Simple erreur dont il devait payer les frais.

« 2-C. » Continua-t-il.


Aucune réponse ne lui convenait pour la 3 non plus, et le joker n’ayant pas été instauré, le jeune homme devait bien trouver une solution… et rapidement ! Il ignorait combien de test l’occidental au joli visage avait en réserve, mais il souhaitait de tout cœur ne pas avoir à passer la soirée ici !
Il se mordilla discrètement la lèvre. Dans ce cas de figure, il serait probablement… agacé. C’était rare chez lui, mais le musicien n’était pas de ceux qui avaient besoin de présent et de preuves d’amour constant. Lorsqu’il aimait, c’était généralement en silence, de la même façon que le reste.

« 3-A. »

Nowaki faillit laisser échapper un soupir de soulagement lorsqu’il entendit la question suivante. Enfin une question facile !

« 4-A. » Déclara-t-il.

Décidant de ne pas s’arrêter sur le côté complètement absurde de la question suivante, il tenta de trouver une réponse. Existait-il une durée de relation idéale, au bout duquel il fallait rompre ? Pas aux yeux du pianiste.

« 5-C. »

Une vague d’espoir traversa le violoniste, dont les doigts fins, qui tapotaient sur ses genoux le thème de l’été de Vivaldi se stoppèrent. Etait-il possible que dans un questionnaire au nom comme « Comment faut-il vous aimer ? » ai plusieurs réponses facile ?

« 6-A. » Répondit-il, éliminant les autres solutions d’office.

Plus qu’une, et a cette idée, les doigts du quatrième année reprirent leur danse sur ses genoux, passant à l’ouverture du printemps… Enfin, ce questionnaire arrivait à sa fin !

« 7- B. » Soupira-t-il, ses iris sombre se levant vers le rideau qui dansait sous le souffle du vent à quelque mètre de lui.
Tout ce qui a un début à une fin.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Jeu 16 Avr - 20:56
"Très bien alors selon le test : Tu es un grand sentimental dans l'âme, mieux vaut donc que ta copine le soit aussi ! Beaucoup de câlins, de mots doux et tendres... Voilà comment se comporter avec toi pour que ça marche !" lu Scarlet avant de lâcher un soupir et jeter les feuilles sur le bureau. "Bon, j'en ai marre. C'est question sont stupides et je vois pas pourquoi, sous prétexte que j'ai versé la contenue d'une carafe d'eau sur la tête d'un garçon, je devrais me coltiner la paperasse."

Elle rangea rapidement les feuilles dans son sac sans se soucier de les froisser, puis fixa le garçon qui était toujours assis sur la chaise. Il semblait distant, je m'en foutiste et peut-être légèrement agacé par la situation. Lui faire passer les testes aurait peut-être été plus marrant s'il n'avait pas mis tant de mauvaise foi. Certes il avait accepté de répondre, mais il n'avait même pas fait de phrase digne de ce nom.
Enfaite, en y réfléchissant bien, depuis qu'il s'était rencontré il n'avait fait aucune phrase et Scarlett trouvé cela plutôt vexant. Elle qui était de nature sociable avait parfois du mal à comprendre que certaine personne avait besoin de rester dans leur coin.

"Défi N°1 : réussir à lui faire prononcer une phrase complète." songea l'adolescente.

Elle n'était pas du genre à baisser les bras et même si elle n'avait plus vraiment de raison de parlé àNowaki, elle voulait réussir à avoir une véritable conversation avec lui.

"Tu es dans le rang A ?" demanda Scarlet en le regrettant immédiatement.

Le connaissant, non pas qu'elle le connaisse vraiment, il allait simplement répondre par oui ou pas non. Il fallait qu'elle trouve des questions auxquelles il serait obligé de faire une phrase. En plus, sa question semblait stupide. S'il était dans la partie Nord du pensionnat c'est qu'il était un A.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Jeu 16 Avr - 21:41
Par les dieux.
Par tous les dieux du ciel.
Si le titre en premier lieu, puis les questions et les réponses proposées lui avaient parut de plus en plus délirantes, l’apogée de l’absurdité et de la stupidité de ce quizz se révélait parfaitement dans l’analyse finale que la jeune occidentale venait de faire.


Si il était sentimental, il devait avouer ne jamais s’être posé la question, et d’ailleurs, la réponse ne l’intéressait pas. Mais de là à affirmer qu’il avait besoin de beaucoup de câlins et de mots… Stop ! Pas de mot. Du silence, cela suffisait amplement ! Du calme.


Le musicien bénit silencieusement la jeune fille lorsqu’elle annonça que la séance de torture était finie, et regarda avec une joie non dissimulée dans le regard, les feuilles qu’elle venait de glisser en vrac dans son sac. Espérant presque qu’elles soient froissées, avant de se raviser.
Avec la chance qu’il avait en ce moment, si elles étaient trop abimées, il devrait refaire tous ces quizz. Et c’était bien la dernière chose qu’il souhaitait.


Il prit alors le temps de détailler la jeune femme, son attention s’étant auparavant surtout concentré sur la l’énorme pile de feuille qu’elle avait posé sur son bureau. Des traits occidentaux dessinaient un visage plutôt fin, surmonté de deux iris d’un brun ambré, le tout entouré d’une cascade de mèches brunes et bouclé, et éclairé d’un large sourire qui lui rappelait celui de sa sœur… Le tout formait un joli tableau.



Il prit alors conscience de son impolitesse, et voulu s’excuser d’un mouvement de tête avant de se rendre compte qu’elle le fixait également. Une lueur interrogative s’alluma dans les prunelles d’obsidienne du jeune homme, se plongeant dans les iris miels de la jeune femme.
Il avait répondu à toutes ses questions, elle n’avait pas encore un autre quizz… si ?

La question qu’elle lui posa le surprit dans sa simplicité, mais le soulagea. Au moins, il n’avait pas a essayer de chercher laquelle des réponses proposées s’approchait le plus de la réalité, ou dans certains cas, s’en éloignait le moins.
Il avait juste deux choix. Simples. Evident.
Absolus.

« Oui. »

Si il y avait bien quelque chose que l’on pouvait facilement deviner de Nowaki, même sans quizz, c’était bien son talent incontesté pour la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Ven 17 Avr - 12:55
Comme elle s'y était attendu, le garçon ne fit qu'une réponse brève. Cachant sa frustration, l'adolescente garda son sourire malicieux et se creusa la tête afin de faire évoluer un peu le dialogue.


"Je vois. Moi je suis en C." lança la sportive, même s'il ne lui avait pas demandé d'où elle sortait et qu'il s'en fichait probablement.

Il lui faudrait peut-être des jours voir des semaines mais elle réussirait à retirer cet air impassible du visage de Nowaki. Quand elle se lancer un défi, rien ne se pouvait l’arrêter et elle pouvait parfois faire preuve d'une patience qui ne lui ressemblait pas en temps normal quand elle voulait vraiment quelque chose. 

"Dans quelle classe es-tu ?" demanda Scarlet. "Je parie que tu es en Arts Visuel !" tenta-t-elle de deviner.

Elle le voyait bien dessiné ou encore peindre. Tête dans les nuages, posé et calme. Loin du monde, distant. C'était certainement un artiste.

Attendant qu'il réponde, la jeune fille examina sans gêne le visage de son pseudo interlocuteur.
Il était brun, il avait les yeux foncés et les lèvres pleines. Un visage fin et d'une pâleur vampirique. Il était beau. Pourquoi un garçon qui visiblement pouvait avoir des facilités, dû à son physique, pour parler aux filles décidait-il de rester dans son coin ?

"Les êtres humains sont très compliqués ma chérie. Parfois ils disent des choses qu'ils ne pensent pas. Font des choses qu'ils ne veulent pas. Prétendent être des gens qu'ils ne sont pas. Voilà pourquoi tu dois être vigilante et être le plus honnête dans la limite du possible. Ça évite des problèmes." avait alors dit son grand-père lorsqu'il avait vu sa petite fille de sept ans revenir un pleure de l'école parce qu'un garçon qui lui avait demandé de sortir et avait ensuite embrassé une autre fille.


Sur le coup, l'enfant qu'elle était n'avait pas compris ses paroles et s'était contenté de pleurer, réclamant vengeance. Quelques jours plus tard, une mystérieuse farceuse avait recouvert de peinture rose la chaise du petit garçon.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Ven 17 Avr - 15:11
Il n’avait pas retourné la question à la jeune femme, et cette constatation ne le surprenait pas outre mesure. Il se connaissait assez bien pour savoir qu’il ne le faisait jamais ! Le jeune homme n’était pas le genre de personne à avoir des problèmes à cause de sa curiosité…
Pas qu’il n’en posséda pas. Au contraire, l’esprit du jeune musicien était extrêmement ouvert, et ne se lassait de s’enrichir sur toutes sortes de sujet, cependant, cette curiosité n’était pas absolue, et avait une faille.
Nowaki ne parvenait pas à s’intéresser au gens. Du moins, pas comme il le fallait. Pas qu’il se considéra comme supérieur, ou quoique ce soit de semblable, loin s’en faut. Le fait est simplement que le jeune nippon ne s’intéressait pas aux même critère que la quasi totalité de la population, mais ce n’était cependant absolument pas volontaire. Par exemple, le jeune homme savait que même avec toute sa bonne volonté, si il croisait le lendemain la demoiselle qui lui faisait face et qui l’avait pourtant torturé à l’aide de quizz trouvé on ne sait où, pendant au moins un quart d’heure, il ne la reconnaitrait pas, à moins qu’elle ne parle, et qu’il ne réussisse à lier cette voix à ce moment. Ainsi, Nowaki ne s’arrêtait absolument pas sur l’apparence extérieure de quelqu’un, puisqu’il était parfaitement incapable de le garder en mémoire plus d’une poignée de seconde.
Une preuve supplémentaire pour affirmer que la mémoire est bel et bien sélective.



C’est de ce fait que le pianiste hocha simplement la tête aux mots de la jeune femme sans rien ajouter. Au fils des ans, de petits gestes comme celui-ci étaient venue meubler son silence, plus ou moins consciemment, car le japonais ne comptait plus le nombre de fois où on avait répété une phrase, ou lui avait demandé si il avait vraiment entendu ce qu’ils disaient puisqu’il n’avait pas réagit.
Les humains sont vraiment des créatures complexes.


Mais évidemment, l’interrogatoire n’était pas fini. Réprimant un soupir, le brun se saisit de son livre, et vérifia que les feuilles qui y étaient glissé de dépassaient d’aucun côté avant de répondre de son sempiternel ton neutre et distant.

« Non. En Musique. » la détrompa le jeune homme, pas surprit le moins du monde par sa proposition.

Art visuel et Musique étaient les deux hypothèses que l’on pouvait émettre rien qu’en le voyant. Pas sportif pour deux sous, son corps fin et longiligne n’était sculpté que du minimum de muscle nécessaire à sa survie, à ses mouvements quotidiens, et à l’exercice de son violon. Et bien qu’il des activités qui ne nécessitait pas ou peu de force, le jeune homme s’était contenté d’activité comme le tir à l’arc ou l’escrime. Quand aux Arts du Spectacles… plus extraverti, tu meurs !
Mais Nowaki était bel et bien un musicien, bien qu’il devait avouer ne jamais vraiment s’être essayer aux disciplines de la section d’Arts qu’elle venait de proposer.

Cette pensée lui fit légèrement pencher la tête sur le côté, légèrement étonné de ne pas s’en être aperçut avant. Ce n’était pourtant pas la patience qui lui manquait, mais peut être le temps, ou plus simplement l’envie ? Entièrement dévoué à sa musique, le jeune homme pouvait passer des heures en seule compagnie de son violon, sans avoir besoin de quiconque, ni voir le temps passer. Et ainsi, les secondes se transformaient en minutes puis en heures, sans que le violoniste ne les voie passer…

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Sam 18 Avr - 11:59
Le jeune homme ne fit aucun commentaire lorsqu'elle lui indiqua qu'elle était en C.
D'habitude, lorsqu'elle parlait à un A et que ce dernier lui demander sa section, en entendant sa réponse elle n'échappait pas à un rictus désapprobateur du style : "Ah...je vois. Une fille qui est soit stupide soit trop fainéante pour travailler."
Par chance, tous les A n'étaient pas des prétentieux et même s'il n'était clairement pas sociable, Nowakifaisait partie des A respectueux.

Musicien. Bon, son expertise avait été fausse mais pas totalement car les musiciens étaient des artistes eux aussi.

Elle nota que sa réponse n'avait pas été plus longue que lorsqu'il s'était présenté.
Était-il toujours comme ça ou était-il juste préoccupé en ce moment ?

"Vraiment ? Et tu joues de quels instruments ?" demanda Scarlet avec une patience feinte.

Non. Elle n'abandonnerait pas. Quitte à agacer grandement le garçon elle arriverait à lui faire sortir de VRAI phrase de la bouche ! Comment faisait-il en cours ? Ou pour être avec des amis ? Avait-il seulement des amis ?

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Sam 18 Avr - 13:24
L’une des choses que le jeune japonais appréciait et détestait à la fois dans l’aile nord que ceux des classes de A occupait, était sa localisation, qui l’empêchait d’être éclairé naturellement la majeur partie du temps, remplaçant la lumière chaleureuse et douce du soleil, à celle froide et impersonnelle produite par des tubes de néons suspendus aux plafonds.
Ils n’avaient jamais à se plaindre du soleil, et pouvait toujours espérer une brise fraiche comme il en venait actuellement de dehors lorsqu’ils ouvraient les fenêtres en ces mois où le printemps se muait en été, mais parfois, les iris obsidienne de Nowaki aurait aimés pouvoir s’échapper par la vitre, et apprécier l’extérieur paré des sublimes couleurs que lui offrait la lumière.

Ecoutant toujours la jeune femme, a qui il devait reconnaitre pleine de volonté, car nombre de personne aurait déjà abandonné l’idée d’avoir un jour une conversation avec lui-ce qu’il ne pouvait d’ailleurs promettre à personne, puisqu’il était plus un adepte du silence que des mots, et préférait l’écoute aux paroles- et ne se désespérait pas dans son quasi-monologue, il se leva et tira le rideau que l’un des précédents occupant de la pièce avait tiré pour ne pas se laisser distraire. La cour se dévoila à leurs yeux, et tandis que ses longs doigts clairs effleuraient le verre qui le séparait de l’extérieur, ses prunelles onyx s’arrêtèrent sur les ombres dorée et ocres qui baignaient le terrain de baseball à la frontière du terrain du pensionnat. Ici, l’obscurité. Là bas, la lumière.

« Du violon et du piano. » Répondit-il de façon tout aussi laconique qu’il l’avait fait depuis que la demoiselle était entrée dans la pièce avec sa pille de formulaire, mais avec peu être un peu plus de… légèreté, et de distance. Comme si en ouvrait le rideau, il avait un peu quitté la pièce sombre dans laquelle il avait longuement étudié, pour rejoindre l’extérieur. Où rêvait il d’aller ? À Londres rejoindre sa sœur ? À l’hôpital voir son cousin ?

Il n’avait pas de réponse, c’était de désirs venant de son cœur, mais deux désirs aussi différents que violent. Ils les voulaient tous deux à ses côtés, mais cela était impossible en cet instant…
Juste un simple rêve…


Mais sa réponse n’était pas l’entière vérité, parce que le jeune homme apprenait également d’autres instruments en autodidacte, et chantait à ses heures perdues. Cependant, le tout n’étant fait que de manière très limité, et ses instruments de prédilection restant le piano, mais surtout le violon –raison pour laquelle il avait choisit le l’étudier dans ce pensionnat-.

Il ferma brièvement les yeux, avant de les rouvrir, et de se retourner vers la salle sombre, parvenant tous juste à percevoir les contours des meubles, dans l’extérieur semblait clair en comparaison.
Il était l’obscurité. Elle était la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Sam 18 Avr - 19:34
"Il s'enfuit ?" pensa Scarlet lorsque le garçon s'était lever. Enfaite non. Il s'était contenté de tirer les rideaux, laissant ainsi filtrer la lumière à l'intérieur de la pièce. L’adolescente fut ravie de constater qu'il ne brulait pas sous la lumière et qu'il ne brillait pas non plus. Ce n'était pas un vampire.

"Violon et piano..." répéta une jeune fille distraite. "J'ai fais un peu de piano quand j'étais petite."

Ces souvenirs de souffrance ne la lâcheront pas. Apprendre toutes ces choses l'avait profondémentennuyé. Elle n'était pas patiente et voulait réussir tout de suite à faire un véritable morceau. Le piano avait beaucoup était meurtri par une fille de cinq ans.

"Enfaite, ma mère ma surtout forcé à prendre des leçons mais j'ai rapidement arrêté." Ajouta-t-elle.

Peut-être que la méthode pour faire parlerNowaki était d’abord faire en sorte qu'il se sente à l'aise. Il avait sans doute besoin de connaitre un peu plus la personne qui se trouver en fasse de lui pour réussir à lui parler.

"Je n'ai pas la fibre artistique. Je suis en sport. Spécialisé en Tir à l'arc. Mais je fais aussi des sports de combat comme le tae Kwon doe, la boxe ou encore l'escrime." l'informa-t-elle. "C'est mon frère qui m'a initié à tout ça. Histoire qu'on puisse se battre un peu plus loyalement. Mais ma mère n'a jamais vraiment été d'accord. Pour elle une "Lady" doit savoir bien se tenir et pas se bagarrer avec les garçons."

Quand elle mentionna sa mère, elle ne laissa pas échapper la colère ni la haine qu'elle avait contre elle. Scarlet essayé de parler d'elle mais elle n'évoquerait pas les véritables problèmes qu'elle avait avec cette femme sans cœur qui ne lui ressemblait absolument pas.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Ven 24 Avr - 9:37
Il y a quelque chose d’étrange dans la monotonie répétitive, et pourtant unique d’une salle de classe. Et dans les différentes sections qu’offrait le pensionnat, on pouvait en voir une diversité importante, sans pour autant que tant de choses diffèrent. Toujours le même mobilier : une estrade avec un bureau et une chaise pour le professeur, et une vingtaine de pupitre et le même nombre de chaise pour les élèves, plus des accessoires spécifiques aux différentes matières ou aux différents rang des étudiants.
Mais mis à part la localisation des ailes dans lesquels ils étaient logés, c’était uniquement la disposition des différents éléments qui indiquait dans quelle section ils se trouvaient. Aligné avec une précision et une rigueur mathématique chez les A, avec des tables si propre qu’elle paraissent neuve. Et cela allait décrescendo, légèrement moins droite et propre chez les B, et ne gardant qu’une vague illusion d’ordre chez les C, pour parvenir au désordre total chez les D.

Certains trouvaient ça parfaitement normal, mais le musicien trouvait cette courbe exponentielle très intéressante, et se demandait finalement si, plus par les notes, les élèves d’ici étaient rangé par leur capacité de rangement.


Cependant, l’analyse du jeune homme s’arrêta là, la voix aux teintes chaudes et scintillantes de la jeune femme ayant reprit. Il eu un sourire intérieur, le genre de sourire qui ne pouvait lui venir que lorsque l’on parlait de son art, que l’on entrait dans son domaine. Un sourire que seuls ceux qui on persévéré des jours et des jours, des années entières, dans le seul but de progresser dans la voie que l’on s’est donnée, peuvent avoir.

« L’intérêt est aussi important dans l’apprentissage. » Déclara-t-il en s’avançant de nouveau dans la pièce, vers le pupitre auquel il était assit un peu plus tôt.

Pourquoi s’était-il exprimer alors que Scarlet n’avait posé aucune question ? Lui, si avare de mot l’ignorait, mais ces paroles lui étaient venues d’instinct. Et après tout, quoi de plus normal, puisque c’était une vérité. Lui par exemple, n’avait jamais- au grand dam de ses parents, qui aurait voulut qu’il pratique un peu de sport- jamais réussit à s’intéresser autant à une quelconque activité autre que la musique. Avait-il la fibre musicale ? Peut être, ou peut être plus simplement qu’il adorait ça.

Il s’arrêta juste en face d’elle, remarquant encore une fois son air dynamique et souriant qui lui rappelait continuellement Juliet. Tout comme ses yeux brillant, et ses cheveux clairs. La jeune fille a qui il parlait était une autre jeune femme, comme il y en avait des milliers sur terre. Ce n’était pas sa jumelle, elle ne le serait jamais, mais le pianiste ne pouvait s’empêcher de voir des points communs entre les deux femmes.


"C'est mon frère qui m'a initié à tout ça. Histoire qu'on puisse se battre un peu plus loyalement. Mais ma mère n'a jamais vraiment été d'accord. Pour elle une "Lady" doit savoir bien se tenir et pas se bagarrer avec les garçons."


Comme ces mots. L’idée de Lady, et de plaire à tout le monde n’aurait pas non plus plu à la comédienne, qui était bien dans sa peau, et parfaitement décomplexée.

Perdu dans la superposition des images des deux femmes, Nowaki écarta avec douceur une mèche châtain de la jeune femme qui tombait devant son visage de son long doigt blanc.

« Une Lady doit savoir bien se tenir. Déclara le japonais de sa voix calme et distante, mais toutes les femmes ont des façons différentes d’être des Ladies, la votre est plus énergique et plus franche que la sienne. »

Et sur ses lèvres, un sourire, qui ne s’adressait qu’à moitié à Scarlet. Un sourire lointain, aux mirages du passé.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Ven 24 Avr - 12:31
Une phrase sortit de la bouche de Nowaki. Oui ! Une VRAI phrase ! En plus Scarlet n'avait même pas posé de questions. Les yeux écarquillés, elle ne put retenir un énorme sourire. Si elle avait dû jouer dans un pub de dentifrice elle aurait sourit autant.

La jeune fille avait envie de sauté sur place et criait : "DEFI 1 ACCOMPLI !" mais elle se contenta de se lever pour se mettre devant la fenêtre pour cacher sa joie qui était sans doute trop apparente sur son visage. Elle n'avait pas envie que le garçon se bloque. Il avait réussi à lui parler, mais il faudrait qu'elle soit méfiante et fasse attention à ce qu'elle dise pour ne pas le braquer.
 Hors de question que cette huitre se referme sur sa perle. Respirant un bon cout elle regarda par la fenêtre. Un oiseau attira son attention et pendant quelques secondes elle se demander ce que ça faisait de voler. De pouvoir aller où on voulait sans rendre de compte à personne. Quoique...peut-être que les oiseaux aussi ont des règles ? Peut-être qu'il y a des barrières invisibles dans le ciel que certain oiseau qui n'est pas adulte non pas le droit de franchir sans autorisation, un peu l’équivalent des boîtes de nuit pour les humains. Peut-être y a-t-il des frontières et qu'ils ne sont pas si libres qu'on pourrait le penser. Ça se trouve, un oiseau était en train de fixer la jeune fille en l'enviant lui aussi.

"Je m’éparpille" songea la jeune fille en secouant la tête.

Elle retourna s’asseoir. Défi numéro 2 : apprendre un peu plus de chose sur lui. Avant qu'elle n'eut le temps de mettre un plan en marche une main vint replacer une mèche de ses cheveux. Soudainement immobile, Scarlet osé à peine respiré. Elle aurait pensé qu'un premier contacte physique aurait été le défi numéro 15 au moins ! Mais non, il s'était retrouvé devant elle, avait bougé une de ses mèches avec une douceur étonnante et se mit à parler une fois de plus. Elle remarqua qu'en une minute plus de mots étaient sortis de sa bouche que pendant tout le temps qu'avait duré le teste. Elle remarqua également qu'il l'avait vouvoyé alors qu'elle c'était contenté de le tutoyé depuis le début de leur rencontre. Se mordant la lèvre, elle le fixa et plissa les yeux comme pour mieux voir en lui. Un demi-sourire avait surgi sur ses lèvres mais il ne lui semblait pas destiné.

"C'est clair que pour la franchise, ce n'est pas son truc." marmonna l'adolescente.
"et...vous...en connaissait beaucoup des Lady ?" demanda ensuite Scarlet d'une voix douce pour ne pas le brusquer.

Pourquoi agissait-elle comme si le garçon en face d'elle était une bombe à retardement ? Sans doute avait-elle peur qu'avec un mot de travers il explose et prenne la fuite, tous les "efforts" qu'elle avait alors faits pour nouer contacte, réduit en fumer.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Dim 26 Avr - 7:58
Ce n’était pas Juliet.
Cette découverte le frappa par sa brusque évidence. Ce n’était pas sa peau que son doigt blanc avait effleuré, comme il le faisait auparavant. Ce n’était pas ses cheveux d’un blond châtain aux milles reflets qu’il avait balayés de son visage. Ce n’était pas uniquement visuel, maintenant qu’il était proche de Scarlet, il pouvait dire également qu’elle n’avait pas le même parfum. Elle n’avait pas cette odeur familière qui lui était si spécifique, et qui s’était partiellement immiscée en lui par les années de proximité. Et pour lui qui était si sensibles aux sons, c’était une évidence. Cette voix-ci n’avait pas les mêmes nuances que celle de sa jumelle.
Ce n’était pas Juliet, et ça ne l’avait jamais été.


Nowaki retira sa main avec une rapidité qui contrastait avec la lenteur et la mesure de toutes ses précédentes actions, et de son naturel en général. Bien que ce genre de gestes pas vraiment tactiles, mais plutôt attentif, voir paternel soit assez fréquent chez lui –sans doute dues à sa nature maniaque, ou quelque chose du même genre- il ne se permettait jamais ces familiarités avec des inconnus. Et même si il connaissait le prénom de la jeune fille –qui ne lui avait pas dit son nom- elle n’était pas non plus l’une de ses proches, mais plutôt quelque chose comme une connaissance.

Il ne s’excusa cependant pas comme il s’apprêtait à le faire. La jeune sportive ne semblait pas avoir relevé la nature déplacée de ce qu’il venait de faire… et c’était tant mieux. Le pianiste préférait ne pas remettre en lumière un évènement déjà trop proche, dont il ne saurait clairement expliquer l’origine, et puisqu’elle lui en offrait l’occasion, il laissa le sujet dériver, détournant simplement son regard onyx quelques instants, légèrement gêné malgré son calme et sa distance, par son laissé aller.


"et...vous...en connaissait beaucoup des Lady ?"

A ces mots, il tourna de nouveau son visage vers la tireuse, son expression faciale ayant reprit sa neutralité blasée habituelle, remarquant cependant les maladresses de la jeune femme.
Le vouvoiement.
C’était chez Nowaki, autant une marque de respect qu’une habitude. Et aussi, avouons le, une mise à distance. Si il n’était pas timide, il n’aimait cependant pas parler, et n’avait jamais ressenti le désir ou le besoin d’être vraiment proche de quelqu’un, ayant toujours sa sœur ou son cousin à ses côtés, et se suffisant parfaitement à lui même dans les autres cas. Pas qu’il refusa toutes personnes en bloc, c’était simplement que d’une certaine manière, il fallait du temps et de la persévérance, pour parvenir à attirer ce silencieux et distant jeune homme.


Le violoniste pensa à sa sœur, et de nouveau, un sourire léger et doux étira ses lèvres. Si à ses yeux d’étrange gentleman, toutes les femmes étaient des Ladies, sa sœur en était une au delà des définitions. Et bien qu’il ne sache pas si le fait qu’il la considère comme une Lady lui plairait, il n’y pouvait cependant rien. A ses yeux c’en était une.

« Quelques unes. » Répondit-il, de cette façon exacte, presque mathématique qui le caractérisait, mais recelant étrangement une part de mystère.

Ce n’était pas un mensonge, a ses yeux, il connaissait bien des Ladies, au moins une en tous cas, mais ce n’était pas la vérité non plus.
C’était une vérité. Sa vérité.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Mer 13 Mai - 17:05
Nowaki fit exploser la petite bulle de joie que Scarlet avait fini par créer. Fronçant les sourcils, l'adolescente croisa les bras sur sa poitrine et s'enfonça dans son siège. Elle avait finit par croire qu'il s'était détendu mais ce n'était visiblement pas le cas. Un pas en avant, trois en arrière. Parlé avec lui, lui donner l'impression d'être sur des montagnes russes. Il suffisait d'être tout en haut pour redescendre en quelques secondes. Très bien. De toute manièreScarlett aimé les montagnes russes et ne se laisserait pas décourager. Il lui faudrait peut-être quelques mois mais elle finirait par être son ami qu'il le veuille ou non !

"Quelque une ? Comme ta mère ? Une soeur ? Des amies filles ?" énuméra la jeune fille.

Il devait bien avoir de la famille fille autre que sa mère. Une tante peut-être ? Une cousine ? Il finirait bien parler !





Yoshi ! Navré pour la longueur mais l'inspiration m'a fuit :/

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Jeu 14 Mai - 7:45
L’être humain est incontestablement l’une des créature les plus complexe que la terre ait porté, en grande partie à cause de son intelligence, et de ses facultés de résonnement. Afin de pouvoir évoluer avec ses congénères, ce qui était la meilleure manière de devenir moins vulnérable, et de progresser, aussi bien humainement dans les rapports sociaux, qu’en terme de puissance vis à vis des étrangers, et même des amis, il avait créé le langage. Les mots. Leur donnant un sens, une définition claire et précise, permettant à toute per sonnant possédant un minimum de richesse lexical, de pouvoir s’exprimer avec aisance, et expliquer clairement sa pensée.

C’est toute l’ambiguïté et la complexité de l’être humain qui se cache là dessous, puisqu’il est impossible que tous utilise ces mots créés par d’autres qu’eux de la même façon. Derrière chacune des phrases que nous prononçons, il y a des nuances, induises par notre esprit, et destinée à la personne qui nous fait face, mais qu’il ne comprendra jamais, puisque bien que basé sur le même système linguistique, vous ne parlez pas exactement la même langue


Et c’était justement sur cette ambiguïté, que la jeune fille qui lui faisait face avait relancé la conversation, avec sa verve et son énergie habituelle, qui ne manquait pas de lui rappeler sa lointaine Juliet plusieurs fois.
Son attention à lui s’était posé sur le mot « connaître » de Scarlet, pensant qu’elle attendait dans sa réponse si courte et si infime soit elle, un réponse quand à savoir si il connaissait des demoiselles. Et réponse, la sportive s’était concentrée sur le mot « Ladies », sans forcément capter toutes les premières nuances qu’il avait mis dans ce mot.

C’était la richesse de l’être humains, et de ses sept milliards trois cent millions d’individus.

« Ma mère et ma sœur. acquiesça-t-il de sa voix calme et posé, toujours porteuse de cette nuance de froideur et de distance qui le caractérisait, laissant un léger silence avant de reprendre, toujours face à elle. Et vous. »


Une personne passant par là à cet instant aurait pu croire que le jeune musicien essayait de charmer par l’une des ses rares paroles la dynamique jeune femme qui lui faisait face. Ce n’était cependant pas le cas.
Nowaki ne faisait pas ce genre de chose. Honnête derrière son froid masque de marbre, il annonçait simplement ce qui lui semblait être une réalité. Réalité d’autant plus véridique que l’investigatrice qu’elle avait été avec ses questionnaires, lui avait révélé que faire ainsi ce qu’elle voulait ne plaisait pas à sa mère. C’était justement ce qui convainquait le jeune homme. Une Lady ne doit pas forcément être obéissante, elle doit être juste, et pouvoir faire ses propres choix.
Comme l’avait fait Scarlet.


[Ce n'est pas très long non plus >< Désolé ! ]
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Dim 24 Mai - 16:51
Froid, distant, calme. Ce n'était pas ça qui arrêterait l’agaçante Scarlet. Elle pouvait se montrer très bornée et calculatrice. Aurait-elle étai différent si elle n'avait pas passé toute son enfance collée à son grand frère ? Tentant de l'imiter en secret. D'être aussi forte, aussi intelligente et aussi téméraire. En grandissant elle s'était rendu compte qu'elle avait plutôt pris les défauts de son ainé que ses qualités.

Quant à son père, elle avait hérité sa force de caractère et son besoin de tout contrôlé. C'était sans doute pourquoi ils avaient parfois du mal à se supporter même s'ils s'aimaient. Elle ne pouvait pas s'empêcher de faire quelque chose qui pouvait le rendre fou. Des fois elle le faisait même exprès. Ce n'était pas forcément très mature mais Scarlett avait besoin d'attirer l'attention, qu'on s'occupe d'elle. Pour ce qui est de sa mère, même si la jeune fille préférée se faire poignarder vingt fois plutôt que de l'avoué, elle disposait de son même instinct de manipulation et besoin de plaire. Des traits qui en sois elle aurait assumé totalement s'ils ne lui venaient pas de cette femme qu'elle n'arrivait même pas à aimer.

Lorsqu'il la mentionna dans les "Lady", la jeune fille ne put s’empêcher de rayonner. Elle ne refuse jamais un compliment même si dans la bouche du garçon il s’agissait plutôt d'un fait que d'un éloge.

"Votre sœur est aussi au pensionnat ?" demanda-t-elle avec curiosité. "Peut-être que je la connais."

Elle ne se souvenait pas d'avoir rencontré une autre Shakespeare mais après tout elle ne connaissait pas tous les noms de famille des personnes qu'elle rencontrer. Et si jamais elle ne l'a connu pas encore, elle espéré rapidement la rencontrer afin de pouvoir la bombarder de questions sur son frère énigmatique.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 371
Okane (お金) : 433
Points. : 2
Date de naissance : 16/12/1995
Age : 21
Je fais partie du Staff.
Muse
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet] Sam 22 Aoû - 16:50
Rp archivé car l'un des membres n'est plus.


Bon jeu !

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet]
Revenir en haut Aller en bas

"Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» "Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste."[Nowaki-Scarlet]
» Il y a deux types d'hommes : celui qui tient le blaster et celui qui creuse ... toi ... tu creuses. [ FB Kyrayc / Nyssa / Jilano ]
» [Terminé] Le destin est un farceur, il noue des liens où il veut. [Nowaki A. Shakespeare / Kanon Utsukushi]
» "Qui est le plus fou? Celui qui décide ou celui qui suit?" - N. Boleyn [Overoverover]
» Le destin nous réunit comme il nous sépare

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Abandonnés.-