RSS
RSS



 

Partagez|

« La maladie de l'adolescence est de ne pas savoir ce que l'on veut et de le vouloir cependant à tout prix. » [Sam Kondō]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: « La maladie de l'adolescence est de ne pas savoir ce que l'on veut et de le vouloir cependant à tout prix. » [Sam Kondō] Mar 5 Mai - 19:47

Kondō Sam
“Je mourrai quand ce sera mon heure de mourir,
alors laissez-moi vivre ma vie comme je le veux.”


Feat : Keiko Kitagawa.

Nom : Kondō.

Prénom : Nayumi.

Née le : 1/05/1996

Âge : 19 ans.

Lieu de naissance : Niigata, Japon.

Origine : Japonaise.

Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
_____

Interne ? Oui.

Groupe : C.

Rang : Musique.

Spécialisation : Guitare. 

Double compte ? : Essva & Hayato Ishii.
Sam n’est pas un canon, clairement, mais elle a un charme bien à elle. La peau sur les os, une tignasse digne des années 40, elle pose un regard noir sur tout ce qui bouge. Ça a son effet, et elle en est bien consciente, puisque c’est étudié pour. Car Sam passe tout au peigne fin, depuis ses cheveux tombant en boucles mi-rouges mi-châtaines sur sa poitrine inexistante jusqu’à ses collants filés, en passant par l’épais trait d’eye-liner qu’elle trace chaque matin sur ses paupières. Depuis ses 18 ans, des empreintes d'oiseau ornent sa nuque fine, mais son tatouage n'est dévoilé que lorsqu'elle attache ses cheveux en un chignon négligé. Son style, se rapprochant du grunge, est en quelque sorte sa marque de fabrique, qui la place immanquablement au rang des rebelles du pensionnat. Mais si on la montre du doigt quand elle traverse les couloirs, guitare sur le dos, avec sa démarche assurée et son regard perçant, c’est bien parce qu’elle l’a cherché. Elle est différente, et ça lui plaît.



This is me.

On s’en rend vite compte, Sam n’est pas des plus sociables. Elle veut montrer au monde entier qu’elle  est seule, et qu’elle se suffit à elle-même. Il n’est donc pas rare qu’elle se montre agressive, si elle n’ignore pas royalement son interlocuteur. Quand elle se sent mal à l’aise, elle n’hésite pas à sortir ses griffes. Mais sous ses airs de dure à cuire et de je-m’en-foutiste invétérée, Sam est une amie fidèle et sincère, qui s’attache aux gens bien plus vite qu’elle ne veut l’admettre. Sam est impulsive, et avec elle tout a tendance à être soit noir, soit blanc, et sa première impression des gens est souvent déterminante.

La jeune fille, comme beaucoup d'adolescents, cherche à se connaître, et pour cela elle s'identifie à ceux qu'elle admire. Il lui est donc difficile de ne pas calquer son comportement sur celui de ses fréquentations. Influençable, il lui est difficile de forger son propre opinion sur la vie, le bien, et le mal. Sous ses airs de pseudo rebelle, elle cache une certaine indécision. Sam n'aime pas faire des choix, et si elle cherche la moindre occasion de tester ses propres limites et de poser un acte concret de rébellion, elle n'arrive que rarement à passer à l'acte sans qu'on ne l'y pousse au préalable. Elle manque de confiance en elle sans même en avoir conscience, et sans réaliser à quel point elle manque de personnalité.

Même si elle se donne des airs détachés, elle n'en est pas moins une grande curieuse, et elle aime laisser traîner ses oreilles çà et là. Gare aux secrets, avec elle il faut savoir garder sa langue dans sa poche, car elle n'oublie rien. Ni les noms, ni les visages, et encore moins les rumeurs croustillantes qui peuvent circuler sur tel ou tel élève...

Pas stressée pour un sou, Sam ne porte qu'un intérêt limité à ses études, et se contente de faire le strict minimum. Il n'est pas rare de la voir somnoler en cours ou griffonner toutes sortes de choses dans la marge de ses cahiers. En revanche, depuis ses années collège, la jeune fille porte une admiration croissante à la guitare, et a décidé de s’y essayer, plus pour le style que ça lui donne que par passion. Mais, au final, elle se débrouille plutôt bien, et elle passe de plus en plus de temps à fredonner des mélodies de rock' n roll en grattant les cordes de son instrument fétiche. Accompagnée de ses accords, sa jolie voix claire n’en est que plus agréable.

Elle n'a aucune manie étrange, si ce n'est celle de passer une main sur sa nuque, le long de son tatouage, en remontant ses doigts vers la racine de ses cheveux, lorsqu'elle réfléchit. De même, elle mordille fréquemment sa lèvre inférieure, souvent gercée.

And this is my story.

Sam Kondō, de son vrai nom Nayumi Kondō, a une histoire des plus banales. Née à Niigata, aînée d’une famille de deux enfants, elle a grandi dans l’amour de ses parents et de son petit frère Jomei. Ni orpheline, ni maltraitée, ni fille d’un riche chef d’entreprise, ni graine de talent, elle est tout à fait quelconque. Tout simplement. Et c’est cette banalité qui l’insupporte et la pousse à se revendiquer différente des autres.

Lorsqu’elle a appris que son père était muté à Tokyo, alors qu’elle approchait de ses 16 ans, la jeune fille est entrée dans une colère noire. Quitter ses amis comme ça, du jour au lendemain? C’était hors de question ! Mais bien évidemment, la décision paternelle a eu raison de ses protestations, tout aussi nombreuses et virulentes furent-elles. C’est à cette période-là que la crise d’adolescence de Sam a commencé, et aujourd’hui encore elle semble loin d’être finie. Frustrée de devoir se plier à la volonté de son père, elle s’est mis en tête qu’il était le plus abominable des géniteurs, et a décidé de lui faire la guerre. Changement de style, mine butée du matin au soir, la jeune fille est allée jusqu’à se faire appeler Sam au lieu de Nayumi, marquant ainsi une nette séparation entre ce qu’elle avait reçu de ses parents et ce qu’elle acquérait par elle-même.

Avec le temps, la situation s’est envenimée, jusqu’à ce que la mère de Sam suggère de l’envoyer en pension, le temps que les tensions s’apaisent d’un côté comme de l’autre. Elle croyait que sa fille se sentirait une fois de plus contrainte et forcée, et qu’elle devrait faire face à un nouveau conflit. En fait, Sam s’est contentée de s’engouffrer dans sa chambre avant de claquer la porte en braillant « Tant mieux, ça me fera des vacances ! » Ainsi fut fait, et elle intégra Miyusaki quelques mois plus tard…



Derrière l'écran
Pseudo habituel : Essva.
Âge : 17 ans.
Comment avez-vous connu Miyu ? Abus de pub de la part de Saku.
Quelle est votre fréquence de connection ? Quotidiennement.
Que pensez-vous du forum ? Joker.

O'Daim

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: « La maladie de l'adolescence est de ne pas savoir ce que l'on veut et de le vouloir cependant à tout prix. » [Sam Kondō] Mar 5 Mai - 22:41


Bienvenue à toi Sam Kondō
Validation de


Sam Kondō.

C'est avec joie que nous te validons. Tu seras en Cinquième M de rang C, et chambre Une. Nous t'invitions également à compléter ta fiche personnage à l'aide de l'onglet "personnage" une fois sur ton profil.
Pense également à faire ta fiche de lien, et celle de rp.
En cas de besoin, n'hésite pas à contacter un membre du Staff.
En espérant te compter parmi les membres actif,
Cendre.

© Halloween




Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 371
Okane (お金) : 433
Points. : 2
Date de naissance : 16/12/1995
Age : 21
Je fais partie du Staff.
Muse
MessageSujet: Re: « La maladie de l'adolescence est de ne pas savoir ce que l'on veut et de le vouloir cependant à tout prix. » [Sam Kondō] Ven 20 Nov - 18:43
Fiche archivée.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « La maladie de l'adolescence est de ne pas savoir ce que l'on veut et de le vouloir cependant à tout prix. » [Sam Kondō]
Revenir en haut Aller en bas

« La maladie de l'adolescence est de ne pas savoir ce que l'on veut et de le vouloir cependant à tout prix. » [Sam Kondō]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L’OBAMANIA, MALADIE INFANTILE DU NOIRISME
» [Alone] La paranoïa n'est pas une maladie.
» petite maladie
» Fuir la maladie
» Maladie, pirates et marines (titre temporaire)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Personnages.-