RSS
RSS



 

Partagez|

L'art est ma liberté ~ Hanako Nagareboshi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: L'art est ma liberté ~ Hanako Nagareboshi Sam 9 Mai - 21:19

Nagareboshi Hanako
Laisse tes rêves devenir réalité.



Feat : Im Jin Ah.

NOM : Nagareboshi.

Prénom : Hanako.

Date de naissance : 04/12/1991

Âge : 23ans.

Lieu de naissance : Tokyo, Japon.

Origine : Japonaise.

Orientation sexuelle : Hétéro.
_____

Interne ? Oui.

Groupe : Classe B ( anciennement A ).

Rang : Musique.

Spécialisation : Violoncelle. 

Double compte ? (Si oui, les nommer) : Nop.
Description physique.

Un certain charme émane de la jeune femme. Elle possède une apparence charmante et sophistiquée. Prenant toujours soin de choisir avec précaution ses habits de la journée. Chez elle, rien n'est choisi au hasard et ce, de la tête aux pieds. Bien qu'ayant le physique d'un ange déchu ce ne sont que des airs trompeurs. En effet sous ces petits sourires angélique se cache une envie d'aventure et de liberté. Peu de personnes voient réellement la blonde sous son vrai jour. De toute façon de nos jours, les gens ne s'attardent que sur le physique et ne cherche pas souvent plus loin. Elle possède de longs cheveux ondulés de couleur blond ( coloré ). Toujours soyeux et très bien entretenue et la plupart du temps laisser au naturel. Mais ce sont surtout ses yeux, avec son petit air doux et taquin qui font son charme. Ses yeux sont toujours pétillants d'un marron profond. Mesurant un mètre soixante-neuf la jeune femme se permet donc de sortir dans la rue avec ses précieux talons hauts dont elle ne se sépare qu'une fois chez elle ou en salle de sport. La jeune femme n'a pas de style à proprement parler. Elle niche ci et là des affaires et les mixte ensemble. Sinon, elle suit de près la mode, mais y ajoute bien évidemment toujours sa touche personnelle afin de ne pas ressembler à un mouton. Elle sait choisir ce qui lui va et la met en valeur. La seule chose qu'elle déteste vraiment chez elle mit à part son sale caractère reste son front. Un front qui apparemment serait beaucoup trop grand et imposant.

This is me.
Hanako est une fille toujours joyeuse, pleine de vie et attachante. Une personne optimiste, chaleureuse, impulsive et enjouée, mais peut parfois se montrer agressive et très têtue si on la contrarie vraiment. Elle adore sortir en douce, avec ses amis et faire la fête avec eux, dansait jusqu'au bout de la nuit. C'est la jeune fille qui a toujours en apparence la joie de vivre. Toujours là lorsqu'il s'agit de rire et de s'amuser. Ses émotions ont tendance à la dominer, ce qui peut l'empêcher parfois de garder son sang froid. La blonde a un grand besoin de distractions, de sensations fortes. Aussi, elle oublie difficilement les trahisons ou les affronts et en garde longtemps la trace, sa rancune est très tenace. Si jamais vous la froissez, ne croyait pas qu'elle en restera là. L'asiatique déteste qu'on la commande, qu'on lui dise quoi faire, si c'est bien ou non. C'est une fille totalement libre de ses choix peu importent le prix. Une fille quelque peu rêveuse, libre et battante. Mais une fois la bête apprivoiser, vous aurez la chance de la voir tout à fait métamorphoser en une fille avec un coeur généreux qui ne demande qu'à être compris et sauver de ce cercle vicieux. Elle apparaît réservée car elle est prudente, et méfiante. Sa sensibilité est très forte et pourtant elle se dissimule parfaitement derrière un grand contrôle d'elle-même. Une sorte de masque qu'elle enfile chaque jour. Mais si vous essayez de gratter un peu sous cette carapace vous y trouverez une jeune femme douce, gentille, généreuse. Malgré sa fière allure, la jeune femme a un grand besoin d'affection, dont elle a manqué par ses parents. Mais ça elle ne le dira jamais. Si elle ne se lie pas facilement, une fois qu'elle a donné son amitié, c'est pour la vie, on peut toujours compter sur elle et sur sa fidélité.

And this is my story.
On m'a dit que si je n'arrivais pas à parler de ma vie et de mes sentiments, je pouvais essayer de les écrire dans un journal. Je reste sceptique à ça, c'est vrai, comment voulez-vous qu'une page blanche m'aide à aller mieux ? Enfin bon, pourquoi ne pas essayer, après tout, je n'y perds rien. Mis à part mon temps précieux !

Ma vie ? Oh non, elle n'a pas toujours été aussi difficile et compliquer, je vous rassure. Comme dans les films tout commence parfaitement bien, puis peu à peu, ça se gâte, mais comme à chaque fois tout finit bien. Si ma vie finira bien ? Et bien, je l'espère fortement. Bon et si pour commencer je vous racontais quelques bribes de mon histoire ? Seulement les plus importants à mes yeux. Ces instants qui on construit celle que je suis à présent. Je n'aime pas parler de ma vie aux... Aux pages blanches ! C'est comme parler à un mur.

Bon, tout à commencer un merveilleux jour, le quatre décembre 1991. Je suis née un beau jour blanc d'hivers parait-il. Ma famille... J'avais un frère plus âgé que moi, Ayane. Il était tout pour moi, on était lié comme les doigts d'une main entrelacée. Lui et moi, on faisait tout ensemble. Mes parents, eux, étaient très à cheval sur les traditions familiale ainsi que sur le Catholicisme, limite fanatique. Fanatique au point que le peu de leurs amis l'étaient aussi. On était contraints mon frère et moi de toujours aller à la messe du dimanche... Moment le plus pourri de la semaine. Je me souviens avoir souvent fait des caprices pour ne pas y aller. Haha, maman me courait partout après dans notre grande maison. On me surnommait alors, la reine du caprice ou du chantage. Surnom dont je n'étais pas peu fière soit dit en passant. Enfin, il fallait me comprendre, être assis sur un banc en bois très peu confortable et attendre pendant je ne sais combien de temps que le clown finisse de déblatérer sur dieu et ses compagnons. Parfois, j'y faisais ma sieste. Heureusement, Ayane me couvrait, enfin lorsqu'il ne dormait pas lui aussi.

Puis un jour lorsque j'avais l'âge d'enfin sortir seule, j'en profitais un maximum avec mon frère. Lui et moi, on était allé à une soirée, je ne savais pas quel genre c'était et lui non plus, mais résultat j'y ai rencontré un garçon. Maladroitement, je l'avoue, car je lui avais foncé en plein dessus, mais en voyant sa tête, j'ai su de qui il s'agissait, un Yakuza a la mauvaise réputation. De peur, je me suis reculé un peu, puis finalement, nous avions parlé un moment. Au début, ça a été difficile de l'apprivoiser, seulement, les défis, c'était fait pour moi, parfois, je pouvais me montrer très patiente. À chaque fois que j'étais avec lui, je me sentais bien et libre. La pression familiale s'envolait en un éclat. Et enfin, on m'accordait de l'intention à juste valeur. Il y avait un tas d'autres choses qui faisaient que j'aimais tant être avec lui. Oui en effet, je passais la plupart de mon temps libre avec lui. Nous avions une amitié forte et fusionnelle. Derrière tout ça se cachait des sentiments. Plus on passait du temps lui et moi, plus je l'appréciais. Jusqu'au jour où je me suis rendu compte que je l'aimais. En même temps, allez passer autant d'instants avec une seule et même personne. Une personne agréable qui plus est. Et essayer de ne pas tomber dans le piège de l'amour. Difficile hein ? Je vous l'avais dit, il faut toujours m'écouter !

Un soir alors que mes parents allaient à une soirée, j'ai passé la soirée avec lui, chez lui. Nous avions regardé des films, enfin, je ne m'y intéressais pas vraiment, beaucoup plus occupés à penser au jeune homme qui se trouvait à côté de moi. Je n'arrêtais pas de l'observer du coin de l'oeil. Bien sûr, ça ne lui avait pas échappé, il était déjà bien trop perspicace. On se regardait alors dans le blanc des yeux, jusqu'à ce qu'il fasse le premier pas et m'embrasse. Étant donné que j'attendais cela depuis déjà bien longtemps, je m'étais laissé faire. Seulement après cet échange, je me rappelle avoir fait la pire connerie de ma vie : lui avouer mes sentiments. De plus, je n'avais reçu aucune réponse auditive cela aurait dû me mettre sur la piste non ? Et bien non... Sa réponse à lui, c'était un baisé par-ci un baiser par-là, et vous connaissez la suite. Je ne vais quand même pas vous faire un dessin non plus. Je m'étais laissé envoûter par ses doux yeux dont j'étais folle. Mais - Comme il y a toujours un mais dans les histoires- le lendemain, je ne sais pas comment, mes parents ont pris connaissance de ce début de relation. Évidemment, ils étaient contre, tout ça à cause de cette fichue différence d'âge, tout ça à cause de sa réputation et de vie, si différente de la nôtre. Dans un sens, c'était ce qui me plaisait, la différence, l'adrénaline.

Seulement, un jour, il s'est fait arrêter, pour se retrouver en prison. Je ne savais pas exactement toutes les raisons, mais j'avais ma petite idée. Benkei m'avait donc réconforté en me disant qu'il m'enverrait des nouvelles de lui. Tu parles ! Quel manipulateur égocentrique et beau parleur ! Ce que ça peut être idiot, une fille amoureuse, c'est naïf à souhait. Ce que je déteste le plus aujourd'hui, vous l'aurez compris, je pense.

Ma haine contre les hommes, n'a bizarrement pas cessé de grandir, au contraire, elle n'a fait qu'accroitre. Me faisant alors replonger dans le monde de la musique et de son pouvoir apaisant. Il n'y avait que cette matière où je m'appliquais, les autres m'importaient peu. Je restais enfermée dans ma chambre à jouée du violoncelle, m'acharnant pour devenir plus forte, plus douée. Auprès des autres, je passais pour la fille renfermée, cependant, l'avis des gens m'importe peu, mis à part celui de mon frère.

Puis Ayane a goûté au côté obscur de la ville et il y a sombré grâce ou plutôt à cause d'un de ses soit disant meilleurs pote. Tu parles... Au début, il faisait que fumé de l'herbe, rien de bien méchant. Seulement ça ne suffisait plus, il en fallait plus. Et la drogue blanche arriva. La cocaïne si vous préférez. Il me disait, qu'une fois qu'on y avait goûté, on ne pouvait plus s'en passer. Devant les parents, nous restions alors des petits " anges" mais derrière s'ils avaient su tout ce qu'il faisait... Mais je voulais essayer de le faire sortir de ce cercle vicieux avant que ça ne finisse mal, néanmoins, il me semble avoir échoué.

Cela faisait donc cinq ans qu'il était toujours dans la drogue. Seulement, voilà. Un évènement aura tout chamboulé... Ce jour où l'on m'a retiré ma moitié pour une raison pire que grotesque. Ce jour ou mon frère s'est fait abattre devant mes yeux. Oui, je me souviens, son dernier regard, son dernier sourire pour moi. Un gang l'a tué seulement parce qu'il ne voulait pas les rejoindre et faire de trafic. Ils n'ont pas apprécié son refus et n'ont pas hésité un seul instant avant de lui envoyer une balle en pleine tête. Tout s'était passé si vite, sous mes yeux. J'étais impuissante. Dévastée par les larmes et une vague de tristesse. J'étais déboussolée et déprimer. Mais c'était comme si on m'avait enlevé une partie du coeur. Alors, pour essayer de surmonter tout ça, j'ai enfoui mes sentiments au plus profond de moi, ils étaient et sont encore comme éteints.

L'avantage, c'est que ça fait déjà quatre ans que je ne vit que pour la musique et le chant, j'évite au plus possible la maison familiale qui ne cessait de me rappeler mon frère, c'était encore bien trop douloureux. Voilà pourquoi, je me retrouver interne dans ce pensionnat, en dernière année. Je commençais à reprendre goût à la vie, aux sorties. Tout va pour le mieux. Enfin, je crois.

/ Hanako observa les longs pavés écrits sur ses pages auparavant blanches. Puis des larmes clandestines coulèrent de ses yeux pour atterrir sur la page. D'un revers de main, elle effaça toute trace de tristesse.






Derrière l'écran
Pseudo habituel : Miyu'.
Âge : bientôt 21 :'(
Comment avez-vous connu Miyu ? Grâce à Benkei.
Quelle est votre fréquence de connection ? Tous les jours si je peux, pour le rp 2/3 réponses par semaine en général.
Que pensez-vous du forum ? J'ai hâte d'intégrer votre secte *µ*

O'Daim

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: L'art est ma liberté ~ Hanako Nagareboshi Dim 10 Mai - 7:31


Bienvenue à toi Hanako Nagareboshi
Validation de


Hanako Nagareboshi.

C'est avec joie que nous te validons. Tu seras en Neuvième M de rang B, et chambre Deux. Nous t'invitions également à compléter ta fiche personnage à l'aide de l'onglet "personnage" une fois sur ton profil.
Pense également à faire ta fiche de lien, et celle de rp.
En cas de besoin, n'hésite pas à contacter un membre du Staff.
En espérant te compter parmi les membres actif,
Cendre.

© Halloween




Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 371
Okane (お金) : 433
Points. : 2
Date de naissance : 16/12/1995
Age : 22
Je fais partie du Staff.
Muse
MessageSujet: Re: L'art est ma liberté ~ Hanako Nagareboshi Sam 24 Oct - 9:40
Sujet archivé.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'art est ma liberté ~ Hanako Nagareboshi
Revenir en haut Aller en bas

L'art est ma liberté ~ Hanako Nagareboshi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'art est ma liberté ~ Hanako Nagareboshi
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» les chemins de la liberté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Personnages.-