RSS
RSS



 

Partagez|

[Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Dim 17 Mai - 12:08
Le crépuscule tombait petit à petit sur Tokyo. Entre les grattes-ciels, les quelques derniers faisceaux lumineux du soleil apparaissaient tranquillement. Quand bien même le ciel noir approchait et menaçait déjà la ville, il semblait incapable de la réduire au silence. Les néons immenses éclairaient le sol goudronné et parsemé de dalles régulières aux tons beiges. Les bureaux étaient encore allumés, les bars étaient bondés d'hommes fatigués par leur journée ou encore de jeunes inconscients. Dans l'immense centre-ville on entendait les résonnements des talons des femmes claquer, les baskets des adolescents, les claquettes de certains autres. Les voix étaient posées, pressées, riantes, chagrinées. Il y avait de tout, des asiatiques, des européens et peut-être même des américains. Tokyo semblait être le carrefour du monde entier.


Ela était émerveillée par toute cette diversité. A Berlin il y avait aussi ce genre d'endroit mais il n'avait pas quelque chose que Tokyo avait. Elle ne saurait mettre le doigt sur la chose exact qui différenciait les deux villes mais l'impression était persistante. Elle savait qu'elle aimerait Tokyo et se maudit de ne pas avoir pris son appareil photographique pour capturer la moindre parcelle de ce décors époustouflant. La jeune fille contemplait avec joie l'environnement avant de se décider de se balader un peau et d'en découvrir d'avantage sur ce lieu avant de retour au dortoir.


La demoiselle se trouvait seule, à vrai dire elle n'avait pas encore eu l'occasion de rencontrer qui que ce soit. Cela ne la dérangeait pas tant que cela, elle aimait aussi ces instants où elle se retrouvait seule sans avoir besoin de trouver des sujets où même de faire quelques singeries pour animer la conversation. Cela lui arrivait souvent et étonnait son entourage. Ela avait tout du profil d'une jeune fille réservée et discrète, la réalité était bien autre que cela. Elle était passionnée, curieuse, fonçait tête baissée peu importe la situation,spontanée et même aussi du genre à ne pas avoir peur du ridicule, parfois bafouillant à cause du Japonais qu'elle ne maîtrisait pas toujours très bien, s'égarant souvent à cause de son sens de l’orientation minable ; et surtout  elle était d'une franchise absolue. Voilà qui elle était, voilà ce que Ela Shwart voulait dire.


Elle sortit quelques yens de sa poche pour aller se payer un jus de fruit dans un distributeur public, la soif commençant à la creuser. Une fois qu'elle eut ouvert la bouteille, elle reprit sa marche sans vraiment regarder où elle allait puisque trop occupée à boire. Elle s'en rendit néanmoins compte assez vite étant donné que les lumières se faisaient moins nettes et puissantes que dans le centre-ville. Elle se trouvait désormais dans une sorte de petite ruelle angoissante qui ne lui présageait rien de bon. Serait-ce l'abus de film d'horreur ou d'histoires effrayantes qui lui flanquèrent quelques frissons ? Très probablement. Ela se décida à continuer de marcher, après tout elle finirait bien par croiser quelqu'un qui lui indiquerait comment revenir à l'endroit d'où elle venait.


Il ne lui fallut guère de temps pour croiser quelques hommes. Ils avaient les traits durs, l'air peu commode. La jeune fille ne réfléchit pas à deux fois et s'engagea dans leur direction pour leur faire face directement. Leur présence l'intimidait un peu, après tout, la situation et l'ambiance du lieu ne lui permettait pas d'être parfaitement décontractée.

"Bonsoir.", engagea-t-elle avec un peu d'hésitation, en tachant néanmoins de les regards droits dans les yeux. 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Dim 17 Mai - 20:34
La fourgonnette s'éloignait, la lumière de ses phares crevant le noir de la nuit. Planté sur le trottoir, les yeux plissés, ostensiblement rivés sur la pointe des mes chaussures de cuir noir, les mains nonchalamment enfoncées dans les poches de mon pantalon, j'écoutais le vrombissement sourd du moteur s'évanouir à mesure que l'engin progressait sur la route. Il avait fallu deux heures. Deux bonnes heures pour déposer les putes dans les bas-quartiers de Tokyo. Deux heures de trop dans d'interminables embouteillages. C'était même pas mon rôle de faire ça, mais j'avais voulu m'assurer du bon déroulement du largage des poules. Et, franchement, j'étais énervé du résultat.


J'avais fini par descendre, préférant encore rentrer à pied plutôt que de passer une minute de plus dans la bagnole, furieux contre ce foutu chauffeur incapable de se débrouiller pour être dans les temps, furieux contre ma connerie qui m'avait poussé à faire mon inspection à la con ce soir-là, alors qu'Ekichi m'avait proposé une revanche au billard. Et j'étais là, à maugréer des insultes adressées au monde entier sur un trottoir, avec trois de mes hommes. Si encore ils avaient été intelligents... Mais non, ils étaient bêtes comme leurs pieds et se contentaient de rouler des mécaniques à tout va. D'une certaine façon, c'était tout ce que je leur demandais. Garde du corps, voilà la seule encore dans leurs cordes. Je donnai un coup de pied rageur dans le taudis qui devait servir de foyer à une famille miséreuse, et relevai le menton.


« On rentre. » déclarai-je d'un ton sans appel.



Mes hommes se placèrent aussitôt autour de moi, deux à mes côtés et le troisième derrière, m'arrachant un sifflement agacé.


« Cassez-vous ! »



Heureusement pour eux, ils s'exécutèrent sans tarder, et pressèrent le pas pour marcher au-devant de moi. Je n'étais vraiment pas d'humeur à me la jouer princier, alors mieux valait-il qu'ils mettent une distance raisonnable entre eux et moi. Nous prîmes donc le chemin du retour, les crétins devant à tenir des propos peu élogieux quand à la marchandise de la fourgonnette, et moi en retrait, à passer ma colère sur l'ourlet de ma veste de costume. Elle avait coûté une blinde, mais j'en avais pas grand chose à cirer au final. L'argent, ça coulait à flot au syndicat.


Le rire gras d'un de mes hommes me tira de mes pensées. Une gamine se tenait là, devant nous, campé sur ses interminables jambes de mannequin, un air légèrement inquiet. Avec ses cheveux presque blonds et ses taches de rousseurs, elle n'était clairement pas japonaise. Et elle nous dévisageait comme ça, sans broncher, en me regardant droit dans les yeux. Idiote. Tu sais pas à qui tu as affaire. Déjà, un de mes hommes lui attrapait le poignet pour la ramener contre lui.


« Regardez qui voilà ! Elle est pas à nous celle-là ! »



Alors elle, elle avait vraiment pas de bol. Tomber sur nous un soir comme celui-ci...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Sam 23 Mai - 16:20
Quelle ironie de se retrouver dans une situation pareille, comme si le portait de la ruelle sombre dont les lampadaires ne se trouvent qu'à cent mètres de là, les hommes pervertis et la frêle jeune fille importunée par leur corruption n'était pas déjà assez cliché comme cela. Tant cliché qu'il nous arrivait parfois d'oublier qu'il s'agissait de la bien triste réalité. Mais revenons en à notre chère Ela, qui se trouvait désormais dans un bien vilaine posture.


Pas une seule seconde elle n'avait lâché cet homme du regard. Si lui semblait être en quelque sorte le leader des quatre, les trois autres n'étaient rien d'autres que des larrons. Si elle arrivait à s'en sortir par son intermédiaire, ils lui ficheraient la paix. Les prunelles perçantes de la jeune fille n'étaient pas audacieuses ni même provocatrice. Elles étaient bien trop calmes, bien trop à l'aise pour donner l'impression qu'elle se retrouvait en réelle faiblesse. Pourtant, il était inévitable de deviner, si on était légèrement perspicace et attentif, à quel point son cœur battait vite et à quel point les sueurs froides humidifiaient son dos.


"Lâchez-moi articula-t-elle sèchement."


Elle tenta de se dégager sans pour autant avoir l'air paniquée. Elle se contentait de rester aussi paisible que possible. Son seul moyen de s'échapper était de courir au travers des rues jusqu'à tomber sur le centre ville. Certes elle était une championne en course mais, il s'agissait de trois hommes, bien plus musclés et sans doute connaissant bien mieux les rues qu'elle. C'était d'ailleurs pour cela qu'elle les avait interpellés au commencement de cette mésaventure. 


Mais d'ailleurs, pourquoi en avait-elle regardé un seul précisément ? Pourquoi celui-ci en particulier ? Il lui sembla ne pas le trouver comme les autres. Il n'avait pas la même attitude que les deux autres. Il semblait plus intimidant mais peut-être plus rassurant. Cela semblait malheureux de l'avouer, mais elle dépendait entièrement de lui. Soit il la "sauverait" soit au contraire, ce serait lui qui la mènerait droit en enfer. Car après tout, elle n'était pas eux, celle-là.


Elé déglutit légèrement, un coup de vent passa en faisant vibrer sa chevelure sur le côté avant qu'elle ne se repose sur son épaule. Vraiment, elle était mal tombée aujourd'hui.  
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Dim 24 Mai - 10:21
La fille dardait sur moi un regard assuré. Son ton était sec, presque tranchant. Elle avait du courage, pour une minette en si mauvaise position. Bien d'autres auraient déjà été en pleurs, à hurler et supplier. Mais elle restait droite, lucide, et imperturbable.

Je pouvais en faire ce que bon me semblait. Je pouvais la rouer de coups, la violer, la tuer. Mais la nécrophilie n'étant pas vraiment mon truc, je doutais fort que les événements prennent cette tournure. Néanmoins, elle était livrée à elle-même et n'avait aucune chance. Elle le savait sans doute, et pourtant elle ne cillait pas. C'était une femme forte, et probablement une belle inconsciente également. Si elle pensait pouvoir s'en sortir d'une façon ou d'une autre, elle se fourrait le doigt dans l'œil.

Et si elle comptait sur ma clémence, elle risquait une belle déception. Ce n'était pas le moment de m'importuner. J'étais sur les nerfs et préférais en finir au plus vite. Et pourtant, malgré son calme, je devinais sa peur. La peur était une odeur que j'avais appris à reconnaître. Elle se dégageait, forte, comme une aura de faiblesse, source de jouissance pour moi et mes semblables. Nous autres yakuzas aimions inspirer la peur, surtout lorsqu'on y affichait une certaine résistance. Et à notre plus grand plaisir, elle se manifestait partout.

Un mot, un geste de ma part, un signe de la tête, un haussement de sourcil, et elle était perdue. Tout l'aplomb du monde n'y changerait rien. Dans le silence de la nuit, sous la pâle lueur de la lune, le jaune des lampadaires perdu sur les trottoirs, j'étais tout-puissant.

Un homme passait déjà sa paume le long de son cou d'albâtre, humant la racine de ses cheveux pour se délecter de son odeur. Et sa peur s'amplifiait, seconde après seconde, et le parfum de son angoisse caressait mes narines comme les effluves d'un met délicieux. Mais alors qu'elle tentait de se libérer de l'emprise de ses bourreaux aux mains baladeuses, je durcis mon regard et sortis mon flingue de ma ceinture.

« Lâchez-la. » ordonnai-je en écho à la jeune fille.

Mais ce n'était pas à mes hommes que s'adressait cette menace. Le bras tendu, je pointais sur le front de l'occidentale le canon de mon arme. Son attitude avait attisé ma curiosité, et j'avais à présent envie de jouer. Car pour tromper la colère, quoi de mieux qu'un nouveau jouet ?
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Dim 24 Mai - 20:19
Peu à peu, les mains de ces hommes se libéraient sur le corps de la jeune fille et au fur et à mesure elle les repoussait. Pour rien au monde elle ne se laisserait ainsi faire. Quand elle aura perdu la raison, elle tentera le tout pour tout, même si elle n'avait même pas une seule chance de s'en sortir. Elle refusait totalement de se soumettre à cette situation. De plus, cela l'agaçait fortement. Mais toutes ces émotions, à commencer part le mal aise, l'angoisse, l'agacement ne faisaient que monter la tension de la demoiselle. Bientôt elle perdrait tout son calme qu'elle tentait de garder du mieux qu'elle le pouvait. Comment en était-on arrivé là, déjà ?


Puis soudainement, la situation se renversa. L'homme qu'elle toisait jusque là posa sa main à sa ceinture et dégaina un revolver. La jeune fille fronça doucement les sourcils, qui allait-il viser ? Elle ? Ou ses compères ?


"Lachez-la."


Voilà les paroles qui la libérèrent de l'emprise des trois autres larrons. Ils s'écartèrent d'elle, la laissant légèrement en vrac. De ses mains agitées elle remis en place la bretelle de la robe noire qu'elle portait. Les escarpins qu'elle portait lui faisaient mal au pied mais, ce n'était pas réellement le moment de s'en préoccuper. Tout juste devant elle, elle pouvait voir le canon du revolver viser droit entre ses deux yeux. Pourquoi la visait-il ?


La respiration de la jeune fille s'accéléra, elle ne comprenait pas. Il voulait jouer ? Jouer à la tester ? Effrontée et inconsciente, il était évident que la jeune fille l'était. Mais là, il s'agissait de sa vie. Voulait-elle la foutre en l'air en quelques secondes ? A cause d'une mauvaise rencontre ? Non, elle ne le voulait pas. Il fallait qu'elle réfléchisse, qu'elle porte sa peur sur le côté. Cela allait probablement être difficile, même pratiquement impossible mais, c'est tout ce qui pouvait assurer ses arrières, lui donner la moindre chance de s'en sortir.


Mais alors, que pouvait-elle bien faire ? Elle n'avait pas réellement le temps de réfléchir, il fallait agir à l'instinct, sur l'instant. Ela commença à écarquiller les yeux dans tous les sens puis, elle se calma. Elle savait ce qu'elle allait faire.


"Où se trouve la ruelle menant au centre-ville, adressa-t-elle directement à celui qui visait son arme sur elle."


Ela avait peur mais, il ne s'agissait pas de la même peur qu'elle avait éprouvé au départ. Elle avait juste peur de rater son coup, d'échouer. Bien évidemment, il serait fou de dire qu'elle se sentait parfaitement à l'aise mais, sans doute la volonté de s'en sortir avait pris le dessus pour quelques instants. Et, elle comptait bien sur cette émotion passagère pour la sortir quelque peu de là.


Ses prunelles étaient profondément encrée dans celle de l'homme. Elle le regardait, oubliant tout ce qui l'entourait, formant une bulle entre le viseur et la visée. Le pari était lancé, qu'allait-il maintenant se passer ? Lui seul le savait. 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Lun 25 Mai - 9:05
Cette gamine me plaisait bien.

Elle empestait la peur, mais elle ne paniquait pas. Folie, ou sagesse ? Elle gardait la tête froide jusque devant la mort. N'avait-elle donc pas compris que c'est ce qui l'attendait ? À l'ombre de cette ruelle, il n'y avait personne pour la sauver. Une balle dans la tête, et on n'en parlerait plus. Tout serait fini pour elle, le cadavre pourrirait quelques heures avant de rejoindre ses semblables à la morgue, puis dans un cimetière, où sa chair tomberait en poussière. N'était-ce pas ce que disait la Bible ? Tout à coup, j'avais envie de tester son intelligence. Saurait-elle rester lucide devant la menace d'un revolver ?

« Tu es occidentale, tu dois savoir ce qui se dit dans vos religions, dis-je sans prêter attention à sa requête. “Tu es poussière et tu retourneras en poussière.” »


Elle était belle, courageuse, effrontée, mais qu'en était-il de sa culture personnelle ? Avais-je affaire à une demeurée qui ne manquerait à personne, ou s'agissait-il d'une jeune fille prometteuse, pleine d'avenir ? Sa mort aurait-elle la même saveur ?

Du coin de l'œil, je vérifiai que mes hommes ne s'éloignaient pas trop. Il s'étaient écartés à quelques mètres, et parlaient entre eux comme si notre échange était des plus banals. Pour ma part, j'avais de grandes attentes pour cette fille...

Avec un sourire mi-charmant mi-vicieux, je reportai mon attention sur elle. Elle était très jolie, avec ses traits volontaires, ses cheveux au blond presque platine, sa taille fine et ses longues jambes. Peut-être était-elle un de ces mannequins d'Europe Nordique en déplacement pour je-ne-sais-quel défilé ? Qu'importe, le charme des japonaises était à mes yeux inégalable. Mais elle avait quelque chose de plus, une assurance peu commune, un petit rien qui faisait tout. Elle était intrigante, et je voulais voir ce qu'elle valait. Imperceptiblement, je m'approchai jusqu'à pouvoir distinguer le grain de sa peau malgré l'obscurité.

« Retourner en poussière maintenant ou plus tard, qu'est ce que ça change ? »


Je n'étais pas agressif, non, si on occultait mon arme à dix centimètres de son visage. J'étais réellement curieux de connaître sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Lun 25 Mai - 14:32
Ela doutait. L'arme, pointée droit sur elle, elle était menacée. Seulement, si l'homme avait réellement voulu la tuer, dès le départ, il aurait appuyé sur la gâchette. Il souhaitait s'amuser, la prendre en proie, la tester et si elle le lassait, il mettrait fin à son stratagème ? Impossible, impensable, la jeune fille ne voulait pas le croire. Elle ne s'inquiétait ni pour ses parents, ni pour ses camarades mais pour elle-même. Jusque là, elle n'avait jamais rencontré de personnes ainsi. Est-ce ce qu'on appelle le côté obscur du monde ? Quelque chose dont on ne parle qu'à la télévision, où l'on rassure les enfants en leur disant qu'il n'y a qu'une chance sur cent milliards que cela leur arrive ? Alors on se croit en sécurité et l'on pense que ça n'arrive qu'aux autres. Jusqu'à ce que les autres, ce soit soi.


Il l'avait ignoré, évidemment, mais la situation avait pris encore une nouvelle tournure. A présent, il la questionnait.  Il lui parlait de redevenir poussière ? Faisait-il allusion à Dieu ? Quelque chose que sa mère lui rabâchait sans cesse, ne jurant que sur la religion. Il n'y avait pas besoin d'être intelligent pour connaître quelques extraits de la bible, on l'étudiait en cours, à la maison. Ela ne croyait pas en Dieu. Elle avait essayé une seule fois de le faire, elle avait prié mais, il avait ignoré son appel. Cela signifiait qu'il n'existait pas pour elle. Si à l'instant elle implorait Dieu de la sauver, de la rendre sauve, il ne descendrait surement pas de sur son petit nuage et écarterait le danger. Pour elle, il ne s'agissait que d'une croyance encrée dans les générations précédentes pour donner une raison aux choses inexpliquées. Terre à terre, oui, la jeune fille l'était que trop.


Elle déglutit lentement, la mâchoire légèrement tremblante. Elle sentait qu'elle allait avoir du mal à nouveau parler. Elle n'y pouvait rien, elle n'était pas la plus courageuses des personnes, elle n'avait jamais vu sa vie tant en danger. Ela était tout simplement une fille banale et tout ce qu'elle avait su faire jusque là était la preuve d'un courage qui la surpassait déjà de loin.


"Je ne crois pas en Dieu, je ne crois pas que ce qui était poussière redeviendra poussière, dit-elle."


Il s'approcha légèrement mais, elle n'en prit pas compte tellement son attention était fixée sur l'arme. Elle ne pouvait pas en détacher ses yeux, la peur qu'elle contenait tant bien que mal venait de cette chose métallique qu'un jour, jadis, un inconscient créa. Peu à peu, elle sentait qu'elle n'en pourrait plus. Retirer cette arme de sa vue réussir à tromper sa peur quelques instants.


"I-il, commença-t-elle en bégayant légèrement avant de reprendre après un long souffle, il y a des choses que je dois faire avant de mourir."  

Comme si une poussée d'adrénaline l'avait poussé, elle avança d'un pas vers l'homme, poussant de sa main le revolver pointé droit sur elle. Elle avait bougé inconsciemment, comme si on organisme avait enfin perçut le danger et l'écartait d'elle.Elle pourrait totalement le regretter, il y avait beaucoup à perdre mais, aussi, beaucoup à gagner.


 De iris décolorés par la noirceur du lieu, elle se mit à toiser à son tour la personne face à elle. Face à elle, il y avait un homme, grand, visage ovale et des cheveux assez longs. Il ne semble pas aussi vieux que ses compères. Ela avait oublié quel nom on donnait à ce genre d'homme qui se promène en bande, qui parlent étrangement des femmes en disant qu'une ne leur appartient pas et qui se baladent avec des armes. 


Ce sont des yakuzas.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Sam 30 Mai - 16:12
Elle avait repoussé mon flingue. Comme ça, d'un geste presque inconscient, comme si la menace qui pesait sur elle ne résidait pas dans cette arme. Comme si la véritable arme était ailleurs. Ou peut-être simplement parce qu'elle n'arriverait pas à garder son sang-froid si je continuais à la pointer du canon de mon pistolet de la sorte. J'avais déjà vu tant de réactions différentes face à cette situation. Mais dans la majorité des cas, les gens s'abstenaient de tout mouvement brusque, et lorsqu'ils ne paniquaient pas, ils parlaient d'un ton très calme, comme s'ils avaient peur de réveiller le monstre qui les tuerait à bout portant.

J'avais cru que la gamine qui me toisait faisait partie de ceux-ci, mais son geste m'en faisait douter. Je ne savais plus que penser d'elle. Et quelque part, j'en fus déçu. Elle avait peur, je le sentais, c'était indéniable. Mais il était évident, à l'intensité de son regard, qu'indéniablement, elle ne flancherait pas.


« À quoi penses-tu ? » murmurai-je dans un souffle, mes yeux plantés dans les siens.


Elle dardait son regard sur moi, inflexible, et je me surpris un instant à me perdre dans ses prunelles assombries. Il y avait quelque chose de captivant dans son attitude, quelque chose que les trois abrutis qui me servaient de gardes du corps ne percevaient pas. Ces crétins se contentaient de reluquer la gamine de haut en bas en rigolant grassement. Là, ce n'était ni une joute visuelle, ni un défi. Ce n'était rien d'autre que de plonger dans les sentiments de ma victime. Car il y avait une forme de fatalité dans sa façon de me dévisager, comme si elle avait bien compris que tout dépendrait de moi.

« Je n'arrive pas à décider ce qui t'effraye le plus. Mourir, ou laisser des choses inachevées derrière toi. Est-ce que c'est si dur de partir ? Est-ce que ta vie telle qu'elle est maintenant te plait au point que tu ne veuilles en aucun cas la quitter ? »


Je m'étais approché encore et encore, jusqu'à venir souffler ces mots à son oreille.

« La mort n'est-elle pas un échappatoire à la souffrance ? »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Sam 6 Juin - 15:10
A m'enfuir, à déguerpir d'ici, à ne plus jamais vous recroiser mais à ne jamais vous oublier : Voilà ce à quoi la jeune fille pensait au fond d'elle. Pourtant, elle n'ouvrit pas la bouche, elle ne dirait rien. Il n'avait qu'à comprendre ce qu'elle penser ou penser qu'elle ne pensait à rien. Penser, encore et toujours penser. Ela ne tremblait plus, elle-même ne comprenait pas pourquoi et au final, cela n'avait plus d'importance. Sa peur ne la sauverait certainement pas de tout cela, si elle le pouvait d'ailleurs. La demoiselle savait qu'elle était totalement cernée, qu'il arrivait à lire n'importe quoi en elle, elle aurait pu jouer avec cela, se taire encore et encore pour le laisser deviner mais, elle n'avait pas envie de jouer avec le feu. Ce feu là était bien trop puissant et ardent pour qu'elle puisse le maîtriser car après tout, elle n'était pas le joueur mais sa victime.


"Je pourrais choisir de mourir, je n'ai pas un rang incroyable, je ne suis pas talentueuse. ça na changerait rien au monde, commença-t-elle à articuler avant de reprendre le silence."


Tout ce que la jeune fille laisserait derrière elle serait sa famille, ils pleureraient et l’oubliaient. Parfois ils penseraient à elle mais ils la remplaceront aussitôt. Et une fois que eux seront mort, il n'y aura plus personne pour se souvenir d'Ela Shwart. Elle ne laissait rien d'incroyable si elle venait à mourir maintenant. C'était une réalité.


Néanmoins, la demoiselle avait un rêve, un projet  à vie. Quelque chose comme ça. Quelque chose dont elle ne savait pas encore quoi mais, plus elle grandissait, plus ses questionnements sur ce rêve à vie trouvaient des réponses. Elle n'abandonnerait rien pour le réaliser, elle ferait tous les sacrifices s'il le fallait. Et même si sa vie venait à être autant exposer à la mort, elle ne laisserait pas tomber tant que l'espoir soit encore présent. Et même s'il n'y en avait pas, elle le créerait. 


"Ai-je l'air de souffrir ?"


Sa voix fut claire mais dure, sans la moindre hésitation comme si elle reprenait ce calme qu'elle avait maintenu jusque là. L'idée de son rêve avait sans doute revirer la flamme du courage chez elle. L'arme ne la menaçait plus directement, quand bien même la tension était pesant, il y avait un poids énorme en moins. La question qu'il lui avait chuchoté à l'oreille avait a faire naître une émotion différente à la peur et l'angoisse : c'était une sorte d'agacement. Avait-elle l'air d'en être à bout, de vouloir en finir maintenant ? La réponse était non, inévitablement.


Ela ne bougeait pas le moindre membre, elle restait là, à simplement observer cet homme. Ce qu'elle s’apprêtait à faire était totalement fou et inconscient.


"Je ne suis pas la première des imbéciles que tu croises dans une rue, je suis Ela Shwart." 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Dim 7 Juin - 14:12
Mes mots avaient fait mouche. Une provocation avait suffit à ce que la gamine se cabre. Et comme je m'y attendais, elle se montrait forte, inébranlable, comme si rien ni personne ne pourrait jamais la briser. Dans le silence de la nuit, il n'y avait plus ni Tokyo, ni hommes de main. J'étais face à une inconnue qui ne s'avouerait pas vaincue, à moins d'être mise à terre. Était-ce seulement ce que je voulais ? Devais-je à tout prix écraser l'orgueil de cette enfant, réduire son courage en miettes ? Quel avantage tirerais-je à lui prouver que rien ni personne ne pouvait me défier, moi qui régnait en maître de la ville ?

Ekichi, peut-être, n'aurait pas hésité une seule seconde à lui tirer une balle entre les deux yeux. Mais ce soir-là, l'audace, la folie, l'inconscience de la jolie inconnue me parurent précieuses. Pourquoi briser l'âme d'un fort, après tout ? Tant qu'il ne représentait aucun danger, il n'y avait aucun mal à le laisser vivre en paix. Il m'était bien arrivé de me défouler de temps à autres sur des innocents, quelques malheureux qui s'étaient trouvés au mauvais endroit au mauvais moment, mais aucun d'eux ne m'avait jamais fait sentir un quelconque remord quant à la personne qu'il aurait pu devenir. Je n'étais pas idiot, loin de là. Je lisais très clairement la détermination qui animait la jeune fille.

Ela Shwart. On le sentais bien, cette fille-là était capable de grandes choses. Elle était de ceux que l'on respecte pour l'aura qu'ils imposent et pour la bravoure dont ils font preuve. Et sous le regard de la lune, je ne pouvais me résoudre à couper le fil de sa vie à la manière des Parques. À quoi bon ? Une saute d'humeur valait-elle la vie d'une adolescente ?

« Parfait, déclarai-je sans cesser de la fixer. Je n'oublierai ni ton nom, ni ta folie. Mais peut-être oublierai-je un jour ton visage. Et si nos routes se croisent à nouveau, tu n'auras pas d'autre choix que de prouver une fois encore ta témérité. »


Je sifflai mes hommes et tournai le dos à la demoiselle, m'enfonçant dans une ruelle plus sombre encore, revolver au poing, sans un regard en arrière.

« Ne te perds plus, Ela Shwart. »


Ce soir-là, la vie m'avait montré un autre visage de la puissance. Plus discrète que celle des poings, pas moins vaillante pour autant. Le courage, la témérité. Des qualités dont trop de gens ignoraient la signification pour que je me permette de les mépriser. Ce soir-là, la vie m'avait appris à considérer l'adversaire dont le comportement pousse au respect.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart] Dim 7 Juin - 16:52
RP terminé en bonne et due forme.
Vous serez incessamment sous peu crédités de 10 okanes supplémentaires.
Good Game! :3
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart]
Revenir en haut Aller en bas

[Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Terminé]"Le premier et le plus sacré des commandements : ne les laisse pas t'emmerder." [Makoto Watanabe/Ela Shwart]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» [TERMINÉ] Premier jour, première drague ! [Paige]
» Un sacré merdier pour un premier RP
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Terminés.-