RSS
RSS



 

Partagez|

[Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Mer 20 Mai - 19:17
Je tournais et tournais dans mon lit. Je regardai mon portable qui affichait 7h30. Il était encore tôt, mais de toute façon, je n'avais pratiquement pas dormi. Je ne cessais de penser à ce que m'avait dis Shiro. Lui qui ne faisait jamais rien de répréhensible, comment se faisait-il que cette fille, l'ait menacé? Bref, il fallait que je pense à autre chose. Un peu de marche ne me ferait pas de mal. Je me levais sans faire de bruit, pour ne pas réveiller mes colocataires. Je pris des affaires propres et allait prendre une douche. Je me préparais en vitesse, et sorti. La description que Shiro m'avait fait de cette fille était ancrée dans ma mémoire et je ne cessais de la ressasser. Je pris mon portable, mis mes écouteurs et lançai la musique. J'avançais sans vraiment savoir où j'allais, j'avançais juste. Le campus à cette heure là était plus que désert. Il n'y avait que quelques personnes qui déambulaient, comme si elles étaient perdues. Je serais bien monté sur le toit, mais je n'avais pas la tête à ça. Ce qui était plutôt rare. J'avançais encore et encore. En passant devant le gymnase, je remarquais quelqu'un à l'intérieur. Une brune, plutôt svelte, qui regardait dehors. De beaux yeux marrons et une longue chevelure châtain. Ça ne pouvait être que la jeune fille que m'avait décrit Shiro. Mon sang ne fit qu'un tour et je sentis une montée d'adrénaline. Il fallait que j'aille la voir. Savoir, comprendre, ce qui ne tournait pas rond chez elle. J'ouvris précipitamment la porte et m'engageai dans le hall du gymnase. Arrivé à sa hauteur, je lui fis face. Elle me regarda comme surprise puis me détailla.
- C'est toi, qui t'en es pris à Shiro?
Je n'allais pas passer par quatre chemins avec elle, j'étais plutôt direct et cela me surpris. Mais qu'on s'en prenne à un innocent, me faisait sortir de mes gonds et encore plus quand il s'agissait de mon ami. Je lui lançais un regard méprisant, pour qu'elle comprenne que je n'étais pas là pour rire. À la regarder de plus près, elle avait les traits fins et paraissait fragile, mais il y avait un je-ne-sais-quoi dans le regard de cette fille qui pouvait paralyser n'importe qui. Ses yeux étaient froids, mais j'avais plus l'impression que c'était une barricade pour se protéger. Elle devait sûrement avoir un lourd passé et un lourd secret, mais là tout de suite, ça n'excusait pas son comportement. J'étais pratiquement sûr que Shiro n'était pas sa première, ni sa dernière victime. Peut-être que j'en ferais partie et peut m'importait.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Ven 22 Mai - 18:52
"La vengeance est un plat que se mange froid" : Nao connaissait parfaitement cette devise, elle s'en servait très souvent pour se forger un mental d'acier. C'était d'ailleurs ce qui l'avait poussé à s'en prendre à Shiro. A l'origine, il l'avait simplement bousculé, elle l'avait envoyé bouler pour la simple et bonne raison qu'il n'avait qu'à pas se trouver là. Si encore il était partit lorsqu'elle lui avait ordonné... Mais non, cet imbécile était resté et avait fini par lui tenir tête. Une honte, une humiliation qu'elle ne comptait pas laisser passer sans se venger. "Il me le payera, oh oui, il me le payera" pensa-t-elle en tournant une nouvelle fois dans son lit. Cela faisait à peu prés une demi-heure, peut-être plus qu'elle était réveillée mais elle n'avait pas encore ouvert les yeux, certainement dans le but de prolonger son sommeil. Elle n'avait pas beaucoup dormis cette nuit, trop hantée par les souvenirs du passé qui avaient ressurgis la veille lors de la violente, le mot était en effet très approprié, rencontre avec Shiro et Nayumi. Nao s'abandonnait à imaginer la sensation que ferait un corps contre le sien. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas coucher avec un garçon. Elle n'y avait pas pensé depuis la rentrée, bien trop occupée à trouver la vengeance idéale pour Shiro. Elle jeta un regard sous la couette à son corps. Ouais, il était temps qu'elle se reprenne en main. Elle était toujours magnifique mais les cours de mannequinat reprenait le lendemain et elle devait absolument avoir un corps idéale pour les prochaines séances. La brunette se décida donc à se rendre au gymnase.
Nao se leva doucement, tentant de ne pas réveiller ses colocataires. Quitte à vivre avec de pures inconnues, au temps éviter les grosses disputes, enfin si c'était possible bien sûr... Elle s'en alla à la douche après avoir prit ses affaires de sport. Une fois prête, vêtue d'un short noir pas trop court comme nous pouvons en voir certains et d'une brassière bordeaux, la belle Inoue s'attacha les cheveux en une queue de cheval haute et se dirigea donc vers le gymnase. Comme elle l'avait profondément espéré, il n'y avait strictement personne. "Tant mieux" se dit-elle avant d'étudier la grande salle, se demandant par quoi elle commencerait. Au bout de quelques instants, elle choisit de se diriger vers le tapis de course pour s'échauffer. Ce que Nao appréciait le plus était de se perdre dans ses pensées en faisant son sport. La musique dans les oreilles, plus précisément "I'm Gone" d'Eminem, elle mit en route la machine et commença donc à courir, fermant les yeux de temps ç autres, quand ses pensées devenaient trop obscures.
"Je me demande qui nous sommes dans ce vaste monde. Que peut-il y avoir après la mort? C'est une question intéressante quand on sait qu'il y a déjà eu de très nombreuses théories et que, cependant, aucune n'a jamais pu être démontrer. C'est vrai, ça, existe-t-il réellement un paradis et un enfer? Sommes nous jugés par nos actes ou notre coeur? Et puis, si c'est le cas, où est-ce que j'irais? En enfer sûrement... Avec tout le mal que je fais comment pourrait-il en être autrement? Je ne m'en plains pas. Le mal est mon bouclier, la vengeance ma devise et mon haine ma force. Je continuerais d'avancer quoique puisse penser les gens. Je suis telle que je suis et rien ni personne ne pourra jamais changer ça ! Il est trop tard pour ça. Il n'y a plus aucun retour en arrière. En fait, il n'y en a plus depuis le moment où j'ai commencé à trouver du plaisir à détruire les gens."
La jeune femme regardait la fenêtre, en réalité, elle regardait à travers la fenêtre mais ne voyait rien du paysage. Ce qu'elle observait était bien plus sombre. A tel point qu'un poète aurait sûrement dit qu'elle voyait la noirceur de son âme. Elle fut surprise en sentant une présence derrière elle. Elle eu à peine le temps de retirer ses écouteurs qu'il lui demanda si c'était elle qui s'en était prise à Shrio. "Bon dieu mais ce chieur est vraiment bien entouré ! "
Nao le fixa longuement dans les yeux, sans prendre la peine de répondre. Pourquoi aurait-elle du lui donner une réponse qu'il connaissait déjà? Elle soupira d'exaspération.

- Si c'est tout ce que tu venu me dire alors je t'en prie, tu peux partir. Franchement...

Ce dernier mot était plus pour elle-même que pour lui. Elle tourna la tête, l'ignorant royalement et se re concentra sur son sport qu'elle n'avait pas arrêté lorsqu'il lui avait adressé la parole. C'est à ce moment-là que lui vint une idée de génie... Mais bien sûr  C'était le meilleur moyen pour isoler Shiro ! Elle sourit en coin légèrement pour pas qu'il le remarque et arrêta sa machine ainsi que son i pod, se retournant vers lui.

- Désolé, c'est juste que je n'ai pas trop bien dormis cette nuit... Tu sais, je ne voulais pas pour Shiro mais je ne sais pas ce qu'il t'a raconté... En fait, il a un peu commencé : on s'est bousculé. J'étais énervée et j'ai râlé. C'est lui qui a commencé à m'humilier... Oh excuse moi, je ne devrais pas parler en mal de ton ami. D'ailleurs, ça fait longtemps que vous vous connaissez?

La voix de Nao était douce, attirante. Comme le diable que se ferait passer pour un ange, embobinant tout le monde parce qu'en effet, la belle Inoue est une bonne actrice. Elle lui souriait et le regardait droit dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Ven 22 Mai - 22:19
La jeune fille retira ses écouteurs, que je n'avais pas remarqué. J'étais tellement remonté que tout ce qui était autour de moi n'était que brouillard. C'était rare que je sois en colère et cette montée subite me fit un peu tourner la tête. Elle me regardait toujours et plus elle s'attardait sur moi, plus j'étais mal à l'aise. J'avais l'impression que son regard pénétrait en moi et me mettait à nu. Je déglutis, mais en repensant à ce que m'avait dit Shiro, je retrouvais un peu de mon assurance. Au bout de quelques instants, elle soupira.
- Si c'est tout ce que tu venu me dire alors je t'en prie, tu peux partir. Franchement...

Puis me tourna le dos. Je la regardais sans vraiment comprendre ce qui venait de se passer. Elle venait de me snobber. Cette fille était plus que déconcertante. Elle reprit sa course sur le tapis, comme si je n'étais pas là. J'étais aussi insignifiant qu'un grain de poussière sur une étagère. Puis ce "Franchement" était lourd de sous-entendu. Comme si le fait que j'étais venu jusqu'à elle pour la défier ... enfin comme si Madame était bien trop importante pour perdre son temps avec moi. Elle devait être en A, après tout, elle avait l'air prétentieuse et hautaine. Mais ... en même temps, j'avais un peu mal au cœur pour elle. Ce comportement devait cacher une blessure sérieuse. Blessure ... tout le monde en avait eu, certains plus que d'autres. Après tout, je ne savais pas ce que cette fille avait vécu, mais ça devait être terrible pour qu'elle s'acharne sur les autres. Cette attitude était, cependant, intolérable et pourtant au fond de moi, j'avais de la peine pour elle. Mais son regard me laissait cependant perplexe, il n'était que ... sombre. Elle se tourna une nouvelle fois vers moi et je craignais le pire.
- Désolé, c'est juste que je n'ai pas trop bien dormis cette nuit... Tu sais, je ne voulais pas pour Shiro mais je ne sais pas ce qu'il t'a raconté... En fait, il a un peu commencé : on s'est bousculé. J'étais énervée et j'ai râlé. C'est lui qui a commencé à m'humilier... Oh excuse moi, je ne devrais pas parler en mal de ton ami. D'ailleurs, ça fait longtemps que vous vous connaissez? 

Elle avait parlé d'une voix douce et me souriait en me regardant droit dans les yeux. Pourtant, en mon for intérieur, je ne savais pas si je pouvais lui faire confiance. Après ce qu'elle venait de dire et connaissant Shiro, elle devait essayer de jouer la jeune fille innocente, celle qui ne demande rien à personne et que tout le monde martyrise. Je ne savais si je devais rentrer dans son jeu, ou simplement être honnête. Avec elle, la moindre parole pourrait se retourner contre nous, devenir une preuve et nous être fatale. Il fallait vraiment que je pèse mes mots. Cette situation me rappela un film avec Keanu Reeves et Al Pacino ... c'était quoi le titre ... ah oui! "L'associé du diable". Le Diable parlait d'une voix douce, chaleureuse et faisait que les rêves se réalisent ... mais à quel prix. J'avais l'impression d'avoir ... le Diable ... en jogging moulant sous les yeux. Malgré son apparence, j'avais l'impression que cette fille allait me dévorer tout cru. Comme quoi les poupées au teint de porcelaine peuvent se révéler diaboliques. Je me disais qu'être gay, me sortait d'un sacré pétrin. Les filles pouvaient se révéler cruelles et sans pitié. Je lui lançais un regard gentil et lui fis un large sourire.
- Ecoutes, tu es mignonne, mais je le connais depuis assez longtemps pour savoir qu'il n'aurait jamais commencé quoi que ce soit. 

Il fallait que j'en révèle le moins possible, pour pas que ça puisse se retourner contre lui, ni contre la jeune fille qu'il avait rencontrée. Après tout, peut-être la connaissait-elle? Je devais être simple, clair et efficace. 
- Je ne sais pas ce que tu comptes lui faire, mais je préfère te prévenir. Il n'est pas seul. Tente quelque chose et tu me trouveras sur ta route. Je sais que je n'ai pas une carrure à faire peur et je n'aime pas être méchant. Je déteste la violence. Je ne te connais pas, et je me doute que juste le fait de me parler te débecte. Mais voilà, malgré tout, j'aimerais savoir pourquoi tu te comportes ainsi.

Je venais de m'emballer et regrettais déjà mes paroles. Je savais très bien qu'elle ne répondrait pas. Elle m'ignorerait encore ou bien pire, me lancerait une gifle ou que-sais-je encore. Mais pourtant, j'avais l'impression qu'elle avait enduré les pires souffrance. Peut-être avait elle un passé, aussi difficile que celui de Shiro. Malgré sa méchanceté, j'avais de la compassion pour elle. Peut-être qu'être trop gentil, au final, me perdrait un jour.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Sam 23 Mai - 21:44
La classe A permettait à Nao d'être hautaine et de snober les gens comme elle adorait le faire. C'est vrai. Qu'était le rang A? Le meilleur, l'excellence, la perfection. Tout cela correspondait à merveille à la jeune femme et il était facile de le voir, de le remarquer. Toutefois, le plus dur lorsqu'on parlait à Nao n'était pas de savoir de quel rang elle était ou même sa spécialité ce qui était simple vu l'importance qu'elle apportait à ses vêtements, mais bel et bien de savoir comment elle réagirait face à nos paroles.
La Rochefoucauld, auteur du XVII ème siècle, dit un jour la maxime suivante : "La réconciliation avec nos ennemis n'est qu'un désir de rendre notre condition meilleure, une lassitude de la guerre et une crainte de quelque mauvais événements". Nao Iwa Inoue, quant elle proclame a toujours pensé que ce réconcilier avec nos ennemis était une marque de faiblesse. D'une lassitude de combattre, certes, mais de faiblesse d'esprit. On ne s'incline pas contre l'ennemi. Toutefois, son coeur, son côté affective et attachante manque cruellement d'affection et se disputer continuellement avec le monde entier la fatigue, l'abime presque. Elle continue d'avancer mais ne souhaite que lâcher prise, se laisser aller. Cependant, jamais elle ne le ferait devant les autres, raison pour laquelle elle avait si violemment repoussé Shiro lorsqu'il l'avait prit dans ses bras. Face à ce jeune homme dont elle ne connaissait pas le nom et qui était assez séduisant tout de même, parce que oui, elle n'en oubliait pas ses hormones, elle ne savait pas vraiment comment réagir. Alors, elle le laissa parler. Puis, lorsqu'il eut fini, un sourire narquois et terriblement inquiétant pour toute personne la connaissant un minimum et sachant qu'elle se préparait à un mauvais coup, s'afficha sur son visage. Elle descendit de la machine, s'approcha de lui et passa doucement son doigt sur son bras.

- Je sais que je suis mignonne.

Elle lui fit un léger bisou sur la joue et se détourna de lui afin de se diriger vers une autre machine, une de traction. Oui, elle savait parfaitement ce qu'elle comptait faire. Elle allait se servir de lui comme elle l'avait prévu pour s'en prendre à Shiro mais pas en le séduisant. Non, elle ferait bien pire, elle deviendrait son ami. Et puis, bam, quand il se sera attaché à elle, elle brisera tout ça. Non seulement elle lui fera mal, à lui et à Shiro mais en plus de ça elle leur montrera qu'il ne vaut mieux pas s'approcher d'elle, qu'il ne faut pas essayer d'être son ami. Oui, elle en était sûre. Nao allait faire ça sans s'occuper du mal et de la naïveté qu'elle briserait. Toutefois, la brunette devait faire attention, elle pourrait tomber dans son propre piège et tenir à lui. Non, elle ne voulait pas d'ami et elle n'en aurait pas.

- Pense ce que tu veux, je m'en contrefous. Mais sache qu'il a fait quelque chose d’impardonnable et que je ne laisserais pas ça impuni. Il me le payera.

Après avoir dit ces quelques mots, Nao le fixa intensément. Sa vie était loin d'être rose mais elle n'était pas noire non plus. Il y avait pire qu'elle dans le monde c'était juste... elle était faible. La vérité était là, elle avait beau se persuader et prétendre le contraire elle était faible. Elle n'arrivait pas à surmonter quelques épreuves, certes horribles mais surmontables, alors que des gens vivaient cent fois pires. Et pour ça elle s'interdisait de faiblir devant les gens, parce que sa rage avait prit la place sur sa joie de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Dim 24 Mai - 22:32
Cette fille me donnait de plus en plus la chair de poule. Je commençais à regretter mon impulsivité. Elle me mettait pas à l'aise, d'une parce que son regard laissait sous-entendre le pire et de deux parce qu'elle avait l'air imprévisible. Étant nouveau, je n'avais jamais entendu parlé d'elle, donc je ne savais pas si elle avait des antécédents et au pire, je m'en moquais. Je préférais me faire une opinion par moi-même, découvrir petit à petit qui elle était. Du peu que je la connaissais, c'est-à-dire depuis moins d'une demi-heure, j'avais l'impression qu'elle avait une personnalité ambiguë. D'abord, elle m'ignorait royalement, puis elle rejetait la faute sur Shiro, en se faisant passer pour la victime. Maintenant elle souriait, mais son sourire n'était pas franc et cachait des choses ... beaucoup de choses. Elle descendit de la machine et s'approcha dangereusement de moi. Elle était près. Elle me passa un doigt sur le bras, comme le font les filles intéressées. Je déglutis.
- Je sais que je suis mignonne.

Elle me déposa un rapide baiser sur la joue et se dirigea vers une autre machine. Un frisson me parcouru et je tremblai. Elle avait été ... beaucoup trop près. Si elle savait que ce baiser m'avait fait l'effet ... d'une pichenette sur le ventre d'un tyrannosaure, ... elle serait peut-être déçue. Enfin il m'avait fait un peu d'effet, mais peut-être pas celui qu'elle escomptait. J'avais été surpris par ce geste et il me faudrait un peu de temps. ... WAIT! ... elle venait de m'embrasser ... la joue, certes, mais tout de même. Je commençais à vraiment être perdu.
- Pense ce que tu veux, je m'en contrefous. Mais sache qu'il a fait quelque chose d’impardonnable et que je ne laisserais pas ça impuni. Il me le payera.

Il fallait qu'on m'explique. Cette fille changeait d'humeur aussi vite qu'une goutte d'eau disparaît dans l'océan. Tiens c'est poétique ça ... faudrait que je la dise à Shiro. Il serait sûrement fier de moi. Bref je m'égarais. Elle m'embrasse et maintenant c'est limite si elle profère une menace, pas contre moi, mais contre mon meilleur ami. Je secouai la tête pour me remettre les idées en place et essayer de comprendre. Mais en fait, je ne sais même pas pourquoi je me casse la tête, il n'y a rien à comprendre. Elle est dipolaire ou que sais-je. Un moment, elle est fragile, le moment d'après, elle devient une peste, ensuite elle est adorable, pour enfin me casser du sucre sur le dos. Les filles étaient vraiment étranges. Je respirais un grand coup. Je voulais vraiment comprendre pourquoi elle s'en prenait à Shiro et qu'est-ce qu'elle lui reprochait. Je me tournais vers elle en lui faisant un grand sourire et tirai le banc d'entraînement pour le mettre face à elle. Puis je m'assis et la regardais droit dans les yeux.
- Bon, on va reprendre du début. Je me doute que tu t'en contrefous aussi, mais je m'appelle Taiki Oguri. Tu me répondras si tu veux, ou tu le balayeras d'un revers de main. Je suis monté sur mes grands chevaux et je m'en excuse. Pareil, tu acceptes ou refuses. Je veux juste connaître ta version des faits. Et ne me fais pas de réponse du genre "oui mais de toute façon, tu t'en fous, tu es de son côté à lui ... et blablabla.".


En même temps que je parlais je faisais des mimiques. J'allais paraître ridicule à ses yeux et tant pis, peut-être que j'allais la faire rire. J'en doutais au plus haut point mais bon, qui ne tentes rien n'a rien. Au pire je me prendrais une gifle. C'est la vie mon ami.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Lun 25 Mai - 17:22
Si Nao était aussi déstabilisante c'était tout d'abord parce qu'on ne savait jamais comme elle allait réagir. Elle était capable du meilleur comme du pire. Elle était tout simplement imprévisible. En effet, la jeune femme avait toujours eu le don de changer d'humeur et de façon d'être en un claquement de doigts. Elle pouvait être hyper agressive, à crier, à hurler même, à s'énerver et puis, d'un coup, devenir câline à faire des câlins et des bisous à tout me monde. En réalité, elle était terriblement tactile alors soit c'était à travers la haine et dans ces cas-là elle pouvait frapper, avec plus ou moins de force selon les personnes, soit c'était à travers l'amitié et dans ces cas-là elle était toujours dans les bras de l'autre personne ce qui était relativement étrange venant d'elle. Nao savait parfaitement qu'elle mettait l'inconnu mal à l'aise mais le laissa venir à elle et lui relancer la conversation arrêtée depuis quelques instants de lui-même. De toute manière, il était venu ici pour une chose et elle doutait qu'il repartirait avant de l'avoir eut. Il avait prit le banc, s'asseyant pile face à elle. Nao soupira longuement.

- Quoi? Qu'est-ce que tu veux hein?

Demande-t-elle exaspérée par son insistance. Puis, il commença à parler et elle l'écouta attentivement. Elle n'arrêtait pas de faire ses tractions pour autant : au moins elle le déconcentrerait peut-être et perdrait le fil de sa tirade. Une fois qu'il eut finit, la belle Inoue resta de longues minutes sans répondre, le fixant simplement. Elle avait arrêté son sport et était droite. Elle ne savait pas réellement ce qu'elle était censée lui répondre. Puis elle se leva soudainement, brisant le lien de leurs regards.

- Ma version des faits? C'est exactement la même que la sienne. Tu t'entendais à que je te dise quoi? Que je te donne une explication logique et rationnel ? Eh bien désolé de te décevoir chéri mais j'en ai pas. J'ai fais ça parce que j'en avais envie, parce que selon mes principes il le méritait. Tu peux être d'accord avec ça, ou non, peu m'importe. C'est ma vie. Pas la tienne. Tu le comprends ça ? Mêlez vous de vos vies ! Ce n'est pas parce qu'elles sont ennuyantes à mourir que vous êtes obligés d'essayer de me comprendre. Même si je vous laissez faire vous n'y arriveriez pas alors et ceci vaut pour toi et pour ton meilleur ami, ne m'approchez plus ! Je ne veux pas vous voir, je ne veux pas vous parler ni même entendre parler de vous. Qu'il ne m'approche plus et je me tiendrais tranquille mais selon moi on ne prend pas les gens, des inconnus surtout dans ses bras quand on a un minimum d'éducation.  

Plus elle parlait, plus elle devenait venimeuse, plus elle crachait ses phrases. Elle n'était pas énervée : non elle était furieuse. Comment se permettaient-ils de ... ? Argh ! Elle marcha vite pour rejoindre le coin boxe, attrapa des gants en passant et se mit à cogner dans le sac de sable . Elle frappait sans s'arrêter, déversant sur ce pauvre sac de boxe toute sa haine et sa colère. S'il y avait bien un sport que Nao évitait était bien celui-ci puisqu'elle était trop faible physiquement. Elle voulait arrêter, s'écrouler à terre et se refermer sur elle-même mais elle ne le ferait pas, pas tant qu'il serait là.

- Dégage ! cracha-t-elle tout en s'arrêtant mais en se tenant au sac.  
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Mar 26 Mai - 14:47
Elle continuait son sport comme si de rien n'était mais semblait attentive. Je ne sais si le fait de faire des tractions avait un but quelconque à me déconcentrer, mais intérieurement ça me fit sourire. Puis elle s'arrêta et me regarda sans bouger. Je ne savais comment le prendre. Nous restâmes quelques minutes ainsi, puis elle se leva subitement, ce qui me surpris. Comme pour couper court à la discussion. Tout en me tournant le dos, elle reprit la parole.
- Ma version des faits? C'est exactement la même que la sienne. Tu t'entendais à que je te dise quoi? Que je te donne une explication logique et rationnel ? Eh bien désolé de te décevoir chéri mais j'en ai pas. J'ai fais ça parce que j'en avais envie, parce que selon mes principes il le méritait. Tu peux être d'accord avec ça, ou non, peu m'importe. C'est ma vie. Pas la tienne. Tu le comprends ça ? Mêlez vous de vos vies ! Ce n'est pas parce qu'elles sont ennuyantes à mourir que vous êtes obligés d'essayer de me comprendre. Même si je vous laissez faire vous n'y arriveriez pas alors et ceci vaut pour toi et pour ton meilleur ami, ne m'approchez plus ! Je ne veux pas vous voir, je ne veux pas vous parler ni même entendre parler de vous. Qu'il ne m'approche plus et je me tiendrais tranquille mais selon moi on ne prend pas les gens, des inconnus surtout dans ses bras quand on a un minimum d'éducation.

Shiro, dans une lettre, m'avait fait part de ce détail. Je le connaissais assez pour savoir que ce n'était pas une simple pulsion. Il voulait vraiment aider cette fille, et je commençais à me rendre compte, que malgré tout, je le voulais aussi. Malgré ce qu'il s'était passé, Shiro avait un coeur énorme et il ne voulait de mal à personne. Elle avait l'air furieuse et encore, c'était peu dire. Je n'avais jamais vu personne dans cet état et ça me fis un peu peur. Encore une fois je m'étais mal exprimé et j'avais bourdé. J'avais envie de lui dire qu'elle ne nous connaissait pas et que tout le monde n'avait pas la vie rose. Mais je ne voulais pas enfoncer encore plus. C'était la première fois que je mettais une fille en colère à ce point. Je ne savais plus quoi faire. J'avais tellement de choses à lui dire, à lui avouer, mais ça n'aurait servi à rien, elle n'aurait pas écouter. Je lui aurais dit que Shiro ne l'avait pas pris dans ses bras, par pitié. Il l'avait seulement fait pour qu'elle se sente mieux et évite de penser que le monde entier contre elle. Elle marcha d'un pas rapide jusqu'à un coin, où se trouvait des affaires de boxe. Elle enfila des gants, se positionna vers le sac et commença à le frapper et le frapper, sans s'arrêter. J'avais peur qu'elle se fasse mal.
- Dégage !

Elle s'était retournée vers moi, avec un regard mauvais, après avoir arrêter le sac. Je savais que je devais l'écouter et partir, mais je n'en avais pas envie. Elle avait l'air furieuse et en même temps, encore plus fragile. J'étais désemparé. Ses actions étaient le fruit de ma faute. Je devais me rattraper mais comment. Avec elle, je ne savais comment me comporter. Je secouai la tête près à partir, après tout c'est ce qu'elle voulait. Puis j'eus un déclic. Si je partais, elle gagnerait et ça ne résoudrait rien. Je ne pouvais la laisser avec toute cette colère. J'avançai doucement vers elle, je savais ce que j'allais faire mais pas comment elle allait réagir. Tant pis, je verrais bien, mais une part de moi savait que je le regretterais. Alors qu'elle se reculait pour avoir une plus grande portée, je m'interposai entre elle et le sac. Elle me dévisagea. Je lui faisais maintenant face.
- Tu peux y aller, je ne crains rien. S'il te plaît, si tu ne veux pas parler, laisse-moi au moins prendre un peu de ta colère. Je ne te retiendrai pas. Shiro ne l'a pas fait pour t'humilier. Il s'y est peut-être mal pris. Mais s'il te plaît ne me tourne pas le dos à moi. Je veux t'aider.
J'étais le plus sincère que je pouvais. Je voulais réellement l'aider. Il ne me restait plus qu'à voir ce qu'elle allait faire, si elle allait saisir ma main, ou la rejeter. Façon de parler bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Ven 29 Mai - 22:28
Nao avait déjà été haineuse envers des personnes qui ne cherchaient pourtant qu'à l'aider. Toutefois, elle ne l'avait jamais autant été. Apparemment, en ce moment, la mode était de la pousser à bout, de souhaiter qu'elle montre "son côté humain" mais en avait-elle vraiment un ? Devant n'importe qui, elle aurait répondu que non. Pourquoi ? Pour la même raison que Clarke tue Finn ou envoie Bellamy en mission suicide dans The 100, l'une de ses séries préférées : "l'amour est une faiblesse". C'est une affirmation qu'elle a toujours suivis. Attention, lorsqu'elle parle d'amour elle parle de toutes les sortes d'amour qu'on peut avoir : fraternel, amical, ou amoureux. La vie a voulu qu'elle n'est pas d'occasion de ressentir le premier, que son coeur de pierre refuse le troisième et que sa fierté, sa dignité s'éloigne le plus possible du deuxième. L'amour est une faiblesse qu'on ne peut repousser indéfiniment pour la simple et bonne raison que cela devient fatiguant. En effet, même les plus dignes vous avoueront qu'on a tous un moment où se battre devient trop épuisant, où on veut jure arrêter, juste lâcher prise, fermer les yeux et se dire qu'au moment où on les rouvrira tout sera rentré dans l'ordre. Nao voulait fermer les yeux. Elle voulait se laisser aller, évacuer sa rage. Cette rage elle le refoulait depuis tant d'années qu'elle avait arrêté de compter. Oui, c'est ça : elle avait besoin que quelqu'un prenne le contrôle de sa vie.
Taiki s'était interposé entre le sac et elle et la belle Inoue avait donc du reprendre appui sur ses jambes et non plus sur le sac de boxe. Elle ne comprenait pas pourquoi il faisait ça, c'est vrai, elle ne le connaissait même pas et elle s'en était prit à son meilleur ami... Nao le regarda fixement dans les yeux avant de se rapprocher d'un coup de lui. Elle était proche et commença alors à le frapper d'un seul petit coup de poing sur le torse.

- T'es un idiot. Un putain d'idiot.

Dit-elle simplement de la voix la plus calme qu'elle pouvait. Elle attendit quelques instants et commença à le frapper, déchainant sa haine mais pourtant, son absence de vitalité ne la faisait pas frapper fort. Elle tomba même rapidement au sol, s'écroulant dans un silence pesant et humiliant. Lorsqu'elle fut au sol, elle sentit son coeur se serrait. Nao se montrait faible et elle n'avait pas le droit. Elle se l'était promis. Malheureusement son corps n'était apparemment pas d'accord. Elle sentit rapidement que les larmes lui venaient et enfouie sa tête entre ses mains, se recroquevillant sur elle-même, genoux contre la poitrine.

- Va. Je ne pourrais pas supporter que tu me voies dans cet état.

Réussit-elle, quoique très difficilement à dire en tremblant. Elle refusait qu'on la voit dans cet état : c'était catégorique. Vous connaissez ce moment où plus rien ne va ? Ce moment où vous explosez, où c'est trop tard, vous craquez ? Eh bien Nao était dans un de ces fameux moments, entrain de faire une crise. Le poids du passé était toujours présent même si elle tentait par tous les moyens d'affirmer et de faire croire le contraire. Elle était toujours partie du principe que son passé était du passé, qu'il n'avait plus d'impact sur son présent, qu'elle avait avancé mais la vérité c'est qu'on ne peut échapper à nos cauchemars : il faut apprendre à se battre en les utilisant, à en faire une force et non une faiblesse en les fuyant. Cette leçon, Nao était encore loin de la comprendre. En outre, elle était bien décidée à continuer telle qu'elle était, que cela plaise, ou non.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Lun 1 Juin - 23:09
L'amitié est quelque chose de fragile, mais elle peut aussi être forte et surmontée un grand nombre d'obstacle. Devant Nao, j'étais comme désemparé. Je me disais que si elle était dans cet état, là tout de suite, devant moi, c'est qu'elle n'avait peut-être personne vers qui se tourner et ça me rendit triste. Une citation de Tahar Ben Jalloun me revient en mémoire "L'amitié ne rend pas le malheur plus léger, mais en se faisant présence et dévouement, elle permet d'en partager le poids et ouvre les porte de l'apaisement." J'avais envie de lui faire partager. Même si elle se montrait méchante et agressive, je savais, qu'elle n'avait pas un mauvais fond. J'espérais qu'elle me montrerait son vrai visage, mais je me doutais que ça allait être difficile, voire impossible. J'avais l'impression de voir un petit animal blessé, qui ne veut plus faire confiance aux humains.
Nao continuait de me fixer et je ne la quittais pas non plus des yeux. Ce n'était pas un regard de défi que je lui lançais, c'était plus de la compassion. J'ai eu la vague impression qu'elle tremblait, mais ce n'était peut-être que mes yeux qui me jouait un tour. Elle se rapprocha petit à petit de moi et arrivé à quelques centimètres, elle me frappa doucement le torse. Je baissai la tête vers elle, mais elle regardait vers le sol et je ne pouvais voir son visage.
- T'es un idiot. Un putain d'idiot.

Ce fut les seuls mots qu'elle prononça, d'une voix calme, comme si rien ne la touchait. Mais à cet instant, son geste avait plus d'impact que sa parole. Quelques secondes s'écoulèrent, puis elle commença à me frapper encore et encore. J'avais l'impression de sentir les coups, mais plus à causes des vibrations, que des coups eux-mêmes. J'avais l'impression qu'elle était à bout de force et que c'était la rage, qui la tenait debout. Je commençais à m'inquiéter de plus en plus. C'est alors qu'elle tomba d'un coup. Elle se recroquevilla, en dissimulant son visage dans ses mains. Elle était dans une position de faiblesse. Je ne la connaissais pas, mais du peu que j'avais vu, elle n'était pas du genre à montrer ses émotions, en tout cas, pas la tristesse. Je commençais à m'en vouloir de m'être montrer aussi insistant, mais peut-être, qu'elle en avait besoin ... ou peut-être pas.
- Va. Je ne pourrais pas supporter que tu me voies dans cet état.

Elle tremblait, j'en étais maintenant sûr. Elle faisait encore plus frêle dans cette position. Elle m'avait une nouvelle fois demander de partir. Cette fois-ci, je ne pouvais refuser. Je l'avais poussé à bout et n'en étais vraiment pas fier. Je culpabilisais et préférais tourner les talons. Je l'évitais tout doucement et m'avançais vers la sortie. "Toutes les batailles de la vie nous enseignent quelque chose, même celles que nous perdons." Paulo Coelho avait dit cela un jour et je comprenais enfin le sens de sa phrase. Je venais de perdre contre Nao Inoue, car tel est son nom. J'avais perdu contre elle, j'avais été mauvais et je le regrettais. Elle avait gagné et s'était renfermée, elle ne dirait plus rien. Non! il fallait que j'agisse une dernière fois, quitte à tout risquer. Une dernière petite fois, un dernier geste qui pourrait peut-être faire la différence. Je refermais la porte et retournais sur mes pas. Elle était toujours là, assise par terre, comme un petit oiseau blessé. Je me rapprochais d'elle, en silence. Je me mis dans son dos et m'accroupis. Sans vraiment réfléchir à ce que je faisais, je passais mes bras autour d'elle et l'enlaçais. Je me doutais que j'allais payer pour ce geste, comme Shiro, en somme. Elle allait sûrement me repousser. J'aurais aimé être plus optimiste mais avec elle, je ne savais pas à quoi m'attendre. J'espérais qu'elle me fasse un minimum confiance et se blottisse dans mes bras, mais je savais que je me fourvoyais.
- Laisse-toi aller. Il n'y a personne, nous ne sommes que tous les deux. Si tu veux parler, je suis là. Je veux vraiment t'aider. Alors s'il te plaît, ne me rejette pas.

Je renouvelais mon vœux d'être présent pour elle. Qu'elle me frappe, fut un exploit, elle ne m'avait pas totalement ignoré et avait un peu laissé de sa colère sortir. Inconsciemment, je réalisais, que je n'avais pas vraiment perdue la partie. Il ne restait qu'à elle de décider de la suite des événements. Je voulais être le Xander de cette Willow là, quand elle est imprégnée de toute la colère du monde. Je voulais qu'elle m'ouvre les bras et qu'elle me laisse prendre soin d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Jeu 4 Juin - 13:49
Non... Non, elle ne voulait pas de ça, ce n'était pas ce qu'elle voulait. Ou peut-être qu'au contraire elle en avait eut trop envie. Comment avait-elle pu en arriver là ? Comment elle, la belle, la grande, la magnifique Nao Iwa Inoue, la garce respectée et crainte avait-elle pu se laisser aller à ce point ? Elle en était à présent à courir. Courir jusqu'à tomber, jusqu'à ne plus pouvoir, jusqu'à user de la totalité de ses forces, quoiqu'il lui en reste déjà très peu. La jeune femme se moquait bien à cet instant de transpirer, de paraitre folle ou n'importe quoi d'autre. Elle avait juste envie d'oublier ce qu'elle venait de faire. Elle avait juste envie d'effacer cette humiliation qu'elle avait subite. Pourtant, pourtant, elle ne l'a regrettait que de moitié.
En effet, comme elle l'avait espéré, Taiki avait fini par l'abandonner, là, seule au sol, recroquevillée sur elle et presque en pleur. Enfin, elle pensait que c'était le cas. Alors que Nao se pensait finalement seule pour se livrer le combat intérieur auquel elle faisait face, elle avait sentit deux bras l'entourer délicatement. Au début, elle avait pensé à résister, sincèrement, elle ne comptait absolument pas se laisser faire. Mais... Ses mots l'apaisèrent un peu. c'est vrai, ils n'étaient que deux dans le gymnase alors pourquoi ne pourrait-elle pas se laisser un peu aller, même seulement quelques secondes...
Sans savoir pourquoi, un texte nommé Lelius ou l'Amitié de Cicéron s'insinua en elle : " Quoi de plus agréable que d'avoir quelqu'un à qui l'on ose tout raconter comme à soi-même ?" , "l'amitié [...] n'admet ni la démoralisation des esprits ni leur capitulation". En vérité, Nao n'avait jamais eu la chance de s'attacher, de connaître ses bien faits de l'amitié dont Cicéron fait les louanges. Il est vrai qu'en littérature, ce sujet est très souvent abordé que ce soit dans les textes ou auprès des auteurs eux-mêmes : Montaigne et La Boétie dont l'union était si forte que même après leur mort, leurs âmes sont encore liées ; Les deux amis de La Fontaine, Jeannot et Colin de Voltaire et bien d'autres encore. La jeune femme se retourna lentement pour regarder celui qui la tenait dans ses bras. Elle hésitait encore... De toute manière, au point où elle en était, ce n'était pas quelques instants de répits qui la tuerait. Ou peut-être que si, mais elle était trop faible pour s'en soucier. Sans même s'en rendre compte elle enfouit son visage dans le cou de celui qui devrait pourtant être son ennemi étant l'ami de ce Shiro. Elle agrippa son haut de ses doigts avec le peu de force qui lui restait et se blottit contre lui, fermant les yeux.

- Mh... Pourquoi tu fais ça ?

Murmure-t-elle doucement au creux de son cou. Sa respiration se calmait lentement comme celle d'un bébé qu'on tente d'apaiser après une colère ou un cauchemar. Elle n'en était pas si loin en fait. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle lui fit un léger bisous sur la joue de manière à le remercier puis s'immobilisa. Mais merde qu'est-ce qu'elle était entrain de faire ?! Elle était prête à lui parler mais quelle idiote ! Depuis quand elle se laissait aller ? Ce garçon pouvait raconter ce qu'il venait de se passer à qui il voulait et elle le savait parfaitement. La jeune Inoue le poussa d'un coup en se relevant. Vraiment... Elle était vraiment imprudente. Montrer deux fois son humanité en moins d'une semaine ?! Lorsqu'elle fut debout et Taiki à terre, elle le fusilla du regard.

- Je te jure que si tu racontes ce qu'il s'est passé à qui que ce soit, tu me le payeras. Je... Je ne veux pas de ton aide alors si tu ne tiens pas à que Shiro change de pensionnat pour harcèlement, je te conseillerais de ne rien dire.

Pourquoi s'en prenait-elle à Shiro et non Taiki ? Elle n'en savait rien mais c'était ainsi. Peut-être voyait-elle en le jeune Oguri un potentiel ami ? "Non mais n'importe quoi moi ! Je divague complétement !" pensa-t-elle en se mettant à courir. Oui, elle voulait courir, elle avait besoin d'échapper à ce qu'il venait de se passer. Non... Non, elle ne voulait pas de ça, ce n'était pas ce qu'elle voulait. Ou peut-être qu'au contraire elle en avait eut trop envie...
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Jeu 4 Juin - 14:42
J'avais l'impression qu'elle allait finir par craquer, se laisser aller et se confier à moi. Elle resta un instant sans bouger. Je la serrais toujours dans mes bras. Elle se tourna doucement vers moi et me regarda. Elle resta quelques secondes ainsi puis elle se blotti contre moi, mettant son visage dans mon cou. Je l'étreignis un peu plus fort. Elle avait peut-être besoin de cela et peut-être que personne ne lui avait jamais proposé. Je me sentais un peu gêné d'être si proche d'une fille, d'une personne même, mais son geste me rassura et me conforta dans mon idée. Elle n'était pas si méchante et elle aussi avait un cœur, aussi dur qu'elle voulait le faire paraître, elle en avait un. Pourquoi fallait-il qu'elle se renferme autant et rejette tout le monde? Je sentis ses doigts m’agripper et elle se cala contre moi, comme si elle allait s'endormir.
- Mh... Pourquoi tu fais ça ?

Je baissais la tête vers elle et la regardais. Sa voix était douce et calme. Elle ne semblait pas pleurer, mais je sentais qu'elle était comme épuisée.
- Tout ce que je veux, c'est t'aider, comme je te l'ai déjà dit. Je veux que tu me fasses confiance.

Elle gigota et se releva un peu. Elle me tourna la tête et m'embrassa délicatement la joue. Rien à voir avec son premier baiser, qui était plus comme une provocation. Celui là était doux, comme une promesse, un remerciement. J'avais donc réussi à l'apaisé. Elle se bloqua un instant, comme si elle réfléchissait. Son regard était redevenu noir. Je commençais à paniquer. Elle me repoussa violemment et se releva en vitesse. Elle me regarda comme au début de notre rencontre. Ses yeux était froid et plus aucune émotion n'y apparaissait.
- Je te jure que si tu racontes ce qu'il s'est passé à qui que ce soit, tu me le payeras. Je... Je ne veux pas de ton aide alors si tu ne tiens pas à ce que Shiro change de pensionnat pour harcèlement, je te conseillerais de ne rien dire.


Après cela, elle partit en courant, me laissant seul. Je m'étais retrouvé assis par-terre. Je pris ma tête entre mes mains et me mis à rire. Heureusement que personne n'était là, j'aurais pu passer pour un fou. Elle m'avait finalement repoussé, mais elle m'avait aussi ouvert les bras. Certes, elle ne s'était pas confiée, mais je savais qu'elle s'était retenue, sinon elle l'aurait fait. Sa menace ne me faisait aucunement peur, car au fond de moi, je me doutais qu'elle savait que je ne dirais rien. Son hésitation l'avait trahie. Par contre, le fait qu'elle me menace en utilisant Shiro et non en voulant se venger sur moi m'intriguait. Enfin, peut-être qu'un jour je la recroiserais. Je me relevais en m'époussetant. Je rangeai les gants de boxe qu'elle avait laissé tomber, à l'endroit prévu à cet effet. Avançai vers la porte et la tint car une jeune fille voulait rentrer. Elle me remercia et je la refermai derrière elle. Puis, je repartis vers ma chambre pour prendre mes affaires et aller en cours, comme si de rien n'était. Cette rencontre resterait entre nous, je lui en fis la promesse, comme si elle pouvait m'entendre la prononcer. Je relevai la tête et regardai en direction du ciel bleu. Je souris et couru jusqu'à ma chambre.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri] Jeu 4 Juin - 15:05
Le sujet étant terminé, je l'archive. De plus, 10 Okanes vous sont offert pour avoir balisé le sujet.

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri]
Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] "La vengeance est un plat qui se mange froid." [Nao Inoue & Taiki Oguri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Terminés.-