RSS
RSS



 

Partagez|

La tendresse peut-être une arme redoutable lorsque nous sommes face aux bonnes personnes. [Nao Inoue & Taiki Oguri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: La tendresse peut-être une arme redoutable lorsque nous sommes face aux bonnes personnes. [Nao Inoue & Taiki Oguri] Mar 9 Juin - 8:39
Cela faisait quatre jours que j'avais eu la "confrontation" avec Inoue Nao. J'étais encore un peu déboussolé par son attitude. Un moment elle est câline et l'instant d'après elle me rejette une nouvelle fois. Je secouai la tête pour me changer les idées et me levai. Comme tout les matins, je me préparai et allai rejoindre Shiro devant la salle pour aller en cours. La journée passa rapidement. Après les cours, comme à mon habitude, je passai en coup de vent, saluai un de mes colocataires, pris mon matériel de dessin et repartis en fermant la porte. Attend! il était en train de faire ses valises non?! Je secouai la tête, j'avais du mal voir. Je me dirigeai vers la porte qui menait au toit, inspirai et la franchis. Je grimpai les escaliers quatre à quatre. Arrivé en haut des marches, je poussai le dernier obstacle qui me séparait encore de mon petit atelier, puis j'allai me mettre à la rambarde. Je me souvins de mes retrouvailles avec Shiro, sur ce même toit, qui n'avait eu lieu il n'y avais pas si longtemps. Je regardais les gens en bas, j'avais une belle vue et je ne voulais pas la perdre. Je m'assis donc par terre en passant mes jambes entre les barreaux et les laissaient pendre. Je posai mon sac à côté de moi, sorti un petit paquet de biscuit que je grignotai tranquillement. Je mis l'emballage dans ma poche, m'essuyai les mains sur mon uniforme et sorti mon carnet et un crayon. Je ne savais pas vraiment ce que j'allais dessiner, peut-être seulement un arbre. J'avais envie d'être un peu plus inventif. Je mis la petite machine à idées délirantes qu'était mon cerveau et laissait aller ma main sur le papier. Au bout de quelques minutes, mon dessin commençait à prendre forme. On aurait dit un homme avec des pattes de chats, une tête d'oiseau et une queue de singe. Ce personnage était vraiment bizarre. Ça me fit sourire, je me demandais vraiment où j'allais chercher ça. Je continuai encore plusieurs heures. J'avais dessiné un lapin avec une frange, qui jouait à la console, une souris avec un appareil photo devant une fleur, un poussin tout sérieux avec une pile de livre à côté et plein d'autres animaux rigolos, comme un mélange entre un écureuil et un panda. Alors qu'il commençait à faire frais, je rangeais mes affaires et retournai dans ma chambre. Il n'y avait plus personne à part un mot d'un de mes colocs m'annonçant qu'il allait rentrer très tard. Je mis le petit message sur son bureau et allait m'installer au mien. J'allumai mon ordinateur, enfilai ma paire de lunette et commençai mon exploration du web. J'allai sur un site de manga, pour voir quand sortirai les prochains tomes de ma série préférée. Puis je cliquais sur Youtube et mis un peu de musique. J'ouvris un nouvel onglet et fis des recherches sur un peu tout et n'importe quoi. Je décidais enfin à aller sur Facebook, j'avais 21 notifications. Les gens disaient vraiment tout ce qui leur passait par la tête. Non mais mettre un singe sur un vélo ... hahahaha en fait c'est super drôle. Bref, j'allais sur Monster World, m'occuper un peu de mon jardin, je suis un gamin et alors. J'aime bien planter des fleurs et en cueillir. J'étais en train de jouer quand une notification, m'apprenant que j'avais reçu un message, apparue. Je cliquais me demandant qui ça pouvait bien être. Si je n'étais pas assis, je serais tombé sur les fesses. Nao! Je cliquai pour ouvrir le message et me rapprochai, comme si le message allait être différent. Non, non, je ne rêvais pas, c'était bien Nao et elle "me menaçait". C'était mignon, alors comme ça, j'avais dû lui faire une sacrée impression pour qu'elle insiste. Je lui répondis et une conversation s'ensuivit. La plupart du temps, je rigolais comme un forcené. Cette fille me faisait beaucoup rire et m’intrigua de plus en plus. Elle était sérieuse, alors elle allait vraiment venir. Il fallait que je me prépare au meilleur comme au pire et j'allai relever mon propre défi. Je me mis devant le miroir et me regardai de la tête au pied. Cela pouvait paraître prétentieux, mais c'était juste pour me donner un peu de courage. Il fallait que je trouve un plan, ou quelque chose, qui l'entraînerait dans mes bras. Dis comme ça, ça pouvait prêter à confusion. Elle ne m'intéressait pas du tout physiquement, c'est plus que j'aimais le défi de son caractère qui m'intéressait et aussi parce que j'avais vraiment envie d'apprendre à la connaître. Alors que j'étais perdu dans mes pensées, j'entendis un pas dans le couloir se rapprocher dangereusement de ma chambre. Vu l'heure qu'il était, il régnait un silence d'église dans les couloirs et les moindres pas résonnaient. La personne s'arrêta et frappa trois coups secs. Je me levai doucement et allai ouvrir la porte. Derrière se trouvait une Nao, sûre d'elle, qui me regardait froidement.
- Bonsoir, ça va depuis 5 minutes?

 
Je me poussai pour la laisser passer. Je m'assurai que personne n'était dans le couloir et refermai la porte derrière elle. Le jeu allait enfin commencer.

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La tendresse peut-être une arme redoutable lorsque nous sommes face aux bonnes personnes. [Nao Inoue & Taiki Oguri] Mar 9 Juin - 21:23
A chaque fois que quelqu'un la regardait bizarrement, que ce soit dans les couloirs, en classe ou au réfectoire, depuis quatre jours, Nao avait l'impression que ce qui s'était passé dans le gymnase avec ce Taiki Oguri avait été révélé. Bon dieu, elle en devenait parano. Pourtant, ce n'était pas dans ses habitudes. Depuis quand elle s’inquiétait pour des choses aussi futiles ? Enfin non, ce n'était pas futile puisque c'est sa réputation qui était en jeu. Bon, d'accord, peut-être qu'elle en faisait un peu trop mais quand même ! Cette rencontre l'avait totalement chamboulée... Elle s'était montrée si faible ... En fait, elle ne savait pas vraiment ce qui lui été passé par la tête. Habituellement elle ne craquait pas et jamais devant un spectateur, qui qu'il soit. Il s'agissait donc d'un véritable mystère pour elle. Elle ne comprenait pas mais surtout, surtout : elle s'était sentie si bien dans ses bras. C'était d'ailleurs étrange. Non pire encore totalement inacceptable. Pourquoi se rappelait-elle de tout ce qu'elle avait ressentit ? " Non stop Nao. Tu ne dois pas t'attacher à lui, vous ne pouvez pas être amis : il pactise avec l'ennemi". De manière à ne pas s'attarder sur ce souvenir et quoique ce soit en rapport, la belle Inoue monta au toit, et dans un coin elle mit son groupe préféré : Tokio Hotel, écouteurs dans les oreilles, musiques à fond , lunettes de soleil, bouillotte sur le bas ventre pour éviter d'avoir trop mal puisqu'elle avait ses règles depuis le matin même. Il faut dire que lorsque Nao avait ses règles, c'était très souvent douloureux. Elle était recroquevillée sur elle-même et en dépit du fait qu'elle voulait absolument ne pas réfléchir, elle réfléchissait à de nombreuses choses mais principalement à ce qui c'était passé. Non, stop la paranoïa. Nao se connecta sur Facebook et, après une longue hésitation, tapa "Taiki Oguri" dans la barre de recherche en espérant qu'il aurait ce nom pour son compte. Une fois qu'elle fut dessus, elle envoya un message blindé de menaces mais, au moins, elle serait enfin fixée si oui ou non il avait répété toute cette histoire.
Au bout d'à peu près quatre heures de conversation avec le jeune homme, Nao était bien décidée à lui prouver qu'elle voulait qu'il sorte de sa vie, que ce soit vrai ou non : lui parler devenait trop dangereux. Il avait réussi à lui faire avouer qu'elle avait apprécié et ce n'était que le début. Lorsqu'ils se mirent d'accord sur le fait qu'il aurait une demi-heure pour faire en sorte qu'elle lui réclame un câlin, elle coupa son portable ainsi que sa musique et réalisa qu'elle était vêtue d'un short et d'un t-shirt à manche longue. Merde, elle était frigorifiée... La brunette se dépêcha de sortir du toit, de descendre les escaliers pour arriver au dortoir des garçons et de trouver la chambre 51. Quand elle fut devant la porte, Nao eu quelques instants d'hésitation : elle pouvait encore faire demi-tour... Non ! Sa fierté était en jeu ! Après s'être mordillée violemment la lèvre inférieure, elle frappa trois légers coups sur la porte de manière à qu'il n'y ait pas grand monde qui l'entende. Puis, Taiki lui ouvrit et elle entra, affichant un visage indifférant et froid tout comme sa voix glaciale lorsqu'elle se mit à répondre.

- Commence pas ironiser. Si tu m'énervais il y a cinq minutes, tu m'énerves encore. Bon, vivement que la demi-heure passe comme ça tu sors de ma vie, tu me parles plus et je pourrais rentrer me mettre au chaud dans mon lit.

Froide, certes, injuste aussi puisqu'elle ne lui laissait pas de chances, pour elle tout était déjà fini et elle avait tout de même un petit pincement au ... Non stop. Elle recommençait à ressentir de l'attachement. Au moins, elle était directe. A présent : le jeu commencait.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La tendresse peut-être une arme redoutable lorsque nous sommes face aux bonnes personnes. [Nao Inoue & Taiki Oguri] Mer 10 Juin - 19:47
Dès son entrée, j'avais senti un refroidissement dans la pièce, je ne savais si ça venait du fait que j'avais ouvert la porte, ou si c'était elle. J'étais de bonne humeur, j'avais envie de l'embêter et même son regard glacial ne pouvait rien y faire.
- Commence pas à ironiser. Si tu m'énervais il y a cinq minutes, tu m'énerves encore. Bon, vivement que la demi-heure passe comme ça tu sors de ma vie, tu me parles plus et je pourrais rentrer me mettre au chaud dans mon lit.

- C'est un vrai plaisir de t'accueillir dis donc.

Ça commençait bien. Je ne savais pas comment tout ça allait se dérouler, mais je sentais que ça allait sûrement être plus facile que je ne le pensais. Déjà elle était là, alors qu'elle aurait pu ne pas venir. Cela me fit sourire. Ses messages étaient tellement contradictoires et complexes, que je ne pouvais qu'avoir l'impression qu'elle voulait être ici et nulle part ailleurs, qu'elle en avait envie. Je ne sais pourquoi c'était vers moi que la jeune fille s'était tournée mais j'en étais content. J'espérais pouvoir être utile et qui sait, peut-être que nous pourrions devenir amis. Je savais que la situation avec Shiro pourrait être problématique, mais connaissant mon ami, je savais qu'il ne m'en tiendrait pas rigueur et serait peut-être même content de voir qu'elle sociabilise avec quelqu'un. Peut-être un jour me confiera-t-elle ce qui la rend triste. En attendant, j'allais la faire craquer et elle me tomberait dans les bras. Je commençais à réfléchir à une façon habile d'y parvenir. J'allais essayer la plus simple sachant pertinemment qu'elle allait échouer, mais peut-être que ça débuterait une conversation. J'ouvris mes bras et l'y invitais.
- Dans mes bras!!

Elle me regarda encore plus froidement que lorsqu'elle était entrée.
- Je veux pas dire, mais tu sais que tu vas devoir passer trente minutes avec moi.

Je la regardais et remarquais qu'elle était peu habillée. J'avais fermé la fenêtre tout à l'heure, car je commençais à avoir froid, alors elle, qui était si peu vêtue. J'allais vers ma chaise de bureau et me saisis de mon gilet. Je lui faisais de nouveau face et lui tendis.
- J'ai l'impression que tu as froid. Si tu veux tu peux t'asseoir sur mon lit, tu seras mieux installée et ça sera plus confortable.


J'espérais que ce petit geste réchaufferait l'atmosphère. Je n'avais pas vraiment envie qu'elle sorte de ma vie, et je me doutais que elle non plus. Malgré son caractère, elle avait l'air d'une fille fragile et qui avait besoin d'attention. J'espérais maintenant être à la hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La tendresse peut-être une arme redoutable lorsque nous sommes face aux bonnes personnes. [Nao Inoue & Taiki Oguri] Mar 16 Juin - 17:39
Nao étudia longuement Taiki à son entrée dans la chambre. Il avait l'air confiant et ça l'inquiétait. Pourquoi ? Pensait-il vraiment qu'elle craquerait ? Mais pour qui la prenait-il ?! Ses phrases ironiques la mettaient plus en colère qu'autre chose mais elle ne doutait pas une seule seconde que c'était le but rechercher : la provoquer. Par conséquent, la jeune femme ne bougea pas d'un pouce : adossée à la porte, celle-ci à présent fermée, Nao le regardait froidement. Ceux qui la connaissent réellement savent. Ils savent que le regard noir de la belle Inoue est une redoutable, presque fatale parce que personne ne peut lui faire face. Certains essayent mais c'est à leur risques et périls. Lorsque Taiki la regarda et lui dit de venir dans ses bras, elle hallucina. Non, il ne pouvait pas être sérieux ? Au départ, elle le regarda encore plus froidement avant de s'approcher d'un pas de lui, puis de deux jusqu'à venir si prés que s'il tendait les bras, il pouvait l'enlacer. Toutefois, elle n'oubliait certainement pas la règle du jeu : il fallait qu'il fasse en sorte qu'elle lui demande un câlin. Or, son but à elle était, certes qu'elle finisse dans ses bras mais sans le demander, que ce soit lui qui le fasse de lui-même et que, une fois la demi-heure finie, elle puisse repartir. Un câlin d'adieu. Elle leva la main comme si elle allait le gifler mais posa sa main sur sa nuque à la place. Un sourire machiavélique s'imposa alors sur son visage. Elle rapprocha celui-ci et posa ses lèvres sur sa joue. Elle y resta quelques secondes et vint murmurer à son oreille.

- 30 minutes : cela peut être une éternité comme un temps très court. Ne pense même pas une seule seconde que tu vas réussir. Dans 27 minutes je partirais d'ici et ce sera la dernière fois que tu me parleras.

Nao se recula alors et lui tourna le dos pour inspecter, en quelques sortes, la pièce dans laquelle elle se trouvait. Celle-ci était assez rangée et étrangement cosie. La brunette s'y sentait assez bien. Elle fut interrompue dans son inspection par Taiki qui lui tendait un gilet : son gilet. Elle ouvrit la bouche, légèrement surprise, qu'il est remarqué les frissons dus au froid qui la parcouraient. Elle attrapa doucement le gilet, comme si elle avait peur qu'il la brûle et l'enfila délicatement. Elle se sentait tout de suite mieux. Elle plongea son regard dans le sien. Puis, comme si elle venait d'être électrocutée, elle se dirigea vers le lit et, d'une petite voix qu'elle aurait souhaité plus assurée, elle demanda.

- Je peux me mettre dans le lit ?


Elle le fixait intensément et soupira d'exaspération.

- Bon, quitte à passer du temps en ta compagnie je te propose un truc. Questions réponses ? Chacun notre tour on pose une question. On a le droit à deux jokers empoisonnés. Empoisonnés ? Oui, si on utilise le joker on a un gage. Prêt à jouer avec le diable monsieur Oguri ?

La jeune femme le défiait ouvertement. Ce jeu pouvait être autant amusant que dangereux. C'était quitte ou double mais en ce qui la concernait, elle était prête à prendre ce risque. C'est vrai, que serait la vie si nous ne prenions que les solutions les plus simples et sécurisées ? Un cercle infernal principalement caractérisé par l'ennui le plus total.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La tendresse peut-être une arme redoutable lorsque nous sommes face aux bonnes personnes. [Nao Inoue & Taiki Oguri] Mer 17 Juin - 21:51
Si j'avais eu l'air confiant, elle non plus ne doutait pas de sa confiance, ni de ses capacités. Elle s'était un peu rapproché de moi, mais je savais pertinemment qu'elle ne viendrait pas et de toute façon, ça n'aurait rien changé, puisqu'elle ne serait pas venue d'elle-même. Je la vis lever la main, et j'eus un petit mouvement de recul. Le fait qu'au lieu de me la poser sur la nuque au lieu de la joue, comme je le pensais, me déstabilisa au plus au point. Elle s'approcha encore plus de moi et m'embrassa sur la joue. Ça devenait vraiment une habitude. Elle vint plus près de mon oreille et chuchota.
- 30 minutes : cela peut être une éternité comme un temps très court. Ne pense même pas une seule seconde que tu vas réussir. Dans 27 minutes je partirais d'ici et ce sera la dernière fois que tu me parleras.

Ça faisait déjà 3 minutes, qu'elle était là, le temps passait vraiment vite. Je ne savais pas vraiment où elle voulait en venir. Si elle était venue jusque dans ma chambre, c'est qu'elle avait une idée précise derrière la tête. Et ce défi pour un câlin, c'était vraiment la preuve qu'elle en voulait un. Mais je ne pouvais pas montrer ce que j'en pensais. Je la regardais du coin de l'oeil. Elle m'écoutait en me fixant et se dirigea d'un pas mal assuré vers le lit.
- Je peux me mettre dans le lit ?

Je ne savais pas si elle m'avait écouté ou pas. Je lui avais proposé d'aller sur mon lit et là, elle me demandait presque la même chose. Soit, elle avait ignoré ma proposition et du coup, voulait la faire passer pour une de ses décisions, soit je ne savais pas. Ma première hypothèse n'était pas pour me déplaire, car ça montrait qu'elle avait un peu d'intérêt pour moi, ou au moins, que je pouvais avoir une chance de gagner ce défi. Elle continua à me fixer et soupira.
- Bon, quitte à passer du temps en ta compagnie je te propose un truc. Questions réponses ? Chacun notre tour on pose une question. On a le droit à deux jokers empoisonnés. Empoisonnés ? Oui, si on utilise le joker on a un gage. Prêt à jouer avec le diable monsieur Oguri ?

Je me demandais si c'était une provocation, en tout cas, ça me fit sourire. Son petit jeu commençait à m'intéresser.
- Je sens qu'on va bien s'amuser ... ou pas. En tout cas, cette idée me plaît Mlle Nao. Et je te défie.

Je venais de la pointer du doigt, comme ils le font dans les films, sauf que moi j'avais l'air ridicule. Je m'installais à côté d'elle, pas trop près, mais pas trop loin. Je croisais les doigts pour qu'aucun de mes colocataires ne rentrent à ce moment là. Ce n'est pas que nous étions dans une position ... comment dire ... compromettante, mais juste le fait d'avoir une fille dans ma chambre, aurait pu les alerter ou les déranger ou que sais-je encore. Je me tournais vers elle, en réfléchissant à une question intéressante, mais sans pour autant qu'elle soit trop personnelle.
- Pourquoi on en est arrivé là? Je veux dire pourquoi tu es venue jusqu'à moi, alors que ton but est de m'effacer de ta vie?

J'attendais qu'elle me donne sa réponse. Peut-être allait-elle prendre un joker et du coup, il faudrait que je lui donne un gage. Je me préparais à cette éventualité. Le diable, j'avais pensé ça d'elle aussi à notre première rencontre. Du diable, elle n'en avait rien du tout. L'affiche du film "Le diable s'habille en Prada" me revint en tête et ça me donna envie de rire. Maintenant, je ne sais pas pourquoi mais j'imaginais Nao avec des petites cornes rouges. Curieusement ça lui allait bien, même si je savais très bien que ça ne la représentait pas.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La tendresse peut-être une arme redoutable lorsque nous sommes face aux bonnes personnes. [Nao Inoue & Taiki Oguri] Dim 21 Juin - 8:00
Les joueurs du rp n'étant plus actifs, le sujet est archivé.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La tendresse peut-être une arme redoutable lorsque nous sommes face aux bonnes personnes. [Nao Inoue & Taiki Oguri]
Revenir en haut Aller en bas

La tendresse peut-être une arme redoutable lorsque nous sommes face aux bonnes personnes. [Nao Inoue & Taiki Oguri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Monter son stuff soi même
» On n’a pas le même sang, ni la même histoire, mais pour moi, tu fais partie de ma famille.
» Un songe peut être idyllique si vous avez vécu plein de bonnes choses ~
» C'est un fusil ? Une arme secrète ?! Non, c'est un tapir...
» Chez Eäràr, maître d'arme.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Abandonnés.-