RSS
RSS



 

Partagez|

Toutes les routes mènent à Tokyo. [Scarlet L. Thorne & Eichiro Maeda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Toutes les routes mènent à Tokyo. [Scarlet L. Thorne & Eichiro Maeda] Dim 5 Juil - 21:23
" Moove your ass, fucking asshole. "


Mon doigt glisse sur l'écran du cellulaire. Je texte, j'envois, je soupire d'agacement. Aucune retenue ne m'est permise avec ce cinquantenaire acariâtre. Ce type un peu bourru et parfois trop joueur pour son propre bien. Et pour le mien. Surtout lorsqu'il était censé venir chercher ses nouveaux papiers pour quitter le pays. Je déteste les retards. Les siens, encore plus. Les dix années que nous avons passé à parcourir les mondes ont eu tôt fait de titiller ma hargne à ce niveau-là. Je n'ai plus la patience de l'attendre, encore et encore. Nul doute qu'il a passé sa nuit dans un casino quelconque, à perdre l'argent qu'il me doit. L'enflure. Carver est un maître faussaire expérimenté, mais il n'en reste pas moins stupidement humain parfois. Avec des défauts incroyablement retord. Ma main glisse sur le cadre en bois et j'avise d'un oeil expert l'oeuvre qui me fait face. Le coup de pinceau est hésitant par endroit, précis à d'autre. Je coince le bout de bois englué de peinture entre mes dents pour retourner le tableau. La toile dépasse un peu du contour, et j'y appose minutieusement de nouvelles touches de peintures. Le cadre est vieux, la peinture crédible. Et ces petites taches négligée à l'arrière sont typique de l'artiste que je suis en train de reproduire. 

L'information est quelque chose que je prend très aux sérieux. Même calfeutré au fin fond de mon magasin, à reproduire des tableaux et de faux-papiers, je ne me mure jamais dans l'inconscience de ce qui m'entoure. Observer, connaître, accepter de ne pas tout savoir, aussi. Un oeil expert aurait pu, sans nul doute, douter de la fausseté de mon travail sans ce petit détail. Dorénavant, à moins d'avoir un spécialiste sous la main, la signature contrefaite fonctionnera à merveille. Et encore, le meilleur des calligraphes pourrait se tromper avec l'hésitation volontaire de mes mouvements. Je laisse un soupire fendre ma poitrine avec lourdeur. La sonnette du magasin tinte à mes oreilles, et il est grand temps de quitter ce petit espace privé pour vendre mes précieux bien. Le clan a toujours besoin d'argent, et qui sait ce que cet invité est venu me demander. Même si ma réputation me précède auprès des hommes sans lois, ceux dans la lumière ne connaissent ce magasin que pour les oeuvres cher dont je dispose. Enfin, cher. Faire passer des copies pour des originaux, ça rapporte. Je me lève lourdement pour rejoindre la grande pièce aérée où sont posté à divers endroit tableau, sculpture et même quelques coffrés de bois. J'observe vaguement la jeune fille à l'allure légère. Cette intrus dans ma bulle. J'aurais préféré voir Carver à la place d'une cliente lambda, mais je ne vais pas cracher sur un chiffre d'affaire potentiel. 

" Bienvenue. Vous venez prendre une commande ou vous cherchez quelque chose de particulier ? "

Ma voix se fait lasse, dénué de cette passion puissante qui me prend au détour d'un tableau. Pour autant, je reste d'un professionnalisme sans borne face à cette jeune fille aux allures étrangères. Elle n'a rien d'une japonaise, c'est certain. 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: Toutes les routes mènent à Tokyo. [Scarlet L. Thorne & Eichiro Maeda] Dim 5 Juil - 21:42
Scarlet avait envie de retourné dans la boutique d'Hayato. Là-bas elle avait l'impression d'être à l'abri. Du moins ce fut avant le baiser. Maintenant, elle n'oser plus y retourner.
 Non pas parce qu'elle était timide. Loin de là !
 Mais plutôt parce qu'elle allait devoir lui avouer la vérité. À la place la jeune fille déambula dans les rues qu'elle croyait si bien connaître.

Elle vivait ici depuis son un an mais en dehors des boutiques de vêtements et de maquillage elle ne faisait pas attention à grand-chose. Du moins avant que son père la force à se rendre dans la boutique d'art de Monsieur Ishii. Depuis ce jour sa vision de l'art avait beaucoup changé et elle était devenue curieuse.

Après des heures à errer pour n'aller nul par, une boutique attira son attention. Elle était tellement...simple.
 Ce n'était pas le genre d'endroit où elle se rendait habituellement mais une force mystérieuse l'entraina dedans. Une fois entrée, un homme plus âgé qu'elle lui souhaita la bienvenue. Pourtant il n'avait pas l'air des plus sincère. Il était plus professionnel qu'avenant.

"Ni l'un ni l'autre." expliqua Scarlet avec son assurance habituelle. "Je suis entré dans cette boutique sans raison. Mais vous avez des choses à me proposer ?"

Elle n'avait pas l'intention d'acheter quoi que ce soit à la base mais elle se rappeler que vider la carte de crédit de son père lui faisait toujours du bien.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Toutes les routes mènent à Tokyo. [Scarlet L. Thorne & Eichiro Maeda] Dim 5 Juil - 22:19
Quelle assurance. À moins que cela ne soit de l'idiotie. Ou de l'insouciance. À cet âge, il est normal de montrer un aplomb imparable, mais tout de même. L'un de mes sourcils s'arquent, quelque peu perplexe. L'intruse est d'une jeunesse impitoyable, avec toute l'impolitesse et l'arrogance que cela apporte. Il y a quelques années, j'aurais défendu ce genre de comportement légèrement imbus bec et ongle. Mais aujourd'hui, avec la force du temps, j'ai appris que la prudence vaut bien mieux qu'un tempérament trop prompt à la répartie. Dans un silence respectueux, je laisse mes pensées fuser à une vitesse ahurissante. Je détaille rapidement l'étrangère du regard, essayant d'y trouver une quelconque raison autre qu'une simple curiosité. Personne ne rentre dans une boutique aussi sobre sans une bonne raison. Enfin... Personne sauf elle, apparemment. Mes pas me mènent rapidement vers le comptoir pour attraper un chiffon de toile. Je profite de quelques secondes d’accalmie pour essuyer la peinture de mes doigts, puis me retourne en direction de la cliente.

" Tout dépend de votre budget. Les tableaux sont des originaux d'artistes reconnus, asiatique comme étranger. Je possède quelques oeuvres américaine et anglaise, mais elles sont cotée à quelques millions de yen. "

Et je doute qu'une bourse d'étudiant puisse avancer un prix aussi exorbitant. Tissu en main, je pointe du doigt les petites boites de cerisier en arrière, bien entouré de petite sculpture de plâtre, de bois, ou de pierre. 

" Ce genre d'article serait sans doute plus à votre portée. Des boites à bijoux, des sculptures décoratives. Le prix reste élevé, mais plus abordable pour une jeune fille. "

Patient, je repose le maigre bout de tissu sur le comptoir de vente. J'entends mon cellulaire sonner quelques notes dans ma poche arrière, mais je n'y prête guère d'attention. Carver daigne surement enfin me répondre. Pour autant, m'occuper d'une cliente reste primordiale à mes yeux. Surtout si cela m'évite de m'agacer contre cette sale face de rat trop joueur pour être honnête.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: Toutes les routes mènent à Tokyo. [Scarlet L. Thorne & Eichiro Maeda] Dim 5 Juil - 22:42
Scarlet se sentit insulté par la façon dont le boutiquier lui proposa des objets sans grandes valeurs. Il la traitait comme le faisait sa mère autrefois lorsqu'elle portait ses vêtements trop grands pour elle. Mais elle n'était plus une gamine et pouvait se permettre d'acheter ce qu'elle voulait. Cependant la jeune fille ne dit rien. Elle était bien trop fatiguée pour se batailler avec une inconnue. Les problèmes dans lesquels elle se trouve lui suffisaient largement, pas la peine de rajouter: -dispute avec un vendeur, sur sa liste. Elle se contenta de regarder les différents objets que l'homme lui proposer.

 Une boîte à bijoux ? Pourquoi pas ? Après tout, son frère serait ravi de ne plus devoir ranger toutes les affaires que la jeune fille laisser trainer dans la salle de bain.

"Vous avez plusieurs types de boîtes à bijoux ?" demanda Scarlet. "Si possible assez grande, jolie et plutôt solide. De préférence en bois de chêne."

La jeune fille était intransigeante et quand elle voulait quelques choses elle ne pas passer par quatre chemins. Peut-être n'était-ce pour cela que certaines personnes ne l'apprécier pas. Plus jeune on la comparait à une petite princesse. Pas les jolies et mignonnes petites princesses toutes dociles. Non, plutôt comme une future reine impitoyable dont la beauté n'avait d'égale que sa cruauté. Évidemment, Scarlett n'était pas vraiment comme ça. Elle était égoïste et faisait beaucoup de connerie quitte à blesser des gens parfois mais elle n'était pas purement mauvaise.

"Ne vous inquiétez pas pour le prix."

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Toutes les routes mènent à Tokyo. [Scarlet L. Thorne & Eichiro Maeda] Mer 8 Juil - 11:04
Agace.

J'ignore ce qui titille mes sens au côté de cette cliente à l'allure prétentieuse. Je mets cela sur le compte de sa voix et de ses manières. Sans doute n'est-ce qu'une vision erronée des choses, marqué par mes préjugés féroces et mon attention toute particulière. L'homme est un être bourré de fausse croyance, j'en suis parfaitement conscient sans pour autant lutter contre. Ma méfiance, teinté de paranoïa, est sans le moindre doute ce qui m'a toujours aidé à garder les pieds sur terre. À rester en vie dans ce monde sauvage, également. Aussi, lorsque mes pensées parasites me hurle de conclure cette vente le plus rapidement possible, j'y cède sans réflexion aucune. J'écoute avec attention les requêtes de la jeune femme, soucieux de rapidement comprendre ce qui pourrait lui plaire dans cette modeste boutique. 

Je hoche vaguement la tête en signe d'attention, puis laisse mes pas me diriger vers les étagères de présentation. Ma main s'élève quelque peu, un signe silencieux pour intimer la cliente à me suivre. Je laisse mon regard aguerri se poser sur les différentes boites à bijoux, ne m'intéressant dès lors qu'à celle creusé dans le bois de chêne. J'en attrape deux, terminé le matin même. La première possède une touche plus douce, plus féminine. Une boite au teinte claire, parsemée de touche d'or. Les courbes qui y sont dessinée sont aussi esthétique qu'artistique. Quelque chose de très féminin, en somme. La seconde, elle, possède une note plus sauvage. Les traits sont plus abrupte, plus travaillé également. Une peinture émeraude retrace les lignes plus animale qui y sont tranché. 

" Bien sûre, tout dépend de votre conception du beau. "


Car tout le monde n'a pas le même avis sur la question, et que ma préférence pour la deuxième oeuvre n'est sans doute par partagée par le côté féminin de la jeune femme. Chacun possède une vision de l'art différente selon les expériences, l'entourage, l'âge, et je ne suis pas assez sot pour l'ignorer. Je pointe les deux boites du menton, laissant mes bras se croiser sur mon torse. J'espère tout de même régler cette vente le plus rapidement possible. Je n'ignore pas que Carver peut entrer dans cette boutique à n'importe quel instant, et sa facilité à parler à de parfait inconnu risquerait à nouveau à m’agacer furieusement. Quand au prix proposé, j'ai suivi silencieusement la demande, n'y prêtant guère d'attention. 

" Si vous le souhaitez et qu'aucune d'entre elles ne vous plait, je peux aussi prendre commande. "


Mon portable teinte une seconde fois sur ma cuisse. C'est qu'il insiste, cet idiot.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
35 / 10035 / 100

Chambre : Deux
Classe : Quatriéme S
Spécialisation. : Escrime
Situation amoureuse : Coeur brisé

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 316
Okane (お金) : 254
Points. : 25
Date de naissance : 21/02/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t145-scarlet-l-thorne-le-monde-est-mon-royaume
Fiche de rp: http://www.pensionnat-miyusaki.net/t151-moi-jalouse-ha-ha-ha-oui-scarlet-l-thorne#867
MessageSujet: Re: Toutes les routes mènent à Tokyo. [Scarlet L. Thorne & Eichiro Maeda] Ven 10 Juil - 10:40
Quelle était donc la conception du beau pour Scarlet ? Elle n'en avait aucune idée et en général elle n'y faisait pas particulièrement attention. La jeune fille était une personne qui achetait un objet sur un coup de tête, une impulsion. Parfois elle le regrettait par la suite mais ne s'en soucier guère.
Peut-être que plus tard, lorsqu'elle gagnerait son argent elle-même elle en comprendrait sa valeur, mais pour l'instant c'était une jeune fille qui ne savait pas encore à quel point elle devait évoluer.
Ce n'était pas totalement de sa faute. Tout le monde devait passer par la case Jeunesse et faire ses propres erreurs. Venant d'un milieu particulièrement aisé, elle se permettait d'en faire beaucoup. Insouciante, elle agissait plus en fonction de son instinct qu'en écoutant son cerveau.

Elle suivit silencieusement le vendeur. La jeune sportive n'avait pas l'impression d'être à sa place dans cette boutique. Non pas parce qu'elle n'était pas assez chic pour elle, mais car l'ambiance qu'elle dégager ne lui correspondait pas. Une certaine tension était palpable mais elle ne savait pas d'où elle venait. Peut-être du vendeur ?

La première boite qui lui montra était tout bonnement superbe, elle n'allait pas particulièrement dans sa salle de bain ou sa chambre mais elle correspondait à ce qu'une jeune femme pouvait avoir chez elle. Elle pensait choisir cette boîte lorsque le vendeur lui en montra une seconde.
 Ce fut le coup de cœur. Elle n'était pas aussi soigné ou girly que la première mais elle avait quelque chose de naturelle et de brut qui lui correspondait totalement. À croire que celui qui l'avait créé c'était appuyer de sa personnalité.

"Il ne sera pas nécessaire de faire une commande. Je prends celle-ci." Annonca Scarlet avec un sourire ravi.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 371
Okane (お金) : 433
Points. : 2
Date de naissance : 16/12/1995
Age : 21
Je fais partie du Staff.
Muse
MessageSujet: Re: Toutes les routes mènent à Tokyo. [Scarlet L. Thorne & Eichiro Maeda] Sam 22 Aoû - 16:43
Rp archivé car datant de plus d'un mois.


Si l'envie de le rouvrir vous prend, merci de me contacter.


Bon jeu !

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Toutes les routes mènent à Tokyo. [Scarlet L. Thorne & Eichiro Maeda]
Revenir en haut Aller en bas

Toutes les routes mènent à Tokyo. [Scarlet L. Thorne & Eichiro Maeda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tous les chemins mènent en enfer
» Tokyo Ghoul pour les nuls
» Scarlet
» Bonjour dans toutes les langues
» [RP] Toutes voiles dehors ! Souquez les artimuses !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Abandonnés.-