RSS
RSS



 

Partagez|

La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Sam 15 Nov - 18:33
Avachie nonchalamment contre un mur dans un coin de la cour, je tente d'écrire, mais sans vraiment réussir. C'est bien une première pour moi, mais peut-être est-ce dû au fait que je ne suis pas dans un endroit familier ? J'avais toujours été un brin casanière, mais de là à ne plus trouver mes mots lors d'une sortie... C'en devenait presque déprimant.


Lassée de m'agacer pour rien, je range mon carnet et sors mon casque pour le placer sur ma tête, de façon à me couper de ce qui m'entoure. Mes paupières se ferment d'elles-mêmes pour me laisser transporter par les notes au piano de ma chanson favorite.


Je murmure les paroles dans un souffle emporté par le vent. Ma voix ne daigne pas sortir de ma gorge ; un nœud d'émotions s'y est formé. Je ne sais pas pourquoi elle me touche autant. Je sais que je suis émotive, mais au point de pleurer pour une chanson... Non. C'est la seule chose à me faire cet effet-là. Le pire est que les sentiments sont toujours les mêmes, toujours aussi forts, insensibles au temps qui passe et au nombre de fois où la chanson s'est répétée. C'est fou tout de même.


Je viens d'ailleurs d'avoir une idée de nouvelle. La tristesse et le malheur m'inspirent, mais je n'y peux pas grand-chose.


Mes larmes roulent sur mes joues et laissent un sillon humide que le froid ne manque pas de rafraîchir, m'obligeant à les essuyer. J'ouvre les yeux pour retrouver le bleu de ciel. Je l'admire et m'y perds. L'immensité de ce qui nous surplombe est captivante. Je me surprends à tendre la main vers le haut, tentant sans doute d'attraper un morceau de nuage. Je dois avoir l'air si ridicule de l'extérieur... À pleurer et gesticuler dans tous les sens. Et maintenant je glousse. Je crois que j'ai un problème. Franchement.


« GO AWAY ! »



Surprise et effrayée par le cri qui vient d'agresser mes tympans, je replie mes bras autour de ma tête et fais valser mon casque vers l'arrière... Contre le mur. Mon cœur bat à tout rompre. J'avais oublié que j'avais augmenté le son de mon portable pour pouvoir profiter de chaque note, et avais été surprise par une autre chanson...


Il faut dire que passer de quelque chose de doux, calme, et triste à « Place for my Head » de Linkin Park, c'est un sacré contraste. Je me retourne pour constater les dégâts : l'objet est complètement démoli, inutilisable.


Agenouillée face au mur, je ramasse les débris et râle :



« C'est pas possible d'être aussi cruche... Quelle journée pourrie. Il y a des jours, vaudrait mieux pas se lever, sérieusement. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Sam 15 Nov - 20:27
Enzo se promenait dans la cour d'un pas incertain. Il n'avait pas de devoirs à faire, ne pouvait pas sortir du pensionnat et ne voulait pas rester coincé dans sa chambre. Il s’ennuyait totalement !
Par chance il ne faisait pas aussi froid que d'habitude alors il pouvait rester dehors sans risquer de tomber malade. Néanmoins la cour était quasiment déserte. Il y avait quelques élèves en groupe qui s'étaient allongés sur l'herbe, et il croisait de temps à autre des sportifs qui revenaient d'un entrainement mais ils étaient très peu.

Après avoir passé plus d'une heure dehors il aller rentrer quand son attention se porta sur une jeune fille assise seule. Ce n'était pas seulement parce qu’elle était belle qu'il l'avait remarqué mais surtout parce qu’elle avait l'air triste. Elle pleurait même ! Il allait se rapprocher d'elle pour voir ce qui n'allait pas mais elle se mit ensuite à glousser. Finalement peut-être qu'elle n'était pas de si mauvaise humeur que ça. Enzo allait faire demi-tour lorsqu'elle laissa ensuite échapper un cri et retira son casque. Elle se mit ensuite par pester contre elle-même. Il n'y avait plus de doute, cette jeune fille n'allait pas si bien que ça. Sans hésité il avança et s’arrêta devant elle.

"Tout va comme tu veux ?" demanda-t-il à l'inconnu dont les larmes n'avaient pas totalement séché sur ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Sam 15 Nov - 23:13
« Tout va comme tu veux ? »



Une voix masculine retentit au-dessus de moi. Je lève les yeux et détaille le visage de mon interlocuteur. Ses cheveux en bataille me donnent presque envie de les emmêler encore plus. Et puis ces yeux...

Il est indéniablement magnifique, personne ne pourrait dire le contraire. Il a aussi l'air jeune. Quelques années de moins que moi, sans doute. Il semble concerné par mon cas. C'est très sympathique de sa part d'être venu s'enquérir de mon état. Ça faisait un bail que personne n'était venu me voir spontanément. Si tout va comme je veux ? Ouais, on peut dire ça comme ça.

Je me lève et époussette mes vêtements, puis passe ma manche sur mes joues pour sécher les dernières traces de mes pleurs. Je me racle doucement la gorge avant de répondre :



« Oui, oui, très bien, merci... J'ai juste... Ouais, nan. »



Je me sens vraiment stupide maintenant. Quelle idée d'avoir écouté cette chanson dans un endroit comme celui-ci ! Et il va falloir que je me rachète un casque. Comme si je n'avais que ça à payer. Je serre un peu plus fort les bouts de plastique entre mes doigts.

En plus, je vais bientôt devoir prendre mes médicaments. Et retourner en cours, optionnellement. Qu'est-ce que je peux avoir faim... J'espère qu'il n'a pas entendu mon ventre gargouiller.

Mon attention se reporte au garçon en face de moi. Je ne l'avais jamais vu auparavant. Je demande donc son nom :



« Merci d'être venu... ? »

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 16 Nov - 1:12
La jeune fille se leva et essuya ses larmes. Elle était plus petite qu'Enzo, avait les yeux gris et les cheveux noirs. Elle semblait aussi un peu plus âgée que le jeune homme.

« Oui, oui, très bien, merci... J'ai juste... Ouais, Nan. »

Cette réponse amusa le garçon qui laissa échapper de sa bouche un rire franc. Il semblait clair qu'elle ne voulait pas partager ses émotions avec un inconnu et il ne pouvait pas le lui reprocher. Elle avait cependant l'air reconnaissante qu'il se soit déplacé pour prendre de ses nouvelles. 

"Enzo, Enzo Carswell." dit-il en tendant la main pour se présentait. "Et tu es ... ?"

Il avait une facilité pour parler aux inconnus que sa petite sœur lui avait toujours enviés, mais il n'en avait pas toujours été ainsi. Lorsqu'il était plus jeune et qu'on n'avait pas encore détecté son hyperactivité -car on pensé que c'était simplement un enfant particulièrement chiant, il ne posséder pas de traitement et s’isolait. Enfin, il était aussi rejeté car il assez violant et parfois même méchant. Il continuait de l'être mais c'était plus rare. Son côté bienveillant était ressortie. Malheureusement parfois il pétait des câbles et personne ne comprenaient pourquoi.

Il ne pouvait pas en vouloir aux autres de s'éloigner de lui, simplement il n’arriva pas toujours à rester calme. Il était bien trop impulsif et sincère pour tout garder pour lui. Quand quelque chose lui plaisait pas il ne pouvait s'empêcher de le dire, quitte à blesser son entourage. Même sa petite
sœur avait souffert de son comportement, et pourtant il n'avait jamais voulu lui faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 16 Nov - 11:13
Son rire est en quelque sorte contagieux et un sourire gêné naît au coin de mes lèvres. Ce jeune homme est vraiment charismatique.

« Enzo, Enzo Carswell. Et tu es... ? »


Enzo Carswell. C'est noté. Je regarde un moment sa main puis l'attrape et dis avec mes restes d'accent russe :

« Nadia Kozlova, enchantée. »


Je me sens vraiment petite et faible en face de lui. Je ne sais pas si je suis intimidée ou admirative, mais je ne suis pas vraiment fan de ce sentiment d'infériorité. Et pourtant il ne fait rien pour me mettre mal-à-l'aise, au contraire. Je devrais vraiment avoir plus de rapports humains. Je romps rapidement le contact entre nos deux mains ; il ne faut pas qu'il remarque dans quel état d'esprit je suis. Je baisse les yeux.


Pour avoir un tel corps, il doit faire option sport. Ou alors c'est juste un passe-temps et il fait autre-chose. Enfin, peu importe, il reste impressionnant. Tiens, il tape du pied. Un TOC ? Jolies chaussures, en passant. Ou alors je l'agace à ne pas le regarder ?

Mon regard se lève à nouveau vers son visage ; ses yeux sont perdus dans le vide. Il est perdu dans ses pensées. Je me demande à quoi il peut bien penser. J'hésite à parler, regarde autour de moi, puis passe ma main dans mes cheveux et me décide :



« Enzo ? Un problème ? »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 16 Nov - 13:56
"Nadia. Voilà un joli prénom." songea le garçon.

Après cela l'adolescente, qui n'en était peut-être plus vraiment une, baissa les yeux. Peut-être voulait-elle qu'il parte ? Si elle n'allait pas bien elle n'avait sans doute pas envié qu'un inconnu soit là à l'observer. Pourtant, elle n'avait pas vraiment l'air de vouloir le chasser non plus. Se perdant par la suite dans ses pensées il ne remarqua pas que la jeune fille l'observer. Ce fut sa voix qui le sortit des ténèbres. Voyant qu'elle avait fixé son pied qui ne faisait que bouger, Enzo stoppa son mouvement. Resté tranquille lui était quasiment impossible. Il avait besoin de bouger et se dépenser, sous peine de quoi il risquait d'avoir les nerfs à fleur de peau.

"Non, tout va bien." dit-il néanmoins avec une assurance qui lui était propre.

Il s'assit par terre afin de limiter ses mouvements brusques. Ses doigts se crispèrent dans l'herbe fraîche et il leva la tête vers l'étudiante.

"Alors Nadia"lâcha-t-il en prenant soin de bien articulé son prénom."Tu es venue étudiée quoi à Miyusaki ?" demanda-t-il pour ouvrir la conversation.

Il agissait de manière peu délicate, elle ne l'avait même pas invité à rester avec lui pourtant c'était sans gêne qu'il s'était installé comme s'ils étaient des amis de toujours. Il ne voyait pas en quelle section elle pouvait être. Elle n'avait pas forcément l'allure d'une sportive, et semblait aimer la musique pourtant elle avait maltraité son casque. Il ne la voyait pas faire du cirque non plus, elle semblait bien trop raffinée pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 16 Nov - 15:05
Le battement régulier de son pied contre le sol s'est arrêté.


« Non, tout va bien. »


Puis il se laisse tomber dans l'herbe et la serre entre ses doigts. Ne s'ennuyait-il pas à me parler, tout-à-l'heure ?


« Alors Nadia, tu es venue étudier quoi à Miyusaki ? »


Il faut croire que non, puisqu'il engage même la conversation. La façon dont il prononce mon prénom me fait sourire. Je ne devais pas épargner le sien non plus.


« Les Arts Visuels, et plus particulièrement la littérature. C'est une des seules choses qui me passionne depuis toute petite... Sinon il y a aussi la musique, mais je suis loin d'être assez adroite et assidue pour ça, bien que ce soit très beau. Je suis d'ailleurs... »



Je m'interromps. « Arrête de ne parler que de toi, tu vas encore faire fuir ton interlocuteur ! » me dis-je. Après une bonne claque mentale, je reprends en souriant, espérant qu'il n'ait pas remarqué ma phrase laissée en suspens :


« Et toi ? Tu es venu étudier quoi ? Le sport ? Ou alors c'est un loisir ? Et sinon tu es en quelle classe ? Tu n'as pas l'air Japonais, tu viens de loin pour étudier ? »


Il faut que j'arrête ça ! Je dois attendre ses réponses avant de l'assommer avec de nouvelles interrogations.

« Excuse-moi, je me suis un peu emportée... »

Je passe à nouveau ma main dans mes cheveux, piétine un peu le sol et souris afin de mieux faire passer la pilule pour lui comme pour moi. Je n'ose même pas imaginer ce qu'il doit se dire... Enfin bon, il a l'air compréhensif, donc il ne doit pas penser de choses désagréables. À moins que... Non, je ne sais pas. Ce garçon est vraiment un mystère.

Peut-être que le fait que je n'en aie pas fréquenté beaucoup joue aussi, mais tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 16 Nov - 17:06
Enzo ne cacha pas son éclat de rire. Cette fille l'amuser car elle ne semblait pas totalement à l'aise en sa présence, pourtant il n'avait rien fait qui puise la rende si nerveuse. Ce n'était peut-être pas de la faute du garçon, Nadia n'était peut-être pas dans son état normal aujourd'hui.

"Ne t’inquiète pas, ce n'est rien. Au moins j'ai de quoi parler avec toutes les questions que tu m'as posé." se moqua gentiment le garçon.

Il essaya de se souvenir de toutes les questions que la jeune fille avait pu débiter en une seconde. Il leva les yeux, regarda le ciel qui commençait à être gris et se décida à répondre.


"Eh bien, oui je suis en sport. En faite je fais de la boxe. Je suis en quatrième S." dit-il pour répondre à ses premières questions. "Et en effet je ne suis pas Japonais, je suis américain. Je viens d'Austin, dans le Nevada. J'ai aménagé ici il y un peu plus d'un mois."

Il n'avait pas dit pourquoi il avait déménagé et ne pas compter vraiment le faire. Il baissa les yeux vers Nadia, elle faisait donc partie de la catégorie Art Visuel et aimer la littérature mais aussi la musique. Il n'avait pas eu tort en voyant qu'elle n'était ni en sport ni en arts du spectacle.

"Donc tu ne joues pas d'instrument de musique ?" demanda-t-il pour relancer la conversation sur elle.

Le fait qu'elle parle d'elle ne le déranger pas. Il n'aimait pas forcément parler de lui ou de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 16 Nov - 18:00
Je l'écoute rire et parler attentivement. Il a quelque chose d'intriguant. Et il me rappelle quelqu'un, dans sa façon d'être, seulement, je n'arrive pas à mettre le doigt dessus.

Lorsqu'il lève les yeux aux ciel, je fais de même. Je remarque qu'il s'est assombri. Je ne sais même pas quelle heure il peut bien être. Il commence à faire froid. Et puis j'ai faim. Et puis je dois prendre mes médicaments. Et puis zut, profitons de la vie.

Je décide de m'asseoir à ses côtés, pour faciliter l'échange. Il me répond mais ne semble pas vouloir parler de son pays d'origine, puisqu'il me demande si je ne joue pas d'un instrument de musique. Peut-être qu'il a le mal du pays ? Je respecte cependant son envie et hésite un instant avant de lui répondre :


« Je ne sais pas si ce que j'ai fait peut être considéré comme " jouer d'un instrument "... C'était plus faire du bruit qu'autre chose. En plus on m'y avait forcée, et j'ai arrêté dès ma sortie du collège. Donc pour te répondre, j'ai fait quatre ans de flûte à bec. Je ne te raconte même pas la... Mince, comment on dit ça en Japonais déjà ? »


Ne trouvant plus mes mots, je finis en anglais :


« La cacophonie que c'était, là-bas, en classe. »


En repensant à la France, un sourire nostalgique éclot sur mes lèvres. Je le chasse et reprends :


« Et sinon, tu m'as dit que tu faisais de la boxe, mais tu n'as pas peur de te blesser ? On m'a toujours raconté que c'était très dangereux et que beaucoup de boxeurs finissaient défigurés... »


Et ce serait dommage s'il lui arrivait la même chose, avec un visage pareil, qu'on se l'avoue. Mais puisqu'il pratique ce sport dans un établissement scolaire, ça doit être sécurisé. Enfin, j'espère pour lui. Ce serait dommage d'aller faire un petit tour à l'infirmerie parce qu'il se serait pris un poing dans le nez.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 16 Nov - 19:08
Une légère brise vint caresser le visage d'Enzo, ébouriffant ses cheveux déjà emmêlés. Il commençait à faire frais mais le jeu, le sportif n'avait pas spécialement envie de rentrée dans le pensionnat. Il attendrait que le temps le force à partir. Nadia s'assit elle aussi près de lui, ce qui était mieux car il n'avait plus à se tordre le cou pour regarder la jolie demoiselle. Il l'écouta sans l'interrompre. Il ne la voyait pas joué de la flute. C'était un instrument qui ne lui donner pas particulièrement envie. Il aurait plutôt pensé au violoncelle, quelque chose d'un peu plus sophistiquer. Elle essaya d'expliquer l'ambiance dans sa classe quand elle faisait de la musique mais ne trouva pas le mot japonais, il aurait bien aimé l'aider mais il ne voyait pas ce qu'elle voulait dire et lui-même avait quelque fois quelques problèmes de langage.

"Je n'aurais jamais imaginé que tu jouais de la flûte. Personnellement les seules fois que j'ai essayé cet instrument de torture mes tympans on faillit exploser à cause de mes propres notes." dit-il avec une malice.

Elle l’interrogea ensuite sur la boxe, il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui demande si elle avait peur, cela ne lui était jamais venu à l'esprit. Elle avait raison, il pouvait se blesser et il l'avait même déjà fait, pourtant il n'avait jamais était effrayé par l'idée de montée sur le ring.

"Non pas vraiment enfaite, ça me détend et ça me permet de me calmer. Je me suis déjà blessé et c'est vrai que ça peut être dangereux mais il n'y a pas mal de chose dangereuse dans la vie, je risque pas de me priver de celle-ci." dit-il avec son sourire habituel.

Il n'avait pas l'intention d'ajouter que, s'il ne faisait pas de la boxe, il risquer de péter un câble et que ce ne serait pas sur un joueur qu'il risque de frapper mais quelqu'un qui l'aurait trop agacé.

"Ahah ! Oui, effectivement, il y a des boxers qui ont mal fini, mais ne t’inquiètent pas, je fais très attention à mon joli petit visage." répondit-il avec un clin d’œil espiègle.

Enzo aimait beaucoup faire des réflexions narcissiques, non pas qu'il se croit supérieures aux autres mais il trouvait ça plutôt amusant. Une goutte d'eau heurta la main du garçon. Puis deux, trois ... Il commençait à pleuvoir.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 16 Nov - 20:31
Je ris à sa réaction. Je ne peux m'empêcher de répondre :

« Ah, la magie des fausses notes, n'est-ce pas ? Je connais bien ça, moi aussi, je n'étais pas particulièrement douée. Ça te déçois que j'aie fait de la flûte ? Tu t'attendais à quelque chose de plus mélodieux, j'imagine. Mais on ne nous a pas fait faire de trompette, c'est déjà ça... Enfin, tu aimes peut-être cet instrument ? »



Je l'écoute ensuite me parler de la boxe. Il ne fait ni de grands gestes, ni d'effets de voix exagérés, il sourit simplement, mais on sent la passion qui l'habite. C'est comme ça qu'il rayonne le plus.

Il me dit que ce sport le détend. Peut-être est-il névrosé ou anxieux ? Ou encore violent ? Non, la dernière hypothèse est improbable... Quoique, les apparences sont souvent trompeuses.



« Oui, effectivement, il y a des boxeurs qui ont mal fini, mais ne t'inquiète pas, je fais très attention à mon joli petit visage. »




Je glousse en l'entendant dire ça. Son clin d'œil est vraiment mignon, il me fait penser à un enfant. Un peu plus à l'aise, je replie mes genoux contre mon buste, m'accoude sur la plateforme ainsi créée et réponds avec le sourire :



« J'espère bien que tu y fais attention, ce n'est pas tous les jours qu'on croise un minois aussi charmant que le tien. »


Une grosse goutte de pluie s'étale sur mon nez, et je suis maintenant en train de loucher pour la voir. Je secoue doucement la tête pour la faire trembloter, puis éclate de rire, ce qui la fait tomber. J'aime la pluie. Je l'ai toujours aimée. Je me lève et tourne mon visage vers le ciel. Mes paupières se ferment. La sensation de la pluie qui s'écrase sur mes joues est incomparable, elle me ressource comme aucune autre chose ne peut le faire. À part manger, mais c'est une autre histoire. D'ailleurs...


Je me baisse pour attraper mon sac, puis en sors une plaquette de chocolat. J'en casse deux carrés et les avale. Je la tends ensuite vers Enzo :




« Tu en veux ? Ou alors tu veux te mettre à l'abri ? Ou les deux, hein, c'est possible de vouloir manger du chocolat au sec, je ne juge pas. »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 16 Nov - 21:30
"Oui, je le suis un peu" dit-il en faisant mine d'être déçu. "J’imaginai plutôt un majestueux violon ou encore un piano, mais une petite flute..."


Ce n'était pas vrai, enfin, il n'était pas fan de flute mais ce n'était pas pour autant qu'il serait déçu. En plus, si l'on jouer bien cela pouvait rendre une musique quasiment magique. Il pensait à la mélodie dans Harry Potter. Magique était le mot.


"Non, honnêtement je n'ai rien contre cet instrument, tant que les personnes qui l'utilise savent s'en servir. Ce qui n'est absolument pas mon cas. Ni celui de ma sœur qui m'a cassé les oreilles pendant plusieurs mois avant de comprendre que ce n'était pas fait pour elle." dit-il tout de même avec affection en évoquant sa sœur.


Alors qu'il se vanté sans gène, Nadia gloussa. Il fut ravi de voir qu'elle ne prenait pas ce qu'il disait au pied de la lettre. 


"Attention, je vais finir par croire que tu me dragues." dit-il, une lueur espiègle éclairant son visage.


Lorsqu'une goutte d'eau vint se loger sur le nez de Nadia , cette dernière se mit à loucher et secoua la tête comme un petit animal innocent. Cette image le fit tellement rire qu'il fut heureux d'être déja par terre sinon il se serait écrouler de rire. Elle lui tendit du chocolat et se dernier accepta avec plaisir. Qui dit non à du chocolat ? Pas Enzo en tout cas.


"Les deux. Je ne voulais pas te l'avouer mais je fais partis de ces gens qui aiment manger sans que l'orage leur tombe dessus. Je sais, c'est bizar, hein ?" dit-il amusé.


Il se leva, essuya ses paumes mouillé sur son pantalon et tendis une main à Nadia pour d'aider à se relever.


"Il y a une sorte de préau pas très loin." expliqua-il.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 16 Nov - 22:22
Je hoche la tête en écoutant Enzo me parler de musique et souris quand il mime la déception. À vrai dire, le violon est vraiment un instrument magnifique... Mais ce n'est pas à la portée de tout le monde. Tout comme le piano d'ailleurs. Je lui demande :



« D'ailleurs, tu connais le pianiste Yiruma ? Ce qu'il fait est magnifique. »




Il évoque ensuite avec affection un sujet qui pique ma curiosité : sa sœur. Sa petite sœur, à en juger la façon dont il en parle. Peut-être qu'elle est encore au Nevada et qu'il ne veut pas en parler ?


Je baisse la tête pour étouffer mon rire en réaction à sa remarque. Quelle idée !



« Je pourrais, mais je ne suis pas sûre que ce soit très légal, ni très éthique ! Tu m'as dit que tu étais en Quatrième classe, c'est ça ? Alors tu dois être tout juste majeur, non ? À moins que tu n'aies sauté une classe ? Donc quoi qu'il en soit, je suis trop vieille pour toi. Et puis de toutes façons, tu dois déjà avoir une petite-amie, je me trompe ? À moins que ta préférence ne se porte ailleurs... ? Ah, pardon, je pars encore sur un sujet qui ne me regarde pas. Désolée d'être trop curieuse. »




Alors que je joue avec la goutte d'eau sur mon nez, j'entends Enzo exploser de rire à mes côtés, et je comprends alors que j'ai perdu toute crédibilité en tant qu'adulte mature. Mais j'aime le voir rire, ça doit être l'instinct maternel. Enfin, c'est quand même bizarre, surtout si je n'ai que quelques années de plus... Mais passons.


Il accepte le chocolat que je lui tends en souriant ; ça me rassure, dans un sens. Je ne me voyais pas en train de manger alors qu'il me parlerait.


« Les deux. Je ne voulais pas te l'avouer, mais je fais partie de ces gens qui aiment manger sans que l'orage leur tombe dessus. Je sais, c'est bizarre, hein ? »




Je glousse encore une fois. C'est bon comme sensation, ça faisait tellement longtemps que je n'avais pas autant ri !

Je mime une personne enthousiasmée par le fait de savourer un repas sous la pluie en faisant des rond sur mon ventre avec ma paume :



« Très bizarre, en effet. Pourtant c'est tellement bon le chocolat fondu, ou encore le pain détrempé... Mmmmh, quel régal ! »



Il se lève, essuie sa main sur son pantalon et me la tend pour m'aider à me relever ; je m'y agrippe sans hésitation et commence à tirer vers l'arrière, juste pour voir sa réaction. J'ai bien conscience que ma force n'est rien comparée à la sienne, mais j'ai bien le droit d'essayer, non ? L'espoir fait vivre, dit-on.




---





« Il y a une sorte de préau pas très loin. »



Je hoche la tête et le suis docilement. Une fois arrivé, je lui tends un autre morceau de chocolat et me tourne vers l'extérieur du préau, j'observe la pluie s'abattre sur le sol avec plus de violence que précédemment. Je me penche vers l'avant et essore mes cheveux, puis pose les questions qui me brûlent les lèvres depuis tout-à-l'heure :



« Tu as une sœur ? Comment s'appelle-t-elle ? Elle est ici, au Japon, avec toi ? »



Je me redresse puis je réalise que j'ai peut-être fait une bêtise en lui parlant de ça. 


« Si tu ne veux pas aborder le sujet, je ne t'en voudrais pas. Après tout nous venons de nous rencontrer... »



J'espère ne pas l'avoir offensé... « Ce serait bête, je commence vraiment à l'apprécier. » me dis-je avec une grimace.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Mar 18 Nov - 15:00
"Yiroma ? Non, je ne connais pas du tout. Ça ne me dit rien."dit-il pensif.

D'un coté, Enzo n'était pas un fan incontesté de musique classique. Il ne connaissait déjà pas les artistes de son pays alors ceux du japon... Même s'il venait à Tokyo pendant les grandes vacances depuis toujours, il ne s'était intéressé qu'aux sportifs.

Une fois de plus, Nadia s'emballa et enchaina une série de questions auxquelles le garçon n'avait pas le temps de répondre. Et une fois encore elle s'excusa de sa réaction.

"Eh bien j'ai effectivement dix-huit ans depuis peu."Avoua-t-il"Je n'ai pas de petite amie et non je ne suis pas attiré par les garçons si c'est ce que tu insinues."

Il ne savait pas quel âge avait la jeune fille mais il doutait que le peu de différences qu'ils devaient avoir été une raison suffisante pour ne pas tomber amoureux. Mais il était vrai qu'un garçon plus jeune avec une fille plus âgée était assez étrange à voir.

"Tu as quel âge ?"s'informa-t-il.



Ce n'était pas très poli de demander son âge à une femme mais elle n'avait tout de même pas cent ans alors il se le permit. Au maximum elle devait avoir vingt-deux voir vingt-trois ans. Ce qui n'était pas très âgé.

Pendant que le charment garçon qu'était Enzo voulu aider la jeune -ou pas si jeune- fille, cette dernière s'amusa à tirer en arrière. Au lieu de faire de même de son coté, le sportif se laissa entrainer vers elle afin de la surprendre. Il ne lui tomba pas dessus car il avait préparé sa "chute" mais il était maintenant très proche d'elle, à tel point qu'il pouvait voir sans ses yeux gris une petite touche de vert.

"Pas très éthique de votre part Mademoiselle Kozlava." lui murmura-t-il à l'oreille avec sourire en coin.

Il se releva rapidement et l'aider pour de bon à faire de même, puis ils rendirent au préau.

"Tu es bien curieuse."Remarqua-t-il. "J'ai une petite sœur. Elle s’appelle Caroline et oui, elle est au Japon, elle aussi."

Il ne l'avait pas encore quitté assez longtemps pour qu'elle lui manque vraiment mais il savait que si c'était le cas il n'hésiterait pas à prendre le premier taxi qui se présenterait devant lui pour la rejoindre où qu'elle soit.

"Et toi ? De la famille ?" demanda-t-il en s’asseyant sur le banc qui était le plus proche de lui.

Il secoua sa tête telle un petit chiot et passa sa main dans les cheveux pour les "coiffé" ce qui ne marcha pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Mar 18 Nov - 22:22
« Vraiment ? Tu ne sais pas ce que tu manques ! Je te ferai écouter un de ces jours, je suis sûre que tu aimeras. Si tu es d'accord, bien entendu, il ne faudrait pas que ça devienne de la torture... »

Je souris en pensant à la musique « River Flows in You », qui est tout simplement splendide.

Je souris quand il dit :

« Et non, je ne suis pas attiré par les garçons si c'est ce que tu insinues. »

Ça me donne envie de le titiller un peu plus... Mais avec un grand sourire espiègle, sinon ça pourrait être mal perçu.



« Ah bon ? Pourtant, d'habitude, les garçons avec un joli visage sont de ce bord-là. »


J'étouffe mon envie de glousser à nouveau et essaie de paraître la plus sérieuse possible, mais j'ai l'impression que c'est raté. Il me demande ensuite mon âge.

« J'ai vingt-et-un ans ! Enfin, ça, c'est physiquement... Mentalement, je me rapprocherais plus des douze ans. Mais bon, je suppose que tu l'avais remarqué. »

Ma remarque est appuyée par le mouvement que j'esquisse un peu plus tard, en le tirant vers moi lorsqu'il essaie de me relever. Cependant, ma petite « blague » ne se passe pas comme prévu : au lieu de tirer de son côté, il a décidé de se laisser tomber. Lorsqu'il se rapproche, je laisse échapper un glapissement de surprise et me recroqueville sur moi-même, plus par réflexe que par peur qu'il ne m'écrase. Alors que mes paupières sont fermement closes, je sens un souffle chaud sur mon oreille qui me susurre « Pas très éthique de votre part, Mademoiselle Kozlova. ». Mes yeux se rouvrent en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, et je peux apercevoir un sourire en coin orner le visage d'Enzo. Je ne peux nier la gêne que j'ai ressentie, mais je ne peux non plus m'empêcher de rire à la situation quelque peu cocasse qui vient d'arriver. Heureusement qu'il a de l'humour.


Il me tend une deuxième fois sa main, mais je me tiens vraiment sage cette fois-ci. Une fois arrivés au préau, il répond à ma nouvelle série de questions. Alors sa sœur est ici, avec lui. Avec un grand sourire innocent, je relance :

« Désolée d'être aussi curieuse... Ta sœur est aussi à Miyusaki ? Quant à ma famille... Elle est au Japon aussi, mais pas à Tokyo même, à une vingtaine de kilomètre d'ici. Mes parents ont d'abord voulu rester en France, mais ils se sont finalement décidés à venir. Je suis fille unique, mais j'ai toujours rêvé d'avoir un grand-frère grand et fort qui puisse me protéger de l'extérieur. Tu aurais été mon grand-frère parfait, en fait. Caroline a de la chance de t'avoir. »

Lorsqu'il va s'asseoir sur un banc, je le suis et l'imite. Il secoue alors la tête et je reçois plein de gouttelettes de pluie. C'est mignon, il peut avoir l'air si mature parfois... Mais si fragile en même temps. C'est vraiment étrange comme mélange.
J'ai envie d'ébouriffer moi aussi ses cheveux. Après tout, quel mal est-ce que ça pourrait bien faire ? Ils sont déjà décoiffés. Dans le pire des cas, il me décoifferait aussi, mais étant donné que c'est déjà la catastrophe...


C'est parti !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Jeu 20 Nov - 23:12
"Ne t’inquiète pas, dans le pire des cas, si je n'aime pas, ton casque finira comme celui que tu viens de maltraiter." répondit-il.

Enzo sourit de plus belle à la réflexion de Nadia. Alors comme ça les beaux garçons étaient tous gay . Il pensait qu'elle plaisantait pour le taquiner, mais y avait-il un fond de vérité dans cette remarque ? En tout cas, lui n'était absolument pas intéressé par d'autre garçons. Ça c'était clair !

"Tu as peut-être besoin d'une preuve ?"demanda-t-il avec un clin d’œil.

Parfois il était si taquin et de bonne humeur qu'il ne comprenait pas pourquoi il n'arrivait pas à toujours rester comme ça. Il s'aimait bien ainsi, joueur voir dragueur, sociable et sympathique. Cette facette de lui était si différente de celle qui apparaissait dans ses pires jours.
Nadia lui dit son âge -vingt et un ans, ce qui ne le choqua pas. Cependant elle lui fit remarquer qu'elle avait gardé toute ça jeunesse.

"J'aurais même dit onze ans trois quarts." se moqua le garçon.

Il aurait pu se sentir mal à l'aise d'être en compagnie d'une fille plus âgée. Après tout, comparait à elle il n'était qu'un bébé. Il se souvenait de lui-même, lorsqu'il était encore qu'au collège, il se prenait pour le roi du monde lorsqu'il voyait les primaires. Pourtant, il ne se sentait pas inférieur à Nadia ni embarrassé. Ce fut d'ailleurs lui qui la gêna lorsqu’il lui était "tombé" dessus. Il aimait bien rendre les gens mal à l'aise, ça l'amuser, particulièrement lorsque c'était eux la source de la situation. Elle était celle qui l'avait tiré vers elle et pourtant c'était elle aussi qui finissait penaude.

"Non, elle n'est pas à Miyusaki." dit-il avec un sourire un peu moins naturel.

Il écouta "l'histoire" de Nadia. Donc comme ça elle avait vécu en France et elle fille unique. Elle avait toujours voulu un grand frère, cette remarque l'étonna car tous les filles qu'il connaissait ne voulaient voulait pas. Mais ce qui le dérangea le plus était ce qu'elle dit à la fin. Si un grand frère parfait existé, ce n'était certainement pas lui. Il tourna la tête vers Nadia la fixa avec une intensité qu'il ne lui avait pas encore montrée.

"Non. Elle n'a pas de chance." dit-il avec sérieux.

Il détourna ensuite son regard vers l'eau qui tombe sur le sol et son regard s'adoucit.

"Et puis, tu es plus vieille que moi alors j'aurais été ton petit frère."Lâcha-t-il sur un ton léger.

Alors qu'il tentait désespérément de se coiffer convenablement, une main vaine anéantir sa tentative. Un sourire malicieux aux lèvres, Enzo ces leva bien décider à se venger. Il prit Nadia dans ses bras, la portant plus comme un sac à patates qu'une princesse et l'entraina vers la pluie.

"Tu n'aurais pas dû faire ça, ma belle." la prévint-il.

Une fois sous la pluie, il resta quelques secondes ainsi, la posa doucement par terre, et la laissa ainsi. Il se dirigea vers le préau pour qu'il puise, une fois de plus sécher.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Sam 22 Nov - 16:10
Sa réponse me donne envie de rire, mais je fais semblant de bouder avant de lui tirer la langue :

« Mais-euh... J'ai juste été surprise... Et puis c'est méchant de se moquer ! »


Si j'ai besoin d'une preuve de son hétérosexualité ? Mes yeux se parent de surprise et mes joues se teintent d'incarnat. Je le savais joueur et dragueur, mais pas à ce point. Je secoue vigoureusement la tête de droite à gauche, puis ajoute pour être sûre :

« Non, ça va aller, merci ! Je te crois ! »


Il me taquine à propos de mon âge mental, et je ris avec lui. Le fait que je sois plus vieille que lui n'a pas l'air de trop le déranger. Tant mieux.


Après notre chute, il m'a parlé de sa sœur. Si elle n'est pas à Miyusaki, c'est soit qu'elle est ailleurs, soit qu'elle est trop jeune. Cependant, je n'ose pas approfondir le sujet après qu'il m'ait observée avec un tel sérieux. Il semble s'en vouloir... Mais pour quelle raison ? Seul lui le sait. La douleur que je vois se peindre sur son visage pendant un instant me donne envie de le consoler, de le prendre dans mes bras et de lui dire que tout ira bien. Je ne sais même pas ce qui lui cause ce sentiment, et je lui dirais que tout irait bien ? Je pense à cette situation, et un seul mot me vient à l'esprit : « Ridicule. »


Je me contente de regarder mes pieds, avant qu'il n'ajoute plus gaiement :


« Et puis, tu es plus vieille que moi alors j'aurais été ton petit frère. »


Un sourire amer s'esquisse sur mes lèvres alors que je l'écoute changer de sujet.


« Un petit frère, hein... C'est bien aussi. Je ne sais pas si j'aurais été une bonne grande sœur, mais j'aurais fait de mon mieux, pour sûr ! Et puis on aurait fait plein de jeux... Et mangé plein de gâteaux aussi. D'ailleurs... Avant que je ne la finisse ? »


Je lui tends à nouveau la plaquette de chocolat presque entièrement engloutie avec un sourire réconfortant. Le chocolat rend heureux, alors bon... Il en a sûrement plus besoin que moi.


Sa petite mine me fait de la peine, mais elle disparaît après qu'il m'ait prise sur son épaule en réponse à mon « attaque » contre ses cheveux. Je dois avouer que j'ai un peu peur de ce qu'il va me faire. Je me débats et tape doucement son dos avec mes poings.

« Nan ! Lâche-moi ! S'il-te-plaît ? Allez Enzo ! »


Il m'abandonne finalement sous la pluie et, surprise qu'il ne fasse rien de plus, je le regarde s'éloigner sans réagir. Je cligne plusieurs fois des yeux.

« Quoi, c'est tout ? Je le croyais plus imaginatif ! »


Je me relève donc et court dans sa direction, puis saute sur son dos avant qu'il n'atteigne l'abri. Je serre mes jambes autour de son ventre pour assurer ma prise et cache ses yeux.

« Voilà, essaye de retourner sous le préau comme ça ! »

Puis j'éclate de rire sans me soucier des possibles conséquences. Il faut profiter de la vie !
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Mar 25 Nov - 19:28
"Mais je suis méchant, tu ne le savais pas ?" dit-il avec le sourire.

Enfaite, ce n'était pas vraiment faux. Parfois il pouvait vraiment être méchant et agir comme un parfait abruti mais après ça il s'excusait...ou pas. Au moins, il ressentait de la culpabilité après ces moments de nerfs. Et effectivement, Nadia ne pouvait pas le savoir vu qu'elle venait de la rencontrer.

"Je suis sur que tu aurais été une grande sœur odieuse." dit-il pour la taquiner en refusant d'un revers de la main le chocolat qu'elle lui proposer. "Tu m'aurais sans doute maquillé de force et habiller comme une fille et moi pour me venger je serais sortie avec ta meilleure amie. C'est ça les relations frère/sœur."

Quand il était petit, il s'amusait à taquiner sa petite sœur, à cacher ses jouets ou a dessiné sur ses cahiers de cours. Il avait même mis des fourmis dans son lit une fois, et un jour il lui avait coupé les cheveux. Leur mère avait été si furieuse qu'elle l'avait consigné dans sa chambre pendant si longtemps qu'il avait pu voir les toiles d’araignées se tiser sur son plafond. Sur le coup, il avait était très énervé.

"Des cheveux ça repoussent" avait-il dit à l'époque mais tout compte fait il avait bien mérité sa punition.

Alors que Nadia, assise par terre se plaignait de ne pas avoir subi plus de représailles, Enzo lui tourna le dos. Cette fille était vraiment masochiste, et cela l'amusait. Le sportif n'eut cependant pas le temps d'atteindre le préau qu'une petite sauvage lui sauta dessus et lui cacha les yeux. Étonnait, il tourna sur lui-même puis se rendit compte que ce geste était totalement stupide. S'il n'avait pas bougé il aurait pu se rendre au préau les yeux fermés en continuant de marché tout droit alors que maintenant il n'avait aucune idée du coté vers lequel ce dirige.

"Tu sais quoi ? Je n'ai plus envie d'aller sous le préau."

C'était fou et ça pouvait être dangereux mais elle l'avait cherché. Enzo agrippa les jambes de Nadia qui était de lui pour bien la tenir et être sûr qu'elle ne tombe pas puis se mit à courir sans savoir où il aller. Ne voyant rien, il pouvait facilement heurter un banc ou encore perdre l'équilibre surtout qu'il avait quelqu'un sur le dos. Courir sans voir où l'on allé était un exercice plus compliqué qu'il pouvait paraître. Il voulait surtout faire peur à Nadia mais il espérait que par sa faute elle ne se blesserait pas.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Sam 29 Nov - 21:30
« Méchant, toi ? Je veux bien que les apparences puissent être trompeuses, mais à ce point ? J'ai du mal à y croire. »


Je lui souris, encore, comme beaucoup d'autres fois aujourd'hui. Eh bien, il faut croire que cette journée n'était pas si mauvaise que je ne le pensais.
Alors que je l'écoute me décrire la relation que l'on aurait eu, je penche légèrement la tête sur le côté et fronce les sourcils, surprise. C'est vraiment comme ça que ça se passe dans les familles aux USA ?


« C'aurait été drôle de te voir maquillé et en tutu, en effet, mais je pense que j'aurais préféré te déguiser en poisson. Quant à ma meilleure amie... Je lui aurais dit à quel point tu sentais mauvais des pieds et j'aurais eu l'avantage sur toi. »


Un autre sourire innocent, parce que je commence à devenir experte.


Alors que je suis sur son dos, il lance :


« Tu sais quoi ? Je n'ai plus envie d'aller sous le préau. »


Je ne comprends pas trop ce qu'il veut dire par là, mais dès qu'il agrippe mes jambes et commence à courir, j'ai peur. Trèèèèès peur. Tant que je commence à crier. Mais il est malade à courir comme ça ? On va finir par tomber ! Oh... Non...


« Woooh, Enzo, attention, le mur ! »


Et je mets tout mon poids vers l'arrière, pour éviter que l'on ne lui fonce dessus. Nous tombons à la renverse et je m'inquiète pour celui qui me portait sur son dos. Je lui demande, paniquée :


« Ça va ? Tu n'as pas trop mal, tu n'es pas blessé ? Et ton dos, ça va ? Je t'ai pas pété les cervicales en tirant trop, hein ? »
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Dim 7 Déc - 13:59
"Un véritable diable même." dit-il avec un sourire en coin pour répondre à la jeune fille qui ne semblait pas pouvoir concevoir que le garçon qui se tenait en face d'elle pouvait se montrer odieux et cruel. Si seulement elle avait raison. Il espérait qu'elle ne le voit jamais dans un état de colère.

"Me déguiser en poisson ?" s'étonna Enzo. "Tu n'aimerais pas plutôt me voir en super héros torse nu ?"

Un poisson...ce n'était pas vraiment très sexy. Quoique, c'était toujours mieux que porté un tutu. Enfin, il s'était déjà retrouvé avec des déguisements très étrange une fois alors qu'il fût sortie en ville pour acheter un parfum à sa soeur. Il avait rencontré une jeune fille et avait fini dans un magasin de cosplay interprétant le mignon Salameche ou encore Lugui dans Mario.

"Mais en voyant ma beauté physique, ta meilleure amie ne se serait pas soucié de mon odeur corporelle." répondit-il avec un clin d'oeil.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 "Un mur ?" répéta mentalement Enzo avant de se retrouver par terre tel un bébé apprenant tout juste à marcher. La jeune fille qu'il porte sur le dos avait tout fait pour qu'ils ralentissent et ils avaient fini au sol, ce qui était sans doute mieux qu'être défiguré par un mur. Son premier réflexe aurait été de se tourner vers Nadia pour voir s'il ne l'avait pas blessé, mais constatant qu'elle-même s'inquiéter pour lui, il se contenta de rester allonger les yeux fermer, ce retenant de rire.

« Ça va ? Tu n'as pas trop mal, tu n'es pas blessé . Et ton dos, ça va ? Je t'ai pas pété les cervicales en tirant trop, hein ? »

Aucune réponse. Enzo fit de son mieux pour ne pas respirer trop fort ni trahir le fait qu'il ne s'était pas réellement blessé.
LA VENGEANCE EST UN PLAT QUI SE MANGE FROID.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell] Mer 7 Jan - 9:52
Rp archivé car ayant dépassé les un mois sans réponse.


Merci de votre compréhension. 


Pocahontas.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell]
Revenir en haut Aller en bas

La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La solitude ne dépend pas de l’extérieur, c'est une chose du dedans. [w/ Enzo Carswell]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Éternelle solitude | Lumi |
» Dans la solitude du desert.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Abandonnés.-