RSS
RSS



 

Partagez|

[Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
5 / 1005 / 100

Chambre : Cinquante-quatre
Classe : Troisième S
Spécialisation. : Volley-Ball
Situation amoureuse : En couple avec Sasuke Ujikiyo.

Messages : 62
Okane (お金) : 41
Points. : 6
Date de naissance : 06/06/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation , liens, rps. )
MessageSujet: [Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo] Ven 28 Aoû - 19:49
Allongé sur mon lit, je m'ennuyais fermement. J'avais sorti mon portable pour voir si quelqu'un m'avait écrit ou quelque chose dans le genre, mais rien. Puis, ma mère était partie, mais cela ne changeait pas vraiment. Elle avait toujours cette manie de quitter la maison le soir avec mon père pour faire, je ne sais quoi. Pas que je m'en foutais, mais je n'avais jamais posé la question. Peut-être que je n'en avais tout simplement jamais eu l'occasion. Peu importe, j'étais assez grand pour me garder moi-même, et puis elle finirait bien par rentrer.
Lire ne m'avait même pas effleuré l'esprit. Je n'aimais pas spécialement lire, c'était le truc le plus chiant du monde. Je ne voulais pas non plus faire du sport, j'avais un peu la flemme. En fait, il était là mon problème, j'avais la flemme. Au final, peut-être que dire que je m'ennuyais était une belle connerie parce que ce n'était pas vrai. La flemme est ma pire ennemie.

Pris d'un soudain élan de regain d'énergie, je me suis dirigé vers la salle de bains pour prendre une douche rapide. Cela me motiverait peut-être un peu plus. Je suis ensuite repartie dans ma chambre pour m'habiller, choisissant un slim noir tout simple ainsi qu'un haut blanc légèrement transparent à la lumière, laissant mes cheveux retombés comme ils le voulaient. J'avais envie de sortir, de bouger, de voir du monde. Je n'en pouvais plus d'être enfermé dans cette chambre, j'allais finir par péter un câble. Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. Je ne savais pas trop pourquoi, je n'avais jamais su pourquoi je me comportais comme ça envers lui, c'était flou, et étrangement, je n'avais pas envie de mettre un mot dessus, parce que ça m'allait parfaitement comme c'était, enfin...
Je lui ai simplement proposé d'aller au restaurant avec moi -j'avais faim et que je passais le prendre en bas de chez lui. Une fois fait, je suis descendu pour enfiler mes chaussures et aller chez lui.

Il ne fallait que 15 minutes de bus pour atteindre le quartier de Miki, ce qui était plutôt pratique. Je n'aimais pas vraiment les longs trajets en réalité. Et j'avoue que l'idée de m'y rendre à pied ne m'avait même pas effleuré l'esprit. Il en était hors de question. Il ne me fallut peu de temps pour repérer la maison de Miki, et je me suis assis sur un banc non loin, lui envoyant tout de même un sms pour lui dire que j'étais arrivé. Une fois fait, j'ai fermé les yeux en penchant la tête en arrière, respirant un grand coup l'air frais. Il faisait doux, c'était agréable, et j'aimais les soirées aussi calmes. Pour un peu, j'aurais pu passer toute la nuit dehors, mais si les températures venaient à chuter, j'aurais attrapé froid, et ce n'était pas mon but. Puis, Miki ne tarderait sans doute pas, et je souriais intérieurement à l'idée de le revoir. Le temps que nous avions passé ensemble me laissait de bons souvenirs, comme par exemple quand il était venu m'aider cet été lorsque ma mère avait voulu repeindre les murs du salon. J'avais passé un excellent moment en sa compagnie, et je ne doutais absolument pas du fait que cela se reproduirait sans doute.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
5 / 1005 / 100

Chambre : Externe.
Classe : Cinquième B.
Spécialisation. : Chant.
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 108
Okane (お金) : 158
Points. : 4
Date de naissance : 10/11/1996
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation. ♬ Fiche de liens. ♬ Fiche de rp. ♬ Facebook.
Musique.
Miki Yamada
MessageSujet: Re: [Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo] Mar 1 Sep - 0:44
Je dois avouer que ça faisait un petit moment que je n’avais plus eu de nouvelles de Sasuke. Je m’étais arrangé pour tenter de l’éviter, alors que je sentais en moi, comme un besoin de croiser son chemin. Je voulais qu’il me contacte le premier, et ça ne pouvait être autrement. Et pourtant. Je ne cessai de regarder mon téléphone, au moins cent fois par jour, et dès qu’un texto me parvenait, je ne pouvais m’empêcher de sourire bêtement, avant de découvrir que non !!! Ce n’était pas lui !

Je commençai à sérieusement penser que c’était peine perdue. Et puis, en fait, est-ce que c’était si important que ça ? Je veux dire, dès le départ c’était foutu entre lui et moi ! Qui aurait pu penser que lui aussi aurait des penchants homosexuels, hein ? Puis là, je me suis figé. Net. Comme si tout c’était arrêté. Alors que j’étais allongé sur mon lit, à tapoter sur mon ordinateur, tous mes muscles ont cessé de fonctionner. Je venais de m’avouer que j’étais peut-être homosexuel. Peut-être qu’en fait j’étais amoureux de Sasuke. Ma respiration se coupa, et j’eus envie de pleurer. Je m’étais efforcé tant d’années à être comme les autres, et voilà que tout ce que m’avait dit mon père était vrai. En fait, j’aimais les hommes.

Ma tête heurta mon lit, avec violence. Elle finit même par rebondir dessus, alors, que couché sur le ventre, les jambes dans le vide, je me rendais compte de qui j’étais réellement. C’était dur, de finir par trouver son identité, surtout lorsque l’on avait fuit cette dernière pendant des années. Je ne savais pas trop sur qui me reposer. Maya m’avait littéralement abandonné, et moi, je me retrouvai seul, comme un idiot, à ne pas savoir à qui confier mes maux, puisque j’avais vu tous mes amis partir. Notre groupe s’était dissout, sans que je n’arrive à comprendre pourquoi. Et ce n’était certainement pas à Sasuke que j’allais confier mes soucis de personnalité, il en était la cause après tout ! Quelle saloperie ce garçon !

Mon téléphone vibra sous mon coude, mais je ne réagis pas tout de suite, ne m’attendant pas à un message de Sasuke, et même quand j’ai lu le message, je n’ai même pas percuté directement. Quelqu’un m’invitait au restaurant. Je remontais donc le regard, vers l’envoyeur, avant de voir écrit « Sasuke. » D’abord, je restai perplexe. Je me frottai les yeux, et lis de nouveau. Toujours le même nom clignotant. Non… Non… Mais si !!! Sasuke m’invite au restaurant !

Bondissant sur mes pieds, surexcité, je m’étirai, et fit la danse de la joie, quelques instants dans ma chambre. Bon, ressaisis-toi Miki. Ce n’est qu’un mec, tu es un mec… Non, ça ne marche plus. Les filles à forte poitrine ne m’intéressent pas. Elles ne m’ont JAMAIS intéressé. J’ai toujours préféré regarder les hommes. Il fallait que je me fasse une raison. Mais c’était bien trop difficile pour moi. Je n’arrivai pas à me résigner.

Prenant mon téléphone, j’hésitai quelques instants. J’avais envie de décliner l’invitation, pour me rassurer un peu. Mais en même temps, je mourrai d’envie d’accepter, et d’aller me préparer, pour lui faire de l’œil. Raah. Quel dilemme. Mais je ne peux pas m’empêcher d’accepter ! Tant pis ! C’est donc avec une immense joie que j’acceptai son invitation, avant de filer dans la salle de bain, en criant à mon père que, ce soir, je sortais. 

Je filai à la douche, en vitesse, avant d’enfiler un jean délavé, avec une petite chaîne sur le côté, un tee-shirt noir, destroy, avec en-dessous, un tee-shirt rouge, et une chaine en argent autour du cou, ainsi qu’une veste en cuir.

Je m’étais de nouveau décoloré les cheveux, qui avaient retrouvé, par conséquent, leur belle couleur blonde. Je faisais un brin rebelle. Amusant quand on me connaissait. 

Je sortis de la maison, avant de me retrouver nez à nez avec Sasuke, assit sur un banc. Je me stoppai net, mon cœur battait la chamade. Je me raclai la gorge, arborait un sourire fier, et le saluai.


« Yo ! »

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

I tried not to cry.
But now, my life is over. I was lost on this road calling life. It killed me. I killed myself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Spécialisation. : La hache.
Situation amoureuse : En couple avec Essva.

Travail : Vous battre. u.u
Messages : 253
Okane (お金) : 13492
Points. : 1
Date de naissance : 04/07/1997
Age : 20
Je fais partie du Staff.
Mokona
MessageSujet: Re: [Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo] Ven 4 Sep - 0:15
40 Okanes retranchés à Sasuke, bon jeu !

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
5 / 1005 / 100

Chambre : Cinquante-quatre
Classe : Troisième S
Spécialisation. : Volley-Ball
Situation amoureuse : En couple avec Sasuke Ujikiyo.

Messages : 62
Okane (お金) : 41
Points. : 6
Date de naissance : 06/06/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation , liens, rps. )
MessageSujet: Re: [Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo] Mer 7 Oct - 12:59
L'air frais me faisait du bien, je ne savais pas pourquoi, mais je me sentais soudainement nerveux. Ce n'était pourtant pas la première fois qu'on faisait un truc, Miki et moi mais mon coeur battait un peu trop vite. Je crois que ce qui m'a perturbé, c'était le fait que l'invitation venait de moi. J'avais pris l'initiative de l'inviter parce que je voulais le voir. Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il me prenait pour le coup et le théorie d'avoir des sentiments pour lui ne m'avais jamais effleuré l'esprit... Jusqu'à maintenant. Je n'avais pas eu beaucoup de relations amoureuses, mais il était vrai que j'en avais eu très peu avec des garçons... Pour ne pas dire presque pas. Je n'étais pas du tout rebuté par ce genre de relation, au contraire, un homme avec un homme était pour moi tout à fait normal, comme l'inverse. Tant que le cœur y est, c'était ce le plus important, peu importait l'avis des autres.

Pourtant, je n'avais pas envie de me prendre la tête. Je n'étais pas le genre de garçon à tomber amoureux extrêmement vite ou même à croire au coup de foudre. J'étais discret sur mes sentiments, et parfois je m'étais vraiment du temps à me l'avouer. Mais ici, c'était différent. J'aimais beaucoup Miki, peut être un peu trop pour de simple ami en réalité. Passer du temps avec lui ne me dérangeait absolument pas, et il aurait pu m'appeler à 6h du mat' que je serais aller l'aider, peu importe où il se trouvait. Mais il y avait également une autre barrière dans cette histoire : ce que lui, pensait de tout ça. C'était ça, le problème, quand quelqu'un nous plaît. On ne sait jamais si c'est réciproque. Et quand nous sommes du même sexe que l'autre, c'est encore plus délicat, parce qu'il n'approuvait peut être pas une quelconque relation supérieur à de simple amis entre deux hommes. Ce qui serait parfaitement compréhensible. Sauf que je n'avais pas non plus envie de me faire du mal, je n'étais pas maso, et je n'étais vraiment pas sûr d'une quelconque trace de sentiments à mon égard, alors avant de... Qu'est ce que je raconte ?

Je rouvris brutalement les yeux, contemplant le ciel alors que je soupirais. Je m'étais encore perdu dans mes pensées, et j'avais dérivé inconsciemment sur des questions que je ne me posais jamais. Peut être que je devrais le faire plus souvent ? Parfois, je n'arrivais juste pas à me comprendre moi même. Ma mère me disait souvent que c'était parce que j'étais encore jeune et qu'il me restait encore énormément de chose à voir, elle avait raison, mais j'y croyais moyen quand même. Mon père était toujours autant paumé apparemment, il était pas vraiment gâté.
C'est le bruit qui parvint à mes oreilles qui me tira de ma réflexion, et j'ai baissé la tête en entendant Miki me saluer. Un sourire s'est peint sur mes lèvres en voyant le siens, et j'ai pris quelque seconde pour le détailler. Son style était peu habituel venant de lui, c'était surprenant, mais ça lui allait étonnement bien et je ne trouvais pas ça choquant. Ses cheveux étaient redevenus blonds, et sans savoir pourquoi, je préférais cette couleurs. Pas qu'il était moche en brun hein ! Disons que cette couleur actuelle est plus originale et qu'elle s’harmonise beaucoup avec son visage. J'allais finir par m'enfoncer tout seul, heureusement qu'il ne savait pas lire les pensées, sinon j'étais foutu.

Je me suis relevé en m'étirant légèrement, toujours en souriant -je ne faisais quasiment que ça avec lui-, avant de lancer sur un ton légèrement taquin.

- C'est pour moi que tu t'es fait aussi beau ?


…. Stooooop ! On rembobine ! Bordel c'est pas possible, j'ai pas dit ça ! Sasuke t'es un abruti. J'avais parlé trop vite encore une fois, ne faisant pas attention à mes pensées qui avaient un peu trop tendance à se précipiter sur mes lèvres.

- Enfin, je veux dire, ça te va vraiment bien !

Je me suis mordu la langue en me rendant compte que je m'enfonçais encore plus. Je devais apprendre à me taire avant que ça ne me retombe dessus. Du coup, je me suis mis à rire nerveusement avant de passer une mains dans mes mèches chocolats. Bah voilà, j'étais gêné maintenant, alors que Miki n'avait absolument rien fait pour. Franchement, parfois je me demandais comme j'arrivais à me débrouiller tout seul. Ce n'était pourtant pas la première fois que je complimentais quelqu'un, bien au contraire, mais avec lui, tout semblait prendre une proportion et une signification différente. Et j'avais bien souvent du mal à balancer tout ce que je pensais... Même quand c'était sur lui. Merde.

- … Tu vas bien ?

Voilà, super, ça au moins, c'était une question qui, en théorie, ne mettrait pas en danger ma santé mentale. Je préférais revenir sur un terrain moins dangereux, parce que je ne voulais pas non plus le mettre mal à l'aise, j'allais encore culpabiliser.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
5 / 1005 / 100

Chambre : Externe.
Classe : Cinquième B.
Spécialisation. : Chant.
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 108
Okane (お金) : 158
Points. : 4
Date de naissance : 10/11/1996
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation. ♬ Fiche de liens. ♬ Fiche de rp. ♬ Facebook.
Musique.
Miki Yamada
MessageSujet: Re: [Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo] Dim 8 Nov - 23:14


Passion et destruction.
Avec Ujikiyo Sasuke.


J’avais descendu les escaliers quatre à quatre en fait, et avant de sortir de la maison, juste devant la porte d’entrée, j’avais prit le temps de reprendre mon souffle. J’étais plutôt perturbé. Déjà que j’avais pas mal de problèmes (psychologiques) au niveau de ma respiration, faire un effort, en plus d’être émotionnellement instable par rapport à Sasuke ne m’aidait pas vraiment à redevenir « normal ». J’étais fatigué que mon corps soit constamment incapable de suivre ce que je voulais qu’il fasse. C’était triste. J’étais jeune, j’étais joyeux, et pourtant, je n’avais pas le droit de faire tout ce dont je rêvais, parce que putain, j’étais pas foutu de me faire confiance, et d’oublier ce passé que je traînai comme un boulet.

Au final, j’avais franchit la porte comme si de rien n’était, la tête haute, et le sourire sur les lèvres. Parce que je ne voulais pas que Sasuke voit qu’en fait il me faisait de l’effet. Je peux pas dire que c’était un coup de foudre, parce qu’avoir des sentiments pour lui ne m’était pas tombé dessus du jour au lendemain. Au début, on était un groupe d’amis, tous ensemble, on passait souvent du temps ensemble, et j’en passais plus particulièrement avec Sasuke, mais j’sais pas trop pourquoi. On avait des points en commun, et on s’éclatait plutôt bien. Toujours sur la même longueur d’onde en fait. J’saurai pas trop dire quand cette amitié que j’avais envers lui s’était transformée en amour en fait. J’arrive pas à me souvenir, j’l’ai nié si longtemps que je ne peux pas le savoir en fait, ce qui gênant. Je ne saurai pas dire pourquoi lui, et surtout, pourquoi j’avais été attiré par un homme. En réalité, je ne savais pas vraiment pourquoi je m’étais entiché de lui. Probablement par ses absences. Je m’étais rendu compte que ça me pesait lorsqu’il n’était pas là. Lorsque je ne l’avais pas près de moi. Quand il ne venait pas, les sorties me semblaient plus fades, beaucoup plus longues et chiantes. Peut-être était-il simplement un ami à mes yeux ? Un gars avec qui je déconnai tellement qu’il finissait par me toucher.

Mais me dire ça était totalement dérisoire. Personne ne m’avait jamais autant manqué que lui. Pas même Maya en vérité, alors qu’elle avait toujours été la femme à laquelle je tenais le plus. Ma précieuse amie, que je ne pourrai jamais oublier malgré tout. Je me souvenais de chaque mimique de Sasuke, du son de sa voix, comme s’il était toujours près de moi. Je me souvenais de ses sourires, comme de véritables trésors. Il était bien plus qu’un ami. Sasuke était mon premier amour. Et ça me faisait mal en vérité. J’étais totalement accroc à lui, tant et si bien que ça me détruisait. J’allais finir par imploser. Ou même exploser, lui balancer tout ce que je ressentais pour lui, avant de simplement m’enfermer chez moi, honteux, pour ne plus jamais ressortir. Pour me terrer au fond de mon lit, en suppliant mon père de déménager. Je ne savais pas vraiment comment réagir face à ce flot de sentiments qui envahissaient mon cœur. Tous aussi contradictoires les uns que les autres. Alors je souriais, comme je le faisais à chaque fois. Parce que c’était bien plus facile comme ça. Je préférai fuir que d’affronter mes démons. Ça faisait tellement moins mal. Enfin, c’était bien ce que je pensais lorsque j’avais commencé à adopter cette méthode dont je ne pouvais plus me passer. Aujourd’hui, j’étais mon propre destructeur. Celui qui me mènerait à la tombe. 

« C’est pour moi que tu t’es fait aussi beau ? »

Mon cœur loupa un battement, alors que cette phrase que je pensais avoir rêvé me sortais de mes pensées, alors que je regardai Sasuke, sans un mot, trouvant, par, je ne sais quel miracle, le courage de plonger mes yeux dans les siens, alors que ma bouche était légèrement entrouverte. A ce moment, plus que jamais, j’eus envie de l’embrasser. Parce qu’il venait de toucher mon cœur, qu’il venait de traverser mon âme, avec simplement quelques mots. Parce que j’étais amoureux de lui, tout simplement. 

« Enfin, je veux dire, ça te va vraiment bien ! »

A quel jeu joues-tu Sasuke ? Quels sont réellement tes sentiments pour moi ? Vas-tu un jour arrêter de me faire souffrir ? Vas-tu un jour cesser de planter mon cœur comme à chaque fois que tu ouvres la bouche ? Vas-tu un jour te rendre compte que tu me rends complètement malade ? Que tu es une drogue, que tu représentes tout ce que j’ai toujours fuit ? Te rends-tu compte que je te déteste de tout mon être ? Te rends-tu compte que cette relation me détruit ? Te rends-tu compte que sans toi je ne suis plus rien ? Te rends-tu simplement compte que je t’aime, bien plus que je te hais ? Te rends-tu compte que tu pourrais me briser, d’un simple mot ?

Je frissonnai de l’emprise qu’il avait sur moi. De tout ce qu’il représentait. J’avais envie de tout lâcher, de claquer la porte, de partir, et de ne jamais le revoir. Je voulais tout oublier, oublier la virulence de cette souffrance, la douleur que le voir pouvait m’infliger. Mais, en même temps, je n’arrivai pas à l’oublier. Je ne pouvais pas me résigner à l’abandonner, à ne jamais lui adresser la parole, de l’ignorer, et d’avancer, comme j’avais toujours su le faire. Parce que ce que je ressentais pour lui était vivant. Je ne contrôlais plus rien, j’étais totalement déboussolé. Toute mon âme pleurait ses absences, mon cœur se brisait à chaque pensée que je pouvais avoir de lui avec une autre. J’avais mal. J’étais malade. Malade d’amour. Je voulais crier, pleurer, le secouer, lui demander s’il ne se rendait vraiment compte de rien, ou s’il faisait simplement de ne pas le voir ? ce n’était plus une plaisanterie maintenant, plus même un jeu d’enfant, c’était tellement plus. Tellement plus douloureux qu’une simple comptine. Tellement plus profond qu’une simple chanson. 

Je perdais la raison. Je perdais pied. Il était tout pour moi. Je lui offrais mon âme, mon cœur, mon amour. S’en rendait-il simplement compte ? Savait-il qu’il avait détruit tout ce en quoi je croyais ? Que je devais tout reconstruire aujourd’hui, à cause de lui ? Que je voulais tout refaire avec lui ? Je voulais goûter à ses lèvres, sentir son souffle sur mon cou, la chaleur de sa main, passer mes doigts dans ses cheveux chocolats, pour enfin sentir qu’il n’était qu’à moi, et ce jusqu’à ce que cet amour passionnel m’est assez détruit pour m’apporter la mort. Sasuke me faisait sourire. Sasuke me faisait pleurer. Sasuke me rendait incohérent. Je le haïssai, je voulais le voir loin de moi, l’oublier à jamais, pour que ma vie devienne bien moins compliquée. Tout quitter, pour tout recommencer. Peu à peu, tout  espoir d’une idylle partagée s’estompait, pour me laisser dans un drôle de monde. Celui où les âmes s’égarent et où les cœurs pleurent. 

Tout mon monde s’effondrait, pour ne laisser place qu’à une nuit sans fin. Une lune mélancolique tentait d’éclairer avec mal cette noirceur qui envahissait mon cœur. Une lueur timide qui tentait de m’extirper de ce cauchemar sans réveil.

Je me voyais attraper Sasuke par le col, pour le plaquer contre un mur. Planter un regard noir, et sans humanité dans le sien en lui demandant pourquoi il m’infligeait tout ça. Pourquoi à ses côtés je devenais fou. Pourquoi je n’arrivais plus à garder les pieds sur terre, et à résonner. J’étais seul. Si seul.
Je me voyais m’effondrer, à ses pieds, en pleurant toutes ces larmes que je m’efforçai de retenir. Toutes ces  douleurs finiraient par s’estomper, pour ne laisser de moi qu’une enveloppe charnelle. Je mourrai, d’une mort affreuse. Celle de l’amour.

Me vois-tu Sasuke ? Tes yeux parviennent-ils à lire ce que j’ai envie que tu lises ? Parviennent-ils à voir réellement qui je suis ? A quel point je vais mal, à quel point je suis rongé ? Moi, le Miki connu pour sa joie et sa bonne humeur. Moi, Miki le positif. Peux-tu lire à travers ces sourires que je te lance, comme s’ils étaient sincères, mais, qui pourtant sont empreints d’une souffrance sans égale ? 

Puis, il  s’est mit à rire, d’un rire nerveux, alors qu’un nouveau sourire se dessinait sur mon visage. J’avais probablement l’air idiot. Mais, à vrai dire, je ne savais pas trop comment réagir, à cet instant précis. Parce que si je me laissais aller, les larmes mangeraient mon visage, comme le froid qui mordait mes joues. 

-… Tu vas bien ?

A quoi tu joues Sasuke ? Qu’attends-tu réellement de moi ? Que ressens-tu pour moi ? Te rends-tu compte que tu me détruits ?

« Je vais bien, et toi ? » lançai-je amicalement.

Je suppose que je vais bien. Je suppose que j’irai toujours bien. Je suppose que la vie n’est qu’une suite d’échecs, une suite de tests. Je suppose qu’il faut que je me relève, encore une fois. Je suppose qu’il faut que je vive, pour me jouer de la vie, à mon tour. 


Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

I tried not to cry.
But now, my life is over. I was lost on this road calling life. It killed me. I killed myself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
5 / 1005 / 100

Chambre : Cinquante-quatre
Classe : Troisième S
Spécialisation. : Volley-Ball
Situation amoureuse : En couple avec Sasuke Ujikiyo.

Messages : 62
Okane (お金) : 41
Points. : 6
Date de naissance : 06/06/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation , liens, rps. )
MessageSujet: Re: [Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo] Mer 11 Nov - 13:18
Miki avait fini par répondre à ma question, et j'avais hoché la tête, doucement, souriant, pour lui dire que oui, moi aussi, j'allais bien. Et puis, mon sourire se fana peu à peu. Je ne pensais pas tellement que j'allais bien. Je ne savais pas pourquoi, j'avais tout à coup cette sensation étrange, que j'étais incapable d'identifier... Mais elle était vraiment désagréable. C'était comme si des épines s'enfonçaient en moi douloureusement, et visaient mon cœur. Et je ne savais pas d'où ça venait. Était-ce son regard ? Il me semblait si triste, tout à coup, que je ne savais pas comment réagir. J'avais l'impression qu'il tentait de me dire quelque chose, mais que je n'avais pas la réponse à cette question muette. Devais-je prendre le risque de lui demander ? Je ne savais pas s'il me répondrait, après tout. Qu'est ce que j'étais, pour lui ?

Mais, si moi je voyais toutes ces choses dans son regard, lui, est-ce qu'il voyait tout ce que j'aurais aimé lui dire ? Que oui, je l'aimais, mais que non, je ne voulais pas de ce genre de relation avec lui, bien que ce soit totalement faux ? Est-ce que j'aurais au moins le cran de lui mentir ? Non, sans doute pas. Je ne voulais pas lui faire de mal, c'était la dernière chose que je voulais sur cette putain de planète. Mais bordel, pourquoi est-ce que j'avais aussi cette impression que tout tournait de travers ? Ce n'était pas ce que je voulais, loin de là. J'aurais tellement aimé pouvoir lui dire tout ce que je pensais, n'importe quoi, juste un seul mot. Mais j'avais l'impression d'être bloqué, comme si aucun mot ne voulait plus du tout sortir de ma bouche. J'avais envie de fuir, de partir loin de son regard, de ne pas l'affronter de nouveau. De ne plus jamais le revoir. Mais j'étais littéralement paralysé sur place. J'avais toujours été égoïste. Je fuyais toujours les problèmes parce que je n'aimais pas ce que cela m'apportait. Bien sûr que j'étais présent lorsque mes amis en avaient besoin, bien sûr que je leur apportais du soutiens, du mieux que je pouvais. Mais j'arrivais pas à trouver les bons mots, c'étaient trop compliqué pour moi. Même si eux, ils me disaient que ça leur faisait du bien, je ne voyais pas en quoi j'étais d'une grande aide... M'enfin.
Et je crois que j'avais peur de ça, que Miki me demande de l'aide. Je ferais tout mon possible pour l'aider, mais je ne voulais pas le décevoir. Je ne voulais pas que son regard change quand il me regarderait. Même si c'était ce regard qui me foutait en l'air à ce moment même.

Je ne savais réellement pas quoi faire, j'étais totalement décontenancé. J'ai passé une main dans mes cheveux, avant de me mordre la lèvre, ce que je faisais toujours quand j'étais nerveux. Eh merde. Je n'étais pas fait pour lui. Pas que j'en étais persuadé, mais j'avais cette intuition au fond de moi que je lui ferais plus de mal que de bien... Si ce n'était pas ce que j'étais en train de faire. J'avais déjà eu un petit ami, mais j'avais toujours été passif. Je n'étais franchement pas du genre à tout diriger, en général, je me laissais simplement porter. Et je crois que ça ne lui avait pas plu, à l'autre (parce que oui, je l'appelais comme ça, puis au pire, ce n'était qu'un salaud de première.). Je ne disais pas souvent « je t'aime », parce que je n'aimais pas à m'extérioriser mais ça ne voulait pas dire que je n'aimais pas l'autre, hein. J'avais toujours été sincère, avec n'importe qui, même si je faisais des conneries. Et j'avais toujours été sincère avec Miki jusque là, et je ne voulais pas lui faire espérer quelque chose que je ne serais pas capable de lui apporter, bien que ce ne soit pas l'envie qui m'en manquait. Parfois, j'avais juste envie de faire mes adieux avec le sourire, et disparaître... Mais j'avais besoin de lui, autant que j'avais besoin de l'air pour pouvoir vivre. Je ne voulais pas qu'il parte, je ne voulais pas qu'il disparaisse, j'avais besoin de lui.

J'ai soupiré, avant de le regarder, à nouveau. C'était étrange, cette sensation, cette chaleur qui se répandait dans ma poitrine. Elle me brûlait presque. Qu'est ce que je voulais réellement, mis à part lui ? Et si, pendant quelques minutes, j'arrêtais simplement de réfléchir et laisser mon instinct prendre le dessus ? Je n'étais franchement pas sûre que ce soit une bonne idée, mais au pire, qu'est ce que j'avais a gagné, à part un coup de sa part ? Et j'étais persuadé qu'il pouvait cogner dur. Je ne le saurais jamais, si je n'essayais pas une fois, et ne dit-on pas que l'on doit prendre des risque dans le vie ?

Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais j'ai fait un pas vers lui, le visage inexpressif. Tant pis, si je faisais une connerie. Plus tard, je dirais que c'était une folie de faire ça, un acte irréfléchi et désespéré que je n'aurais même pas dû oser faire. Mais peut m'importait à ce moment, je voulais juste effacer toutes ces choses douloureuses que je voyais dans son regard. Mes mains se sont levés, venant encercler son visage, la froideur de sa peau sous la mienne brûlante me piquait, mais je n'avais pas vraiment le temps de m'attarder la dessus en réalité, et je ne le voulais pas vraiment. J'ai doucement pressé mes lèvres contre les siennes, faisant taire les pensées incohérentes qui envahissaient mon esprit.

Je jure que la prochaine fois, je le ferais plus tôt.

Je sais pas trop ce qu'il s'est passé, mais ma gorge s'est serré lorsque mes sentiments que je refoulaient jusque là, se sont manifestés d'un seul coup. J'étais foutu, jamais je pourrais me sortir de ça. Maintenant, je ne voulais définitivement plus le perdre, même si la fin du monde arrivait. Je voulais qu'il soit là, pour pouvoir continuer à rêver, car le monde que j'imaginais commençait avec lui et pas autrement. Je voulais que mon continue à s'animer lorsqu'il prononcerait mon nom, qu'il rirait... Et toutes ces choses qui faisaient que je l'aimais, lui, et personne d'autre.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
5 / 1005 / 100

Chambre : Externe.
Classe : Cinquième B.
Spécialisation. : Chant.
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 108
Okane (お金) : 158
Points. : 4
Date de naissance : 10/11/1996
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation. ♬ Fiche de liens. ♬ Fiche de rp. ♬ Facebook.
Musique.
Miki Yamada
MessageSujet: Re: [Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo] Dim 15 Nov - 15:53


Passion et destruction.
Avec Ujikiyo Sasuke.





Nos regards s’enlaçaient, comme s’ils s’étaient toujours cherchés, comme s’ils avaient toujours su qu’un jour, il s finiraient par se trouver. Comme s’ils avaient toujours été faits l’un pour l’autre. Mais, ce qui se dégageait de nos yeux nous trahissait, et derrière son hochement de tête, pour m’assurer qu’il allait bien, je pouvais deviner qu’il arrivait à lire en moi, ce qui avait pour effet de le rendre triste. Nous avions trouvé une si belle osmose que nous n’avions plus besoin de se parler pour se comprendre. Me tenir loin de lui n’était qu’une folle illusion. Celle de ne pas être gay. Je ne voulais plus le voir. Je ne voulais pas qu’il me dise silencieusement qu’il m’aimait lui aussi. Je n’étais tout simplement pas prêt.

Je n’étais même pas au clair avec moi-même. Je n’arrivais pas à m’assumer, à être celui que j’avais toujours refoulé, celui que je n’avais jamais voulu être. Je voulais être comme tout le monde, parce que j’avais peur de la solitude, et être différent, c’est être seul. Ma gorge se serra alors que Sasuke franchissait la dernière barrière qui se dressait entre nous. La dernière qui pouvait m’assurer qu’un jour, tout rentrerait dans l’ordre. C’était comme s’il venait de me briser tout entier. Comme s’il avait anéantit tous mes espoirs par un seul geste. 

J’avais pourtant toujours rêvé du contact de sa peau sur la mienne, de ses lèvres contre les miennes. J’avais toujours tenté d’imaginer. Avaient-elles plutôt un goût sucré et chaleureux ? Etaient-elles plutôt froides et amères ? Qu’est-ce que mon corps finirait par ressentir le jour où mes fantasmes prendraient vie ?

Je n’aurai jamais imaginé que ça fasse autant mal putain. Je n’aurai jamais imaginé être prit d’autant d’incertitudes, et de douleurs. Je n’aurai jamais imaginé me perdre ainsi, pour ne plus jamais me retrouver. Je n’aurai jamais pensé être ainsi dégoûté par ce geste. Je ne voulais pas être gay. Je n’étais pas prêt à être celui que j’avais toujours chassé.

Et pourtant, je n’avais pas la force de me décaler. De mettre fin à ce moment de ma vie qui aurait dû être le meilleur. Parce qu’au fond, j’étais amoureux de Sasuke, et je le savais. Ce n’était pas ce petit coup de cœur qu’on pouvait avoir pour certaines personnes, non. C’était un vrai amour. Un fort, un sincère. Celui qui vous détruit, parce qu’après tout, on j’étais malade d’amour. Encore plus mortel que toutes les maladies connues. Encore plus grave. Elle vous frappe sans vous prévenir, et est incurable. 

J’avais l’impression d’être à mille lieux d’ici. Juste cette impression que tout ça n’était qu’un rêve, qu’une histoire éphémère qui prendrait fin rapidement. Toute mon âme se brisait dans ce baiser, alors que je l’avais toujours voulu, alors qu’il avait toujours été ce quelque chose à atteindre. Mon cœur battait à tout rompre, tant et si bien que je l’entendais. Peut-être Sasuke l’entendait-il aussi. Mais pourquoi était-il si fort ? Etait-il blessé ? Etait-il finalement vivant ?

L’image que j’avais de moi-même avait prit fin, je me voyais sombrer dans un océan d’incertitudes. Comme si mon âme était entraînée dans les abysses de la douleur. Je n’aurai jamais imaginé que l’amour soit aussi douloureux. Je m’étais oublié pendant toutes ces années, et me retrouver me brisait. J’étais coupable de tellement de choses.

Les mains chaudes de Sasuke sur ma peau, ses lèvres amères tentaient de me sortir de cette douleur dans laquelle je m’enfonçais sans pouvoir m’en sortir. Je n’avais plus pied sur cette planète. Je n’étais plus qu’un lointain souvenir. Quelque chose que l’on laisse pourrir dans un endroit perdu, loin de tout regard. Je voulais vivre. Je voulais être moi, pas ce personnage. Mais je n’y arrivais pas. 

Une larme transparente, suivie d’une autre roula sur ma joue, pour terminer leur course sur les doigts de Sasuke, alors que je finissais par me dégager de son emprise. J’étais obligé de mettre fin à tout ça. Je ne voulais pas me perdre de nouveau. Je ne voulais pas me reconstruire une identité. J’étais Miki Yamada, et je n’étais définitivement pas gay.

« Sasuke. Soufflais-je alors que ma voix se brisait. »

Je souffrais bien plus de la décision de tout arrêter, plutôt que de m’assumer. Plutôt que de retrouver ce Miki bien caché au fond de moi. Sauras-tu le voir Sasuke ? Sauras-tu voir que je suis simplement effrayé par cette nouvelle relation ? Sauras-tu voir que j’ai peur de t’aimer. Tu as rendu toutes mes incertitudes réelles. Tu as effacé ce doute irréel que j’avais. Tout était bien trop vrai. 

Pour aimer Sasuke, il fallait que je sois capable de me dire que j’étais parti. Que ce faux moi que je m’étais construit avait juste foutu le camp. Ça ne me paraissait pas si difficile, et pourtant… Tout mon corps se mit à trembler, et je n’arrivais pas à savoir si c’était parce que j’avais froid, ou trop mal pour me contrôler. Les larmes continuaient de glisser sur mes joues, alors que je fuyais le regard de Sasuke. Je ne pouvais plus l’affronter maintenant qu’il avait fait de moi quelqu’un de bien trop vrai. 

Une main tremblante se porta machinalement à mon cœur, alors que je sentais que j’avais du mal à respirer. Ce n’était franchement pas le moment d’avoir une nouvelle crise. Il fallait vraiment que j’arrive à me contrôler.

Je voulais crier à Sasuke que je l’aimais. Que j’étais simplement fou amoureux de lui, qu’il était ma raison de vivre. Le seul que pour qui j’avais ressenti ça. Personne ne lui arrivait à la cheville. Mon cœur battait au simple souvenir que j’avais de lui. Il était ma Muse, celui auquel je pensais quand j’écrivais mes chansons. Il occupait mes pensées, à chaque minute de ma pauvre existence, il me collait à la peau, et je ne pouvais pas me débarrasser de lui. C’était comme ça, nous étions liés. Et pourtant. Ma tête me hurlait de lui dire de dégager. Que c’était trop dangereux que de se lancer à corps perdu dans cette relation, que l’inconnu faisait mal, qu’il blessait. Je n’étais pas prêt à fermer les yeux sur moi. Je n’étais pas prêt à oublier ce pantin que j’étais devenu.

Tout mon corps tremblait. Je lui avais tellement donné, et aujourd’hui, il me le rendait, en s’offrant à moi. C’était tout ce que j’avais toujours pu espérer. Cependant, je n’étais pas prêt à l’accepter. Comment se rendre compte que l’on aime les hommes, sans en souffrir ? Quel était ce lien qui nous unissait ? Quelle était cette chaleur qui s’emparait de moi à chaque fois que je pensais à lui ? Pourquoi souffrais-je ? Pourquoi ne pouvais-je pas simplement être courageux ? Pourquoi n’arrivais-je à être honnête ? 

Je suis désolé Sasuke de briser ton cœur aujourd’hui. Désolé de tout casser, par ma peur. Désolé d’être hypocrite. Désolé de ne pas réussir à m’affronter. Je ne suis plus capable de penser par moi-même. Je suis simplement perdu. Pardonneras-tu à un homme incertain ? Lui pardonneras-tu cette peine qui te tuera le cœur, comme tu as percé le mien ? Il fallait que je lui dise de partir, de me laisser, de ne plus me blesser. J’étais fatigué de me battre. Fatigué d’essayer de me persuader que je n’étais pas ce garçon qui semblait vouloir s’ouvrir à moi. Je n’étais plus qu’une illusion.

Qui étais-je réellement ? Je ne savais plus, j’étais totalement perdu.

« Laisses moi seul. » 

Peut-être que cette phrase me fit plus mal à moi qu’à lui. J’eus l’impression que mon monde s’écroulait sous mes pieds. J’avais l’impression que la colère me gagnait. Pas contre lui, non, mais bien contre moi. Je me haïssais, je me détestais. Je lui faisais mal, je me faisais mal. J’étais complètement perdu. Sasuke, je te jure que je t’aime, mais je n’y arrive pas. Je n’arrive pas à me dire que c’est réel. Je n’arrive pas à m’assumer. 

« Mais putain ! » finis-je par hurler.

Ma voix était brisée par les sanglots, alors que mon pied shooté dans une canette juste à côté. S’il y avait bien une chose que je rêvais maintenant, c’était de mourir. J’aurai préféré ne jamais sortir vivant de la maladie, car celle dont j’étais atteint à présent était bien plus douloureuse.


Codage par Jibunnie sur NEVER-UTOPIA

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

I tried not to cry.
But now, my life is over. I was lost on this road calling life. It killed me. I killed myself.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
5 / 1005 / 100

Chambre : Cinquante-quatre
Classe : Troisième S
Spécialisation. : Volley-Ball
Situation amoureuse : En couple avec Sasuke Ujikiyo.

Messages : 62
Okane (お金) : 41
Points. : 6
Date de naissance : 06/06/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation , liens, rps. )
MessageSujet: Re: [Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo] Dim 15 Nov - 20:49
Quelque chose semblait se briser. Une chose que je ne connaissait pas. Je sentais les larmes de Miki contre mes doigts, mon esprit n'arrivait simplement pas y assimiler. Je ne savais pas ce qu'il se passait. J'avais l'impression d'être dans un monde parallèle, il ne pouvait pas se passer ça, c'était impossible. Je crois que j'avais pensé trop vite.
Miki était en train de pleurer mais j'étais incapable de bouger. Miki venait de mumurer mon prénom, mais j'étais incapable de dire quoique ce soit. Miki allait mal, mais je ne réagissait pas. Je ne sais pas si j'étais abominable à ce moment même, j'étais perdu. Mes yeux étaient fixés sur son visage et pourtant, je ne le voyais pas. Mon coeur était comme une photo qu'on déchire. Je ne sais pas ce qu'il se passait. Je ne savais plus. Je ne voyais plus. J'étais complètement aveugle à la situation qui se déroulait devant moi. Je crois je devais réfléchir, partir, faire n'importe quoi, mais j'avais l'impression d'être étranger.

Je n'avais pas le droit d'en vouloir à Miki mais pourtant je lui en voulais. Je ne savais pas pourquoi, même pas d'avoir réagit comme ça. Mais je lui en voulais. C'était de ma faute. Mais je lui en voulais. J'avais l'impression qu'il s'était joué de moi, qu'il m'avait montré des choses, qui n'étaient au final pas réelle. Du moins, c'est ce que je pensais. Je n'en savais au final rien. Mais j'étais aveuglé, je crois. Triste, en colère, je ne savais pas ce que je ressentais. Je ne savais plus. J'étais perdu dans mes sentiments. Je ne savais pas ce que je devais penser. J'avais l'esprit sans dessus dessous. Je ne savais plus.

Il mumura mon prénom. Mais je restais impassible. Sa voix s'était complètement brisée mais j'étais completement tétanisé. Mon regard était perdu dans le vide tandis que je réfléchissais de plus en plus en vite. J'avais même pas les larmes qui montaient, tellement mon esprit était embrumé, et j'avais encore le goût de Miki dans la bouche.
Il finit par me dire qu'il voulait être seul, et j'ai enfin réagi. Ma bouche s'est ouverte avant de se refermer. Qu'est ce que je pouvais seulement dire ? Je n'avais rien à lui dire. Avait-il honte d'éprouver ne serait-ce qu'un sentiment pour moi ? Était-ce ca ? Ou autre chose ? Au fond, je devais le savoir, je devais connaître la cause de son mal-être mais non. Non. Non. Mon esprut refusait toute thèse. C'était une force purement égoïste qui m'animait. Je l'ai regardé encore un moment, mon regard perdant peu à peu toute sa chaleur, et j'ai fini par tourner les talons.

Mes pas me dirigeaient je ne savais pas où mais j'avais pas l'impression de m'être énormément éloigné de chez Miki. Même pas énormément. J'aurais aimé lui parler, lui dire n'importe quoi, mais aucun mot n'était sorti. C'était trop tard de toute manière. J'ai fini par m'arrêter, et je me suis laissé glisser contre le mur pour me retrouver assis. J'ai laissé ma tête buter contre le mur et j'ai fermé les yeux. Un soupir s'est échappé de mes lèvres, je ne savais plus comment réagir par rapport à cette situation. J'étais sincèrement désolé envers Miki, mais j'avais pas su m'empêcher de réagir de la sorte. J'avais envie de me relever et de retourner vers lui, mais me faire repousser une fois m'avait suffit. Et finalement, je lui avais fait du mal.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 371
Okane (お金) : 433
Points. : 2
Date de naissance : 16/12/1995
Age : 21
Je fais partie du Staff.
Muse
MessageSujet: Re: [Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo] Ven 20 Nov - 21:25
Rp tagué et terminé, j'archive.


+10 okanes.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo]
Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] Du coup, j'ai attrapé mon téléphone pour envoyé un message à Miki, c'était lui que je voulais voir en fait. [Miki Yamada - Sasuke Ujikiyo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un coup de main pour le col rouge ?
» ♠ Viladra ♠ [terminé. Si vous changez de partie, à prendre en comptre pour après...!]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» [Terminé] Coup foireux [Brooke]
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Terminés.-