RSS
RSS



 

Partagez|

Jeunesse arrosée à l'ivresse. [J. Suoh & A. Mitchell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Messages : 219
MessageSujet: Re: Jeunesse arrosée à l'ivresse. [J. Suoh & A. Mitchell] Mer 4 Nov - 15:53
Reparler de ce qui s'était passé aux Etats-Unis, sans en avoir parlé, elle y repensait obligatoirement et elle y penserait certainement tout sa vie. Jamais elle n'avait connu un tel désespoir dans sa vie et elle espérait ne plus jamais ressentir une pareille chose. A présent, cela faisait parti d'elle, parti de son identité, ancré à jamais dans son corps, son coeur et son âme. Comme tout ce qu'elle avait fait dans sa vie, elle avait fini par regretter. Ici, à Tokyo, elle commençait à se dire que finalement, elle avait bien fait, si elle ne l'avait pas fait, elle n'aurait jamais pu arriver ici, elle ne l'aurait même pas voulu d'ailleurs. 

Ashley le regarda quand il répéta ce qu'elle avait dit. Il avait l'air songeur. La canadienne trouvait que l'expression qu'il arborait lorsqu'il était penseur, concentré lui allait si bien. Jannis était charmant, personne ne pouvait dire le contraire. A cet instant, alors qu'elle le regardait encore, il planta aussi son regard intense dans le sien en même temps qui lui posait sa question. Elle ne comprenait pas ce qu'il voulait qu'elle lui réponde. Demander à quelqu'un de se définir sans son histoire c'est quelque chose d'assez compliqué, la personne que l'on devient ne dépend que de ce que l'on a vécu, de rien d'autre. Il détourna le regard et précisa sa question. Même si maintenant elle savait ce qu'il attendait d'elle, elle ne comprenait pas vraiment ce que cela signifierait pour lui. C'était des questions plutôt banales et pourtant demander ainsi, de cette façon, elles paraissaient si étrange. 

"J'ai mes deux parents même si mon père a été plutôt absent et je suis fille unique. J'aime le bleu et j'avoue que je ne peux pas résister à une part de pizza." Sa voix s'éteignit pour laisser place à un petit rire, presque gêné. 

Elle n'avait pas l'habitude qu'on lui pose ce genre de questions, que l'on s'intéresse à elle comme cela. Un peu confuse, elle regarda sa bière devenue en quelques secondes incroyablement intéressante. Personne ne lui avait jamais demandé un jour ce qu'elle aimait manger, elle ne le reprochait pas, elle ne le demandait que très rarement parce que ce n'était pas facile à placer dans une conversation. Même si ce n'était pas déplaisant, Ashley avait du mal à comprendre à quoi cela lui servirait. 

"Pourquoi ça t'intéresses ?"

Elle aurait peut-être aimé lui retourner la question mais elle n'osait pas. Un manque de courage encore une fois coinçait les mots au fond de sa gorge et même en se disant qu'elle était ridicule à ne pas juste poser cette question, elle n'y arrivait. Totalement incapable de le dire, elle se maudissait parce que lui, l'avait demandé donc cela ne devrait normalement pas lui poser de problème si elle lui demandait à son tour. Elle finit par se dire qu'il fallait vraiment qu'elle résout ce problème de confiance en elle ou elle finirait par ne plus savoir poser une question. Chose encore plus absurde, c'est qu'elle n'avait plus à avoir honte de quoi que ce soit avec Jannis. Il l'avais vu dans le plus simple appareil et ivre, ce serait difficile de faire pire. Elle avait vu aussi différentes facettes de lui et elle n'avait, normalement, pas à avoir honte de vouloir en savoir plus sur lui. 

Légèrement remotivée, elle ouvrit la bouche mais aucun son ne sortit, les mots ne semblaient pas prêts à venir. Elle but une gorgée de sa bière. Elle se rendit compte que l'alcool ne faisait pas autant d'effet qu'elle l'aurait espérée. Si seulement ça pouvait lui délier la langue, dire enfin ce qu'elle voulait sans qu'elle ait à s'en empêcher et si elle pouvait aussi arrêter de tout regretter. Cette sensation de toujours mal faire l'empêcher de vivre pleinement tout ce qu'elle voulait. Dans l'eau seulement, une certaine assurance la gagnait. Pendant qu'elle nageait, elle était persuadée d'être l'une des meilleures de son équipe, même lorsqu'elle était dans les gradins pour les regarder. En-dehors de cet environnement, elle redevenait la fille chétive, peu sûre d'elle et surtout peu courageuse qu'elle était. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: Jeunesse arrosée à l'ivresse. [J. Suoh & A. Mitchell] Dim 15 Nov - 16:13
Jannis écoutait la réponse de la nageuse en hochant la tête d'un air entendu. Il buvait tranquillement sa canette dans une position confortable. Ashley ne le connaissait pas encore suffisamment pour savoir que cette position révélait chez lui un signe d'écoute, il était attentif. Son regard fixait un point en face de lui. Il emmagasinait, gravait dans sa mémoire les informations qu'elle lui transmettait. Il avait déjà préparer un tiroir "Ashley" dans sa bibliothèque intérieure. Donc comme cela son père avait été souvent absent ? Information intéressante, elle devait sûrement comprendre ce que c'était de manquer d'un père, même si elle devait avoir une toute autre vision de la chose puisqu'elle était une fille. Un père ne se comporte pas de la même manière avec sa fille qu'avec son fils. Un léger sourire se dessina quand la canadienne évoqua la pizza, c'était un peu cliché que ce soit son plat favori, ça faisait très américain du nord. En conclusion le jeune homme était content d'en savoir plus sur cette nouvelle amie. Quand elle lui demanda pourquoi ça l'intéressait, il avala sa gorgée de bière et répondit spontanément :

"J'aime connaître les gens avec qui je partage de l'alcool." avoua t-il en désignant de la main la bouteille de rhum.

Bien sûr ce n'était pas la véritable raison. Il avait éludé la réponse par une phrase déjà toute prête et trop spontanée pour paraître vraie. Le brun ne trouvait pas l'utilité de se justifier, il était juste curieux, n'avait-il pas le droit ? Peut-être y avait-il une autre raison derrière ça, une raison relié à son passé... Non mais tout ce qu'il faisait n'était pas forcément relié à son passé, il ne fallait pas toujours chercher bien loin. Jannis est lui, c'est tout. Et il commençait à cerner Ashley. Elle était toute en retenue, n'aimant pas parler d'elle, n'osant pas se lâcher, ne serait-ce que lui parler, ça se voyait qu'elle se retenait de lui poser des questions. Par peur de le déranger ou l'intimidait elle ? Non, après tout c'était normal. Les deux jeunes gens ne se connaissaient que de la veille et même si le japonais sentait qu'un lien fort se créait entre eux, il était vraie qu'il était sans gêne alors qu'Ashley semblait pleine de pudeur. C'était quelque chose qui lui allait bien, cette sorte de timidité. Ca la rendait gracieuse, féminine. Il lui sourit.

"Tu sais que j'ai des origines canadiennes ?" lui demanda t-il dans un petit sourire.

C'était un peu bizarre pour lui d'avouer ça. Ce devait être la première fois de sa vie qu'il en parlait à quelqu'un. D'habitude quand on lui demandait pourquoi il avait une tête d'amerloc, si il était adopté, d'où il venait, il jetait un regard glacial et ne répondait pas à la question. Mais apparemment Ashley n'avait pas le cran de l'importuner avec ce genre de questions, mais elle devait être un minimum curieuse non ? Et puis pour qu'elle se livre un peu à lui, il fallait sûrement qu'il se livre un peu aussi, qu'elle ait sa confiance. Bon ce n'est pas aujourd'hui que l'orphelin allait avouer à une fille qu'il connaissait depuis la veille qu'il n'avait pas de parents et avait une vie difficile. Se plaindre c'était pas trop son truc. Il avait donc choisit ses mots, ne disant pas "Mon père était canadien" mais "J'ai des origines canadiennes", une phrase qui n'impliquerait pas de questions comme : "Pourquoi était ? Il est mort ?" et pas de réponse comme "Oui". Jannis était loin d'être con, ce n'est pas parce qu'il dialoguait rarement qu'il ne savait pas mener une conversation à son avantage. Et maintenant qu'il avait fait cet aveu, il espérait bien que la jeune fille parlerait plus, par patriotisme. Qu'elle oserait poser une question. Qu'elle se décoince un peu. Que l'alcool fasse effet bon sang ! Sa voix était tellement agréable à entendre... Elle ne le savait sûrement pas. C'est triste.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: Jeunesse arrosée à l'ivresse. [J. Suoh & A. Mitchell] Jeu 19 Nov - 20:58
Jannis, sans aucune retenue, donna la cause de cette soudaine curiosté et de ce soudain intêret de sa voix magnifiquement grave. Elle n'avait, vraisemblablement, rien de bien osé ou rien qui aurait pu la mettre à mal à l'aise et pourtant Ashley se trouvait chanceuse, presque priviligiée et légèrement absourdie par cette simple phrase. Ces mots, qu'il avait sûrement dis sans réelle raison, en avait trouvé une pour la Canadienne puisqu'elle en concluait qu'elle devait un minimum l'intéresser sinon il ne chercherait pas à savoir qui elle était. A moins qu'il ne soit un employé d'une agence top secrète qui avait monté un dossier contre elle, ou contre son père, ce qui était fort peu probable. A penser à des choses pareilles, elle frôlait la crise de paranoïa mais elle n'était pas paranoïaque. Angoissée et hésitante, pleine de doute, oui et elle constata qu'elle avait uniquement dit cela afin de se rendre compte de l'absurdité de ces propos et de confirmer sa première hypothèse : elle l'intéressait. Pas forcément sentimentalement parlant, elle ne voyait pas les choses comme cela et il lui semblait bien qu'aucun des deux n'avaient semblé prendre les choses dans ce sens. L'alcool devait commencer à faire son petit effet car elle reprenait peu à peu confiance en elle, chose quasi improbable sobre. En revanche, si elle était un peu plus assurée, elle n'en restait pas moins touchée, presque émue. Elle n'était pas du genre émotive et c'est sans grande surprise qu'elle en conclut que l'alcool reprenait le contrôle de son esprit. La technique de Jannis avait réussi à se reprendre mais n'avait pas enlevé l'alcool de son organisme, et boire à nouveau ne faisait que relancer la machine, récemment ralentie par cette petite noyade.

Il reprit la parole en lui confiant qu'il avait des origines canadiennes. Sous l'effet de l'alcool, elle se sentait libre et elle s'autorisait enfin à décompresser, ne plus avoir peur de rien, ne plus craindre personne, être simplement elle, sans prise de tête alors elle ne put s'empêcher de rire légèrement, de sa voix féminine et aigue.

''Tu en as de la chance, c'est des supers origines, plaisanta-t-elle avant de reprendre un peu plus sérieusement mais toujours en souriant. Tu y as déjà été ? C'est un super pays.''

Son âme canadienne la poussa à se remémorer de sa vie là-bas, ses hivers complètement différents chaque année bien que la neige fasse souvent partie du paysage, néanmoins, elle ne comprenait pas que certaines personnes pensent encore qu'il neige toute l'année et qu'ils dorment dans des igloos, ou enfermés chez eux tout l'hiver, ne pouvant sortir à cause des trois mètres de cette eau solide qui recouvrait les portes. C'était absurde de croire encore en de tel préjugés. Elle se rappelait un voyage qu'elle avait fait à New-York quand elle avait douze ans et de la surprise d'une fille quand elle lui avait dit qu'elle était canadienne, elle s'était étonnée qu'Ashley ne porte pas une chemise de bûcheron et ne voyage pas à dos de caribou. A cet instant, elle avait failli lui demander si tous les New-Yorkais, dont la fille faisait partie, était soit des drogués sans un rond ou soit des riches hommes d'affaire super sexy mais elle se retint, elle, elle n'écoutait pas les préjugés. Elle s'était contentée de lui répondre qu'on lui avait interdit de porter cette chemise aux Etats-Unis et que leur caribou était resté à leur hôtel ce qui avait cloué le bec de la fille et fait rire le père d'Ashley qui s'était empressé de raconter cette aventure à tout le voisinage. Parfois, Ashley était étonnée de la bêtise humaine mais elle lui pardonnait.

''Tu devrais voir comme c'est beau l'hiver. C'est si étincelant, c'est la plus belle de toutes les saisons, sa voix s'éteignit doucement sur les derniers mots, comme si elle tentait de revoir cela, puis elle reprit avec plus d'entrain. Je viens de Toronto, tu dois connaître non ?''


Si il avait voulu la faire parler en la lançant sur ce sujet, il avait réussi et il pouvait en être fier. En revanche, d'une fois qu'elle était lancée sur ce sujet, il pourrait difficilement l'arrêter, encore plus si il ne connaissait presque rien de ce pays et qu'elle se mettait en tête de lui en apprendre le plus possible. En tout cas, il avait visé juste sur le sujet qui la ferait parler et sur le fait qu'elle était un peu trop réservée pour oser lui poser des questions, et si elle n'était pas aussi pudique, elle l'aurait remercié de parler de lui sans qu'elle ne lui demande quoi que ce soit parce que ce n'était pas du tout un manque d’intérêt de sa part, c'était juste un léger manque de courage mais surtout de confiance. Elle prenait toujours cela comme excuse à tout, mais si elle se forçait un peu, elle finirait peut-être par comprendre que ce n'était pas si terrible, seulement seule, c'était compliqué. Jannis lui facilitait un peu le travail en parlant de lui sans qu'elle lui ait demandé mais elle prenait déjà goût à converser avec lui et elle espérait qu'il n'abandonne pas en cours de route, qu'il tenterait de l'amener au plus loin dans une sorte de sociabilisation que l'on pourrait qualifier de normale. Elle comprendrait tout de même qu'il laisse tomber, il avait sûrement ses propres problèmes, elle n'avait pas à être un poids supplémentaire pour lui. 

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Jeunesse arrosée à l'ivresse. [J. Suoh & A. Mitchell]
Revenir en haut Aller en bas

Jeunesse arrosée à l'ivresse. [J. Suoh & A. Mitchell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne
» Une nuit d'ivresse humaine
» Le Ministère haïtien à la jeunesse et aux sports condamne l'affront des autorité
» 03. ♠ Une petite fête bien arrosé ♠ PV Taylor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Tokyo. :: 渋谷 - Shibuya. :: Rues & Ruelles.-