RSS
RSS



 

Partagez|

"L'art lie les gens entre eux." [Karen Usagi / Tammin Mizusaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: "L'art lie les gens entre eux." [Karen Usagi / Tammin Mizusaki] Jeu 3 Sep - 1:24
"L'art lie les gens entre eux."
Karen Usagi & Tammin Mizusaki

Les mains dans les poches, le pas rapide et le regard fuyant, Karen se faufilait avec agilité entre les civils qui bordaient les rues de Shinjuku. Le temps était au beau fixe et un vent doux courrait sur le visage de l'adolescente, mais elle n'en avait que faire. Elle n'était pas sortie du pensionnat en catimini pour flâner sous le soleil mais pour aller taguer dans un de ses endroits favoris du quartier. Les ruelles étaient souvent mal fréquentées, en particulier par les pseudos-yankees des écoles voisines, mais elle s'en foutait. Ils ne valaient même par une seconde d'attention de la part de l'adolescente. De toute façon, ils avaient l'habitude de la voir par là. Ils ne venaient pas la faire chier, ne la caftaient pas aux flics, et elle faisait de même, passant sous silence les séances de tabasses dont ils étaient aux commandes. Elle n'était pas sans coeur, mais ça ne la regardait pas. Karen arriva bien vite devant "son" mur où déjà une bonne dizaines de tags aussi impressionnants les uns que les autres décoraient le béton gris et sale. Elle était fière de ses oeuvre et ne s'en cachait pas sauf auprès des professeurs de Miyusaki qui auraient eu vite fait d'en informer les autorités et de la punir par-dessus le marché. Elle n'avait vraiment pas besoin de ça. Posant son sac à dos contenant ses bombes de diverses couleurs par terre, elle enfila avec habitude ses gants et son masque qui couvrait sa bouche avant de se placer devant une partie vierge du mur. Elle ouvrit alors son sac, attrapa une bombe noire et commença son oeuvre.

Ses gestes étaient précis et démontraient une grande expérience dans ce domaine. La jeune fille entendit vaguement la bande de lourdeaux arriver quelques mètres plus loin mais n'y fit pas attention, pas plus qu'elle ne s'arrêta en les entendant s'approcher. Elle avait l'habitude. Ils venaient parfois la regarder taguer pendant quelques minutes, parfois pendant même une heure avant de s'en aller pour régler leurs comptes avec d'autres gars. L'un d'eux lui avait même filé un peu de fric parfois pour qu'elle puisse s'acheter d'autres bombes en disant qu'elle était douée. C'était la seule fois où elle avait ouvert la bouche et l'avait remercié avec un sourire. Son regard était obstinément fixé sur la silhouette qui prenait forme au fur et à mesure devant elle. Un buste, une tête puis un ventre et des jambes. Un corps nu bientôt vêtu d'un tutu de danse noire et de grandes ailes menaçantes semblables à celle d'un corbeau. Le visage était flou, n'avait pas de yeux, ni de bouches, rien. La femme semblait être la représentation même de la Mort mais elle n'était en réalité que le cygne noir. Karen n'était pas vraiment câlée sur la danse, mais le Lac des Cygnes était la seule histoire qu'elle ait vraiment aimée et qu'elle avait vu en représentation quand elle était au collège. Depuis, l'adolescente adorait dessiner, peindre ou taguer cette danseuse semblant sortir tout droit des Enfers de différentes manières. La façon dont elle l'a dessinait maintenant était la plus glaucque qu'elle n'ait jamais fait et cela lui plaisait.

Car malgré son côté exubérant, joyeux et extravertie. Karen aimait que ses oeuvres reflètent son côté le plus sombre d'elle-même. Elle n'utilisait que très peu de couleurs, seulement du noir, du blanc, du gris et parfois un peu de rouge, de bleu, de violet ou de vert foncé. Mais ça s'arrêtait là. Quand elle exprimait son art, elle aimait déverser sa souffrance, sa colère et sa haine à l'intérieur comme pour les bloquer à jamais et en laisser une trace sur le monde. Si elle devait souffrir, alors tout les autres aussi, c'est la loi de la nature. Secouant la tête pour se sortir de ses pensées, Karen sortit une bombe grise de son sac, délaissant la noir à moitié vide au sol, et fit des reliefs sur les grandes ailes noires, les rendant encore plus impressionnantes que jamais et surtout, beaucoup plus effrayantes. La jeune fille commençait à avoir mal à la main et au bras à force de taguer sans faire de pose, mais elle s'en foutait. Elle aimait cette douleur car elle venait de quelque chose qu'elle adorait faire. Elle n'avait même plus conscience du monde qui l'entourait, elle ne savait pas combien de temps était passé ni même si la bande de pseudos-yankees étaient toujours là. Sa vision se limitait à son oeuvre et son ouie à son souffle saccadé par l'effort. Elle attrapa le rouge foncé dans un geste mécanique et parsema la tenue de la danseuse de reflets rouges semblables à du sang avant d'attraper le noir à nouveau pour ajouter une longue chevelure corbeau à son modèle. Le dernier coup de noir fut posé et elle contempla en entier son cygne terminé. Elle continuerait à taguer après, pour l'instant elle avait besoin d'une bonne pose.

- J'suis morte. se dit-elle tout haut à elle-même.

 

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF. | KAREN USAGI
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: "L'art lie les gens entre eux." [Karen Usagi / Tammin Mizusaki] Jeu 3 Sep - 22:18
Quelle ville bruyante !

Je regardais tout autour de moi et vis tellement de monde que j'en perdais la tête. Les immeubles sont si haut et le ciel paraît si loin. D'un bleu éclatant, recouvert de nuages blancs, il me faisait signe et j'aimerais pouvoir voler pour le rejoindre. Vu d'en bas, Tokyo est une ville beaucoup trop peuplée et étouffante. Mais vu du ciel, elle doit être magnifique !
Il me faudrait vérifier cette théorie un jour, sur un toit assez en hauteur pour pouvoir juger correctement. Je restais là, les yeux fixés sur ce ciel que je trouvais particulièrement chaleureux. Me regarde-t-elle ? Que pense-t-elle de moi.. de sa fille ? Est-ce qu'elle..

Quelqu'un me percuta plutôt violemment et me fit revenir sur la terre ferme. La femme s'excusa avant de partir tout aussi précipitamment. Décidément, tout me semble étrange ici. C'est si différent de Sidney.
Je souffle, exaspérée par mon attitude. Combien de temps ais-je perdu, à contempler le ciel ? J'étais pourtant partie me promener avec l'idée de faire vite car je devais m'entraîner. M'entraîner. Voici la chose qui me maintenait en vie. La danse, cet art subtil et magnifique qui éblouit tout sur son passage et qui rend les gens heureux. Cet art devenu le mien. Bien qu'elle soit accompagnée de musique, j'ai souvent l'impression de me montrer en silence.

« AVANCEZ ! »

Un cri me fit me retourner et je fixais désormais des automobilistes bloqués par une voiture garée, un peu n'importe comment. Certes, ses feux de détresse étaient visibles mais cela n'excusait en rien son comportement. Une moto les doubla en faisant gronder son moteur et laissa échapper une tonne de fumée noire derrière lui. J'entendis quelques personnes l'injurier et soupira de plus belle.

Cette ville est définitivement bien trop bruyante pour moi !

Voulant me réfugier dans ma solitude et mon jardin secret, je mis le casque, que je portais autour du cou, sur mes oreilles. Je prends machinalement mon téléphone et cherche désespérément une musique qui me fasse rêver mais surtout qui me fasse voyager loin d'ici. Une qui m'emmène dans.. un autre monde.
Je perds patience jusqu'à ce que je vois ce titre.
'' Waiting for Superman ''
Je ferme les yeux un court instant. Je me remémore la mélodie et les paroles de cette musique que j'écoutais en boucle, il n'y a pas très longtemps.

Quand arrivera mon Superman à moi ?
Je veux le rencontrer dans une piscine, le voir plonger totalement habillé et remonter à la surface. Le voir me regarder, en souriant bêtement. Je le regarderais avec surprise puis admiration. J'aimerais qu'on passe nos soirées à discuter, à se confier et à critiquer ce qui nous semble injuste. Un Superman qui débarquerait en moto lorsque j'ai des ennuis et m'emmènerais très loin, juste pour me voir sourire. Je me blottirais contre lui, les yeux fermés, sur le point de pleurer. Il accélérerait comme pour vite dégager mes ondes négatives. Il m'offrirait des cadeaux stupides, sans aucune valeur physique mais avec une vraie histoire morale. Il se montrerait dès que j'ai besoin de lui ou lorsque je pense à lui. Il m'offrirait un soda, bien que je lui ai répété une dizaine de fois que je n'en voulais pas. Ma tête indignée pourrait d'ailleurs le faire rire.
Il me ferait découvrir une autre facette de Tokyo, sur sa moto. Il me protégerait contre tous dangers de la vie. Et ainsi, en regardant le ciel, je me sentirais.. vivante ! Je pourrais fermer les yeux, sentir le vent fouetter mon visage d'une tendre caresse et sourire bêtement comme il le faisait lors de notre première rencontre.

J'ouvre les yeux et me mets à rire. Non pas un rire de joie, mais un rire rempli d'hypocrisie. Je deviens fleur bleue et ridicule, je dois me reprendre. Je ne suis ni dans un film ni dans un manga. Mon Superman n'est pas prêt d'arriver.

« Arrête de rêver Tammin... » me murmurais-je, doucement.

Je souffle et continue donc de chercher une musique. De bien trop longues minutes s'écoulèrent. Un répertoire de plus quatre cent musiques est légèrement exagéré. Je devrais faire le tri. Un jour, quand j'en aurais l'envie et la motivation.
Enfin ! Je trouve la musique tant désirée. Une mélodie qui dure près de deux heures. Je dois être la seule à écouter ce genre de choses. Aussi longtemps. À ne jamais m'en lasser. Et pouvoir l'écouter en double, en triple, en quadruple, encore et encore. Pouvoir l'écouter sans m'arrêter durant une journée entière et avoir toujours le même ressenti, les mêmes émotions et les mêmes frissons.
Cette musique est d'une beauté pure !
'' Swan Lake ''

Cette merveilleuse musique du très talentueux Piotr Ilitch Tchaïkovski. Qui ne connaît pas le célèbre ballet du '' Lac des Cygnes '', composé de 4 actes absolument superbes.
Je lance donc la musique et me mets à marcher entre les civils. Je ne fais pas attention à ce qui se passe autour de moi. Je marche là où je veux marcher, je me dirige là où je veux aller, sans me poser de questions.
Je suis bien trop absorbée par la musique qui résonne dans mes oreilles, pour cela.
La partition est tellement bien travaillée et si bien pensée. Je la connais par cœur. Mais le travail le plus poussé et le plus surprenant est sans nul doute, celui du programme de ballet.

~ Scène ~ Valse ~ Scène ~ Pas de trois ~

Tout en continuant mon avancée parmi les habitants de la ville, je me mets à fermer les yeux et à danser selon les tempos imposés.
Intrada ~ Andante sostenuto ~ Allegro simplice – Presto

Moderato ~ Allegro ~ Coda

Je lève mes bras et danse encore et encore. Je m'imagine dans le ballet. Je m'imagine être Odette.

~ Pas de deux ~

L'un des termes de danse que je préfère.
Tempo di valse ma non troppo vivo, quasi moderato ~ Andante – Allegro

Un choc me fit ouvrir les yeux et stopper mes pas de danse.
Je descends mon casque autour de mon cou et fixe cette bande de.. yankees ?
Ils me fixèrent à leur tour et je sens leurs yeux me détailler de la tête aux pieds. J'allais leur adresser une réplique cinglante quand, en détournant le regard pendant une simple seconde, je vis cette œuvre d'art.
J'ouvris grand mes yeux et j'en étais bouche bée. Je ne faisais même pas attention à ce que les membres de la bande me disaient.

Je me suis approchée lentement mais avec beaucoup de certitude vers ce mur. Vers cette œuvre qui s'offrait à ses yeux. Et vers cette fille, la créatrice de ce modèle parfait.
Je vins à côté d'elle et murmura dans un souffle coupé..

« Le Lac des Cygnes ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: "L'art lie les gens entre eux." [Karen Usagi / Tammin Mizusaki] Jeu 3 Sep - 23:15
"L'art lie les gens entre eux."
Karen Usagi & Tammin Mizusaki

L'adolescente resta debout face à son travail, les bras le long du corps et les yeux détaillant les moindres détails de son oeuvre. Car oui, elle pouvait dire sans modestie aucune que cette répresentation du cygne noir était la plus belle qu'elle n'ait jamais faîte. Elle était tellement impressionnante que Karen en restait elle-même bouche-bée. Elle entendait et voyait sans peine dans sa tête cette femme majestueuse danser comme si sa propre vie en dépendait sur une scène face à une centaine de personne avec l'emblêmatique musique de ce ballet en fond sonore. Elle ressentait encore sans peine les émotions qu'elle avait ressentie le jour où elle avait vu ce spectacle, elle avait été admirative, déstabilisée.. La danse n'avait jamais été un monde dont elle voulait faire partit, elle n'avait même jamais fait de danse classique quand elle était petite comme beaucoup de petites filles. Et pourtant, ce jour-là, elle s'était demandée intérieurement comment cela devait être bon de pouvoir exprimer une histoire aussi belle rien qu'avec des pas, aussi compliqués soient-ils. Karen secoua sa tête pour se sortir de ses pensées. Elle s'apprêtait à attraper une nouvelle bombe pour commencer un autre tag mais les voix des lourdeaux non-loin d'elle la dérangèrent et elle se retourna dans la ferme intention de leur dire de fermer sa gueule. Elle vit alors qu'ils discutaient, enfin discuter est un bien grand mot pour décrire les obscénitées qu'ils déballaient à une adolescente qui ne semblait pas être d'ici vu ses traits tout sauf japonais. Karen soupira et détourna la tête vers le mur, se disant intérieurement que la jeune fille se débrouillerait toute seule comme une grande, mais son attention fut à nouveau détournée en entendant celle-ci lui parler.

« Le Lac des Cygnes ! » Elle semblait connaître cette histoire aussi. Karen tourna alors sa tête vers elle, ses cheveux violets voltigeant à cause du mouvement. Elle pencha légèrement la tête sur le côté et détailla le visage de l'inconnue qui lui disait quelque chose. Elle se demandait si elle n'était pas une nouvelle au pensionnat elle aussi mais elle n'en était pas sûre à cent pour cent. Elle aurait pu tout simplement la croiser une fois dans la rue et son visage lui serait resté en tête, et puis, il y n'y avait pas que Miyusaki comme pensionnat à Tokyo et dans les villes environnantes. Karen se frappa intérieurement pour éviter de sombrer encore dans ses pensées, chose qu'elle faisait assez souvent d'ailleurs, et continua de détailler l'étrangère à ses côtés. Ses cheveux étaient d'une teinte perdue entre le blond, le châtain et le roux, l'adolescente prit quelques instants pour se rappeler du nom de cette couleur : blond vénitien. Ses yeux quant à eux rappelaient à Karen la couleur de la mer après une journée de pluie, le bleu et le vert se mélangeant pour créer une couleur indéfinissable. C'était une belle jeune femme. Elle semblait être un peu plus vieille que la japonaise mais elle n'en était pas sûre.
Karen arrêta enfin de la détailler pour lui répondre.

-Tu connais le Lac des Cygnes ?
 

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF. | KAREN USAGI
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: "L'art lie les gens entre eux." [Karen Usagi / Tammin Mizusaki] Jeu 3 Sep - 23:40
S'écoula un long moment avant qu'elle ne réagisse à mon commentaire.

Ça n'était pas plus mal. J'ai pu en profiter pour détailler sa danseuse. Ce qui me plaît le plus, ce sont ses ailes. Je les veux. J'aimerais pouvoir devenir cette danseuse, avoir cette noirceur et.. ce rouge ! J'aimerais..


« Tu connais le Lac des Cygnes ? »


Je souffle intérieurement. Ma contemplation va devoir être mise sur pause, un petit moment. Je dédaigne à le faire mais mon père tient à ce que je me montre polie, donc je me tourne vers elle. Je la regarde. Il est vrai que c'est plus agréable de voir la personne avec qui nous parlons.

Étrangement, je ne suis pas surprise par le physique de cette fille.


Le violet électrique de ses cheveux, m'éblouit et m'hypnotise. Et si je changeais ma couleur, moi aussi ? Je me répète une bonne vingtaine de fois un ' Non ' catégorique, dans ma tête. Déjà que ma mère n'a jamais apprécié le fait que je les teigne en blond.

Je souffle légèrement et continue de la regarder. Ses yeux, sa peau, ses traits du visage.. Elle originaire d'ici, ça se voit. Ou du moins, elle a des origines, contrairement à moi.

Elle doit se sentir chez elle, à sa place.

Je m'apprêtais à juger ses vêtements, mais sa question résonna dans mon esprit et je tousse.


« Oui »


Un peu sec. J'aurais pu allonger ma réponse et paraître plus aimable. Je tousse de nouveau et préfère finalement regarder de nouveau sa danseuse.


« Elle est parfaite. Tu as un vrai don ! Tu as su dessiner les traits d'une danseuse de ballet tout en ajoutant des touches personnelles mais qui respectent l'histoire originale. »


Je me stoppe un petit instant et soupire. Je reprends, plus mélancoliquement.


« L'histoire tragique d'Odette et Siegfried. Tu.. »


J'entends les yankees derrière moi, qui se font plus insistants mais n'y donne aucune attention.

J'approche quelques doigts du mur, comme voulant toucher la danseuse mais me ravise au dernier moment.



« Tu fais cela depuis longtemps ? »

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 371
Okane (お金) : 433
Points. : 2
Date de naissance : 16/12/1995
Age : 21
Je fais partie du Staff.
Muse
MessageSujet: Re: "L'art lie les gens entre eux." [Karen Usagi / Tammin Mizusaki] Lun 26 Oct - 10:22
Rp archivé pour inactivité. ~


Si vous souhaitez le rouvrir, me contacter.


Bon jeu ! ^^

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: "L'art lie les gens entre eux." [Karen Usagi / Tammin Mizusaki]
Revenir en haut Aller en bas

"L'art lie les gens entre eux." [Karen Usagi / Tammin Mizusaki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les gens du voyage
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Abandonnés.-