RSS
RSS



 

Partagez|

[TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Mer 9 Sep - 20:33
Ok, One, Two,Three, Go !

Mon casque sur mes oreilles, comme à mon habitude, je marchais dans les couloirs de Miyusaki. J'étais plutôt de bonne humeur et évitais précautionneusement chacun des élèves que je croisais par des petits pas de danse.

Hmm, Yeh, Yeh, Yeh !


Mes mains posées sur mon casque, je balançais doucement ma tête. Je suivais le rythme de la musique qui résonnait dans mes oreilles.

Da Da Da Da Da Da !

Je sentais la musique entrer en moi et prendre possession de mon corps.

Da Da Da Da Da Da !

Littéralement sous ma peau, je me laisse aller à de plus en plus de pas rythmés.

Da Da Da Da Da Da !

Je bouge mes lèvres, voulant chanter en duo avec WooYoung.

Gimme the beat !

Je l'entends commencer réellement sa chanson et un large sourire prit place sur mon visage.
Je marchais en regardant devant moi pour ne percuter aucun obstacle, qu'il soit aussi bien fixe ou vivant. L'esprit complètement ailleurs, je ne faisais pas attention, pour autant, à la direction que mes jambes prenaient.
Mon cerveau étant totalement déconnecté, je ne m'occupais que de la mélodie qui parvenait à mes oreilles et qui me transmettaient ces frissons que j'aime tant.
Seule la musique me permet de les ressentir, voilà pourquoi je l'aime tant.
La musique me les fournit et la danse les évacue pour que je puisse les partager autour de moi.
C'est en découvrant cela que j'ai su, instantanément, que ma vocation ne pouvait être autre.

Lorsque je me rendis compte que j'étais seule et que personne ne traînait aux alentours, je me mis à chanter et à danser dans les couloirs que j'arpentais.
Je regardais parfois dans la vitre des portes que je dépassais et repartais dans ma progression, toujours plus à fond.
Je me croyais dans l'une de ces comédies musicales où l'un des personnages principaux pouvait chanter et danser sans prendre le risque de paraître ridicule ou même d'être découvert.
Qu'est-ce que j'aimais cette mise en situation !

En totale harmonie avec la chanson et son chanteur, je levais mon poing et chantais en bougeant ma jambe droite. En plein milieu du couloir, je me sentais sans complexe et n'étais gênée pour rien au monde.
C'est à partir de ce moment précis que les choses deviennent sérieuses et réellement intéressantes.
Je me mets en position pour danser cette chorégraphie qui me fait tant rire.

Da Da Da Da Da Da,

Da Da Da Da Da Da,

Da Da Da Da Da Da,

N....

Un très grand silence s’abattit sur moi. Je n'entendais plus rien et me figea un long moment.
Lorsque je fus, de nouveau, en mesure de réfléchir, je compris la situation.
Je remets, nerveusement, mon casque autour de mon cou. Je sors mon portable et découvre avec effroi qu'il vient de rendre l'âme.
Je. N'ai. Plus. De. Batterie.

Je prends mon portable avec mes dix doigts et le secoue en poussant une plainte.

« Pourquoi as-tu décidé de me quitter pile au meilleur moment de la musique ??? Tu... »

Je me stoppe en entendant du bruit plus loin dans le couloir. Je rêve où c'est le son d'une batterie que j'entends ?

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Jeu 10 Sep - 19:54
The View from the Afternoon:
 

Il n'y avait plus que le battement de ses baguettes sur la batterie. Tout le reste n'existait plus. Il n'y avait plus que la sensation au coeur de ses paumes, que les tremblements du sol, que le tambourinement sourd qui filtrait à travers ses Quies. Ses yeux étaient clos, tout son corps accompagnait le mouvement. Ses jambes, ses bras, son torse, sa tête. Son être entier se mouvait pour faire chanter son instrument du mieux qu'il le pouvait. Ses gestes étaient d'une précisions impressionnantes et tellement rapides qu'on avait du mal à voir ce qu'il tenait dans ses mains. Ses bras allaient trop vite pour qu'une personne puisse les voir avec netteté. Des gouttes perlaient de son front, il avait cet air concentré, et parfois il souriait. Il souriait de ses mains qui commençaient à le faire souffrir, à ses muscles endoloris par des heures d'entrainement, à sa respiration qui était haletante. Il était à bout, cela faisait plusieurs heures qu'il répétait inlassablement le même morceau, sans jamais s'arrêter. Et rien n'aurait pu lui enlever cet air de gamin heureux.
Il était surement un peu maso sur les bords.


A ses pieds étaient jonchés des dizaines bouts de bois, qui avait du ressembler à des baguettes autrefois. Sa force et sa violence les avaient réduits à de la brindille bonne pour le feu. De l'autre côté de la pièce il y avait son portable avec ses écouteurs, il les avait expulsés là-bas il y a bien longtemps. L'écran de son téléphone était légèrement fissuré et les bords complètement abimés, ce n'était pas la première fois qu'il volait comme ça, et pourtant il n'avait été crée que six mois plus tôt.


Un voile, comme le voile rouge, mais bien différent. Ce voile là n'avait pas de couleur, la musique n'avait pas de couleur. Ou plutôt elle en avait une, mais indescriptible pour l'oeil humain. Alors bien souvent, l'on disait à tort, que la musique n'était pas une couleur. Mais Jannis savait que c'était faux.
Il était cette couleur à présent. Sa vie, son âme, son corps, son esprit étaient consacrés à cette divinité. Lui qui se disait non-croyant. Pourtant le rock était une religion, avec ses symboles religieux, ses dieux, ses prières et ses adeptes. Et quand il priait, le batteur ne voyait plus rien, ne ressentait plus rien d'autre que sa religion. Et ceux qui l'observait ne pouvaient êtres qu'impressionés. Il était possédé. C'est comme si son âme s'était branchée sur une fréquence que seules certaines personnes étaient aptes à comprendre.


Pour d'autre ce n'était que de la violence et des regards remplis de la peur de l'étrange. De la phobie du différent. Et Ô bordel ! Qu'est-ce que Jannis n'en avait rien à foutre de leurs idées de connards arriérés.


Il n'y avait d'ailleurs jamais fait attention, il aimait inspiré la crainte, au prix d'être méprisé.


Et partis dans un monde autre, un monde qui était le sien, il n'y avait plus de sol autour de lui, que du vide, un vide aussi immense et noir que ce que son être pouvait ressentir. Perdu dans l'immensité d'un espace qui lui était proche. Dans une tranche d'espace-temps déviant celle de ses congénères humains. Et s'envolant tel l'oiseau tatoué sur son cou dans cet espace vide d'oxygène, d'apesanteur et de souffrance, il se sentait libéré. C'était une sensation bien plus forte que celles de toutes les drogues qu'on pouvait lui proposer.

C'était persistant, comme un sensation que quelque chose clochait depuis quelques temps. Et cela le mettait mal à l'aise, il n'arrivait pas à déterminer ce que c'était. La fatigue ? Il avait l'impression que les coups qu'il donnait ne faisaient pas répercuter les sons dans la salle comme avant. Et puis il avait cette drôle d'impression, comme celle d'être épié. Dans son univers, un oeil immense et rouge apparut, l'effrayant. Il arrêta la cymbale qui vibrait avec sa main et ouvrit les yeux. Dans un premier temps tout lui parut normal et puis il l'aperçut, la silhouette... Mais merde ! Depuis quand cette fille était là ?

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Jeu 10 Sep - 20:23
Quel rythme entraînant !

Ma curiosité me poussa à aller voir de plus près ce qui se passait. Plus je mettais un pied devant l'autre et plus j'entendais distinctement la batterie résonner et dévoiler toute sa puissance.
Fixant la porte qui me séparait du batteur, je compris que j'étais sûrement devant la salle de musique.
Je ne pris pas le temps de réfléchir à quel genre d'élève, j'allais avoir à faire. J'ouvris la porte, le plus doucement possible et le vis.

La surprise me secoua et j'en restais bouche bée. Waouh ! Je ne m'attendais pas à ça.. tout sauf à ça.
Sa force, sa vitesse, il y mettait toute son énergie et je restais là, à le regarder faire.
Je restais silencieuse, discrète. Je ne voulais pas le déranger et encore moins le voir arrêter.
Je détaillais son corps et sa manière de le mouvoir. Il respirait sa musique, il la vivait du plus profond de son être. Il se laissait transporter dans son art. Comme je le faisais pour la danse.

Il battait à une vitesse folle et tellement impressionnante. J'essayais de suivre l'avancée et la battée de ses baguettes mais c'était peine perdue. Je n'y arrivais pas, même avec la plus grande volonté du monde. Il me dépassait. Il devait dépasser bon nombre de batteurs. Jusqu'à aujourd'hui, c'est le premier batteur que je rencontre de sa trempe.
Sa passion m'éblouit et je ne fis presque pas attention à la salle que je visitais pour la première fois.
Un rien ne le déconcentrait. Du moins, c'est ce que je ressentais en le regardant. En voyant son visage, aussi.

Son visage..
Je crus apercevoir des perles de sueur descendre le long de ses traits. Il est en pleine intensité.
Je vis ses quelques sourires et je sentis comme une détonation en moi. Il était si éblouissant. La batterie lui donnait un charme fou, sa passion, sa fréquence, sa puissance, son intensité le rendait exceptionnel. Un exceptionnel batteur.
Sa manière de se concentrer comme si les mouvements de sa baguette n'étaient que les seules choses qui comptaient à ses yeux..
Et ses sourires. J'avais beau être assez reculée sur ce genre de sentiments et ne pas y croire, je dus bien avouer qu'il ne me laissait pas indifférente. Il ne laisserait personne indifférent dans une telle situation. Notre art montre une toute autre facette de notre existence aux autres et c'est souvent cette facette qui attire le plus et plaît tant.

Je le sentais ailleurs. Il ne faisait attention à rien d'autre qu'à sa batterie et il me fit voyager dans son autre monde. Je me laissais entraîner par sa rythmique si particulière et me surpris en sentant ma jambe bouger. Mon corps se laissait envahir petit à petit comme si sa batterie réveillait en moi, ces émotions que je recherche tant et que j'ai perdu.
Je ferme les yeux et me laisse voyager. Je laisse sa musique transpercer ma peau, transpercer mon cœur.

Il a tout arrêté ? Surprise, j'ouvris les yeux et rencontrais son regard.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Jeu 10 Sep - 20:56
Les deux plus beaux yeux que j'avais pu voir jusqu'à présent croisèrent mon regard interloqué.
Le jeune homme observait ce regard olive avec une stupéfaction immense, qui malgré le caractère impassible de son expression, le trahis légèrement. Et dans ses yeux vivait un monde, un monde dont il pouvait voir l'entrée. Sa curiosité voulut qu'il plonge dans cet océan vert et qu'il découvre cet univers inconnu. Il voulait allé pressé les olives qui se reflétait dans ses iris, en sortir des gouttes de nectar doré qui coulerait le long de son âme et le revivifierai. L'huile d'olive ne meurt jamais. Il voulait goûté à cet élixir de jouvence, il sentait que c'était son remède « miracle » contre cette noirceur qui l'envahissait. L'espace d'une seconde. Il suffit d'une seconde pour savoir qu'il voulait tout savoir, tout connaître, tout comprendre de la parfaite inconnue qui se tenait devant lui. Mais ce ne fut pas... un choix pris de pleine volonté. Ce fut plus comme un sentiment, un sensation confuse. Qu'il oublia aussitôt pour se replonger dans la réalité que lui avait forcé la jeune femme.

Les dizaines de secondes suivantes il essaya de comprendre ce qui lui arrivait. Quand on est en transe depuis plusieurs heures, il est extrêmement difficile de remettre un pied dans la réalité. Il avait l'impression que la pièce se contorsionnait sur elle-même, les lignes se déformaient, les dimensions n'arrêtaient pas de changés. Et lui, il était assis, avec les deux pieds dans la vide. Tout ses sens étaient assourdis, comme endormis. D'une main tremblante, il déposa ses baguettes.

Puis il lui en voulut. Comprenant enfin où il était, et ce qui il faisait, il se sentit extrêmement mal. Prisonnier des limites de son corps et de son esprit. L'impression était tellement forte qu'il en avait la nausée. Il sentit une grande lassitude l'envahir, et il changea totalement de posture. Son visage retrouva sa neutralité habituelle, son corps, cette posture posé et calme. En total contradiction avec son état d'il y a quelques secondes. Il enleva ses bouchon d'oreilles pour essayer de retrouver un semblant d'audition. Il s'appliqua à respirer, à soulager ses poumons en feu, ses muscles qui étaient vide de force, son cerveau encore bien déboussolé et qui travaillait pour se reconnecter avec la réalité.

Il fixa l'étudiante. Il ne dit rien. Même si il était dans la nature de Jannis d'être silencieux, la raison en était tout autre, il n'en avait ni la capacité mentale, ni physique. Alors il lui lança un regard bleuté qui voulait dire : Mais qu'est-ce que tu fous là, toi ?

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Jeu 10 Sep - 21:42
Les yeux rivés dans les siens, je perdis conscience de la réalité qui m'entourait.


La situation est alarmante. Je dois détourner le regard, ce n'est plus qu'une question de quelques minutes. Je dois faire au plus vite.
Mais même avec une envie et une force de caractère hors norme, je n'y arrive pas. Mes yeux ne veulent regarder rien d'autre que les siens. Plongés et extrêmement bien ancrés, ils se perdent et se noient dans la profondeur de son regard.
Je ne peux plus les décoller. J'ai peur.

Avec la télé, l'ordinateur, l'homme moderne peut voyager, séduire, s'instruire sans jamais croiser un regard. Et ainsi, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, dans nos sociétés occidentales prévaut la croyance selon laquelle nous serions totalement maîtres de nos pensées, de notre destin, de nos choix. L'individu se sent tout-puissant, ses droits l'isolent des autres, il cesse de se vivre comme un humain qui a besoin du partage et du regard de l'autre pour exister.
Et la technologie, qui n'est jamais qu'un outil, qui n'est ni bonne ni mauvaise en soi, le conforte dans son illusion de toute-puissance.

Ses yeux sont cette technologie. Ils sont devenus ma technologie. Je ne suis plus maître de mes pensées, il les contrôle. Son regard me donne une assurance et une raison de rester là, à le fixer de cette manière. Je pourrais rester éternellement sans que cela ne me gêne. Mais si je cède à cette tentation, je vais me perdre. À nouveau. Et je refuse.
Cette sensation.. Elle m'effraie.

Autre paradoxe : on refuse aujourd'hui d'être dépendant du regard de l'autre, mais jamais notre besoin d'être vu, célèbre, considéré n'a été aussi fort. Il est très difficile de s'affirmer par soi-même et de devenir son propre modèle, c'est une course à la performance qui est épuisante et qui fait des ravages en termes de mal-être. Il nous faut réapprendre à accorder de l'importance au regard de l'autre dans nos vies. Ce regard qui a été fondateur de l'humanité, c'est un regard qui nous porte et nous construit.

Pourquoi ?
Mon corps se met à trembler. Je veille à ce qu'il reste discret, je ne veux pas flancher. Cela m'est interdit. Je me le suis interdit depuis le départ de Nolan. Je dois tenir mon commandement. Je me sens vidée et totalement épuisée moralement. Son regard me transperce et me pénètre tellement au plus profond de mon corps, qu'il me vide de toutes mes forces.
Ses yeux bleu me perturbent et me font perdre la tête.
Que quelqu'un m'aide.

Belle illustration d'un dialogue sans mots.
De longues minutes s'écoulent. Même si nous ne prononçons aucun mot, j'ai pourtant l'impression que nos yeux s'en échangent. Nous dialoguons d'une différente manière. Oui, nos regards se parlent. Nous parlons. Où est-ce encore mon imagination qui me fait divaguer et penser à n'importe quoi ?

Mon regard cherche et offre tout à la fois. Il y a alternance de ces deux positions. Peut-être que, lorsque l'on est amoureux, on ne regarde pas l'autre mais une lumière en lui.
La pupille ne fait pas le point sur la pupille de l'autre, mais sur quelque chose au-delà. Le regard amoureux est à la recherche de cet au-delà.  
L'expression "tomber amoureux" témoigne bien d'une chute, d'un déséquilibre, de quelque chose qui nous arrive à notre corps défendant. L'état amoureux nous replace dans une passivité, une dépendance assez proche de celle du nourrisson. Dans le regard amoureux, il y a l'éblouissement de cette défaite de la volonté et la renonciation à sa propre clôture existentielle.  

Le souffle court, rapide, saccadé.
Je sens mes lèvres trembler comme si un vent glacial venait d'entourer ma peau. Je me sens frisonner. Tomber amoureux d'un seul regard. Ça n'existe que dans les films, c'est impossible.
Je me force à fermer les yeux et à les détourner de ce regard qui me rendait bien trop fébrile.
Je déraille complètement. Comment de simples yeux bleu peuvent me mettre dans un tel état ?
Je dois me reprendre.
Je revois l'intensité de son regard et ouvre de nouveau les yeux. Mais au risque de ne plus me reconnaître, je reste détournée de son ''arme''.  
Je jette un coup d’œil à son tatouage, exposé dans son cou. Un léger sourire se dessine sur mon visage. Plutôt joli.

Puis, je sentis une douleur effroyable marteler ma tête et écraser mon cerveau. La signification de son regard me revint en mémoire et martela mon esprit de façon à ce qu'elle s'ancre éternellement.
Gênée, je ne sais même pas, si je dois me remettre à le regarder.

« Je... »

Je prends sur moi et décide de l'affronter. De face. Les yeux dans les yeux.

« Je suis désolée, je t'ai entendu jouer depuis le couloir et la curiosité m'a poussé à venir te voir. Je..ne souhaitais pour rien au monde te déranger et t'arrêter dans ton élan.. »

Heureusement, que j'ai réussi à aligner tous mes mots sans bégayer. Je ne voudrais pas me rendre en ridicule devant lui.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Ven 11 Sep - 21:11
Et plongeant mon âme aux travers de ses yeux, je savais que je commettais l'irréparable. 
Il luttait contre ce sentiment qu'il ne voulait pas ressentir.  Cette sensation familière, une chaleur qui lui montait des entrailles pour aller réchauffer son coeur cristallisé, depuis longtemps incapable de comprendre le mot : aimer. Cet amour dont il avait tant eu, tant voulu, et qui lui donnait la nausée à présent. Et tandis que son palpitant criait en silence, ce mot qu'il ne savait pas dire, sa conscience l'interdisait formellement de se laisser entrainer. Il se débattait dans ce monde si réconfortant où voulais l'emmener cette jeune femme inconnue. Se cachant derrière un masque de dureté : Tu me déranges. Il voulait tellement qu'elle parte mais il voulait tellement qu'elle reste... Ses yeux bien que fixe, aurait voulu verser une larme. Epuisé moralement et physiquement, il était incapable de lutter contre cette sensation : celle d'être projeté dans un vide sans nom.
C'est une inconnue, Jan' ! Putain Jan' ! C'est une inconnue ! 
L'étudiant la regardait, elle, qui le faisait douter. Pourtant, jusque là, ses émotions s'étaient toujours accordés à ses désirs. C'était pourtant simple : les hommes pour l'esprit, les femmes pour le corps. Et l'univers, le karma ou le destin. N'importe quelle entité à laquelle Jannis aurait bien mis une claque. Et l'univers se moquait de lui. Il lui disait : Love is a feeling, not a decision. You c'ant choose who you loves. En anglais, parce que c'est bien plus classe bien sur.
Le regard bleuté du jeune homme ne déviait pas d'un millimètre. Il n'avait qu'un désir : rompre ce jeu de regard, qu'elle le laisse tranquille avec ses yeux qui voulaient lui dire tellement de choses que sa bouche ne pouvait apparemment pas exprimer. 
Lutte, lutte, lutte, lutte.
Lui qui n'avait aucune pudeur à détaillé le corps des femmes par habitude. Il avait tellement peur d'apprécier, d'être éblouie, de trouver poétique, ne serait-ce qu'un seul minuscule détail de son être. Le beau brun avait déjà tellement de mal à résister à aux paroles de ses deux océans verts, comment faire si il la trouvait gracieuse, belle, sublime. Que faire si ses cheveux avaient des reflets soyeux, que ses jambes étaient finement dessinés, que sa posture respirait l'élégance ? Il ne voulait pas le savoir, il voulait lui échapper.

Elle regarda le tatouage dans son cou et sourit. Non. Il clos ses paupières dès que la commissure de ses lèvres se relevèrent. Pas de sourire rayonnant, pas de fossettes, pas de bonheur. Pas même l'esquisse d'une pensée un peu joyeuse. Non, ne me regarde pas comme ça. Non, s'il te plaît, déteste chaque parcelle de mon être. Va t-en. Ensuite elle parut déstabilisé, et Jannis eu un pincement au coeur. Elle bredouilla une excuse, le fixant. Et lui, il détourna le regard. 

Le batteur attrapa la serviette blanche qui pendait, l'attendant, sur un rebord de quelque chose et la pressa sur son visage :

"Ah" murmura t-il.

Très franchement il ne savait pas quoi dire d'autre. Le mystérieux jeune homme n'avait pas envie de débuter une conversation, pas avec elle. Il devait tout faire pour l'éviter... Depuis quand je suis aussi lâche ? Il plaça la serviette autour de son cou et planta son regard le plus neutre, le plus indifférent possible dans le sien.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Ven 11 Sep - 23:11
Je le vis détourner le regard et sentis une atroce douleur dans ma poitrine.

Le cœur lourd, le corps chancelant, je me sens m'affaiblir. Je manque de souffle, je sens que j'étouffe. Je le sens froid, tout à coup. Cela me fait si mal que je presse ma main contre ma poitrine comme pour tenir mon cœur et le maintenir en vie.
Je le sens se compresser et battre à un rythme déchaîné. Il bat fort, il me fait saigner de l'intérieur et j'ai les larmes qui montent. Qu'est-ce que tout cela veut dire ?

Je l'ai vu fermer les yeux. Je l'ai vu me fuir. Pourquoi ? Redoutait-il, comme moi, ce qui était en train de naître ? Non. Je me fais des idées.

'' Ah ''. Un simple mot. Bien trop simple à mon goût. L'entendre prononcer cette chose, me poignarde plus profondément et m'ouvre le cœur sans anesthésie. Je le sens se désintéresser de ma présence et tout ce que je croyais jusqu'à présent s'envole. Je pensais que nos regards s'échangeaient des mots. Des mots complices qui devenaient des phrases longues et instruites de bon sens. Encore et toujours mon imagination.

Si seulement, il pouvait changer cet air désinvolte. Il est neutre et ne laisse échapper aucune émotion. Je me sens redevenue moi-même, sans aucun intérêt particulier et j'en souffre. Sa réaction me fait souffrir. Quelle triste ironie. Triste et ridicule situation.

Je veux partir. M'en aller. Loin. Le plus loin possible de lui. Mais à la fois, je possède une folle envie de m'approcher, de le forcer à me regarder comme l'instant d'avant. Je veux revivre cette connexion intense. Elle m'étouffait mais ne m'étranglait pas, comparée à la situation actuelle.
Quitte à mourir, je préfère être étouffée.
Étouffe-moi.
Ne m'étrangle pas.

La tristesse séjourne en moi. Je la sens grandir et faire évoluer la douleur de mon être tout entier. Le temps passe et j'ai si peur qu'il se lasse de ce silence. Mais aurait-il vraiment envie de parler avec moi ? J'en doute, sinon il aurait dit bien plus de choses que ce simple '' ah '' sans vie.
Je ne l'intriguais pas. Je ne l'intéressais pas. Le coup de cœur n'a pas été réciproque, bien au contraire. Je me sens idiote d'avoir pu penser que c'était le cas.

Mes émotions me rendent, une fois de plus, pathétique. Dans quel état, je me mets pour un simple garçon dont je ne connais rien. Je dois très vite me reprendre.
Il a le droit de se désintéresser de ma présence. Nous ne sommes pas amis.
Amis.. Aimerais-je une amitié à ses côtés. Certainement pas. Cela ne me semblerait pas suffisant. Loin d'être suffisant. Je veux bien plus qu'une amitié. Bien plus qu'une simple amourette d'étudiants. J'aimerais vivre quelque chose de dingue.
Quelque chose d'unique.
Une aventure dingue et unique à ses côtés.
Et seulement à ses côtés.
Et voilà, je déraille de nouveau.
Reprends toi, Tammin. Réagis et va-t-en !

Il t'ouvre une porte de sortie. Il te permets de t'enfuir. De t'enfuir loin de lui, de sa batterie, de son corps, de sa respiration, de ses yeux.. et de son contact. J'aimerais un contact, un simple contact.
Je veux m'assurer que ce que je pensais vivre par nos regards n'étaient que le fruit de mon imagination.

Je lui tends ma main.

« Tammin Mizusaki »

Deux simples mots. Deux simples noms. Mon nom. Rien de plus.
Et j'espérais ne pas en avoir trop dit.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Ven 18 Sep - 21:39
« Tammin Mizusaki »

Deux mots, six sonorités, un prénom, un nom. Même pas de quoi faire une phrase, et pourtant. C’était beaucoup plus qu’une simple présentation. Ce n’était pas comme se présenter comme si on y était incité, invité, obligé. Quand on est devant un grand monsieur, avec sa cravate et ses lunettes qui vous regardent de son air sérieux, tu te présentes car ton avenir en dépend. Tu lui dis : retiens mon nom, fais-en quelque chose d’utile, d’important, s’il te plait, ne laisse pas mon nom s’évanouir. Et indépendant de toute politesse, car l’attitude du jeune homme aurait du la dissuader, et avec courage, cette lueur qui passait dans ses yeux qu’il n’avait pas arrêté de regarder, elle avait juste sorti ces deux mots de sa bouche. Et pour lui ce fut trop.

Son regard se détourna de quelques millimètres, car il était incapable de supporter cette information, et ce fut là qu’il découvrit son visage, puis ses cheveux, puis son corps. Comment la décrire ? Comme exprimer cette sensation ? Elle était… gracieuse. Elégante. C’est que le jeune homme pensa. Il ne passa pas son regard scruteur sur chaque partie d’elle, il n’eut qu’un aperçu, et ce fut largement suffisant. D’habitude il aimait s’attarder sur des détails, de simples détails qui lui plaisaient. Mais cette fois ci il eut l’impression que chaque détail lui plaisait. Elle était…
Elle était…
Il ne savait pas ce qu’elle et qui elle était.
Et il avait cette étrange sensation. Qui le compressait, tellement, tellement fort. Il n’arrivait tout simplement pas à reprendre sa respiration. Cela l’étouffait, comprimait son abdomen, sa poitrine. Et il n’aurait pu aligner une pensée cohérente. Il sentit qu’il devait faire quelque chose, là dans l’absolue. Il n’aurait su, il n’aurait même pas pu prononcer un son. Sa voix manquait, son souffle, son cœur qui battait trop vite, son corps si douloureux. Il serra ses mains, il saignait. Il ne s’était même pas rendu compte qu’à force de s’entraîner il s’était blessé. Il ne les regarda pas. Maintenant il sentait la douleur mais il se devait de faire semblant. Pour la convaincre, pour se convaincre. Tout allait bien.

Non, il n’allait pas subir ce qui s’appelait « le coup de foudre ». Même si à cet instant précis, un rêve venait de naitre en lui, le rêve de la serrer dans ses bras. Mais il n’allait pas le réaliser. Non, il ne se laisserait pas faire. Même si son corps et son esprit étaient à bout, son entêtement restait intact, apparemment.
Non, il ne serait pas amoureux de cette fille. D’une femme. Elle était aussi belle qu’une fleur, aussi fragile. Des délicats pétales que ses mains pleines de sang ne pourraient jamais prendre. Si il s’attachait, il la détruirait. Et ça, le jeune homme ne se le permettrait pas.

Si… si il détournait la tête, si il l’ignorait. Si et seulement si, elle se sentirait rejeté cependant à la fin, elle tomberait sur quelqu’un de mieux que lui, qui pourrait prendre soin d’elle…
Il lui sourit, un demi-sourire à vraie dire, un peu timide.

« Suoh Jannis »

Il la regarda avec douceur.

« Ravi de faire ta connaissance »

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Ven 18 Sep - 22:26
L'attente était une véritable torture.

J'avais si peur d'être trop bavarde. Lui révéler mon nom était pourtant l'information la plus courte et la moins personnelle que je pouvais lui confier. Mais j'avais tout de même cette effroyable peur qui me compressait la gorge. Je déglutissais avec difficulté et attendis une réaction de sa part.
Cette réaction qui changerait tout. Pour toujours. Je le sentais. Je le savais. Tout allait jouer sur sa prochaine réaction. Allait-il se présenter ? Allait-il me repousser ?

Une partie de moi mourrait d'envie qu'il se présente à son tour. Qu'il nous laisse une chance de nous connaître. De discuter. De devenir amis. Je sais. Je désire bien plus qu'une simple amitié. Mais quitte à choisir, je préfère souffrir et rester son amie plutôt que d'avoir la totalité de mes pensées empoisonnées de son existence et son absence. Ce serait insupportable.
S'il accepte de prolonger cette rencontre, je risque de m'accrocher encore plus à ce beau garçon qui me fait littéralement chavirer. C'est si étrange. Je suis la première, ou plutôt l'une des premières a clamé que le ''coup de foudre'' est un conte pour les petites filles qui rêvent du prince charmant et du '' ils vécurent heureux avec beaucoup d'enfants ''.
Ce rêve était le mien. Bien entendu, je n'imagine pas ce genre de choses avec lui. Ce serait incorrect et ce n'est pas ce que je veux vivre auprès de lui.
Ce serait trop simple. Une relation aussi simple serait merveilleuse mais je veux qu'elle soit compliquée. Qu'elle soit destructrice sentimentalement pour réellement sceller nos sentiments et les rendre extrêmement authentiques et indestructibles. Mais est-ce qu'au moins, un sentiment se réveille en nous, entre nous ? Non. Ceci est totalement impossible.
Impossible. Irréalisable. Impossible.

L'autre partie de moi voulait qu'il me repousse. La raison en est tellement évidente. Il risque de devenir mon plus gros point faible. Et j'ai peur d'une telle chose. D'une telle nouveauté. Non, d'un tel renouveau. Je ne veux plus ressentir ça. Pour personne. Cela pourrait tellement me détruire. Je refuse de l'admettre mais je suis tellement fragile, tellement, facilement. Dès que je m'attache à une personne, je ne me méfie plus et il peut me faire n'importe quelle crasse. Je les laisse poignarder mon cœur. C'est comme si je les encourageais. Car quand j'aime quelqu'un, je n'aime pas pour de faux. J'aime pour de vrai. J'aime profondément, réellement. J'aime même un peu trop. Et c'est ce qui me rend si vulnérable. Et s'il se mettait à jouer avec ça ?
Je redeviendrais ce petit oiseau blessé que je chasse tant. Et je veux m'épargner cette situation. Rien ne dit que nous sommes amoureux, qu'il va se passer quelque chose, qu'il va se jouer de moi.. Rien ne l'indique. Rien ne le sous-entend. Pourtant cette partie de moi me supplie de me méfier et de fuir.
Mon cœur en est devenu bien trop fragile.
Il a besoin d'amour et de quelqu'un qui pourrait l'entretenir.

C'était à lui de choisir. Quel chemin allait-il choisir ? Quel avenir m'attend ?
J'entends mon cœur battre à tout rompre et je commence à avoir du mal à respirer. C'est intenable. Dis quelque chose. Sors moi de mes inepties. Échappe moi de mes idiotes pensées, insensées.
Je clame être forte et refermée mais je me permets de penser à un possible avenir à ses côtés ? Depuis quand je me permets de virer fleur bleue ?
Je dois redevenir moi. À moins que ce garçon fasse sortir la vraie moi ?
Ses yeux. J'eus l'impression qu'il regardait le reste de mon corps. Que pense-t-il de moi ?
J'aimerais le savoir. Est-ce que l'attirance est réciproque ?
J'aimerais me brûler les yeux. Je parle d'attirance. Que j'arrête de le regarder. Il m’ensorcelle.
Est-ce vraiment réel ?
Je suis perdue par toutes ses pensées qui se battent avec acharnement, tel des joueurs absorbés dans une mêlée puissante et dévastatrice.

Enfin !
Un début de réaction. De réponse. Je l'espère.
Faites que je ne me fasse pas encore de film. Que ce n'est pas mon imagination.
Me sourit-il vraiment ou suis-je en train de l'imaginer.
Le voir ainsi m’électrise et me donne un frisson. Il est...

'' Suoh Jannis. Ravi de faire ta connaissance ''

Mon cœur bondit d'un coup. Puis plus rien. Silence cardiaque. Comme s'il ne battait plus. Je suis encore sous le choc. Il a donc choisi de continuer la discussion. J'en étais si heureuse. Si soulagée. Mais à la fois, si terrifiée. Peur de paraître ridicule. Du moment que je reste calme, il ne se doutera de rien. Et peut-être que cette folie s'achèvera. Peut-être que c'est la magie du moment qui va s'estomper et me faire comprendre que je faisais fausse route.

Je joins mes mains et croise mes doigts. Je laisse mes bras, ballants. Je lui souris et penche doucement ma tête sur le côté. Je ferme les yeux, un quart de seconde.
Cette mimique est tellement naturelle et involontaire. Je ne peux pas m'empêcher de réagir comme cela lorsque je suis véritablement contente. Et tant pis si sur le coup, je ressemble à une petite fille qui vient d'obtenir son cadeau d'anniversaire.

« Ravie également ! »

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Sam 19 Sep - 13:57
Elle avait l'air tellement heureuse que Jannis eut comme une boule dans la gorge. "S'il te plait, t'imagines pas déjà un tas de choses, sinon on va pas s'en sortir." Le jeune homme ne voulait pas, ne pouvait pas l'ignorer. Il se sentait obligé d'être sympathique avec elle, il ne pouvait faire autrement. Sinon il s'auto-détruirait. Il trouva cette pensée très égoïste, la jeune femme, il allait la blesser, à un moment ou un autre, d'une manière ou d'une autre. Mais pour se préserver, il l'acceptait. Grande priviligiée que cette inconnue dont le violent garçon accepte la présence. Aurait-elle était une autre fille qu'elle serait déjà dehors. Seulement voilà, le problème venait de là. Ce n'était pas une autre fille, c'était Tammin Mizusaki.

Tammin aux yeux verts.
Tammin à la silhouette gracieuse.
Tammin qui l'avait vu au sommet de son art.
Tammin dont la posture actuelle semblait tellement naturelle et adorable qu'elle fit légèrement rire le batteur.
Vous savez ce petit rire très soufflé, très discret, pas ce rire qui pourrait faire croire qu'il se moque de vous, mais celui qui pourrait faire croire qu'il vous apprécie. Mais si ! Accompagné d'un petit sourire et d'un regard qui se détourne vers le sol pour un instant, avant de se replonger dans le votre. Vous voyez ?
Et rapidement il détourna son regard vers ses mains blessés. Il les inspecta, évalua la nature des dégâts, puis pris la serviette autour de son cou et la tamponna sur ses blessures. Ca dura peut-être une minute, quelques secondes pas plus, mais il eut le temps de se concentrer sur lui. De reprendre son souffle, d'oublier la jeune femme qui le lui faisait perdre. De tendre et de détendre ses doigts, encore crispés et engourdis. D'essayer de voir où en était la récupération de ses facultés. Son audition qui redevenait, malgré un léger sifflement persistant. Ses muscles qui le faisaient légèrement souffrir mais qui semblaient se remettre grâce à une oxygénation de plus en plus correct. Et enfin ses battements de coeur qui revenaient peu à peu à la normale. Cependant d'un point de vue extérieur, il devait semblé encore bien épuisé, avec ses cheveux en bataille, des légères gouttes de transpiration qui perlaient ici et là et qui avait échappé à la serviette, sa posture à moitié avachi, autant qu'on puisse l'être sur un tabouret. Il n'osait pas passer sa main dans ses cheveux pour les remettre en arrière, comme il en avait l'habitude, de peur de mettre du sang partout. Il remit tout de même les cheveux qui lui tombaient sur le visage en arrière du bout des doigts. Silencieux, il imposait le silence autour de lui. A ce moment-là, il ne fallait pas le déranger.

Enfin il se reconcentra sur Tammin. Lui servant un petit sourire pincé. Il cherchait l'univers dans ses yeux, la srcutait. Mais il semblait...attendre. Son regard légèrement fuyant trahissait une certaine impatience. Mais qu'attendait-il ? Il ne le savait pas très bien lui-même. Pas qu'elle parte en tout cas mais... qu'elle bouge, qu'elle parle. Qu'elle fasse quelque chose, car il n'était pas dans la nature du jeune homme de faire le premier pas. Il n'engageait que très rarement une conversation, si on ne lui parlait pas, il restait muet, et même si on essayait de discuter avec lui, il ne répondait pas toujours. L'étudiant n'était pas un grand bavard, mais à cet instant là il pensa : "Elle a déjà fais deux pas non ?" C'était comme un valse. En trois temps. L'apostropher, se présenter et maintenant : il fallait débuter une conversation. Sinon le rythme serait rompu et elle partirait. "Je suis en retard sur le rythme. C'est elle qui mène la danse là." Et Jannis n'aimait pas qu'on le dirige. Il prenait toujours les choses en main. "C'est moi l'homme non ?" Sans lui laisser l'occasion de parler il prit la parole.

"Alors ? Tu as trouvé ça comment ?" demanda t-il en faisant référence à la prestation qu'elle avait vu à l'insu du jeune homme.

Pour le beau brun c'était légitime de poser cette question. L'étudiante n'avait pas été invité à le regarder en plein entraînement, elle avait fait preuve d'audace en l'épiant. Il était naturel qu'elle lui dise au moins ce qu'elle avait pensé de lui, de sa manière de jouer. Il ne savait pas très bien pourquoi, mais il sentait que Tammin n'était pas étrangère aux charmes de la musique.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Sam 19 Sep - 19:32
J'étais vraiment heureuse.

Je ne sais réellement pourquoi ni comment, mais le fait de lui parler me rend heureuse. Me donne le sourire et me donne goût à la vie. Rien n'est aussi étrange que notre rencontre. On bat des records. On atteint des sommets. Comment un simple garçon pouvait me rendre heureuse à ce point rien qu'en était présent, là, devant moi ? C'est si incongru. Si.. anormale !
J'étais anormale. Plus aucune doute là-dessus.

Jannis. Jannis Suoh. Première fois que j'en rencontre un. Pour sur. Il est unique.
Je le regarde en souriant. Impossible de garder cette montée d'adrénaline et de pep's qu'il y a en moi. Je suivais le moindre de ses faits et gestes, détaillait la moindre parcelle de sa peau, de son corps. J'étais tout simplement sous le charme. Envoûtée par sa prestance.
Je tombais des nues en le voyant.. rire ? Et son sourire. Certes discret mais si prévenant. Il venait d'harponner mon cœur d'un coup et je décide de vite regarder ailleurs avant de craquer. Il serait regrettable d'agir de manière irrationnelle et totalement irréfléchie maintenant.

Je le vis éponger ses mains et y attarda mon attention. Mes yeux commencèrent à s'écarquiller. Il saigne. J'avais une irrésistible envie de m'approcher et de soigner ses mains. De lui enlever tout ce sang et de lui retirer toute douleur. Je voulais prendre soin de lui. Je le regardais, silencieuse. À sa manière de se comporter, je comprenais qu'il valait mieux que je reste à ma place. Que je ne pose aucune question et que je ne m'en mêle pas.
Pourtant, c'est plus fort que moi. Comme une pulsion qui me prend aux tripes,qui me pousse à l'approcher, à le toucher. Je fis un pas dans sa direction. Plus près, encore plus près.
Pourrais-je avoir l'autorisation de soigner ses blessures ?
Prématurément impossible, alors je recula d'un pas pour revenir à ma position de départ.

À ce même moment, je le vis reposer ses yeux sur moi.
Enfin. Nous revoilà partis. En plein dialogue sans mots. Quelle belle sensation.
J'avais l'impression d'échanger de nouveau rien qu'en plongeant mon regard dans le sien. Cette connexion est à la fois mystérieuse, effrayante et bénéfiquement bonne.
J'avais l'impression, non plutôt la certitude, qu'il attendait une réaction de ma part. Il semble m'attendre. Peut-être veut-il que je lance une vraie discussion ? Alors que je m'apprêtais à le faire, je l'entendis prendre les devants et j'étais plutôt satisfaite.
Finalement, il voulait me parler tout autant que je le voulais.

''Alors, tu as trouvé ça comment ?''
Sa question me fit sourire et je répondis sans trop de me poser de questions. Automatiquement. Car je possédais simplement l'envie et le désir de lui parler. De me confier.

« Tu as un rythme incroyable. Franchement, j'étais bluffée. Je connais plusieurs batteurs et je les ai déjà vu jouer mais ça ne m'a jamais transporté. Ce n'est pas mon instrument de prédilection. Mais toi, tu as su l'apprivoiser d'une manière totalement différente. Les batteurs que j'ai pu croiser étaient bons. Très bons. Mais tu les surpasses largement. Ils t'arrivent à peine à la cheville. Tu m'as fait voyager. Planer. C'était magique et hyper orgasmique sur le coup. »

Je lâche un rire en fin de phrase.

« Tu vivais au rythme de ta batterie. C'était si beau à voir et si beau à entendre. Tu transcendais ma peau pour faire parcourir un million de sensations toutes autant bénéfiques, les unes que les autres. Tu battais si vite que je ne pouvais même pas suivre le mouvement de tes baguettes. C'est pour te dire à quel point tu as un niveau exceptionnel. Ton style de frappe, ta technique de jeu au pied, tes rudiments.. Tout était parfaitement travaillé. Tu es incroyable. Tu pourrais devenir sans aucun problème un batteur hyper connu et ultra populaire. Tu pourrais en vivre, sans problème. Je suis sure que bon nombre de groupes de musique sont à la recherche d'un batteur de ta trempe. Je ne te dis pas tout ça pour te flatter. Je suis seulement sincère. J'étais prête à danser quand tu t'es arrêté. Et pour arriver à me faire danser, en jouant de la batterie, je t'assure qu'il faut être à la limite du professionnel parfait. »

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Sam 19 Sep - 23:42
Jannis ne jouait pas la musique. Il était la musique. Son instrument était sa seule raison d'être. Son talent était la seule chose logique dans son existence. Il s'était souvent dit que si un jour il ne pouvait plus jouer de la batterie, il serait malheureux pour l'éternité. Que si un jour il perdait ses mains, il se suiciderait. Il disait ça pour rire, d'un ton mélodramatique qui le faisait marrer. Et pourtant il le pensait quand même. Le jeune homme continuait à se battre, à user des poings. A risquer ses mains, à risquer son instrument, à risquer sa vie. Il avait des raisons de vivre. Peut-être cherchait il des raisons de mourir.

Le batteur regardait la jeune femme en face de lui, il souriait. Elle était tellement...bavarde ! Lui qui était habitué au silence, qu'une personne face des phrases aussi longues en sa présence revenait de l'exceptionnelle. Elle parlait, parlait, et ses yeux brillaient. Elle était animé par ses mots, elle leur donnait vie. Elle parlait avec tellement de conviction, de passion. Et lui, il l'écoutait en souriant. Heureux.

Heureux parce qu'elle lui parlait, et que lui, rien ne l'y obligeait. Tant qu'elle parlait il pouvait se taire et juste..écouter. C'était agréable, pendant cet instant, on n'attendait rien de lui. On n'attendait pas qu'il sorte de son mutisme infernal, non. On lui demandait de se taire et d'écouter. Incroyable. Et puis les compliments dont elle l'assiégeait, aurait pu le faire rougir ! Comme si c'était trop, et pourtant. Il ne lui semblait pas que c'était trop quand c'était Tammin qui parlait. Quand c'était Tammin qui riait. Les mots, les sons, les syllabes sortaient de sa bouche qui se contorsionnait dans des mimiques adorables. Et ces bruits, ces voyelles, ces noms venaient se glisser à l'intérieur de la tête du jeune homme. Ils ne confortaient aucun égo. Il ne pensait pas à être vaniteux. ;Il pensait juste qu'une très jolie fille le complimentait. Et même si tout ce qu'elle avait dit n'avais été que mensonge, qu'importe. Il l'aurait cru. Parce qu'il voulait croire en elle. En cet rencontre, si rapide. En ces émotions, si fortes. En elle, si belle.
Sa voix le berçait, lui redonnait des forces. Il écoutait son avis avec beaucoup d'intérêt. Elle ne le connaissait pas, n'avait rien à lui prouver, normalement. Il considéra que c'était un avis sincère.

"Faire partie d'un groupe ?" Le musicien n'y avait jamais vraiment songé. Il n'avait jamais trouvé des gens assez talentueux. Et puis il avait une bande d'amis musiciens avec qui il jouait pratiquement tous les samedis. "Mais ce n'est pas comme un groupe... Il faudrait que j'y réfléchisse" Jannis ne s'était jamais considéré comme un bon batteur, ni comme un mauvais. Il ne pensait rien de son niveau, il s'améliorait. C'est tout ce qui importait. Devenir plus fort, plus rapide, plus, plus, tout le temps plus. C'était la seule chose qui le motivait : son amour pour le rythme. Devenir populaire, connu, être admiré par les autres... pour quoi faire ? Il n'y voyait aucun intérêt. Il se sentait déjà comme un pot de miel entouré de milliers d'abeilles affamés quand il se retrouvait entouré de toutes ces filles sans intérêts qui essayaient de lui plaire. Alors l'idée d'avoir des fans, des groupies... Cela le faisait frémir rien que d'y penser. Mais Tammin c'était différent, elle aimait vraiment sa musique. Du moins c'est ce qu'il pensait quand il l'écoutait. Et que sa démonstration involontaire lui ai plut, le rempli d'une joie immense. Indescriptible. Il était fier.

Puis il releva un mot intéressant :

"Tu sais danser ?" demanda t-il avec un sourire légèrement égnimatique.

Une idée venait de germer dans son cerveau.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Dim 20 Sep - 14:30
Mes tendres mots passionnés envahissent chaque parcelle d'air de la salle de musique. Impossible de me contenir, de m'arrêter. Je lui déverse un flot de paroles, de critiques et de compliments.
Le voir sourire me pousse à continuer et je souris également. Notre dialogue prend enfin forme.
Après notre page de garde, nous entamons officiellement notre histoire. Nous commençons à écrire notre première page. Première page d'un livre infini. Je le souhaite. Je l'espère.

J'ai beau me laisser emporter par mes vagues de mots, je n'en reste pas moins calme et posée. Quand je suis avec lui, je suis plus calme qu'à mon habitude. Je respire plus lentement. Même si mon cœur, lui, bat plus vite. Étrange phénomène vu que c'est notre première rencontre. Mais je le sais déjà. J'en ai déjà la conviction. Il est celui qui décidera de mon état mental et physique. C'est un coup de poker. Soit il me rendra heureuse, soit il me détruira. Quitte ou double. Ça passe ou ça casse. Je l'accepte. Je suis prête à jouer. Même si j'ai l'impression que je vais y perdre la vie.

Maman, j'ai rencontré un garçon. Il m'a tourné un peu la tête. Un peu beaucoup même... Tu vois la bande son originale de Requiem for A Dream ?! Bah être avec lui, lui parler, c'est pareil. C'est fort. C'est pur. Maman, j'ai peur. Peur de l'inconnu qu'il me réserve. Peur de ce que je vais vivre si je me laisse embarquer. Je me suis laissée embarquée. C'est foutu, maintenant que je suis lancée. Maman. Combien de temps me reste-t-il avant que je ne te rejoigne ? Ouvre les paris. Je lance le décompte. Pardonne moi.

L'amour est une folie passagère. Il y entre une éruption comme un volcan déchaîné et en colère, avant de s'apaiser. Et lorsqu'il s'apaise, vous devez prendre une décision. Vous devez déterminer si vos racines se sont entremêlées de manière si inextricable qu'il est devenu inconcevable de devoir un jour vous séparer. Car c'est cela, l'amour. L'amour n'est pas l'excitation des débuts, le souffle coupé, les promesses de passion éternelle. Cela, est juste ''tomber amoureux'', ce qui peut arriver à tout le monde. L'amour en lui-même, c'est ce qui reste lorsque la passion des débuts s'est consumée. Et ceci est à la fois un art très difficile, et une chance précieuse. Ceux qui aiment sincèrement sont comme deux arbres qui voient leurs racines se rejoindre sous la terre, et lorsque les jolis fleurs du printemps de l'amour ont fané et tombent de leurs branches, ils se rendent compte qu'ils sont devenus un seul et même arbre.

J'ai peur d'être touchée par cette folie. Par cet amour. Je suis ''tombée amoureuse'' de lui, Maman. Mais vais-je être amoureuse ? Si je le deviens, je risque de courir à ma perte. Sauve moi avant qu'il ne soit trop tard et qu'il emprisonne mon cœur, à tout jamais.

J'ai pris ma décision. Je veux voir où tout ça va me mener. Car actuellement, je suis tout simplement moi. Heureuse et naïve de ce qui peut se produire.

Je lui souris et acquiesce positivement.

« Oui, je sais danser. Je danse depuis un petit moment déjà. Enfin.. ne voulant pas me lancer de fleurs, je vais plutôt dire que je me débrouille ! »

Je lâcha un léger rire. Plein d'intensité. De franchise. De joie.
Je suis réellement en train de redevenir moi.
Serait-il le sauveur que j'attends ?

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Dim 20 Sep - 15:50
Ok. Les vieux, j'ai besoin de vous là. D'accord, vous êtes six pieds sous terre, mais là. J'aurais vraiment, vraiment besoin de vous. Je ne sais plus quoi penser. Elle sourit, et quand elle sourit... j'ai l'impression que il y a cette lumière. Celle que j'ai tant de fois imaginé, celle dans laquelle je vous voyais partir. Son sourire est un paradis et ses yeux un univers. Et tandis que je l'écoute parler, j'ai peur. Peur de ressentir quelque chose pour cette fille. Et vous, vous allez en penser quoi ? J'ai tellement peur de la faire souffrir. J'aimerais lui dire de partir. Je sais pas ce que c'est d'être amoureux d'une fille. Papa, toi tu sais, pourquoi tu n'es pas là pour m'aider ? J'y comprends vraiment rien aux filles, toi maman, t'en es une, pourquoi tu n'es pas là pour m'expliquer ? Je vous hais. J'aurais tellement besoin de vous. Tellement besoin de conseils avisés de parents, qui pourront me dire : "Tu vois fiston, quand t'es amoureux d'une fille, tu le sais du premier regard. Dans ses yeux t'aperçoit tout ce que tu désires, dans ses cheveux, des promesses de caresses, dans sa bouche, des mots aux saveurs de miel, dans ses gestes, une grâce infinie. C'est ça être amoureux mon gars" Ou : "Mon fils, une fille ça se respecte. Si tu l'aimes, alors tu seras incapable de lui faire de mal. Alors n'est pas peur, lance-toi. N'ai pas peur de tomber amoureux" Mais vous n'êtes pas là pour me dire ça. Pour moi, vous êtes des tas de poussière, des tas de terre, des tas de rien. J'aimerais vous détestez, pour nous avoir abandonner. Mais la seule que je pense en ce moment c'est : Est-ce que cette fille vous plait ? Comment la trouvez-vous ? J'aurais tellement besoin de votre approbation pour me lancer. Mais tant pis.

Jannis regarda Tammin. Il avait tellement envie de tomber amoureux d'elle, c'était tellement tentant. Lui qui n'avait hésité. Lui qui avait réservé son amour aux hommes. Il ne savait plus quoi penser. Et elle ? Que pensait-elle de lui ? Avait-elle pris une décision ? "Et pourquoi je devrais en prendre une tout de suite ?" Il était en train de passer un merveilleux moment, avec une fille merveilleuse. Et si tout simplement, il laissait aller ce moment ? Si il oubliait ses hésitations, ses pensées, ses questions, et qu'il vivait ? Il avait envie de profiter de ce moment, qu'il sentait unique. Il réfléchirait plus tard.

Il jeta un coup d'oeil dans la pièce et se leva. Il se trouvait maintenant à quelques centimètres d'elle. Son visage pas loin du sien. Il sentit comme une attraction physique, il aurait aimé la prendre dans ses bras. Il s'écarta. Il se détourna et dégagea le centre de la pièce. Il prenait des chaises, les empilait, poussait des tables.

"Et si tu me laissais juger de ton niveau ?" demanda t-il en lui dévoilant une scène assez grande pour qu'elle puisse y exprimer son art.

Il alla s'installer derrière un piano. Il en avait longtemps joué. Encore maintenant, le musicien s'installait pour jouer sur celui du salon. Le jeune homme avait fait du solfège, il avait pratiqué pendant longtemps, il était bon pianiste, même si il était meilleur batteur. Il parcourut les partitions à l'abandon et trouva une qui le faisait sourire. Il connaissait ce morceau.

"Bon, voyons si tu peux danser sur ça"

Yiruma - River flows in you:
 

Il inspira. Fit jouer un peu ses doigts, c'est bon, il avait récupérer. Il joua deux trois accords qui lui semblait un peu compliqué, fit une pause, puis se lança. Ses doigts parcouraient les touches, les effleuraient, les tapotaient. Comme des petites araignées qui se déplaçait, il entama le morceau. Les notes aigus s'envolaient, les basses résonaient. Son corps accompagnait le mouvement, une fois qu'il eu le morceau en main, il se risqua à jeter quelques coups d'oeil pour voir ce que faisait la jeune fille.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Dim 20 Sep - 22:05
Je le regarde se lever et me suis posée la question de ce qu'il comptait faire. Partir ? Non. J'étais persuadée qu'il resterait. Il serait déjà parti, sinon. Nos visages, si près l'un de l'autre, me perturbent. J'ai pu sentir son odeur. Enivrante. Elle me fit vriller et je me sentis ailleurs. Comme possédée.
S'il savait ce que cela signifie pour moi. Cette envie totale de le sentir, de le toucher. Être capable d'attraper sa main, maintenant. Ne pas laisser passer cette chance et profiter du moment actuel.
Alors que je bougeais mes doigts vers les siens, il était déjà loin.

Il prépare le terrain. Il souhaite juger ma danse, mon art. Il souhaite me juger, moi. Car je suis la danse que je pratique. Je suis devenue ce que je danse.
Lorsque je danse, je sors de moi-même. Je deviens plus grande, plus puissante, plus belle. Pendant quelques minutes, je deviens héroïque. C'est la puissance. La mienne. C'est la gloire sur Terre. Celle que je souhaite possède et que je finirais par obtenir.

Je le vis prendre place derrière un piano et un sourire se dessina. Il savait donc jouer du piano. Ma mère aurait sans doute apprécié ce garçon. Elle aurait aimé l'avoir en élève. Est-il aussi bon pianiste qu'il l'est en batterie ? Je ne vais pas tarder à le savoir. Je suis souvent crue pour ceux qui jouent du piano. Ma mère était une pianiste unique et je n'apprécie que rarement les autres utilisateurs de ce sublime instrument de musique. Je ne lui laisserais aucune seconde chance. Il veut me juger ? Très bien, je relève le défi. Mais qu'il soit vrai. Qu'il soit hors pair. Qu'il soit bien plus que parfait. Il faut bien plus que la perfection pour me faire danser et me faire parler. Transporte moi Jannis. Fais-moi rêver. Fais-moi danser !

''Bon,voyons si tu peux danser sur ça.''
Danser sur ça ? Que me réserve-t-il ? Je fus surprise en entendant ses doigts parcourir les touches du piano. Merveilleux. Jannis. Tu es celui que j'attendais. Il commença même à jouer l'une des plus belles mélodies du monde.

'' Rivers flows in you''
Cette musique douce absolument magnifique. En l'écoutant, la vie prend tout son sens. Toute crainte s'en va, laissant place à une atmosphère rare qui apparaît seulement dans les moments intenses de la vie, ces moments où l'on se sent vraiment exister. Je me mets à penser à tout et à rien, à réfléchir à tous mes problèmes, à relativiser car d'un coup, ils paraissent plus légers. J'ai chaud. La chaleur de ce morceau me transporte. Je ne suis pas du tout paranoïaque. Je n'ai plus peur de rien, encore moins de danser devant lui. Je préfère savourer l'instant présent.

Cette douce mélodie se doit d'être respectée. Elle ne doit pas être interprétée de n'importe quelle manière. Le ballet est privilégié. Mais elle ne serait totalement Elle, s'il n'y avait pas une once de sensualité. Il faut éveiller chez les spectateurs de nombreuses sensations et émotions. Rien de plus magique et touchant qu'une danse alliant sensualité et douceur nacrée. Je me laisse porter par la musique jouée du bout des doigts de Jannis et exécute bon nombre de prouesses artistiques en alliant ses deux extrémités.

Qu'en est-il de mon regard ? Je ne quitte pas Jannis des yeux. Ou seulement pendant quelques secondes lorsque mes mouvements me le demandent. Mais je repose ensuite, instantanément, mon regard sur lui. J'analyse le sien. J'appréhende les sensations et les émotions que je provoque en lui. Comment la ''sensori-affectivo-motricité'' de chaque individu devient-elle une expérience que s’approprient d'autres personnes ?
L'absence même de ce jeu de regard serait pour moi, une nouvelle expérience. Une expérience que pour le moment, je ne veux pas vivre. Car croiser son regard me porte et me pousse à continuer mes pas de danse.

Il est mon cavalier. Je suis sa partenaire. Il me guide avec les mouvements de ses doigts. Comme l'improvisation est de mise, je suis entièrement disponible au rythme qu'il m'imposera. S'il ralentit, j'exécuterais des mouvements et postures allongées et tendues, extrêmement précises et nettes, tel un ''Adage'' hors du temps. S'il accélère, je me prendrais au jeu et donnerais le meilleur de moi-même, lui montrant la véritable signification du terme '' bouger en musique''.
Cette musique exige une danse d'une grande concentration sur ce qui se passe et se construit entre les deux protagonistes. Entre lui et moi.
Il existe plusieurs façons de se positionner l'un par rapport à l'autre. Mais je n'y faisais pas attention. J'enchaînais ''Arabesques'', ''Pirouettes fouettées'', ''Grands battements'' et ''Jetés''.
Malgré ma concentration intense et inébranlable en mes figures, il y a une chose à laquelle je faisais attention : l'utilisation et le positionnement de nos regards.

Je désire l'initier à mon art. Je veux qu'il me regarde, qu'il désire continuer à le faire. Je veux lui plaire à travers cette danse qui est toute en finesse et en grâce.
Notre regard n'est pas seulement un moyen de posséder par la vue ce qui se déroule devant nous. Le regarder réactive de nombreux souvenirs, expériences passées, émotions, idées et représentations car mes sens, mes émotions, mes pensées, et mes souvenirs sont indissociables. Il me redonne goût à la danse. Ce même goût, ce même désir que je possédais lorsque je dansais en duo. Cette envie irrésistible de continuer à exister dans le regard de l'autre, dans le cœur de l'autre.
Car sans cette certitude, je risque de me perdre. Alors je continue à m'ancrer dans ses yeux, en essayant d'y laisser une trace. La mienne.

Je me sais regardée. Je me sais jugée. Je tente donc de montrer le meilleur de moi-même. Élancée, je lui montre des figures et postures parfaitement finies et travaillées. Parfaite sous tous les angles, je lui montre une danse d'un grand art. Une danse qui vit la musique. Qui la traduit et qui pourrait émouvoir. Je veux le convaincre de mon habilité et de mon talent. Je veux le séduire en lui montrant toute la beauté de mes gestes. Je continue toujours de plonger mon regard dans le sien. Je ne veux pas rompre cette connexion.

Bon nombre de danseuses disent souvent que le fait de fermer les yeux leur permet de mieux danser. Elles peuvent ainsi mieux se concentrer sur ce qui se passe et elles dansent beaucoup mieux. Elles ne possèdent aucune accroches extérieures. Danser les yeux leur permet donc de mieux s'impliquer dans le rythme de la danse, de mieux sentir les mouvements, de se départir de tout élément extérieur pour mieux se concentrer sur la gestuelle de l'homme. En l’occurrence, cela me permettrait de mieux me concentrer sur la gestuelle de ses mains. De ses doigts.
Alors je les écoute. Je ferme les yeux et me laisse totalement transporter. Je souris et danse les yeux fermés, tandis que j'entends la mélodie faiblir. Il s'approche de la fin ?
Fermer les yeux peut également être vu comme une situation de grande intimité. Une femme qui ferme les yeux au cours d'une danse est une femme qui se laisse séduire par son partenaire masculin. Jannis arriverait donc à me séduire rien qu'en jouant du piano ? Ineptie.

Il est admis que deux corps proches et bougeant selon un même rythme renvoient à l'amour. Mais les sensations que j'éprouve en dansant ne sont pas vécues de cette façon. Nous ne sommes pas assez proches l'un de l'autre pour cela. Elles font surtout allusion au plaisir du jeu qui consiste à se mouvoir, à danser harmonieusement sur le rythme qu'il impose. L'harmonie. La salle en est remplie. Nos deux êtres se retrouvent pour partager ce même moment et nous sommes conscients de créer un effet éphémère, valable seulement dans le contexte de cette danse. J'espère qu'il en a conscience, en tout cas. Cette danse nous lie définitivement. Cette musique devient la notre au fil des secondes.
Cet instant est intensément vécu et suscite la joie et la satisfaction, de mon côté.

Est-ce que nous sommes entrés dans la sphère d'intimité de l'autre ?
Le fait que je danse les yeux fermés devrait éveiller l'imagination et provoquer des sensations. Un envoûtement car je deviens mystérieuse.
La perception sensorielle envahit mon corps. Envahit-elle le sien ? Si oui, alors, il existerait une communion entre nos deux êtres.

Cet instant sera gravé à jamais dans ma mémoire. Je suis au sommet de mon art. Je ne peux montrer une plus belle danse que celle que je lui montre, actuellement. Je ne peux être plus resplendissante, pleine de vie et belle. Oui, belle à regarder. Bien plus belle que d'habitude. La danse me sublime et me donne un intérêt que la vie ne m'offre pas en temps normal.
Éphémère, immortelle, versatile, la danse est le seul art qui, ne laissant aucun déchet sur la terre, hante certaines mémoires de souvenirs merveilleux. Pourvu que le souvenir de ma prestation soit gravée à jamais dans sa mémoire et qu'il lui revienne en mémoire à chaque instant de sa vie pour lui rappeler que je suis loin de lui. Et seulement lorsque je serais loin de lui. Car tant que je serais à ses côtés, je pourrais de nouveau danser pour lui.

Je termine cette danse extrême et émotionnelle par cinq incroyables ''Pirouettes fouettées'' et finis par rouvrir les yeux pour le regarder, à nouveau. Pour ne pas changer. Jannis m'a transporté. Il m'a fait danser. Il m'a fait vivre pendant un peu plus de trois minutes. Et grâce à lui, je comprends enfin le sens de la devise à ma mère :

~ I'm strong, I'm graceful, I'm an artist, I'm an athlete, I'm a ballerina. ~

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Mar 22 Sep - 19:39
Si la vie était un "je". Alors cet instant serait un "nous".
Un "eux", un tout. L'union de deux arts. La communion de deux êtres. Musique et danse qui se complètent, qui se complaisent sous le feu de passions différentes mais qui trouve corrélation dans leur intensité. Des manières de retranscrire, d'exprimer un seul et même sentiment. Indescriptible.

Si ce moment était un jeux, jeu de regard. Croisés, entrecoupés, soutenus. Quatre océans, deux semblant aussi calmes et paradisiaques que les eaux turquoises qui caressent le sable blanc, les autres aussi déchaînés qu'une mer de glace en pleine tempête. Deux univers, des secrets, des pensées, des souffrances, des faiblesses, des bonheurs, des goûts, des odeurs. Aucun ne connaissait l'autre. Mais si on les regardait, lui jouant malgré son épuisement, son manque d'entraînement, se dépassant pour ne pas la gêner. Elle se déchaînant, se surpassant, enchaînant les acrobaties les unes après les autres pour lui plaire. N'était-ce pas dans un but commun ?
Un commun, un point de rencontre entre deux mondes bien distinct, que l'on aurait pu penser semblable a deux lignes parallèles : ne se rejoignant jamais dans le vaste univers. Et pourtant, il y avait cet intersection. Ce petit quelque chose, pouvait il sembler. Détail infime de la Terre. Mais qui avait tellement d'importance à leurs yeux. La musique, la danse. Deux compagnons, marchant main dans la main. Pouvant vivre l'un sans l'autre, mais ne trouvant sens que l'un avec l'autre.

De la salle de musique s'échappait de délicates notes, dérobés à un piano, crées pas des doigts qui auraient voulus s'arrêter. Crispation, douleur, engourdissement. Ils venaient d'enchaîner des heures de tortures, ils saignaient. Mais comment s'arrêter sans l'arrêter ?
Alors qu'ils étaient aussi lourd que du ciment, ils s'envolaient sur le clavier tels dix petits oiseaux qui imitaient des araignées. Le visage soucieux, les sourcils froncés, Jannis essayait de maintenir le rythme. De jouer ce morceau de la meilleure des manières. Son regard sautait du clavier, à la partition, à la danseuse devant lui. Dès les premiers pas qu'elle avait esquissé, il avait compris qu'il n'aurait pas le droit à l'erreur. Sa musique se devait d'être parfaite, aussi parfaite qu'elle. Et comment ne pas succomber ? Quand il la regardait danser, il oubliait la douleur aiguë qui traversait tout son corps. Les images qui se bousculaient dans sa tête, des personnes, des feuilles, des professeurs, des vêtements, de la nourriture, de la saleté, de l'eau, toutes étaient refoulés. Laissant place à son image à elle. A sa danse. A son art. A la elle-même la plus naturelle, la plus vraie, la plus enfouie Tammin. Alors il se laissa aussi emporté.

Il espérait, et il avait la certitude au fond de lui, qu'ils étaient en parfaite synchronisation. Ne formant plus qu'un. Ne formant plus que l'Art. Et tandis que le morceau avançait, que les lignes se rarifiaient, le jeune homme sentait une immense tristesse monter en lui. Celle de devoir s'arrêter à un moment. Ou a un autre. Il aurait voulu que le morceau soit infinie, que cette partie où les octaves descendaient, lui annonçant qu'il ne lui restait que quelques notes à jouer, n'arrive jamais. Que le moment où il devait ralentir pur finalement enlever dans une infinie douceur, une infinie mélancolie, ses mains du clavier, que ce moment là ne soit qu'un rêve. Et pourtant. Le regard fixé sur les pas de la danseuse, il venait de terminer.

Jannis l'observait. Il la regardait en respectant un silence presque religieux. Elle savait très bien, elle avait compris, sûrement, peut-être, peut-être pas. Comment aurait-elle pu comprendre ? Il était heureux. Rempli d'une joie aussi intense que sourde. Rien ne se dégageait de lui qu'un sourire, et ce regard. Cette façon de la voir, cette façon que tant de femmes voulaient s'approprier. Le jeune musicien n'en avait aucune conscience. Il n'avait pas idée de la manière dont il la regardait. Et pourtant ses yeux dégageaient une sincérité vraie. Une sincérité qu'il aurait voulu qu'elle sache sans qu'il n'est rien à dire. Etait-ce trop demander ? Comment pouvait-elle savoir à quel point elle venait d'accomplir un miracle. Suoh Jannis était un homme heureux.

"Tu es belle" déclara t-il dans un souffle.

Le temps s'était suspendu depuis trop longtemps. Le silence qui l'entourait, il venait de le briser. Il savait qu'il devait lui dire ce qu'il pensait de sa démonstration. Elle l'avait bien fait elle, il avait dit qu'il jugerait son niveau. Mais que dire ? Comment lui faire comprendre à quel point elle était la plus belle des femmes à cet instant là ? "Et si tu lui disais simplement..." Et les mots, oubliant la case "pensées", s'étaient dit d'eux-même. Ils étaient sortis de sa bouche, avaient empruntés sa voix grave, s'étaient glissés dans la salle à la sonorité parfaite, pour s'infiltrer tels une brume composée de milliers de gouttelettes dans les oreilles de Tammin. Le temps s'étaient suspendus trop longtemps.

Vrrr... Vrrr... Vrrr... Un portable, balancer sans vergogne à quelques pieds du piano, semblait vouloir signifier qu'il existait et qu'il y avait une vie en dehors. La bulle dans laquelle Jannis s'était réfugié dès son entrée, cette bulle dans laquelle il avait invité la jolie étrangère, cette bulle explosa. Il soupira, fermant ses yeux, son visage redevint sérieux en une fraction de seconde. "Masque". Il redevenait le Jannis Suoh que tout le monde connaissait. Il se leva et ramassa le délicat objet qu'il aurait voulu balancer par une fenêtre.
Sur le cadran numérique il put lire : 6 appels en absence de : Suoh Anna.
Oups !
Il décrocha rapidement. La voix de petite fille, criarde et aiguë de sa petite soeur s'énerva sur lui. Il s'éloigna un peu, ignorant l'élève devant lui, c'était une conversation privée. Parlant à voix basse il bredouillait ses paroles :
"Oui Anna. Je suis désolée, je n'ai pas vu l'heure. Je... Non ! Non, écoute s'il te plait, je m'excuse. Non mais... Pleure pas ! Mais oui je t'aime.... Mais.... Non je ne t'abandonne pas ! (il avait élevé la voix et la redescendit aussitôt) Ecoute. Je suis là dans quinze minutes ma puce. Allez. Tchao"
Dans son esprit, les pensées normales avaient remplacés celles des quelques minutes qui venaient de s'écouler. Entièrement préoccupé par le sentiment qu'il avait d'être un mauvais frère, de n'être pas là pour l'être qu'il chérissait le plus au monde, il ne faisait plus attention à la jeune fille qui avait pourtant profondément bousculé son lui intérieur. Il jeta les débris de baguettes à la poubelle, attrapa son sac et partit en coup de vent. Sans même se retourner, sans même un regard. Rappelé par son quotidien : il accourait à la poursuite d'une vie qu'il ne pouvait plus supporter.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Mar 22 Sep - 20:22
Je l'observais. Notre jeu de regard continuait. Mais quelque chose avait changé. Il me souriait. D'un sourire qui en disait long. Et sa façon de me regarder. Je sentis mon corps se réchauffer et j'en souriais, timidement. Ce regard que toute fille veut un jour croiser. Je l'avais obtenu des yeux du garçon qui avait su chavirer mon cœur en une rencontre. Rien ne pouvait me faire plus plaisir. Rien ne pouvait me rendre plus heureuse. À l'instant même, j'étais heureuse. Et je sentais qu'il l'était également. Notre présence respective nous rendait donc heureux. Nous étions heureux et j'en fus bouleversée. Dans le bon sens.

J'attendais qu'il me parle. Qu'il me révèle ce qu'il avait pensé de ma représentation. Je voulais entendre sa voix me murmurer des choses. Je voulais que ses octaves et ses paroles me fassent frissonner. Si profondément que je me serais approchée de lui et que j'aurais enfin créé ce contact que j'attendais tant. Un simple et doux contact qui aurait pu m'électriser et me rendre amoureuse. Totalement et entièrement amoureuse. Livrée à son existence. Dépendante de sa présence.

''Tu es belle.''

Cette phrase qui me fit rougir, s'est poursuivie par un flot de pensées incorrectes. Une marée qui me chamboula et qui me retourna l'esprit. Je buvais ses paroles. Je m'en nourrissais. Officiellement, je suis en train de devenir accro. À Lui. Il est en train de devenir ma drogue. Comment une telle chose peut se produire ? Sans lui, la vie serait fade mais avec lui, j'ai peur qu'elle ne devienne dangereuse voire mortelle. Envoûtée par ses lèvres, je fis quelques pas vers lui avant d'être stoppée par le vibrement d'un portable. Son portable.

Je le vis rejoindre son appareil et parler au téléphone avec quelqu'un. Avec qui pouvait-il bien parler ? Nous étions si bien. En pleine harmonie. En pleine synchronisation de nos esprits. Nous ne faisions qu'un et tout pouvait arriver. N'importe quel événement, même minime, pouvait approfondir notre relation et la rendre unique un peu plus qu'elle ne commençait à l'être. Mais son téléphone nous a réveillé. Comme pour me signaler que cela m'était interdit. Nous était impossible. Que jamais, la vie ne nous laisserait nous unir. Était-ce là, le signe que j'attendais ? Le signe que je ne dois pas craquer devant cette tentation si forte ?!

L'appel se termina et j'eus l'espoir de me tromper. Que rien n'avait changé et que je ne m'étais pas fais de films, inutilement. Que je comptais pour lui. Ou du moins, que je commençais à compter. Et que nous reprendrions là où on s'en était arrêté. Regarde-moi, Jannis. Prouve moi que je ne suis pas paranoïaque et qu'il y a bien quelque chose qui s'est produit. Que je ne l'ai pas vécu, seule. Que tu l'as ressenti également. Regarde-moi. Parle moi. Montre moi que notre rencontre a du sens et que tout n'étais pas qu'un simple rêve. Assure-moi, que nous allons nous revoir et qu'on a une chance de vivre quelque chose. Je t'en supplie. Ne détruis pas mes espoirs qui sont déjà immenses.

Il jeta ses baguettes cassées, attrape son sac et partit. Il est parti. Sans un mot. Sans un regard. Je me retrouve seule, perdue dans mes innombrables pensées. Il ne m'a adressé aucun regard, aucun mot et n'a renforcé aucun de mes espoirs. Je me suis imaginée des choses, toute seule. Voilà ce que son départ si précipité signifie. L'inverse aurait voulu qu'il m'adresse ne serait-ce qu'un coup d’œil. Je n'attendais pas de signe de main ni d'au revoir prononcé de vive voix. Un simple coup d’œil m'aurait suffi. Mais il n'en était rien.

Je partis de cette salle qui m'oppressait. Tout ceci n'était donc qu'un rêve.
Et le réveil était très désagréable.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 371
Okane (お金) : 433
Points. : 2
Date de naissance : 16/12/1995
Age : 21
Je fais partie du Staff.
Muse
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ] Jeu 24 Sep - 19:56
Rp terminé, je l'archive.


10 okanes offerts pour le tag.


Bon jeu !

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ]
Revenir en haut Aller en bas

[TERMINE]"L'art est ma façon de m'exprimer" [ Jannis & Tammin ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]
» {TERMINE} Olaf le bonhomme de neige qui aime l'été
» Un vent d'aventure (termine)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Terminés.-