RSS
RSS



 

Partagez|

[Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : 54
Classe : Cinquiéte A
Spécialisation. : Design
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Après les cours Bijouterie de son grand-pére
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 75
Okane (お金) : 130
Points. : 18
Date de naissance : 27/12/1996
Age : 20
Les p'tits liens. : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t687-celui-qui-a-dit-que-la-beaute-interieure-etait-le-plus-important-etait-surement-tres-laid-kaito-yukimura


Arts Visuels.
Kaito Yukimura
MessageSujet: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Dim 20 Sep - 14:29
Il était un peu plus de midi et Kaito avait réussi à tenir ses quatre premières heures de cours sans s'endormir. Non pas que les cours auquels ils aient assisté été ennuyeux mais il n'était pas dans son assiére. Il avait mal à la tête et se sentait fiévreux. Il ne savait pas trop quoi faire car ordinairement lorsqu'il était malade, Henri son majordome, s'occuper de tout. Lui qui avait toujours cru être seul venait tout juste de comprendre le sens de ce mot. En corée il n'avait pas eu énormément d'amis mais ses domestiques l'entouré et s'occupait de lui. Certes ils étient payés pour le faire mais ça lui faisait au moins de la compagnie. Au japon, il n'avait que son grand-père qui le laissait se débrouiller tout seul.

Sortant du bâtiment principal il décida de s'aérer et de profiter du soleil afin de reprendre des forces pour les cours à venir. Il n'avait pas encore mangé mais le brouhaha dans le réfectoire l'avait dissuadé à entrer. Il avait besoin de calme et on n'en trouvait pas partout dans cette école. Il n'avait pas eu le courage de montée jusqu'à la bibliothèque ou le toit, il avait d'en décider de se rendre dans la cour. Après tout la plupart des élèves mangés il serait donc tranquille.

Il scruta la cour à la recherche d'un banc où s'assoir. Tous les sièges qu'il avait croisés jusque-là étaient vide mais il était également à l'ombre, or, Kaito voulait être au soleil. Continuant sa route il marcha avec plus de lenteur qu'habituellement. Il était fatigué et avait hate de pouvoir se reposer.Il repéra enfin banc placé au soleil et se réjouit...trop rapidement. Une personne était déjà assise dessus. Levant les yeux au ciel, Kaito se posta devant elle.

"Je veux m'assoir." dit-il simplement.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Je ne suis pas prétentieux, juste réaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : Six.
Classe : Quatrième A.
Spécialisation. : Art Culinaire.
Situation amoureuse : Célibataire.

Travail : Etudiante.
Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 63
Okane (お金) : 136
Points. : 15
Date de naissance : 11/11/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation. ♠️ Liens. ♠️ RPs.
Arts Visuels.
Saejin Ishikawa
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Mer 23 Sep - 17:08
La matinée avait été plutôt longue. Les cours s'étaient succédé sans vraiment de pause, et ayant commencé très tôt, quatre bonnes heures étaient passées dans un silence de plomb où seules les plumes fébriles s'acharnant sur le papier pour prendre des notes étaient audibles. Ainsi que la voix monotone du professeur principal des quatrièmes A. Pas que je ne l'aimais pas, mais disons que celui-ci avait le don de m'endormir. Ce qui était absolument hors de question si je voulais maintenir mon niveau. Et bien entendu, tomber en B n'était pas envisageable. Ce serait comme souiller le nom des Ishikawa, alors que je ne portais celui-ci que par adoption. Mais enfin, quelle que soit la manière dont je l'avais acquis, j'étais la fille d'un leader mondial dans l’électronique et d'une créatrice de mode dont les créations se vendaient à des prix plus qu'exorbitant. Alors je devais être parfaite moi aussi. Aussi parfaite qu'eux. Et ça me pesait. Parce que j'étais loin de l'être.

Alors, lorsque la cloche salvatrice avait retentis dans l'enceinte du pensionnat, j'avais ramassé mes affaires à la hâte et m'étais sauvée en direction de la cour sans demander mon reste. Les bancs étaient encore libres, et je me dépêchais donc d'en choisir un, orienté vers le soleil. J'avais peut être été assise toute la matinée, mais l'envie de me dégourdir les jambes étant loin de me tenter, étant quelqu'un d'assez faible constitution et ayant très peu de muscles. Je m'installais donc et fermais les yeux un instant, profitant de cette douce chaleur, sachant pertinemment que bientôt elle ne serait plus avant la saison suivante, l'automne approchant bien trop rapidement. Je détendais mon dos, trop longtemps crispé, me tenant toujours droite comme un i devant les autres et fouillait dans mon sac pour en sortir un livre que j'avais commencé la veille. La petite sirène. Ce conte, je l'avais lu des dizaines et des dizaines de fois. Mais comme Alice aux Pays des Merveilles et quelques autres, je ne m'en lassais pas. Et bien que la jeune fille remplie de magie est un funeste destin, étant appelée à se transformer en écume à la fin, je ne pouvais que l'envier d'avoir aimer au point de tout donner. Au point de tout abandonner.


Je me perdais donc dans ma lecture tandis que les rayons de l'astre solaire venaient dorer mes membres frêles et un sourire vint même pointé le bout de son nez sur mon visage resté de marbre jusqu'alors. C'était certes l'heure du déjeuner, mais je détestais y aller dans les premières. C'était bien trop bruyant, bien trop bondé. Les adolescents étaient pour la plupart des sauvages, qui ne cessaient de pousser, pensant qu'ainsi la nourriture viendrait à eux plus vite. C'étaient des bêtes. Et la plupart des garçons mangeaient comme des porcs à tel point qu'ils me coupaient l'appétit. Et puis tout ce monde, tous ces regards... J'avais l'impression d'étouffer. J'étais pourtant loin d'être claustrophobe ! Une ombre s'abattit soudain sur moi, et je cru que le temps se dégradait lorsque j'entendis une voix. Curieuse, je relevais les yeux, et vit un jeune homme bien plus grand que nécessaire se tenir en face de moi. Je le regardais effarée, m'attendant à ce qu'il rajoute que c'était une blague, mais non. Mon regard se perdit à droite et à gauche, et je fus bien forcée de constater qu'il y avait encore quantité de places. Alors quoi ? Il voulait MA place ? Ne sachant si cela était une plaisanterie et n'ayant pas l'intention de bouger, je me raidis, mais fit néanmoins comme si je n'avais rien entendu, retournant à mon bouquin. Je voulais juste qu'il parte. Qu'il parte et enlève ce regard dégradant qu'il portait sur ma personne. Je n'avais déjà pas beaucoup d'estime de moi-même, alors ses airs hautains, qu'il se les garde !

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~


grande iconepetite icone
I love your smile

LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : 54
Classe : Cinquiéte A
Spécialisation. : Design
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Après les cours Bijouterie de son grand-pére
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 75
Okane (お金) : 130
Points. : 18
Date de naissance : 27/12/1996
Age : 20
Les p'tits liens. : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t687-celui-qui-a-dit-que-la-beaute-interieure-etait-le-plus-important-etait-surement-tres-laid-kaito-yukimura


Arts Visuels.
Kaito Yukimura
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Ven 2 Oct - 16:24
La jeune fille leva la tête vers lui, regarde de gauche à droite puis se replongea dans la lecture de son bouquin.

"Je rêve où elle vient de m'ignorer ?" murmura Kaito avant de laisser échapper un "Aish."

Pourquoi tout le monde agissait comme ça ici ? Était-ce une spécialité du Japon d'ignorer les gens ? Depuis qu'il était arrivé dans ce pays, le jeune homme n'avait rencontré que des personnes avec des comportements bizarres. Une fille avait déchiré les billets qu'il lui avait donnés, une autre avait dit que sa mère était morte avec un grand sourire et la dernière avait renversé son ice-tea dans son assiére afin d'attirer l'attention. Chez lui, lorsqu'une fille voulait se montrer intéressante, elle le faisait tout de même avec plus de classes. Pourquoi semblait-elle tous liguée contre lui ? Était-ce leurs manières de se montrer inaccessible ?Avec un soupir, Kaito s'assit à côté de la jeune fille qui l'avait complètement snobé. L'expression qu'elle avait lui faisait vaguement pensait à celle que Tammin avait eue lorsqu'il lui avait spontanément annoncé qu'il n'aimait pas son prénom.

"Toi aussi je t'ai vexé ?" demanda-t-il finalement à la fois curieux et étonné.

Il lui avait seulement dit qu'il voulait s'assoir à sa place alors pourquoi ne s'était-elle pas poussé comme l'aurait fait une personne normale ? Peut-être qu'elle ne l'avait pas reconnu... mais de toute manière Kaito ne s'attendait pas à ce que toutes les Japonaises le reconnaissent. Cependant, même si on ne le remarquer pas parce qu'il avait été dans plusieurs pubs, on ne pouvait tout de même pas ignorer son allure et sa beauté. Du moins c'est ce qu'il pensait.

"Je ne sais pas ce que vous avez à tous vous vexer ici." Ajoutât-il sur le ton de la discussion.

Était-ce l'esprit féminin qu'il n'arrivait pas à déchiffrer ou simplement la culture Japonaise ? Pourtant même s'il n'avait pas vécu au Japon, il y avait séjourné de nombreuses fois pour rendre visite à ses grands-parents. Mais il était vrai qu'il ne s'était jamais mélangé à la masse et n'avait jamais vraiment discuté avec les Japonais.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Je ne suis pas prétentieux, juste réaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : Six.
Classe : Quatrième A.
Spécialisation. : Art Culinaire.
Situation amoureuse : Célibataire.

Travail : Etudiante.
Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 63
Okane (お金) : 136
Points. : 15
Date de naissance : 11/11/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation. ♠️ Liens. ♠️ RPs.
Arts Visuels.
Saejin Ishikawa
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Lun 5 Oct - 9:34
Je me mordais la lèvre nerveusement, impatiente qu'il reparte. Mais il ne semblait pas du même avis. Pourquoi ne pouvait-il tout simplement pas passer son chemin comme tout le monde ? Chercher un banc tout aussi confortable ailleurs ? La cour était truffée de bancs libres, et il avait fallu que ce soit sur moi que ça tombe. Avait-il envie de faire passer le temps en saoulant les gens ? Non, il ne semblait pas. Alors quoi ? Il croyait vraiment que je lui aurais laissé ma place, en bonne soumise ? C'était invraisemblable. Certes, j'avais l'air faible, et peut être ressemblais-je à une proie facile, mais quand même ! Trop occupée à ruminer quantités de pensées intérieures, je ne compris ce qu'il murmurait. Mais je supposais que cela devait ressembler à des insultes. Bah voyons, c'est moi qu'on enquiquinait, et lui qui jurait... J'avais peut être passé les trois-quart de mon existence enfermée dans un manoir, et je n'étais assurément pas des plus douées pour les contacts humains, mais j'étais quand même sure à ce moment précis de ne pas être en tord. Alors, allait-il se pousser et me laisser mon rayon de soleil ?

Il le fit, oui. Mais pas de la façon que j'aurais escomptée, puisqu'à la place il s'assit à coté de moi. Ah bah maintenant, il trouvait de la place sans que j'ai à me pousser ? Mais c'est qu'il y avait du progrès ! Néanmoins, le fait qu'il vienne à coté de moi ne présageait rien de bon. Allait-il continuer avec ce ton et ces airs supérieurs ? J'eus bien assez vite la réponse, mais d'une façon auquel je ne m'attendais pas. Levant les yeux de mon bouquin, je le regardais ahurie, mon masque de marbre s'étant envolé sous la surprise. Me demandait-il vraiment cela sérieusement ? Ne savait-il donc pas ce qu'il avait fait de mal ? Je n'arrivais pas à y croire, et pourtant... Son visage ne mentait pas. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi je l'avais ignoré. Incroyable.

Puis il enchaîna, et là, franchement, moi qui était toujours refermée comme une huître en compagnie d'autres jeunes de mon âge, je ne pus m'empêcher de laisser échapper un petit rire. Cela ne dura pas longtemps, ni ne fit beaucoup de bruit, mais mon amusement pu se lire dans mon regard chocolat, qui pour une fois, ne semblait plus terne. Ainsi je n'étais pas la seule à réagir de cette manière, il avait déjà eu à faire à d'autres ? Cela en disait long sur son comportement. Mais si depuis il n'avait toujours pas compris ce qu'il clochait chez lui, cela ne voulait-il pas dire qu'il était légèrement idiot ? A moins que de part son statut, il se croit tout permis. Je ne le connaissais pas, mais son allure, sa prestance et sa façon de s'exprimer... Tout montrait qu'il était un fils de riche. Comme moi. Sauf que moi, je faisais tout pour passer inaperçue dans cette jungle qu'était le pensionnat. Peut être au fond n'était-il pas si méchant qu'il ne le laissait paraître au premier abord ? Et puis, que craignais-je à lui répondre. En principe, rien.

« Et bien... Je ne sais pas pour les autres, n'étant pas voyante, mais... Pour ce qui est de moi, laisse moi te donner un exemple. » commençais-je incertaine, les joues légèrement teintées de rose, ma timidité refaisant surface. « Comment aurais-tu réagis si tu te trouvais sur ce banc, et que j'étais venue te demander de te pousser pour prendre ta place, alors que les autres bancs étaient vides ? Ne m'aurais-tu pas envoyer bouler, pensant que j'abusais ? »


J'avais peur qu'il me sorte quelque chose comme « toi et moi, c'est pas pareil, moi, je peux me le permettre ». Mais... J'avais essayé tout de même, sortant de ma coquille pour la première fois depuis longtemps. Après tout, il ne paraissait pas bête, et il ne devait pas être si méchant et hautain que ça... Enfin, je l'espérais. S'il pouvait comprendre cela, alors il ne serait pas si irrécupérable. Dans le cas contraire, je donnerais raison aux autres qui s'étaient sans cesse vexés de son comportement. Parce qu'il n'en vaudrait pas la peine. Je détestais juger les gens, ayant moi-même été bien trop victime de cela mais... Il y avait des conclusions qui s'imposaient d'elles-mêmes dans ce genre de cas de figure.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~


grande iconepetite icone
I love your smile

LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : 54
Classe : Cinquiéte A
Spécialisation. : Design
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Après les cours Bijouterie de son grand-pére
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 75
Okane (お金) : 130
Points. : 18
Date de naissance : 27/12/1996
Age : 20
Les p'tits liens. : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t687-celui-qui-a-dit-que-la-beaute-interieure-etait-le-plus-important-etait-surement-tres-laid-kaito-yukimura


Arts Visuels.
Kaito Yukimura
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Dim 11 Oct - 11:18
Kaito venait juste de finir sa phrase qu'il s'attendait déjà à se faire engueuler par la jeune fille. Après tout c'était ce qui lui était arrivé depuis son arrivée au Japon.
 Cependant, il fut surpris par le ton calme de l'adolescente quand elle s'adressa à lui. Pour la première fois, on avait pris le temps de lui expliquer ce qui n'allait pas sans pour autant l'agresser. Elle avait parlé calmement, quoique timidement, et avait donné un exemple très clair et logique.

Il s'accouda au dossier du banc et se tourna vers elle pour le faire face. Levant les yeux vers le ciel dans un geste de réflexion il fronça les sourcils.

"Eh bien... je suppose que oui. Je t'aurais complètement ignoré ou envoyé balader." Répondit le garçon.

Dit comme ça, c'était tout à fait logique. Mais dans sa tête ce qui s'tait passé était :
 Je veux ce banc. Elle est assise sur ce banc. Je vais donc lui dire de partir. J'aurais ce banc.

Il n'avait jamais pensé à ce qu'elle aurait pu ressentir et ne s'en était pas soucié avant qu'elle ne le lui dise.

"Bon, maintenant imaginons que je te dise que je n'aime pas ton prénom. Comment aurais-tu réagi ? C'est une raison suffisante pour faire la tête ?" demanda-t-il curieux.

Kaito s'étonna lui-même. Il venait de demander l'avis de quelqu'un. Lui qui ne se soucier que de lui venait d'aligner une phrase sans y mettre de mot méchant ou totalement prétentieux.
Peut-être était-ce dû au fait que la jeune fille aux joues teintées de rose semblait à la fois fragile et combative. Elle avait l'air d'être quelqu'un de juste. De simple. C'était étrange mais elle ne ressemblait pas vraiment aux filles avec qui il avait déjà parler. Elle n'était pas pressée de lui faire fermet son clapet et s'était montré patiente envers lui, assez pour lui faire réaliser que c'était lui qui était en tord. C'était sans doute ce dont il avait eu besoin et ce que personne n'avait saisi jusque-là, lui-même compris.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Je ne suis pas prétentieux, juste réaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : Six.
Classe : Quatrième A.
Spécialisation. : Art Culinaire.
Situation amoureuse : Célibataire.

Travail : Etudiante.
Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 63
Okane (お金) : 136
Points. : 15
Date de naissance : 11/11/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation. ♠️ Liens. ♠️ RPs.
Arts Visuels.
Saejin Ishikawa
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Sam 24 Oct - 12:51
Je vis que mon exemple, simple, mais explicite le faisait réfléchir, et intérieurement, je me félicitais de ne pas m'être énervée. Il avait beau paraître suffisant, il n'en était pas moins humain et intelligent. Il suffisait juste de lui faire comprendre ses tords. En tout cas, j'avais bien fait de ne pas le cataloguer comme les autres, qui, apparemment, l'avaient très gentiment envoyé bouler... Je ne pouvais pas leur en vouloir, après tout, moi aussi sa réaction et son attitude ne m'avait pas plu mais... Je ne donnais pas non plus la meilleure vision de moi même aux personnes que je ne connaissais pas. Pas que je ne veuille pas me faire d'amis mais... Je ne savais pas comment m'y prendre. J'étais trop méfiante, renfermée et stressée. Alors quand on me parlait, il n'était pas rare que de temps à autre, on est l'impression de se tenir face à un mur de marbre. Mais je n'y pouvais rien, j'étais ainsi. Les années de solitude ne m'avaient pas aidé à faire face à autant de visages en si peu de temps. Et peut être que lui aussi avaient des problèmes de sociabilité, qui sait ? C'est pourquoi je laissais toujours une chance aux gens, même si je ne le montrais pas toujours. Il l'avais saisit, tant mieux. Le mauvais départ de notre échange était oublié.

Ayant fini sa réflexion, ce dernier se tourna enfin vers moi pour me répondre. Et sa réponse ne fut en rien vaniteuse ou superficielle. Juste... Sincère et normale. Ce qui eu le don de me faire sourire, de ce sourire si doux et rare que j'avais du mal à afficher avec les inconnus. Les apparences pouvaient vraiment être trompeuses et les premières impressions désastreuses. Pourtant, cela ne voulait en rien dire que ce qu'on voyait reflétait parfaitement notre interlocuteur. Et il venait de me le prouver une fois de plus. Finalement, cette journée ne serait peut être pas aussi monotones et vide de chaleur que les autres. Il reprit la parole, mais cette fois, pour me demander mon avis, et je fus plutôt surprise de son exemple. C'était assez drôle, mais je faisais de mon mieux pour ne pas laisser échapper un quelconque rire, qu'il ne prenne pas la mouche en pensant que je me moquais de lui.

« Et bien... Tu ne connais pas mon prénom, et à vrai dire, même si tu le connaissais et ne l’appréciait pas, cela ne me ferait pas grand chose. Parce que mon prénom n'est pas forcément au goût de tout le monde, et qu'en plus, je ne te connais pas. Je veux dire, ce n'est qu'un prénom, je ne l'ai pas choisi, et cela ne me reflète pas. Ce n'était pas comme si tu me disais que tu ne m'aimais pas ou autre... » Dis comme ça, ça paraissait un peu bizarre, et je ne savais pas si c'était très clair, mais je décidais de continuer quand même. « Après, il y a aussi une façon de dire les choses. Si on te demande ton avis dessus, c'est tout à ton honneur de ne pas mentir. Mais si ce n'est pas le cas, il vaut mieux ne rien dire ou être plus subtil. » Je réfléchissais un instant avant de reprendre. « Mon exemple est un peu exagéré en vue de la situation, mais c'est comme si je te sortais de but en blanc que tu t'habillais comme un plouc. » Je virais soudain au rouge, consciente qu'il pouvait mal le prendre alors que je ne le pensais même pas. « C'est faux, hein ! Je ne le pense vraiment pas, je t'assure. Mais imaginons que je te sorte ça. Au fond, tu n'en as sûrement rien à faire de mon avis, mais ça ne te fait pas non plus plaisir. »


Je sentais que je m'étais emmêlée les pinceaux en chemin, et s'il comprenait quelque chose de mon charabia, j'aurais de la chance m'enfin... Je n'avais pas l'habitude de parler autant. Et il était si rare que l'on me demande mon point de vue... Chez moi, j'étais considérée comme une poupée. Et une poupée, ça ne parlait pas. Alors pour une fois, je me sentais utile, écoutée. Et puis, comme j'avais l'impression qu'il n'était pas forcément du genre à en avoir quelque chose à carrer de l'avis des autres, d'un coté, je me sentais flatté qu'il me demande le mien. C'était peut être bête, mais qu'y pouvais-je ? En réalité, il n'en fallait pas tant que ça pour me faire sourire.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~


grande iconepetite icone
I love your smile

LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : 54
Classe : Cinquiéte A
Spécialisation. : Design
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Après les cours Bijouterie de son grand-pére
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 75
Okane (お金) : 130
Points. : 18
Date de naissance : 27/12/1996
Age : 20
Les p'tits liens. : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t687-celui-qui-a-dit-que-la-beaute-interieure-etait-le-plus-important-etait-surement-tres-laid-kaito-yukimura


Arts Visuels.
Kaito Yukimura
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Sam 24 Oct - 19:39
La jeune fille qu'il venait de rencontrer lui sourit. Pendant quelques secondes Kaito fut focaliser sur ce sourire.
Franc, doux, beau.
 Rien avec le sourire de ce top-modèle qu'il fréquenter au travail. C'était sans doute le plus beau sourire qu'il avait vu et il espérait le revoir bientôt. Etonnamment ce simple sourire le réconforta. Il se sentait moins...seul.
 Elle lui avait souri à lui. Lui qui n'était pas doué pour se faire des amis. Lui qui était prétentieux. Lui qui lui avait demandé de lui laisser la place en se souciant autant d'elle que d'un moustique. Pour la première fois il regretta son comportement.

 Elle reprit la parole et sa façon de s'exprimer amusa Kaito. Il y avait tellement de mots qu'elle aurait pu supprimer dans sa phrase qu'elle se perdait toute seule dans ses propres paroles. En temps normal le jeune homme aimait qu'on aille droit au but mais venant de cette inconnue c'était plutôt...attendrissant.
 Et le plus surprenant c'est que malgré tout, il comprenait parfaitement ce qu'elle tente de dire.

"Bien sûr que c'est faux. Je sais très bien que je suis très bien habillé." dit-il avec un petit sourire en coin, sur un ton de plaisanterie.

La jeune fille avait rougi et ça l'avait poussé à le rendre plus humain. D'ordinaire il aurait dit ça sérieusement car après tout il se savait bien vêtu. Mais il n'avait pas envie d'avoir l'air totalement prétentieux face à elle. Une première !

"Donc en résumé, pour ne pas se faire d'ennemis, il ne faut pas dire ce qu'on pense à moins qu'on nous le demande ?" demanda Kaito "Je comprends mieux pourquoi elle m'en a voulu..." ajouta-t-il d'un ton distrait.

Regardant dans le vide, il repensa à l'expression de Tammin lorsqu'il lui avait spontanément dit qu'il n'aimait pas son prénom. Elle l'avait pris personnellement comme s'il avait insulté sa personnalité. Or, Kaito était d'accord avec la jeune brunette. On ne choisit pas son prénom et il ne nous reflète pas.

"Je ne suis pas sur de réussir à faire ça." Lâcha le garçon.

 Retenir ses pensées st comme retenir son souffle. S'il ne voulait pas mourir asphyxier par ses opinions il fallait qu'elle sorte de sa bouche. Il ne pensait pas être capable de le faire. Survivrait-il à Miyusaki ? Lorsqu'il vivait en Corée il passait la plupart de son temps chez lui ou sur des plateaux de tournage. Les gens l'aimaient ou l'admiraient car il ne le connaissait pas.

"On aime ce qui brille." murmura Kaito en se rappelant des paroles d'Henri.

Telle une pépite d'or, on lui avait donné de l'importance. Mais méritait-il vraiment ce qu'il posséder ? On l'aimait pour sa beauté, pour son argent. Mais personne ne connaissait sa personnalité. Son agent lui avait fortement conseiller de faire attention à lui au Japon. Si sa réputation chutée il était fini. Il devait donc faire des efforts et se rendait subitement compte que ce serait plus dur qu'il ne l'avait imaginé.

"Comment appelle-tu ?" demanda-t-il soudainement en se tournant vers la jeune fille.

Il avait une idée derrière la tête et aurait besoin de son aide.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Je ne suis pas prétentieux, juste réaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : Six.
Classe : Quatrième A.
Spécialisation. : Art Culinaire.
Situation amoureuse : Célibataire.

Travail : Etudiante.
Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 63
Okane (お金) : 136
Points. : 15
Date de naissance : 11/11/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation. ♠️ Liens. ♠️ RPs.
Arts Visuels.
Saejin Ishikawa
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Dim 25 Oct - 10:37
Il ne l'avait pas mal prit. Au contraire, il avait même sourit et plaisanté. De ce sourire à la fois charmeur et insolent, mais qui se voulait rassurant. Alors, si mes joues ne purent retrouver une couleur s'approchant de la normalité, je ris néanmoins, soulagée et amusée. Je n'avais pas soupçonné qu'il avait de l'humour. A vrai dire, je ne savais rien de lui, et, comme au départ je ne m'attendais à rien, plus je découvrais de ses bons cotés, plus cela me réjouissait. C'était étrange, et en même temps, je me sentais de moins en moins mal à l'aise en sa présence. Comme si tous mes muscles qui étaient toujours tendus à l'extrême en présence d'autres adolescents de mon âge se détendaient petit à petit, au fur et à mesure que je prenais confiance en moi. C'était nouveau pour moi. Et cette nouvelle facette que je découvrais me plaisait.

Il résuma ce que j'avais dit, et je fus soulagée qu'il est compris mon charabia. Il avait prit le temps de m'écouter, et avait trier les informations, ce qui montrait qu'il était loin d'être bête, mais qu'en plus, il avait été attentif. Moi qui pensais que sa question n'était pas vraiment sérieuse, apparemment, il avait vraiment du sortir à quelqu'un qu'il n'aimait pas son prénom... Ce n'était pas sensé être drôle, mais l'imaginer sortir ça comme ça me donna envie de rire. Décidément, il était vraiment différent des autres. Et on pouvait dire que niveau critique, il n'avait pas sa langue dans sa poche. Mais bon, ce n'était pas tellement un tord. Je préférais nettement ça à ceux qui mentaient tout le temps.

« C'est exact. A moins que ce soit une critique constructive. Je veux dire, si quelque chose te déplaît vraiment, et que la personne peut y remédier, tu peux la conseiller. Mais quand il s'agit de choses banales comme un prénom... Mieux vaut ne pas exprimer son point de vue. » Je riais en entendant la suite. « Tu sais, ce n'est pas si dur que ça, on s'y habitue. Il suffit juste de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. »

Personnellement, je n'avais pas trop ce problème. J'avais toujours peur qu'on prenne mal ce que je disais, alors je préférais me taire. Et puis, avec mes parents, j'avais apprit dès mon plus jeune âge à ravaler toutes mes pensées pour me conformer à ce qu'ils voulaient de moi. Alors certes, de temps en temps, j'étouffais. Je voudrais crier pour que l'on m'entende. Mais... Là, ce n'était pas pareil. Je lui disais juste de réduire un maximum les remarques spontanées qui n'avaient pas de but, si ce n'est blesser, sans qu'il s'en rende compte. Je le vis se perdre dans ses pensées, et j'imaginais qu'il devait repenser sérieusement à tout ça. Encore un détail qui contrastait avec la première impression. Je l'avais cru superficiel, alors qu'en fait, il était vraiment quelqu'un de réfléchi et attentif. Il avait juste un problème d'ego, dans le sens ou il pensait à lui avant de penser aux autres. Mais enfin, peut être aussi était-ce du à l'éducation qu'il avait reçu.

L'inconnu se retourna soudainement vers moi pour me demander mon prénom, et je sursautais légèrement, surprise. Etait-il entrain d'essayer de faire un test ? Savoir s'il pouvait se retenir de dire que mon prénom était laid ? Personnellement, j'y tenais beaucoup. Pas seulement parce qu'il était coréen, puisqu'à la base, je n'étais pas japonaise, mais surtout parce qu'il m'avait été donné par mes parents biologiques. A vrai dire, c'était tout ce qu'il me restait d'eux. Mais enfin, je n'allais pas mal le prendre non plus s'il ne l'aimait pas. Je ne savais même pas si c'était ce qu'il avait derrière la tête de toute façon, alors autant lui donner.

« Ishikawa Saejin. » laissais-je échapper dans un sourire. « Et toi ? » demandais-je ensuite, plus par curiosité que politesse.


Je ne le connaissais pas, et pourtant, il m'intriguait. Peut être parce que j'avais envie de connaître plus de facettes de lui qu'il cachait derrière ce masque froid ?

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~


grande iconepetite icone
I love your smile

LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : 54
Classe : Cinquiéte A
Spécialisation. : Design
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Après les cours Bijouterie de son grand-pére
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 75
Okane (お金) : 130
Points. : 18
Date de naissance : 27/12/1996
Age : 20
Les p'tits liens. : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t687-celui-qui-a-dit-que-la-beaute-interieure-etait-le-plus-important-etait-surement-tres-laid-kaito-yukimura


Arts Visuels.
Kaito Yukimura
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Dim 25 Oct - 14:52
Une critique constructive. En général, les critiques que Kaito faisait été dénué de sens. Il disait ce qu'il pensait parce qu'il avait envie de le faire, pas dans le but d'améliorer les défauts de ses interlocuteurs. Il avait toujours été bien trop égoïste pour se soucier des autres. Il évoluait sans son monde où il n'avait laissé entré personne. Il avait pris l'habitude de rejeter tous ceux qui tenté d'y rentrer et n'était pas prêt à le partager. Peut-être devrait-il en crée un second ? Un lieu qui le sauverait de lui-même. Au fond il ne changerait sas douté jamais mais il fallait que les gens qui l'entourent s'imaginent qu'il était quelqu'un de bien, sans quoi sa réputation en Corée et sa carrière serait fini. L'image était très importante.

En entendant le rire de l'adolescente, Kaito se retint de sursauter. Il n'était pas habitué à ce que l'on rit en sa présence. Son frère, de plusieurs années son ainée était mariée et vivait avec sa femme. Depuis longtemps déjà il avait quitté la maison familiale et avait laissé son frère vivre seul avec les domestiques. Ces derniers étaient toujours très tendus en présence de leur jeune maître et il fallait avoué que le garçon n'avait jamais rien fait pour qu'ils se sentent à l'aise. Il avait toujours été intransigeant en remarquant tout ce qui n'allait pas sans prendre la peine de les féliciter pour tout ce qui allait bien.

Elle qui l'avait ignoré, semblait tout de suite plus à l'aise et cela fit inconsciemment sourire l'héritier. La plupart du temps il souriait seulement pour les publicités qu'il tourne ou lors des meetings avec ses fans. Un sourire faux a l'apparence chaleureuse. Sans doute devait-il remercier ses jeunes filles qui venaient pour le voir, l'admirant et rêvant devant lui. Malgré tout il n'arrivait pas à être reconnaissant. Certes sans elles sa petite carrière de mannequinat aurait rapidement pris fin, mais il ne parvenait pas à retirer ce sentiment d'agacement lorsqu'elles agissaient comme si elles l'aimaient. Aucune de ses filles ne le connaissait. Elle se savait pas que derrière l'héritier se cachait un garçon intelligent. Elles ne l'aimaient pas pour lui. Elles aimaient son physique, sa fortune et l'image qu'il dégager. Or Kaito ressentait le désir d'être apprécié pour lui-même. Qu'on remarque qu'il n'était pas simplement un physique mais qu'il était aussi doté d'un cerveau qui fonctionner à merveille.

"Ça a l'air facile pour toi. Peut-être parce que tu sembles être quelqu'un de calme et de réfléchie." constata le garçon.

En effet, elle n'avait pas élevé sa voix depuis qu'ils s'étaient rencontré et avait pris le temps de s'exprimer avec patience. Elle n'avait pas l'air du genre à parler pour ne rien dire et intervenait seulement lorsqu'on lui posait une question.

Saejin. Kaito fronça les sourcils en l'entendant. Non pas parce qu'il ne l'aimait pas, au contraire mais parce que c'était un prénom coréen. Perles de l'Univers. Un prénom qui, selon lui, lui allait bien mais il ne lui dit pas. Il n'était pas du genre à faire des compliments.

"Yukimura Kaito." dit-il rapidement. D'ordinaire il prononçait son nom lentement pour que son interlocuteur ait de temps de comprendre qu'il parlait à Kaito l'héritier mannequin du la Coréen mais cette fois il était plus préoccupé à savoir qui elle était plutôt que de parler de lui. "Tu es Coréenne ?" demanda-t-il.

Un prénom ne faisait pas tout. Lui-même Coréen mais portait un prénom Japonais. Et puis elle ne semblait pas le connaitre alors cela laisser penser que soit elle avait vécu dans une grotte en Corée, soit elle vivait au Japon depuis longtemps voire toujours.

"J'ai une proposition à te faire." dit-il calmement.

Ce qu'il allait lui dire allait sans doute paraître étrange mais il avait besoin de son aide et pour être honnête, il ne voyait pas vraiment à qui d'autre demander. Si une personne devait l'aider ça devait être elle et il n'était pas prêt à la lâcher avant qu'elle n'accepte.

"J'aimerais t'embaucher comme aide à la communication." déclara le garçon sérieux. "En échange d'un salaire tu me donnerais des conseils sur ma façon de me comporter et serais contactable à tout moment."

 Il suffisait qu'il appelle son manager et lui demande de faire un contrat. Ce ne serait pas bien compliquer et il aurait un pilier sur lequel s'appuyer.

 "Qu'est-ce que tu en penses ?" demanda-t-il en la fixant.

Il espérait vraiment qu'elle accepterait cette offre sans rechigner. Elle n'était sans doute pas de ces personnes qui accepter de l'argent pour aider quelqu'un mais il ne voulait pas qu'elle l'aide sans rien lui donner en retour comme le ferait une...amie.
 Il avait besoin de ce contrat comme une barrière entre son monde et celui de la jeune fille.
 Il avait besoin qu'elle dise oui.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Je ne suis pas prétentieux, juste réaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : Six.
Classe : Quatrième A.
Spécialisation. : Art Culinaire.
Situation amoureuse : Célibataire.

Travail : Etudiante.
Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 63
Okane (お金) : 136
Points. : 15
Date de naissance : 11/11/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation. ♠️ Liens. ♠️ RPs.
Arts Visuels.
Saejin Ishikawa
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Dim 25 Oct - 17:40
Le jeune homme sourit, et je ne pu m'empêcher de penser qu'il était beaucoup plus beau ainsi. Les beautés froides avaient peut être la cote, mais personnellement, je trouvais que ce rayon de soleil qui avait éclairé brièvement son visage avait beaucoup plus de valeur. Je faillis d’ailleurs lui dire qu'il serait beaucoup mieux s'il se déridait plus souvent, mais, heureusement pour moi, je me retins à temps. J'avais cette fâcheuse habitude de laisser échapper ce genre de réflexions qui étaient pour moi, assez gênante. Mais je n'y pouvais rien si ma bouche parlait toute seule aussi ! Papillonnant des yeux, je sortais de mes pensées en entendant ses paroles. Facile ?

« Ce n'est pas facile, non. » commençais-je un peu froidement, avant de me mordre la lèvre et de reprendre plus doucement. « Ce n'est facile pour personne, à part les muets peut être. » Là encore, j'aurais mieux fait de me taire ! Non mais je vous jure... « Ce que je veux dire c'est que... Si j'arrive à rester calme, c'est parce que j'ai du apprendre à l'être il y a bien longtemps. Et puis surtout parce que je n'ose pas. J'ai tellement peur de ce que l'on peut penser de moi, ou de blesser la personne en face de moi que... Je préfère me taire. »

J'avais cru comprendre qu'il ne se souciait pas forcément beaucoup des autres, et c'était sûrement pour cela que c'était dur pour lui. Mais... A moins de faire un gros travail sur lui même, il ne pourrait pas changer ça. Parce qu'il fallait adopter un point de vue différent. Et que ce n'était pas donné à tout le monde. Lorsqu'il entendit mon prénom, il fronça les sourcils, et je supposais que c'était parce que celui-ci ne lui plaisait pas. Tant pis, il ne pouvait pas plaire à tout le monde. Alors pourquoi sentais-je ce petit pincement m'enserrer le cœur ? De nouveau, je me mordais la lèvre, avant d'essayer de me focaliser sur autre chose. Yukimura Kaito... Ce nom me semblait familier, mais je n'arrivais pas à le resituer. Peut être l'avais-je entendue de la bouche d'une élève du pensionnat ? C'était fort possible, il devait attirer l'attention avec sa carrure.

« Mes parents biologiques sont coréens, oui. » répondis-je avec un sourire triste.

Je ne parlais pas de ce que leur était arrivé, ni même de mes nouveaux parents, si on pouvait dire ça comme ça. Premièrement parce que je n'avais pas vraiment envie de me confier comme ça, mais aussi surtout parce qu'il n'en aurait sûrement rien à faire. Et ennuyer quelqu'un avec mes histoires... Je ne le voulais pas. Sa mine devint tout à coup sérieuse, et il m'annonça qu'il avait une proposition à me faire. Assez surprise, je me faisais attentive. Mais j'avoue que j’eus vraiment du mal à ne pas exploser de rire... Au début, je cru qu'il n'était pas sérieux. J'attendais le 'je blague' à retardement. Sauf qu'il ne vint pas ! Et je me retrouvais la, complètement paumée, sans savoir quoi faire ou que répondre à cette demande... Hors du commun.


« Je... Euh... » Et bah décidément, ça commençais bien comme réponse ! J'avais des fois vraiment envie de me donner une claque mentale. « Je ne pense pas être la personne adaptée pour t'aider... Je ne suis pas des plus sociable, et en plus de ça, assez timide alors... » Je n'avais pas confiance en moi. Pour quoi que ce soit, si ce n'est les plats que je cuisinais. Alors aider quelqu'un à se sociabiliser, chose que moi même je n'arrivais pas à faire, c'était invraisemblable. Et puis, me faire payer ? Mais c'était quoi cette histoire ? Croyait-il qu'on pouvait tout acheter avec de l'argent ? Il était décidément bien mal parti dans sa façon de faire... « Je ne veux pas de ton argent. » continuais-je dans un demi-sourire, légèrement blessée. « Je ne sais pas comment tu me vois, mais je ne suis pas quelqu'un qui donne pour avoir quelque chose en échange. Me demander cela ainsi... Je sais bien que tu ne l'as pas fait exprès, mais c'est dégradant. » Comme si j'étais inférieure à lui, il venait de me demander d'être une de ses employées. Et si au départ, je me fichais totalement de ce qu'il pouvait faire ou penser, maintenant que j'avais parler avec lui, j'étais plus sensible au regard qu'il posait sur moi.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~


grande iconepetite icone
I love your smile

LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : 54
Classe : Cinquiéte A
Spécialisation. : Design
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Après les cours Bijouterie de son grand-pére
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 75
Okane (お金) : 130
Points. : 18
Date de naissance : 27/12/1996
Age : 20
Les p'tits liens. : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t687-celui-qui-a-dit-que-la-beaute-interieure-etait-le-plus-important-etait-surement-tres-laid-kaito-yukimura


Arts Visuels.
Kaito Yukimura
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Dim 25 Oct - 19:04
La jeune fille fut froide pendant quelques secondes puis se reprit. Il s'était trompé. Elle aussi avait du mal à garder en elle ce qu'elle pense. Elle avait appris à être comme ça. Kaito ne comprenait pas vraiment le but de cette manœuvre. Pourquoi tout le monde retenait ses paroles ? Pourquoi souffrir en silence ? Mieux valait des paroles dur plutôt que des mots doux sortant de la bouche d'une vipère. Le pire était que souvent les sourires se transformaient en murmure dans le dos des gens. Au moins, tous ceux qui connaissaient Kaito savaient qu'il ne les critiquée pas par-derrière. Ce que le garçon ne disait pas directement c'était les compliments. Il n'aimait pas valorisé quelqu'un. Il avait l'impression de se dégrader en faisant cela.

"La plupart des gens ont peur de ce que l'ont peu pensé d'eux." remarqua-t-il.

L'avis des gens. Ces mots qui en faisaient frissonner plus d'un ressemblaient plutôt à une vieille légende pour Kaito. Si le jeune homme avait l'intention de faire des efforts ce n'était pas pour qu'on l'aime, mais pour que sa carrière continue. Au fond, avoir une place dans le cœur de ces personnes ne l'intéressait pas. Cependant, si une chose devait lui faire peur, c'était se commençait à se soucier de ce que les autres pense. Il ne voulait pas devenir comme ça.

"Ne pas vouloir blesser les autres est une bonne chose, je suppose." Ajouta-t-il en réfléchissant.

S'il devait compter le nombre de personnes qu'il avait blessées en parlant sans retenue, il devrait inventer de nouveaux chiffres. Les sentiments des autres n'avaient jamais été sa priorité et ça ne changerait pas maintenant. Ce qui était important c'était lui. Son bonheur importait. Il était née seul, vivait seul et il ne partagerait sa tombe avec personne il ne voyait pourquoi il devrait partager sa vie avec quelqu'un ou se faire du souci pour une autre personne que lui-même. Ça ne lui apporterait rien. Sans coeur ? Il en avait quelque un part au fond de son torse. Peut-être fallait-il que quelqu'un lui apprenne à le faire marché.

 Ses parents biologiques. Kaito remarqué le sourire triste de Saejin. Il se retint de dire : "Tu as était adopté ?" comme il l'avait dit à Tammin sans tact, ou encore de dire un truc du genre "Ils sont morts ?".

 C'était le genre de chose qu'il aurait dite mais pour une fois un drôle de sentiment éclata sans sa poitrine. Le besoin de ne pas lui faire du mal. Il ne voulait pas qu'elle souffre. C'était ridicule puisqu'il ne la connaissait pas et ne devait pas se soucier d'elle. Il repoussa ce sentiment rapidement et se contenta de se taire malgré la curiosité qui c'était éveiller en lui.

"Je pense au contraire que tu es la personne idéale pour m'aider. Je n'ai pas besoin qu'on m'aide à parler aux autres mais plutôt qu'on m'aide à me taire. Une chose que tu sais faire apparemment. Tu n'as pas besoin d'être timide avec moi et visiblement tu arrives très bien à me parler pour une première fois." déclara-t-il avec conviction. "Tu es sans doute la seule personne que j'ai rencontré qui ne me tape pas sur le système et que j'aurais une minimale envie d'écouter."

Si quelqu'un l'agacer, il faisait bien le contraire de ce qu'on lui disait de faire. Or, il avait remarqué qu'il avait envie d'écouter les conseils de la jeune fille. S'il avait décidé qu'elle seule pouvait l'aider, personne d'autre ne pourrait le faire.

"Et pour ce qui est de l'argent, ne voit pas ça comme moi essayant de t'acheter mais plutôt comme un dédommagement du temps que tu passeras avec moi. En te payant ce n'est pas toi que j'aide, mais moi-même." dit-il sérieux.

Il n'était sans doute pas très clair mais pour lui la partie "argent" dans ce contrat était importante. Demander des conseils à quelqu'un sans rien attendre en échange c'était ce que des amis faisaient entre eux. Kaito ne voulait pas d'amis. Il ne voulait pas trop changer. Son fond resterait le même. Il serait toujours égoïste. Le but de ce contrat était de sauver les apparences.

"Je ne vois pas comme quelqu'un de profiteuse. Mais faire ce contrat permettrait de mettre certaines clauses aux points qui n'existeraient pas s'il n'y avait pas de contrat."

Il avait besoin d'une personne qu'il pourrait contacter à tout moment et qui serait obliger d'accepter à certaine de ces demandes purement professionnelles. Il ne pouvait lui demander cela qu'en présence d'un contrat. C'était l'héritier en lui qui parlé est pas un simple adolescent.

"Ton honneur n'est pas remis en cause, tu gagneras de l'argent et tu auras le plaisir de me voir plus souvent. Tout ce que tu auras à faire c'est de me répondre franchement lorsque je te pose une question."

N'était-ce pas un bon marché ? Quelle raison aurait-elle de refuser ?

"En plus, avec moi, tu pourras être plus honnête qu'avec les autres. Ne rêves-tu pas de pouvoir enfin parlé avec franchise ?"

 Question purement rhétorique. Il se doutait bien qu'elle avait besoin de parler en disant ce qu'elle ressentait vraiment.

"Ton self-contrôle ne tiendra pas éternellement si tu ne t'évade pas de temps à autre." déclara le garçon.

Il avait dit tous les arguments qu'il avait eus en tête et ne lâcherait pas prise. Il ne savait pas vraiment pourquoi mais il tenait à ce que ce soit elle n'est personne d'autre qui l'aide.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Je ne suis pas prétentieux, juste réaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : Six.
Classe : Quatrième A.
Spécialisation. : Art Culinaire.
Situation amoureuse : Célibataire.

Travail : Etudiante.
Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 63
Okane (お金) : 136
Points. : 15
Date de naissance : 11/11/1997
Age : 20
Les p'tits liens. : Présentation. ♠️ Liens. ♠️ RPs.
Arts Visuels.
Saejin Ishikawa
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Dim 25 Oct - 23:09
La discussion devenait plus sérieuse. On ne faisait pas connaissance comme chaque jeune normal à leur première rencontre, non. On philosophait un peu. Que ce soit sur les gens ou la façon dont on devait réagir ou se comporter. C'était étrange. Et en même temps, ça m'allait parfaitement. Parce que j'étais plus à l'aise ainsi. Je ne savais pas avoir une conversation d'adolescent, parce qu'après tout, je n'avais pas d'amis. Alors autant parler de ce que je connaissais. Même si j'avouais ne pas être très douée pour les explications, et m'égarer plus d'une fois en chemin... Mais enfin, Yukimura-kun semblait m'écouter avec intérêt, comme si j'étais la sagesse incarnée. Et inconsciemment, cet intérêt me faisait prendre confiance en moi.

Il ne s'égara pas sur le sujet de mes parents, et dans un sens, je lui en fus reconnaissant. Je ne savais pas si ça ne l'intéressait pas ou s'il ne voulait pas me forcer la main, mais cela m'importait peu. Cela me soulageait. Alors que j'avais refusé son offre des plus étranges, il se mit à insister. Je ne comprenais pas pourquoi il voulait absolument que ce soit moi. Ni pourquoi je devais l'aider à se taire... Mais ça avait l'air de lui tenir à cœur. Et plus il avançait dans ses arguments, moins je savais comment j'allais pouvoir refuser son fameux contrat. Surtout qu'il me prenait sur les sentiments d'une part. Oui, c'était un inconnu. Cependant, il venait de dire que j'étais la seule qu'il voulait bien écouter. Je ne savais absolument pas pourquoi, mais qu'on me donne ainsi de la valeur, ça me réchauffait le cœur. C'était sûrement stupide, mais je n'y pouvais rien. Etais-je égoïste de vouloir être ainsi appréciée ? Peut être. Mais après tout, il ne voulait pas non plus que l'on soit amis. Juste que je l'aide en échange de son fric, puis qu'après je m'en aille... Alors, devais-je me sentir honorée ou indignée ? Je ne le savais. J'étais un peu perdue à vrai dire.

J'avais envie d'être utile, de pouvoir aider quelqu'un. J'avais envie de pouvoir parler franchement, d'arriver à sourire ou à rire en face de n'importe qui, et de ne pas avoir peur qu'il le prenne mal ou se moque de moi. J'avais envie d'avoir un ami, de pouvoir parler avec quelqu'un même si c'était de chose banale. Avoir un numéro autre que ma famille dans le répertoire de mon téléphone. Et tant d'autres choses. Et je savais qu'un contrat ne pouvait me l'offrir. Mais en même temps, la barrière entre les deux était si mince... Il me donnait l'impression que je ne serais pas seule. Que je n'étais pas si paumée que ça. Et j'avais envie de me raccrocher à ça, même si c'était peu. Avais-je le droit de dire oui ? De toute façon, mes parents ne l'apprendraient pas... Et puis, si je ne dépensais pas son argent, et lui rendait une fois qu'il n'aurait plus besoin de moi, je n'aurais pas à me sentir coupable, non ? Je ne savais plus ce que je voulais. Alors je fermais les yeux et vidais ma tête avant de les rouvrir et de sortir la première chose qui me passait par la tête.

« C'est d'accord ! »

Je savais que ce n'était pas raisonnable, mais il était trop tard pour faire marche arrière. Je ne voulait pas ressembler à quelqu'un qui revenait sans cesse sur ses décisions. Je m'étais engagée, point barre. Maintenant, je devais honorée ma parole. Même si à vrai dire, je ne savais pas trop quoi faire. Et désormais, l'angoisse de ne pas être à la hauteur m'assaillais d'autant plus...


« Tu es sur de ne pas le regretter ? » A peine avais-je formuler ma question que je me mordais ma lèvre. C'est lui qui avait insisté, et c'est moi qui m'inquiétais pour lui. J'étais pas croyable parfois. « Je serais donc toujours franche avec toi. Par contre, quand tu dis que je dois être disponible à tout moment... Cela n'inclut pas en plein milieu de la nuit, n'est-ce-pas ? » Je demandais pour la forme, j'étais sure qu'il n'était pas du genre à faire se déplacer une jeune fille en pleine nuit. Enfin, je l'espérais... Mais dans quoi je m'étais embarquée, sérieux ? Pourquoi je posais toujours ce genre de questions après la bataille ? J'avais l'impression d'être un lapin qui venait de se faire prendre au piège.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~


grande iconepetite icone
I love your smile

LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Chambre : 54
Classe : Cinquiéte A
Spécialisation. : Design
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Après les cours Bijouterie de son grand-pére
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 75
Okane (お金) : 130
Points. : 18
Date de naissance : 27/12/1996
Age : 20
Les p'tits liens. : http://www.pensionnat-miyusaki.net/t687-celui-qui-a-dit-que-la-beaute-interieure-etait-le-plus-important-etait-surement-tres-laid-kaito-yukimura


Arts Visuels.
Kaito Yukimura
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Dim 25 Oct - 23:50
Kaito se retint de pousser un cri de joie. Elle avait accepté. Il avait réussi à la convaincre de travailler avec lui alors que ce n'était pas gagner d'avance. Après tout ont accepté pas tous les jours de conclure un contrat avec un petit prétentieux qui n'avait pas sa langue dans sa poche. Pourtant cette jeune fille venait de le faire. En hésitant certes, mais elle l'avait fait. Devait-il remercier son professeur de négociation pour tous les cours qu'il lui avait donné ou bien ses parents qui l'avaient doté d'un si beau visage ? Non, si Saejin voulait bien l'aider ce n'était pas pour son visage. Il en était quasiment convaincu. Il venait juste de la rencontrer mais elle dégage quelque chose de diffèrent qui avait poussé le jeune homme à s'intéresser à elle. Une sorte de pureté qu'il n'avait vue chez personne, ou qu'il ne s'était jamais donné la peine de regarder.

"Je ne regrette jamais rien." répondit-il tout de suite.

Pourquoi se faisait-elle autant de soucis ? Elle n'avait rien à perdre. Il pouvait remarquer qu'elle manquer clairement de confiance en elle. Lui, en avait trop. C'était une de ces raisons qui l'avait également poussé à la choisir. D'une certaine manière ils se complétaient en étant totalement différent.

"Et cesse de stresser. Tu ne vas pas être noté. Tu auras juste à me donner des conseils et ce sera à moi de faire ce que je peux avec." ajouta-t-il dans le but de la mettre en confiance.

Pourquoi se donnait-il la peine de la rassurer. Ce qu'elle ressentait ne devait pas avoir d'importance, non ? Et pourtant il ne voulait pas qu'elle s'inquiète.

"Pour ce qui est des détails je pense qu'on devrait en discuter une prochaine fois autour d'un café." répondit-il alors qu'elle s'inquiétait de si elle allait pouvoir ou non dormir tranquillement.

Il prit un stylo dans son sac et prit la main de Saejin pour écrire son numéro de téléphone dessus. Il n'avait pas envie de déchirer une des feuilles de son cahier.

 "Envoie-moi un message quand tu es libre et on règle les détaille du contrat." dit-il simplement.

Il faudra aussi qu'il lui explique qui il était car elle ne semblait pas le connaitre. Il allait devoir lui dire dans quoi il travaillait et pourquoi il avait besoin de son aide. Mais pour l'instant il avait faim et devait profiter de la fin de sa pause du midi pour aller manger avant de retourner en cours.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Je ne suis pas prétentieux, juste réaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 371
Okane (お金) : 433
Points. : 2
Date de naissance : 16/12/1995
Age : 21
Je fais partie du Staff.
Muse
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito] Lun 26 Oct - 0:13
Rp tagué et terminé, j'archive. o/


+10 okanes. ~

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito]
Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] "Je crois que c'est ma place." [Saejin & Kaito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» terminé. je crois que je ne t'aime plus (flashback) ▽ devrilli
» Fuki (terminé... je crois)
» Aiden Owen ⌈Terminé, je crois.⌋
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Terminés.-