RSS
RSS



 

Partagez|

Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Lun 28 Sep - 21:55
Du piano. Une douce mélodie qui s'échappait d'entre ses doigts. Remplissant la pièce. Il y était habitué ce salon. Il en avait entendu tellement des partitions c'est quatre dernières années. Jusque tard le soir, tôt le matin. Et des après-midis entier. Et ce piano, il était habitué à des petits doigts fins. Qui se trompaient, recommençaient. Des petits doigts roses et boudinés qui se transformaient au fil des âges en des mains de petite fille et qui se transformerait bientôt en des mains de jeune femme. Caressant toujours et à jamais les touches d'ivoire. Fond sonore habituelle. Et cette partition. Elle avait été rapporté avec tant de fierté. "Regarde onee-san ! J'adore ce morceau ! Ecoute... Ecoute je te dis !" criait une petite voix. Et une plus grave, plus adulte, une voix de grand garçon qui répondait "C'est jolie dis donc ! C'est quoi le titre ?"

Des notes. Elles se répercutaient dans tout l'appartement. Fiévreuses, mélancoliques, si douces mais si fortes. Nostalgiques, joyeuses mais remplis de tristesse. Et le bruit s'épuisa, il résonna encore quelques temps, luttant, puis se stoppa. Tout redevint silencieux. Jannis regarda ses mains. C'était bizarre. Il n'avait plus l'habitude. Il jouait beaucoup moins bien qu'avant. Ses parents le qualifiait de "prodige" autrefois. Maintenant c'était sa petite soeur la virtuose. Lui se contentait de sa batterie. De toute façon c'était là qu'il excellait. "A ce qu'il parait..." Mais ce morceau... L'avait retourné. Quand sa petite soeur l'avait ramené il y a deux jours, il avait d'abord été très enthousiaste. Et puis il était tombé sur le compositeur.

"C'est drôle tu sais ! J'ai joué un morceau de cet auteur aujourd'hui..."

Sa voix s'était bloqué. Horrifié. Il venait de se rendre compte. Il était partit. Persuadé d'être en plein rêve, et la réalité qui l'appelait. Comme sortir d'un rêve. Mais maintenant que la musique s'infiltrait dans ses oreilles, il se rendit compte que tout était bien réel. Pour la première fois, il s'en voulut. Et cela l'effraya. Il était partit. Il l'avait abandonné. "Tammin..."

If I Could See You Again - Yiruma:
 

Et depuis trois heures du matin il n'en finissait plus de jouer cette mélodie. Incessamment. Sans relâche. "If I could see you again... Oh honey, I probably die". La fatigue n'avait plus d'effet sur lui. Ses pensées l'avaient hantés dans son lit, hanté par cette mélodie, hanté par des images, des paroles, des pas de danse, et son regard. Océan turquoise. Infini. Et il pianotait, ne s'arrêtait pas de pianoter. Il avait l'impression que cela soulageait un peu sa cage thoracique, tellement comprimé. Comme si son coeur était devenu trop gros. Comme si ses poumons n'avaient plus d'air. Il avait perdu le sommeil, il était malade, malade d'elle. "Tellement ridicule. Putain de pathétique. Regardes-toi, t'es rien. Tu me dégoûtes Jan'." Huit heures. Son regard cerné dans le miroir, cet air sombre qu'il promenait. Les yeux vaguent, les bouteilles vides s'étaient empilés au pied du piano, le cendrier qui trônait au bord de la fenêtre était plein. Il se doucha, se brossa les dents, mangea, bu, s'habilla, sans grande conviction. Une petite tête passa le seuil de la porte.

"Pouah ! Onee-chan ! Ca pue la fumée ! Tu as dit que tu fumes pas dans la maison !"

Il lui caressa affectueusement la tête. C'est dingue. Il avait retrouvé le sourire.

"Et alors elle a été gentille avec toi la maman de Yuzu-san ?"

Huit heures trente. Le train train régulier de la vie japonaise. Vive le métro. The Doors dans les oreilles, il observait cette population depuis son aura de solitude. Réconfortant, autant que la sensation de chaleur qui se dégageait de son thermos de café. Lumières qui défilent, néons, puis enfin le soleil matinal qui peinait à percer à travers le nuage de pollution de la grande ville. Jannis passa le portail du pensionnat, et pratiquement aussitôt il regretta de ne pas avoir dormi cette nuit. Comme un marteau qui l'assommait, la fatigue le rappelait à lui, à ses bêtises, à ses erreurs. Marcher lui était difficile, et ses yeux lui faisaient tellement mal. Ceci-dit il se rattrapa très bien pendant ses cours. Ce fut la faim et la sonnerie annonçant midi qui le réveilla. Il se traîna jusqu'au réfectoire d'un pas lent, il n'était pas pressé, personne ne l'attendait. Depuis quelques temps il aimait mangé tout seul à une table, ne supportant plus ses sois-disant amis. Une odeur familière finit de le mettre de bonne humeur. Adieu les peines que la nuit lui avait apporté. "Des sobas !" Son plat favori. Il était aux anges, comme un gamin. Qu'est-ce qu'il aurait pu lui faire plus plaisir ? Peut-être cette silhouette familière, ces cheveux qu'il reconnaissait...

"Princesse !" cria t-il à travers la file.

Tout le monde se retourna vers lui. Il avança, se frayant un chemin vers la personne qu'il avait aperçu comme un ange tombé du ciel, entourée d'une aura de lumière.

"Ashley !" s'exclama t-il.

Le visage de son amie le fit sourire, de ce sourire enfantin qu'elle devait avoir l'habitude de voir maintenant. Peut-être était il moins rayonnant que d'habitude, Jannis n'avait pas une très bonne mine ce matin là.

" Tu viendrais manger avec moi ?"

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Mar 29 Sep - 19:51
Accoudée à son bureau, Ashley en avait plus que marre de toutes ses dates, de toutes ses définitions d'histoire. Déjà qu'elle n'était pas une grande fan de l'histoire au Canada ou aux Etats-Unis alors au Japon, pays où elle ne connaissait vraiment rien, cela la gonflait tellement.

Elle avait passé trois affreuses journées depuis sa sortie avec Jannis. Elles n'étaient rythmées que par les cours, les révisions et les médicaments contre cet affreux mal de tête qui ne semblait pas vouloir partir. Je ne boirais plus jamais. Elle exagérait bien sûr mais qui n'avait pas dit cela après une bonne gueule de bois ? Personne, on est bien d'accord ! Elle n'avait même pas eu le temps d'aller s'entraîner à la piscine et cela lui manquait énormément. Elle avait l'impression qu'elle allait exploser entre révision, cours et sieste obligé à cause de son mal de crâne intense. Elle avait vraiment besoin d'un bouton pause, de penser à autre chose. Elle n'avait même plus le temps d'appeler sa mère et elle avait reçu un message de sa part qui lui demandait si elle allait bien et qu'elle s'inquiétait de son silence.

Allait-elle mal ? Non, elle avait simplement eu une gueule de bois énorme et qu'elle révisait bien trop pour le chasser. Elle ne pouvait pas appeler sa mère, elle finirait par lui raccrocher au nez à cause de la voix bien trop aïgue qu'elle avait au téléphone et ce serait très dangereux, dangereux pour sa vie et pour le temps qu'elle resterait à Tokyo. Bon, elle n'avait pas trop d'attache ici à part deux amis, elle ne connaissait personne et elle ne s'était pas non plus liée avec les autres nageuses. Il était clair que c'était un autre niveau que celui du Canada qu'il y avait trois ans auparavant et ici elle progresserait. Vaut mieux que je l'appelle plus tard quand je serais remise. Elle envoya un message à sa mère pour lui dire qu'elle l'appelerait le soir même en espérant fortement qu'elle soit apte à le faire.

Elle se leva de son bureau, complètement affamée et quitta sa chambre direction le réfectoire, après avoir enfilé une veste. Elle n'avait pas envie d'être plus malade qu'elle ne l'était déjà mais dans le couloir, alors qu'elle se hâtait de se rendre dans le lieu que son ventre désirait tant, elle se rendit compte que son mal de tête l'avait presque guéri. Encore un peu mal à l'arrière mais c'était tellement peu par rapport à ce qu'elle avait subit qu'elle se sentait enfin libre. Elle en profita même pour faire voler un peu ses cheveux dans son dos, chose qu'elle ne pouvait pas faire sous peine d'avoir de gros vertige qui l'obligeait de s'asseoir sans quoi elle serait tombée.

Enfin arrivée, son ventre cria encore plus famine quand elle sentit cette odeur alléchante. Elle ne reconnaissait pas du tout l'odeur mais cela sentait tellement bon que son appétit doubla. Elle s'engagea dans la file mais s'impatienta assez vite. Ca n'avance pas vite ici. Qu'il n'y en ait pas un qui me passe devant ou je le bouffe. Un garçon, plus âgé qu'elle de quelques années la bouscula et s'excusa bien vite quand il vit le regard noir qu'elle lui jetta. On ne cherche pas une Ashley affamée. Elle se retourna afin de ne plus voir son visage pour ne pas lui coller une claque mais elle entendit une voix qui lui était familière.

''Princesse !''

Sans se retourner, elle savait déjà qui l'appelait. Jannis. Elle n'eut même pas le temps de se retourner qu'il avait aussi dit son prénom. Elle lui fit face et vit qu'il était déjà arrivé à elle. Son sourire toujours collé au visage, cet air immature qu'elle commençait à plutôt bien connaître mais elle ne s'empêcha pas de remarquer les cernes sous ses yeux.

''Jannis ! Salut !''

Il avait l'air fatigué, limite épuisé pourtant elle ne l'avait pas recroisé au pensionnat, elle s'était même demandé si il avait daigné venir. Elle en fut un peu soulagée parce qu'elle savait bien qu'il ne se serait pas gêné pour se moquer d'elle si il l'avait vu avec une gueule de bois et en même temps, elle fut déçue de ne pas le revoir. Elle se considérait comme ami maintenant et c'était toujours agréable de parler avec lui, même si il n'avait pas fait que parler ces derniers temps. Elle fut coupée dans sa réflexion quand il lui demanda si elle voulait manger avec lui. Loin de manger avec lui par défaut, personne ne l'attendait alors la décision était facile.

''Tu viendrais manger avec moi ?
 

- Bien sûr !''

Ils avaient continué d'avancer dans la file et Ashley avait enfin eu son plat. Posé sur son plateau, elle regardait les pâtes avec envie bien qu'elle trouvait leur couleur un peu bizarre.



''Ah des pâtes ! Qu'est-ce que j'ai faim !''

Son ventre criait famine depuis un petit quart d'heure et elle commençait à avoir de plus en plus de mal à se retenir de ne pas picorer dans son assiette avant de vraiment s'installer à sa table. Elle aurait dû se rendre à la cantine avant au lieu de tenter pour la troisième fois cette semaine d'apprendre ce cours d'histoire qui ne voulait pas rentrer dans sa sale tête de canadienne. En attendant, elle comptait bien profiter de cette courte pause et se reposer également, elle en avait grandement besoin. 

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Mer 30 Sep - 17:34
Calvaire.

Aucun mot ne peut mieux résumer les jours qui sont passés. Aucune nouvelle. Qu'elle soit visuelle ou autre. Je m'étais donc enfermée dans la routine de mes journées. Je ne parlais presque plus. J'étais partagée entre la satisfaction de ne pas l'avoir revu, car je sentais en moi que je lui en voulais énormément, et la tristesse, car je mourrais d'envie de recroiser son regard ne serait-ce qu'une dernière fois. Histoire de me ré-oxygéner avant un futur besoin organique. Besoin vital. Je me suis perdue en lui et je souffrais de cette perdition qui n'était simplement que mienne.

Ma seule compagnie était mon éternelle et indéfinissable amie qu'est la musique. Apportée par le biais de mon casque, elle me permettait de m'évader et m'évitait de trop penser à toute cette histoire. Ces derniers jours, je me suis instruite et fais des recherches sur le compositeur Yiruma. Je voulais trouver une mélodie aussi pénétrante et bouleversante que celle que m'a joué Jannis. Pour me la faire oublier et me l'enlever de mon esprit. Depuis que l'on a eu ce 'partenariat' de courte durée, « Rivers Flows In You » me hante que ce soit en pleine journée ou lors de mes rêves. Il s'est également invité dans mes nuits. Comme s'il prenait un malin plaisir à me faire subir tout ça.

« Maybe ».
Voici la mélodie qu'il me fallait. Elle me berce et m'apaise. Ses paroles inexistantes me parlent. Et le temps de quatre minutes et treize secondes, j'en oublie totalement son existence et ma blessure. Aurais-je trouvé un remède miracle ? Nul ne le sait. Et je serais sans doute la dernière à connaître la réponse, une fois qu'elle sera dévoilée au grand public.

Quoiqu'il en soit c'est en écoutant Yiruma que je me suis dirigée vers le réfectoire, après avoir fini mon entraînement. Écouter de la musique en mangeant me permettait de voyager et ne faire attention à aucune personne qui m'entoure. Très pratique quand une partie de vous refuse de voir quelqu'un de spécial. Mais très difficile à faire lorsque la deuxième partie de vous cherche désespérément à crier son prénom et à mettre des affichettes partout comme s'il était son animal perdu qu'elle tentait en vain de récupérer. J'en venais à le comparer à un animal de compagnie. Charmant. Il en serait honoré. Rien n'en est plus sûr. Non pas que je le considère comme un petit toutou que je veux dresser et garder pour moi. Loin de moi, une telle idée. Un être humain n'appartient à personne qu'à soi-même. Lorsque l'on dit à quelqu'un que l'on aime, '' tu es à moi '', c'est simplement une expression qui signifie qu'on ne laissera personne faire du mal ou nous prendre cette personne qu'on chérit tant. En aucun cas, ces quatre mots montrent un contrat d'appartenance. De protection, seulement. Et c'est ce sentiment que je ressentais envers Lui.

Je voulais le protéger. Sans aucune raison évidente. J'avais simplement l'impression qu'il demandait à être protégé et j'ai très certainement imaginé cela par moi-même, comme cela m'arrive très souvent. Une sensation, encore et toujours, exagérée et qui dépasse les limites de la bonne entente.

J'entendis quelqu'un répéter inlassablement les mêmes mots japonais et je baissais donc mon casque. À plus de la moitié des pourcentages, on s'adressait sûrement à moi pour me répéter à nouveau la même phrase que j'entends irrémédiablement depuis mon arrivée.

« Vous bloquez les autres élèves. Servez-vous au lieu de rêvasser. Et une fois pour toutes, retirez ce casque. Il est interdit d'écouter de la musique au réfectoire ! »

Je ne prends même pas la peine de regarder la dame de cantine qui venait de m'adresser ces mots. Lasse de sa leçon de morale, je pris mon plateau et me servis à manger. Je m'écarte ensuite de la queue d'élèves qui se tenait derrière moi et fit face à ceux qui étaient déjà à table.

Comme un aimant dont je ne pouvais éviter l'attraction, j'en vins à remarquer presque instanément celui que je redoutais et désirais tant à la fois. Jannis était juste là. À table. Et en très bonne compagnie. Je sentis une terrible sensation prendre possession de mon corps et compris que la jalousie venait de naître en moi. Est-ce sa copine ? Mon corps et mon cœur saignaient à cette pensée dévastatrice sur mon système neurologique.

Je détourna très vite le regard d'eux et ne pouvait m'empêcher de me répéter : '' Et en plus, il n'a pas choisi un thon. Quelle vaine que j'ai ! Elle est super jolie. ''

Instantanément, je venais de me trouver un nouveau but dans la vie. Trouver une table, loin, très loin de la leur et isolée. Où je pourrais manger et déprimer sans qu'on me remarque. Mes yeux parcourent donc le réfectoire à la recherche de la table de mes rêves.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Dim 25 Oct - 0:51
Jannis suivit Ashley et s'installa à une table. Il posa son plateau sur la surface plane et leva les yeux au ci... Plafond. 

"Des pâtes... Des pâtes !" s'exclama t-il "Ah toi et ton inculture canadienne vous m'exaspérez."

On ne rigolait pas des sobas avec Jannis. Il avait cependant encore son grand sourire enfantin qui marquait encore plus ses cernes bleuâtre. Il se moquait gentiment de son amie. Une chaise fut tiré par sa main de batteur et cette dernière prit les baguettes.

"Ça s'appelle des sobas !" informa le jeune homme.

Ses baguettes plongèrent entre les cordelettes beiges et tournoyèrent avant de se soulever. 
"Dlang dling dling" firent les brindilles de bois en retombant sur le plateau. Les yeux écarquillés, le sourire effacé, la main de Jannis était toujours en l'air, suspendu dans un blocage temporel. Comme on plonge dans le sommeil, comme on entre dans un rêve les alentours disparaissaient, le bruit diminuait, ne le laissant que lui et elle. Tammin.
L'étudiant avait tant douté de la croiser. Il aurait pu détourner le regard ou s'enfuir en courant, cela aurait été sûrement préférable. Elle était là, toujours aussi belle avec son regard vert et ses cheveux soyeux. Elle était toute aussi élégante et gracieuse que la première fois qu'il l'avait vu. Elle le captivait tout autant, la raison de ses nuits blanches et de sa mine si épuisée. Elle était là et apparemment elle aurait préféré être ailleurs. Ses yeux cherchaient rapidement une table, loin, bien loin de la vue du jeune homme. Si il ne faisait rien elle allait disparaître, s'effacer de sa vie aussi peut être. Alors soit il la laissait partir et ça s'arrêtait là, soit il essayait d'arranger leur relation qu'il sentait tendu à cause de son départ précipité. Et même si le relationnel ce n'était pas vraiment son truc.
Il aurait été préférable qu'il détourne le regard, en faisant semblant de ne pas l'avoir vue ou même de partir en courant, plantant Ashley seule à cette table. Mais être lâche n'était pas dans la nature du jeune Suoh. 
Il se leva de sa chaise et l'air toujours sérieux lança un "Je reviens." à la jeune canadienne. Puis il se dirigea a pas rapide vers Tammin. Elle lui tournait presque le dos, il lui effleura doucement le bras et se planta devant elle.

"Miss Mizusaki ?" demanda t-il en parlant bas, comme si il pouvait se tromper de personne, comme si elle n'était qu'un mirage dans toute cette foule d'étudiants braillards.

Un sourire réapparut sur les lèvres du batteur, calme, bienfaisant. Le fait qu'il puisse enfin recroiser son regard, sentir sa présence. Elle était à la fois la lave et la neige, le faisant ressentir milles choses mais l'apaisant par sa seule présence. L'étudiant n'avait jamais ressentit ça, avec personne.
Il ne devait pas être aussi beau que la première fois qu'il s'était rencontré, avec sa tête de zombi et la fatigue qui lui prenait le corps et qui lui faisait perdre de son charisme. Mes ses yeux étaient remplis d'un mélange d'appréhension, de crainte, de bonheur et de soulagement. Comme toujours c'était par son regard qu'il transmettait ses émotions et il savait que la danseuse les recevait. À moins qu'il ne se fasse des idées...

"T'es seule ? Viens manger avec nous !" proposa t-il.

Et sans attendre sa réponse, approbation ou non, il la débarrassa de son plateau et alla l''installer à côté d'Ashley, puis il lui tira une chaise en parfait gentleman. 
Il fit une petite grimace à son amie à qui il avait oublié de demander l'avis. Peut-être aurait elle préféré manger seule avec lui ? 

"Ça ne te déranges pas que Tammin mange avec nous princesse ?" demanda t-il

C'était aussi un moyen que pour la jeune danseuse puisse se sentir à l'aise en étant accepté par tous les membres de la tablée. Car avant tout il voulait se rattraper et se souciait de son bien-être.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Dim 1 Nov - 20:58
Ashley n'avait pas un très grande culture japonaise et cela semblait offusqué Jannis qui se mit faussement en colère contre elle. Elle lui sourit, comme toujours, et elle retint le nom de ce plat juste après que Jannis le lui ait indiqué. Elle n'était pas là depuis longtemps et son séjour ici avait été pris en quelques mois ce qui ne lui avait fait que peu de temps pour en apprendre un maximum sur cette culture vraiment opposée à ce qu'elle avait toujours connu. Que ce soit la manière de manger, de parler, de lire, d'écrire, d'apprendre, elle devait s'adapter à tout sans y être vraiment préparé. Ses parents ne savaient pas non plus ce qui attendrait la jeune fille alors elle poussait les portes du monde grâce à sa propre volonté et elle apprenait sur le terrain.


Les baguettes de Jannis tombèrent sur son plateau dans un léger bruit mais il gardait le bras suspendu, les mains positionnaient comme si il tenait encore les baguettes au bout de ses doigts. Surprise, Ashley le regardait les yeux écarquillés et le sourire qu'elle avait au bout des lèvres s'évanouissait à mesure que son inquiétude grandissait. Il n'était pas au meilleur de sa forme, elle l'avait remarqué mais elle avait l'impression que quelqu'un avait appuyé sur un bouton pour mettre le jeune homme sur pause. Jannis était toujours en stand-by, les yeux fixés sur quelque chose qui apparemment se trouvait derrière la Canadienne. Curieuse mais aussi inquiète, elle se retourna pour savoir qui était responsable du trouble de son ami. Elle ne voyait rien d'autre qu'une foule d'élèves qui cherchait certainement une table, rien d'extraordinaire donc.


La voix de Jannis arriva aux oreilles de Ashley mais elle ne répondit pas. Elle était persuadée que même si elle lui avait répondu, il ne l'aurait pas entendu. Il était dans sa bulle, son environnement et elle savait qu'elle en était exclue. Un étrange sentiment de solitude la parcourut un instant mais quand elle vit qu'il s'adressait à une jeune fille, elle reporta son attention sur son assiette. Elle ne voulait pas en voir plus que ce qu'elle ne devait. Il lui en parlerait si il le voudrait.


L'intêret qu'Ashley portait à son plat de soba – elle était fière de voir qu'elle avait retenu le nom de ce mets – elle sursauta presque quand un plateau se posa à côté d'elle et qu'une chaise se tira. Elle tourna la tête vers celui qui était à l'origine de tout ce dérangement en même temps qu'il parla. Jannis et ses cernes bleues, ses tatouages et la grimace qu'il faisait. La question n'attendait qu'une réponse. C'était poli de sa part de demander mais pouvait-elle réellement refuser que la jeune fille qu'il avait été chercher ?


''Bien sûr que non !''



Elle sourit à la jeune fille. En plus, Jannis avait l'air de tenir à ce qu'elle mange avec eux alors elle ne voyait pas comment elle pouvait refuser. Elle se demandait même si elle pouvait refuser quelque chose à Jannis ? C'était étrange mais elle avait l'impression qu'il pouvait lui dire, lui faire n'importe quoi, le jugement qu'elle avait de lui ne changerait pas parce que celui qu'il avait sur elle ne changerait pas non plus. Etrange impression puisqu'ils ne se connaissaient que depuis très peu de temps. 

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Lun 2 Nov - 12:03
Je tournais dans le vide.


Littéralement. Aucune autre expression ne pouvait mieux résumer ma situation actuelle. En recherche désespérée d'une table libre, je commençais presque à suffoquer en ne trouvant pas mon bonheur. Mais bon sang, d'habitude, il y a toujours au moins une table moins prisée que les autres et qui reste presque éternellement libre pour les reclus comme moi. Alors pourquoi, aujourd'hui, n'y en avait-il aucune ? La vie aurait-elle décidée de me jouer un tour et de forcer le destin ? Suis-je condamnée à..

Mes pensées se coupèrent instantanément. Un contact. Le sien. Ma peau fut parcourue d'un frisson rempli de sous-entendus et je me mis à souffler doucement en fermant les yeux. Ne le laisse pas gagner, Tammin. Voilà ce que je me répète avant d'ouvrir les yeux et de croiser son regard. Murmurant à peine audiblement son prénom, j'étais perdue dans la profondeur de ses yeux. Je le vis sourire et l'envie brûlante et de lui mettre une claque me vint en tête. Mais je n'en fis rien. J'étais tétanisée. Comment pouvait-il apparaître comme cela, devant moi, et arborer une si fière posture ? Avait-il oublié son comportement de la dernière fois ? Je ne l'avais pas oublié, moi. Et je lui en voulais toujours, terriblement.

Mais bien plus que cette rancœur qui prenait possession de mon âme, je ressentais un infini bonheur qui réchauffait mon cœur et j'en pleurais presque. Je réussis tout de même à me contrôler et mes lèvres tremblèrent discrètement. Personne ne peut me juger. Ma manière de me comporter avec lui est totalement dénuée de sens, j'en ai conscience. Personne ne peut connaître les vertiges qu'il me procure, car ce sentiment ne m'est propre et ne pourra jamais correspondre à un tiers.
Il me rend faussement heureuse avant de me briser un peu plus. Quel jeu malsain. Dans quoi me suis-je lancé ? Si ma batterie ne m'avait pas lâché ce jour là, nous n'en serions pas là. Ah, je maudis la technologie. J'ai envie de crier son prénom et de lui dire. Tout. Mais je n'ose pas et je n'oserais certainement jamais. Comment lui dire qu'à l'instant même où son regard s'est posé sur moi, il est devenu mon monde et bien plus que cela ? Absolument impossible.

Je finis par soupirer et comptais m'éloigner de lui, sans un mot, sans même lui assener un dernier regard. Mais avant de prendre une telle décision qui aurait clôturé toutes les espérances que je continue de garder sur notre relation, je fus marquée par son état. Il semble si différent. Si fatigué. Pas seulement de manière physique mais de manière mentale aussi. Mais peut-être que je me trompe. Après tout, je ne dois pas prétendre le connaître. Cependant, le message qu'il me faisait passer, me surpris et j'en fus quelque peu déstabilisée. Je ne pus même pas me dégager ni même refuser son invitation, que je me retrouvais déjà au bord de leur table.

Un sentiment d'agacement commença à naître en moi avec la question de pourquoi agis-t-il ainsi ? Alors que je le suivais dans le but de récupérer mon plateau et de lui dire d'arrêter son cinéma, j'entendis la jeune fille répondre amicalement et m'adresser un sourire qui semblait plutôt réel. Comment partir alors qu'elle venait de m'accepter ? Rejeter son accueil serait extrêmement malpoli. Me voici donc coincée. Prenant sur moi, je pris place et regarda la dite 'princesse'.

« Merci ! »

Je lui adresse un petit sourire timide avant de regarder mon plateau.
Je vais très certainement passer le plus mauvais repas de toute ma vie.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Dim 8 Nov - 15:06
Les bras ballants, Jannis ne savait plus trop ce qu'il faisait. Ah oui. Tammin venait de s'installer donc il était peut-être temps pour lui de retourner à sa place, en face. Seulement il n'avait pas vraiment les idées claires. Alors quand il ordonna à son corps de bouger ses pieds, il se prit les dits pieds dans une chaise. Il fut déséquilibré et tenta de se rattraper, malheureusement il se prit la cuisse dans le coin de la table et ressentit une douleur aigu.

"Putain !!" s'exclama le jeune homme en serrant les dents.

Il se rattrapa en posant une main sur la table et dans un soupir partit s'asseoir. Au moins le choc lui avait fait reprendre ses esprits. Il ramassa ses baguettes et continua là où il s'était arrêté, c'est-à-dire, porter les sobas à sa bouche. La texture familière de ce plat qu’il adorait tant ne lui apporta cependant aucun réconfort. La tête plongé dans son assiette, il ruminait. Mais qu’est-ce qui lui avait prit d’inviter Mizusaki à sa table ? Il aurait pu très bien l’ignorer et continuer son repas avec la seule compagnie d’Ashley. Ils auraient parlés de leur dernière rencontre. Il l’aurait taquiné et il aurait pu peut-être oublier sa nuit blanche. Mais maintenant que Tammin était là c’était différent. Un silence lourd c’était imposé. Il aurait bien voulu le briser mais ne savait pas quoi dire, les discussions, tout ça tout ça, ce n’était pas vraiment son truc. Il jeta un regard à Ashley, à la limite de l’implorer. Non ça n’allait pas de se reposer sur elle, elle ne connaissait pas du tout Tammin après tout, il l’embarquait dans ses problèmes, ça ne se faisait pas.

Le japonais tournait ses baguettes dans les pâtes, sans en prendre. Il n’avait plus très faim. Que pouvait-il dire pour se rattraper auprès de Tammin ? Il voyait bien qu’elle avait été blessé par son comportement, sinon elle le regarderait différemment. Il aurait aimé lui expliquer son comportement mais il ne savait pas très bien lui-même ce qu’il s’était passé. Mais il devait dire quelque chose, il n’avait pas d’autres choix, il le sentait bien ce malaise qui s’installait. Il ouvrit la bouche.

« Au faites Ashley je ne t’ai pas demandé, ça va depuis l’autre jour ? » fut la seule phrase qui arriva à sortir.

« Ok. Nul. Pourri. Jannis tu es un loser total. » Une phrase d’une banalité sans nom qui risquerait de mettre sa princesse mal à l’aise vu la cuite qu’elle s’était prise. Et puis en lui parlant d’un fait dont Tammin ignorait tout, il l’excluait de la conversation. « Bien joué Jan’ ! C’est sur que c’est en l’ignorant que tu vas te rattraper ! » Pourtant alors que sa tentative pour tenter de briser ce silence lourd entre eux avait lamentablement échoué il avait le sourire aux lèvres et le regard malicieux. Rien que de repenser à la dernière fois qu’il avait vu son amie il se retenait d’exploser de rire. Il se mordillait la lèvre en repensant à la plongée d’Ashley dans la fontaine et à leur course poursuite, alcool en main. L’étudiant avait retrouvé son air un peu gamin, un peu farceur que la canadienne devait commencer à connaitre. Et pour se donner une contenance et éviter de partir dans un fou rire il porta une bouchée de sobas à sa bouche.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Lun 9 Nov - 17:39
Après avoir conduit la demoiselle aux côtés d'Ashley, Jannis entreprit de retourner à sa place mais c'était sans compter sur sa délicatesse et sa discrétion imparable. Il se prit le coin de la table dans la cuisse et ne se gêna pas pour le faire savoir au réfectoire tout entier grâce à un juron, subtil et élégant. Il retourna s'asseoir plus calmement cette-fois et sans encombre. Si ils n'avaient été que tous les deux, elle lui aurait certainement fait une petite remarque quant à sa maladresse mais la fauteuse de trouble était présente et elle avait déjà bien dû sentir qu'elle était la source de ses perturbations, Ashley n'avait pas besoin d'en rajouter une couche. En plus, Tammin avait l'air d'être une fille clairvoyante, elle avait déjà dû s'apercevoir que Jannis avait des réactions un peu bizarres, à moins qu'elle ne soit complètement aveugle ou qu'il se soit toujours comporté bizarre, ce qui dans ce cas – qui paraît un peu plus probable que les autres – expliquerait qu'elle ne soit pas consciente de le rendre plus dingue qu'il ne l'était déjà.


Ils étaient tous installés et un silence pesant planer. Ashley en était un peu gênée car elle devrait dire quelque chose afin que la demoiselle à ses côtés ne se sente pas rejettée ou ignorée puisque ce n'était pas le cas et qu'habituellement, Ashley était quelqu'un de sociable. Elle cherchait un sujet de discussion, quoi que ce soit qui n'exclut personne mais elle n'en trouva pas, même avec le regard suppliant de Jannis. D'ailleurs c'était plutôt à lui d'engager la conversation, c'était en partie de sa faute si ils se retrouvaient tous là, assis silencieusement. La présence de Tammin ne la dérangeait, comme elle l'avait dit, mais ça la déstabilisait un peu. Enfin, le batteur sembla avoir trouvé quelque chose à dire, il était temps parce que si la canadienne comprenait le fait qu'il soit légèrement mal à l'aise, c'était lui qui l'avait convié à leur table.


Grosse déception quand elle entendit qu'il s'adressait à elle au sujet de la dernière fois qu'il s'était vu. Elle replongea dans ses brides de pensées, ayant garder quelques trous de mémoire, et se souvint de l'affreuse journée qu'elle avait passé le lendemain. Jamais elle ne s'était sentie aussi mal, aussi souffrante. En plus, il se foutait d'elle et ne s'en cachait pas vraiment vu le sourire qu'il faisait. Lui devait avoir plus de souvenir et il avait dû bien rire car elle avait rarement fini ivre et ce n'était pas forcément simple de contrôler ses émotions et ses gestes dans un état comme celui.


''Un affreux mal de tête et des heures de sommeil à rattraper.''



Elle aurait pu lui retourner la question, mais cela n'aurait fait qu'accentuer le fait que le garçon ne s'adresse pas à Tammin et ce n'était pas le but de Ashley. Elle tentait simplement de répondre à la question de Jannis en restant le plus vague possible afin de ne pas donner une réponse trop longue pour ne pas véritablement exclure Tammin de toute leur discussion. Ca devait déjà être difficile pour elle de se sentir présente. Et puis, même si elle n'était sûre de rien, il y avait fort à parier qu'il n'avait pas fini aussi saoûl qu'elle. 

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Lun 9 Nov - 18:43
Je ne savais plus trop bien où j'étais ni même ce que je faisais ici.

Sentant la présence de Jannis persister sur ma droite, je décidai de tourner la tête pour le regarder. Peut-être regrettait-il de m'avoir invité ? Attendant la moindre réaction de sa part, je le vis entreprendre un départ, sans doute pour regagner sa place. Départ lamentablement foiré. Lorsque je vis sa cuisse percuter le coin de la table, une grimace douloureuse prit possession de mon visage et j'eus le réflexe de tendre ma main vers lui. Je la rabattis très vite vers moi et le regardai s'asseoir, anxieuse. S'était-il fait mal ? La réponse me paraissait évidente mais je voulais tout de même me la poser. J'étais réellement inquiète pour lui.

Ne voulant pas être celle qui romps le silence, je n'ouvre cependant pas la bouche et me prive bien de lui demander comment il pouvait se porter. Ce n'était pas à moi de le faire, après tout. Je n'avais rien à me reprocher. Lui, si. Il devait être celui qui romprait ce silence, tout comme il devait m'expliquer les raisons de son départ et de son silence inexpliqués. Alors que je repensais à ce qui venait tout juste de se passer, sous mes yeux, l'envie de rire me prit.

Car même si au premier abord, je m'étais inquiétée de l'intensité de la douleur, l'ironie de la situation me rendait légère. Me pinçant les lèvres et baissant légèrement la tête, je retenais donc ce rire qui ne voulait qu'une chose, sortir et évacuer toute la pression qui nous entourait. J'en venais à me demander ce qu'il penserait si je n'arrivais pas à me retenir. Penserait-il que je me moque, ouvertement, de lui ? Il n'aurait pas tout à fait tort. Je prenais cet incident comme une vengeance. La vie lui apprenait à souffrir. C'est méchant ce que je pense mais pourtant, je suis sincère. Il ne l'a sans doute pas fait exprès, de me mettre dans un tel état. Comment pouvait-il se douter que me quitter dans ces circonstances me déprimerait et me ferait mal au cœur ? Personne n'aurait pu s'en douter. Moi, la première. Pourtant, c'est arrivé et je lui en veux à chaque fois que j'y pense.

Je suis fatiguée de lui en vouloir. Mais une partie de moi me demande de ne pas abandonner et d'attendre sa capitulation. Depuis le début, j'ai la sensation de n'être que moi. Seule, à espérer quelque chose qui n'arrivera sans doute jamais. Alors, je voulais le tester. Jouer. Voir si mon silence lui pèserait suffisamment pour le faire craquer et me dire qu'il regrettait. Si seulement, je pouvais avoir un tel pouvoir sur lui. Je ne pense pas en posséder. Notre histoire en serait changée et totalement différente sinon, non ?! C'est du moins, ce que je pense. J'avoue, cependant, que mes pensées sont souvent faussées, ces derniers temps.

L'attente.

Elle est un sentiment quotidien dans ma vie. Je la passe à attendre : un boulot digne de ce nom, une moitié, un rendez-vous, une opportunité... L'attente commence quand il n'y a plus rien à attendre, ni même la fin de l'attente. L'attente ignore et détruit ce qu'elle attend. L'attente n'attend rien. Mes espérances se meurent à mesure que les secondes défilent. Il ne dit rien. Ne ressent-il donc rien ? Il agit pourtant de façon si intempérante et étrange. Et il est là. Silencieux. En train de manger comme si nous étions trois amis affamés et heureux de partager la même table. Ne comprend-il pas que j'ai besoin d'entendre sa voix ? Ce timbre si particulier qui accélère tout en moi et qui me permet d'espérer toujours un peu plus. Cet espoir qui me tue, car il se fout royalement de ce que je peux bien attendre de lui. Que l'on me jette au bûcher, je veux brûler vive. L'attente qu'il m'inflige est sans doute plus dure à supporter que le feu.

'' Qui se nourrit d'attente risque de mourir de faim. ''
Je préfère prendre en compte ce proverbe et me nourrir de ce que mon assiette m'offre si aisément. Le tout, silencieusement, pour ne pas changer les petites habitudes de monsieur. À trop espérer, j'en venais à me faire du mal et plus j'avais mal, plus je nourrissais une haine envers lui. Mais une haine qui se transformait, à chaque fois que je croise son regard, en.. amour ? Non. Impossible. Sinon, je serais déjà, actuellement, follement amoureuse de lui et ce n'est pas le cas. Jamais !

Je crus m'effondrer lorsque je le vis ouvrir la bouche pour s'adresser à sa 'princesse' en m'excluant de la conversation. Il savait bien qu'en posant une telle question, je ne me sentirais pas à ma place. Il est intelligent. Si ça se trouve, il posait une stratégie calculée pour me laisser à l'écart. Peut-être qu'il est en train de jouer, lui aussi. S'il croit que je vais faire l'effort de lui adresser la parole, en première, il se trompe royalement. L'un de mes plus grands défauts mais aussi l'une de mes plus grandes fiertés est d'être profondément rancunière. Et il ne dérogerait pas à la règle.

Je les laisse donc discuter, et maintiens ma tête droite, fière. Je mange et regarde parfois les autres élèves qui sont autour de nous. Je ne lui donnerais aucun plaisir. Comme celui de lui montrer que je suis blessée et que j'ai besoin qu'il s'intéresse à moi. Qu'il aille se faire cuire un œuf. J'aurais pu faire un effort et essayer de prononcer quelques mots. Pour essayer de m’inclure à leur conversation et comprendre de quoi ils parlaient. Mais je trouvais cela incorrect pour la dite 'princesse'. Le sujet semblait l'incommoder, un temps soit peu et je ne voulais pas m'incruster dans sa vie privée.

Le pourrissement de l'attente, l'ennui, ce très cher ami qui me tient compagnie.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Dim 15 Nov - 17:19
Mâchant tranquillement ses nouilles il rigola doucement à la réponse d'Ashley. Réponse courte et évasive. C'est bon... Il avait comprit le message. Ce n'était pas à elle que le jeune homme devait s'adresser. Cependant il n'avait aucune idée de ce qu'il devait dire, de ce qu'il pouvait dire. Cela semblait assez évident mais Jannis n'était pourtant pas sûr à deux cents pour cent que la belle danseuse lui en veuille d'être partis précipitamment. Il n'était sur de rien, ni de l'étrange sensation qu'il éprouvait quand il la regardait, ni de ce que ressentait la jeune femme. Le jeune homme se sentait con, il se souciait de ce qu'elle pouvait ressentir et ne savait pas pourquoi. Il voulait essayé d'arranger le malaise qui s'installait mais ne savait pas pourquoi. Elle était une parfaite inconnue, d'habitude il ne s'en aurait pas soucier une seconde. Mais là c'était différent, il se souciait réellement de son bien-être. Etat-ce pour le moment privilégié qu'elle lui avait fait vivre ? Est-ce que la faiblesse de son corps à cet instant avait aussi affaibli son esprit ? Quoiqu'il ressente, le japonais n'arrêtait pas de se dire que ce n'était pas normale qu'il se soucie autant d'une fille comme elle. C'était frustrant de ne pas savoir ce qu'il ressentait. Il avait pourtant la certitude que ça ne faisait que commencer...

"Je n'étais pas en pleine forme non plus" avoua t-il à demi-mots à son amie.

Jannis tenait bien l'alcool mais cette soirée là, il avait un peu abusé tout de même. Il ne s'était réveillé en grande forme le lendemain, mais encore était-il en meilleur état que en ce jour d'aujourd'hui. Après cet aveu il fixa intensément son bol de soba et y concentra toute son attention. Il se comportait comme un gamin de cinq ans, puis il se souvint qu'il en avait dix neuf et qu'il était peut-être temps qu'il se comporte comme un homme avec Tammin et non pas comme un salaud qui s'en foutait d'elle. Même si il ne savait absolument pas quoi lui dire, rien ne l'empêchait d'entamer une conversation avec elle, tant pis si c'était un sujet banal : l'étudiant devait lui porter de l'attention.

"Tu aimes ?" demanda t-il en désignant le plat de Tammin du bout de ses baguettes.

Bon ok. C'était une question à la con. Cependant on pouvait remarquer qu'il portait une importance toute particulière à la réponse qu'allait lui donner la danseuse, son visage était plutôt neutre mais aussi plutôt sérieux. Une question simple, qui pouvait peut-être énervé par sa simplicité mais cependant efficace non ? Grâce à ça il pouvait en apprendre un peu plus sur elle, sur ses goûts, Mizusaki serait un peu moins une inconnue. Et puis cela n'engageait rien. Cela voulait juste dire qu'il s'intéressait à elle, à ce qu'elle pensait. On ne pouvait supposer rien d'autre qu'un léger intérêt envers sa personne. Le jeune homme ne se foutait pas d'elle, mais il n'était pas obsédé par elle non plus. C'était aussi pour ce convaincre lui-même que l'étrangère ne l'obsédait pas. C'était intelligent, subtil, neutre et.... Et bordel qu'est-ce qu'il aimerait pouvoir se justifier ! Il aurait tant aimé s'excuser, lui expliquer, la rassurer, qu'elle enlève cette ombre de ses yeux, qu'il retrouve le vert éclatant de leur première rencontre ! Jannis se haïssait de ne pouvoir lui parler. Mais le fait est qu'il n'avait rien à lui dire. C'était triste et désolant mais c'était comme ça. Elle ne comptait sûrement pas encore assez à ses yeux pour qu'il trouve la réponse en lui. "Il faut laisser du temps au temps..." De toute façon si Tammln était réellement énervée par sa réaction lors de leur rencontre, il valait mieux que l'eau passe sous les ponts, toute explication serait inutile. Une femme énervée, le charmeur connaissait cela, ce n'était pas vraiment une femme raisonnable. Il valait mieux fermer sa gueule et attendre qu'elle se calme. Et fermer sa gueule, ça Jannis il savait faire. Il aurait même mieux valut qu'il ne l'invite pas à sa table, mais sa réaction avait été inconsidéré, comme la plupart de ses actes depuis un certain temps. C'était un jeune homme impulsif, personne ne changerait cela.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Mer 18 Nov - 14:04
Ashley entendit qu'il gloussa, c'était apparemment plus drôle pour lui de se moquer de son état quelques jours auparavant que d'adresser la parole à Tammin et cela l'amusa et l'étonna. C'était si étrange de le voir agir ainsi, il avait prit l'initiative de se lever, de l'amener à sa table mais aucun mot ne semblait vouloir sortir de sa bouche. La canadienne était si étonné de le voir comme cela, aussi retenu, aussi mesuré, quoique pas entièrement justement, Jannis était excessif. Il la voulait à côté de lui et maintenant qu'elle y était, ne s'occupait pas vraiment de lui. Les raisons de ce désir soudain restaient obscures pour la nageuse et elle se demandait si c'était pour montrer, à tout le monde et personne à la fois, qu'il avait une certaine influence sur la jeune fille, pour ne pas dire un certain contrôle. Ashley était persuadée qu'il aimait cela, avoir de l'emprise mais qu'il devait attendre en même temps que cette personne qui s'était d'abord laissée faire s'émancipe un peu de lui. C'est ce qu'elle comprenait avec ce qu'il l'avait laissée voir de lui, rien n'était jamais sûr avec elle et encore moins lorsqu'il s'agissait de Jannis qu'elle ne connaissait que depuis peu de temps et avec qui elle se demandait toujours comment il la considérait, n'arrivant que très peu, seulement lorsqu'il l'y autorisait à vrai dire, à lire en lui.

Il avoua qu'il n'avait pas été dans le meilleur des états lui non plus et comme elle s'y attendait, elle n'en avait pas le moindre souvenir. En même temps qu'elle se sentait surprise, elle se sentait aussi fière de ne pas avoir été la seule à ne pas repartir sobre. C'était étrangement con car elle se souvenait s'être sentie en sécurité avec lui, et pourtant elle ne devait pas vraiment l'être. Elle n'avait pas non plus envie de se replonger dans les souvenirs de cette nuit-là, pas maintenant au milieu de toutes ces tensions, elle venait seulement de s'en remettre et elle n'avait pas envie que sa migraine revienne. Elle était allée au réfectoire pour souffler un peu, pour se rassasier certes, mais également changer d'air, oublier cette journée.

Le jeune homme reprit la parole, s'adressant cette fois à Tammin. Ashley se sentit enfin soulagée qu'il lui parle, ce n'était pas quelque chose d'important c'était certain, ou de très intéressant mais c'était déjà ça. Elle n'allait pas lui reprocher de ne pas avoir parlé de la dernière côte à la bourse quand même, pour commencer une discussion dans de telles tensions c'était forcément quelque chose de banal et au vu des circonstances, il avait eu raison de ne pas avoir choisi quelque chose de plus original. Si lui semblait un peu perdu dans cette situation, elle, elle avait plutôt l'air de vouloir taire quelque chose qui lui brûlait les lèvres pourtant. Au milieu des deux, Ashley, de plus en plus gênée, attendait impatiemment la réponse de Tammin. Si elle pouvait achever ce silence dont elle est la source, quelques mots, quelques petits mots pour inciter Jannis à continuer. Il fera le reste seul si il se sent un minimum encouragé. Parle, Tammin. Parle ! La nageuse aurait donné tellement cher pour aller s'asseoir ailleurs. Elle ne regrettait pas d'avoir donné son approbation, elle regrettait que Jannis ne l'ait pas prévenu ne serait-ce que quelques secondes avant qu'il ne se lève pour qu'elle prenne ses affaires et qu'elle parte.


Sans vraiment s'en rendre compte, elle avait déposé son regard sur son plat mais il restait vague et vide. Ne fixant rien de plus que son envie de prendre ses jambes à son cou. Ca aurait été tellement simple si elle savait ce que la jeune fille qui était à côté d'elle représentait pour Jannis, elle aurait peut-être pu lui parler. Le mal était fait, le malaise était là, il n'y avait qu'à attendre la réaction de la jeune fille pour savoir si elle devait les laisser seul. Elle se sentait de trop, ils auraient certainement aimé pouvoir parler tous les deux, ou pas forcément parler mais juste passer du temps ensemble, sans personne, et même si elle ne s'était pas incrustée avec eux par égoïsme, elle ne pouvait s'en vouloir d'être là. C'était pourtant simple de se lever et de partir, elle l'avait fait des centaines de fois et le referait à chaque fois qu'elle aurait fini de manger mais là, elle n'avait pas fini et elle se doutait qu'il saurait pourquoi elle s'en allait si elle partait. Et si elle voulait apprendre à connaître la jeune fille pour la prochaine fois, à condition qu'il y en ait une, il fallait bien qu'elle reste pour en savoir plus sur elle et non pas la fuir. 

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Mer 18 Nov - 21:56
Une sincère remise en question. Voilà ce que je m'amusais à faire. Dans mes pensées, je me critiquais et me remettais sur le droit chemin. Principal sujet de cette triste discorde : la danse. Ou plus précisément le concours de danse sur lequel je m'entraîne jour et nuit depuis quelques semaines, déjà. Il m’oppressait autant qu'il m'excitait. C'était difficile à décrire ou même à expliquer. Seuls des danseurs pourraient comprendre ce ressentiment. Nulle autre personne n'en était capable. Du moins, tel était mon avis sur la question.

Bien que mon entraînement soit acharné et que ma motivation reste sans faille, je sentais mon corps se briser à chaque figure que je tentais de réaliser. Il ne me suivait plus. Il ne me portait plus. Rien n'était comme avant. Ce n'était pas question d'une blessure mentale, je suis bien trop 'forte' pour laisser mes émotions me dominer lorsque je parcours un parquet. Non. C'est bien de ma blessure physique dont il est question. Cette blessure causée par cette hystérique au foyer du pensionnat. Osama Hanabi. Comment pouvais-je oublier son nom ? S'il m'était impossible de participer au concours, par sa faute, elle me le paierait très cher. Comment une telle personne a pu porter atteinte à mon corps, de cette manière, de façon si brutale, si violente ? Ma hanche me lance très souvent et lorsque je force, lors de mes entraînements, j'en viens à voir trouble et à me sentir perdre toutes mes dernières forces. Comme si j'étais sur le point de m'évanouir. Comme hier. Heureusement que les filles de ma spécialisation m'ont trouvé et m'ont emmené à l'infirmerie. Diagnostic de cette charmante dame à blouse blanche ? Du repos et du relâchement. Non mais pour qui elle me prend ? Je n'ai pas le temps de me reposer ou de relâcher la pression. L'enjeu de ce concours est bien trop important pour mon avenir ! Je ne peux pas laisser passer cette chance. Et savoir que tout était peut-être terminé avant même d'avoir commencé me mettait hors de moi.

Alors que je serrais mon emprise sur mes baguettes, je regardais au loin, perdue dans le vide qui s'offrait à moi. J'aurais tant aimé parler de tout cela avec quelqu'un. Me confier et savoir que quelqu'un me soutiendrait et m'encouragerait jusqu'à la fin et ce, quoiqu'il puisse m'arriver. Mais je n'étais pas réellement en compagnie d'amis alors il fallait que je me fasse une raison. Je devais subir cette tension, aussi lourde soit elle, et accepter ce silence et cette mise à l'écart sans rechigner. Telle était ma sentence. Celle que je me devais de subir pour avoir suivi Jannis et avoir accepté de m'asseoir à sa table. Enfin à la sienne mais aussi à celle de ''sa princesse ''. Je ne connaissais que son prénom : Ashley. Comment ? C'est une bien longue histoire qui ne m'intéressait guère, actuellement.

« Je n'étais pas en pleine forme non plus. »

Les paroles de Jannis me réveillèrent de mes troublantes pensées et je me remis à manger. Je regardais mon plat et sentis la déception monter en moi. La colère disparaissait peu à peu. J'étais lasse de toute cette histoire. Cette bêtise. Cette connerie qui me minait le moral en fin de journée lorsque j'essayais de trouver le sommeil, tant bien que mal. Encore une fois, il ne s'adressait pas à moi. Jannis, tu me saoules. Voilà ce que j'aimerais lui dire. Mais ce n'était loin d'être tout. Je compte participer au TokyoDance, vous connaissez le concept de ce concours ? Mais ce serait idiot de sortir une telle question, tout à coup. Il me prendrait pour une fille bizarre. Je le suis, bien sur, mais si je pouvais éviter de le paraître devant tout le monde. J'aimerais mieux me tenir à carreaux et rester silencieuse. Oui, voilà. Je dois fermer ma bouche et attendre.

« Tu aimes ? » me demanda Jannis, subitement.

Alors là, il venait de me surprendre comme jamais personne n'avait su le faire auparavant. Tous les sentiments que je pouvais éprouver à cet instant précis, venaient de s'évaporer. L'ombre et la noirceur de mon regard s'évanouirent. Il n'était plus question de notre première rencontre et de son départ précipité. Je n'en avais plus rien à faire, en fait. Je m'en foutais royalement, même. Deux mots. Une seule question. C'est si débile, d'ailleurs, de rompre ce malaise par une telle quémande. Mais aussi stupide que cela pouvait être, ça venait de marcher. Il avait réussi à presque se faire pardonner. Je précise tout de même le 'presque', car je n'en reste pas moins rancunière.

« Euh... ok.. Je... » commençais-je à balbutier, en levant mon regard vers lui.

Je voulais, bien entendu, lui répondre et briser ce lourd silence que je conservais depuis mon arrivée à cette table. Mais il m'avait tellement prise au dépourvu que les mots me manquaient. Ou plutôt ma tête eut du mal à comprendre ce qui était en train de se passer. J'en vins à esquisser un sourire en baissant ma tête. Le verraient-ils ? Que ce soit lui ou bien elle. Verraient-ils que j'étais amusée par la situation mais dans le plus beau sens du terme ?

« Oui, ça peut aller. Ce n'est pas mauvais. » commençais-je à répondre, en relevant la tête pour faire face à son regard. « Mais j'avoue que c'est loin d'être ce que je préfère. Les sobas sont mangeables mais ils ne valent pas les ramen ! »

Sur ces derniers mots, je posai une main sur mon ventre et me le frotta doucement.

« Hmm.. Les ramen ! »

Je ne pus qu'afficher un beau et grand sourire en imaginant un bol empli de pâtes dans un bouillon à base de viande et assaisonnée au miso. Un pur délice !

« Celles de mon père, surtout. Un met tout bonnement parfait. Oui. C'est le mot. Une perfection de l'art culinaire japonais. D'ailleurs, j'ai cru en voir dans le libre-service lorsque je devais choisir mon plat du jour. Si la dame de cantine ne m'avait pas pressé et ne m'avait pas asséné de remarques désobligeantes sur mon casque et ma musique, j'aurais très certainement pris le temps d'en prendre. Mais vu que j'ai attrapé un plat qui se trouvait sous ma main, à la hâte, pour la fuir... »

Je me rendis compte que j'avais trop parlé. À quoi penserait-il ? C'est dingue, pourquoi est-ce que je pense toujours à ce que Jannis va penser de ce que je fais ou dis ? Il n'est pas tout seul, je dois arrêter de ne voir que par lui. À quoi penseraient-ils, tous les deux ? Je n'aurais pas du parler autant, de moi. Il fallait que je me rattrape.

« Et vous ? Vous aimez ? » lançais-je, en souriant doucement.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Sam 21 Nov - 17:16
"Elle va pas me répondre" Intense moment de suspens et d'hésitation. "J'aurais jamais du l'inviter à cette table" Elle relève ses yeux, ses deux océans turquoises, cette eau calme et infini où se reflète les lumières des néons, comme des petites étoiles filantes qui traversent son regard. Et Jannis a un voeu. "Je souhaite qu'elle me réponde".

« Euh... ok.. Je... »

Les deux étudiants ont tous les deux l'air aussi surpris du son qui sort d'entre les jolies lèvres de Tammin. Une phrase qui est loin d'être une réponse, mais contrairement au jeune homme elle a l'air de s'exprimer même quand elle n'a rien à dire.

« Oui, ça peut aller. Ce n'est pas mauvais.  Mais j'avoue que c'est loin d'être ce que je préfère. Les sobas sont mangeables mais ils ne valent pas les ramen ! »

Cette phrase aurait suffit mais dans sa lancée elle continue, continue. Elle parle et le musicien écoute sa jolie voix. Il l'écoute et il la regarde, avec ces yeux remplis de gentillesse, de sympathie. Il s'intéresse réellement à ce qu'elle dit. Il la trouve vraie, franche, amusante. Le jeune homme a déjà pu observer que quand on demandait son avis à la danseuse elle ne le donnait pas qu'à moitié, elle ne restait pas en surface, expliquait le fond de sa pensée. Point A, point B, point C, argumentation, justification, conclusion. Ou alors n'était elle comme ça qu'en présence du beau brun ? Une sorte de gêne qui ferait passer ses pensées directement par sa bouche ? Jannis ne trouvait pas qu'elle était gênée, ni qu'elle en disait trop. Par une question anodine il arrivait à mieux la cerner, à la connaître ne serait-ce qu'un peu plus et là résidait leur plus grande différence.

Il était mystérieux et silencieux. Même avec un violent interrogatoire il était très difficile de savoir ce à quoi le jeune homme pouvait bien penser. Toujours perdu dans ses réflexions, il regardait le monde depuis sa bulle, l'analysait, le compliquait, le simplifiait mais tout lui restait très personnelle. Il n'aimait pas vraiment que les gens sachent ce qu'il pense, ce qu'il ressent. Ni ce qu'il avait vécut et quel genre de garçon il était. Pour lui c'était une faiblesse. Il avait un caractère assez complexe et il était loin d'être parfait, en parlant le moins possible en restant dans cette chape de silence qui l'entourait il laissait l'imaginaire des autres se développer. Son entourage se fabriquait en quelque sorte un Jannis idéalisé... ou pas. La vérité c'est que ça le faisait flipper qu'on puisse le connaître, anticiper ses actions, ses pensées ou ses paroles, tout simplement parce que lui-même ne pouvait pas anticiper ce qu'il faisait, pensait ou disait. En conclusion, moins il parlait mieux il se portait.

Or ça n'avait pas l'air d'être la cas de Tammin. Il la connaissait depuis peu mais selon lui elle était plutôt dans le genre bavarde. Pas non plus à l'excès. Mais parler d'elle ne la dérangeait pas, du moins de ce qu'elle pensait. Parce que pour l'instant il ne connaissait rien d'autre d'elle que ses opinions sur comment il jouait de la batterie et sur le fait qu'elle préfère les ramens aux sobas. Ah, et qu'elle avait un père donc. Il avait aussi pu juger qu'elle dansait merveilleusement bien. Et quand elle avait danser, à ce moment là elle s'était vraiment révélée. Le batteur repensait à ce moment magique où il avait pu l'accompagner au piano. Il remémorait ces mouvements, sa grâce, tellement de beauté et de poésie en quelques minutes que ses yeux en auraient pleurés. Il voulait retourner à cet instant où tout était encore parfait. Et sans complexe : elle qui s'élance sur la "piste".  Si seulement... Mais le temps avait été impitoyable et maintenant il était là et il devait faire de cette discussion un moment aussi inoubliable que leur première rencontre. Non. Ce n'était pas possible. Disons qu'il devait faire le nécessaire pour que ce ne soit pas un moment trop désagréable à passer.

Jannis rigola doucement.

"C'est vrai qu'elle est emmerdante celle-là." avoua t-il en levant les yeux au ciel.

Ceci-dit, il n'avait pas trop de problèmes avec la cantinière parce qu'il lui faisait peur, mais il ne supportait pas sa vue. Elle était de ces personnes qui étaient autoritaires avec les autres parce qu'elles avaient ratés leurs vies et qu'elles ne pouvait pas supporter d'être au service de ces jeunes avec un avenir tout beau, tout riche devant eux.

"Cependant je dois te contredire. Je n'ai jamais goûté les ramens de ton père, et je ne doute pas de ce que tu dis. Mais les sobas mon dieu ! C'est sur ça peut paraître simple quand c'est cuisiné comme ça, mais quand c'est bien cuisiné c'est le meilleur plat au monde !" s'exclama t-il, soudain bavard, sûrement influencé par la jeune fille.

"Quand ma mère m'en faisait..."

Sa voix baissa. Il enfourna une bouchée de pâte dans sa bouche pour se faire taire et reporta son regard sur son plateau. "Et merde, putain mais ta gueule !" Il jeta un coup d'oeil à Ashley, comme si il passait son tour. Tammin s'était adressée aux deux, elle pouvait parler maintenant. Non, elle devait parler. Effacer la connerie qu'il venait de dire. Il n'avait pas voulu parler de sa mère, il n'en parlait jamais. Ses mains se serrèrent sur ses baguettes, il était en colère contre lui-même. A trop parler il avait finit par évoquer son passé sans réfléchir. Il en était venu à ce souvenir, à ce goût, celui des plats que sa mère lui préparait quand il était petit. Et évidemment la phrase était sortie toute seule et il l'avait tout de suite regretté. Il ne voulait pas se lancer sur le sujet.

Même si il devait se forcer, Jannis garda un semblant de sourire sur le visage. Comme si ce qu'il venait de dire n'avait pas d'importance. Mais ça en avait. L'important c'est que les deux jeunes filles en face de lui croient que ça n'en avait pas.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Dim 22 Nov - 15:32
La conversation semblait s'être lancée grâce à la question anodine de Jannis et Ashley était soulagée que l'effort de son ami est porté ses fruits et que la demoiselle qui n'avait jusqu'alors presque pas parlé s'ouvrait enfin. Elle parlait de choses qui semblaient aussi banales mais elle en parlait avec une telle détermination que le sujet semblait beaucoup plus intéressant que ce dont Ashley avait imaginé. Si elle avait été à la place de la demoiselle, elle se serait contentée que d'un oui ou d'un non, et c'était peut-être pour cela qu'elle ne serait à une place semblable de celle de Tammin. Précise, cette réponse semblait autant satisfaire la canadienne que le garçon qui ré-enchérit presque aussitôt. Il parlait aussi avec intêret et étonnament beaucoup. Tammin semblait avoir une bonne influence sur le garçon, enfin, lorsqu'elle parlait car quelques instants auparavant, elle ne parlait pas et lui non plus, ce qui les laissaient dans une situation plutôt complexe. Sans réelle certitude, elle se doutait bien qu'ils attendaient l'un de l'autre que ce soit l'autre qui ouvre la conversation, et cet ''autre'' avait été Jannis. Il s'arrêta de parler, en plein milieu d'une phrase. Si Ashley, d'un regard, allait l'encourager à continuer sur sa lancée, qu'elle l'écoutait et qu'elle était, sans raison, certaine que Tammin l'écoutait aussi, elle comprit lors de la rencontre de leur regard qu'il voulait qu'elle parle. Elle n'avait pas du tout anticipé le fait qu'à un moment elle aurait à parler, et encore moins à cet instant, persuadée que Jannis n'aurait pas fini.  


Semblable au regard qu'il lui avait lancé à la caisse de cette petite boutique, le soir où ils avaient acheté de l'alcool, elle sentit toute la panique et la détresse de Jannis. Si ce soir là il avait reprit les choses en main, il lui confiait qu'il n'en avait pas la possibilité cette fois-là. Prenant son courage à deux mains pour tirer Jannis d'un certain malaise ou d'une situation qui lui était inconnue, elle ouvrit la bouche et laissa quelques secondes avant de trouver les mots pour commencer à parler. 

''Je connais rien à la cuisine japonaise donc je ne connais pas les ramens mais j'aime bien les sobas, elle s'arrêta un peu là, se demandant si elle en avait dit assez ou pas mais elle reprit, afin de changer de sujet. Tu es au Japon depuis longtemps ?''

Elle tourna le visage vers celui de Tammin en regrettant déjà cette question parce qu'elle pouvait être née ici et avoir un visage d'occidental, c'était complètement absurde comme question mais au moins, elle avait tenté de mener la jeune fille sur un autre sujet mais qui pourrait tout autant intéresser Jannis. Elle s'était aussi sauvée en même temps, d'un côté, puisqu'elle n'avait pas menti : elle ne connaissait vraiment rien à la cuisine japonaise excepté les sushis. Cela lui permettait de changer de sujet, peut-être vers un où elle pourrait un minimum participer, au lieu de se contenter d'écouter des noms de plat qu'elle ne connaissait pas. Même si au départ ce n'était pas dans ses plans de participer grandement à la discussion, cela serait quand même un passage plus ou moins obligatoire alors valait mieux pour elle, trouver quelque chose dont elle n'était pas totalement inconnue. 

C'était de sa faute aussi. Son départ pour le Japon avait été prévu un an avant qu'elle n'y aille vraiment et elle s'était contentée d'apprendre la langue, sans prêter beaucoup d'attention à la culture, aux coutumes ou à la cuisine. Elle avait atterri à Tokyo et découvrait jour après jour de nouvelles choses. C'était ridicule de partir dans un pays à la culture totalement différente de la notre sans s'en soucier et pourtant c'était ce qu'avait fait Ashley, en plus, elle n'était pas accompagnée, ne connaissait personne alors elle avait dû se débrouiller seule. Heureusement, le pensionnat semblait accueillir beaucoup d'étrangers, en tout cas, beaucoup plus que ce qu'elle avait imaginé et elle se sentait un peu moins seule même si elle n'avait parlé à très peu d'entre eux. 

Il ne restait donc à Ashley d'espérer que Tammin lui réponde et ne s'attarde pas trop sur le comportement de Jannis plutôt étrange, indéniablement. Si elle ignorait la canadienne, en plus de se sentir vexée, elle aurait aussi l'impression d'avoir échoué et ne pouvait donc qu'imaginer la déception de Jannis de voir qu'Ashley n'avait même pas réussi à détourner la discussion qui semblait le déranger. Si il lui reprochait déjà assez souvent de manquer de confiance en elle, Tammin était en position de détruire le peu d'assurance qui lui restait si elle ne daignait pas porter d'attention à la petite brune, sortie de son silence uniquement sur la sollicitation silencieuse du jeune homme. 

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Six
Classe : Cinquième B
Spécialisation. : Danse
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Serveuse dans un bar le week-end et parfois après les cours
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 287
Okane (お金) : 428
Points. : 10
Date de naissance : 13/04/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Arts du Spectacle.
Tammin Mizusaki
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Dim 22 Nov - 17:03
Il me regardait. Le contact a perduré pendant tout le long de mon discours. J'avais comme la sensation qu'il s'intéressait sincèrement à ce que je pouvais lui raconter et cela me plaisait. Beaucoup même. Rares sont les personnes à me donner un quelconque intérêt.

« Ah ! Je ne suis pas la seule à le penser ! Rien que la voir, ça me... »

Je me vis tendre mes mains devant moi et les serrer, avant de les secouer légèrement.

« Brrr... Je ne l'aime pas ! »

Je relâche l'étreinte et repris mes baguettes pour manger une nouvelle bouchée. Ce simple geste me calma automatiquement et je pus sortir cette affreuse femme de mon esprit. Et c'est alors qu'il enchaîna sur ce que j'avais bien pu leur raconter. J'étais surprise. Non pas, vraiment, par le contenu de sa réponse mais plutôt par le débit de cette dernière. Il semblait, comme, prendre exemple sur moi. Cela me fit sourire. J'aimais l'idée qu'il parlait ainsi en ma présence, car je possédais une quelconque influence. Je me fais très certainement des films, comme à mon habitude. Mais qu'importe, ce moment est bien trop beau pour que je ne le gâche avec mes pensées pessimistes.

« Alors là tu rêves ! » ais-je enchérie, directement.

Ma spontanéité me fit même rire. Pas un rire dissimulé ou gêné. Non, actuellement s'en était fini de celui-là. Je venais de leur offrir mon véritable rire. Celui qui ne sort que quand je suis réellement amusée ou assez heureuse par ce qui m'entoure. Tel en était le cas. Cette discussion m'amusait autant qu'elle me rendait heureuse. J'avais tant besoin d'un tel contact depuis mon arrivée. D'une telle naïveté dans de tels propos incohérents et étonnants. Et je venais de trouver la totalité de mes attentes en une seule et même personne. J'ai tellement envie de mieux le connaître, car je sais que c'est lui. Lui et personne d'autre qu'il me faut, actuellement.

« Tu tiens de tels propos car tu n'as, en effet, pas goûté les ramen de mon père. Tu changeras d'avis lorsque ce sera fait ! D'ailleurs, je te mets au défi de conserver les sobas en meilleur plat du monde lorsque tu auras goûté la spécialité de mon paternel ! » lui dis-je, en souriant franchement.

Je pointais une baguette vers lui, comme pour accentuer ma mise au défi. Cette situation m'amusait tellement. Je ne pouvais m'empêcher de sourire. De rire aussi. C'est dingue. Comment fait-il ? Alors qu'il y a encore quelques minutes, je lui en voulais à mort. Me voilà pimpante, heureuse, fraîche et ouverte comme jamais je ne l'ai été. Je ne me suis encore jamais véritablement, et totalement, comportée ainsi avec quelqu'un de ce pensionnat. S'en était une preuve de plus. Oui. Une de plus. C'est lui. Cela ne pouvait en être autrement. Je me laissais bercer et envahir par mes idées reçues et mes espérances. Le fait de me tromper ou d'être blessée m'importe peu. Je veux juste croire au bonheur. Quel mal y a t-il à croire que c'est lui qui me le donnera ?

Il n'y en a aucun.

Je l'entendis enchaîner et son début de phrase me percuta de plein fouet. Son intonation, le temps employé.. Serait-ce que je crois ? Aborder, même légèrement, le sujet semblait l'avoir éteint tout à coup. J'eus envie de lui prendre la main, de lui sourire et de lui dire que la mienne aussi était bonne cuisinière autrefois. Comme une marque de soutien pour lui faire comprendre qu'on n'avait pas en parlé, que je comprenais déjà tout. Mais je sentis son regard se poser sur Ashley et je compris qu'il voulait vraiment éviter ce sujet, alors je ne fis rien.

Je me suis tournée vers Ashley et j'ai ainsi poursuivi :

« Bien entendu, je te ferais également goûter les délices de mon père. Cela va de soit. »

Un silence suivit mes paroles. La raison ? Ashley et moi, venions de parler en même temps. Cela me fit rire et je dus baisser la tête pour me reprendre avant de la relever et de la regarder, en souriant. C'est trop fort !

« C'est ce qu'on appelle être sur la même longueur d'onde. »

Je me sentis ensuite secouer la tête, amusée par cette nouvelle situation imprévue.

« Ah non alors ! Ttt-ttt-ttt ! Ça va pas du tout, va falloir que j'arrange ça ! Il faut absolument que je t'emmène dans les restaurants que je connais, alors. Tu verras, tu seras incollable sur la cuisine japonaise. »

Je continuais de sourire avant de boire un coup. C'est alors que sa question me revint en mémoire et je dus alors poser mon verre pour lui répondre. C'est la moindre des choses, après tout.

« Non, je trouve même que mon arrivée est encore très récente. Ça doit faire... »

Je pris un temps de réflexion rapide.

« Trois mois je dirais, je ne compte pas vraiment en fait ! »

Je fis un léger sourire en coin et haussa mes épaules. Je pus finir mon verre et avaler une autre bouchée avant de tilter et de les regarder, tous les deux. Les regards qu'ils se lancent les rendent complices. Et je dois bien avouer que ça m'énerve assez. Mais elle paraît sympathique alors je ne dois pas la mettre à l'écart. Ça ne se fait pas. Même si leurs paroles silencieuses me dérangent et me rendent légèrement jalouse. Légèrement, seulement, je précise.

« Et vous, ça fait combien de temps ? »

Encore une fois, je pose une question au vouvoiement afin de ne privilégier personne.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Because of you
Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : /
Classe : Cinquième M
Spécialisation. : Batterie
Situation amoureuse : Rarement célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Peut-être un dernier ?

Messages : 143
Okane (お金) : 129
Points. : 10
Date de naissance : 28/03/1996
Age : 21
Les p'tits liens. : Présentation
Fiche de rp
Fiche de lien
Twitter
Musique.
Jannis Suoh
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Dim 22 Nov - 18:24
Et elle parlait et elle riait. Son rire était si pure, si franc, comme si elle était heureuse. Lui l'enviait du bonheur qu'elle dégageait, comment y arrivait elle sans même avoir goûté une goutte d'alcool ? Il jalousait cette joie qui sortait d'elle, elle en rayonnait, elle était un petit soleil qui l'éclairait. Lui qui n'avait jamais su rire comme cela. Il s'appropria cette chaleur, cette vie qui habitait la belle danseuse. Il en profita par procuration.

"Est-ce une erreur de faire ça ?"

N'y avait il pas droit après tout ? L'orphelin s'était toujours contenté de sa vie sans jamais vraiment s'en plaindre. Mais rire comme ça, sans qu'aucune substance n'agisse sur son cerveau, il ne connaissait pas. Il avait déjà rit tout de même, dans sa jeunesse quand il était encore insouciant ou quand il était avec sa petite soeur parce que son insouciance à elle le touchait, mais seul il n'y arrivait plus. La vie commençait à l'épuiser.
Il pouvait sourire franchement aussi, comme quand il était avec Ashley mais ça s'arrêtait à un sourire de gamin farceur. Si il n'arrivait pas à trouver suffisamment de bonheur dans sa vie pour en rire, n'avait il pas le droit de profiter du rire des autres ? Voir les personnes qu'il appréciait être heureuses, c'était ce qui lui importait le plus.


Jannis se taisait. Plongé dans la contemplation de son plat, il écoutait d'une oreille plus au moins attentive ce qu'il se passait autour de lui. Les deux jeunes femmes avaient commencés à parler entre elle, une phrase attira son attention. Oui, c'est vrai. Il l'avait un peu deviné qu'Ashley n'avait pas une grande culture du monde oriental. Cependant là elle l'avouait. Il remédierait à cela plus tard. Son regard passait désormais de la canadienne à la danseuse. Le jeune homme écoutait distraitement leur conversation, s'intéressant à certaines paroles. Son amie finit par en arriver sur un nouveau sujet de discussion et il lui en était reconnaissant. Tammin sembla ne pas relever la phrase bizarre qu'il avait sorti ou alors elle était assez intelligente pour voir qu'il ne voulait pas en parler. Ce fut un soulagement pour lui. Ce n'était pas décidément le genre de sujet de discussion qu'il voulait aborder à table, ça n'aurait d'effet que de lui couper l'appétit et il détestait ne pas finir son assiette.

Alors que la belle aux yeux verts réfléchissait au temps qu'elle avait passé au Japon, Jannis prit son verre et but en la regardant légèrement. Il faillit tout recracher. Le liquide s'engouffra un peu dans ses poumons et il se retrouva à étouffer. Il toussa de manière peu sexy, portant tout de même sa main à sa bouche pour éviter d'arroser ses voisines. Il se plia en deux en se tournant vers le sol. Quand il relava la tête après une bonne quinte de toux, son visage était un peu rouge et ses yeux légèrement humide.

"Pardon ???" cria t-il presque, l'air choqué.

Il avait du mal à entendre. Non... Si ? C'est pas vrai que Tammin le prenait pour un étranger tout de même ? D'accord il avait des origines canadiennes mais c'était un pur japonais dans l'âme ! Il détestait quand les gens en doutait. Il se sentit un peu comme souillé par sa question.

"J'ai l'air de venir d'ailleurs ? Je suis japonais hein !" déclara t-il en souriant un peu.

Mais il n'en restait pas moins vexé. Ok. Elle avait aussi parlé à Ashley mais tout de même ! Si il n'avait pas la tête du bon japonais de base, ça voulait dire qu'il n'en était pas un ?

"C'est quoi ses clichés ? J'ai pas votre accent pourri quand même !" dit il d'un ton léger mais qui se voulait tout de même reprochant.

"Mais merde à la fin, je suis toujours pris pour un étranger." se lamenta le jeune homme comme pour justifier sa réaction légèrement disproportionnée.

"Ça fait dix-neuf ans que je suis ici Tammin, pour répondre à ta question. J'ai jamais quitté le pays." avoua t-il avec un beau sourire.

Dans d'autres circonstances, avec d'autre gens, il se serait sûrement vraiment énervé. Mais en compagnie des deux demoiselles ça lui était impossible. Il les appréciait trop pour ça. Et puis ils étaient à table, il y avait une bonne ambiance qu'il ne voulait pas gâcher. En fait la situation l'amusait plus qu'autre chose, vraiment. Il se sentait bien.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ] Dim 29 Nov - 16:07
La conversation se poursuivait d'elle-même, Jannis et Tammin poursuivant, relevant chacune de leur remarque, se répondant mutuellement dans la plus grande des simplicités. Le sujet n'était pas très original mais parler nourriture semblait les ouvrir, c'était ça le plus important. Ils se parlaient, c'était déjà ça et même s ce n'était pas le sujet le plus pertinent, ça leur permettait de rire, de se décontracter un peu. Certes, le sujet qu'ils tentaient tous les deux de taire n'étaient pas évoqué et la cause de cette intense tension qui les habitait n'était pas désignée, la solution n'était donc pas trouvée, cela ne les avançait pas vraiment pour finir. Peut-être qu'en réalité, ils n'en parleraient jamais, qu'ils se mettront d'accord silencieusement, plus jamais ne reparler de cela, oublier simplement.

Tammin parla en même temps qu'Ashley ce qui fit sourire cette dernière tandis que l'autre paraissait tout aussi amusée. La canadienne était rassurée de voir que la jeune fille ne la détestait pas et qu'elle lui parlait normalement, sans sarcasme ou arrière-pensée visant à lui faire savoir qu'elle devrait dégager pour les laisser seuls. Appelé cela une victoire était peut-être un peu trop exagéré mais ce fut vraiment un réel soulagement, un sentiment de progrès s'installa dans sa tête. Elle fut même surprise que Tammin veuille l'inviter. Elle ne dit rien, tut cet étonnement mais elle nota qu'elle refuserait quoi qu'il arrive. Ce n'est pas parce qu'elle avait invité Jannis avant qu'elle devait se sentir obligée de l'inviter. Elle n'était personne l'une pour l'autre, leur seul et unique lien se limitant à Jannis. C'est par lui qu'elle se connaissait, et encore, dire qu'elles se connaissaient était exagéré, elle savait qui elles étaient oui mais eles ne savaient rien pour l'une sur l'autre. Si Ashley savait maintenant que le père de Tammin faisait des ramens et qu'apparemment ils étaient bons mais il y avait un problème, la canadienne ne savait pas ce qu'était des ramens. Comme elle leur avait dit, elle ne connaissait pas grand chose de la culture japonaise, et la gastronomie faisait partie de ses ignorances. D'ailleurs, de sa douce et claire voix, Tammin montra son mécontentement quant à la faire découvrir la cuisine jaonaise en lui disant qu'elle l'emmènerait dans des restaurants japonais. Sans vouloir paraître méchante ou pessimiste, Ashley se doutait bien que Tammin ne l'emmènerait nulle part, pour la simple et bonne raison qu'elles n'étaient pas amies et que la jeune fille avait certainement sû dire ça pour faire plaisir, par gentillesse, pas par envie.

Elle ne pouvait pas lui en vouloir, elle n'était rien pour elle à part l'amie de Jannis. Cela aura peut-être un peu d'importance si le garçon en avait aux yeux de la jeune fille, si ce n'était pas le cas, alors Ashley resterait toujours une demoiselle inconnue et inintéressante. Ce n'était pas un reproche, elle-même ne s'occuperait pas d'elle si elle était à sa place et elle se demandait encore ce qu'elle faisait là, assise à la table de Jannis, lui qui était si différent qu'elle et pour qui, pourtant, elle avait déjà beaucoup d'affection. C'était très paradoxal parce qu'elle l'appréciait déjà bien plus qu'elle ne l'avait imaginé et elle se doutait que ce n'était pas réciproque alors elle se refusait de se dire qu'il comptait pour elle. Seule dans sa chambre, elle refusait de se dire qu'elle lui laissait même la plus infime des places parce qu'elle avait des doutes quant au fait qu'il se considère comme son ami, chose qu'il était déjà pour elle mais qu'ell ne lui avait jamais clairement dit. Elle savait qu'elle devrait lui dire pour justement savoir mais tant qu'elle ne le savait pas, elle ne se sentait pas entièrement rejetée, si jamais il lui disait qu'il ne se considérait pas comme son ami, qu'ils n'étaient rien l'un pour l'autre, elle serait obligée d'en être consciente et ça, ça la blesserait. Pour finir, c'était un comportement un peu égoïste, restait ignorante pour ne pas se sentir rejeter.

Tammin finit par répondre à la question qu'Ashley avait posé en même temps que son ''invitation''. En effet, elle était arrivée récemment, un peu après la canadienne en fait. D'ailleurs, la jeune fille leur retourna la question mais Jannis répondit rapidement. Enfin, répondre et s'étouffer. Il s'étouffa d'abord, certainement surpris par la question de Tammin puisqu'il s'empressa de rajouter une fois calmé, qu'il n'était pas un étranger et qu'il était bel et bien un japonais. Il ajouta aussi qu'il n'avait jamais quitté ce pays et s'attaqua à l'accent ''pourri'' des demoiselles. Ashley se mit à rire légèrement pendant les plaintes de son ami, se retenant de rire à gorge déployée. Jannis n'avait vraiment rien d'un japonais indéniablement mais il avait raison, il ne fallait pas se fier aux clichés mais c'était tellement difficile à imaginer, surtout vu le nombre d'étrangers au pensionnat.

''On ne doit pas vraiment avoir un accent pourri puisqu'on sait se faire comprendre, commença-t-elle en souriant. Ca fait cinq mois je suis là, je pense plutôt bien m'en sortir.''


C'était bien la première fois qu'elle ne se rabaissait pas complètement. Ce n'était pas non plus un éloge qu'elle se faisait d'elle mais elle avait raison, elle se faisait toujours comprendre et comprenait globalement tout ce qu'on lui disait. Même pendant les cours, elle ne manquait pas cruellement de vocabulaire, certes elle demandait à certains de ses camarades des définitions ou des synonymes pour quelques mots, ensuite elle les notait dans un petit carnet afin de ne plus avoir à redemander. En plus, Jannis l'avait toujours comprise, peut-être qu'il avait dû faire des efforts mais elle s'en sortait quand même plutôt bien, sans aucune prétention. 

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ]
Revenir en haut Aller en bas

Des enfants ? Non. Mais entre sobas et jolis gueules, tu feras ton Swan. [Jannis - Ashley -Tammin ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» LES DEUX DERNIERS BEBES DE PREVAL NE SONT PAS DES ENFANTS NATURELS......
» Tu m'énerves !!! Mais, je ne te hais pas pour autant...[Renji]
» Dana ~ il n'y a pas de destin, mais ce que nous faisons
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» [BloodBowl] Mon équipe : Les enfants du Curé...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Miyusaki. :: Aile Est. :: Réfectoire.-