RSS
RSS



 

Partagez|

[TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: [TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ] Lun 2 Nov - 20:38
Quittant la salle de classe, je me suis dirigé vers l'aile ouest du pensionnat, dans le but d'atteindre la salle des professeurs. Bien habillé, je sentais quelques élèves me regarder et cela me satisfaisait au plus haut point. Pour autant, je ne leur adressais pas le moindre regard, pas la moindre attention. L'ambiance de Miyusaki est lourde et bien trop pesante. La mentalité de ses pensionnaires est à l'opposé de la mienne. Je ne m'y sens pas vraiment à ma place. Si je reste, c'est seulement pour l'argent que j'y gagne et le partage de cette passion qui me fait vivre, depuis près de trois années.

Les élèves sont tous bien trop sérieux pour qu'une possible entente se crée. Seuls ceux des classes D peuvent prétendre vivre sur le même chemin que moi. Eux et ceux qui étudient en spé 'tatoo' bien entendu. Cette si grande fierté à être meilleur élève que les autres m'exaspérait dans un sens et c'est ce ressenti qui me faisait passer de moins en moins de temps dans les couloirs du pensionnat. Les élèves qui méritaient que je m'en intéresse, possédaient mon numéro et l'adresse de mon salon. Aussi, il leur était possible de me rendre visite ou de me contacter comme bon leur semble et je pouvais ainsi leur apprendre ce qu'était réellement le métier de tatoueur.

Me faufilant parmi quelques élèves, je finis par atteindre ma destination et entra donc dans la salle des professeurs. J'allai poser mon sac en bandoulière sur une table et me servis un café. Je me mis à regarder par la fenêtre, pendant que la machine me préparait ma boisson, et je me suis surpris à plus regarder mon reflet que le paysage. Ce gel dans les cheveux, cette coiffure, cet air sérieux et cet accoutrement ne me correspondaient tellement pas. Pourtant, je m'amusais à jouer le rôle de ce garçon froid et distant, de cet intervenant difficile à approcher et rempli de mystères. Mes 'élèves' me connaissaient, eux. Ils savent très bien ce que je suis et c'est cette vérité qui nous rapprochent et qui me fait les aimer, les protéger.

Je me mis à sourire en coin quand je pensais à ce qui m'attendait, une fois, que je finirais mon café et que je quitterais cette pièce. Mon rôle d'intervenant sera achevé pour la journée et je pourrais retrouver ma bande de potes et aller m'éclater comme seuls nous, le savons faire. La vie est un immense terrain de jeu et j'en suis l'un des meilleurs joueurs. Je la croque à pleine dent et profite de tout ce qui m'est offert. Et je vais bien profiter de mon temps libre pour pratiquer ce que je sais faire de mieux. Ainsi est la vie. Ma vie. Partagée entre mes frères et mon travail.

La machine me sortit de mes rêveries et j'attrape ma tasse. Je bus une gorgée avant de la recracher dans le lavabo mis à disposition. Dégueulasse. Comme toujours. Quand comprendront-il que leur café est infect ? Lorsque l'un de nous, mourra ? Je jette le café qu'il me restait et vais ramasser mon sac. Il y a vraiment tout à refaire, ici. Si j'avais été le directeur de ce pensionnat, tout tournerait autrement. Mais au plus grand bonheur de tout le monde et surtout de moi-même, tel n'était pas mon métier dans la vie. Le mien est d'écrire des histoires et de les graver, de façon éternelle.

' Car chaque tatouage devrait signifier une part d'histoire dans nos vies. '

C'est ce que je sors sans cesse à mes 'élèves', si bien qu'ils le disent, à chaque fois, en même temps que moi. Elle est devenue, un peu, ma devise. La leur, aussi, par la même occasion. Elle devrait même le devenir pour la totalité des tatoueurs. Elle l'était pour mon maître.

Pressé de quitter ces murs, je sortis de la salle des professeurs à la hâte et quelle ne fut pas ma surprise de me sentir percuter quelque chose de manière plutôt violente. Quelque chose ? Non, je dirais plutôt quelqu'un. On venait de me rentrer dedans et c'est en baissant légèrement la tête que je vis devant moi une élève qui semblait, un peu plus sonnée que je ne l'étais.
Je lui tendis ma main pour l'aider à se redresser et lui adresse un sourire compatissant.

« Je suis désolé, j'aurais du faire un peu plus attention. Tout va bien ? »

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ] Jeu 5 Nov - 23:22
Ashley se sentait libérée de cet ennuyeux cours. La voix de son professeur était bien trop soporifique pour qu'elle puisse rester concentrée plus d'une dizaine de minutes, après cela elle rentrait dans un état léthargique et si elle n'utilisait pas tous les stratagèmes qu'elle pouvait pour garder les yeux ouverts, il n'y aurait aucun doute qu'elle plongerait dans un profond sommeil. La première fois qu'elle l'avait entendu, elle l'avait directement lié à une berceuse. Sa voix n'était pas mélodieuse mais elle endormait les élèves présents comme les mamans faisaient avec leurs enfants. Doucement, elles les embarquaient dans le tout pays des rêves où tout est beau et facile, en leur promettant à travers de douce caresse qu'elle les protégerait tout au long de leur vie. Bien sûr le professeur ne les caressait pas, ne les protégeait, il les envoyait seulement vers d'autres cieux, bien loin, bien trop loin de la salle de classe dans laquelle ils sont censés apprendre. En plus de parler de façon à les endormir profondément, il était tout sauf rapide alors il les avait gardé un peu moins de dix minutes pour leur dire d'apprendre leur leçon et de bien refaire les exercices, chose que faisait rarement Ashley puisqu'elle n'en avait besoin pour avoir d'assez bonnes notes. Ce n'était pas excellent forcément, mais sans faire aucun effort, elle s'en sortait plutôt bien. 

Après cette heure de cours où elle n'avait rien fait à part songer à ce qu'elle ferait ce soir, à quelle heure elle se rendrait à la piscine, elle se rendit à la bibliothèque. Elle avait une recherche à faire, en tirer une définition et l'imprimer. Comme elle l'avait prévu, elle ne prit qu'une heure pour tout faire. Lire les différents documents trouvés sur internet ainsi que quelques livres parlant de ce sujet et enfin, rédiger. Elle n'était pas entièrement satisfaite de son travail puisqu'elle avait trouvé une belle image pour illustrer ce qu'elle avait écrit mais la bibliothécaire n'avait pas voulu qu'elle imprime en couleur. En noir et blanc, en plus d'être un peu moins lisible, elle était aussi beaucoup moins belle et moins intéressante. Elle la garda néanmoins, espérant que le professeur lui mette un peu de point pour avoir pris également le temps de chercher une image alors que ce n'était pas demandé. 

Ruminant encore contre cette pauvre bibliothécaire qui n'avait rien fait d'autre que son travail finalement, Ashley parcourait les couloirs en tentant de ranger cette feuille dans son sac en bandoulière. Elle tentait à tout prix de ne pas la froisser ou l'abîmer donc elle ne regardait que cela, ne faisait plus attention à rien autour d'elle et quand elle réussit enfin à la glisser dans son classeur, elle percuta ce qui semblait être quelqu'un. Quelqu'un qui avait certainement plus de force qu'elle puisque sous l'effet de surprise mais aussi du manque d'équilibre, elle fit deux pas en arrière avant de tomber en arrière. Elle eut juste le temps de poser sa main au sol avant que ses fesses ne le fassent ce qui amortit un peu la chute et qui limita le bruit qu'elle aurait pu faire. Décidément, elle en faisait des rencontres dangereuses et à chaque fois, c'était son poignet qui trinquait. Cette fois-ci elle ne l'avait pas entendu craquer, c'était toujours ça. Elle le fit bouger tout de suite et elle ne sentit aucune douleur. Après cela, elle se permit enfin de voir la personne avec laquelle elle s'était percutée. 

C'était un homme, asiatique et qui semblait plus vieux qu'elle. Il était habillé élégamment mais Ashley se demandait si c'était donc un professeur ou un élève. D'après ce qu'elle se souvenait, la salle de laquelle il semblait sortir était la salle des professeurs, les élèves y étaient donc interdit d'accès cependant elle avait déjà vu, dans le pensionnat, des élèves qui avaient l'air plus vieux. Elle était certaine de ne jamais l'avoir auparavant, elle s'en serait forcément souvenue, surtout avec un tel sourire. Hypnotisée par son profond regard, elle mit quelques secondes avant d'assimiler ce qu'il venait de dire et de se saisir de sa main. Quand elle fut debout, une immense gêne la gagna et les mots se mirent à sortir de sa bouche à une vitesse incontrôlée. 

''Oui, oui, ça va mais c'est de ma faute. Je viens de sortir de la bibliothèque et je voulais à tout prix ranger cette feuille tout en continuant de marcher alors que j'aurais pu m'arrêter, j'aurais regardé où je marchais et tout ça ne serait pas arrivé. Je suis sincèrement désolée, vraiment.''

Elle regrettait déjà d'avoir raconté tout ça, il devait s'en foutre royalement et c'était totalement compréhensible. Il devait n'en avoir que faire de savoir qu'elle l'avait percutée parce qu'elle rangeait une feuille, c'était complètement absurde, elle le savait mais elle n'avait pas pu s'empêcher. Son cerveau paniquait légèrement, un peu trop gêné pour travailler normalement, et il ne savait plus bloquer les mots à la bouche. Elle se détestait quand elle était ainsi, et pourtant elle ne savait faire autrement. Elle baissa un peu les yeux et tourna un peu la tête. Elle fut un peu soulagée de voir qu'il n'y avait personne d'autre qu'eux dans le couloir et par conséquent que personne d'autre n'avait assisté à cette chute mais elle ne réussit pas à se retenir de jouer avec ses doigts. C'était une mauvaise manie qu'elle avait depuis toute petite, à chaque fois qu'elle s'ennuyait ou qu'elle angoissait, elle arrachait la peau juste à côté des ongles de ses pouces. Parfois, le stress l'a poussé tellement à faire cela qu'elle finissait par saigner mais elle n'arrivait pas à s'arrêter. Certains se rongeaient les ongles, elle c'était ça. Il y avait des jours où elle sentait le chlore de la piscine lui faire mal au niveau de cette "blessure" mais cela ne l'empêchait de continuer ses bêtises, comme ce jour-là, devant l'intense regard de cet inconnu. 

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ] Ven 6 Nov - 12:57
La jeune fille que je venais de percuter semblait perdue dans ses pensées et ne me prêtais guère attention. Cela me vexa plus ou moins mais je décidai de ne rien laisser paraître. Je la vis remuer son poignet et j'espérais qu'elle ne se soit pas blessée. Je compris que ce ne fut pas le cas lorsqu'elle daigna me regarder et qu'elle ne me fit aucune remarque. Je m'en sentais lourdement soulagé.

Très jolie étudiante à la chevelure et au regard brun. Elle n'était, pour sûr, pas asiatique et venait du monde occidental. Cependant, je me surpris à penser qu'elle avait parfaitement sa place ici. Remarque tout à fait abjecte pour un intervenant mais que je possédais tout de même, à mon plus grand désarroi. Visage fin et lisse, elle paraissait pour le moins charmante au premier abord et cela me plaisait, on ne peut mieux. Mais ce qui me marquait le plus sur cette jeune demoiselle, était le fait qu'elle ne ressemblait guère à un pot de peinture sur jambes. Et pour cela, je l'en aurais presque félicité. Comme quoi, il n'y a pas que les asiatiques qui sont de bonne fréquentation. Ma mère en serait étonnée. Elle, qui me souhaite un mariage purement asiatique.

Elle finit par réagir à mes paroles et me prit la main, alors je me mis à l'aider pour qu'elle puisse se relever, en douceur. Lorsque ce fut fait, nos mains se séparèrent et son comportement changea du tout au tout. J'écoutais et essayais de suivre le débit de ses paroles et je ne pus m'empêcher d'afficher une mine surprise et de laisser mes yeux exprimer ce sentiment. Je ne la pensais pas du tout ainsi. Pas que sa gêne me dérangeait ou m'exaspérait, elle m'amusait plutôt. Mais la voir aussi dépourvue la rendait assez mignonne mais je me retenais bien de le lui dire. Cela ne se faisait pas.
Sa façon de baisser les yeux et d'éviter tout contact visuel avec moi, me rendait perplexe. Je ne savais pas réellement comment interpréter un tel changement de situation. Je la vis commencer à s'amuser avec ses doigts et en les regardant avec attention, je vis ce qu'elle se faisait subir lorsqu'elle semblait être dans le même état qu'actuellement. Cela me fit froncer, légèrement, les sourcils.

« Tu n'as pas à t'excuser pour si peu, il n'y a eu aucun blessé et aucun mal n'a été commis. Si tu étais pressée par le temps ou par ton emploi du temps, il est tout à fait compréhensible que tu ais voulu ranger cette feuille tout en continuant à marcher, je ne serais pas celui qui va te blâmer pour une telle chose. Disons que nous aurions pu, chacun de notre côté, faire un minimum plus attention et cet incident n'aurait pas eu lieu d'être, mais ce qui est fait est fait. J'espère seulement que cela ne te retarde pas. »

S'il y a bien une chose que je voulais éviter, c'est retarder l'avancée des élèves et les empêcher de bien réussir leur année scolaire. Je sais à quel point les études sont importantes et définissent qui nous seront mais aussi qui nous voulons être, aux yeux de nos parents. Aussi, si cette élève était pressée et qu'elle en venait à me laisser pour partir à un cours, où elle redoutait d'arriver en retard, je ne pouvais que lui prêter raison et ne pas lui en vouloir.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ] Dim 8 Nov - 17:49
Il devait certainement avoir remarqué à quel point elle était mal à l'aise, ce qui, soyons honnête n'était pas très difficile à remarquer puisque ses doigts étaient vicitimisés comme jamais. Elle finit même par se faire saigner, comme souvent, et comme à chaque fois qu'elle en arrivait à ce stade, elle s'arrêta. C'était une manie qui ne partait pas et elle voyait bien que cela rendait ses pouces, puisque c'était les seuls martyrisés à chaque fois, très moches. Le pire, c'était lorsqu'elle se mettait du vernis car elle était bien obligée de voir les dégâts, sinon elle s'arrange toujours pour ne pas les regarder, comme si ça allait cicatriser plus vite si on ne regardait pas. C'était purement psychologique mais elle faisait depuis si longtemps que même le contact du dissolvant sur cette blessure ne lui fait même plus mal.

Il s'adressa à elle et par respect, elle releva son visage afin de le regarder dans les yeux. La poiltesse et le respect étaient chez elle des valeurs qu'elle tenait absolument à respecter parce qu'elle attendait que les autres en fassent autant pour elle. Il avait l'air compréhensif alors son esprit de jeune adolescente ne put s'empêcher de se dire qu'il ne devait pas être professeur pour la comprendre ainsi. Bien sûr qu'il le pouvait, elle n'aimait pas généraliser mais vu le cours ennuyeux qu'elle avait eu en début d'après-midi, c'était pour se venger. C'était complètement absurde puisque le professeur ne serait jamais au courant de ce qu'elle avait pensé et même si par la bizarre des raisons il l'était, il s'en ficherait sûrement, ce que, elle, comprenait parfaitement. L'avis de ses élèves devaient tellement lui importer qu'il leur avait donné un long devoir la semaine avant pour trois jours après ce qui montrait bien qu'il ne portait d'intérêt qu'à sa propre personne et à l'argent qu'il touchait à la fin du mois.

Contrairement à quelques minutes auparavant, elle se sentit presque à l'aise, complètement apaisée, rassurée par ce que celui qu'elle avait percuté venait de lui dire, elle réagit enfin quand il émit l'hypothèse qu'il l'avait peut-être mis en retard. 

''Non, non, pas du tout. Je n'ai rien à faire de toute manière là, mon entraînement n'est que dans deux heures, j'ai le temps.''

Elle sourit timidement et continuant de le regarder, elle se permit de le détailler un peu. Dans la mesure du respectable bien sûr, de façon à ne pas passer pour une fille qui regarde de la tête au pied quelqu'un pour pouvoir critiquer après, ce qui n'était pas du tout le cas puisqu'elle était déjà troublée par l'intensité de son regard si sombre. Ses cheveux aussi noirs que son regard était coiffé grâce à du gel et il avait un joli sourire. Elle avait aussi eu la chance qu'il était plutôt bien habillé, passant de la vue sur ses chaussures à son beau visage.

''J'espère que ce n'est pas moi qui te...vous retarde.''


Elle ne savait pas si elle se devait ou non de le tutoyer alors dans le doute, valait mieux jouer la carte du ''vous'' puisque, même si c'était un élève, il avait le droit au respect. Elle aurait pu se permettre de le tutoyer puisqu'il l'avait fait, mais son côté prudente reprenait toujours le dessus alors ce serait ''vous'' jusqu'à ce qu'il lui dise d'arrêter, et si il ne lui dit jamais, elle ne le dirait jamais. C'était peut-être mieux ainsi pour le moment, ils étaient des étrangers et déjà qu'elle ne connaissait pas tellement les coutumes japonaises et leur marque de politesse alors elle pouvait au moins faire cela, ce n'était pas dur. Le fait qu'il sorte de la salle des professeurs lui revint en tête et elle se sentait soulagée de s'être finalement reprise puisqu'il y avait de très grande chance qu'il en soit un. Un professeur singulier, elle ne pouvait le cacher vu comment il avait l'air sympathique et bienveillant mais professeur quand même. 

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ] Lun 9 Nov - 14:54
« Non, non, pas du tout. Je n'ai rien à faire de toute manière là, mon entraînement n'est que dans deux heures, j'ai le temps. »

J'écoutais distinctement ses paroles, avec attention réelle et profonde. Tout en elle, respirait le charme. Un charme particulier que je ne saurais expliquer mais qui me paraît si évident. Cela me plaisait affreusement et je fus étonné de mes propres pensées. Je venais à regretter le fait de ne pas l'avoir en élève. L'intérêt qu'elle réveillait en moi était plutôt flatteur mais elle n'en saura strictement rien. Les mœurs. Préservons nos mœurs et sa réputation.

Tandis que je la voyais me regarder, je pris la peine d'ouvrir mon sac pour en sortir un mouchoir et le lui tendre. Elle devait très certainement se demander pourquoi je venais à lui offrir un tel présent. J'avais remarqué ses saignements, légers mais existentiels, au niveau de ses doigts. La voir se mettre dans un tel état d'anxiété, car s'en était un non ?, me mettait plutôt mal à l'aise et je voulais participer, un temps soit peu, à sa légère guérison. Aussi, mon geste pouvait paraître insignifiant voir même anodin mais pour moi, cela comptait qu'elle accepte de le prendre et qu'elle fasse stopper ce liquide rouge qui ne devait que rester en elle.

« Pour stopper tes saignements. »

Je fus bref mais efficace. Souriant et rassurant, je la regardais à mon tour et lui incitais, par le biais de mon regard, de faire ce que je lui disais. C'est alors qu'elle reprit la parole et son ton, hésitant, m'amusa. Tellement que j'en vins à rire doucement et à secouer la tête pour chasser cet air enfantin qui prenait possession de mon visage. Je me devais de rester sérieux au sein de ce pensionnat. Tel était le rôle et le statut que l'on me demandait de posséder et de respecter. Par chance, mon rire léger et rapide, parut le plus normal possible et ne lui montra aucunement sa véritable facette. J'aimerais autant éviter d'être affiché devant une élève que je ne connaissais que de vue.

Le fait qu'elle décide, finalement, de me vouvoyer me plaisait. Elle se montrait respectueuse et cela ne faisait qu'ajouter du charme supplémentaire en sa personne. Décidément, il va falloir que j'ai une discussion avec ma mère pour lui signaler que sa belle-fille ne sera, peut-être, pas une asiatique. Du potentiel se révèle aussi chez les étrangères et je suis presque sur qu'elles plairaient d'autant plus à ma famille. Mon frère sera, sans doute, le premier à me bénir.

« Tu ne me retardes pas. J'ai fini ce que j'avais à faire, ici, alors j'étais simplement sur le point de partir. Et je ne suis pas à quelques minutes, près. Ne t'en fais pas. »

Je lui souriais, franc et touchant à la fois.

« Tu m'as parlé d’entraînement. Tu dois donc être une élève sportive. Tu es dans quelle spécialisation ? Bien entendu, tu es libre de ne pas me répondre. Je connais certains élèves qui sont... disons, plutôt réticents quant au dialogue avec un adulte. Bien que je ne sois qu'un simple intervenant, cela ne change pas grand chose, on dirait. »

Je faisais mine que cela m'amusait plus qu'autre chose mais la vérité était, en fait, toute autre. Je n'étais pas forcément attiré par les premiers élèves de la classe. Le contraire me paraissait plus juste. Ces petits 'intellos' comme certains les appellent sont souvent trop fiers d'eux et n'ont aucune véritable valeur morale. Bon nombre d'élèves en classe A ou même en classe B étaient ainsi. C'est pour cela que j'évitais tout particulièrement leur contact. Afin qu'aucun problème ne subvienne malencontreusement dans les couloirs. Je n'étais pas de nature violente, certaines personnes de mon entourage étaient plus à même de l'être, mais il m'arrivait de donner des petites leçons, déguisées humoristiquement parlant. Ça ne plaisait pas forcément à tout le monde.

Mon envie de me lier aux élèves des classes dites 'irrécupérables' était donc réelle mais l'idée que ces mêmes élèves me repoussent car ils me placent au même rang que leurs professeurs habituels me déplaisait fortement. Je n'étais, en aucune manière, comme les professeurs de ce pensionnat. J'avais la véritable envie de les soutenir et de les porter au sommet. Et cela me peinait de voir que bon nombre d'eux le refusait. Qui sait ?! Un jour... Peut-être.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ] Lun 9 Nov - 22:34
Le fait que le jeune homme s'inquiète quant à la possibilité qu'il la retarde l'avait déjà rassuré mais qu'il lui tende un mouchoir pour "stopper" ses saignements la mit presque à l'aise. Si au départ elle s'était demandée pourquoi il lui en tendait un, il ne tarda pas à préciser son geste ce qui simplifia bien la vie de Ashley qui au départ n'avait pas compris. Elle le prit et enroula son pouce droit dedans en serrant comme elle le pouvait. Elle était habituée à saigner et elle se rappelait combien de fois sa mère lui demandait d'arrêter. Bien que ça la gonflait réellement, elle regrettait qu'elle ne le lui dise pas lorsqu'elles étaient éloignées. Elles avaient toujours été plus proches et malgré la distance qui les séparaient, elles s'appelaient quotidiennement, se racontant leur journée, leur fou rire, leur dispute, leur rencontre. Ce n'était pas la première fois qu'Ashley partait aussi loin de chez elle mais les départs étaient toujours douloureux et la canadienne remerciait chaque soir les scientifiques pour avoir inventé la meilleure technologie au monde : le téléphone. Sans ça, elle serait perdue, déjà complètement coupée de tout contact physique avec sa famille, c'était le moyen le plus rapide et le plus pratique pour communiquer à d'aussi longue distance. Ca l'avait sauvé de plusieurs nuits à pleurer et cela permettait de recevoir les conseils que devaient donner une mère à sa fille, que ce soit au sujet des garçons, des amies, des études ou tout autre sujet. 


Etant née dans une famille ouverte d'esprit, elle devait avouer que sa mère l'écoutait et l'accompagnait beaucoup. Elle avait été là dans de grandes étapes de sa vie, l'avait aidé à prendre les meilleures décisions et c'était toujours vers elle qu'elle se tournait lorsqu'elle commençait à regretter. Tout en étant impliquée dans la vie de sa vie, la femme apportait un point de vue objectif à chaque situation que lui rapportait Ashley ce qui lui permettait de souvent de vraiment faire le point. Que de souvenirs aux côtés de cette femme qu'elle avait laissé seule au Canada, vivant son rêve tandis que sa mère s'ennuyait peut-être chez elle. C'était elle qui l'avait poussé à s'envoler vers le Canada et elle avait reprit le travail pour ne pas s'ennuyer mais il y avait tout de même des soirs où la canadienne culpabilisait de laisser sa mère seule chez elle, alors que son mari partait très souvent en mission loin de chez eux. Ils étaient tous d'accord, cette décision n'avait pas été prise à la légère ou sur un coup de tête, mais on ne changerait pas le fait qu'Ashley avait l'horrible impression d'abandonner celle à qui elle devait la vie. 


Il reprit la parole et Ashley ne put masquer son étonnement quand il s'intéressa à la vie de la jeune fille. Les yeux écarquillés, elle ne savait pas ce qui était le plus étonnant, l'intérêt qu'il avait pour elle ou le fait qu'il l'ait écouté. Bon nombre de personne se serait simplement arrêté aux excuses banales et pourtant recevables et seraient partis rapidement, ce qui en soit, n'aurait rien eu de dramatique. Elle mit quelques secondes avant de bien analyser tout ce qu'il lui avait dit. Elle ne s'était donc pas trompée, il n'était pas professeur. Intervenant. C'était un peu pareil puisqu'il enseignait aussi mais ce n'était pas son activité principale, ce qui le rendait certainement encore plus sympathique qu'il ne l'était déjà aux yeux de la jeune fille, c'est ce qui les différenciaient. 


"Oui une sportive, je fais de la natation, commença-t-elle avec un mince sourire. Je vous trouve pourtant très différent des professeurs. Enfin, je veux dire que vous faites plus attention à ce que nous pouvons ressentir."


Elle n'était pas sûre que ce qu'elle disait avait du sens mais elle n'était même pas certaine de pouvoir dire quelque chose de censé. C'était troublant de rencontrer un jeune homme avec un regard aussi troublant mais qui écoutait et qui respectait les personnes autour de lui, qui s'y intéressait presque. Habituellement, les "adultes", comme il les avait appelé, ne faisaient pas attention à ce que leurs élèves pouvaient penser, ce qui leur plaisaient ou non, lui, il avait l'air différent. Juste le fait qu'il remarque qu'elle saignait, très peu, vraiment peu, était une preuve de l'attention qu'il lui avait accordé. Devant lui, son ténébreux regard, l'assurance qu'elle avait perdu en le bousculant revint un peu, lui permettant d'arrêter de fuir la profondeur de ses yeux. 


"Intervenant en quoi ? Si je puis me permettre."


Même si il paraissait avenant auprès de ses élèves, qu'il les écoutait et qu'il établissait une relation de confiance entre eux, il restait un adulte alors elle devait garder cette sorte de hiérarchie. En plus, le vouvoyer, le respecter n'était pas une forme de punition ou de contrainte, elle n'avait pas l'impression qu'il lui en aurait voulu qu'elle parle de manière plus familière, quoique, mais il méritait que l'on soit plus poli envers lui. Ce n'était peut-être pas forcément ce qu'il recherchait au départ, mais en respectant ses élèves, il les forçait à le respecter. Cette autorité naturelle apparaissait si évidente qu'il n'y avait plus ce besoin de savoir si la forme de la phrase était correcte, elle le serait forcément, elle lui était destinée.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ] Mer 11 Nov - 17:17
Ses mimiques m'amusaient véritablement. Tout en elle respirait l'anxiété et la surprise, et j'étais fier d'en être la cause. J'étais certain que mon comportement l'étonnait mais de la meilleure des manières, et cette certitude me mit du baume au cœur. Peut-être vais-je finir par y arriver. Faire comprendre aux élèves de ce pensionnat ma véritable place, entre ces murs, à leurs côtés. Cette reconnaissance était celle qui attisait le plus mes envies actuelles. Aussi, ressentir cette surprise en elle et comprendre que cela lui faisait plaisir que je m'intéresse à elle, me poussait à continuer sur la même voie. Rien ne pouvait m'empêcher d'obtenir ce que je désirais.

Une sportive.

Le type même que je préfère et recherche chez une fille. Il est essentiel pour moi de fréquenter quelqu'un qui a une forme physique et morale au top. Pratiquer un sport était l'un des meilleurs moyens pour cela et j'obnubilais quiconque en pratiquait un. En l’occurrence, cette demoiselle était une nageuse. Ce sport me plaisait plutôt bien. Tout le monde connaît la natation. Certains aiment, d'autres pas. Certains ne comprennent pas comment il est possible d'aimer compter les carreaux au fond d'une piscine. C'est vrai que cela peut se révéler déroutant, voir même fatiguant. Pour autant, je trouve que mettre la tête sous l'eau, s'isoler du bruit extérieur et n'entendre que le bruit de ses mouvements et de sa respiration est un des moyens que la vie nous offre pour trouver notre calme intérieur. Et que l'on soit tous d'accord. Nager est un pur bonheur, ne serait-ce que par pur plaisir, entre amis. Surtout en été. L'été, il fait chaud, très chaud. Et qu'est-ce qui nous permet de nous rafraîchir ? L'eau, bien entendu. L'eau est la meilleure.

« J'aime l'eau. Mes parents aiment l'eau. Mon frère aime l'eau. Tout le monde aime l'eau, pas vrai ? »

Un air plutôt désemparé s'était emparé de mon air faciale. Je ne prenais plus réellement compte de ce que je lui disais ni même du statut que je me devais de conserver, en sa présence. Le fait qu'elle posait des questions sur ma vie et mes occupations professionnelles était tout bonnement plaisant.

« Je suis intervenant pour la spécialisation 'tattoo'. Étant tatoueur et dirigeant de mon propre salon, le pensionnat m'a contacté afin que je partage mon expérience et mon savoir-faire aux élèves qui souhaitent percer dans ce milieu.. »

Avant de pouvoir enchaîner, j'entendis ou plutôt je sentis une vibration que je connaissais, désormais, par cœur. J'eus donc le réflexe de sortir mon téléphone portable et je pus remarquer que l'on venait de m'envoyer un message. Le nom qui s'affichait me donnait déjà une petite idée du contenu qu'il me fallait lire. Mais avant, de l'ouvrir..

« Excuse-moi un petit instant. »

Ce fut la phrase que je venais d'adresser à celle avec qui je discutais, un temps plus tôt. M'étant excusé, j'ouvris donc le message afin de le lire. Comme je m'en doutais, le contenu ne m'étonna guère mais me fit tout de même sourire. Répondant un rapide ' J'arrive ', je remis aussitôt mon portable à sa place, lorsque ma réponse fut envoyée.

« Je suis navré mais je vais devoir écourter notre discussion. Le travail m'appelle justement. » déclarais-je, à la nageuse. « Je te souhaite un agréable entraînement, une bonne continuation et plein de réussites dans tes études. »

Lui offrant un sourire fort sympathique, je pris les devants et m'engagea dans le couloir pour m'éloigner.

« Prends soin de toi. »

Et c'est sur ces derniers mots que je la quittais et que je descendis les escaliers, avec hâte et retenu.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : Une
Classe : Seconde B
Spécialisation. : Natation
Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Étudiante et nageuse
Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 219
Okane (お金) : 598
Points. : 6
Date de naissance : 10/04/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Ma présentation
Ma fiche de rp
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ] Mer 18 Nov - 15:16
Il affirma à travers une sorte de question que tout le monde aimait l'eau. Cette idée plaisait à Ashley et se demandait comment on pouvait ne pas aimer, pour elle c'était inconcevable. Si un jour, elle n'arrivait plus à nager, que ce soit à cause d'un handicap physique ou d'un traumatisme psychologique, elle était certaine de devenir folle. Elle rêvait déjà tellement de briller dans ce domaine, de marquer quelque part dans le monde cet environnement qu'elle maîtrisait tellement bien qu'elle ne s'imaginait pas vivre en sachant que plus jamais elle ne pourrait remettre un pied dans l'eau. Pourtant, cela existait puisqu'il y avait des personnes qui avait la phobie de l'eau, ou qui n'aimait tout simplement pas cela parce qu'ils ne savaient pas nager. Ashley trouvait cela absurde, pas ne pas savoir nager non, mais ne pas essayer d'apprendre. Il n'était jamais trop tard, jamais trop tôt pour cela. Si on était bien encadré, qu'on avait confiance en celui qui nous aidé, il n'y avait aucun risque, aucun danger mais cela, il fallait leur faire rentrer dans leur tête de vieux têtus.

Aux Etats-Unis, son entraîneur lui avait un jour demandé de l'aider à apprendre justement aux personnes âgées à nager. Avec certaines, le courant était passé et Ashley était certaine qu'il nageait aujourd'hui mais d'autres ne faisaient pas d'effort. Elle se rappelait d'une vieille qui s'était tellement agrippée à elle qu'elle avait failli finir étouffer si un petit papi ne s'était pas cassé la figure dans l'eau, éclaboussant la vieille qui lâcha immédiatement la canadienne afin de se recoiffer. Complètement absurde de penser à son brushing à la piscine et pourtant ça avait sauvé la vie d'Ashley. Si aujourd'hui elle en riait à chaque fois qu'elle y pensait, ce jour-là elle avait eu tellement peur. Cette petite anecdote n'avait pas le moins du monde dégoûtée Ashley ou éffritait l'image parfaite qu'elle faisait de l'eau. Elle en était toujours aussi passionnée, presque dépendante et elle aimait tellement ce sentiment.

Il eut juste le temps de lui dire qu'il était en spécialité tatoo comme intervenant, partageant son art avec ses élèves que son téléphone sonna, laissant la conversation en suspens. Ashley s'était souvent demandée si elle s'en ferait un. Elle savait que ses parents étaient contre, surtout sa mère qui disait toujours que cela finirait par se détendre, se déformer et qui ne ressemblerait donc plus du tout à ce qu'elle avait fait quand elle était jeune, son père quant à lui, suivait le désaccord de sa femme mais la canadienne savait qu'en insistant un peu, son père serait de son côté. Dans cette famille, il savait tous que le père ne pouvait rien refuser à sa seule et unique fille qu'il chérissait bien plus que la limite du raisonnable. Sa mère l'aimait aussi, bien sûr mais c'était différent.

La ramenant du Canada au Japon de sa voix grave, l'homme s'excusa de devoir y aller.

''Bien sûr je comprends. Merci beaucoup, commença-t-elle légèrement gênée. Je vous souhaite également une bonne continuation.''


Elle ne savait pas si il avait dit ça par simple politesse ou non mais quoi qu'il en soit, elle lui souhaitait vraiment cela elle. Il partit, laissant derrière lui Ashley pensive et bien plus qu'étonnée de cette rencontre avec lui. Il avait été si poli, si respectueux et si elle n'avait pas encore rencontré de véritables personnes qui manquaient cruellement d'éducation, ils avaient été beaucoup moins admirables que lui. Elle repensait en même temps à ce qu'il lui avait dit, intervenant en spécialité tatoo, dirigeant de son propre salon alors qu'elle lui aurait donné une vingtaine d'années. C'était réellement impressionnant. Penaude, elle sortit de sa poche son téléphone. Elle avait envie de savoir comment s'appelait cet homme qui l'avait rendu, en très peu de temps, toute confuse et pour cela, il fallait appeler quelqu'un qui devait s'y connaître un minimum en matière de tatouages.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 371
Okane (お金) : 433
Points. : 2
Date de naissance : 16/12/1995
Age : 21
Je fais partie du Staff.
Muse
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ] Mer 18 Nov - 20:06
Rp tagué et terminé, j'archive !


+10 okanes.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ]
Revenir en haut Aller en bas

[TERMINE]" Jouons. Toi, tu es une pomme et moi, Newton ! " [ Ashley & Dewei ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» le baiser flambé de Pomme
» Jouons aux échecs
» Fantômes et... pomme d'amour (pv) (terminé)
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Terminés.-