RSS
RSS



 

Partagez|

[TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Jeu 5 Nov - 14:56
Moi, Dewei Ouyang, chinois de 21 ans, j'ai connu ma première confrontation avec le tatouage à l'âge de 17 ans. Fasciné par le tatouage de mon frère et par les films de yakuzas, dans lesquels les acteurs étaient quasiment tous tatoués, je me suis mis en tête de devenir tatoueur avant l'âge de 20 ans. À ce moment-là, je n'y connaissais rien. J'ai bricolé une aiguille et je me suis entraîné sur moi, mais ça n'a pas marché. Je me suis donc rendu chez plusieurs tatoueurs de Hong-Kong mais aucun n'a voulu me prendre en apprenti. C'est à Tokyo que j'y ai trouvé mon maître.

Horiyoshi, un des grands maîtres les plus respectés. Si la grande majorité des tatoueurs, qu'ils soient japonais, français ou américains, ont été formés par d'autres plus vieux et expérimentés qu'eux, peu ont cependant conservé la tradition qui veut que le maître (re)baptise l'élève. Je tenais à poursuivre cette tradition qui me tenait réellement à cœur. Cependant, c'est mon maître lui-même qui refusa. Il me demanda, de vive voix, de garder le nom de mon père en m'expliquant que je devais être fier d'être un Ouyang. Il me permit seulement d'inscrire son nom sur l'enseigne de mon salon. Une manière quelconque de le faire survivre en ce bas monde.

La transmission du savoir-faire du tatouage demeure très traditionnelle au Japon. Et j'ai tenu à la prolonger en acceptant la proposition de ' Miyusaki Gakuen '. C'est ainsi que je 'forme' ses élèves en spécialité 'tatoo'. Critique et exigeant, lorsque l'on me demande si les élèves que j'ai pris sous mon aile deviendront de grands tatoueurs et mes 'dignes héritiers' , je réponds sans désinvolture pour autant : « Je ne sais pas s'ils arriveront à posséder le niveau que le monde attend d'eux. »

Je me souviens encore de chaque parole de mon maître. Sa vision des choses qui est devenu la mienne. Sa technique qui s'est mélangée à ma jeunesse et à ma folie. Le niveau, il faut effectivement en acquérir un sacré avant de passer maître dans cet art complexe. Maître Horiyashi m'a énormément appris sur le tatouage japonais. Pratique ancestrale, il se réalise traditionnellement à l'aide d'un bâton de bambou au bout duquel sont implantées de multiples aiguilles, dont le nombre et l'épaisseur diffèrent selon le rendu désiré. Pratiqué à la main, il est réputé pour être long, fastidieux, et par conséquent très douloureux. Selon les dires de mon mentor, plus de trois cents heures sont nécessaires à la réalisation d'une pièce intégrale. La forme que prend le tatouage est également très rigoureuse, puisqu'elle permet aux motifs de rester cachés, créant sur le corps une sorte de costume à même la peau en laissant vierges les mains, les pieds, le cou et une bande centrale au milieu du torse. Comme il avait pu l'analyser :

« Le tatouage occidental est beaucoup plus libre et aléatoire. Mais les Japonais n'aiment pas cette liberté, ils préfèrent évoluer dans un cadre strict, défini. Il y a même des règles très précises pour mourir. Le cadre, la forme, c'est fondamental. »

Enfin, le dernier point essentiel qu'il put m'apprendre, ce fut les motifs dont la pratique s'imprègne. Ces derniers représentent systématiquement des scènes et des créatures issues des ukiyo-e, les estampes japonaises. Nées au XVIIème siècle, ces illustrations sont depuis toujours la plus grande inspiration des maîtres-tatoueurs japonais. Ainsi, carpes, vagues, dragons, samouraïs et autres fleurs de cerisiers peuplent le corps des tatoués. Maître Horiyoshi m'avait conté ses principales inspirations : « J'adore Hokusai ainsi que les shunga (gravures érotiques) de la période Edo, parce qu'ils sont assez raffinés. J'aime presque tout. En revanche, je n'aime pas les tatouages grossiers et vulgaires, mais c'est une préférence subjective. »

Malgré toutes ces règles très strictes qui façonnent depuis des siècles la grande histoire du tatouage, maître Horiyoshi s'était octroyé quelques libertés. Il a été l'un des premiers à introduire le dermographe dans ce monde plein de traditions. Et il fut surtout le premier à instauré une convention de tatouage à Tokyo, non sans mal, car le gouvernement considère encore souvent ces regroupements comme des réunions mafieuses. Grâce à toutes ces initiatives, les jeunes tatoueurs et leurs clients osent à nouveau arborer des motifs traditionnels aujourd'hui. Je suis si fier d'être son héritier. Le seul à pouvoir prétendre être sur sa voie de réussite et de popularité.

Au départ, pratique populaire sous l'ère Edo, le tatouage s'est peu à peu vu massivement adopté par les yakuzas. À tel point, qu'aujourd'hui, beaucoup associent naturellement la pratique de l'irezumi aux mafieux et à la criminalité. Une fabrication dangereuse des médias selon mon avis. Mon maître partageait cette opinion. Il n'avait pas peur de le dire haut et fort et de le clamer à quiconque acceptait de l'écouter.

« Les tatouages ne sont évidemment pas réservés aux yakuzas, c'est une fabrication des mass média. Il y a des yakuzas sans tatouages et des tatoués qui ne sont pas yakuzas ! Un chercheur a étudié les rapports entre les tatouages et les criminels : 30% des criminels incarcérés étaient tatoués, 70% non. Les non-tatoués commettent donc plus de délits. Mais l'opinion publique associe toujours tatouage et criminalité. C'est une grave erreur. Je le dis à chaque interview, les mass media ont fait du tatouage un symbole de la criminalité. Je ne fais pas le poids contre eux. J'aimerais qu'on regarde plus la réalité. »

Ce qu'il déplorait surtout, c'est l'image négative associée aux yakuzas. Si ces derniers sont médiatisés pour leurs pratiques criminelles et leur implication dans l'économie japonaise, mon maître tenait à rappeler leurs actions philanthropes, en accord avec leurs valeurs traditionnelles.

« On accuse tout le temps les Yakuzas, mais lors de Fukushima, les politiciens ont mis trois jours à réagir alors que les yakuzas ont organisé de l'aide le jour même. Les yakuzas sont très utiles en temps de crise grave. Alors que les politiciens sont nuls. Ils ont apporté de la nourriture, des couvertures, du lait en poudre pour les bébés, en voiture, en Muse, ma déesse, en bateau... On n'en parle jamais de ça, on ne parle que des bagarres, des meurtres, etc. Ça n'est pas la liberté de la presse, c'est de la désinformation. »

Parce que tout ceci, il le ressentait au plus profond de lui même, s'en ait devenu son combat et ses valeurs. Et parce que cela le touchait, tout ceci est devenu une part de moi-même. Je conserve des idéaux et ses pratiques. Sa vision de la vie et ses réclamations. Son soutien aux yakuzas est devenu mien. Je suis le digne hériter de Horiyoshi et quiconque aura un problème avec cela, qu'il vienne me le dire en face pour qu'on puisse régler nos différents.

Les dernières paroles de mon mentor resteront très certainement les plus gravées et celles qui possèdent une plus grande connotation sentimentale.

« Quand le tatouage devient purement artistique, sans aucune connotation sociale, il perd de sa force. Certains disent que c'est de l'art, d'autres non, c'est une question de goût et d'opinion. Mais il n'y a pas beaucoup d'autres champs artistiques qui comportent autant ce coté marginal et antisocial. Les gens le ressentent d'ailleurs, et c'est ça qui les attire dans le tatouage. C'est quelque chose qui n'a pas besoin d'être expliqué, on le comprend immédiatement. Et c'est bien comme ça. Par exemple, vous êtes un peu inquiète de venir ici parce que les tatouages, c'est ' un truc de yakuzas'. C'est ça, la force du tatouage. C'est de là que vient son aura. Tu ne dois jamais l'oublier et faire ce pourquoi tu te retrouves ici. Tu es mon élève. Mon digne hériter. Bien plus qu'un fils. Tu sauras être un maître-tatoueur digne de ce nom. Rends-moi fier de toi, Dewei Ouyang. »

Et parce que depuis, chaque jour, je me bats pour le rendre fier, de là où il me regarde. Parce que mon salon est aussi le sien et que j'ai conservé la totalité de ses traditions. Mon attachement à cet homme a fait celui que je suis, actuellement et que celui que je deviendrais dans le futur. Voilà la clé du succès du tatouage japonais. La raison pour laquelle il fascine tant depuis des décennies : un jeu d'équilibriste risqué et habile, entre sombre association aux yakuzas, ancienneté de sa pratique et magnificence de son art. Longue vie à l'irezumi.

Actuellement dans mon salon, je regarde scrupuleusement chaque cm² en me remémorant tous ces souvenirs. J'ai fait de ce lieu, un endroit unique, prisé de bon nombre de japonais, yakuzas ou non. Ici, se trouvent une équipe de tatoueurs habilités aux tatouages traditionnels et occidentaux. Je suis extrêmement fier de pouvoir proposer tant de choix à nos clients, j'en suis l'un des rares, ici, à Tokyo. Et très certainement, le meilleur. Japon oblige, il est impératif de retirer ses souliers une fois le seuil franchi. Ambiance décalée et toujours à 100% présente, je fais de mon mieux pour former un lien très fort avec chacun de mes clients. Ces derniers pourront apercevoir une plaque vermeille à l'entrée, sur laquelle est gravée les paroles de mon mentor.

' Les tatouages seront, à la fin de votre vie, les seules choses, que vous emporterez avec vous dans votre tombe. En ayant des tatouages, cela ne fait pas de vous un délinquant ou un voyou. C'est une forme d'art, qui représente vos idées, vos valeurs, votre vécu et votre créativité. C'est votre histoire à vous ! Beaucoup de personnes accrochent leur art sur les murs : nous, on la porte sur nous ! '

Ainsi, quiconque est le bienvenu au Salon Horiyoshi. Venez franchir les portes de cet univers. Je vous ferais entrer dans mon monde. Je vous ferais sentir comme si vous étiez chez vous. Pour ma part, ce salon est ma seconde maison et je serais ravi de vous y accueillir.
Que la lignée et l'héritage de Maître Horiyoshi ne s'éteignent jamais.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : 50
Classe : Seconde AV
Spécialisation. : Dessin
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 91
Okane (お金) : 74
Points. : 0
Date de naissance : 13/01/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation, liens, rps.)
Arts Visuels.
William Royer
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Jeu 5 Nov - 19:57
William parcourait les rues de Tokyo à cette heure-là totalement désertes dans la recherche du lieu où il voulait aller. Il avait entendu parler de ce tatoueur, un dénommé Dewei Ouyang, si sa mémoire ne lui jouait pas des tours. Cela  tombait bien vu qu’il ne savait pas où aller, apparemment il ne possédait pas beaucoup de choix en personnes qui exerçaient ce métier là. Au bout d’un moment à observer toutes les rues et ruelles de la capitale du Japon, son regard noir tomba sur le lieu tant convoité. Sa pochette de dessin en main, il se demanda si le salon Horiyoshi n’était pas fermé. Pourtant le mardi, la boutique fermait à vingt heures et la montre de William indiquait qu’il était à peine six heures du soir. Si ça se trouve, il est dans l’arrière boutique. Il lut sur une plaque vermeille située à l’entrée les paroles d’un certain Horiyoshi auxquelles il réfléchit. Ce Dewei doit être un très grand fan de ce monsieur pour donner son nom à sa boutique. C’est donc hésitant qu’il poussa la porte faisant tinter un bling bling comme disait le brun, il n’avait jamais su le nom de cet objet. En tout cas tout ce qu’il savait, c’était que si il y avait quelqu’un ici il l’avait forcément entendu rentrer. Ne voyant personne aux alentours, il s’hasarda quand même à poser une question.
 
« Il y a quelqu’un ? »
 
Il espérait sincèrement qu’il y ait une personne en ce lieu. Il était venu avec des espoirs et n’avait pas envie d’avoir fait tout ce chemin pour rien, d’être déçu. C’était un grand pas pour lui mais un petit pour l’humanité.
 
Les tatouages seront, à la fin de votre vie, les seules choses, que vous emporterez avec vous dans votre tombe. En ayant des tatouages, cela ne fait pas de vous un délinquant ou un voyou. C'est une forme d'art, qui représente vos idées, vos valeurs, votre vécu et votre créativité. C'est votre histoire à vous ! Beaucoup de personnes accrochent leur art sur les murs : nous, on la porte sur nous !
 
 C’était ce qu’il y avait marqué sur la plaque qu’il avait vu à l’entrée et ça représentait l’état d’esprit dans lequel il était actuellement. Il comptait se faire tatouer son histoire et il savait mieux que quiconque qu’un simple dessin, c’était comme ça comme il voyait les tatouages comme sa propre passion, il voyait plus de points communs entre les deux arts que de différences. La personne, si il y avait quelqu’un, trouverait ce jeune homme plonger dans ses pensées le dos presque collé à la vitre, un carton de dessin dans la main droite. En réalité, William n’osait pas bouger puisqu’il était sûr que les japonais faisaient quelque chose une fois qu’ils franchissaient le seuil d’une maison mais il ne savait plus quoi. Donc le voilà planté comme un idiot attendant qu’une personne arrive.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Jeu 5 Nov - 20:58
Un client venait de passer la porte de mon salon.

Entendant le bruit de la porte puis une voix, peu assurée, prononcer les mots ' Il y a quelqu'un ? ', je me suis dirigé à l'avant de mon salon. Il était de mon devoir d'accueillir quiconque trouvait refuge chez moi. Je vis le client en question, plutôt rapidement. Jeune garçon aux cheveux bruns, décoiffés. Il semblait perdu dans ses pensées et était pratiquement adossé à la vitre d'entrée. Je pus remarquer qu'il tenait ce qui semblait être un carton à dessin et ne me pus m'empêcher d'esquisser un léger sourire. Il était certainement de cette catégorie de clients avec un dessin en poche et une idée très précise de tatouage, désiré. Cependant, bien qu'il semblait plutôt enjoué, il me paraissait surtout très jeune. Je ne me tromperais sûrement pas en prétendant qu'il devait être mineur. Cela ne me dérange aucunement mais il en sera de mon devoir de m'assurer qu'il possède une autorisation parentale. J'accepte de tatouer toute catégorie de personnes, quel que soit l'âge, mais je veille à toujours respecter les lois. Aussi, sans autorisation, il retournera chez lui.

« Bonjour et bienvenu au Salon Horiyoshi ! »

Lui adressant un sourire et un signe de tête, amical, je me suis approché de lui. Avec sa tête d'occidental et cet air perdu qu'il arborait plutôt bien, j'étais persuadé qu'il ne savait pas quoi faire ou plutôt qu'il n'osait pas faire grand chose. Cela m'amusa. Je vais essayer de le détendre pour qu'il se sente à l'aise et qu'il passe un bon moment en ma compagnie.

« Alors tout d'abord, il va te falloir retirer tes souliers avant de continuer. »

Je me dirige ensuite vers le comptoir de mon frère et effectue des recherches dans les différents classeurs, mis à ma disposition. Je lève, de temps à autre le regard afin de le surveiller, et une chose me frappa l'esprit.

« Si tu préfères, tu peux tout de même emprunter l'une des paires de chaussons que nous laissons à disposition des clients. »

Je me permettais de le tutoyer car il pourrait presque être mon petit frère. J'espérais que cela ne le dérangerait pas. Si cela était le cas, il me le ferait savoir de toute manière donc je ne me faisais pas de grand souci. Ayant trouvé la feuille que je désirais, je détourne le regard de mon client le temps de quelques instants. Juste assez pour lire ce qui m'intéressait et refermer le classeur dépouillé.

« Alors. Je t'écoute. Qu'aimerais-tu ? »

Je fis un léger signe de tête en montrant son carton à dessin. Il comprendrait très certainement que je me doutais bien pourquoi il était là. C'était assez facile à deviner et il ne fallait pas être un grand génie pour cela. Cependant, il était de forme et de manière polie, de demander à chaque client ce qu'il désirait. La demande doit venir du client et non du tatoueur. Notre travail est de satisfaire les demandes et non pas de les formuler. Maître Horiyoshi me l'avait assez répété. J'étais donc toute ouïe à la demande de ce jeune garçon. Entièrement à sa disponibilité.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : 50
Classe : Seconde AV
Spécialisation. : Dessin
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 91
Okane (お金) : 74
Points. : 0
Date de naissance : 13/01/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation, liens, rps.)
Arts Visuels.
William Royer
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Ven 6 Nov - 18:30
William n’attendit pas longtemps avant qu’un jeune homme ne vienne l’accueillir. Il le détailla rapidement, il avait les cheveux bruns et les yeux de la même couleur. Il semblait majeur bien que pas très vieux non plus, il misait sur la vingtaine. Il se dit qu’il ferait un très bon modèle de dessin.
 
« Bonjour. »
 
Le tatoueur ayant vu son air un peu perdu avait du le prendre sous son aile car il lui indiqua ce qu’il fallait faire. Mais oui c’est ça, il fallait que j’enlève mes chaussures ! Comment j’ai pu oublier ça ?! Ainsi le brun se retrouva en chaussettes noires, ce qui ne le dérangeait absolument pas. Il refusa l’offre de prendre des chaussons, sa mère lui en avait acheté et il ne les avait jamais mis ou plutôt oubliait de les mettre. La question du tatoueur le laissa un peu perplexe, il pensait que le professionnel lui ferait des propositions mais apparemment  non. Il alla donc vers lui en essayant de sortir un dessin en particulier mais sa pochette de dessin s’ouvrit entièrement, les œuvres de William tombant et s’éparpillant par terre. Tu n’es vraiment pas doué ! C’est donc ainsi qu’il se mit à genoux ramassant ses dessins formant un tas plus ou moins difforme et cherchant vainement ce qu’il voulait comme tatouage. Il constata alors avec panique qu’il ne le trouvait pas, il avait passé des heures et des heures sur cette œuvre et puis celle-ci représentait son histoire. Où est ce qu’elle est ? Il était certain de l’avoir mis dans sa pochette alors pourquoi elle n’y était pas ? Se serait-elle glissée sous un meuble comme le comptoir ? Il dit alors d’un anglais correct.
 
« Désolé, il semble que ce que je voulais se soit volatilisé. »
 
Il ne put  s’empêcher de soupirer et de lever les yeux au ciel pourquoi avait-il perdu cette feuille là et pas une autre ? C’est alors qu’il la vit aux pieds du tatoueur, elle avait volé jusque là-bas. Pitié faîtes qu’il ne marche pas dessus autrement ça sera fichu. Le papier qu’il avait utilisé était extrêmement fragile et si le tatoueur posait le pied dessus ce serait tout simplement fichu. Il était donc comme en apnée stressant comme un dingue, il pourrait s’exprimer en anglais mais est ce que l’asiatique le comprendrait ? Tant pis autant tenter sa chance.
 
« Ne bougez plus s’il vous plaît ce que je veux est juste devant vos pieds. »
 
Maintenant il ne restait plus qu’à William que son interlocuteur comprenne l’anglais. Mais après tout c’était la langue parlée au monde donc le professionnel devait le comprendre. Si ce n’était pas le cas, le brun serait fixé il y avait vraiment quelqu’un là où qui le détestait et si un jour le jeune homme croisait cette divinité, un seul sortira vivant de cette entrevue. William ne comprenait pas pourquoi le ou les gens qui étaient au ciel le détestaient autant. Il avait été un fils modèle, un frère exemplaire et un ami loyal. Il n’avait jamais rien fait qui méritait autant d’acharnement sur sa pauvre personne.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Ven 6 Nov - 23:26
Je le vois approcher et chercher, par la même occasion, un dessin qui devait très probablement être celui du tatouage qu'il désirait. Sans trop savoir comment ni même pourquoi, je sentais que la situation ne tournerait pas comme prévu et j'eus tout à fait raison. À croire que je possède un sixième sens. Je regarde, abusé, sa pochette s'ouvrir et les innombrables feuilles voler. Éparpillées au sol, elles semblaient prendre un malin plaisir à perdre le jeune garçon. Il me semblait comme paniqué et je m'apprêtais à aller l'aider lorsqu'il m'adressa la parole. Un anglais ? Il parlait parfaitement et son accent était bien plus que correct.

Ce qu'il voulait venait de se volatiliser ? Sérieusement ?
Comment pouvait-il venir, pochette à la main, et ne pas avoir le dessin concerné ?
Cruel manque d'organisation. Je l'entendis soupirer et le vis lever les yeux au ciel. Il semblait, lui-même, désemparé par l'ironie de la situation et j'eus presque de la peine pour lui. Après tout, une telle calamité pouvait arriver à n'importe qui. Aussi, je comptais me déplacer et aller lui apporter l'un de nos classeurs. Peut-être y trouverait-il le tatouage de ses rêves ? À moins qu'il réussisse à me décrire le sien à partir de plusieurs de nos créations ?

« Ne bougez plus, s'il vous plaît. Ce que je veux est juste devant vos pieds. »

Une chance pour lui que je comprends l'anglais. Pour un peu, il était fort probable que je marche sur son dessin que je n'avais, bien entendu, pas vu. Je souffle doucement et me baisse pour le lui ramasser. Le papier me parut différent des feuilles ordinaires et j'en vins à la conclusion qu'il devait être plus fragile. D'où la demande suffoquée de mon jeune client. D'ailleurs, j'avais pris la décision de m'exprimer en anglais, également, afin qu'il me comprenne au maximum.

« Plus de peur que de mal, on dirait ! C'est donc, ceci ?! »

Bien plus qu'une simple question, la fin de phrase ressemblait plus à une affirmation selon l'intonation que j'y prenais. Tenant précautionneusement la feuille, j'analysais et détaillais le tatouage qu'il me serait demandé de réaliser. Il était de mon devoir de ne laisser aucun détail à l'écart pour représenter trait pour trait le dessin qui s'offrait devant moi. La réplique devait être parfaite, sans le moindre défaut, afin que le client puisse être pleinement satisfait. Telle était ma devise professionnelle, léguée par mon maître.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : 50
Classe : Seconde AV
Spécialisation. : Dessin
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 91
Okane (お金) : 74
Points. : 0
Date de naissance : 13/01/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation, liens, rps.)
Arts Visuels.
William Royer
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Sam 7 Nov - 16:49
Quand le tatoueur s’exprima en anglais, le cœur de William s’apaisa. Son organe vital avait piqué un sprint maintenant il était plus soulagé comme quand quelqu’un faisait une course et qu’il venait de passer la ligne d’arrivée. La tension redescendait et la personne pouvait avoir de nouveau un rythme cardiaque normal.
 
« Oui c’est ceci. »
 
Il se remit debout et alla vers le professionnel. Il contempla une dernière fois son œuvre dont il en était particulièrement fier. Au centre du dessin se trouvait le logo de Code Lyoko, une série que William et  Clo regardaient étant plus jeune et ce dessin animé était pour eux ce qui avait formé leur amitié. A gauche se trouvaient une pokéball et un pokémon au corps d’Evoli et aux différentes têtes et queues de ses évolutions. A droite, tous les symboles d’un Potterhead et d’un Demigod étaient réunis, il y avait un éclair, un trident, les lunettes de Harry, les reliques de la mort et encore tellement d’autres petits éléments. Le bas et le haut de la feuille étaient blancs comme si le dessin formait une bande qui était pour le moins chargé. Il était le meilleur de sa classe en tout cas en dessin, tous les professeurs qu’il avait eus dans cette matière lui mettaient la note maximale pour chacun de ses travaux. Le brun maîtrisait les différentes techniques et il savait faire transcrire les émotions voir même raconter une histoire grâce à une feuille de papier et des crayons. Mais l’œuvre que tenait le tatoueur entre ses mains, c’était sa petite fierté personnelle. Il avait eu peur de ne pas arriver à dessiner sur ce papier qui coûtait relativement cher mais à sa grande surprise, il y était parvenu sans mal. Plein de personnes ne voyait pas en quoi ce dessin était son chef d’œuvre, généralement ces gens-là ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez. Il remarqua que le tatoueur tenait la feuille à l’envers sans le savoir, le papier était truffé de sigles donc à part William ne savait dans quel sens il fallait le regarder.
 
« Vous tenez la feuille à l’envers monsieur. »
 
Le brun ne voulait pas le vexer mais n’avait pas envie de se retrouver avec un tatouage mal fait sur l’avant bras car c’était à cet endroit qu’il avait envie de le faire. Il avait tout d’abord pensé au poignet mais c’était rendu à l’évidence, la zone serait trop petite pour son dessin. Son choix s’était donc porté sur son avant bras gauche, les mangemorts avaient la marque des ténèbres à cet endroit-ci. Peu de personnes le comprendrait mais sa meilleure amie si et c’était tout ce qu’y comptait pour William.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Dim 8 Nov - 15:39
À l'instant même où je me mis à détailler son dessin, plus rien n'existait autour de moi. Plus rien ni personne. Cette réactivité était à la fois un défaut mais aussi ma force, au travail. Je me laissais transporter par le tatouage qu'il me fallait réaliser et par l'histoire qu'il abordait entre ses différentes lignes. Et le moins que je puisse dire, est que celui de ce jeune garçon était l'un des plus étranges et des plus bourratifs que j'avais vu. Je me devais de lui parler et de lui faire comprendre quelques points essentiels avant de valider la réalisation de son tatouage.

N'ayant même pas entendu s'il m'avait adressé quelconques paroles, je m'avançai et le guidais jusqu'à mon 'établi' ou plutôt comme j'aime l'appeler, mon territoire. Lui laissant le choix de pouvoir s'asseoir sur la chaise mise à disposition des clients, je me mis à côté de lui. Positionnant son dessin, à l'endroit, sur le petit bureau qui nous faisait face, j'attrapai une feuille et un crayon afin de redessiner les symboles clés de son tatouage, à ma façon. Autant mes représentations étaient d'une minutie affligeante, mais les inscriptions que je notais autour rendait le final en parfait brouillon d'un élève de classe moyenne. Peut m'importait. J'arrivais à me relire et à me comprendre, tel était le principal. J'avais quelques propositions à lui faire.

« Bon alors, avant même de parler tatouage, je vais me présenter. Je me nomme Dewei Ouyang mais tu peux bien très m'appeler Dewei et me tutoyer si l'envie t'en prend, j'autorise bon nombre de mes clients à paraître familier, cela ne me dérange aucunement. Et toi, comment est-ce que l'on te nomme ? » lui lançais-je, en le regardant.

Sans réellement attendre une réponse de sa part, je me mis à regarder, de nouveau, le croquis que je m'étais fait pour bien analyser chaque partie du tatouage qu'il désirait. Entendant vaguement sa réponse et donc par la même occasion son nom, je lui souriais comme pour lui affectionner un 'enchanté'. Je suis souvent le roi du déconnage entre ces murs mais aujourd'hui, j'étais en proie à mon plus grand sérieux. Quelque chose me tracassait au sujet de ce tatouage.

« Je vais être franc, c'est pour cela que tu es là et que je suis payé. Ton tatouage est très chargé. Tu aimerais le faire sur quelle partie de ton corps ? Positionné comme cela, en bande, ça fera brouillon et le résultat n'en sera que plus mauvais. Tu dessines merveilleusement bien mais le tatouage et le dessin, même s'ils sont intimement liés, ne correspondent pas tout à fait. Lorsque tu dessines sur une feuille, tu n'as pas de compromis, seulement un espace limité. Lorsque tu tatoues un corps, tu dois prendre en compte des tas de domaines dont les dessinateurs n'ont pas à se méfier. Tatouer une peau est très délicat alors si en plus, on s'amuse à varier les thèmes, les couleurs, les détails, le tout sur une petite surface, je te le dis clairement, tu dépenseras ton argent inutilement. Je suis partant pour être ton tatoueur, j'aime relever des défis, ça ne me fait pas peur, je veux juste que tu comprennes que la façon dont tu me présentes le tatouage que tu désires, ça rend les choses très compliquées. C'est pour cela, que j'ai des petites idées d'améliorations à te proposer ! Libre à toi de les accepter ou non. Ici, ce sont les clients qui ont la parole et presque tout le temps, le dernier mot. Seulement je préfère donner mon avis et travailler sur quelque chose qui me fait plaisir plutôt que de tirer la tronche car ton tatouage ne m’emballe pas. »

Attrapant mon modèle, je le lui montre en le posant au centre du bureau, entre nous deux. Au fur et à mesure que je lui explique mes idées, je montre la partie concernée sur la feuille qui lui fait face, afin qu'il se rende mieux compte de ce que je veux dire et de ce que le résultat va donner.

« Commençons par le centre de ton tatouage. Le symbole de Code Lyoko, si je ne m'abuse. Je te propose de le mettre en avant. En jouant avec des nuances de noir et de gris, je peux le faire ressortir pour qu'il soit la partie principale de ton tatouage afin qu'il soit légèrement.. plus vivant ! Je peux également travailler sur des ombres au loin, ça ferait comme si ce symbole était une partie de toi-même et qu'il lui était possible de sortir de ta peau. Un peu comme... »

Je fais reculer ma chaise, à roulettes, et vais chercher un classeur au comptoir d'entrée. Je reviens et reprends place à côté de lui. Je cherche énergiquement un tatouage qui illustre mon idée de jeu d'ombres pour rendre son tatouage un peu plus vivant qu'il ne le sera si je laisse la totalité de ces symboles sur le même plan. Le trouvant, je lui montre. ( → Click )

« À la façon 3D, si tu préfères. »

Lui laissant le classeur ouvert sur ce modèle de tatouage, je reprends mon support et poursuis mes explications, avec sérieux et intérêt.

« Ensuite. À gauche de ce symbole principal, tu souhaites avoir une pokéball. Que dirais-tu de l'avoir dans un espace de fond ? Je m'explique. Tu as énormément de symboles à intégrer et pour que le rendu soit raisonnable et agréable à regarder ainsi qu'à porter, je pense faire pas mal de contrastes. Des symboles resteront sur un plan principal, ton symbole central sera mis en avant tandis que d'autres seront mis en arrière. Ils ne seront pas négligés pour autant. Bien au contraire, les symboles ainsi repoussés seront d'autant plus importants car la moindre erreur de finesse et de ligne et le tatouage final ne ressemblera à rien. C'est pour cela que je propose le fait que ce soit la pokéball. Je peux même te la faire ouverte avec l'impression que le pokémon qui se trouvera en plan principal, vient tout juste d'en sortir. Cependant, une petite question me vient en tête. Bon nombre de pokéballs existent et je me demandais de quel type, tu voulais hériter. Il y a le modèle habituel mais il y a également les Super Ball, les Hyper Ball, les Master Ball, les Copain Ball, les Love Ball et tant d'autres. Choisis le type que tu préfères, ceci n'est qu'un détail purement esthétique mais puisque cela ne me pose pas de problèmes, tu peux te permettre de m'ajouter une petite difficulté supplémentaire. Ne te gêne surtout pas. Donc devant cette pokéball ouverte, se trouvera le pokémon que tu souhaites. En plan principal, je compte le faire correspondre avec ton symbole principal. Pour mieux te faire comprendre, tu auras l'impression que ton pokémon sort de la pokéball et se trouve derrière ton symbole de Code Lyoko comme si ce dernier s'apparentait à un poteau ou à un arbre. Ainsi tout correspondrait et l'effet de bloc sera proscrit. »

Je regardais, plus en détail, le pokémon en question pour être sur de mes prochaines paroles.

« Donc le corps d'Evoli et les têtes et queues de ses évolutions. Donc on est bien d'accord que la seule touche d'Evoli dans l'histoire n'est qu'au niveau du corps ? Ou tu aimerais également voir apparaître sa tête et sa queue parmi ses congénères ? Car si nous comptons bien, il a huit évolutions au total donc si je dois également faire la tête d'Evoli, cela me fait un total de neuf têtes différentes et de neuf queues également. Ce qui sera tout bonnement impossible, je te le dis tout de suite. Les queues, il n'y a absolument aucun problème, que je t'en fasse huit ou neuf, le rendu sera pas mal et ne posera aucun soucis, donc à toi de me dire si tu veux que j'y ajoute la queue d'Evoli. Par contre, au niveau des têtes. Tu veux également celle d'Evoli ou pas ? Quoiqu'il en soit, que je parte sur une base de huit ou de neuf, le rendu n'en sera que trop chargé et le tatouage fluide que je te souhaite sera tout bonnement improbable. Aussi, voici ce que je te propose. Trois têtes. Comme le légendaire Cerbère. Sur chacune des têtes, des détails représenteront plusieurs évolutions. Ce qui donnerait ce genre de schéma. La tête du milieu serait réservé à Aquali, Voltali et Pyroli. La seconde, celle de gauche, sera composée de détails concernant Mentali et Noctali. La dernière, et donc celle de droite, pour Givrali, Phyllali et Nymphali. La toute dernière évolution qui ne devrait pas tarder à paraître officielle. Une tête pour une génération d'évolutions. »

J'espérais que mes idées lui plaisaient et que mes représentations sur papier le rassurait quant à l'image qu'aura son tatouage. Je serais bientôt fixé.

« Pour finir, à droite de ton symbole principal, je dois te tatouer les symboles d'un Potterhead et d'un Demigod, si j'ai bien compris. J'ai peur que cette partie fasse très brouillon si je te la tatoue sans fond. Et j'ai bien peur de ne pas pouvoir t'inscrire tous les symboles que tu souhaites. Je peux faire correspondre ton symbole principal à cette partie droite par une chaîne. Symbole que l'ensemble se lie et te correspond. Et ta partie droite correspondra à un autre symbole mais ensemble de plusieurs dont je ferais légèrement sortir, tout en gardant une impression d'éloignement. Je ne suis pas sur d'avoir été clair, je précise mon idée de suite. Que dirais-tu du symbole d'un Potterhead officiel comme base ? Un triangle où loge un cercle en son centre. Le tout, surplombé d'un trident. À la rigueur, je peux même essayer de caser une paire de lunettes surplombée d'un petit éclair si jamais je trouve un endroit propice mais cela n'est guère une promesse. Et ton tatouage s'arrêterait là. Ce qui est déjà pas mal, je dois bien l'avouer. Aussi, tout ce blabla n'était que des idées de mon chef et des propositions que tu es libre de refuser. Je ne veux rien forcer. Tu aimerais que je te le fasse où ? Histoire que je me voies un peu les dimensions que je dois prendre pour chaque partie. »

Alors que je le laissais réfléchir à tout ce que je venais de lui débiter, je partis chercher le nécessaire dont j'ai besoin. Le manque le plus cruel était l'encre. Il va falloir que mes employés m'expliquent pourquoi je ne retrouve jamais mon encre à sa place. À croire qu'ils s'y droguent. Elle est toujours ailleurs et toujours là, où elle devrait pourtant ne pas être.

Revenant avec le nécessaire, je positionnais chaque chose à sa place alors qu'une autre pensée me vint en tête.

« Au fait. Tu es mineur, non ?! Tu as une autorisation parentale avec toi ? Car sans, je ne pourrais rien te faire. Même avec la plus grande volonté du monde. »

J'espérais qu'il en possédait une. Pas que l'idée de tatouer commençait à me faire bouillir d'impatience et que l'excitation me prenait au corps mais il semblait vraiment décidé à se faire tatouer aujourd'hui et cela me peinerait de le voir repartir, alors qu'il ne lui manque qu'un papier de bonnes formes. Papier qui pourrait m'éviter bien des ennuis, d'ailleurs.

« Oh et, même si tu dois déjà le savoir vu que tu sembles prêt à te faire tatouer, un tatouage est éternel. Tu es bien sur de vouloir ce tatouage précisément ? Tu es jeune alors pour le moment, cela ne te posera sans doute aucun tord mais lorsque tu seras adulte et que tu entreras dans le monde du travail ou que tu fonderas une famille, tu ne seras peut-être plus vraiment dans le même état d'esprit. Je ne voudrais pas que dans 10 ou 20 ans, tu reviennes vers moi en me demandant de couvrir ton tatouage car tu en as honte. Ce serait réellement dommage. Tu vois, ce que je veux dire ? »

Tandis que je préparais finement mon dermographe personnel, je me permis de le regarder et d'attendre sa réponse à ma question. Cette réponse était de loin la plus importante de toutes celles que j'avais pu lui poser. Je l'attendais donc, impatiemment.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : 50
Classe : Seconde AV
Spécialisation. : Dessin
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 91
Okane (お金) : 74
Points. : 0
Date de naissance : 13/01/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation, liens, rps.)
Arts Visuels.
William Royer
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Dim 8 Nov - 16:48
William regarda le tatoueur détailler son dessin puis il l’emmena dans son établi, enfin c’est ce que le brun pensait. Il s’assit sur une chaise qui était apparemment à la disposition des clients. Le professionnel prit une feuille et commença à reproduire le dessin du français et à mettre des annotations tout autour.
 
« Moi, c’est William Royer après les gens m’appellent comme ils veulent. William, Will, Willy, j’ai eu le droit à tout. »
 
C’était vrai, chaque personne qui le croisait lui trouvait un surnom si bien que le jeune homme en avait une bonne cinquantaine à son actif, allant des basiques aux plus extravagants. Mais c’était sa meilleure amie qui détenait le record dans la catégorie surnoms les plus bizarres. Il se mit debout pour mieux voir et posa ses mains sur le rebord de la table. Il écoutait les paroles du tatoueur comme si c’était un Dieu. Il appréciait la franchise de Dewei.
 
« Je pensais sur l’avant-bras gauche voir même dépasser vers l’épaule si l’espace te manque. »
 
Il fit un mouvement de tête de haut en bas pour lui montrer qu’il était d’accord avec sa proposition. Sur un dessin ça ne rendrait pas très bien mais William avait conscience de la différence entre tatouer et dessiner. Et puis en y regardant de plus près, le jeune homme s’aperçut que c’était une bonne idée et il se demanda pourquoi il ne l’avait pas eu avant. Dewei avait des idées géniales et le français trouvait que ses suggestions étaient des réelles améliorations pour son dessin.
 
« Je pensais à la toute première pokéball qui existe autrement dit la basique. »
 
Décidément Dewei ne manquait pas de propositions et ça plaisait beaucoup à William.
 
« Non, je ne souhaite pas la queue de Evoli autrement je te demanderais de faire sa tête aussi ce qui serait assez lourd pour un tatouage, j’en suis conscient et puis ça casserait ton idée pour Cerbère que j’apprécie. »
 
Le brun arrêta que le tatoueur arrête de parler pour prendre la parole à son tour.
 
« J’aime beaucoup tes propositions et le rendu que ça donnerait. Comme je te l’ai dit, je pensais à l’avant-bras gauche tu pourrais déborder même vers l’épaule si tu manquais de place. »
 
Il vit le tatoueur arriver avec toute l’encre dont il allait avoir besoin.
 
« Oui je suis mineur à moins que la majorité du Japon soit de 16 ans. J’ai l’autorisation parentale et si je ne l’avais pas, je ne serais pas venu puisque je nous aurais attiré des ennuis à tous les deux. »
 
Joignant le geste à la parole, le français tendit à l’asiatique le papier administratif. Il n’était pas le genre de garçon à faire des choses dans le dos de ses parents, il attendait toujours leur autorisation avant de réaliser ses projets.
 
« Oui, je vois parfaitement ce que tu veux dire mais oui, je suis parfaitement sûr de mon choix et on ne peut pas regretter sa propre histoire enfin de mon point de vue. »
 
C’était ce que ce dessin représentait pour le jeune homme, c’était sa propre histoire. Pour lui, on pouvait regretter pas mal de choses mais pas son histoire. Il était donc déterminé à faire ce tatouage.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Lun 9 Nov - 17:21
J'écoutais chacune de ses réponses avec un certain intérêt particulier. À ma plus grande satisfaction, mes idées ont été retenues et il semblait partant pour un tel tatouage peaufiné. Il était maître de son corps, je ne pouvais donc rien en redire. La seule chose qui m'était désormais permise, était de faire mon travail. Je pris son autorisation parentale et la parcourue des yeux, avec sérieux.

« Parfait. Tout semble bon, de mon côté. »

Je pris tout de même un post-it où je pris la peine d'écrire le prix qui lui incomberait à la suite de mon travail achevé. Je le lui tendis et lui en donna un deuxième, vierge cette fois-ci.

« Voici le prix que je te demanderais. Si cela te convient, je me mets au travail de suite. Si tu pouvais inscrire, sur ce papier vierge, un numéro de téléphone où il m'est possible de joindre tes parents.. Je te remercie d'avance. »

Lui laissant le temps de la dernière réflexion, je rassemble le classeur et toute autre feuille que j'avais sorti pour rendre mon bureau plus présentable. Je n'aimais pas travailler dans un espace clos, ressemblant purement et simplement à un capharnaüm. Travailler dans un espace propre, rangé et sein. L'inverse n'était permis et totalement proscrit.

Étant seul, actuellement, au salon, j'espérais qu'aucun autre client n'arriverait à l'improviste car j'avais encore deux rendez-vous qui devraient, d'ailleurs, arriver sous peu. Mais devant un tel garçon déterminé, je ne pouvais pas lui demander d'aller voir ailleurs. Mon optique n'était pas celle-là. C'est pourquoi, je comptais bien m'occuper de lui et je me promettais ainsi de faire le tatouage qu'il désire tant. Le résultat se doit d'être à la hauteur même s'il me rend perplexe. Cependant, je devais d'être franc et de lui dire ce qu'il en était, réellement.

« Même si tout semble ok, je ne pourrais pas te tatouer aujourd'hui. Afin d'être certain que ton autorisation est réelle, je me dois d'appeler tes parents, comme tu as pu t'en douter. De plus, je dois travailler ton tatouage et le dessiner avant de pouvoir te l'encrer. »

Je profite de ce petit moment de confessions pour prendre les mesures de son avant-bras gauche et de les noter en marge de mon croquis. Elles sont essentielles pour que je puisse mettre le modèle aux bonnes proportions et ainsi pouvoir travailler dans de bonnes conditions, le jour J.

« J'ai des rendez-vous qui ne devraient plus trop tarder et je n'aurais pas le temps de m'occuper pleinement de ton tatouage ce soir, donc ce que je te propose, c'est de prendre rendez-vous pour l'encrage. »

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : 50
Classe : Seconde AV
Spécialisation. : Dessin
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 91
Okane (お金) : 74
Points. : 0
Date de naissance : 13/01/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation, liens, rps.)
Arts Visuels.
William Royer
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Lun 9 Nov - 18:41
William prit les eux post-its que Dewei lui tendait. Il regarda en premier lieu le prix qui lui semblait tout à fait honnête. Puis vint le moment d’écrire les numéros de téléphone, il releva la tête vers le tatoueur.
 
« Lequel de numéro ? Le portable ? Le fixe ? Mes parents étant divorcés, je te mets lequel ? »
 
Ses parents étaient tout les deux divorcés et avaient refait leurs vies chacun de leur côté. William avait donc un beau-père pas encore de belle-mère mais ça ne saurait tardé. Sa mère avait eu deux autres enfants avec son deuxième mari. Il pouvait aussi marquer tous les numéros si c’était ce que voulait le professionnel. C’est donc le stylo en main prêt à écrire que le français attendait la réponse de l’asiatique.
 
« Bien sûr, je m’en doutais aussi que ça ne se ferait pas aujourd’hui. Juste pour mes parents ils ne parlent pratiquement que français, ils ont fait un effort pour mon autorisation mais c’est tout. Aussi laissez un message sur le répondeur, ils ne répondent jamais quand ils ne connaissent pas le numéro mais ils décrochent quand ils entendent que le répondeur s’active. »
 
Le brun se laissa faire quand Dewei prit les mesures de son avant-bras. Il ne supportait pas d’être touché dans certains endroits comme la colonne vertébrale mais les bras ça allait. Il avait donc des zones très limitées pour les tatouages. C’était d’ailleurs très problématique dans la vie de tous les jours. Il ne pouvait pas pratiquer certains sports sans avoir envie de baffer la personne qui lui touchait un endroit sensible. Il arrivait à retenir ses pulsions violentes la plupart du temps. Après si il était dans un mauvais jour, le coup pouvait partir tout seul mais généralement ces gens-là étaient très malchanceux ou avaient un mauvais karma comme disait sa meilleure amie. Une fois que Dewei avait fini d’utiliser son mètre autour du bras de William, ce dernier sortit son téléphone. Son cellulaire lui servait pour tout puisque généralement il perdait les informations quand il les notait sur un post-it ou des trucs comme ça. Il avait déjà raté des rendez vous chez des spécialistes à cause de ceci.
 
« D’accord, tu as de la place quand ? »
 
Bien sûr, le jeune français espérait que les places de libre ne soient pas pendant ses heures de cours. Quoique avec sa chance habituelle, ça pourrait parfaitement lui arriver. Ce genre de situations ne se produisait que pour lui, en tout cas c’était l’impression qu’il avait.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Mer 11 Nov - 18:17
Alors que je m'apprêtais à lui répondre, j'entendis la porte de mon salon et mon corps se retourna, instantanément. Mon sourire apparut automatiquement. Un client venait d'arriver et il était loin d'être novice en ces lieux. Il devait, très certainement, être le plus ancien et celui qui me connaissait depuis l'ouverture de mon antre.

« Je m'occupe de toi dans un instant, mets toi à l'aise, tu as l'habitude. »

Il me lança un clin d’œil complice et alla prendre place. Je souriais et me retourna, face au petit jeune qui attendait mes indications pour écrire les numéros. Si l'habitué venait d'arriver, cela signifiait qu'il commençait à faire nuit et qu'il était préférable pour un mineur de rentrer chez lui, sans attendre. Mon quartier n'est pas des plus à craindre mais nous ne sommes jamais à l'abri d'un tragique incident. Quel que soit l'endroit où nous pouvions nous trouver. Je me devais donc de finir avec lui et de l'expédier, au plus vite, chez lui.

« Inscris moi la totalité des numéros. Fixe et portable. Pour chacun de tes parents, s'il te plaît. »

J'aurais ainsi toutes les cartes en main pour pouvoir les joindre et il était presque impensable, je dirais même impossible, qu'avec autant de possibilité, je n'arriverais pas à entrer en contact avec eux. J'entendais ses réclamations et ses conseils, au sujet de ses parents. Il faisait bien de me préciser tout cela car je n'aurais sans doute jamais pensé à une chose pareille. Non pas que leur divorce m'intéresse ou que cela change quelque chose, leur vie personnelle ne me regarde absolument pas et elle ne m'intéresse pas, en plus de cela. Non, ce qui me paraissait important était le fait qu'ils ne parlaient que français. Je me serais trouvé bien bête s'il m'était venu à l'esprit de laisser un message en japonais. Ils n'auraient sans doute jamais décroché.

« Je suivrais tes conseils. »

Le remerciant d'un signe de tête, je regagnai le comptoir d'entrée et attrapa le cahier de rendez-vous. Je me mis à le feuilleter et à regarder plusieurs journées avec insistance. Je pesais le pour et le contre. Il ne suffisait pas seulement de regarder là où on avait de la place. Je devais prendre en compte les rendez-vous que nous possédions déjà et le temps que prendrait chacun d'entre eux car chaque tatouage avait sa durée attitrée. Je devais également me concentrer sur le planning et voir quels tatoueurs étaient présents sur quel jour de la semaine et à quelles heures. Ce mineur est mon client. Je me suis chargé de lui à son arrivée et je suis celui qui compte travailler sur son tatouage. Je devais donc trouver un jour où je travaille, sans être débordé, et m'assurer, qu'au minimum, un second tatoueur serait présent pour assurer le reste des services. Beaucoup de 'si' pour un seul rendez-vous, donc. Mais il n'y a que comme cela que notre travail en sort organisé et satisfaisant.

« J'ai de la place demain matin. Sinon ça repousse à la fin de semaine ou en début de semaine prochaine. Tout dépend de ton emploi du temps et de tes horaires de cours. Tu es disponible quand, précisément ? »

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : 50
Classe : Seconde AV
Spécialisation. : Dessin
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 91
Okane (お金) : 74
Points. : 0
Date de naissance : 13/01/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation, liens, rps.)
Arts Visuels.
William Royer
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Mer 11 Nov - 19:49
William releva la tête quand il entendit la sonnette. Vu comment Dewei se traitait avec ce client, le brun pensa tout de suite que ça devait être un habitué des lieux. Entendant la consigne du tatoueur, il l’exécuta. Il écrivit rapidement les quatre numéros demandés regardant quand même pour voir si c’était quand même lisible. Le but n’était pas que l’asiatique fasse un faux numéro ou quoique ce soit, l’important était qu’il arrive à les joindre. Avec un sourire, il constata que n’importe qui arriverait à le relire. Il tendit le post-it à Dewei pour qu’il s’en saisisse.  Il le suivit jusqu’au comptoir où celui-ci lui dit les rendez-vous qui étaient possibles. Demain matin ça pourrait être possible, la seule chose qu’il fallait  c’était que ça ne soit pas trop tôt non plus autrement le pensionnat n’aurait pas ouvert ses portes.
 
« Demain matin à quelle heure ? »
 
Toute trace de sourire s’enleva de son visage en regardant l’heure sur son cellulaire. Le pensionnat fermerait ses portes dans cinq minutes et il n’était toujours pas parti de ce salon. Surtout qu’il ne connaissait pas encore Tokyo. Il se retint de jurer. Comment allait-il faire ? Il savait que bon nombre de dangers régnaient en maître dans la capitale du soleil levant. William qui d’habitude ne stressait que très peu, sentit l’angoisse se former au creux de son ventre. La seule amie qui habitait ici c’était Clo et elle était interne d’ailleurs il vit ses nombreux sms qui s’affolaient tout autant que lui. Il lui composa une brève réponse.
 
Je vais me débrouiller t’inquiètes pas.
 
Quelques secondes après il reçut une réponse.
 
Et comment ? Le pensionnat ferme ses portes dans 5 minutes au cas où t’aurais oublié.
 
Que pouvait il bien lui répondre ? Il n’était pas magicien et ne maîtrisait pas l’air de la téléportation. Il rangea donc son cellulaire dans sa poche. Il devait trouver un endroit où il pourrait dormir. Le salon fermait-il ses portes la nuit ou était il encore ouvert ? Le brun se mit à scruter la pièce du regard à la recherche des horaires. Ne les voyant pas, un soupir sortit de ses lèvres.
 
« Le salon est ouvert la nuit ? »
 
Il espérait de toutes ses forces que oui autrement où allait-il dormir cette nuit ? Si Dewei et lui auraient été amis, il lui aurait demandé si il pouvait dormir chez lui mais comme ce n’était pas le cas, il ne pouvait pas.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Dim 15 Nov - 14:45
Je saisis le post-it qu'il me tendit et le lu rapidement pour m'assurer qu'il m'était possible de relire les numéros de téléphone. Une fois l'assurance prise, je le mis près de celui du salon. Je pense les appeler dès demain matin, en partant du principe que le rendez-vous que je compte lui proposer lui convienne. J'avais pas mal de doutes, cependant, quant à ses disponibilités pour la matinée du lendemain. Il était assez rare qu'un élève possède des heures de libre en pleine journée de cours. Mais je ne pouvais rien lui proposer d'autres. Si cela ne lui convenait pas, il devra prendre son mal en patience et attendre quelques jours avant de pouvoir être tatoué. Même avec la meilleure volonté du monde, je ne pouvais rien y faire. Une fois que je m'engage dans un rendez-vous, je ne décommande jamais. Et mon équipe suivait également cette façon de faire.

« Demain matin, à 10h30. Cela rentre dans ton emploi du temps ? »

Alors que je pensais le voir regarder ce dit 'emploi du temps', je vis son visage changer d'expression plutôt subitement. Je le vis échanger quelques messages et curieux, je me mis à regarder l'heure. Un sourire amusé se dessina aux coins de mes lèvres. Je pense comprendre ce qu'il lui arrive. Mineur et assez jeune, il devait très certainement respecter un couvre-feu comme bon nombre d'enfants à Tokyo. Il devait très certainement être 'juste' et prendre peur à cause de cette situation. Cela m'amusait plus que cela m'inquiétait, en fin de compte.

Attrapant une feuille et un stylo, je me mis à écrire un mot d'excuse. Simple mais efficace. Je ne savais pas de quelle école il était ou s'il devait rentrer à un internat ou directement chez l'un de ses parents. Je m'en contrefoutais, littéralement. Ce qu'il fait de sa vie ne me regarde pas vraiment et ayant déjà un client en attente, je ne m'attarderais pas à faire plus ample connaissance avec lui. Je laisse, volontiers, une telle discussion pour un autre jour. Malgré que le mot était plutôt court, j'eus la décence de me nommer responsable de son retard et de m'en excuser platement. N'oubliant pas de saluer respectueusement le futur lecteur, je pus terminer le tout avec ma signature.

« Tiens ! » lui dis-je, en lui tendant la feuille. « Avec ça, tu devrais pouvoir rentrer sans avoir trop de problèmes. L'idée du couvre-feu m'était sorti de la tête, je m'en excuse. »

Bien entendu, je priais intérieurement pour que la raison de son affolement soit véritablement causée par un quelconque couvre-feu. L'inverse me discréditerait et il m'en faudrait moins que cela pour me sentir totalement idiot. Ce que je n'espérais pas, bien entendu.

« Et pour tout de même répondre à ta question, oui le salon est ouvert la nuit. Pas tout le temps mais ça peut arriver. Pour certains clients qui préfèrent passer inaperçus et qui aiment la discrétion. Il m'arrive donc de travailler journée et nuit consécutives. »

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : 50
Classe : Seconde AV
Spécialisation. : Dessin
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 91
Okane (お金) : 74
Points. : 0
Date de naissance : 13/01/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation, liens, rps.)
Arts Visuels.
William Royer
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Lun 16 Nov - 17:02
William regarda son emploi du temps enregistré sur son portable. 10h30 ? Ca devrait le faire mais il devait s’assurer quelque chose avant de donner réellement son accord.
 
« Ca prendrait combien de temps à peu près l’encrage ? »
 
Si il pouvait rentrer pour midi, il prendrait ce rendez-vous là sinon il devrait patienter. Chose qu’il n’avait pas envie de faire. La patience n’avait pas été son fort, les jeux vidéos ne comptaient pas. A chaque fin de combat il gagnait de l’expérience donc au final il n’avait pas envie à attendre. Il était comme qui dirait hyperactif, si un cours ne l’intéressait pas il pouvait se passionner pour les couleurs de ses stylos. Passer trois heures sur un exercice l’énervait et généralement son attention était captée par autre chose ce qui faisait qu’au final son exercice n’était pas fait. Le jeune homme fut ramené sur Terre quand il entendit qu’on s’adressait à lui. Dewei lui tendit une feuille, il haussa les sourcils signe qu’il ne comprenait pas puis il entendit ses paroles. Il prit donc le papier.
 
« Merci. Ce n’est pas grave. C’est un peu ma faute aussi si mon sens de l’orientation était meilleur, je n’aurais pas passé trois heures à tourner dans Tokyo à la recherche de ton salon et on n’en serait pas là. »
 
C’était tout ce qu’il y a de plus vrai, il arrivait à se repérer normalement mais cette ville était si grande et par rapport à la ville où il habitait avant. Dijon avait beau être la capitale de la Bourgogne elle restait une toute petite ville. L’écart entre les lieux où il séjournait et où il avait vécu était énorme.
 
« D’accord. »
 
William se demandait si des yakuzas venaient ici pour se faire tatouer mais il se retint de la poser il avait compris que ce sujet était tabou et qu’il fallait l’éviter autant que possible. Il se rappela qu’il avait lu dans un journal numérique, si ses souvenirs étaient bons, que leur chef avait été tué. Il imaginait donc que c’était l’anarchie maintenant. Après tout les humains étaient comme ça. Il leur fallait un dirigeant où le chaos régnait. Les gens se divisaient en plusieurs groupes et s’amusaient à s’entretuer pour s’emparer du pouvoir. Que si quelqu’un l’avait déjà en sa possession et qu’il se faisait bien voir, l’ordre prenait place. Après les dictateurs semaient le chaos. Mais dans l’esprit du brun, il fallait trouver le juste milieu pour que ce soit parfait autrement nous étions dans l’excès.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Mar 17 Nov - 13:35
Je le vis enfin regarder son emploi du temps et je ne pus m'empêcher de m'étonner en entendant sa question. Il était vrai que pour moi, la réponse paraissait évidente et que quelqu'un me la demande me semblait très souvent dérisoire et étonnant. Mais il était normal qu'un jeune qui n'ait pas encore de tatouage n'en sache pas davantage sur l'encrage. Il fallait donc que je l'informe.

« Je ne peux pas réellement savoir combien de temps cela va durer. Tout dépendra de toi mais aussi de ta peau, en vérité. Il faudra qu'on voit si tu arrives à supporter la douleur ou si tu as besoin de plusieurs pauses, si ta peau va supporter ce que je compte lui faire subir, si l'encrage se fait dans la foulée ou s'il y aura nécessité de pratiquer plusieurs couches. Tout un tas de facteurs. Mais même si je ne peux pas te donner une durée précise, je peux tout de même te dire que je ferais de mon mieux en fonction de la situation qui se présentera, pour que tu puisses être libéré pour l'heure du déjeuner. Cela te convient ? »

Il semblait bien que oui car je le vis acquiescer, à la fin de mes propos. Souriant, j'inscrivis donc son nom en face de l'heure du rendez-vous choisi. Il va donc me falloir travailler le motif et les proportions du modèle dès ce soir, après les rendez-vous que je me dois de préserver. Sans oublier qu'il me faudra appeler ses parents pour obtenir un accord définitif avant qu'il ne vienne pour 10h30 demain matin. Au risque que ma mémoire me joue un tour, je préfère assurer la chose en inscrivant en plus quelques notes à côté du nom de ce tout nouveau client.

« Bien, maintenant que le rendez-vous est élaboré, on va pouvoir parler des recommandations à suivre jusqu'à demain matin. »

C'était très certainement la partie la plus importante de mon discours de tatoueur. Celui qui suit la prise de rendez-vous et qui est absolument essentiel. Il est primordial qu'il écoute attentivement mes recommandations mais aussi qu'il les suive sans rechigner et au pied de la lettre.

« Nous sommes donc la veille de ton tatouage. Désormais, je te conseille d'éviter toute prise d'alcool, de drogues ou même d'aspirine. N'étant pas un membre de ta famille proche, je peux pas te l'ordonner mais je te le conseille vivement. L'encrage ne pourra pas se passer dans de bonnes conditions si tu vas contre mes recommandations. Donc pas de drogues, pas d'alcool et pas d'aspirine ! »

J'entendis la porte de mon salon s'ouvrir de nouveau. Je pus faire un signe de la tête au client qui venait d'arriver avant de lui indiquer les chaises pour qu'il aille patienter. Mes deux derniers clients de la journée étaient donc présents. Il me fallait commencer à les prendre en charge. Mais avant de travailler durement et méticuleusement avec eux, je devais terminer avec le petit jeune.

« L'encrage en lui-même, comment ça va se passer ?! Je vais décalquer le motif, sur lequel on a travaillé tout à l'heure, sur ta peau. Cette dernière doit être préalablement rasée si nécessaire, bon je ne pense pas que tu ais besoin de raser ton avant-bras gauche surtout vu ta jeunesse.. mais elle doit également être nettoyée à la Biseptine. Si tu n'en possèdes pas, ce n'est pas grave, je te le nettoierais juste avant. J'en possède au salon. »

Au fur et à mesure que je lui parlais, d'autres informations me venaient en tête.

« Pour ce qui est de la douleur.. car quand c'est le premier tatouage, certains clients ont une petite appréhension. Un tatouage peut aussi bien faire pleurer que faire dormir. Le seuil de tolérance à la douleur de chacun est bien différent, aussi étrange que cela puisse paraître. Par moment, il m'arrivera d'essuyer l'encre sur ta peau afin de vérifier la bonne prise du tatouage, et, dans la plupart des cas, cet acte brûle. Il ne faut donc pas hésiter à me demander des pauses. »

C'est alors que me vint une recommandation de taille.

« Si te viens l'idée de te faire tatouer sous usage d'une pommade anesthésiante, autant oublier tout de suite.Non seulement l'usage extensif de cette pommade peut être dangereux pour la santé, mais en plus, les effets de cette pommade sont imprévisibles que ce soit dans la durée, dans l'intensité de l'anesthésie, que dans l'influence que les actifs qu'elle contient auront sur l'encre. Comme le 'bavage', le rejet, la difficulté de pénétration de la peau et tant d'autres. Donc même si tu n'avais pas l'intention d'en venir à une telle pratique, je préfère prévenir car j'ai déjà eu des cas. »

Les recommandations et les informations que je me devais de lui transmettre sont terminées et je ne voyais rien d'autre à ajouter. Il était donc temps de clôturer ce premier chapitre.

« Et voilà, c'est tout pour moi. Bien entendu, on pourra reparler de tout ça demain matin si tu as des questions ou si tu veux revenir sur certains points. Et puis.. c'est tout, pour le moment. Je te souhaite une bonne soirée, rentre bien, n'oublie pas de montrer mon mot d'excuse si jamais tu as quelques ennuis et puis je te dis à demain. Pour 10h30. Tout sera prêt pour le grand jour ! » lui dis-je, en souriant, pour conclure notre entrevue.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Chambre : 50
Classe : Seconde AV
Spécialisation. : Dessin
Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 91
Okane (お金) : 74
Points. : 0
Date de naissance : 13/01/1999
Age : 18
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation, liens, rps.)
Arts Visuels.
William Royer
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Sam 21 Nov - 12:56
William vit l’étonnement passer sur le visage du tatoueur. Sa question devait être sans doute stupide mais il n’avait pas eu le temps de se renseigner pour savoir comment se passerait l’encrage. Aussi il écouta la multitude de facteurs qui jouaient sur le temps et même si il se doutait bien qu’il y en aurait beaucoup, il fut comme même surpris de leur quantité.
 
« Oui ça me convient donc demain à 10h30. »
 
Dewei lui annonça qu’il avait des recommandations à lui dire, le français y prêta donc une oreille attentive. Ses premiers conseils seraient facile à suivre pour lui, il ne prenait ni drogue ni alcool et de l’aspirine seulement quand il avait une migraine. Son entourage savait parfaitement qu’il ne toucherait jamais à ces cochonneries. Il avait vu tellement les dégâts que ça pouvait causer qu’il s’était juré que ses proches n’aient pas avoir à le retrouver dans cet état. Il ne supporterait pas de les décevoir.
 
« Ca, ça va être facile, je n’en prends pas. »
 
William fit un inventaire de ce qu’il avait comme désinfectants et médicaments. Il se souvint alors qu’il avait déjà de la Biseptine, il l’avait prise car connaissant la maladresse de sa meilleure amie il s’était dit qu’il en aurait besoin. Et il avait eu raison de la prendre, il s’en était servi une dizaine de fois pour soigner les blessures de Clo. Il s’était toujours demandé comment elle faisait pour se blesser aussi facilement.
 
« Pour la Biseptine c’est bon, j’en possède. »
 
Il écouta les paroles de Dewei par rapport à la douleur du tatouage. Il savait qu’il n’était pas douillet et qu’il fallait quand même une sacrée force pour lui faire mal. Ses sœurs l’avaient habitué à se prendre des coups et à y répondre. Elles étaient rancunières comme lui, aussi quand il les vexait sans le faire exprès, il se prenait une baffe en guise de réponse.
 
« D’accord. »
 
William haussa les sourcils quand il lui parla des pommades anesthésiantes, il ne savait même pas que ça existait. Il était persuadé qu’il n’y en avait pas en France. Donc Dewei pouvait se rassurer, il ne s’en mettrait pas. Il hocha la tête au fur à mesure que le tatoueur terminait sa dernière réplique.
 
« Merci à toi aussi et pour le mot. A demain, 10h30. »
 
Le français partit mettre ses chaussures et sortit du salon en direction du pensionnat.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
100 / 100100 / 100

Je suis... :
  • A moitié là.

Je peux prendre... :
  • Rien du tout, passe ton chemin.

Messages : 371
Okane (お金) : 433
Points. : 2
Date de naissance : 16/12/1995
Age : 21
Je fais partie du Staff.
Muse
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ] Sam 21 Nov - 14:32
Rp tagué et terminé, j'archive !


+10 okanes.

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ]
Revenir en haut Aller en bas

[TERMINE]" Besoin d'encre. " [ William & Dewei ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Administration. :: Archives. :: Rps Terminés.-