RSS
RSS



 

Partagez|

"Pourriez-vous m'accorder un moment ? -Oui, j'adore parler de moi !" - [Dewei Ouyang/Young-Nam Kang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Je suis... :
  • Fidèle au poste !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 25
Okane (お金) : 38
Points. : 0
Date de naissance : 27/11/1991
Age : 26
Les p'tits liens. : Rentrer ici les liens importants. (Présentation, liens, rps.)
Je suis un honnête citoyen.
Young-Nam Kang
MessageSujet: "Pourriez-vous m'accorder un moment ? -Oui, j'adore parler de moi !" - [Dewei Ouyang/Young-Nam Kang] Sam 21 Nov - 21:09
Combien de fiches devait-il encore remplir avant de pouvoir retourner à l'université et analyser les réponses des personnes abordées ? De ses longs doigts, Young-Nam souleva le coin de la pile de feuilles et fit défiler contre la chair de son index chaque morceau de papier. Il en estima pas moins d'une trentaine. Il en avait entendu parler par ses aînés de cette fameuse étude de cas mais, la description faite lui semblait bien plus gentille et douce que la réalité. S'il avait trouvé cela amusant au départ, à présent, l'envie de rire gentiment quand on lui demandait de reformuler la question lui était bien passée. Le jeune homme avait interrogé quelques lycéennes qui, à chaque des questions lui demandaient de répéter, reformuler, d'expliquer. Elles buvaient les paroles du garçon, leurs prunelles parcourant chaque recoin de son visage et même le décryptaient de la tête aux pieds. Pour répondre à seulement vingt questions, il lui avait fallut plus d'une heure. Afin d'éviter que le même scénario ne se répète, il avait été interroger des personnes plus âgées. A son grand malheur, ceux-ci non plus ne comprenaient pas les questions et lorsqu'il leur expliquait, ils lui demandaient de se répéter, encore et encore.
 
Le coréen se laissa tomber sur un des bancs du quartier commercial. Il passa ses mains, après avoir déposé la pile à sa droite, dans ses cheveux, ébouriffa le tout. L'après-midi était sur le point de s'achever et si tout le monde commençait à sentir l'air frais se glisser sur leurs peaux, lui mourrait terriblement de chaud. Il fallait le comprendre, jamais il ne bénit tant les déodorants pour lui éviter de sentir la sueur et d'avoir d'énormes auréoles humides sous les bras. Cela ne l'aiderait guère à garder l'attention des gens sur la feuille d'enquête. Pour autant, il ne faut pas croire qu'il n'arrivait pas à aborder qui que ce soit, si en général il n'avait aucun mal avec les femmes et les jeunes garçons, les hommes de la quarantaine ne s'arrêtait pas ou rares ils étaient à le faire. Dans un sens, cela ne l'étonnait pas, les gens n'aiment pas être surpris ni même ces enquêtes "à la con" comme lui avait hurlé un homme en costard, semblant un peu pressé pour ne pas dire totalement.


Que des inconnus lui parlent mal ou lui manque de respect, cela n'avait guère d'effets sur lui. C'est une chose qu'il avait su dépasser depuis de nombreuses années. Young-Nam était quelqu'un mentalement fort même si paradoxalement, il lui arrivait de sombrer dangereusement. Le grand brun se leva tranquillement, préparer à un nouvel abordage, si on peut le dire... Bientôt, il ne lui resta plus que cinq feuilles et la foule commençait à s'agrandir. Il regarda d'un coup sa montrer, il était en retard et il ne savait pas qui interroger parmi toute cette foule. Son regard sûr de lui se baladait sur les différents visages qu'il pouvait observer du haut de ses un mètre quatre-vingt-dix. Puis parmi une multitude de personnes, sans qu'il ne sache pourquoi, il décida d'approcher un jeune homme qui lui paraissait moins presser que les autres. Peut-être était-ce d'ailleurs pour cela qu'il s'engageait vers lui.

"Pourriez-vous m'accorder un moment ?, lui demanda-t-il poliment en lui montrant une des cinq dernières feuilles d'enquête sociale."  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AuteurMessage
avatar
Niveau scolaire. :
0 / 1000 / 100

Situation amoureuse : Célibataire

Travail : Tatoueur & intervenant à Miyu' en spé 'tattoo'
Je suis... :
  • Mais t'es où ? Pas là !

Je peux prendre... :
  • Pleins de rps.

Messages : 105
Okane (お金) : 341
Points. : 4
Date de naissance : 28/03/1994
Age : 23
Les p'tits liens. : ~ Présentation ~ Fiche Rp ~ Fiche de Liens ~ Facebook ~
Je suis un honnête citoyen.
Dewei Ouyang
MessageSujet: Re: "Pourriez-vous m'accorder un moment ? -Oui, j'adore parler de moi !" - [Dewei Ouyang/Young-Nam Kang] Dim 22 Nov - 14:42
J'étais là, comme un con, parmi une foule immense remplie d'inconnus.

Comment en étais-je arrivé là ? Je vais vous le dire.
Tout a commencé chez moi. J'étais pénard, en train de regarder la télé, seul et bien accompagné à la fois, lorsque j'eus une visite surprise. Au départ, j'étais plutôt enthousiasmé à l'idée d'avoir de la compagnie, surtout lorsque je vis les visages de ma bande, mais je pus très vite déchanter lorsqu'ils m'ont proposé de sortir au centre commercial. Pourtant, j'adore cet endroit. Je connaissais pas mal d'enseignes et de gérant de boutiques, pour en être habitué, et me savoir connu dans un centre aussi grand et populaire me plaisait fortement. De plus, y traîner avec mes 'frères' attirait toujours un public des plus agréables. La gente féminine qui s'amusait, parfois, à nous suivre et à épier nos moindres faits et gestes. Cette popularité avait beau énerver certains, moi elle m'amusait.

Alors, pourquoi je n'appréciais pas l'idée de m'y rendre avec eux ? J'y viens de suite.
À chaque fois, sans la moindre exagération, ils me donnent un coup dans le dos. De manière vile et perfide. Ils se retournent toujours contre moi. À l'unanimité. Ils me font toujours un numéro ou n'importe quoi d'autre pour me mettre la honte ou me projeter sur le devant de la scène. Pas que cela me déplaît, vu que cela me permet d'être remarqué, mais par moment, ils abusent. Je sais qu'ils font tout cela par bon cœur, pour s'amuser et parce qu'ils m'apprécient. Je vais éviter de dire qu'ils m'aiment sinon ce sera compris dans un sens incorrect. Mais quand même. Est-ce que moi, je leur fais des coups pareils ? Est-ce qu'il m'arrive de balancer des rumeurs, fausses, à leur sujet pour amuser les passants ? Est-ce que je les inscris à des jeux concours, sans leur permission, afin de les ridiculiser et de passer un très bon moment ? Est-ce que j'achète des fleurs pour leur faire de fausse déclaration d'amour, en plein milieu d'une allée, la plupart du temps, bondée ?
Quelles questions. C'est absurde. Bien sur que.. oui !

Mais je possédais comme un droit d'agir. Et j'aurais tant aimé être le seul à le posséder. Sauf que ce n'était, bien entendu, pas le cas et que je sentais que cette sortie allait mal finir. Pour moi. Ou pour l'un d'eux, car j'ai plus d'un tour en tête. Attention, ça va faire mal !

Pourquoi est-ce que je me retrouve seul ? J'y viens, j'y viens ! Laissez-moi réfléchir à mon plan d'attaque et permettez-moi de jubiler un peu, s'il vous plaît. Merci.
En fait, la raison de ma solitude actuelle, est très simple. Je les ai perdu de vue, alors que je regardais une vitrine. Les fringues qui y étaient, m'intéressaient plutôt grandement et alors que je me retournais pour leur en parler, il n'y avait plus personne. Bien sur, je me doutais bien du traquenard qui se préparait. C'est aussi pour cela, que je suis en train de regarder chaque personne qui m'entoure, afin de m'assurer qu'ils ne vont pas surgir par surprise pour me lancer une bombe à eau ou toute autre connerie de la sorte. Lorsque nous sommes tous réunis, nous nous éclatons parfois pour un rien. Comme des enfants. Et c'est l'un des plus grands bonheurs de ma vie.

Alors que je marchais lentement mais sûrement, pour ne rater aucune information sur les passants qui me croisaient ou me doublaient, j'entendis une voix d'homme m'interpeller. Comment je peux le savoir ? Pour la simple et bonne raison, qu'il me fait face et qu'il m'agite une feuille sous le nez. Presque. Je me demande bien pourquoi il souhaite que je lui accorde un moment. C'est alors, qu'en regardant de plus près la fiche qu'il me montrait, je compris qu'il était au centre commercial pour une enquête. Les enquêtes dites 'de rue' ou 'sociales' ne sont pas forcément bien appréciées et les personnes qui les réalisent, encore moins. Pour autant, j'ai toujours trouvé ça délirant de leur répondre. C'est sûrement pour cela que je lui ai sorti une telle réponse.

« Bien sur. Oui. J'adore parler de moi ! » clamais-je, en affichant un grand sourire. « C'est une enquête qui porte sur quel sujet ? »

Posez-moi vos questions. Vous ne serez pas déçu !

~#~#~#~#~#~#~#~#~Pensionnat Miyusaki~#~#~#~#~#~#~#~#~

Boys will be boys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

"Pourriez-vous m'accorder un moment ? -Oui, j'adore parler de moi !" - [Dewei Ouyang/Young-Nam Kang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» "Pourriez-vous m'accorder un moment ? -Oui, j'adore parler de moi !" - [Dewei Ouyang/Young-Nam Kang]
» pourriez vous survivre à Wistoria Lane ?
» Yo, vous recrutez en ce moment [PV Haru Kochikaze & Doe John]
» A quoi vous jouer en ce moment?
» Voulez-vous m'accorder cette danse ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Miyusaki :: Tokyo. :: 新宿 - Shinjuku. :: Quartier commercial.-